Archives de catégorie : Publications du Cirlep

The Importance of Being Earnest

Journée d’étude organisée le 17 octobre 2015 par Xavier Giudicelli et Sylvie Mikowski (CIRLEP – URCA EA 4299).

Affiche_EarnestCette manifestation, organisée dans le cadre de la préparation à l’agrégation externe d’anglais 2016, a reçu le soutien du CIRLEP (URCA EA 4299) et de la SOFEIR (Société Française d’Etudes Irlandaises). Elle a rassemblé les meilleurs chercheurs français et irlandais travaillant sur cet écrivain né à Dublin, ayant vécu en Angleterre, et mort à Paris. Les communications ont porté sur les questions de  la vérité et du mensonge, de l’identité, de la langue, et du genre au sens de gender. D’autres discussions ont porté sur les possibles  influences philosophiques perceptibles dans la pièce, en particulier celle de Nietzsche, et sur les rapprochements possibles entre Wilde et G.B. Shaw.

Introduction – Xavier GIUDICELLI & Sylvie MIKOWSKI

Noreen DOODY (St Patrick’s College, Drumcondra), “When Truth Becomes Fact”: reality at play in The Importance of Being Earnest

Emily EELLS (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense), The Vital Importance of Wilde’s bons mots

 

 

Nathalie SAUDO-WELBY (Université de Picardie Jules Verne), Wildean Maxims, Gricean Maxims: do the Characters in Earnest Cooperate?

 

 

Jarlath KILLEEN (Trinity College, Dublin), Identity in The Importance of Being Earnest and Changing Understandings of Identity in the Victorian Period

 

 

Emmanuel VERNADAKIS (Université d’Angers), Ion d’Arthur W. Verrall : échos d’un exemple d’“earnestness” dans The Importance of Being Earnest d’Oscar Wilde

 

 

Marianne DRUGEON (Université Paul-Valéry Montpellier 3), Wilde and Shaw: two politically committed playwrights

 

 

Pascal AQUIEN (Université Paris-Sorbonne), Oscar and Friedrich: The Importance of Being Earnest, in the light of Nietzsche’s philosophy

(Re)construire la communauté. La réception du romantisme politique sous la République de Weimar

27351100841240LPartant du constat que le paradigme du « romantisme politique » connaît un regain d’intérêt important en Allemagne sous la République de Weimar (1918-1933), au point de constituer un idéologème essentiel du discours politique de l’époque, en congruence avec les réseaux discursifs de la « communauté » [Gemeinschaft], de la « nation » [Nation] ou du « peuple » [Volk], qui sont les « mots magiques » (Kurt Sontheimer) de la vie intellectuelle weimarienne, le présent ouvrage procède à une analyse archéologique des discours sur le « romantisme politique » sous la République de Weimar.

Par le recours à une conception de la « réception » qui met entre parenthèses la fonction « auteur » il s’agit d’analyser les stratégies discursives qui se structurent autour du paradigme « romantique » entre 1918 et 1933. L’attention va donc aux discours qui se réfèrent explicitement au « romantisme politique » sans préjuger de la « justesse » ou de la « vérité » de cette référence.
L’étude d’un corpus d’auteurs pour qui la référence romantique est explicite et centrale (Sigmund Rubinstein, Carl Schmitt, Othmar Spann, Karl Mannheim, Wilhelm von Schramm et Paul Tillich) ainsi que des réseaux sociaux qui s’organisent autour d’eux, permet de conclure à l’existence d’une sensibilité « romantique » centrale au monde weimarien, qui transcende les oppositions politiques (gauche / droite,conservateur / progressiste, nationaliste / universaliste, etc.) et qui se construit dans l’opposition fondamentale à l’individualisme matérialiste du « libéralisme » capitaliste.

Par Christian E. Roques

Éditeur : Éditions de la MSH
Nb de pages : 365 p.
ISBN-13 978-2-7351-1989-9

L’individu dans le monde du vivant

Individu_LeRuL’individu dans le monde du vivant se veut une synthèse philosophique sur l’état de l’art de la question de l’individu et surtout du processus d’individuation dans le monde du vivant, il s’appuie sur des références classiques (Gilbert Simondon, François Jacob, Henri Atlan, Georges Canguilhem) mais aussi sur des références récentes (Jean-Claude Ameisen, Lynn Margulis, Frans de Waal, Joan Roughgarden) pour montrer que la coopération et l’empathie sont des moteurs au moins aussi puissants dans l’évolution du vivant que la compétition et le conflit.

Par Véronique Le Ru

Éditeur : Mimesis
Nb de pages : 118 p.
ISBN-13 978-8-86976-000-6

La naissance de la tragédie

C. Denat NaissTrag

Paru en 1872, La Naissance de la tragédie est l’acte de naissance d’un philosophe convaincu que seule la confrontation avec ce qui nous est étranger nous donne accès à nous-mêmes. En interrogeant la genèse de la tragédie antique à partir des pulsions que sont l’apollinien et le dionysiaque, Nietzsche met en lumière le sens du pessimisme propre à la Grèce présocratique. Ce « pessimisme de la force », lucide quant au caractère douloureux de la vie humaine, n’exclut pas, mais au contraire renforce le désir d’exister. Par contraste, Nietzsche interroge également une autre forme de pessimisme : le nihilisme dont souffre l’Europe moderne, conséquence paradoxale du rationalisme socratique. La Naissance de la tragédie inaugure ainsi une forme de philosophie radicalement nouvelle : une philosophie qui, contre la rationalité triomphante, met au jour le fond pulsionnel de toute activité humaine, et qui s’attache à comparer et évaluer les cultures, en vue de mieux comprendre le présent et de transformer l’avenir.

Traduction et présentation par Céline Denat

Éditeur : Flammarion (collection GF)
Nb de pages : 353 p.
ISBN-13 978-2-08126-097-9

Transferts linguistiques, hybridations culturelles

Langage & Pensée – n° 6

COUV._transferts-linguistiquesChanger de langue est aussi changer de culture. Dans ces conditions, tout se traduit-il ? Quelle est la nature du transport qui se réalise effectivement à l’occasion du passage d’un idiome à un autre ? Transmettre un sens n’implique-t-il pas parfois une acclimatation, si ce n’est même une hybridation ? Linguistes, spécialistes de littérature, traducteurs et philosophes confrontent ici leur expérience, interrogeant les types de résistance que rencontre la circulation linguistique, et les stratégies élaborées pour y répondre.

Ces études ont été réunies par Céline Denat et Patrick Wotling et (CIRLEP-EA 4299).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 374 p.
ISBN-13 978-2-91527-199-7

 | Sommaire Transferts linguistiques, hybridations culturelles

Publications du Cirlep

couverture_langues_et_pensee_1e_COUV_600 Les membres du Cirlep ont décidé de se servir de ces pages pour référencer leurs publications. Pour l’instant, les lecteurs ne trouveront dans ces pages que les publications récentes. Prochainement, nous compléterons la liste en y ajoutant un tableau complet des ouvrages réalisés par nos membres. Pour faciliter votre navigation dans les pages consacrées à nos publications, nous vous invitons à passer par l’onglet « Publications du Cirlep » que vous trouverez dans la barre latérale ci-dessus.

Les théories du sens et de la référence. Hommage à Georges Kleiber

Dir. Emilia Hilgert, Sylvia Palma, Pierre Frath, René Daval, Reims, EPURE,  collection Res per nomen, vol. 4septembre 2014 [ISBN 978-2-915271-80-5]

Couv-RPN4Cet ouvrage est le quatrième dans la collection Res per nomen. Ce nom est repris d’un des axes de recherche du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée (CIRLEP), un laboratoire de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (France). Il regroupe des linguistes et des philosophes qui explorent ensemble la problématique de la référence en langue, c’est-à-dire le lien nécessaire entre ce que nous disons et notre expérience. Le 1er colloque Res per nomen, en 2007, a fait Le point sur la référence en langue et a tenté d’ouvrir de nouvelles pistes. Le 2e colloque Res per nomen, en 2009, a porté sur La référence, le langage et l’anthropologie et a exploré une approche plus anthropologique de la langue, inspirée de Ludwig Wittgenstein. Le 3e colloque Res per nomen, en 2011, a poursuivi l’étude de ces thèmes, avec un accent particulier sur des questions portant sur La référence, la conscience et le sujet énonciateur. Qu’est-ce que la conscience ? Comment réfère-t-on au moi ? Comment intervient-il dans le discours ? Comment apparaît-il en langue ? En 2013, le colloque a porté sur Les théories du sens et de la référence, et il a été l’occasion de  rendre hommage à Georges Kleiber, qui a introduit la question de la référence dans la pensée linguistique francophone à partir, environ, de 1980, en mettant l’accent sur la forme linguistique de la référence, c’est-à-dire la dénomination. On trouvera ici une riche sélection des articles présentés lors de ce colloque, regroupés en six chapitres, mettant chacun la dénomination en rapport avec la référence, le sens, l’évolution lexicale, les noms propres, les proverbes et l’anaphore.

Nous sommes heureux de proposer au public intéressé les derniers développements d’une problématique qui devrait permettre in fine de dépasser la dichotomie saussurienne du signifiant / signifié en réintroduisant la référence dans la théorie linguistique, c’est-à-dire le monde nommé tel qu’il existe pour nous en rapport avec notre expérience individuelle et collective.

Sommaire « Res per nomen IV »

Sens, formes, langage. Contributions en l’honneur de Pierre Frath

Dir. René Daval, Emilia Hilgert, Thomas Nicklas, Daniel Thomières, Reims, EPURE, juin 2014 [ ISBN 978-2-915271-83-6]

Couv-HomageFrathLes enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales à l’Université de Reims Champagne-Ardenne se caractérisent par leur volonté constante de travailler ensemble. L’Unité de recherche CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée) met en pratique cette interdisciplinarité qui permet de voir autrement et de regarder plus loin. Des linguistes, des philosophes, des spécialistes en littératures et civilisations de langues anglaise, espagnole et allemande font partie de cette équipe. Elle a été dirigée de 2008 à 2011 par Pierre Frath, à qui ce volume est dédié. Les contributeurs de l’ouvrage souhaitent que ce livre soit un témoignage d’intérêts partagés, de coopérations durables et d’amitiés profondes.

Le volume réunit des textes issus des domaines de la philosophie, de la linguistique, de la didactique des langues, de la littérature et de l’histoire. Par sa diversité même, il entend rendre hommage à Pierre Frath, ce chercheur interdisciplinaire aux intérêts multiples.

Après quelques années d’activité comme professeur certifié d’anglais dans différents établissements en France et à l’étranger, Pierre Frath fait une thèse de linguistique informatique et exerce une riche activité d’enseignant-chercheur à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, où il combine avec succès ses recherches en linguistique et ses responsabilités dans le cadre de la politique des langues. Il est, de 2005 à 2013, professeur à l’Université de Reims – Champagne Ardenne, où il crée l’axe de recherche sur la référence Res per nomen. Par ailleurs, il a mis en place les centres de langues de l’université rémoise à partir de 2009, et il a dirigé la Maison des Langues jusqu’en 2012.

Sommaire « Hommage à Pierre Frath »

Savoirs en prisme

RENDU PROJETLa revue électronique Savoirs en Prisme (ISSN 2260-7838), adossée au Centre Interdisciplinaire de Recherches sur la Langue Et la Pensée, équipe d’accueil (EA 4299) du pôle Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) publie son troisième numéro : « La vie des normes », avec lequel elle fait véritablement « peau neuve », inaugurant une nouvelle plate-forme de diffusion et une équipe élargie, dotée d’un Conseil scientifique à dimension internationale.

La revue s’affirme comme résolument pluridisciplinaire, offrant un espace de réflexion aux chercheurs de tous pays et de différentes disciplines : philosophie, linguistique, didactisme des langues et plurilinguisme, langues (anglais, allemand, espagnol) dans leurs différentes spécialités d’aires de recherche : littérature, civilisation, arts visuels, linguistique. La pluralité linguistique s’appréhende d’emblée dans des articles, rédigés majoritairement en français mais aussi en anglais, en allemand et en espagnol. L’énumération ci-dessus, reposant sur la base des différentes composantes du laboratoire, n’est pas exhaustive, puisque la pluridisciplinarité peut convoquer des concepts qui s’associent aisément, comme « Langue et Musique » qui sera le thème du numéro 4 et ne pourra se passer des connaissances et des outils d’analyse des musicologues.

Au rythme actuel d’un numéro par an, une thématique centrale est ainsi choisie par les membres du comité de rédaction et du comité scientifique restreint (membres internes). Les coordinateurs du numéro sont responsables de l’élaboration de l’appel à contributions, diffusé le plus largement possible, en France et à l’étranger. A cette thématique centrale pourront éventuellement s’adjoindre des dossiers hors thématique, en fonction des propositions des enseignants-chercheurs. Une rubrique « Varia » propose comptes-rendus de lecture et entretiens avec des artistes. Chaque thématique centrale est choisie en fonction de sa capacité à fédérer le plus grand nombre de disciplines, chacune s’emparant de l’objet d’étude proposé sous l’angle d’approche qui lui est propre. Sources d’interrogations renouvelées pour la communauté scientifique, les problématiques suscitent un dialogue fécond dans le champ des savoirs, la pluralité des formes de décryptages favorisant l’enrichissement épistémique, dans une démarche à la fois heuristique et dialogique.

Tous les articles sont originaux et font l’objet d’une double expertise anonyme avant publication.

La Lettre au cinéma

La Lettre au cinéma, Etudes réunies par Eléonore Hamaide-Jager, Françoise Heitz, avec Patrick Louguet et Patrick Vienne

Arras, Artois Presses Université, coll. « Lettres et Civilisations étrangères », série Cinémas, 2014

Pour plus d’informations allez sur le site de fabula.org