Archives de catégorie : [Axe 3] Le monde des odeurs (CIRLEP-CRIMEL)

Séminaire « Le monde des odeurs : perceptions et représentations »

ANNONCE

Affiche_MdeOdeurMême si vue et odorat sont parfois associés, comme dans l’allégorie de Jan Brueghel l’Ancien (1618), la première est toujours valorisée dans les classifications des sens et omniprésente dans 
l’étude des représentations littéraires, alors que le second est souvent laissé à l’arrière-plan, car il n’est pas considéré comme structurant le rapport au monde.

Ainsi, l’objet de ce séminaire est un 
phénomène impalpable et éphémère et pourtant porteur de sens, et que l’on peut d’abord appréhender comme une métaphore. Comme le fait remarquer Holly Dugan dans son histoire du parfum 
dans l’Angleterre de la première modernité, l’odeur a besoin de la métaphore pour être définie. Le vocabulaire des odeurs n’est pas toujours connu du grand public et l’on a tendance à utiliser des 
comparaisons ou des approximations. 
C’est pour cela que le monde des odeurs possède une dimension littéraire intrinsèque, dont la poésie amoureuse est la première à s’être emparée. La poésie pétrarquiste est parsemée de bouquets 
et de parfums à valeur érotique : l’air est parfumé, et les amants se parlent en soupirs et en souffles. La métaphore olfactive est particulièrement pertinente pour cette poésie de l’échec et de 
l’amour ineffable. On retrouve d’ailleurs cette érotisation du parfum et de l’odeur jusque dans la littérature du XIXe siècle, notamment dans le roman. 
Cette poétique de l’odeur peut être rapprochée d’une mode des parfums à l’époque pré-moderne, pommes de senteur, bijoux parfumés, bouquets, qui peuvent s’étudier dans une perspective 
historique, aussi bien à travers les textes que dans une iconographie de l’odeur, qui peut aussi inclure les emblèmes sur l’odorat (chez Ripa, par exemple) et la culture visuelle en général.

Depuis Alain Corbin et son ouvrage fondamental Le Miasme et la jonquille, d’autres historiens ont envisagé une histoire des odeurs, que ce soit dans le contexte des épidémies, notamment de 
peste, dont on pensait qu’elles se transmettaient par l’odeur, ou dans celui d’une histoire religieuse, par exemple dans les récits hagiographiques où domine l’odeur de sainteté. D’ailleurs, cette « 
odeur moralisée » se retrouve dans de nombreuses sources, notamment dans toutes sortes de récits opposant une « bonne odeur » (odeur héroïque d’Alexandre, dont la sueur, selon Plutarque, ne 
sentait pas mauvais, bonne odeur du cadavre de Michel-Ange, sans aucune puanteur selon Vasari…). L’odeur peut d’ailleurs être envisagée comme le signe d’une mutation épistémologique, au 
moment où elle est perçue non plus comme une construction morale et idéologique, mais comme un objet scientifique.

On peut également étudier l’odeur comme un marqueur social ou un indice 
d’exclusion, et se demander quel est le rôle des odeurs dans la psychologie humaine. Le monde des odeurs est ainsi marqué par une forte axiologie, dont il peut être intéressant d’interroger les 
variations. 
On pourra ainsi envisager de recevoir des chercheurs travaillant dans le domaine scientifique des perceptions olfactives et d’avoir leur point de vue, non seulement sur le lexique de l’olfaction, mais 
aussi sur l’olfaction comme phénomène scientifique et comme objet d’étude.

Enfin, nous aimerions également recevoir un « nez » afin d’envisager le parfum comme une science aussi bien qu’un 
phénomène économique et social. 
Ces problématiques ne sauraient bien sûr être limitées à l’époque pré-moderne, et on a tout intérêt à s’y intéresser aussi dans une perspective diachronique.

Ce séminaire est organisé conjointement entre le CRIMEL EA3311 et le CIRLEP EA4299 dans le cadre de la structure fédérative SHS Gaston Bachelard et dirigé par Jean-Louis Haquette et Christine Sukic.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 16h à 18h

Mercredi 14 octobre 2015 (Salle polyvalente) – Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Perceptions et représentations philosophiques des odeurs »

Mercredi 9 décembre 2015 (CHANGEMENT DE SALLE : 17-026) – Antoinette Gimaret (Université de Limoges), « Odeurs et imagination olfactive dans la littérature dévote en France au XVIIe siècle »

Mercredi 9 mars 2016 (R202) – Diane Roussel (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les odeurs de Paris : environnement olfactif et pratiques sociales distinctives au XVIe siècle»

Mercredi 30 mars 2016 (R240) – Cécile Mauré (Université de Reims Champagne-Ardenne), « L’odeur représentée à l’image: traditions iconographiques »

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240 ou Salle polyvalente ou Salle R 202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT

Affiche-Programme du séminaire