Archives de catégorie : Autres publications

Parution : Dictionnaire historique et critique des animaux

Vient de paraître
AUX ÉDITIONS CHAMP VALLON
COLLECTION “L‘ENVIRONNEMENT A UNE HISTOIRE”
Diffusion Harmonia Mundi

PIERRE SERNA, MALIK MELLA, VÉRONIQUE LE RU, BENEDETTA PIAZZESI (dir.)

Dictionnaire historique et critique des animaux

Jamais le monde animal n’a été l’objet d’une si vive attention des scientifiques, des médias et du grand public. Jamais il n’y a eu autant d’animaux tués pour notre consommation et jamais le danger d’extinction d’une partie du monde animal n’a été aussi éminent
à cause du réchauffement climatique, des pratiques de déforestation et autres formes d’emprises humaines et de spoliations de la nature.

Pourtant, il n’existait jusqu’ici aucun dictionnaire proposant une synthèse des connaissances dans le champ en pleine expansion des études animalières. Résultat de quatre ans de séminaire à la Maison des Sciences de l’Homme, ce dictionnaire réunit 41 autrices
et 39 auteurs, historiennes et historiens, historiennes de l’art, philosophes, juristes, anthropologues, vétérinaires, scientifiques qui font le point en 125 notices sur une dimension désormais vitale de notre survie dans l’anthropocène : de quels savoirs disposons-nous sur le monde animal pour envisager un futur avec lui? Comment concevoir
un avenir avec tous les animaux, pour former, dans la multitude des approches du savoir, une communauté de vivants ensemble?

Un ouvrage 14 x 22 de 600 pages ISBN 979-10-267-1233-6. 29,50 €

Parution: La notion de formule en linguistique

Vient de paraître :

La notion de formule en linguistique

Formule, où es-tu ? Les neuf contributions de ce recueil apportent à la question une réponse à la fois générale, particulière et historique. Générale en ceci qu’elles établissent toute une palette de conceptions métalinguistiques de la notion de formule en sciences du langage, points de vue multiples conduisant à diverses passerelles entre les unes et les autres, pas toujours compatibles. Particulière parce qu’elles analysent des formats et des marqueurs formulaires spécifiques. Historique enfin, parce qu’elles enquêtent sur l’histoire de la notion et du mot formule lui-même.
Un ensemble novateur et attrayant qui permet de mieux comprendre le rôle du prêt-à-dire dans le langage.

Flyer-Formules-Lambert-Lucas

Parution : Les droites dans les Amériques aux XXe et XXIe siècles

Le CIRLEP a le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 50 de la revue Histoire@Politique sous la direction de Yann Philippe et Rodrigo Nabuco portant sur Les droites dans les Amériques aux XXe et XXIe siècles : entre démocratie, anti-démocratie et contre-démocratie
 
Ce numéro est le résultat de deux ans de travail, dans le cadre d’un projet de recherche co-porté par la MSH Champagne-Ardenne, le CIRLEP et le CERHiC, intitulé « La force de l’ordre : le conservatisme entre démocratie et exception ». Il réunit les contributions d’auteurs français, canadiens et brésiliens.
Rodrigo Nabuco de Araujo et Yann Philippe
Les droites dans les Amériques aux XXe et XXIe siècles : entre démocratie, anti-démocratie et contre-démocratie. IntroductionRodrigo Nabuco de Araujo
Psychologie sociale et critique de la légitimité démocratique chez l’intellectuel conservateur brésilien Antônio Carlos Pacheco e Silva (1961-1974)Lynda Dematteo
Re-fondations radicales à droite, le spectre de la sécession en Italie et aux États-UnisMaud Chirio
Aux sources du bolsonarisme. Le regard porté par les officiers retraités d’extrême droite sur la Nouvelle République brésilienne, années 1990-2010

Frédéric Boily
Les droites albertaines : contre-démocratie et recours au référendum (1997-2022)

Agnès Trouillet
« La nouvelle vague du militantisme de l’information » : nouveaux médias d’information en ligne, « journalistes citoyens » conservateurs et pratiques de la contre-démocratie aux États-Unis

Diogo Cunha et Flávia Santiago Lima
L’opération Lava Jato comme exacerbation destructrice du peuple-juge : une analyse de l’applicabilité du concept de « contre-démocratie » à partir d’une étude de cas

Parution: Nietzche – La vision dionysiaque du monde et autres écrits sur la tragédie

Édition et traduction de Patrick Wotling
Traduction des textes latins et grecs par Valérie Wampfler

Avec cette série de textes consacrés à la tragédie grecque, c’est une révolution dans notre compréhension d’ensemble de la Grèce antique qu’opère le jeune Nietzsche, tout juste nommé professeur à l’université de Bâle. C’est ici que, dépassant la vision idéalisée qui réduit l’hellénité à la raison et à la mesure, il découvre le dionysiaque – pulsion surpuissante d’abolition de l’individualité – et sa lutte avec l’apollinien – pulsion transformant le réel en un monde de belles apparences –, les deux forces qui structurent le monde grec.

Ces écrits, dont plusieurs sont inédits en français, sont présentés dans une édition qui offre au lecteur une vision complète des étapes de la réflexion du philosophe, qui le conduira à écrire La Naissance de la tragédie (1872). Renouvelant la compréhension de la philosophie, ils permettent aussi de saisir ce qui menace notre époque : la survalorisation du savoir conscient et l’oubli du lien souterrain unissant l’art et la vie.

Paris, Flammarion, coll. “GF”, 2023

EAN : 9782080273857

696 pages

https://editions.flammarion.com/la-vision-dionysiaque-du-monde/9782080273857

Parution : Du corps aux langues dans le football

Vient de paraître :

Du corps aux langues dans le football : match interdisciplinaire
Körper und Sprachen im Fußball: ein Match der Disziplinen

Eva Lavric, Machteld Meulleman (éds./Hg.)

Studien des interdisziplinären Frankreich-Schwerpunkts der Universität Innsbruck – Band 12
ISBN 978-3-99106-098-7
brosch., 426 Seiten, zahlr. Abb., franz./deutsch
2023, innsbruck university press • iup
Preis: 32,90 Euro

Ce volume est issu de deux journées d’études internationales autour de la figure du footballeur / de la footballeuse, qui se sont tenues respectivement à l’Université d’Innsbruck à l’occasion de l’Euro 2016 et à l’Université de Reims Champagne-Ardenne pendant la Coupe du Monde de 2018. Ces deux événements, résolument interdisciplinaires, rassemblaient des historiens, linguistes, littéraires, philosophes et politologues provenant de toute l’Europe et au-delà. Si dans le football tout semble tourner autour du ballon, ce sont bien les joueurs et joueuses qui créent le jeu du ballon et ce à travers les mouvements de leurs corps mais également à travers des interactions linguistiques. Pour ce qui est du corps, voici les questions qui se posent : comment ce corps est-il présenté et représenté en discours et en image, dans les arts, la littérature, le cinéma ou encore dans la presse sportive ? Quelles sont les parties du corps et leurs expériences qui sont mises en avant ou au contraire dissimulées ? Quant à la dimension linguistique, elle soulève les interrogations suivantes : quelles sont les langues parlées sur le terrain, dans les médias ou encore dans la vie des équipes, internationales ou locales, à l’affût de tout talent fooballistique, fût-il allophone ? Comment les joueurs apprennent-ils leurs langues étrangères et dans quels contextes peuvent-ils mettre à profit leur plurilinguisme ? Quelles sont les différences culturelles et les aspects interculturels qui se révèlent dans ce contexte ? Ce volume se consacre à toutes ces questions dans leurs aspects philosophiques, civilisationnels et linguistiques.

Dieser Sammelband geht auf zwei Tagungen zur Gestalt des Fußballers / der Fußballerin zurück, die an der Universität Innsbruck anlässlich der Euro 2016 und an der Universität Reims Champagne-Ardenne während der Weltmeisterschaft 2018 stattgefunden haben. Beide Events waren interdisziplinär angelegt, sie vereinten Fachleute aus der Geschichtswissenschaft, der Linguistik, der Literaturwissenschaft, der Philosophie und der Politikwissenschaft, die aus ganz Europa und darüber hinaus stammten. Obwohl es im Fußball so aussehen mag, als ob sich alles nur um den Ball drehen würde, so sind es doch die Fußballer*innen, die das Spiel durch die Bewegungen ihrer Körper wie auch durch sprachliche Interak­tionen laufend hervorbringen. Was den Körper betrifft, so stellen sich die Fragen: Wie wird dieser Körper in den Diskursen und Bildern dargestellt und vorgestellt, in der Kunst, in der Literatur, im Film, aber auch in der Sportpresse? Welche Körperteile und Erfahrungen werden besonders betont und gezeigt, oder auch verborgen und verschwiegen? Bezüglich Sprachen wird gefragt: Welche Sprachen werden auf dem Spielfeld gesprochen, aber auch in den Medien und im Alltag der Mannschaften, der internationalen wie der regionalen, die ja alle auf der Suche nach neuen Talenten sind, ungeachtet deren Sprache? Wie lernen die Spieler*innen ihre Fremdsprachen und in welchen Kontexten ist von ihnen Mehrsprachigkeit ge­fordert? Welche interkulturellen Unterschiede manifestieren sich in diesem Kontext? Dieser Band behandelt all diese Fragen in ihren philosophischen, kulturwissenschaftlichen und linguistischen Aspekten.

https://www.uibk.ac.at/iup/buecher/9783991060987.html

 

Parution “Penser les milieux vivants en commun”

Penser les milieux vivants en commun 2 : Animaux des villes, animaux des champs

 
Sous la direction de Véronique Le Ru, EPURE, 2023
 
Notre ouvrage propose une réflexion sur les moyens de la mise en commun des milieux vivants: par le fil de la vie? par la littérature? par les épidémies et notre mode de vie rapprochée? par la ville? par la fonction d’exaptation? par l’art du pistage? par la symbolisation? par le jeu? par le regard? par l’exigence d’apparaître? par l’intention de faire comme si? Nous espérons que ces questions trouvent des éléments de réponse pour mieux partager les milieux vivants et permettre à tout être vivant de se faire son milieu et de trouver sa place comme sujet d’une vie à la première personne.
 

Pour plus d’infos, cliquer ici.

Parution : Nietzsche. La conquête d’une pensée

Vient de paraître :

Patrick Wotling

Nietzsche. La conquête d’une pensée

Complexe, énigmatique car radicalement novatrice, la pensée nietzschéenne donne le sentiment d’être trop dispersée pour pouvoir être saisissable. Du reste, y a-t-il un ou plusieurs Nietzsche ? Celui de L’Antéchrist et d’Ecce Homo est-il le même que celui de La Naissance de la tragédie ? Mais complexe ne signifie pas chaotique, et l’incertitude se dissipe si l’on repère les moments où se constituent ses positions fondamentales : quand la notion de pulsion se met-elle en place ? Avec quel ouvrage la théorie des valeurs apparaît-elle ? À quel moment la logique du sentiment de puissance est-elle identifiée ? Quand la philosophie est-elle comprise comme un dire-oui ? Dans quel livre la tentative de lire la réalité tout entière comme volonté de puissance se fait-elle jour ? Cet ouvrage apporte une réponse à ces questions. Il caractérise l’apport des principaux ouvrages de Nietzsche, et montre que l’évolution de sa réflexion n’est pas faite de revirements ni d’abandons de thèses au profit de thèses nouvelles, mais d’un affinement progressif au sein d’une problématique invariante : conquête d’un mode de pensée réformé dont les grandes lignes sont dessinées dès son premier ouvrage, La Naissance de la tragédie.    

300 pages

Presses Universitaires de France 

ISBN : 978-2-13-083644-5

Parution : Crise política e virada conservadora no Brasil (2014-2018)

Le CIRLEP a le plaisir de vous annoncer la parution du livre Crise política e virada conservadora no Brasil (2014-2018). O abismo brasileiro no espelho mundo, co-dirigé par Rodrigo Nabuco (CIRLEP), Maud Chirio (Université Gustave Eiffel) et Diogo Cunha (Universidade Federal de Pernambuco).

Le format est original : quelques grands thèmes y sont discutés par des spécialistes brésiliens et européens, tels que la corruption dans l’espace politique et médiatique, la droite dans la rue, la judiciarisation de la politique, la question raciale, l’idée de “droites révolutionnaires”, la montée des droites radicales et la montée d’une religiosité réactionnaire.

Ce livre est le résultat du colloque Quelle droite a pris le pouvoir au Brésil? Perspectives comparatistes, co-organisé par le CIRLEP à l’EHESS en juin 2017.

Parution : Anfractuosités de la fiction

Vient de paraître :

Anfractuosités de la fiction : Inscriptions du politique dans la littérature hispanophone contemporaine

Dir. Marta Waldegaray

Ce volume qui inaugure la collection SAXIFRAGES interroge et met en relation aussi bien les champs de la poétique, du politique et de l’éthique que le travail de la fiction. Car la fiction, à l’instar de la métaphore vive, désocculte les structures profondes de la réalité auxquelles nous sommes reliés en tant que mortels (Ricoeur) et élabore un système d’évidences sensibles qui donne à voir l’existence (Rancière). Le constat d’un retour au réel – voire à une certaine forme de réalisme – dans la littérature contemporaine des dernières décennies réactualise ces réflexions et approches du travail de la fiction et des images en tant qu’objets esthétiques capables de faire sens et de réinventer notre imaginaire politique (DidiHuberman). Comment la littérature procède-t-elle lorsqu’elle n’est plus censée refléter comme le miroir stendhalien la réalité? Comment traiter le politique faufilé dans la fiction lorsqu’il ne s’agit plus de le représenter « simplement »? Car lire le politique, en traquer les traces qui se glissent entre les failles et fissures d’un champ social ou artistique pour œuvrer de l’intérieur en craquelant – comme le font les forces faibles des saxifrages – les systèmes clos et « parfaits », c’est appréhender cette faculté de faire sens, de fictionner.

On trouvera réunies ici dix contributions de spécialistes français et étrangers dont la recherche et les travaux portent sur la littérature hispanophone contemporaine. Ils analysent les manières dont certains événements historiques, la violence, la mémoire, l’engagement se faufilent dans le dispositif narratif pour le singulariser politiquement. Ils explorent ces rapports sous des aspects les plus divers, dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée de la littérature, la philosophie, le cinéma, l’histoire contemporaine.

Publié aux EPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Pour plus de détails :

Oser penser avec Emilie du Chatelet, D’Alembert, Poincaré

Parution: Oser penser avec Emilie du Châtelet, D’Alembert, Poincaré…: La distinction entre croire et savoir, par Véronique Le Ru (Paris : Editions Matériologiques, 2020).

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la distinction entre croire et savoir, dix ans après la première édition du livre ? La science ne s’est-elle pas libérée, depuis l’énoncé du postulat d’objectivité par Galilée et Descartes au XVIIe siècle, du joug de la théologie et de la religion ? Ces deux penseurs n’ont-ils pas proscrit, dans l’activité scientifique, les causes finales ? Si l’on considère l’ampleur du mouvement créationniste qui veut s’immiscer dans l’enseignement des sciences et dans la théorie et la pratique scientifiques, on peut se dire qu’il est important de rappeler que la science et le domaine de la foi ont des droits séparés, que la première est l’indispensable instance cognitive du savoir sur les choses, les processus, les phénomènes, que la seconde ne saurait posséder aucun privilège ni préséance quant à ces savoirs.

Revenir aux moments de la formulation du postulat d’objectivité – lors de l’essor des sciences modernes puis des révolutions de la pensée mues par le mouvement des Lumières, notamment à travers les fermes résolutions d’Émilie du Châtelet – pour enquêter sur la manière dont la science s’est construite par l’affirmation de son indépendance à l’égard de toute référence à Dieu se révèle fort utile pour contrecarrer les tentatives de brouiller les cartes entre croire et savoir.

La triste et trouble période que nous vivons, celle d’un réarmement théologique des obscurantistes, celle du scepticisme irraisonné, rend ce livre d’une utilité, voire d’un soutien indispensables.

Pour en savoir plus, venez découvrir l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Dictionnaire critique de l’anthropocène

Compte rendu du Dictionnaire critique de l’anthropocène, coordonné par Frédéric Alexandre, Fabrice Argounès, Rémi Bénos, David Blanchon, Frédéric Blot, Laine Chanteloup, Emilie Chevalier, Sylvain Guyot, Francis Huguet, Boris Lebeau, Géraud Magrin, Philippe Pelletier, Marie Redon, Fabien Roussel, Alexis Sierra, Didier Soto, Paris, CNRS éditions, mai 2020, 930 Pages.

 

Voici un dictionnaire qui tombe à pic : paru à la sortie du confinement qui a plongé la France entière dans deux mois de retraite forcée à la maison, période vécue plus ou moins positivement mais où tout un.e chacun.e a eu le loisir de réfléchir à la fameuse question malthusienne : le progrès est-il indéfini ou rencontre-t-il des limites dues au principe de population ? Ce principe, pour rappel, affirme que les rythmes de croissance de la population et des subsistances sont très différents, la première augmentant plus rapidement que la seconde. Dès lors, la polémique est lancée : il y aura un avant et un après Malthus. Ce Dictionnaire critique de l’anthropocène fait aussi réfléchir sur le progrès et sur l’avant et l’après : il y a un avant où la Terre était régulée par des rythmes physiques, chimiques, météorologiques et biologiques ; il y a un après où les techniques humaines et les perturbations et pollutions qu’elles entraînent sont tellement présentes qu’elles affectent les rythmes physiques, chimiques, climatiques, météorologiques et biologiques qui régulent la Terre. 

L’Introduction de six pages intitulée – L’anthropocène au défi de la géographie et des sciences sociales – est un modèle de problématisation de la notion d’anthropocène qui repose sur la thèse que l’espèce humaine est un agent géologique majeur, qui a engendré une nouvelle ère et provoqué des changements géologiques majeurs et irréversibles. Créé à l’origine par des spécialistes de sciences physiques et biologiques (Paul Crutzen, chimiste de l’atmosphère, Eugène F. Stoermer, biologiste), le terme d’anthropocène convoque aussi les sciences humaines et sociales : selon les critères retenus, on ne fait pas commencer l’anthropocène à la même période, ce qui implique des différences d’analyse mais ce nouveau concept est à présent acté. Or nommer un nouveau domaine de recherches, c’est le légitimer, c’est inviter la lectrice/ le lecteur à s’y aventurer, à y risquer sa pensée.

Du reste, dès l’introduction, la lectrice, le lecteur est averti.e : il faudra penser par soi-même, le Dictionnaire est critique ; il fournit plus de trois cents entrées, parmi lesquelles des thèmes qui sont au cœur des débats contemporains : biodiversité, changement climatique, développement durable, transition écologique ; d’autres qui se réfèrent à des courants de pensée : biocentrisme, décroissance, écoféminisme, écologie politique, malthusianisme, transhumanisme. Certaines entrées sont très discutées et polémiques : chaos, Gaïa, effondrement de civilisation, catastrophes, zad (zones à défendre), wilderness ; d’autres sont en voie de construction et de reconnaissance : écocide, socio-écosystème. La part est également faite aux textes et groupes fondamentaux qui marquent la prise de conscience de l’entrée dans l’ère de l’anthropocène : Club de Rome, Rapport Meadow, GIEC/ IPCC, UICN et WWF. Bref, on y trouve de quoi faire son miel dès lors qu’on admire le travail des abeilles si bien décrit par le Chancelier Bacon : « Les empiriques, à la manière des fourmis, se contentent d’amasser et de faire usage ; les rationnels, à la manière des araignées, tissent des toiles à partir de leur propre substance ; mais la méthode de l’abeille tient le milieu : elle recueille sa matière des fleurs des jardins et des champs, mais la transforme et la digère par une faculté qui lui est propre »[1]. ABEILLE constitue la première entrée du Dictionnaire critique de l’anthropocène et invite la lectrice /le lecteur à être les butineuses du Dictionnaire : il ne s’agit pas d’être une araignée, pour reprendre le bestiaire de Bacon, on serait bien incapable de tirer les articles de sa propre substance, mais il ne s’agit pas non plus d’être une fourmi, et de se contenter de compiler des connaissances, mais de les agencer et de les ordonner. Du reste, le Dictionnaire qui propose à la fin de grouper les entrées selon huit domaines nous y aide grandement : on y chemine à travers le domaine de Faune emblématique, de Mécanismes bio-géo-physique aussi bien qu’à travers le domaine de Qualifier le vivant. Les entrées sont aussi présentées par ordre alphabétique, table des matières précédée d’une précieuse et riche bibliographie, heureux viatique si l’on veut traverser l’entrée vers des salles plus spacieuses du savoir. Mais ceci est une autre histoire, pour l’instant laissons-nous embarquer sur ce nouvel océan de l’anthropocène avec les cartes et boussoles de ce Dictionnaire critique de l’anthropocène.

Véronique Le Ru (CIRLEP, responsable du projet sur les milieux vivants dans l’axe 1 Développement durable de la MSH).

[1] Bacon, Novum organum, Livre I, § 95, introduction, traduction et notes Michel Malherbe et Jean-Marie Pousseur, Paris, Puf, 1986.

 

Les Annales de l’Est

Vient de paraître :

Les Annales de l’Est, Numéro 1-2017, dossier « Marie de Lorraine-Guise (1515-1560), un itinéraire européen » (dir. Annette Bächstädt, Bruno Maes, Christine Sukic).

Les douze articles réunis dans ce hors-série des Annales de l’Est constituent l’aboutissement de deux journées d’étude interdisciplinaires, abordant le sujet de Marie de Lorraine sous des aspects aussi bien biographiques qu’historiographiques, civilisationnels, patrimoniaux, historiques, dynastiques et artistiques. Ils ne visent pas à reconstruire une biographie mais proposent de s’interroger sur le pouvoir réel d’une femme issue de l’aristocratie européenne au XVIe siècle, sur son influence éventuelle sur le patrimoine architectural écossais, sur ses images et ses représentations contemporaines, et enfin sur sa place et sa fonction dans les réseaux dynastiques de l’Europe de la première modernité.

 

Annette Bächstädt, Bruno Maes, Christine Sukic : Introduction.

Stefano Simiz, Le Barrois et la Lorraine au XVIe siècle. État de l’art et interrogations historiographiques.

Annette Bächstädt, Marie de Lorraine-Guise dans l’historiographie européenne. Une princesse entre la France et les îles britanniques.

Bruno Maes, L’Éducation de Marie de Lorraine et le programme politique et religieux du clan des Guise.

Marjorie Meiss-Even, Un mois dans la vie de Marie de Guise (juin 1532).

Éric Durot, Marie de Guise, un sacrifice pour les siens.

Alain Morgat, Le douaire champenois de Marie Stuart (1561-1587).

Ghislain Tranié, Le couvent de Pont-à-Mousson et l’exercice du pouvoir par Philippe de Gueldre, modèle des femmes Guise et en particulier de Marie de Lorraine.

Annette Bächstädt, Falkland Palace, Edinburgh and Holyroodhouse : Three Scottish Residences of Marie of Lorraine (1538-1559).

Amy Blakeway, Marie de Guise : Dowager and Regent of Scotland.

Armel Dubois-Nayt, The Black Legend of Mary of Guise.

Pierre Janton, John Knox et Marie de Guise.

Jonathan Spangler, Mary of Guise as a Dynastic Entity : Re-asserting the Auld Alliance or Something Bigger ?

Portraits de Dorian Gray: Le texte, le livre, l’image.

Les membres du CIRLEP félicitent chaleureusement leur collègue Xavier Giudicelli, dont l’ouvrage Portraits de Dorian Gray a reçu le prestigieux prix de la recherche SAES/AFEA 2017.

Portraits de Dorian Gray

« Ce portrait en pied, inquiétant, d’un Dorian Gray hantera […] », écrit Stéphane Mallarmé à Oscar Wilde en avril 1891. The Picture of Dorian Gray, unique roman d’Oscar Wilde, conte l’histoire d’un portrait qui touche aux limites de la représentation. Le tableau s’inscrit dans le texte sous le mode de l’allusion, voire de l’absence. Toile trouée, centre vide autour duquel tout le roman s’articule, le portrait de Dorian Gray lance aux artistes un défi qu’ils ont été nombreux à tenter de relever.

Au croisement des études littéraires, de l’histoire du livre et des arts, cet ouvrage rend compte des métamorphoses d’un texte qui s’apparente à un mythe moderne et qui a connu une extraordinaire postérité. L’analyse de ces portraits de Dorian Graypermet également de retracer une histoire de la place de l’image dans le livre depuis la fin du XIXe siècle jusqu’au début du XXIe siècle, du livre de bibliophile des années 1920 au roman graphique contemporain. Peindre un portrait de Dorian Gray ne peut se faire que par références à des codes et des modèles esthétiques, offrant ainsi un aperçu de l’histoire des représentations au XXe siècle, des volutes Art Nouveau aux films expressionnistes, des portraits mondains aux « écorchés » de Bacon.

À travers l’étude d’un cas à la fois atypique et exemplaire, Xavier Giudicelli mène une réflexion sur les rapports qui se tissent entre texte et image au sein du livre. Texte et iconographie s’associent afin de proposer de nouvelles perspectives sur The Picture of Dorian Gray : la réflexion s’incarne dans l’objet même que ce livre constitue.

Consulter le site de l’éditeur pour plus d’informations sur cet ouvrage.

Direct Speech in Beowulf and Other Old English Narrative Poems

A new examination of the little-studied phenomenon of Direct Speech in Old English poetry.

Direct Speech in Beowulf

Some of the most celebrated passages of Old English poetry are speeches: Beowulf and Unferth’s verbal contest, Hrothgar’s words of advice, Satan’s laments, Juliana’s words of defiance, etc. Yet Direct Speech, as a stylistic device, has remained largely under-examined and under-theorized in studies of the corpus. As a consequence, many analyses are unduly influenced by anachronistic conceptions of Direct Speech, leading to problematic interpretations, not least concerning irony and implicit characterisation.

This book uses linguistic theories to reassess the role of Direct Speech in Old English narrative poetry. Beowulf is given a great deal of attention, because it is a major poem and because it is the focus of much of the existing scholarship on this subject, but it is examined in a broader poetic context: the poem belongs to a wider tradition and thus needs to be understood in that context. The texts examined include several major Old English narrative poems, in particular the two Genesis, Christ and Satan, Andreas, Elene, Juliana and Guthlac A.

Elise Louviot is a Lecturer at the University of Reims Champagne-Ardenne (France) and a specialist of Old English poetry. Her research interests include orality, tradition, formulas and the linguistic expression of subjectivity.

An e-book version of this title is available (9781782046547), to libraries through a number of trusted suppliers. See here for a full list of our partners.

A preview of the book is available on Google Books.