Archives de catégorie : Publications du Cirlep

Parution: Affaires de sens

Le CIRLEP a la plaisir de vous annoncer la parution du volume “Affaires de sens” (2021), dirigé par Emilia Hilgert, Silvia Palma et Anne Theissen aux EPURE.

Ce numéro hors-série de la collection Res per Nomen comprend dix contributions des membres du groupe de recherche SEDLEX (Sens, Discours, Lexique), réunissant des chercheurs des universités de Strasbourg, Reims et Campinas (Brésil).
Les articles abordent des thématiques variées, allant de l’analyse sémantique d’unités lexicales à celle de constructions, en passant par des considérations sur le statut théorique de telle ou telle notion sémantique. Il s’ensuit que les travaux réalisés, en même temps qu’ils apportent des réponses aux questions particulières au centre de nos recherches, contribuent également de façon heureuse au développement de la sémantique en général.

EPURESNO_HS_B_02 Flyer_web

Parution : Crise política e virada conservadora no Brasil (2014-2018)

Le CIRLEP a le plaisir de vous annoncer la parution du livre Crise política e virada conservadora no Brasil (2014-2018). O abismo brasileiro no espelho mundo, co-dirigé par Rodrigo Nabuco (CIRLEP), Maud Chirio (Université Gustave Eiffel) et Diogo Cunha (Universidade Federal de Pernambuco).

Le format est original : quelques grands thèmes y sont discutés par des spécialistes brésiliens et européens, tels que la corruption dans l’espace politique et médiatique, la droite dans la rue, la judiciarisation de la politique, la question raciale, l’idée de “droites révolutionnaires”, la montée des droites radicales et la montée d’une religiosité réactionnaire.

Ce livre est le résultat du colloque Quelle droite a pris le pouvoir au Brésil? Perspectives comparatistes, co-organisé par le CIRLEP à l’EHESS en juin 2017.

Parution : Anfractuosités de la fiction

Vient de paraître :

Anfractuosités de la fiction : Inscriptions du politique dans la littérature hispanophone contemporaine

Dir. Marta Waldegaray

Ce volume qui inaugure la collection SAXIFRAGES interroge et met en relation aussi bien les champs de la poétique, du politique et de l’éthique que le travail de la fiction. Car la fiction, à l’instar de la métaphore vive, désocculte les structures profondes de la réalité auxquelles nous sommes reliés en tant que mortels (Ricoeur) et élabore un système d’évidences sensibles qui donne à voir l’existence (Rancière). Le constat d’un retour au réel – voire à une certaine forme de réalisme – dans la littérature contemporaine des dernières décennies réactualise ces réflexions et approches du travail de la fiction et des images en tant qu’objets esthétiques capables de faire sens et de réinventer notre imaginaire politique (DidiHuberman). Comment la littérature procède-t-elle lorsqu’elle n’est plus censée refléter comme le miroir stendhalien la réalité? Comment traiter le politique faufilé dans la fiction lorsqu’il ne s’agit plus de le représenter « simplement »? Car lire le politique, en traquer les traces qui se glissent entre les failles et fissures d’un champ social ou artistique pour œuvrer de l’intérieur en craquelant – comme le font les forces faibles des saxifrages – les systèmes clos et « parfaits », c’est appréhender cette faculté de faire sens, de fictionner.

On trouvera réunies ici dix contributions de spécialistes français et étrangers dont la recherche et les travaux portent sur la littérature hispanophone contemporaine. Ils analysent les manières dont certains événements historiques, la violence, la mémoire, l’engagement se faufilent dans le dispositif narratif pour le singulariser politiquement. Ils explorent ces rapports sous des aspects les plus divers, dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée de la littérature, la philosophie, le cinéma, l’histoire contemporaine.

Publié aux EPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Pour plus de détails :

Parution : L’Esthétisme britannique 1860-1900 : peinture, littérature et critique d’art

Vient de paraître : 
L’Esthétisme britannique 1860-1900 : peinture, littérature et critique d’art, dirigé par Anne-Florence Gillard-Estrada et Xavier Giudicelli, Reims, EPURE, collection “Héritages critiques”, 2021.
4e de couverture:
Corps sensuels et alanguis, harmonie des formes et des couleurs, culte de la beauté et de la sensation : c’est au Royaume-Uni, au cours du dernier tiers du règne de Victoria, que naît l’esthétisme, sur lequel cet ouvrage a l’ambition d’offrir un éclairage pour un public francophone.
Courant artistique et littéraire multiple et contradictoire, associé à des peintres tels que Burne-Jones, Leighton ou Whistler, à des écrivains comme Pater, Ruskin, Swinburne ou Wilde, l’esthétisme est à la fois intrinsèquement britannique – fondé sur un prolongement de l’art préraphaélite et le rejet d’une industrialisation qui a radicalement transformé les paysages et les modes de vie du Royaume-Uni au fil du XIXe siècle – et résolument européen, puisant ses sources dans la philosophie allemande et chez des écrivains français comme Baudelaire ou Gautier. Le mouvement esthétique est également trans-artistique et ne saurait se saisir qu’à travers la mise en regard du texte et de l’image – l’étude de l’influence réciproque de la peinture et de la littérature et l’examen d’une critique d’art subjective et créatrice.
Ce volume se propose de cerner les contours de ce mouvement polymorphe, qui trouble les genres et les catégories, à travers la traduction richement annotée de quelques-uns des écrits critiques clefs qui en définissent ou en illustrent les principes. La seconde partie de l’ouvrage réunit quatre études rédigées par des spécialistes du champ. Elles portent sur les motifs fondateurs de l’esthétisme et interrogent les rapports inter-artistiques au coeur d’un mouvement au seuil de la modernité et dont l’influence excède les frontières du Royaume-Uni.

Andy Auckbur, Lire la nature dans Arcadia de Sir Philip Sidney : une esthétique du détail

Parution: Andy Auckbur, Lire la nature dans Arcadia de Sir Philip Sidney : une esthétique du détail (ÉPURE, coll. “Studia Remensia” dirigée par Thomas Nicklas, Xavier Giudicelli et Rodrigo Nabuco) 

Arcadia de Philip Sidney, l’une des œuvres les plus fascinantes de
l’époque élisabéthaine, jouit depuis quelques années d’un regain
d’intérêt de la part de la communauté scientifique française.
Longtemps dominé par Shakespeare, le champ des études élisabéthaines en France s’est élargi et s’intéresse désormais aux autres figures littéraires qui ont contribué à façonner l’esprit élisabéthain. Parmi cette petite élite culturelle, Sidney fait figure d’exception. Bien avant que sa mort héroïque ne lui confère le statut de légende nationale, Sidney avait acquis une dimension internationale, notamment par sa fréquentation des grandes cours d’Europe au cours de son « grand tour » de 1572 à 1575, et de sa mission diplomatique auprès de l’empereur Rodolphe II. Ces voyages lui offrirent l’occasion de s’édifier au contact des intellectuels, des artistes et des poètes qui assuraient aux puissances continentales un rayonnement culturel que l’Angleterre ne connaissait pas encore. Ce serait d’ailleurs au retour de son ambassade que Sidney aurait commencé la rédaction d’Arcadia qui n’est rien de moins que la première œuvre de fiction sérieuse rédigée en anglais. Le projet était à la hauteur de l’ambition de l’auteur: donner à la langue anglaise le grand chef-d’œuvre qui lui manquait.

Le tract de présentation de l’ouvrage est disponible ici : https://www.univ-reims.fr/epure/media-files/30228/epurstud_06_b_01-flyer_web.pdf

Toutes les informations sur l’ouvrage sont également disponibles ici : https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100889030&fa=description

Oser penser avec Emilie du Chatelet, D’Alembert, Poincaré

Parution: Oser penser avec Emilie du Châtelet, D’Alembert, Poincaré…: La distinction entre croire et savoir, par Véronique Le Ru (Paris : Editions Matériologiques, 2020).

Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la distinction entre croire et savoir, dix ans après la première édition du livre ? La science ne s’est-elle pas libérée, depuis l’énoncé du postulat d’objectivité par Galilée et Descartes au XVIIe siècle, du joug de la théologie et de la religion ? Ces deux penseurs n’ont-ils pas proscrit, dans l’activité scientifique, les causes finales ? Si l’on considère l’ampleur du mouvement créationniste qui veut s’immiscer dans l’enseignement des sciences et dans la théorie et la pratique scientifiques, on peut se dire qu’il est important de rappeler que la science et le domaine de la foi ont des droits séparés, que la première est l’indispensable instance cognitive du savoir sur les choses, les processus, les phénomènes, que la seconde ne saurait posséder aucun privilège ni préséance quant à ces savoirs.

Revenir aux moments de la formulation du postulat d’objectivité – lors de l’essor des sciences modernes puis des révolutions de la pensée mues par le mouvement des Lumières, notamment à travers les fermes résolutions d’Émilie du Châtelet – pour enquêter sur la manière dont la science s’est construite par l’affirmation de son indépendance à l’égard de toute référence à Dieu se révèle fort utile pour contrecarrer les tentatives de brouiller les cartes entre croire et savoir.

La triste et trouble période que nous vivons, celle d’un réarmement théologique des obscurantistes, celle du scepticisme irraisonné, rend ce livre d’une utilité, voire d’un soutien indispensables.

Pour en savoir plus, venez découvrir l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Dictionnaire critique de l’anthropocène

Compte rendu du Dictionnaire critique de l’anthropocène, coordonné par Frédéric Alexandre, Fabrice Argounès, Rémi Bénos, David Blanchon, Frédéric Blot, Laine Chanteloup, Emilie Chevalier, Sylvain Guyot, Francis Huguet, Boris Lebeau, Géraud Magrin, Philippe Pelletier, Marie Redon, Fabien Roussel, Alexis Sierra, Didier Soto, Paris, CNRS éditions, mai 2020, 930 Pages.

 

Voici un dictionnaire qui tombe à pic : paru à la sortie du confinement qui a plongé la France entière dans deux mois de retraite forcée à la maison, période vécue plus ou moins positivement mais où tout un.e chacun.e a eu le loisir de réfléchir à la fameuse question malthusienne : le progrès est-il indéfini ou rencontre-t-il des limites dues au principe de population ? Ce principe, pour rappel, affirme que les rythmes de croissance de la population et des subsistances sont très différents, la première augmentant plus rapidement que la seconde. Dès lors, la polémique est lancée : il y aura un avant et un après Malthus. Ce Dictionnaire critique de l’anthropocène fait aussi réfléchir sur le progrès et sur l’avant et l’après : il y a un avant où la Terre était régulée par des rythmes physiques, chimiques, météorologiques et biologiques ; il y a un après où les techniques humaines et les perturbations et pollutions qu’elles entraînent sont tellement présentes qu’elles affectent les rythmes physiques, chimiques, climatiques, météorologiques et biologiques qui régulent la Terre. 

L’Introduction de six pages intitulée – L’anthropocène au défi de la géographie et des sciences sociales – est un modèle de problématisation de la notion d’anthropocène qui repose sur la thèse que l’espèce humaine est un agent géologique majeur, qui a engendré une nouvelle ère et provoqué des changements géologiques majeurs et irréversibles. Créé à l’origine par des spécialistes de sciences physiques et biologiques (Paul Crutzen, chimiste de l’atmosphère, Eugène F. Stoermer, biologiste), le terme d’anthropocène convoque aussi les sciences humaines et sociales : selon les critères retenus, on ne fait pas commencer l’anthropocène à la même période, ce qui implique des différences d’analyse mais ce nouveau concept est à présent acté. Or nommer un nouveau domaine de recherches, c’est le légitimer, c’est inviter la lectrice/ le lecteur à s’y aventurer, à y risquer sa pensée.

Du reste, dès l’introduction, la lectrice, le lecteur est averti.e : il faudra penser par soi-même, le Dictionnaire est critique ; il fournit plus de trois cents entrées, parmi lesquelles des thèmes qui sont au cœur des débats contemporains : biodiversité, changement climatique, développement durable, transition écologique ; d’autres qui se réfèrent à des courants de pensée : biocentrisme, décroissance, écoféminisme, écologie politique, malthusianisme, transhumanisme. Certaines entrées sont très discutées et polémiques : chaos, Gaïa, effondrement de civilisation, catastrophes, zad (zones à défendre), wilderness ; d’autres sont en voie de construction et de reconnaissance : écocide, socio-écosystème. La part est également faite aux textes et groupes fondamentaux qui marquent la prise de conscience de l’entrée dans l’ère de l’anthropocène : Club de Rome, Rapport Meadow, GIEC/ IPCC, UICN et WWF. Bref, on y trouve de quoi faire son miel dès lors qu’on admire le travail des abeilles si bien décrit par le Chancelier Bacon : « Les empiriques, à la manière des fourmis, se contentent d’amasser et de faire usage ; les rationnels, à la manière des araignées, tissent des toiles à partir de leur propre substance ; mais la méthode de l’abeille tient le milieu : elle recueille sa matière des fleurs des jardins et des champs, mais la transforme et la digère par une faculté qui lui est propre »[1]. ABEILLE constitue la première entrée du Dictionnaire critique de l’anthropocène et invite la lectrice /le lecteur à être les butineuses du Dictionnaire : il ne s’agit pas d’être une araignée, pour reprendre le bestiaire de Bacon, on serait bien incapable de tirer les articles de sa propre substance, mais il ne s’agit pas non plus d’être une fourmi, et de se contenter de compiler des connaissances, mais de les agencer et de les ordonner. Du reste, le Dictionnaire qui propose à la fin de grouper les entrées selon huit domaines nous y aide grandement : on y chemine à travers le domaine de Faune emblématique, de Mécanismes bio-géo-physique aussi bien qu’à travers le domaine de Qualifier le vivant. Les entrées sont aussi présentées par ordre alphabétique, table des matières précédée d’une précieuse et riche bibliographie, heureux viatique si l’on veut traverser l’entrée vers des salles plus spacieuses du savoir. Mais ceci est une autre histoire, pour l’instant laissons-nous embarquer sur ce nouvel océan de l’anthropocène avec les cartes et boussoles de ce Dictionnaire critique de l’anthropocène.

Véronique Le Ru (CIRLEP, responsable du projet sur les milieux vivants dans l’axe 1 Développement durable de la MSH).

[1] Bacon, Novum organum, Livre I, § 95, introduction, traduction et notes Michel Malherbe et Jean-Marie Pousseur, Paris, Puf, 1986.

 

How Popular Culture Travels

How Popular Culture Travels – Cultural Exchanges between Ireland and the United States

Édité par Sylvie Mikowski & Yann Philippe

The necessity of examining international cultural transfers has become more and more pressing. The calls to denationalize history – US and Irish history – have been numerous and transatlantic, transnational, diasporic, interconnected or global approaches to history have flourished. Culture itself has become a privileged vantage point from which to assess the extent of the globalization process. Most often, however, the circulation of items of popular culture has been taken for granted or not been studied on its own terms. This volume is both ambitious and limited in its approach. It does not pretend to offer a new theory or methodology of intercultural transfers at the global level. The focus is narrowed to the circulation of popular culture between Ireland and the US. Our goal in this respect is to weave together a constantly shifting object of study and various and sometimes diverging streams of research: cultural history and the study of popular culture, the history of nations and global history, immigration, diaspora or ethnic studies and the study of circulating commercial products through music, images and more recently the internet. By taking into account the international context of cultural nation-building, the volume is an attempt to contribute to a renewed understanding of how the circulation of goods and people reached a momentum at the same time as states were engaged in an-going process of nation-building-deconstructing-and-redefining, in the 19th, 20th and early 21st centuries.

Édition Première édition
Langue anglais
Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre broché
Nb de pages 238 p. Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960838
ISBN-13 9782374960838

 

Les Annales de l’Est

Vient de paraître :

Les Annales de l’Est, Numéro 1-2017, dossier « Marie de Lorraine-Guise (1515-1560), un itinéraire européen » (dir. Annette Bächstädt, Bruno Maes, Christine Sukic).

Les douze articles réunis dans ce hors-série des Annales de l’Est constituent l’aboutissement de deux journées d’étude interdisciplinaires, abordant le sujet de Marie de Lorraine sous des aspects aussi bien biographiques qu’historiographiques, civilisationnels, patrimoniaux, historiques, dynastiques et artistiques. Ils ne visent pas à reconstruire une biographie mais proposent de s’interroger sur le pouvoir réel d’une femme issue de l’aristocratie européenne au XVIe siècle, sur son influence éventuelle sur le patrimoine architectural écossais, sur ses images et ses représentations contemporaines, et enfin sur sa place et sa fonction dans les réseaux dynastiques de l’Europe de la première modernité.

 

Annette Bächstädt, Bruno Maes, Christine Sukic : Introduction.

Stefano Simiz, Le Barrois et la Lorraine au XVIe siècle. État de l’art et interrogations historiographiques.

Annette Bächstädt, Marie de Lorraine-Guise dans l’historiographie européenne. Une princesse entre la France et les îles britanniques.

Bruno Maes, L’Éducation de Marie de Lorraine et le programme politique et religieux du clan des Guise.

Marjorie Meiss-Even, Un mois dans la vie de Marie de Guise (juin 1532).

Éric Durot, Marie de Guise, un sacrifice pour les siens.

Alain Morgat, Le douaire champenois de Marie Stuart (1561-1587).

Ghislain Tranié, Le couvent de Pont-à-Mousson et l’exercice du pouvoir par Philippe de Gueldre, modèle des femmes Guise et en particulier de Marie de Lorraine.

Annette Bächstädt, Falkland Palace, Edinburgh and Holyroodhouse : Three Scottish Residences of Marie of Lorraine (1538-1559).

Amy Blakeway, Marie de Guise : Dowager and Regent of Scotland.

Armel Dubois-Nayt, The Black Legend of Mary of Guise.

Pierre Janton, John Knox et Marie de Guise.

Jonathan Spangler, Mary of Guise as a Dynastic Entity : Re-asserting the Auld Alliance or Something Bigger ?

Appel à contributions: lieux de rupture

Lieux de rupture
Une œuvre marquante procède souvent d’une rupture ou de plusieurs ruptures avec son époque, ce qui amène son auteur à reconfigurer son regard sur le monde, à ré-inventer son approche de la langue, à modifier un genre, ou même à concevoir une nouvelle théorie. Mais l’œuvre elle-même se constitue aussi autour de flux et de rythmes qui font et défont les existences d’individus ou de communautés, détruisent des structures pour que d’autres prennent forme ou bien s‘anéantissent à jamais. En d’autres termes, l’œuvre d’art ne serait-elle pas un lieu de rupture en soi ?
Au premier regard, le lieu particulier où se déroule la rupture s’identifie comme une « zone de rupture » (selon le terme technique), dont l’esthétique annonce ou dissimule les seuils critiques et les brisures à venir.  Mais ce fond qui donne la forme s’ouvre bientôt à de multiples interprétations : croisée de désirs, antagonismes, structures spatio-temporelles ouvrantes ou fermantes dans un espace psychique, virtuel ou imaginaire traversé par des tensions.
La notion de rupture, — et plus précisément, celles de seuil critique et point de rupture —, offre les apparences les plus diverses allant de la non-rupture au moment ultime de la destruction et de la mort. Entre ces deux extrêmes, quelles sont les autres définitions possibles de ces notions ? L’on peut aussi se demander comment se re-nouvellent les thèmes classiques du suspense, de la peur, de la menace, du risque etc., et quelles questions inattendues, encore informulées, peuvent se poser. Qu’advient-il alors du concept d’identité, parfois galvaudé ? Comment se déploient temporalité et narration dans une œuvre de fiction ou de non-fiction ?  Quelles nou-velles métaphores vont écrire le lieu de la déchirure ?
Les contributions devront faire l’objet d’une méditation théorique approfondie qui s’appuiera sur de nombreux exemples ou bien donner lieu à l’analyse d’une œuvre précise littéraire, picturale ou cinématographique.
Les articles seront rédigés en français ou en anglais et comporteront entre 6000 et 10 000 mots. La date limite de réception est le 1er septembre 2018. Prière d’envoyer vos propositions d’articles à catherine.chauche@sfr.fr et à daniel.thomieres@univ-reims.fr.

Call for papers: Places of rupture

Major works of art are often the result of a break or of several breaks with their time, which leads their authors to reconfigure their worldviews, reinvent their use of language, modify a genre, or conceive a new theory. But a work itself is also made up of flows and rhythms that delineate or destroy the main features of a man’s existence, a community or a territory for others to take form or be wiped out for ever. In other words, could we say that a work is a place of rupture in itself?
At first glance, the particular place where the rupture happens can be identified as a “rupture zone,” in technical terms, whose aesthetics conceals or anticipates critical thresholds or breaks to come. But the play between form and content also gives rise to multiple interpretations: antagonisms at the crossroads of desires, opening or closing spacetime structures, in psychic, imaginary or concrete places full of internal tensions.
The notion of rupture — as well as the notions of critical threshold and breaking-point — takes on diverse appearances ranging from non-rupture and continuity to disruption and death. Between these two extremes, other definitions of these notions may be brought out. We may wonder how the classical themes of suspense, fear, menace, risk, good and evil, etc., are renewed and whether yet unspoken issues are about to be formulated. Then, what becomes of the overused concept of identity? How does temporality unfold in fictional and non-fictional works? What new metaphors will conjure up places of rupture?
Papers of 6 000-10 000 words, written in French or English, are expected  to  develop a theoretical in-depth reflection supported by converging examples or the careful analysis of a literary, cinematographic or pictorial work. The submission deadline for proposals is 1 September 2018. Please send your draft proposals to catherine.chauche@sfr.fr or daniel.thomieres@univ-reims.fr.

Portraits de Dorian Gray: Le texte, le livre, l’image.

Les membres du CIRLEP félicitent chaleureusement leur collègue Xavier Giudicelli, dont l’ouvrage Portraits de Dorian Gray a reçu le prestigieux prix de la recherche SAES/AFEA 2017.

Portraits de Dorian Gray

« Ce portrait en pied, inquiétant, d’un Dorian Gray hantera […] », écrit Stéphane Mallarmé à Oscar Wilde en avril 1891. The Picture of Dorian Gray, unique roman d’Oscar Wilde, conte l’histoire d’un portrait qui touche aux limites de la représentation. Le tableau s’inscrit dans le texte sous le mode de l’allusion, voire de l’absence. Toile trouée, centre vide autour duquel tout le roman s’articule, le portrait de Dorian Gray lance aux artistes un défi qu’ils ont été nombreux à tenter de relever.

Au croisement des études littéraires, de l’histoire du livre et des arts, cet ouvrage rend compte des métamorphoses d’un texte qui s’apparente à un mythe moderne et qui a connu une extraordinaire postérité. L’analyse de ces portraits de Dorian Graypermet également de retracer une histoire de la place de l’image dans le livre depuis la fin du XIXe siècle jusqu’au début du XXIe siècle, du livre de bibliophile des années 1920 au roman graphique contemporain. Peindre un portrait de Dorian Gray ne peut se faire que par références à des codes et des modèles esthétiques, offrant ainsi un aperçu de l’histoire des représentations au XXe siècle, des volutes Art Nouveau aux films expressionnistes, des portraits mondains aux « écorchés » de Bacon.

À travers l’étude d’un cas à la fois atypique et exemplaire, Xavier Giudicelli mène une réflexion sur les rapports qui se tissent entre texte et image au sein du livre. Texte et iconographie s’associent afin de proposer de nouvelles perspectives sur The Picture of Dorian Gray : la réflexion s’incarne dans l’objet même que ce livre constitue.

Consulter le site de l’éditeur pour plus d’informations sur cet ouvrage.

Direct Speech in Beowulf and Other Old English Narrative Poems

A new examination of the little-studied phenomenon of Direct Speech in Old English poetry.

Direct Speech in Beowulf

Some of the most celebrated passages of Old English poetry are speeches: Beowulf and Unferth’s verbal contest, Hrothgar’s words of advice, Satan’s laments, Juliana’s words of defiance, etc. Yet Direct Speech, as a stylistic device, has remained largely under-examined and under-theorized in studies of the corpus. As a consequence, many analyses are unduly influenced by anachronistic conceptions of Direct Speech, leading to problematic interpretations, not least concerning irony and implicit characterisation.

This book uses linguistic theories to reassess the role of Direct Speech in Old English narrative poetry. Beowulf is given a great deal of attention, because it is a major poem and because it is the focus of much of the existing scholarship on this subject, but it is examined in a broader poetic context: the poem belongs to a wider tradition and thus needs to be understood in that context. The texts examined include several major Old English narrative poems, in particular the two Genesis, Christ and Satan, Andreas, Elene, Juliana and Guthlac A.

Elise Louviot is a Lecturer at the University of Reims Champagne-Ardenne (France) and a specialist of Old English poetry. Her research interests include orality, tradition, formulas and the linguistic expression of subjectivity.

An e-book version of this title is available (9781782046547), to libraries through a number of trusted suppliers. See here for a full list of our partners.

A preview of the book is available on Google Books.

Res Per Nomen 5 – Négation et référence

ResPerNomen5Après avoir abordé, du point de vue philosophique et linguistique, la question de la référence en langue, du lien entre référence et anthropologie, de la conscience et du sujet énonciateur, et de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner, depuis les années 1980, une sémantique référentielle, la cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?  Les articles recueillis dans ce volume apportent des réponses à ces questions, regroupées en trois grands volets : La négation dans les textes philosophiques, La négation dans la langue, La négation dans le discours.

Sous la direction de René DavalPierre FrathEmilia HilgertSilvia Palma.

| Sommaire

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Epure)
Nb de pages : 535 p.
ISBN-13 978-2-374960-21-0