Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire « Le monde des odeurs : perceptions et représentations »

ANNONCE

Affiche_MdeOdeurMême si vue et odorat sont parfois associés, comme dans l’allégorie de Jan Brueghel l’Ancien (1618), la première est toujours valorisée dans les classifications des sens et omniprésente dans 
l’étude des représentations littéraires, alors que le second est souvent laissé à l’arrière-plan, car il n’est pas considéré comme structurant le rapport au monde.

Ainsi, l’objet de ce séminaire est un 
phénomène impalpable et éphémère et pourtant porteur de sens, et que l’on peut d’abord appréhender comme une métaphore. Comme le fait remarquer Holly Dugan dans son histoire du parfum 
dans l’Angleterre de la première modernité, l’odeur a besoin de la métaphore pour être définie. Le vocabulaire des odeurs n’est pas toujours connu du grand public et l’on a tendance à utiliser des 
comparaisons ou des approximations. 
C’est pour cela que le monde des odeurs possède une dimension littéraire intrinsèque, dont la poésie amoureuse est la première à s’être emparée. La poésie pétrarquiste est parsemée de bouquets 
et de parfums à valeur érotique : l’air est parfumé, et les amants se parlent en soupirs et en souffles. La métaphore olfactive est particulièrement pertinente pour cette poésie de l’échec et de 
l’amour ineffable. On retrouve d’ailleurs cette érotisation du parfum et de l’odeur jusque dans la littérature du XIXe siècle, notamment dans le roman. 
Cette poétique de l’odeur peut être rapprochée d’une mode des parfums à l’époque pré-moderne, pommes de senteur, bijoux parfumés, bouquets, qui peuvent s’étudier dans une perspective 
historique, aussi bien à travers les textes que dans une iconographie de l’odeur, qui peut aussi inclure les emblèmes sur l’odorat (chez Ripa, par exemple) et la culture visuelle en général.

Depuis Alain Corbin et son ouvrage fondamental Le Miasme et la jonquille, d’autres historiens ont envisagé une histoire des odeurs, que ce soit dans le contexte des épidémies, notamment de 
peste, dont on pensait qu’elles se transmettaient par l’odeur, ou dans celui d’une histoire religieuse, par exemple dans les récits hagiographiques où domine l’odeur de sainteté. D’ailleurs, cette « 
odeur moralisée » se retrouve dans de nombreuses sources, notamment dans toutes sortes de récits opposant une « bonne odeur » (odeur héroïque d’Alexandre, dont la sueur, selon Plutarque, ne 
sentait pas mauvais, bonne odeur du cadavre de Michel-Ange, sans aucune puanteur selon Vasari…). L’odeur peut d’ailleurs être envisagée comme le signe d’une mutation épistémologique, au 
moment où elle est perçue non plus comme une construction morale et idéologique, mais comme un objet scientifique.

On peut également étudier l’odeur comme un marqueur social ou un indice 
d’exclusion, et se demander quel est le rôle des odeurs dans la psychologie humaine. Le monde des odeurs est ainsi marqué par une forte axiologie, dont il peut être intéressant d’interroger les 
variations. 
On pourra ainsi envisager de recevoir des chercheurs travaillant dans le domaine scientifique des perceptions olfactives et d’avoir leur point de vue, non seulement sur le lexique de l’olfaction, mais 
aussi sur l’olfaction comme phénomène scientifique et comme objet d’étude.

Enfin, nous aimerions également recevoir un « nez » afin d’envisager le parfum comme une science aussi bien qu’un 
phénomène économique et social. 
Ces problématiques ne sauraient bien sûr être limitées à l’époque pré-moderne, et on a tout intérêt à s’y intéresser aussi dans une perspective diachronique.

Ce séminaire est organisé conjointement entre le CRIMEL EA3311 et le CIRLEP EA4299 dans le cadre de la structure fédérative SHS Gaston Bachelard et dirigé par Jean-Louis Haquette et Christine Sukic.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 16h à 18h

Mercredi 14 octobre 2015 (Salle polyvalente) – Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Perceptions et représentations philosophiques des odeurs »

Mercredi 9 décembre 2015 (CHANGEMENT DE SALLE : 17-026) – Antoinette Gimaret (Université de Limoges), « Odeurs et imagination olfactive dans la littérature dévote en France au XVIIe siècle »

Mercredi 9 mars 2016 (R202) – Diane Roussel (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les odeurs de Paris : environnement olfactif et pratiques sociales distinctives au XVIe siècle»

Mercredi 30 mars 2016 (R240) – Cécile Mauré (Université de Reims Champagne-Ardenne), « L’odeur représentée à l’image: traditions iconographiques »

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240 ou Salle polyvalente ou Salle R 202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT

Affiche-Programme du séminaire

Séminaire les langues philosophes 2015-2016

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 15h30 à 17h30

Jeudi 15 octobre 2015

  • Jérôme Laurent (université de Caen) : « Doit-on toujours dire ce que l’on pense ? A partir de Platon, Sénèque et Michel Foucault »
  • Laurent Muller (docteur en philosophie, professeur dans le secondaire) : « La performativité du discours moral dans la philosophie de Jean-Marie Guyau »

Jeudi 12 novembre 2015

  • Laurent Gerbier (université François Rabelais, Tours) : « “Le lingue non possono essere semplici” : l’invention d’une langue politique hybride chez Machiavel »
  • Saverio Ansaldi (URCA) : « Idée et langage à la Renaissance »

Jeudi 3 mars 2015

  • Laurent Esmez (URCA) : « Musique et volonté de puissance »
  • Alexandre Fillon (URCA) : « La question du langage philosophique chez Nietzsche »

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Séminaire A2IL 2015-2016 : « La langue du lecteur »

TEXTE DE CADRAGE

La langue du lecteur est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire ? La question qui prend toute son acuité pour une lecture dans une langue dite étrangère vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager le même idiome.

En effet les théories de l’écriture ont nommé idiolecte, l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Cet idiolecte est susceptible d’intégrer les écarts les plus audacieux. Mallarmé en a figuré un des possibles, inventant une syntaxe rebelle à la langue « journalistique ». Artaud a voulu « ex-crire le corps », le faisant entendre dans une langue brisant les formes socialisées du langage. Les écritures inventives transgressent les catégories génériques, lexicales, syntaxiques nécessaires à l’échange socialisé. Le brésilien Polibio Alves, replongeant aux racines indiennes de la culture, marquées par la symbiose entre nature et culture, inflige à la langue du colonisateur portugais de drôles de métamorphoses. Ce faisant, l’écrivain, comme tout artiste en général, contribue à sa façon à redessiner les contours de l’humain.

Du côté du lecteur, en quelle langue s’effectue l’acte d’appropriation éventuellement suivi de restitution ? Les grandes écritures infléchissent sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture »[1]. Cette création interprétative peut-elle outrepasser les formes du langage de communication ? Dans quelle mesure et jusqu’où la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain ? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante ?

Que penser encore des versions d’œuvres du répertoire récrites en direction des jeunes publics en raison de la représentation que l’on se fait de la compétence du lecteur ? L’enjeu de cette réflexion est aussi pédagogique et didactique.

Séminaire dirigé par : Christine Chollier, Marie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

[1] L’Arrière-texte, p. 13.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Jeudi 8/10 – Marie-Madeleine Gladieu : « Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud »

Jeudi 12/11 – Alain Trouvé  : « Lire, écrire, penser : Aragon/ Quignard » (Blanche ou l’oubli ; Mourir de penser)

Jeudi 26/11 – Christine Chollier : « De la langue du lecteur à la langue du traducteur »

Jeudi 10/12 – Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : « L’amour bilingue : lire Chamoiseau, Khatibi, Portante ».

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Didactique du plurilinguisme

Le groupe de travail sur la didactique du plurilinguisme s’est fixé pour tâche d’étudier comment les langues peuvent être enseignées/apprises, non une à une dans la situation classique du professeur face à sa classe, mais plusieurs à la fois dans des dispositifs divers et variés. Il pourra s’agir de poursuivre la mise au point de modules de la méthode ICE (après les modules Langues romanes et Langues germaniques développés jusqu’en 2008, l’équipe vise le développement des modules Langues nordiques et Langues slaves) ou de promouvoir l’intégration scolaire et universitaire de l’enseignement plurilingue via des dispositifs comme l’intercompréhension intégrée ou EMILE/CLIL. Les aspects politiques et institutionnels du plurilinguisme seront également traités dans cette problématique, car les décisions politiques en faveur du plurilinguisme prises à divers niveaux (européen, national, régional, local), et les réflexions sur la manière dont l’institution éducative forme les enseignants et conçoit ses dispositifs d’apprentissage sont fondamentales. La question de l’évaluation sera d’une importance cruciale, et sera abordée de diverses manières : Cadre européen commun de référence pour les langues, Portfolio européen des langues, certifications, examens, tests en ligne, C-test, etc. Toutes les recherches seront appliquées, et conduites en relation avec des problématiques et des besoins issus de la mise en place de la Maison des Langues de l’URCA.

Colloque “Res Per Nomen 5”

Affiche_RPN5Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à la question de la référence en langue, abordée du point de vue de la philosophie et de la linguistique. Après un premier bilan de la question, en 2007, la référence a été abordée du point de vue de l’anthropologie, en 2009, du point de vue de la conscience et du sujet énonciateur, en 2011, et sous l’angle, en 2013, de la dénomination, c’est-à-dire de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner , depuis les années 1980, une sémantique référentielle.

Cette cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?

Dans le domaine de la philosophie, et tout au long de son histoire, la négation a joué et joue encore un rôle fondamental. Un balayage historique permet de le vérifier aisément : les premières recherches concernant les concepts négatifs étaient étroitement associées au statut du non-être en métaphysique et en ontologie et dès l’œuvre de Platon est présente l’idée que la négation peut être définie positivement en termes de différence ou d’opposition. Avec Aristote, l’attention portée à la négation s’est déplacée vers le terrain du langage et de la logique. La négation constitue l’un des éléments en jeu dans le carré des oppositions et joue un rôle fondamental dans l’opposition entre les notions de contraire et contradictoire.

Par ailleurs, la question de l’asymétrie entre affirmation et négation a opposé les philosophes de périodes très diverses. Si pour certains (Kant, Hegel, Bergson, Strawson, parmi d’autres) les énoncés (ou jugements)  négatifs sont moins primitifs, moins informatifs, moins valables somme toute que leurs contreparties affirmatives, pour d’autres auteurs (par exemple Frege, Ayer, Geach, Quine, Austin) cette opposition n’a pas lieu d’être. Pour les partisans de l’asymétrie, la négation constitue une affirmation de second ordre, au sens où les énoncés négatifs renvoient à des énoncés affirmatifs, alors que les énoncés  affirmatifs concernent la réalité.

Mais la négation intervient également dans de nombreux autres questionnements philosophiques: pendant l’Antiquité, les philosophes se sont avisés que l’on ne peut parler du principe sinon par négations. Le néo-platonisme a développé cette philosophie de la négation: Plotin, Proclos, Damascius. Au Moyen Age, en occident sous l’influence de Denys l’Aréopagite, la théologie négative va se développer avec Jean Scot Erigène et Maître Eckhart notamment. Et si l’on considère des époques moins éloignées, Wittgenstein a, pour sa part, mis l’accent sur les limites du langage, outil ne permettant pas à l’homme d’exprimer certains contenus ; Hegel a bâti le mouvement dialectique sur le caractère négatif de la raison… Il nous semble légitime de dire que la négation est partout…ou plutôt que rien n’échappe à la négation.

Du côté des linguistes, les nombreux travaux consacrés au domaine de la négation ont tenté de répondre à des interrogations relevant aussi bien de la morphosyntaxe que de la lexicologie, la sémantique ou la pragmatique. Comment construit-on un énoncé négatif ? Comment peut-on déterminer la référence de mots négatifs tels que aucun, jamais, rien ? Sur quel(s) élément(s) de la phrase porte la négation ? Quel est le rôle de la négation dite explétive ? Combien de types de négation existe-t-il ? Comment les identifier ? Est-ce que la polarité négative est un phénomène syntaxique ou sémantique ? Comment opère la règle de montée de la négation (neg-raising) ? De quelle manière se sert-on de la négation comme stratégie discursive ? Est-ce que le point de vue affirmatif auquel s’oppose le locuteur d’un énoncé négatif est systématiquement présent et si oui, à quel niveau ? Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive et son seul objectif est de rappeler un certain nombre de questions-clés.

Même en se limitant aux études contemporaines – nous pensons notamment aux travaux de C. Muller, D. Gaatone, O. Ducrot, J. Moeschler, M. Arrivé, P. Attal, J.-C. Anscombre, B. Callebaut ou R. Martin pour le français, à ceux d’O. Jespersen, T. Givón, C.L. Baker, J. Hoeksema ou L. Horn pour l’anglais ou aux travaux d’I. Bosque, F. Hernández Paricio ou C. Sánchez López sur l’espagnol et à ceux de J.-M. Zemb pour l’allemand− le travail accompli, ainsi que les pistes à explorer témoignent de la richesse du domaine auquel nous consacrerons notre prochain colloque et de l’intérêt que certains aspects de la négation peuvent encore susciter, particulièrement son rapport (possible ? Impossible?) avec la référence.

Si nous avons surtout évoqué jusqu’ici l’importance de la négation en linguistique et en philosophie, nous rappelons également le rôle qu’ont joué en psychologie et en psychanalyse les notions de refus, d’interdit, d’étape du non… Ce volet viendra sans doute enrichir nos réflexions.

Conférenciers invités :
Claude Muller (Professeur Emérite à l’Université Bordeaux Montaigne3)
Jesús Vázquez Molina (Université d’Oviedo, Espagne)
Layla Raïd (Université de Picardie Jules Verne)
Anne-Gabrielle Wersinger (Université de Reims-Champagne Ardenne)

Comité organisateur : René Daval, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Silvia Palma.

INSCRIPTIONS EN LIGNE
Frais d’inscription : 100 euros
Repas de gala du vendredi soir : 50 euros (inscription obligatoire)
Une attestation de frais d’inscription et de frais de repas vous sera délivrée à la fin du colloque.

Membres de l’URCA (gratuit)
Extérieurs | Visitors

INFORMATIONS

Informations
www.res-per-nomen.org

Contacts
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

TÉLÉCHARGEMENT
Programme du colloque
Affiche du colloque

Séminaire Res per Nomen 2014-2015

Semantique
PROGRAMME

04 février 2015 – Jacques François (Université de Caen Basse-Normandie) : Trois dimensions de la sémantique lexicale en perspective : sémasiologie, onomasiologie et diachronie.

11 février 2015 –Mónica Zoppi Fontana (Universidade Estadual de Campinas, São Paulo, Brésil) : NOMMER : une approche discursive.

18 février 2015 – Claude Lorin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Linguistique pragmatique et psychothérapies.

11 mars 2015 – René Daval (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’analyse selon G. E. Moore : travail linguistique ou philosophique ?

25 mars 2015 – Emilia Hilgert (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Être et la négation des propriétés.

08 avril 2015 – Vincent Canivé : La catégorie de la qualité chez Kant : négation, limitation.

15 avril 2015 – Karine Bréheaux (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La négation du sujet : la réception du sentiment de tristesse chez Descartes et Spinoza.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

DATES
Les mercredis de 16h à 18h

Séminaire « Cultures populaires » 2015

PROGRAMME 2015

21 janvier 2015
Ronan Ludot-Vlasak (Université du Havre) : « Usages et transgressions des modèles antiques dans Star Trek et Battlestar Galactica »

29 janvier 2015 (attention, c’est un jeudi)
Nadège Marsaleix (URCA-CIRLEP) : « Keith Haring (2) »

11 février 2015
Elsa Devienne (Université Paris Ouest Nanterre La Défense-CENA-EHESS) : « La pin-up, le body-builder et le surfeur : l’émergence des « icônes » de la plage sud-californienne »

25 février 2015
Catherine Delesse (Université de Lorraine) : « La bande dessinée entre Europe et États-Unis : aspects culturels »

11 mars 2015
Camille Fort (Université d’Amiens) : « Les avatars de Sherlock Holmes » (titre provisoire)

08 avril 2015
Nicolas Martin (Université Lille III) : « Comprendre l’hostilité entre les races: réflexions sur le préjugé racial dans la culture populaire américaine (v. 1870-v. 1970) »

13 mai 2015 (Séminaire commun « Images » et « Cultures populaires »)
Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise) :
« Beauté noire et marchandisation de la race en France (1970-présent) »
Françoise Heitz (URCA-CIRLEP) :  « Pelo Malo, de Mariana Rondon »

27 mai 2015
Yannick Bellanger-Morvan (URCA-CIRLEP) : « Fraggle rockde Jim Henson »

Informations pratiques

Les séminaires ont lieu le mercredi (sauf exception) de 16h00 à 18h00 à la maison de la recherche (bât. 13) 

Adresse : Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge) – 57 rue Pierre Taittinger – Reims.

Renseignementspatricia.oudinet@univ-reims.fr – +33 (0)3.26.91.36.19

Appel à communications: Res per Nomen N°5

Université de Reims Champagne-Ardenne, 28 au 30 mai 2015

Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à la question de la référence en langue, abordée du point de vue de la philosophie et de la linguistique.  Après un premier bilan de la question, en 2007, la référence a été abordée du point de vue de l’anthropologie, en 2009, du point de vue de la conscience et du sujet énonciateur, en 2011, et sous l’angle, en 2013, de la dénomination, c’est-à-dire de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner , depuis les années 1980, une sémantique référentielle.

Cette cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?

Dans le domaine de la philosophie, et tout au long de son histoire, la négation a joué  et joue encore un rôle fondamental. Un balayage historique permet de le vérifier aisément : les premières recherches concernant les concepts négatifs étaient étroitement associées au statut du non-être en métaphysique et en ontologie et dès l’œuvre de Platon est présente l’idée que la négation peut être définie positivement en termes de différence ou d’opposition. Avec Aristote, l’attention portée à la négation s’est déplacée vers le terrain du langage et de la logique. La négation constitue l’un des éléments en jeu dans le carré des oppositions et joue un rôle fondamental dans l’opposition entre les notions de contraire et contradictoire.

Par ailleurs, la question de l’asymétrie entre affirmation et négation a opposé les philosophes de périodes très diverses. Si pour certains (Kant, Hegel, Bergson, Strawson, parmi d’autres) les énoncés (ou jugements)  négatifs sont moins primitifs, moins informatifs, moins valables somme toute que leurs contreparties affirmatives, pour d’autres auteurs (par exemple Frege, Ayer, Geach, Quine, Austin) cette opposition n’a pas lieu d’être. Pour les partisans de l’asymétrie, la négation constitue une affirmation de second ordre, au sens où les énoncés négatifs renvoient à des énoncés affirmatifs, alors que les énoncés  affirmatifs concernent la réalité.

Mais la négation intervient également dans de nombreux autres questionnements philosophiques: pendant l’Antiquité, les philosophes se sont avisés que l’on ne peut parler du principe sinon par négations. Le néo-platonisme a développé cette philosophie de la négation: Plotin, Proclos, Damascius. Au Moyen Age, en occident sous l’influence de Denys l’Aréopagite, la théologie négative va se développer avec Jean Scot Erigène et Maître Eckhart notamment. Et si l’on considère des époques moins éloignées,  Wittgenstein a, pour sa part, mis l’accent sur les limites du langage, outil ne permettant pas à l’homme d’exprimer certains contenus ; Hegel a bâti le mouvement dialectique sur le caractère négatif de la raison… Il nous semble légitime de dire que la négation est partout…ou plutôt que rien n’échappe à la négation.

Du côté des linguistes, les nombreux travaux consacrés au domaine de la négation ont tenté de répondre à des interrogations relevant aussi bien de la morphosyntaxe que de la lexicologie, la sémantique ou la pragmatique. Comment construit-on un énoncé négatif ? Comment peut-on déterminer la référence de mots négatifs tels que aucun, jamaisrien ? Sur quel(s) élément(s) de la phrase porte la négation ? Quel est le rôle de la négation dite explétive ? Combien de types de négation existe-t-il ? Comment les identifier ? Est-ce que la polarité négative est un phénomène syntaxique ou sémantique ? Comment opère la règle de montée de la négation (neg-raising) ? De quelle manière se sert-on de la négation comme stratégie discursive ? Est-ce que le point de vue affirmatif auquel s’oppose le locuteur d’un énoncé négatif est systématiquement présent et si oui, à quel niveau ? Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive et son seul objectif est de rappeler un certain nombre de questions-clés.

Même en se limitant aux études contemporaines – nous pensons notamment aux travaux de C. Muller, D. Gaatone, O. Ducrot, J. Moeschler, M. Arrivé, P. Attal, J.-C. Anscombre,  B. Callebaut ou R. Martin pour le français, à ceux d’O. Jespersen, T. Givón, C.L. Baker, J. Hoeksema ou L. Horn pour l’anglais ou aux travaux d’I. Bosque, F. Hernández Paricio  ou C. Sánchez López sur l’espagnol et à ceux de J.-M. Zemb pour l’allemand− le travail accompli, ainsi que les pistes à explorer témoignent de la richesse du domaine auquel nous consacrerons notre prochain colloque et de l’intérêt que certains aspects de la négation peuvent encore susciter, particulièrement son rapport (possible ? Impossible?) avec la référence.

Si nous avons surtout évoqué jusqu’ici l’importance de la négation en linguistique et en philosophie, nous rappelons également le rôle qu’ont joué en psychologie et en psychanalyse les notions de refus, d’interdit, d’étape du non… Ce volet viendra sans doute enrichir nos réflexions.

Langues du colloque : français, anglais.

Les études linguistiques devront porter sur le français ou sur une comparaison entre le français et une (d’) autre(s) langue(s), quelle que soit la langue choisie pour communiquer.

Comité organisateur : René Daval, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Silvia Palma.

Les propositions de contribution sont à transmettre à Emilia Hilgert et Silvia Palma: emilia.hilgert@univ-reims.fr ; silvia.palma@univ-reims.fr

Dates à retenir :

  • réception des propositions de communication: le 15 novembre 2014
  • notification d’acceptation ou de refus: le 15 janvier 2015
  • publication du programme: le 15 mars 2015

Tarifs :

  • Frais d’inscription : 100 euros
  • Repas : 15 euros par repas (inscription obligatoire)
  • Repas de gala du vendredi soir : 50 euros (inscription obligatoire)
  • Une attestation de frais d’inscription et de frais de repas vous sera délivrée à la fin du colloque.

Informations pratiques sur :www.res-per-nomen.org

Les langues philosophe

Langues philosophes copieDirigé par Céline Denat et Patrick Wotling, le séminaire « Les langues philosophes » accueille et discute des travaux se proposant d’étudier les logiques spécifiques en fonction desquelles s’organisent et se structurent les modes d’organisation de la réflexion philosophique, ainsi que les crises à l’occasion desquelles émergent ces déplacements.

C’est non seulement, en effet, à la faveur de renouvellements de problématiques, mais tout autant en fonction de révisions, souvent radicales, des schèmes de pensée mêmes gouvernant l’investigation que se constituent, sous forme de systèmes ou non, les types majeurs de positions philosophiques. C’est tout spécialement le cas dans la philosophie allemande du XIXe et du XXe siècles, où se succèdent avec une intensité inégalée, à la suite de la brèche opérée par la perspective transcendantale de Kant, les « révolutions dans la manière de penser ».

Simultanément, le séminaire interroge les rapports réciproques entre langage, langues, et élaboration de ces modes de réflexion repensés. Tout ce qui est pensé peut-il en effet se formuler linguistiquement, particulièrement lorsqu’interviennent des formes de réflexion novatrices ? Mais d’autre part, tout ce qui est formulable peut-il se transmettre indifféremment en toute langue ? Peut-être y aurait-il plus qu’une boutade dans le mot du penseur qui se veut secrétaire de l’absolu —« ces choses-là ne se disent pas en français » ? Les deux questions pourraient bien être liées : quelle langue parlent les philosophes ? Et quel mode de pensée mettent-ils en œuvre ?

Responsables

Patrick Wotling (Patrick.wotling@univ-reims.fr)
Céline Denat (celine.denat@univ-reims.fr)

Membres

Saverio Ansaldi ; Fionn Bennett ; Clément Bertot ; Céline Denat ; Laurent Esmez ; Alexandre Fillon ; Florent Franchette ; Tahir Karakas ; Lucie Lebreton ; Leslie Lecossois ; Véronique Le Ru ; Dominique Mathis ; Laurent Muller ; Emmanuel Salanskis ; Michel Terestchenko ; Anne-Gabrièle Wersinger ; Patrick Wotling

Présentation

| Les langues philosophes

Calendrier des séminaires 2014-15

Jeudi 20 novembre, 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Considérations sur le Discours décisif d’Averroès »

&

Luis Rubira (Université Fédérale de Pelotas, Brésil) : « La réflexion et la langue philosophique de Nietzsche : l’aurore et le crépuscule de la pensée »

Jeudi 12 février, 15h30 :

Clément Bertot (Université de Louvain) : « De l’oubli de la Vie à la mémoire immémoriale : un statut méthodologique de la réminiscence chez Michel Henry ? »

&

Alexandre Fillon (Université de Reims) : « La dynamique de l’expression chez Merleau-Ponty : une approche phénoménologique des rapports entre le langage et la pensée »

Jeudi 26 mars, 15h30 :

Alain Seguy-Duclot (Université François Rabelais, Tours) : « Symbolique des noms propres »

&

Benedetta Zavatta (CNRS, ITEM, Paris) : « Sur l’origine de la théorie conceptuelle de la métaphore dans la sémantique allemande »

 

Calendrier des séminaires 2008-2014

Cliquer ICI pour visualiser le calendrier des séminaires 2008 à 2014

 

______________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Mercredi 27 novembre 2013, 13h30-15h30 (double séance) :

Christophe Bouriau (Université de Nancy II) : « Schopenhauer et les lapsus des philosophes »

Martine Béland (Collège Edouard-Montpetit, Longueil/Centre canadien d’études allemandes et européennes, Université de Montréal) : « Pourquoi lit-on encore ? Réflexions sur l’acte de lecture philosophique »

Mardi 4 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Shize Yu (Université de Strasbourg) : « Le problème de la rationalité dans l’écriture chinoise et son système »

Jean-Baptiste Lucéa  (Université de Strasbourg) : « Heidegger : D’un possible dialogue avec la pensée japonaise »

Mardi 18 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Véronique Le Ru (Université de Reims) : « Voltaire interprète de Newton »

Fionn Bennett  (Université de Reims) : « Langage puis pensée, ou plutôt l’inverse ? Mise à l’épreuve de la théorisation par un cas d’étude concret »

Mardi 18 mars 2014, 15h30-17h30 :

André Jacob (professeur émérite, Université de Nanterre) : « Linguistique et axiogenèse »

Mardi  15 avril 2014 (sous réserve), 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Le langage à l’épreuve de la Philosophie et du Mysticisme – Le legs de la pensée islamique »

Res-per-nomen

ResperNomen_couvLe groupe de travail Res per nomen s’est fixé pour tâche d’explorer les relations entre la langue, les choses et la pensée, avec un accent particulier sur la référence et la dénomination, ainsi que sur la manière dont la langue nous fait voir le réel. Ce thème intéresse à la fois les linguistes et les philosophes. Si on accepte que tout signe est signe de quelque chose, alors il faut donner toute sa place aux objets du monde au sein même de la théorie. Nous vivons dans un monde nommé ; nous pensons intuitivement que tout objet possède un nom et que tout nom réfère à un objet. Le nom possède ainsi une valeur ontologique. Par surcroît, le nom n’apparaît jamais tout seul, il est toujours accompagné d’un ensemble de collocations. C’est ce qui explique l’intérêt de notre groupe pour la phraséologie et la grammaire du texte.

Enseignants-chercheurs du Res-per-nomen

Roselis Batista, René Daval, Pierre Frath, Silvia Palma, Françoise Canon-Roger, Aude Rebotier.

Calendrier des séminaires 2013-14

Cette année, les séances auront lieu le mercredi de 16h à 18h, en salle R240 du bâtiment recherche de l’UFR Lettres et Sciences Humaines (57, rue Pierre Taittinger – Reims).

PROGRAMME DU 1er SEMESTRE

24 septembre 2014 René Daval et Silvia Palma : Présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion.

8 octobre 2014 –  Silvia Palma : Octavio Paz : langue, littérature, philosophie.

5 novembre 2014 – Pierre Frath : Cogito vs ubuntu : présentation du livre de P. Frath et R. Daval

26 novembre 20 Jean-Rémi Lapaire : Le parlant et le vivant

3 décembre – Session conjointe avec le séminaire « Images » : Françoise Heitz  sur Les drôles de poissons-chats de la cinéaste mexicaine Claudia Sainte- Luce et Gilliane Laurent à propos de Stanley Cavell et la comédie du remariage.

________________________________________________________________________

Calendrier des séminaires 2013-14

25/09 – René Daval (URCA/CIRLEP) et Silvia Palma (URCA/CIRLEP) : « Présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion. »

9/10  – Emilia Hilgert (URCA/CIRLEP) : « Typologie des noms abstraits: les noms de relations symétriques. Le cas du nom ‘identité' » »

23/10  Silvia Palma (URCA/CIRLEP): «  La négation en logique et en langue. »

13/11 Gilliane Laurent (URCA/CIRLEP): « Street  Art, Galerie. RERO et les mots barrés. »

27/11 – Pierre Frath (URCA/CIRLEP): « La métaphysique chez Wittgenstein: un problème linguistique? »

11/12  Aude Rebotier  (URCA/CIRLEP): «  Les tendances actuelles de l’accord du participe passé en français : un indice de grammaticalisation ? »

 

Codes, marges, transgressions

Descriptif de la thématique:

ill_couv_imaginaires16_1eCouvNotre jeune séminaire, qui s’inscrit dans l’axe « Représentation de la Société par le Texte et l’Image », s’attache, depuis sa création en juin 2011, à étudier les représentations et leurs modalités. Il s’intéresse en particulier aux moments de passages entre différents systèmes de représentation, lorsque les codes établis ne sont plus adéquats et sont transgressés, ou lorsque leur position centrale se trouve marginalisée. Dans cette optique, plusieurs travaux du séminaire sont notamment, mais non exclusivement, consacrés à la première modernité, moment de passage s’il en est d’un code de représentation à un autre. C’est ainsi que nous avons voulu l’intitulé de ce séminaire lorsque nous avons réfléchi ensemble à ce que nous envisagions pour les années à venir.

Le colloque consacré en mai-juin 2012 au « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a permis une réflexion sur l’« invention du corps moderne » évoquée par Nadège Laneyrie-Dagen (L’Invention du corps : la représentation de l’homme du Moyen Age à la fin du XIXe siècle, 1997), dans le cadre de récits de vie, genre spécifique en ce qu’il revendique la plupart du temps une forme d’objectivité, voire de vérité historique au moment de la première modernité. Le corps, ainsi, fait preuve dans ce récit, qu’il soit héroïsé ou transfiguré comme dans les textes hagiographiques, ou bien qu’il soit dévoilé pour s’offrir, impudique, à la vue du lecteur. Dans tous les cas, il est lié à la notion de vérité.

Lors de la seconde journée du colloque, il est apparu que le corps féminin obéissait, dans plusieurs récits de vie, à une forme spécifique d’héroïsation, qui reste encore à définir. Nous aimerions donc nous attacher à étudier les modes de représentation du corps héroïque féminin, de la première modernité à la période contemporaine.

Enseignants chercheurs
Cécile Brion, Jaime Céspedes, Laurence Chamlou, Christine Chollier, Pierre de Trégomain, Céline Denat, Florence Dumora, Pierre Frath, François-Xavier Giudicelli, Marie-Madeleine Gladieu, Catherine Heyrendt, Laure Lansari, Ronan Ludot-Vlasak, Nadège Marsaleix, Cécile Mauré, Helga Meise, Sylvie Mikowski, Thomas Nicklas, Adrian Park, Sylvie Perceau, Yann Philippe, Aude Rebotier, Françoise Roger, Mireille Ruppli, Gilles Sambras, Christine Sukic, Daniel Thomières.

Doctorants
Andy Auckbur, Laetitia Aujard, Morgane Bird, Vanessa Chaise, Charlotte Ducros.

 

Calendrier des séminaires 2013-14

Mercredi 13 novembre à 16h:

Gilles Sambras: « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

Mercredi 19 mars à 16h:

Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».
(édition utilisée: La Vagabonde Courage, traduction Maurice Colleville, préface Gérard Chaliand, Paris,
Libretto, 2013)

Mercredi 9 avril à 16h:

Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30:

Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin (horaire précisé ultérieurement):

Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».

Approches interdisciplinaires de la lecture

couv_AIL8_1reLa réflexion sur « Le corps à l’œuvre » a dû composer avec une difficulté annoncée : on peut concevoir que le corps, entité physique hors langage, interfère dans le processus créateur mais on ne peut en rendre compte que par du langage. Pour autant, il est apparu que ce corps agissant peut-être reconnu et appréhendé moins par le lexique spécialisé, façonné par les différentes disciplines culturelles qui s’occupent de le penser, que par un certain nombre de traces de sa présence : façon d’occuper l’espace, intonation de la voix dans la profération orale, formations mixtes dont jouent les différentes écritures littéraires et dont le nom le plus courant est fantasme. La littérature peut s’attacher à cette volonté d’ex-crire le corps, selon le mot de Jean-Luc Nancy repris par un de nos intervenants. Le théâtre, par la matérialisation de l’espace et des corps des acteurs, rend tangible cet en-deçà du langage qui entre dans le processus de création. A tel point que les romanciers et poètes, comme l’ont montré certaines communications, ont souvent éprouvé le besoin d’en importer l’expression métaphorique dans des genres a priori non conçus pour la scène. C’est dire que le fantasme, cette autre scène rendue accessible par la littérature, en constitue sans doute une face déterminante. Lorsque quelque chose se joue du corps vers la psyché, la parole impossible se traduit en visions, actes, manipulations d’objets. Le propre du romancier, du poète autant que du dramaturge, est de donner à saisir cette projection d’un corps indicible dans l’évocation de scénarios fantasmatiques.  Dans ce processus de réflexion indirecte, nous avons constaté le fort retentissement des cultures et contextes historiques. Tout corps agissant, qu’il soit corps d’auteur, de personnage, ou de lecteur est un corps inséré dans un réseau de circonstances accordant des lieux traversés et des moments vécus. Les tragédies historiques, les dictatures impriment leurs marques sur les corps, l’impossible résonance psychique se résout en traces somatiques.

Dès lors, ce que nous voudrions appréhender est l’articulation du fantasme et de l’histoire dans sa dimension individuelle et collective. Si on a pu définir le fantasme comme « scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l’accomplissement d’un désir, et en dernier ressort, d’un désir inconscient » (Laplanche et Pontalis), les recherches de la psychanalyse vivante montrent qu’on ne peut réduire ce désir inconscient à un noyau infantile individuel. L’inconscient n’est peut-être que « l’envers du temps », pour reprendre le mot du poète Aragon qui en faisait la formule de la poésie. Les travaux d’Abraham et de Torok sur le fantôme et la crypte ont souligné que cet inconscient qui nous traverse et nous anime peut aussi venir de générations antérieures. Le mythe dans sa dimension collective sans cesse retravaillée par les imaginaires individuels, joue ici un rôle important. L’histoire, de son côté, qu’on la comprenne comme discipline à part entière ou dans son interférence avec l’activité littéraire, ne laisse pas d’être une notion problématique sans cesse repensée par ceux qui la pratiquent. Exposée aux avatars de la subjectivation et de la falsification, elle demeure, dans sa visée, une science humaine plus directement soumise, peut-être, à un impératif d’objectivité.

L’écriture et la lecture sont le moment où ce matériau disparate – fantasme et histoire –  se condense et s’articule en une forme : « j’ai seul la clef de cette parade sauvage » écrivait Arthur Rimbaud dans une belle intuition réflexive. Jusqu’à quel point, néanmoins, la clef du lecteur peut-elle s’adapter à la serrure du texte, pour en faire tourner la porte sur ses gonds ? Par clef on n’entendra pas cette plate traduction des romans à clefs, mais quelque chose comme la formule permettant de faire jouer ensemble les composants hétérogènes entrant dans l’élaboration du texte afin de leur donner ou redonner vie.

PROGRAMME

24 septembre 2013

Antonia Fonyi (CNRS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Fantasme et narration littéraire

08 octobre 2013

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Armas Marcelo : Penser l’histoire avec la psychanalyse

22 octobre 2013

Entretien avec Paul Gayot (professeur d’histoire, pataphysicien, écrivain) autour de : Queneau, le fantasme et l’Histoire

05 novembre 2013

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : Le fantasme de destruction chez Sade et Pasolini

19 novembre 2013

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : À propos de Jean Rosny Aîné : La Guerre du feu

17 décembre 2013

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Croisements rêvés de l’Histoire et des Lettres : lecture du Sermon sur la chute de Rome (Jérôme Ferrari)

Intercompréhension des langues voisines

ICE3_couverture_DEF_1reInterCompréhension Européenne (ICE : http://logatome.eu/ice.htm) est un programme interdisciplinaire, collaboratif et holistique de recherches théoriques et de développements appliqués sur le thème central de l’intercompréhension et plus largement sur des thèmes associés à l’intercompréhension comme ceux du multilinguisme, du plurilinguisme, du dialogue asymétrique, de la dynamique des langues, de la politique linguistique en Europe et dans le monde. Il réunit les compétences de chercheurs en sciences humaines, sociales, cognitives (avec des linguistes, des psychologues, des sociologues, des philosophes, des traductologues, des littéraires, …), issus de plusieurs continents et engagés dans une approche interdisciplinaire et contrastive de plusieurs langues directement ou indirectement en contact, qu’elles soient apparentées ou pas. En plus d’études théoriques originales qui ont été publiées en France et à l’étranger, les recherches menées dans le programme ICE ont permis de produire la méthode ICE d’enseignement simultanée de l’intercompréhension des langues romanes et des langues germaniques, méthode intégrée depuis 2005 dans le Master professionnel Gestion Multilingue de l’Information (GMI) proposé par l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Responsable du séminaire

Eric Castagne (http://logatome.eu/cvec.htm external link)

 

Enseignants-chercheurs (équipe rémoise)

Cécile Brion, Eric Castagne, Mélisandre Caure, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Machteld Meulleman, Jean Pauchard, Jean-Emmanuel Tyvaert, Pierre Van Zyl, Fionn Bennett

 

Etudiants

Doctorants : Tilman Chazal, Felicia Constanti

Master 2 : Florent Day, Marieke Gillessen, Nezihe Kara, Yana Melnik, Adina Bizigda

Master 1 : Susana Botelho Pinto, Fabrice Gilles, Isabelle Guérin, Iulia Pashko, Nicolas Trousset

Calendrier des séminaires « Intercompréhension des langues voisines » et « Didactique du plurilinguisme » 2014-15

Pour consulter les séminaires ILV & DDP pour 2014-15, cliquer sur le lien suivant

Séminaires ILV & DDP 2014-15 |

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

Calendrier du séminaire « Intercompréhension des langues voisines » : études théoriques et développements appliqués en 2013-14

06/11/13  E. Castagne: Ouverture officielle des 2 séminaires

27/11/13  E. Castagne: Le programme ICE : origines, concepts théoriques et didactiques, projets

11/12/13  E. Louviot:   Comprendre la poésie vieil-anglaise au XXIe siècle : stratégies « palliatives »

Pause de Noel

22/01/14  K. Sumkova:  Transparence du lexique des médias entre l’anglais, le français et le slovaque (mémoire de M2)

12/02/14   C. Brion:  Atelier ICO anglais

Séminaire Inter-axe : « Les langues Philosophes » / « Intercompréhension des langues voisines » – 18/02/14 –

15h30-16h30 : V. Le Ru : « Voltaire interprète de Newton »

16h30-17h30 : F. Bennett : « Langage puis pensée, ou plutôt l’inverse ? Mise à l’épreuve de la théorisation par un cas d’étude concret »

19/02/14   E. Castagne:   Atelier ICE Langues nordiques

12/03/14   P. Van de Craen (Vrije Universiteit Brussel) : « Pourquoi et comment l’enseignement multilingue produit des élèves plus intelligents que l’enseignement traditionnel »

26/03/14   F. Canon-Roger:  « Touche pas à mon signifié »

 

 

 

Les publications ICE sont disponibles sur http://logatome.eu/ice.htm external link

Cultures populaires

Qu’appelle-t-on « culture populaire » aujourd’hui ? La recherche universitaire doit-elle en rester à la conception de la culture définie en 1869 par Matthew Arnold  comme la somme de « tout ce qui a  été pensé et dit de meilleur dans le monde »? Ou doit-elle s’intéresser au contraire à ces objets fluctuants qui, comme l’ont reconnu Walter Benjamin, Antonio Gramsci ou  Raymond Williams sont à la fois des productions culturelles de masse, une représentation de la pensée hégémonique qui s’impose au peuple, mais aussi une expression des aspirations du peuple ? Et que dire de l’influence grandissante des  « cultures  populaires » dans l’univers contemporain ? Films, séries, publicités et affiches, jeux vidéos, chansons et clips, produits dérivés, etc : qu’elles soient associées ou non à des formats nouveaux et au medium de l’internet, les productions culturelles envahissent à l’évidence notre environnement quotidien… et celui des étudiants. Difficile désormais d’évoquer Dracula sans que les étudiants ne pensent à Twilight…. Ou la banlieue américaine sans penser à Mad Men…. Le premier objet du séminaire sera ainsi de prendre au sérieux la prolifération des objets culturels et de l’interroger dans son histoire, dans ses effets et dans son fonctionnement.
L’opposition entre « culture savante » et « culture populaire » ne date en effet pas d’aujourd’hui, pas plus que les passages d’une catégorie à  l’autre (le théâtre de Shakespeare n’était à l’origine pas réservé à l’élite,  le film noir, genre populaire par excellence, est devenu un cinéma pour amateurs éclairés, et les séries télévisées sont en passe de devenir un sujet favori de thèses et de colloques). On pourrait aussi mettre au jour les effets de myopie propre à un univers contemporain semblant constamment hésiter entre « panique morale » (l’inquiétude face à l’envahissement des produits culturels de masse), récupération consumériste de toutes les formes de culture (y compris celles dites transgressives ) et légitimation par l’élite des produits culturels à succès.
Démultipliée par les nouvelles formes de diffusion à distance, la « culture populaire » semble en effet à l’origine de multiples effets de « savoir », de connaissances et méconnaissances qui entrent en relation, parfois en convergence mais souvent en conflit avec le savoir universitaire ou du moins y font partiellement écran.
Une partie non négligeable de la connaissance – ou de la méconnaissance en de nombreuses occurrences – que les étudiants et le public en général ont des sociétés et cultures étrangères vient d’une culture populaire très largement américaine et à caractère souvent mythologique. L’ouverture sur plusieurs mondes culturels du CIRLEP tant du point de vue historique que géographique, en fait un lieu adapté pour interroger les effets différenciés de cette hégémonie culturelle quelquefois désignée comme « l’américanisation » de la culture. Bref, il s’agit d’examiner ces « effets de savoir » opérés à distance à travers l’image fantasmée qu’une société renvoie d’elle-même. Parallèlement, le succès des œuvres de la culture populaire conjugué à la légitimité grandissante que celles-ci reçoivent dans le champ du discours universitaire, vient également bousculer toujours plus la définition, déjà fort contestée, d’un canon académique des œuvres à étudier et du type de savoir à transmettre.
La montée en puissance des analyses culturelles dans les départements universitaires à travers le monde a ouvert depuis désormais bien longtemps les portes du temple académique aux objets de la culture populaire. On pense évidemment au succès des cultural studies, qui, même accompagné de nombreuses controverses et de critiques puissantes, a valu à la nouvelle discipline une audience toujours croissante. On pense également à la proposition d’une nouvelle histoire culturelle (« New Cultural History »)  ou au « tournant culturel » que l’histoire américaine aurait connu dans les années 1980 . En littérature, on peut penser aux approches historicistes, ou culturalistes qui ont succédé au structuralisme des années 1960.
Cet investissement intellectuel dans la culture a eu pour effet de mettre à disposition de l’analyste de la culture populaire une imposante bibliographie théorique, anthologique et synthétique , et une palette conceptuelle riche : que l’on songe aux réflexions déjà opérées sur les notions d’hégémonie, de distinction, d’authenticité, d’idéologie, d’identité, d’altérité, de pouvoir, ou sur les « couples » conceptuels que sont culture savante/ culture populaire/ culture de masse, culture/contre-culture etc.
De façon pragmatique, l’objet, résolument interdisciplinaire, du séminaire sera de faire dialoguer les réflexions théoriques et méthodologiques élaborées dans différentes disciplines depuis une quarantaine d’années afin d’engager de nouvelles recherches. De ce point de vue, que le terme de « culture populaire » n’ait jamais reçu de définition claire et cohérente, qu’il ait été l’objet de vives remises en question, ou même qu’il se voit couramment dénué de sens véritable du fait de ses acceptions contraires , nous apparaît moins un frein à la recherche que le signe que la culture, notamment dans ses acceptions les plus populaires, constitue précisément un terrain privilégié de jeu, de confrontations et d’échanges. Que la « culture populaire » soit aussi difficile à définir que le « peuple » auquel elle est associée et qu’en même temps elle constitue le cadre « évident » et envahissant de nos vies, nous semble constituer une tension et un objet d’investigation décisifs. Comme le dit Nan Enstad, les paradoxes et les réticences qui accompagnent encore le terme de culture populaire confèrent à celui-ci un potentiel créatif et constituent une invitation à examiner des thèmes et des sources longtemps négligés .
Partant du principe général que la culture populaire ne saurait de toute façon être étudiée de façon isolée d’autres formes de culture plus « canoniques » ou du contexte politique, social et économique dans lequel elle s’inscrit, ce séminaire pourra prendre plusieurs orientations. Une piste pourra consister à faire de la culture populaire un lieu d’observation de « la construction de la vie quotidienne », au sens où l’entend par exemple Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien.

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Programme Séminaire « Culture(s) Populaire(s) 2013-2014 : (salles et horaires à préciser)

 

-11 décembre 2013: Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP): « Winnie-the-Pooh »: la littérarité à l’épreuve de la popularité »

-29 janvier 2014 : Peter Marquis (Université de Rouen): « Le Baseball dans la culture populaire américaine: une approche transversale »

-12 février 2014 : Timothy Heron (CIRLEP): « Alternative Ulster: Punk et subversion dans l’Irlande du Nord des années 1970-1980 »

-12 mars 2014 : Madolyn Nichols (doctorante Université de Warwick): « Keeping the Fire on the Hearth: Katherine Tynan, popular culture, and the Irish Short Story »

-16 avril 2014 : Xavier Giudicelli (CIRLEP) : »The Picture of Dorian Gray en BD ou/et dans le roman graphique »

-7 mai 2014 : Nadège Marsaleix (CIRLEP) : »La sémiologie de Keith Haring »

-Juin 2014 : Présentation par les étudiants du M2 Monde anglophone d’une enquête sur les pratiques culturelles des étudiants de l’URCA »

Images, représentations de la société

Images-SéminaireImages, représentations de la société

Présentation de la thématique

Programme 2014-15

Cette troisième année du séminaire Images s’ouvre alors que le n°1 de la revue électronique Savoirs en prisme, Rencontres du CIRLEP a été mis en ligne en juin dernier (lien à partir de la page d’accueil du CIRLEP, sous l’onglet Recherche, dans les laboratoires LSH).

Comme le thème choisi pour le n°2 de la revue est le même que celui du séminaire de l’an dernier : « Normes(s), Marge(s), Transgression(s) », il nous a semblé assez vaste pour continuer à nous y consacrer. Pour mémoire, nous rappelons les axes qui ont présidé à la création de ce séminaire.

Il s’agit de travailler sur la diversité de l’image, dans son statut d’image fixe : la peinture, mais aussi cette année la photographie, (sans exclure pour plus tard l’affiche ou la bande dessinée), comme animée : le cinéma (« Image-mouvement », cf. Deleuze), et ceci en articulant la fonction sociale, historique, voire politique, de l’image et ses aspects formels : questionnement sémiologique et esthétique des expressions artistiques à travers les siècles et les pays.

En effet, si l’attention prêtée aux images ne peut faire l’économie de leur historicité (de par leur valeur documentaire, elles sont, selon le truisme, « fenêtre ouverte sur le monde », reflet de celui-ci), celle-ci laisse toute sa place à l’analyse sémiotique qui tente de mettre en exergue les modes de production du/des sens d’œuvres toujours ouvertes dans leurs possibilités interprétatives (U. Eco).

L’ancienne définition de l’image fournie par Platon, comme image naturelle, synonyme d’ombre ou de reflet, origine mythique de la peinture, a été dépassée par la progressive prise de distance entre le signifiant et son référent (voir Merleau Ponty, cité entre autres par Didi-Huberman : « Le mot d’image est mal famé parce qu’on a cru étourdiment qu’un dessin était un décalque… »). Si cette relation d’analogie est plus grande au cinéma, où « l’effet de réel » est produit par l’enregistrement d’une situation saisie sur le vif ou bien inventée ou recomposée, représentation le plus souvent réaliste d’un espace imaginaire contenu à l’intérieur du champ, le septième art évolue progressivement vers une « impureté » accentuée, où documentaire et fiction, abolissant les frontières normatives, s’entremêlent, et où par ailleurs, une fiction apparemment déconnectée du « réel » sociopolitique d’un pays et d’une époque, peut en être la métaphore.

Ainsi, même le dialogisme entre le mouvement du flux séquentiel et l’immobilité du tableau se trouve remis en cause, que ce soit dans l’oxymore du tableau-vivant au cinéma ou dans l’importance du hors-champ d’un tableau (cela est aussi évident pour la photo), où les reflets trompeurs de l’espace conjectural sont démultipliés. Dans le jeu binaire des règles et des transgressions, peintres et cinéastes (de Piero della Francesca à Picasso et de Luis Buñuel à Raoul Ruiz, pour n’évoquer que quelques créateurs) se plaisent à installer le prisme des illusions scénographiques.

Le sujet-spectateur, pensé depuis Freud non plus en clôture, mais en déchirure, n’est plus collé à la représentation, absorbé par elle. La perspective en peinture n’est plus une convention, mais une action, au sens dramaturgique du terme, et c’est ainsi que Bonitzer peut affirmer que « le sujet, en peinture, c’est le point de vue ».

Pour la troisième année de son existence, le séminaire Images souhaite diversifier les approches artistiques considérées et est toujours ouvert à la pluridisciplinarité, appelant de ses vœux des échanges entre séminaires. Quelle que soit la société (espagnole, hispano-américaine ou autre) et l’époque dans laquelle elles s’ancrent, les représentations ne cessent de jouer sur la notion de genre canonique, sans cesse reprise et transgressée.

 

Responsable du séminaire

 

Françoise HEITZ

Membres associés

 

Emmanuel LE VAGUERESSE (PR)

Juan Carlos BAEZA SOTO (MCF)

 

Calendrier des Séminaires « Images » 2014 – 2015

 

17h00 à 19h00 – Bâtiment Recherches –  Salle R 240

Direction : Françoise Heitz 

 

19 novembre 2014 – José Antonio Moreno Carbonell « La construction de l’image transgressive à travers les didascalies dans le théâtre d’Agustín Gómez Arcos »

 

03 décembre 2014 – session conjointe avec le séminaire Res per nomen (dir. Silvia Palma et René Daval), à 16h : Françoise Heitz (sur Les drôles de poissons-chats de la cinéaste mexicaine Claudia Sainte Luce) et Gilliane Laurent (à propos de Stanley Cavell : Hollywood et la comédie du remariage)

 

28 janvier 2015 – Pietsie Feenstra

« La voix filmique des enfants fantômes du cinéma espagnol : interroger les marges de la norme par la transgression ? »

 

18 mars 2015 – Emmanuel Le Vagueresse 

« Les photos de la España Mística » (1943) de José Ortiz Echagüe,
nationale-kitschissime ? »

 

15 avril 2015 – Juan Carlos Baeza Soto (le titre sera communiqué ultérieurement)

 

Une autre session conjointe avec un autre séminaire de l’axe aura probablement lieu en mai ou juin (information ultérieure).

 

_____________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

Mercredi 23 octobre, 2013 :

 

María Pagès (cinéaste catalane), “Alta política (2013), un documental sobre un ejemplo de transgresión bajo el franquismo: la película de animación marginada Érase una vez (1950)”

 

Mercredi 20 novembre, 2013 :

 

Françoise Heitz : « De l’écrit à l’écran : transgression formelle et discursive. L’exemple de Blancanieves (Pablo Berger, 2013) »

 

Mercredi 4 décembre, 2013 :

 

Emmanuel Le Vagueresse : « Amicalement vôtre / ¡Los persuasores ! en Espagne (1971) : discours normés sur les clichés d’un pays en plein « tardofranquismo » et/ou transgression à la marge du « politiquement correct » touristico-balnéaire ?

 

 

Mercredi 19 mars, 2014, 17-19h, (salle précisée ultérieurement) :

 

Françoise HEITZ : « Carlos Sorín, les jeux transgressifs d’un cinéma à la marge »

 

Mercredi 26 mars, 2014, 17-19h, s. R240 :

 

Magali Dumousseau-Lesquer : « De la révélation à la mise en garde : quand les artistes madrilènes contemporains retrouvent la mémoire historique »

 

Mardi 14 mai, 2014, après-midi exceptionnel interséminaires : « Codes, Marges, Transgressions » (dir. C. Sukic), « Cultures populaires » (dir. S. Mikowski et Y. Philippe) et « Images » (dir. F. Heitz) de 14 à 18h, s. R240. Les intervenants seront :

 

Nadège Marsaleix : « La Sémiotique de Keith Haring, figure du pop art américain » (14h)

et

Juan Carlos Baeza Soto : « Le saint suaire de la souffrance : les blessures du linceul dans les autoportraits de Frida Kahlo »