Archives de catégorie : [Axe 3] Codes, marges, transgressions

Séminaire Codes, marges et transgressions, 2017-2018

Présentation

Notre jeune séminaire, qui s’inscrit dans l’axe Représentation de la Société : Codes, Cultures, Images, s’attache, depuis sa création en juin 2011, à étudier les représentations et leurs modalités. Il s’intéresse en particulier aux moments de passages entre différents systèmes de représentation, lorsque les codes établis ne sont plus adéquats et sont transgressés, ou lorsque leur position centrale se trouve marginalisée. Dans cette optique, plusieurs travaux du séminaire sont notamment, mais non exclusivement, consacrés à la première modernité, moment de passage s’il en est d’un code de représentation à un autre. C’est ainsi que nous avons voulu l’intitulé de ce séminaire lorsque nous avons réfléchi ensemble à ce que nous envisagions pour les années à venir.

Après plusieurs années de travaux sur le corps héroïque féminin, la nouvelle thématique envisagée à partir de septembre 2017 est « Erreur et invention ».

Erreur et invention

L’erreur scientifique est devenue un objet de recherche à part entière : elle peut être l’occasion d’une réflexion sur, justement la recherche et la signification du terme « scientifique », impliquant parfois l’absence possible d’erreurs. Le mot « scientifique » suggère en effet sérieux et vérité : il s’agirait d’un label de qualité, prisé dans le milieu universitaire—revue scientifique, approche scientifique, politique scientifique, colloque scientifique… Comme le rappelle Girolamo Ramunni (Les Lieux des erreurs scientifiques, Le Cavalier Bleu, 2012), l’erreur peut s’envisager dans le cadre d’une dynamique des savoirs, à l’encontre d’une vision orthodoxe de la science. Dans les savoirs populaires, l’erreur est d’ailleurs souvent mise en avant, et fait l’objet d’une narration avantageuse montrant le rôle qu’elle a pu jouer dans la création de productions aussi diverses que le champagne, le roquefort ou la tarte des demoiselles Tatin…

L’erreur devient alors lieu commun du savoir, ou de l’art. Dans un dossier intitulé Erreur et création de la revue Essais (2015), Myriam Metayer et François Trahais voient aussi l’acte de création comme un processus dynamique, comme dans l’œuvre de l’artiste américain Robert Morris, Card File (1962), qui fait l’inventaire des accidents, faux-pas, pertes et erreurs, afin de les mettre en scène dans cette œuvre ouverte. Jean Decottignies a également montré (dans Pierre Klossowski : biographie d’un monomane, 1997), que la fiction relève « de l’erreur et de l’imposture », telle qu’elle est pratiquée par Klossowski, mais aussi par Borgès, Mallarmé ou Blanchot. On pourrait citer la Bibliothèque Brautigan, aujourd’hui à Vancouver, créée sur le modèle décrit par Richard Brautigan dans L’Avortement : une histoire romanesque en 1966 (1971) : elle accueille des manuscrits d’auteurs refusés par les éditeurs, faisant ainsi de ces ratés un inventaire des erreurs—des auteurs ou des éditeurs. Clément Chéroux, dans Fautographie. Petite histoire de l’erreur photographique (Yellow now, 2002), part aussi de la notion d’erreur dans le domaine de la photographie, avec comme point de départ le mot-valise de Man Ray qui donne son titre à l’ouvrage et qui en fait une création fondée sur le hasard et l’ineffable. Certaines erreurs peuvent donc être érigées en système à la faveur de hasards.

Dans ce séminaire, nous aimerions nous interroger sur le rapport qu’entretient l’invention avec l’erreur, relation déjà envisagée à la première modernité, ainsi que l’a bien montré François Rigolot dans L’Erreur de la Renaissance. Cette « fascination pour l’erreur » touchaient tous les domaines de la pensée : erreurs théologiques, erreurs de traduction, erreurs amoureuses… Mais l’erreur est relative : dans le domaine troublé de la religion au XVIe siècle, ce qui est orthodoxie pour l’un sera erreur—et donc hérésie—pour l’autre. Les erreurs de la nature deviennent aussi objets de curiosité comme chez Ambroise Paré dans Des monstres et des prodiges (1573). François Rigolot fait aussi de l’erreur en littérature une forme d’esthétique, depuis la giovanile errore de Pétrarque (dès le premier sonnet du Canzoniere) jusqu’à la Comédie des erreurs de Shakespeare. Les erreurs de langage peuvent être sources de comédie, mais enrichir aussi la langue, comme la « Route du roi » à Londres devenue au 18e siècle Rotten row, à la faveur d’une mauvaise prononciation…

L’erreur peut s’envisager dans le cadre d’une réflexion sur le savoir et la vérité. Elle se lit comme une déviance, une errance par rapport à une norme, à des codes appelés à fluctuer lorsque l’erreur devient invention.

Programme

27/9 de 16h à 17h (salle R240) : réunion de rentrée du séminaire : discussion autour de la problématique

18/10 de 16h à 18h (bâtiment recherche, salle polyvalente, sous-sol): Saverio Ansaldi (URCA, CIRLEP), « Giordano Bruno et la théorie de la connaissance »

22/11 de 16h à 17h30 : Véronique Le Ru (URCA, CIRLEP), « D’Alembert et le droit d’errer »

14/03 : Andy Auckbur (URCA, CIRLEP) : « Ondes et reflets : l’erreur maniériste comme processus d’invention dans Arcadia de Philip Sidney »

28/03 : Laetitia Coussement-Boillot (Paris Diderot, LARCA) : « Erreur et invention linguistique dans l’œuvre de Shakespeare » Cette séance est reportée à une date ultérieure

11/04 de 16h à 18h : Sandrine Parageau (Paris Nanterre, IUF) : « ‘Colomb ignorant trouva le nouveau monde’ » : erreur et ignorance comme modes de connaissance et de découverte à la première modernité »

Lieu et date

Le séminaire a lieu sur le Campus Croix-Rouge de l’URCA, au bâtiment recherche (13), salle R240 (rez-de-chaussée), sauf mention contraire.

Le mercredi entre 16h et 18h.

Liens utiles

La page du séminaire sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le calendrier du CIRLEP,  présentant toutes les activités de l’équipe, y compris celles de ce séminaire.

Codes, marges, transgressions

Descriptif de la thématique:

ill_couv_imaginaires16_1eCouvNotre jeune séminaire, qui s’inscrit dans l’axe « Représentation de la Société par le Texte et l’Image », s’attache, depuis sa création en juin 2011, à étudier les représentations et leurs modalités. Il s’intéresse en particulier aux moments de passages entre différents systèmes de représentation, lorsque les codes établis ne sont plus adéquats et sont transgressés, ou lorsque leur position centrale se trouve marginalisée. Dans cette optique, plusieurs travaux du séminaire sont notamment, mais non exclusivement, consacrés à la première modernité, moment de passage s’il en est d’un code de représentation à un autre. C’est ainsi que nous avons voulu l’intitulé de ce séminaire lorsque nous avons réfléchi ensemble à ce que nous envisagions pour les années à venir.

Le colloque consacré en mai-juin 2012 au « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a permis une réflexion sur l’« invention du corps moderne » évoquée par Nadège Laneyrie-Dagen (L’Invention du corps : la représentation de l’homme du Moyen Age à la fin du XIXe siècle, 1997), dans le cadre de récits de vie, genre spécifique en ce qu’il revendique la plupart du temps une forme d’objectivité, voire de vérité historique au moment de la première modernité. Le corps, ainsi, fait preuve dans ce récit, qu’il soit héroïsé ou transfiguré comme dans les textes hagiographiques, ou bien qu’il soit dévoilé pour s’offrir, impudique, à la vue du lecteur. Dans tous les cas, il est lié à la notion de vérité.

Lors de la seconde journée du colloque, il est apparu que le corps féminin obéissait, dans plusieurs récits de vie, à une forme spécifique d’héroïsation, qui reste encore à définir. Nous aimerions donc nous attacher à étudier les modes de représentation du corps héroïque féminin, de la première modernité à la période contemporaine.

Enseignants chercheurs
Cécile Brion, Jaime Céspedes, Laurence Chamlou, Christine Chollier, Pierre de Trégomain, Céline Denat, Florence Dumora, Pierre Frath, François-Xavier Giudicelli, Marie-Madeleine Gladieu, Catherine Heyrendt, Laure Lansari, Ronan Ludot-Vlasak, Nadège Marsaleix, Cécile Mauré, Helga Meise, Sylvie Mikowski, Thomas Nicklas, Adrian Park, Sylvie Perceau, Yann Philippe, Aude Rebotier, Françoise Roger, Mireille Ruppli, Gilles Sambras, Christine Sukic, Daniel Thomières.

Doctorants
Andy Auckbur, Laetitia Aujard, Morgane Bird, Vanessa Chaise, Charlotte Ducros.

 

Calendrier des séminaires 2013-14

Mercredi 13 novembre à 16h:

Gilles Sambras: « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

Mercredi 19 mars à 16h:

Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».
(édition utilisée: La Vagabonde Courage, traduction Maurice Colleville, préface Gérard Chaliand, Paris,
Libretto, 2013)

Mercredi 9 avril à 16h:

Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30:

Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin (horaire précisé ultérieurement):

Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».