Archives de catégorie : [Axe 1] Les langues philosophes

Colloque: Logiques du discours philosophique en Allemagne, 17-18 novembre 2017

Logiques du discours philosophique en Allemagne: de Kant à Nietzsche

Colloque, 17-18 novembre 2017, Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge

17 novembre, Salle 140, Bibliothèque Robert de Sorbon                             18 novembre, Amphithéâtre Recherche, Bâtiment 13

Téléchargez le programme

Ce colloque a pour objectif de rassembler des spécialistes de philosophie allemande, en France et à l’étranger, autour d’un problème peu abordé dans sa spécificité : celui des logiques du discours philosophiques en Allemagne au XIXe siècle. Partant du constat d’une grande richesse de cette période en innovations philosophiques et en renversements, il s’agit d’engager une étude approfondie du problème du discours philosophique, qui se fixerait pour tâche de dégager les tendances et ruptures profondes qui marquent son histoire. Fruit d’une collaboration scientifique entre le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie-Archives Poincaré (UMR 7117) de l’Université de Lorraine, et le Centre de Recherche en Philosophie Allemande et Contemporaine (CREPHAC – EA 2326) de l’Université de Strasbourg, il aura lieu les 17 et 18 novembre 2017 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Présentation

Le problème des « langues philosophes » et du statut du discours philosophique se présente comme un fil conducteur extrêmement structurant de Kant à Nietzsche. En effet, la rupture fondamentale qui intervient avec Kant et la révolution criticiste se manifeste notamment par la prise de conscience de la discursivité de l’activité philosophique ainsi que par une prise de distance vis-à-vis du rapport idéalisant au langage sur lequel reposait le dogmatisme critiqué par Kant. L’interrogation transcendantale sur les conditions de possibilité du discours de la philosophie marque un tournant essentiel en érigeant clairement en problème philosophique la question du statut du discours de la philosophie. Le postkantisme et l’idéalisme allemand en un sens très large héritent ensuite de ce problème, qui se trouve alors formulé dans les termes de celui de la fondation de la philosophie. La conscience de la discursivité et des conditions d’énonciation de la philosophie est indispensable dès lors que l’on considère que la première tâche de la philosophie réside précisément dans son auto-fondation. De façon plus générale, ce questionnement se présente, quoiqu’en des termes et avec des enjeux chaque fois spécifiques, à tous les grands mouvements philosophiques du XIXe siècle allemand : central dans le kantisme et le néokantisme ainsi que dans l’idéalisme, il constitue également un problème majeur pour la critique de l’idéalisme allemand développée par Marx et les jeunes-hégéliens, mais encore pour l’œuvre de philosophes plus singuliers comme Schopenhauer et Nietzsche. Il fournit enfin un prisme nous permettant de lier et de mettre en perspective les grands mouvements influents du dix-neuvième siècle allemand que sont le romantisme, l’herméneutique et la philologie.

Motivée par cette analyse liminaire, l’organisation de ce colloque répond au souhait d’engager une étude approfondie du problème des logiques du discours philosophique en suivant l’hypothèse d’après laquelle ce problème, par son importance historique majeure, nous fournit un angle d’approche de la philosophie allemande susceptible d’enrichir la représentation que nous en avons. Ce problème s’est présenté historiquement sous la forme de trois objets majeurs, qui se déploient dans des dimensions distinctes quoique très souvent articulées, et qui donnent à ce colloque ses trois axes principaux : celui des « langues philosophes » à proprement parler, celui des théories du langage, et enfin celui du statut du discours philosophique.

Axes du colloque

Axe 1 : les « langues philosophes »

Approcher la philosophie comme discours implique en un premier sens de mettre l’accent sur son langage spécifique. Il s’agit d’étudier le corpus textuel qui constitue la tradition philosophique, pour en éclairer la cohérence, tout en s’attachant à décrire les évolutions, bouleversements et singularités linguistiques qui le tissent. Quelle(s) tradition(s) de l’allemand philosophique s’impose(nt) à cette période, et quelles en sont les normes, les références et les influences ? Saisir l’intérêt d’un tel questionnement implique de considérer que la question du « style » des philosophes, et plus généralement celle de leur expression, n’est en rien adventice ou réductible à l’effet contingent de leur activité théorique. L’étude des « langues philosophes », loin d’être un point de vue extérieur et réductionniste, consiste au contraire à examiner comment tout discours philosophique émerge d’une langue, de ses usages, et comment il la transforme en retour par son développement.

Axe 2 : Théories du langage

La question des spécificités linguistiques et stylistiques des discours philosophiques nous conduit également à étudier le rapport entre philosophies et théories du langage. Il s’agit ici de s’interroger sur la façon dont ce rapport peut structurer et fonder, implicitement ou explicitement, les logiques des « langues philosophes ». Quelles sont les théories et les conceptions du langage engagées par ces discours ? Quelles compréhensions des rapports entre le langage et la pensée conditionnent l’expression du philosopher et son rapport complexe au langage ? Dans quelle mesure y a-t-il une cohérence entre la théorie du langage élaborée par un philosophe et l’usage du langage sur lequel repose sa propre pratique philosophique ?

Axe 3 : le statut du discours philosophique

Les questions de la spécificité de « langues philosophes » ainsi que du rapport complexe entre théories du langage et pratiques philosophiques nous conduisent enfin à un troisième problème majeur, dès lors qu’elles engagent chaque fois une compréhension réflexive sur ce que c’est que philosopher. Prendre conscience de la discursivité de la philosophie et de ses conditions d’énonciation, n’est-ce pas un geste théorique nécessaire pour « fonder » celle-ci, ou du  moins pour l’interroger dans son exercice ? Au-delà du geste de fondation, quel statut le discours philosophique se confère-t-il, notamment en relation avec d’autres discours dominants comme ceux des sciences, de la religion ou de la littérature ? Quelle place entend-il occuper dans les champs de la réalité humaine ? Il s’agit notamment de s’interroger sur la façon dont l’attribution au discours philosophique d’un rôle ou d’un statut spécifiques peut fonder ou au contraire requérir une certaine réponse à la question d’une spécificité des « langues philosophes » ainsi qu’à celle du rapport entre théories du langage et pratique philosophiques.

Comité scientifique

Alix Bouffard, doctorante du CREPHAC, Université de Strasbourg ; Christophe Bouriau, Professeur à l’Université de Lorraine ; Alexandre Fillon, doctorant du CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne ; Franck Fischbach, Professeur à l’Université de Strasbourg ; Patrick Wotling, Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Téléchargez le programme

 

Séminaire les langues philosophes 2015-2016

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 15h30 à 17h30

Jeudi 15 octobre 2015

  • Jérôme Laurent (université de Caen) : « Doit-on toujours dire ce que l’on pense ? A partir de Platon, Sénèque et Michel Foucault »
  • Laurent Muller (docteur en philosophie, professeur dans le secondaire) : « La performativité du discours moral dans la philosophie de Jean-Marie Guyau »

Jeudi 12 novembre 2015

  • Laurent Gerbier (université François Rabelais, Tours) : « “Le lingue non possono essere semplici” : l’invention d’une langue politique hybride chez Machiavel »
  • Saverio Ansaldi (URCA) : « Idée et langage à la Renaissance »

Jeudi 3 mars 2015

  • Laurent Esmez (URCA) : « Musique et volonté de puissance »
  • Alexandre Fillon (URCA) : « La question du langage philosophique chez Nietzsche »

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Les langues philosophe

Langues philosophes copieDirigé par Céline Denat et Patrick Wotling, le séminaire « Les langues philosophes » accueille et discute des travaux se proposant d’étudier les logiques spécifiques en fonction desquelles s’organisent et se structurent les modes d’organisation de la réflexion philosophique, ainsi que les crises à l’occasion desquelles émergent ces déplacements.

C’est non seulement, en effet, à la faveur de renouvellements de problématiques, mais tout autant en fonction de révisions, souvent radicales, des schèmes de pensée mêmes gouvernant l’investigation que se constituent, sous forme de systèmes ou non, les types majeurs de positions philosophiques. C’est tout spécialement le cas dans la philosophie allemande du XIXe et du XXe siècles, où se succèdent avec une intensité inégalée, à la suite de la brèche opérée par la perspective transcendantale de Kant, les « révolutions dans la manière de penser ».

Simultanément, le séminaire interroge les rapports réciproques entre langage, langues, et élaboration de ces modes de réflexion repensés. Tout ce qui est pensé peut-il en effet se formuler linguistiquement, particulièrement lorsqu’interviennent des formes de réflexion novatrices ? Mais d’autre part, tout ce qui est formulable peut-il se transmettre indifféremment en toute langue ? Peut-être y aurait-il plus qu’une boutade dans le mot du penseur qui se veut secrétaire de l’absolu —« ces choses-là ne se disent pas en français » ? Les deux questions pourraient bien être liées : quelle langue parlent les philosophes ? Et quel mode de pensée mettent-ils en œuvre ?

Responsables

Patrick Wotling (Patrick.wotling@univ-reims.fr)
Céline Denat (celine.denat@univ-reims.fr)

Membres

Saverio Ansaldi ; Fionn Bennett ; Clément Bertot ; Céline Denat ; Laurent Esmez ; Alexandre Fillon ; Florent Franchette ; Tahir Karakas ; Lucie Lebreton ; Leslie Lecossois ; Véronique Le Ru ; Dominique Mathis ; Laurent Muller ; Emmanuel Salanskis ; Michel Terestchenko ; Anne-Gabrièle Wersinger ; Patrick Wotling

Présentation

| Les langues philosophes

Calendrier des séminaires 2014-15

Jeudi 20 novembre, 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Considérations sur le Discours décisif d’Averroès »

&

Luis Rubira (Université Fédérale de Pelotas, Brésil) : « La réflexion et la langue philosophique de Nietzsche : l’aurore et le crépuscule de la pensée »

Jeudi 12 février, 15h30 :

Clément Bertot (Université de Louvain) : « De l’oubli de la Vie à la mémoire immémoriale : un statut méthodologique de la réminiscence chez Michel Henry ? »

&

Alexandre Fillon (Université de Reims) : « La dynamique de l’expression chez Merleau-Ponty : une approche phénoménologique des rapports entre le langage et la pensée »

Jeudi 26 mars, 15h30 :

Alain Seguy-Duclot (Université François Rabelais, Tours) : « Symbolique des noms propres »

&

Benedetta Zavatta (CNRS, ITEM, Paris) : « Sur l’origine de la théorie conceptuelle de la métaphore dans la sémantique allemande »

 

Calendrier des séminaires 2008-2014

Cliquer ICI pour visualiser le calendrier des séminaires 2008 à 2014

 

______________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Mercredi 27 novembre 2013, 13h30-15h30 (double séance) :

Christophe Bouriau (Université de Nancy II) : « Schopenhauer et les lapsus des philosophes »

Martine Béland (Collège Edouard-Montpetit, Longueil/Centre canadien d’études allemandes et européennes, Université de Montréal) : « Pourquoi lit-on encore ? Réflexions sur l’acte de lecture philosophique »

Mardi 4 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Shize Yu (Université de Strasbourg) : « Le problème de la rationalité dans l’écriture chinoise et son système »

Jean-Baptiste Lucéa  (Université de Strasbourg) : « Heidegger : D’un possible dialogue avec la pensée japonaise »

Mardi 18 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Véronique Le Ru (Université de Reims) : « Voltaire interprète de Newton »

Fionn Bennett  (Université de Reims) : « Langage puis pensée, ou plutôt l’inverse ? Mise à l’épreuve de la théorisation par un cas d’étude concret »

Mardi 18 mars 2014, 15h30-17h30 :

André Jacob (professeur émérite, Université de Nanterre) : « Linguistique et axiogenèse »

Mardi  15 avril 2014 (sous réserve), 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Le langage à l’épreuve de la Philosophie et du Mysticisme – Le legs de la pensée islamique »