Archives de catégorie : Projets

Séminaire A2IL 2016-2017 (S2)

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

  • 9 février : Nathalie Roelens (U. du Luxembourg) : « Lire par-dessus l’épaule (Umberto Eco) ». Salle R202
  • 2 mars : Jean-Michel Pottier (U. de Reims, CRIMEL) : « À propos de la « parole piquante » des Goncourt ». Salle R202
  • 9 mars : Isabelle Turcan (U. de Lorraine) : « Sur la polyphonie énonciative, dans les textes des dictionnaires du XVII et XVIIIe siècle ».  Salle R202
  • 23 mars : Laurent Jenny (U. de Genève) : « Réflexions sur la relation esthétique ». Salle R202
  • 30 mars : Charlène Deharbe et Françoise Gevrey (U. de Reims, CRIMEL), « Paroles du lecteur dans les œuvres de jeunesse de Loaisel de Tréogate ». Salle R202
  • 13 Avril : Marie-France Boireau (U. Orléans), « Kamel Daoud, Meursault contre-enquête ». Salle R202
  • 4 mai : Céline Rolland (U. de Reims, CIRLEP) : « L’adaptation du cinéaste et la parole de l’acteur : entre Affliction de Russell Banks (1989) et Affliction de Paul Schrader (1997) ». Salle R202

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Liens utiles

La page d’A2IL sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire A2IL).

Le corps de l’héroïsme dans l’Europe de la première modernité

Affiche_CorpsCes journées d’études, qui auront lieu les 14 et 15 novembre 2014, sont organisées par Christine Sukic, CIRLEP (Centre de Recherche Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 4299), en collaboration avec Anne-Marie Miller-Blaise (Projet jeunes chercheurs 2014/2015 – Les objets de la littérature baroque : littérature et histoire matérielle, Université Sorbonne Nouvelle, Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone, PRISMES, EA 4398) et Line Cottegnies (PRISMES, EA 4398).

 

Présentation

Au cours de ces deux journées d’échanges, nous souhaiterions nous intéresser au corps héroïque comme métaphore d’une mutation épistémologique dans les représentations textuelles ou visuelles du héros, à partir des objets et des attributs qui lui sont associés. Le héros est traditionnellement représenté en association avec certains objets symboliques de son héroïsme : les armes (notamment l’épée ou la lance) ou des éléments de l’armement, comme le bouclier, le casque, voire l’armure, toutes représentations métonymiques de l’aspect martial du héros. Ces représentations trouvent souvent leurs sources dans des textes antiques, notamment de la littérature grecque ancienne, mais aussi du roman médiéval. Dans ces récits et représentations, l’épée est nommée, le bouclier devient ekphrasis, l’armure protège la beauté du corps du guerrier. De même, la description du corps du héros obéit à certaines conventions issues des mêmes sources, même si la beauté du corps héroïque répond à des critères différents selon les périodes, qu’ils concernent la musculature, la pilosité, la gestuelle, les larmes, les blessures ou les cicatrices. Les organes internes sont également utilisés comme métaphores du courage ou de la force (l’estomac, le cœur,…). Les héros de la foi, si nombreux en ces temps de guerres de religion, rejoignent d’ailleurs dans l’exposition des blessures et du corps meurtri, le héros martial. Les deux volets de cette manifestation scientifique sont intimement liés, puisque les attributs et les objets du corps symbolisent sa valeur, l’extériorisent, et la rendent visible aux yeux du spectateur-lecteur.

Quelles mutations nous révèlent les objets du corps et son anatomie, au cours de la première modernité, au moment où l’héroïsme, et donc le corps héroïque, est soumis à une redéfinition radicale ? L’héroïsme est en effet en crise, en cette période où l’aristocratie connaît un certain déclin symbolique, où l’arme à feu prend souvent la place de l’épée, et où les guerres modernes font souvent appel à des mercenaires sans foi ni loi qui ne partagent pas les valeurs aristocratiques liées à l’héroïsme de combat. Quant à l’héroïsme religieux, il s’intériorise, comme si la souffrance physique n’était plus le seul critère du martyr.

Nous aimerions aussi nous poser la question de l’objet et du genre : y a-t-il une spécificité des représentations héroïques selon le genre du héros ? L’héroïne a-t-elle ses objets propres, ou son champ d’action, comme celui de la religion? Quels sont ces objets ? Connaissent-ils eux aussi une évolution ? On peut penser au récit de l’échange des objets symboliques de la féminité domestique et de la masculinité héroïque opéré par Hercule et Omphale, tel qu’Ovide en fait le récit. Quelle signification peut-on donner à la popularité d’un tel mythe à l’époque baroque ? Quels enseignements peut-on en tirer quant à l’évolution des représentations de l’héroïsme à cette période? À partir de cette réflexion, on étudiera la distribution symbolique des objets de l’héroïsme entre masculinité et féminité. Y a-t-il redistribution des objets ? Assiste-t-on (ou non) à une appropriation ou à une forme de transposition de l’héroïsme viril traditionnel de la part de la femme ?

La première journée d’échanges sera consacrée spécifiquement aux objets et attributs du corps masculin et féminin. Lors de la seconde journée d’échanges, nous proposons une anatomie des corps héroïques masculin et féminin. Dans une époque de redéfinition de l’héroïsme, on se demandera de quelles parties du corps dépend la représentation du corps héroïque : pilosité, muscles, organes génitaux, poitrine, gestes, larmes, blessures, cicatrices, tête, jambes, organes internes… On s’intéressera aux sens littéraux et métaphoriques de ces parties du corps et on se posera la question du corps héroïque féminin : le corps héroïque féminin dépend-il d’une mise en scène de certaines parties du corps (comme c’est le cas dans les représentations visuelles ou littéraires de l’héroïsme masculin) ou bien s’il s’agit d’un héroïsme au corps absent ou sublimé, obéissant à d’autres conventions de représentation ?

Programme

Vendredi 14 novembre – Bibliothèque Carnegie

Présidence – Line Cottegnies (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

10h00-11h00 – conférence d’Hervé DREVILLON (Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1), « Armes et corps : anatomie de la guerre et du guerrier »

 

Atelier 1 : De la royauté au martyre : objets et attributs de l’héroïsme féminin

11h00-11h15 – Antoinette GIMARET (Université de Limoges), « ‘Ses gants et son livret pour faire testament’ : le récit de la mort de J. Gray dans l’Histoire des Martyrs de J. Crespin et les Tragiques de d’Aubigné »

11h15-11h30 – Aurélie GRIFFIN (Université Jean Monnet – Saint-Étienne), « L’héroïsme au féminin dans The Countess of Pembroke’s Arcadia de Sir Philip Sidney (1590) et The Countess of Montgomery’s Urania de Lady Mary Wroth (1621) »

11h30-11h45 – Andy AUCKBUR (URCA), « ‘a pure mind in a pure body’ : le corps féminin exemplaire chez Sir Philip Sidney (1554-1586) »

11h45-12h15Discussion

12h30-14h00Déjeuner

14h00-15h15 – Visite de la bibliothèque Carnegie et consultation d’ouvrages

 

Présidence – Christine Sukic (URCA)

Atelier 2 : L’héroïne : constructions de genre

15h15-15h30 – Chantal SCHÜTZ (École Polytechnique), « Héroïne ou martyre ? – approches de la ‘femme à l’épée’ »

15h30-15h45 – Helga MEISE (URCA), « La Vagabonde Courasche : gender et gender crossing »

15h45-16h00 – Eva TILLY (Université Rennes 2), « Des corps héroïques féminins dans les nouvelles de Maria de Zayas – de la possession au martyr »

16h00-16h30Discussion

16h30-16h45 Pause

 

Présidence – Anne-Marie Miller Blaise (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Atelier 3 : Héroïsme religieux.

16h45-17h00 – Laïla GHERMANI (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Le bouclier de Satan dans le Paradis Perdu : objet héroïque, topos, ou nouvelle exploration d’une image céleste sur les pas de Galilée ? »

17h00-17h15 – Juliette ALLIX (École du Louvre, Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1), « La création d’un corps chrétien héroïque : armure et iconographie »

17h15-17h30 – Vanessa CHAISE (URCA), « Charles I : du héros guerrier à sa féminisation ? »

17h30-18h00Discussion

 

Samedi 15 novembre – Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche

 

Présidence : Helga Meise (URCA)

Atelier 4 : Corps de reines

 09h30-09h45 – Cécile MAURE (URCA), « Elisabeth I ou la figure d’Hippolyte »

09h45-10h00 – Annette BÄCHSTÄDT, « Marie de Lorraine, l’Amazone écossaise. Les images d’une Guise, entre domination et affirmation »

10h00-10h15 – Yan BRAILOWSKY (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Les joyaux de la reine »

 10h15-10h45Discussion

 10h45-11h00Pause

 

Présidence – Thomas Nicklas (URCA)

Atelier 5 : Histoires de chair sur les scènes de théâtre

11h00-11h15 – Denis LAGAE-DEVOLDERE (Université Paris-Sorbonne – Paris 4), « ‘Va-t-il me manger ?’ » : Nourriture et héros dans Antoine et Cléopâtre »

11h15-11h30 – Diane LARQUETOUX (URCA), « Des composantes à la décomposition du corps héroïque dans Coriolan »

11h30-11h45 – Florence DUMORA (URCA), « Corps dépouillé, corps armé dans deux pièces de Lope de Vega (Peribañez et Fuenteovejuna) »

11h45-12h15Discussion

12h30-14h15Déjeuner

 

Présidence – Laïla Ghermani (Paris Ouest Nanterre)

Atelier 6 : Les armes sans le héros

14h15-14h30 – Anne-Valérie DULAC (Université Paris-Nord – Paris 13), « L’armure, pièce détachée : héroïsme et ornement chez Sir Philip Sidney »

14h30-14h45 – Laetitia SANSONETTI (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Mars désarmé est-il toujours martial ? Enjeux identitaires d’un motif iconographique chez Spenser et Shakespeare »

14h45-15h00 – Gilles SAMBRAS (URCA), « ‘Yet was his sword or armour all his glass.’ — Marvell et l’héroisme narcissique : Villiers et Douglas »

15h00-15h30Discussion

 

15h30-16h45 – Table ronde finale, animée par Line Cottegnies, Anne-Marie Miller-Blaise et Christine Sukic

 

Information pratiques

Contact et informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieux du colloque
Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Opéra”

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bât. 17 – Amphi Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Télécharger le programme
Télécharger l’affiche

Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne

Affiche_TaciteColloque International organisé par Alicia Oïffer-Bomsel, Maître de conférences en Civilisation de l’Espagne moderne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CIRLEP, EA4299) et par Alexandra Merle, Professeur de Civilisation et Littérature de l’Espagne moderne à l’Université de Caen-Basse Normandie (ERLIS, EA4254).

1ère partie : Université de Reims, 20-21 mars 2014

2ème partie : Université de Caen, 2-3 octobre 2014

 

Texte de cadrage

Même si Tacite n’était pas totalement inconnu à l’époque médiévale, la publication à Venise de l’édition princeps de ses œuvres vers 1470 puis, en 1515, la première édition des Annales avec les six premiers livres qui venaient d’être retrouvés, marquèrent le début d’un véritable engouement pour l’historien romain, sa manière d’écrire l’histoire et, plus largement, ses enseignements. Dans toute l’Europe se multiplièrent les éditions de son œuvre, les traductions, puis les commentaires critiques et les traités politiques qui, sous des formes diverses, prétendaient s’inspirer des leçons de Tacite, donnant naissance à ce que l’on devait nommer le « tacitisme ».

Or, si parmi les personnages qui jouèrent un rôle éminent dans la diffusion et l’utilisation des œuvres de Tacite et en particulier des Annales, se distinguent aussi bien le Français Muret ou le Flamand Juste Lipse (éditeur de l’œuvre de l’historien romain à Anvers à partir de 1574), que les Italiens Beroaldo, Alciato ou Ammirato, il apparaît que ce processus de diffusion, malgré son caractère général, ne suivit pas le même rythme partout en Europe et n’adopta pas le même cheminement. Un décalage chronologique est sensible en ce qui concerne les premières traductions dans les différentes langues vernaculaires, qui furent produites à des époques très variées. Ainsi, en Espagne, c’est en 1613 seulement que fut publiée la première traduction des Annales (la première édition en latin étant celle de Juan Alfonso de Lancina, en 1687), ce qui ne signifie pas, comme l’a bien montré Beatriz Antón Martínez, que l’Espagne ait vécu auparavant dans l’ignorance des œuvres de Tacite mais témoigne d’un mode d’appropriation différent, par des circuits et des médiations propres.

On peut s’interroger non seulement sur les origines mais aussi sur l’évolution de la lecture de Tacite dans toute l’Europe, sur la durée et les fluctuations d’un intérêt qui a pu être variable. Plusieurs études enregistrent en effet une certaine lassitude ou un déclin de l’admiration pour l’œuvre de Tacite dans la seconde moitié du XVIIe siècle et même dès les années 1620 en France, tandis que l’on signale d’autre part la vigueur du débat qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle par exemple, porte sur la valeur de l’œuvre de l’historien et même sur la pertinence de ses analyses et de ses déductions. Enfin, sur l’appréciation que les penseurs des Lumières firent de Tacite – on sait que l’intérêt pour son œuvre demeure vivace au XVIIIe siècle grâce au labeur des encyclopédistes et des philosophes, et que Giambattista Vico par exemple a fait l’éloge de sa lucidité -, nous disposons aussi d’études récentes qui ont permis de formuler d’audacieuses théories sur la portée et l’impact de l’esprit critique développé dans l’historiographie jusqu’aux Lumières.

Les connaissances sur la pénétration de Tacite, sur l’utilisation de sa méthode historiographique, sur le développement et les nuances du « tacitisme » politique, ou encore sur l’imitation du style de Tacite dans les œuvres historiographiques, qui reposent sur des travaux éminents et nombreux, ont été affinées et renouvelées ces dernières années grâce à de nouvelles recherches, qui ont permis aussi d’étendre le champ littéraire dans lequel est perceptible une influence de Tacite – plusieurs études achevées ou en cours portent sur le tacitisme dans l’œuvre théâtrale des grands dramaturges européens. Il nous a semblé opportun de donner à cette mise à jour des connaissances une plus grande ampleur grâce à un programme de recherche international au sein duquel les spécialistes de plusieurs disciplines et de différents domaines culturels européens pourront croiser leurs méthodes et confronter leurs découvertes récentes.

Ce travail commun seramené en deux colloques organisés respectivement à Reims (Université de Champagne) les 20 et 21 mars 2014 et à Caen (Université de Normandie) les 2 et 3 octobre 2014.

 

Colloque de Reims, 20-21 mars 2014

La méthode tacitéenne : sa contribution au progrès de l’historiographie à l’époque moderne et ses limites

Après avoir relevé des faits significatifs survenus dans la vie de ses contemporains, Tacite s’attelle à l’étude des tendances mentales et des comportements qui semblent caractériser la nature humaine, pour enfin tenter de déceler les causes des actions des hommes. C’est en passant de la causalité particulière à la causalité générale que Tacite conférerait à son récit historique une rigueur scientifique. Cette démarche implique l’analyse des données de l’expérience depuis une position d’indépendance vis-à-vis de toute croyance et de toute autorité préétablies. C’est ainsi que l’autonomie et la liberté de l’analyste devant son objet d’étude –réalités sociopolitiques, structures de pouvoir–s’imposent comme critère principal dans la définition du rôle de l’historien selon Tacite.

Si ces procédés d’investigation ont suscité un vif mouvement d’adhésion chez les modernes, ils ont été remis en cause dans la seconde moitié du XVIIe siècle. À l’origine de ce contre-courant se trouverait l’abandon de la conception circulaire du temps propre aux Anciens. Chez les historiographes gréco-romains, c’est justement en vertu du principe de l’éternel retour que l’identification des causes permet d’anticiper sur l’avenir et de prévoir des mesures capables d’infléchir le cours des événements. Aussi la conception cyclique du temps entraîne-t-elle la signification et la fonction d’exemplarité attribuées aux êtres et aux événements du passé. Cette construction mentale si chère aux humanistes commence à s’effriter dès le XVIe siècle, à cause d’une nouvelle façon d’appréhender le temps, qui implique le « sentiment de l’irréductible singularité de chaque moment de l’histoire », si bien qu’« on fait valoir, après Montaigne, la part de contingence qui entre dans toute action et qui empêche la répétition à l’identique d’un même événement ». Cela amène à se demander si un tel scepticisme quant à l’infaillibilité du savoir historique et la valeur atemporelle des enseignements que l’on peut en déduire préfigure en quelque sorte la position de Schopenhauer pour qui l’histoire, du fait qu’elle est une « connaissance de l’individuel », n’est pas une science mais un savoir. Dans cette ligne de pensée, Paul Veyne soutiendra à son tour le caractère non scientifique de l’histoire en invoquant la contingence de la causalité historique (Comment on écrit l’histoire)

Quel style pour écrire l’histoire ?

Que Tacite soit l’artisan d’une science authentique ou, à plus proprement parler, d’un savoir pratique, il s’efforce d’élever l’œuvre historique à un degré de dignité dont la preuve la plus tangible serait sa faculté de contribuer au perfectionnement individuel et collectif. Pour ce faire, l’historien doit accompagner sa démarche méthodologique d’une utilisation précise de l’outil linguistique.

Dans Le Dialogue des orateurs, en ce qui concerne le bon ou le mauvais usage de la parole, Tacite déplore l’état de dégradation auquel a été réduit sous l’Empire le discours oratoire du fait que la parole, asservie désormais aux passions et aux intérêts privés, a été détournée de sa mission première : exprimer le vrai et la vertu. Comme Aristote et Cicéron, Tacite souligne la nécessaire alliance entre la sagesse philosophique et la parole créatrice. C’est sans doute par ce principe que l’auteur se laisse  guider lorsqu’il écrit l’histoire. À la findu XVIe siècle, Juan de Mariana énonce ce qui constitue à ses yeux les principaux traits distinctifs du style de l’historien latin : « La diction de Tacite est rude et épineuse, mais nerveuse, et pleine de sens. Sous ses paroles est caché un grand trésor de choses, j’entends les maximes des Princes, avec les intrigues et les fourberies de la Cour. Nous pouvons voir comme dans un miroir, l’image de nos propres affaires, sous la figure des aventures qu’ont eues les autres ». Une diction rude et épineuse… on peut rattacher une telle affirmation à cet atticisme typiquement tacitéen qui, d’après Marc Fumaroli, implique un « sentiment du temps tragique, lié à la hantise de la décadence et de la corruption ». Mais on peut avancer outre cela que la concision comme propriété dominante dans l’écriture tacitéenne, qui se révèle pleinement à travers la forme gnomique ou la formule aphoristique, est indissociable du caractère scientifique dont Tacite s’efforce de doter ses explications historiques, lesquelles résultent de l’application d’une méthode expérimentale. C’est dans un bref aphorisme qu’Hippocrate, pionnier dans l’usage de ce type de formulation, résume le fonctionnement propre à l’induction, une démarche qui est au cœur de la science moderne : « Tout art doit son origine aux résultats de l’observation de chaque phénomène, médités et réduits à des principaux généraux ».

Cette première rencontre visera à examiner l’influence de la propagation de l’œuvre de Tacite en Europe sur l’évolution de la conception de l’histoire et sur celle de l’historiographie elle-même, qu’il s’agisse de son contenu ou de ses aspects formels. On s’intéressera ainsi aux mouvements d’adhésion et de rejet suscités par Tacite en tant qu’historien de la fin du Moyen Âge au siècle des Lumières, aux arguments déployés en sa faveur ou contre lui, à l’impact de son œuvre sur la méthode et le style des œuvres historiographiques et d’autres types d’écrits qui prennent pour objet l’histoire, et enfin aux conséquences que purent avoir ces évolutions.

Colloque de Caen, 2-3 octobre 2014

De l’histoire maîtresse de l’art de gouverner au(x) tacitisme(s)

D’après des études désormais classiques (notamment celles d’A. Momigliano, puis de J.A. Fernández-Santamaría), c’est à partir de 1580 que commence une lecture politique de Tacite, donnant lieu à un « tacitisme » le plus souvent examiné dans ses rapports avec le « machiavélisme » – que l’on pourrait définir comme une interprétation ou une reconstruction de la pensée de Machiavel -, et étroitement associé à la notion émergente de raison d’État, à laquelle Giovanni Botero donna une ample diffusion en 1589, à la valorisation de la dissimulation, du secret et d’une prudence vue comme la pièce maîtresse de l’art de gouverner.

Cette nouvelle orientation de la perception de Tacite est liée à la publication de divers commentaires historico-politiques ou de recueils d’aphorismes (dont ceux de Scipione Ammirato, Scotus, Paschal ou encore les Aforismos al Tácito español de Baltasar Álamos de Barrientos) mais est également perceptible dans un nombre considérable de traités et dissertations sur l’art de gouverner qui se multiplient au XVIIe siècle, voire dans des écrits d’une autre nature.

Outre que l’on a pu remettre en cause – comme l’a fait Beatriz Antón Martínez notamment – ce découpage chronologique peut-être trop net, il ne semble pas inutile de revenir sur les circonstances exactes dans lesquelles a commencé l’articulation entre Machiavel et Tacite, et d’examiner également les rapports tissés entre ce dernier et d’autres éminents auteurs de l’Antiquité qui ont été perçus et employés dans la littérature politique à l’aune de Tacite et de l’enseignement qui lui était imputé. Une telle étude devra être menée dans diverses littératures européennes. De la même façon, il importe de savoir si les nuances signalées à plusieurs reprises dans le cas de la pensée espagnole entre adhésion pleine et entière, acceptation par défaut ou rejet sont acceptables dans d’autres littératures politiques, de préciser les chronologies de ces mouvements d’adhésion ou de refus, et de s’interroger sur le contenu même du « tacitisme » dans ces diverses littératures.

Ainsi, les rapports entre les écrits « tacitistes » et la définition de la prudence devront-ils être particulièrement examinés. On sait que, compte tenu de l’objectif pratique premier visé par l’enseignement de l’histoire d’après Tacite (aider le prince à exercer avec efficacité le pouvoir et ses sujets à apprendre à se mouvoir dans une société politique organisée, quand bien même ils devraient vivre sous un mauvais gouvernement), la finalité ultime du savoir historique est l’acquisition de cette sagesse pratique qu’est la prudence. Bien que Tacite prône aussi la revivification d’autres qualités qui contribuèrent jadis à la grandeur et à la libertas du peuple romain (la constance et la tempérance, le courage et le respect des lois), il semble que son nom soit surtout relié à la valorisation d’une prudence faite de secret et de dissimulation.

Sans doute peut-on apporter sur ce point des nuances. De fait, plusieurs travaux sont venus remettre en cause la définition de ce « tacitisme » dont André Stegmann récusait déjà l’unicité, remarquant qu’il y a en fait plusieurs tacitismes différents au point d’être irréconciliables. « Your Tacitism, or mine ? ». Cette interrogation qui est au centre d’une étude récemment publiée nous paraît devoir être reprise et amplifiée.

En dernier lieu, on pourra s’intéresser au rapport existant entre la vogue des conseils adossés à une lecture politique de Tacite et l’art de gouverner prêté aux monarques de leur vivant ou attaché à leur réputation dans les mémoires. Parmi les figures les plus importantes de l’époque moderne, Philippe II, le roi « Prudent », se trouve fréquemment caractérisé par cet art de l’impénétrabilité et de la préservation du secret, voire de la duplicité, que l’on évoque volontiers en songeant à Tacite. Sans doute quelques monarques et certains Etats se prêtent-ils plus aisément que d’autres à être considérés comme l’incarnation d’un ou du tacitisme.

Les communications seront faites de préférence en français sans que ce critère soit exclusif ; en effet, des interventions en espagnol, italien, allemand et anglais pourront être acceptées, et feront l’objet d’une publication en français (traduction à la charge des communicants), après avis favorable du comité scientifique.

Les propositions de communication, d’une quinzaine de lignes, accompagnées d’un bref Curriculum Vitae, sont à envoyer à Alicia Oïffer-Bomsel et à Alexandra Merle, avant le 15 juillet 2013.

alicia.oiffer-bomsel@univ-reims.fr

Alexandra.merle@unicaen.fr

 

L’acceptation des propositions, après examen par le comité scientifique, sera signifiée au plus tard le 16 septembre 2013.

Modalités d’inscription

Colloque à l’Université de Reims :

http:// www.univ-reims.fr/CIRLEP

Colloque à l’Université de Caen :

Colloque International – « Transferts Linguistiques, hybridations culturelles »

PrgmeHybridL’univers des langues naturelles présente ces deux caractéristiques conflictuelles que sont la séparation, et simultanément la communicabilité. L’interaction de ces deux traits, parenté et irréductibilité, conditionne la nature même des passages, ouvrant la possibilité d’une transmission de sens tout en lui assignant des limitations et des contraintes. La pratique des locuteurs plurilingues, ou encore celle des auteurs attachés à produire eux-mêmes une de leurs œuvres en deux langues, contribue par exemple à éclairer la nature du processus qui se joue dans le changement de langue. Un ouvrage commencé par Julien Green en français, Quand nous habitions tous ensemble, devient lors de sa reprise et de son développement en anglais, Memories of Happy Days. Transmettre le même contenu implique-t-il parfois, curieusement, une variation de formulation ? Transférer, en effet, n’est pas nécessairement dupliquer. Une stratégie de transposition peut s’avérer requise afin d’assurer le succès de la compréhension.

L’auto-traduction n’est toutefois que l’une des nombreuses situations qui signalent la complexité du dialogue inter-linguistique, et les particularités qu’il révèle valent de manière plus générale : non seulement il suggère que la garantie de la fidélité est parfois une rupture de la stricte correspondance textuelle que l’on aurait attendue, mais il rend également sensible ce fait que passer d’une langue à une autre ne se réduit pas à tout coup à changer d’idiome en laissant intact le contenu transféré. Un philosophe allemand écrivant en latin et en français, confiant dans la possibilité de tout rendre en toute langue, remarquait néanmoins que la traduction constitue un révélateur. S’il n’y a pas d’intraduisible radical, reste que la pratique de l’échange laisse envisager des variations de performance selon les langues, liées à la sédimentation historique de l’usage, qui sélectionne les types de formulation qui font sens et permettent la compréhension au sein de la communauté. Mais la traduction, forme réputée noble entre toutes de l’échange interlinguistique, n’est pas seule concernée par ce problème, tout comme elle n’est pas la seule modalité du passage.

Plus radicalement, le transfert linguistique implique fréquemment un transfert culturel (le doublage de films et de séries télévisées à destination du grand public ou la restitution poétiqueen fournissent deux exemples, dans des contextes aussi différents que possible, de la culture populaire à la culture savante), dont on peut alors interroger la nature et les conséquences. Tout se traduit-il ? Et quel est l’objet du transport qui se réalise effectivement : texte, sens, connotations affectives, implications intellectuelles ? Il arrive en effet que traduire consiste d’abord à s’approprier une forme (littéraire par exemple), voire une conception du monde, à l’acclimater ou à la métisser — en d’autres termes, que la variation d’idiome n’aille pas sans une exportation culturelle — ou, au contraire, que la transposition linguistique se plie à des contraintes réceptives qu’imposent les habitudes de pensée et de perception propres à la population pratiquant la langue vers laquelle s’effectue le passage. Faire comprendre implique-t-il parfois, paradoxalement, d’être approximatif, ou encore de déformer ? Les passages de langue à langue sont aussi faits d’ajustements, plus encore d’hybridations –  culturelles avant tout, mais dans bien des cas aussi, linguistiques. En témoigne par exemple la dialogue en intercompréhension, où les locuteurs reformulent fréquemment dans leur langue et en fonction de leur culture un énoncé proféré dans un autre idiome ; l’approximation participe à cette collaboration plurilingue et interculturelle : respectant les bornes des intervalles de confiance déterminées par les interlocuteurs eux-mêmes, elle permet des ajustements dynamiques de l’interaction humaine jusqu’à l’inclusion sociale.

Traduction, interprétation, transposition, paraphrase, adaptation, imitation, doublage, sous-titrage : quel est le type de circulation, ou plutôt quels sont les types de circulation qui s’opèrent à l’occasion du passage d’un univers linguistique à un autre ? Quelles en sont les logiques ? Ce sont les aspects fondamentaux de ces problèmes que se propose d’explorer et d’inventorier le colloque international « Transferts linguistiques, hybridations culturelles » qu’organise le Cirlep (Université de Reims, EA 4299) en juin 2014, pour inaugurer une perspective de recherche pluridisciplinaire associant linguistes, civilisationnistes et philosophes.

 

Programme du Colloque

Pour consulter le programme, veuillez cliquer sur le lien suivant:

Programme / Conference Program

 

 

Autres manifestations

DD_JJRLe Cirlep aura le plaisir de recevoir Madame Izabella Zatorska de l’Instytut Romanistyki – Uniwersytetu Warszawskiego  pour une conférence sur Rousseau et Diderot. L’intitulé de son intervention est « La Genèse à réécrire, ou comment réinventer une origine (selon Rousseau ou Diderot) ». Cet événement aura lieu le 14 mai à Université de Reims Champagne-Ardenne – Campus Croix-Rouge. Il est ouvert à tous.

Représentations du corps héroïque : pré-projet ANR

demi armure N10200798_JPEG_1_1DM-1Le projet « Représentations du corps héroïque » fait suite à plusieurs travaux organisés par Christine Sukic, professeur de littérature anglaise et membre du CIRLEP. Ce projet pluridisciplinaire est mené en collaboration avec plusieurs membres de PRISMES (EA 4398, Paris Sorbonne Nouvelle), et vise à explorer les représentations textuelles ou visuelles du corps héroïque aux XVIe et XVIIe siècles afin de déterminer en quoi elles peuvent nous éclairer sur les mutations épistémologiques de la première modernité.

Sur cette page, vous trouverez les détails de ce projet, le texte de cadrage et les événements à venir, notamment les deux Journées d’études qui auront lieu à Reims les 14 et 15 novembre

 

* Journées d’études sur le corps héroïque

* Méthode

* Détails du Projet

* Bibliographie

 

 

Représentations du corps héroïque

Porteur du projet : Christine Sukic (CIRLEP, EA4299)

Ce projet a obtenu un financement URCA Incitatif Amont

 

 

Présentation du projet

Au centre de se projet se situe la question de l’héroïsme, tel qu’il était perçu dans l’Europe de la première modernité, à une période où sa définition évolue grandement, notamment sous l’influence des bouleversements politiques et religieux que connaît l’Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Cette question n’est pas nouvelle, mais ce projet est novateur en ce qu’il se concentre sur le corps héroïque en tant que représentation pouvant éclairer la pensée de la première modernité en Europe. L’autre aspect novateur du projet est l’étude des représentations du corps sous l’angle des études de genre : en effet, les représentations pré-modernes du corps héroïque sont généralement tributaires d’une vision issue de l’Antiquité classique, puis de la chevalerie médiévale, c’est-à-dire un corps héroïque masculin, martial, dont la mort sur le champ de bataille est le signe d’une grandeur porteuse de mythe. Comme l’a bien montré Jean-Pierre Vernant (La Mort héroïque chez les Grecs, 2001), l’héroïsme dépend du corps, puisqu’il doit y avoir absolue correspondance entre le corps et la qualité du héros, entre le beau et le bon, le kalos kagathos. La définition de l’héroïque aboutissant de ce fait à une définition de la virilité, on peut se demander si à l’époque de la première modernité, époque de mutations épistémologiques, se dessine un héroïsme féminin. Dans la littérature du XVIIe siècle, il y a des héroïnes féminines, y compris des héroïnes guerrières, mais tantôt leur corps est masculinisé, tantôt il aboutit à une vision de l’héroïsme féminin répondant aux valeurs attribuées à l’époque aux femmes dans les discours normatifs (chasteté, silence, obéissance). Il y a des exceptions, puisque apparaissent dans la littérature de nombreuses héroïnes hors norme à l’opposé de ce discours moraliste normatif : on pense à Cléopâtre dans l’Antoine et Cléopâtre de Shakespeare, ou à quelques héroïnes cornéliennes, ou encore à quelques héroïnes de la littérature picaresque espagnole ou allemande. Les représentations de l’héroïsme au féminin semblent correspondre tantôt à un héroïsme passif (fortitude stoïque de la douleur, douleur maternelle), c’est-à-dire un héroïsme du corps féminin souffrant, tantôt à un héroïsme actif qui imiterait celui des hommes (Amazones, femmes portant costumes d’hommes et se faisant passer pour des hommes).

Le but premier du projet est donc de considérer que le corps héroïque peut nous permettre de mieux comprendre la pensée de la première modernité : comment les mutations du corps héroïque s’inscrivent-elles dans les bouleversements politiques et religieux de cette période ? On pense en particulier au corps héroïque des grands nobles forcés de repenser leur place dans un espace politique où leur « héroïsme social » (celui de la noblesse) se heurte à un pouvoir souvent absolu (Charles de Gontaut-Biron en France, le comte d’Essex en Angleterre).

Deuxièmement, le projet vise à réexaminer la question de la masculinité et de la féminité dans son rapport avec le corps héroïque, et notamment à tenter de définir un « corps héroïque féminin », qu’il soit littéraire (femmes guerrières dans la littérature ou femmes auteurs) ou historique (« deux corps » des femmes monarques, femmes dans la guerre civile, prise de parole héroïque des femmes dans les guerres/ guerres civiles en Europe).

Les études sur l’héroïsme sont nombreuses, y compris dans un aspect pluridisciplinaire qui est celui de ce projet. On sait en effet depuis Paul Bénichou que la première modernité procède à ce qu’il a appelé une « démolition du héros » (Morales du Grand siècle, 1948), constat fait à propos de la France du XVIIe siècle mais qui s’applique à l’Europe tout entière. En revanche, les études sur héroïsme et études de genre pour l’époque pré-moderne sont surtout le fait des pays anglo-saxons (Jennifer Low, Manhood and the Duel : Masculinity in Early Modern Drama and Culture, Palgrave Macmillan, 2003 ; Mary Beth Rose, Gender and Heroism in Early Modern English Literature, U. of Chicago Press, 2002). Il existe très peu d’études sur le corps héroïque féminin dans une perspective pluridisciplinaire, à savoir à l’échelle européenne, en prenant en compte toutes les aires linguistiques, et dans une perspective historique de la littérature. C’est ce qui caractérise le présent projet : le corps héroïque féminin ou masculin est envisagé comme une « métaphore épistémologique », pour reprendre le terme d’Umberto Eco (L’œuvre ouverte, 1965).

 

Méthode

Le projet n’est envisageable que dans une dimension pluridisciplinaire qui a toujours caractérisé les travaux du porteur du présent projet et qui est également le fondement du CIRLEP, regroupant des hispanistes, germanistes et anglicistes, des historiens, philosophes et linguistes. En ce qui concerne la première modernité, il est impossible d’entamer des travaux sans prendre en compte le contexte européen et la circulation des idées qui caractérise cette période. De plus, le projet vise à étudier la question du corps héroïque à la fois dans l’histoire, la littérature (de fiction ou non) et la culture visuelle afin d’établir des correspondances entre les divers champs épistémologiques.

Au sein du CIRLEP, le projet s’inscrit dans la continuité de travaux déjà menés en 2012 et 2013 et qui constituent un fondement méthodologique nécessaire à l’avancée du projet. En effet, en 2012, un colloque sur « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a été organisé et a donné lieu à une publication du même titre (EPURE, 2013, dir. Christine Sukic). De plus, Christine Sukic dirige un séminaire intitulé « Codes, Marges et Transgressions », au sein de l’axe « Représentations de la société : codes, cultures, images » et la thématique du séminaire en 2012-2013, et 2013-2014 a été « Le corps héroïque féminin ». En 2014, les travaux du séminaire s’intègreront naturellement dans le présent projet.

Enfin, celui-ci constitue une collaboration avec l’équipe Epistémè-PEARL, au sein de PRISMES (EA 4398 : Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), dont la responsable est Line Cottegnies.

 

Détail du projet 

 

1. 2013-14 : un séminaire à Reims : Codes, Marges et Transgressions, « Le corps héroïque féminin »

 

Le séminaire « Codes, Marges et Transgression » consacré au « corps héroïque féminin » constitue un travail préparatoire. Il a permis de définir un texte de cadrage précis, prenant en compte tous les aspects de la question du corps héroïque.

 

Séances 2013 :

 

Mercredi 13 février 2013, 16h : Morgane Bird (URCA), « Le corps héroïque des femmes dans The Penelopiad de Margaret Atwood ».

 

Mercredi 10 avril 2013, 16h : Laetitia Coussement-Boillot (Université Paris 7 – Denis Diderot) : « L’absence du corps héroïque féminin dans Urania de Lady Mary Wroth ».

 

Mercredi 22 mai 2013, 16h : Claire Gheeraert-Grafeuille (Université de Rouen), « Un héroïsme au féminin est-il possible ? Le cas de quelques mémoires féminins de la Restauration anglaise ».

 

Mercredi 5 juin 2013, 16h : Florence Dumora (URCA), « Récit des déchéances infligées au corps féminin dans les nouvelles Desengaños amorosos de Maria de Zayas (1647) ».

 

Mercredi 13 novembre, 16h: Gilles Sambras (URCA) « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

 

Séances 2014 :

 

Mercredi 19 mars à 16h: Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».

Mercredi 9 avril à 16h: Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30: Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin, 10h30 : Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».

 

2. Mars 2014 : session « Heroic Passions » au Congrès annuel de la Renaissance Society of America (New York City, Etats-Unis)

 

La session a été organisée par Christine Sukic en collaboration avec le séminaire Epistémè (PRISMES EA4398). Les communications portent sur les domaines anglais et français et sur les passions héroïques masculines et féminines.

 

Interventions :

Eva Madeleine Martin (Rutgers University) : « The Spectator’s Response and the Rehabilitation of Heroic Passion in Seventeenth-Century French Philosophy, Painting, and Theater ».

 

Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen) : « Heroic Passions in Margaret Cavendish’s Bell in Campo » (1662) ».

 

Christine Sukic (URCA) : « The Ambiguities of Heroic Anger »

 

 

3. Novembre 2014 : Deux journées d’études à Reims « Objets du Corps Héroïque/Anatomie du Corps Héroïque

 

Organisées conjointement par Christine Sukic (CIRLEP), Line Cottegnies (PRISMES), et Anne-Marie Miller Blaise, elles auront pour but de faire le point sur la question du corps héroïque féminin et d’envisager un projet de plus grande envergure. On y collectera les résultats de ce qui peut apparaître comme une « enquête » sur le corps héroïque et on y envisagera des travaux ultérieurs.


Bibliographie

 

Bousquet, Philippe, « L’héroïsme féminin au XVIIe siècle entre admiration païenne et représentations chrétiennes », in Les femmes au Grand Siècle, Gunter Narr, 2003, p. 93-108.

Cottegnies, Line, Mary Astell et le féminisme au 17e siècle, Anthologie de textes en traduction, avec commentaire et appareil critique, ENS Éditions, 2008.

Ferguson, Margaret W., Maureen Quilligan et Nancy Vickers (éds), Rewriting the Renaissance. The Discourses of Sexual Difference in Early Modern Europe, U. of Chicago Press, 1986.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, La Cuisine et le Forum. L’Émergence des femmes sur la scène publique pendant la Révolution anglaise (1640-1660), « Des idées et des femmes », Paris, L’Harmattan, 2005.

Lefkowitz, Mary, Heroines and Hysterics, Duckworth, 1981.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, « Les contradictions de l’héroïsme féminin dans le théâtre de Margaret Cavendish », in La Contradiction, Michel Bandry et Jean-Marie Maguin (éd.), Montpellier, Publications de Montpellier 3, 2003, p. 183-198.

Gheeraert-Graffeuille, Claire,  « La guerre des sexes n’aura pas lieu : les avatars de l’Amazone sur la scène Stuart », in Réalité et représentations des Amazones, Guyonne Leduc (éd.), Paris, L’Harmattan, 2008, p. 163-178.

Leiner, Wolfgang, Onze études de l’image de la femme dans la littérature française du XVIIe siècle, Tübingen, Günter Narr, 1984.

Low, Jennifer, Manhood and the Duel : Masculinity in Early Modern Drama and Culture, Palgrave Macmillan, 2003.

Manning, Roger Burrow, Swordsmen. The Martial Ethos in the Three Kingdoms, OUP, 2003.

Rose, Mary Beth, Gender and Heroism in Early Modern English Literature, U. of Chicago Press, 2002.

Rougier-Blanc, Sylvie, « Héroïsme au féminin chez Homère », Clio. Histoire, femmes et société, 30 (2009).

Ruberg, Willemijn et Kristine Steenbergh (éds.) Sexed Sentiments: Interdisciplinary Perspectives on Gender and Emotion, Amsterdam et New York: Rodopi, 2011.

Sukic, Christine (éd.), Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité, Imaginaires n°16, 2013.

 

Détails du projet ANR Continuer la lecture de Représentations du corps héroïque : pré-projet ANR

Bibliographie

Bibliographie

 

Bousquet, Philippe, « L’héroïsme féminin au XVIIe siècle entre admiration païenne et représentations chrétiennes », in Les femmes au Grand Siècle, Gunter Narr, 2003, p. 93-108.

Cottegnies, Line, Mary Astell et le féminisme au 17e siècle, Anthologie de textes en traduction, avec commentaire et appareil critique, ENS Éditions, 2008.

Ferguson, Margaret W., Maureen Quilligan et Nancy Vickers (éds), Rewriting the Renaissance. The Discourses of Sexual Difference in Early Modern Europe, U. of Chicago Press, 1986.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, La Cuisine et le Forum. L’Émergence des femmes sur la scène publique pendant la Révolution anglaise (1640-1660), « Des idées et des femmes », Paris, L’Harmattan, 2005.

Lefkowitz, Mary, Heroines and Hysterics, Duckworth, 1981.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, « Les contradictions de l’héroïsme féminin dans le théâtre de Margaret Cavendish », in La Contradiction, Michel Bandry et Jean-Marie Maguin (éd.), Montpellier, Publications de Montpellier 3, 2003, p. 183-198.

Gheeraert-Graffeuille, Claire,  « La guerre des sexes n’aura pas lieu : les avatars de l’Amazone sur la scène Stuart », in Réalité et représentations des Amazones, Guyonne Leduc (éd.), Paris, L’Harmattan, 2008, p. 163-178.

Leiner, Wolfgang, Onze études de l’image de la femme dans la littérature française du XVIIe siècle, Tübingen, Günter Narr, 1984.

Low, Jennifer, Manhood and the Duel : Masculinity in Early Modern Drama and Culture, Palgrave Macmillan, 2003.

Manning, Roger Burrow, Swordsmen. The Martial Ethos in the Three Kingdoms, OUP, 2003.

Rose, Mary Beth, Gender and Heroism in Early Modern English Literature, U. of Chicago Press, 2002.

Rougier-Blanc, Sylvie, « Héroïsme au féminin chez Homère », Clio. Histoire, femmes et société, 30 (2009).

Ruberg, Willemijn et Kristine Steenbergh (éds.) Sexed Sentiments: Interdisciplinary Perspectives on Gender and Emotion, Amsterdam et New York: Rodopi, 2011.

Sukic, Christine (éd.), Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité, Imaginaires n°16, 2013.

Détails

Détails

 

1. 2013-14 : un séminaire à Reims : Codes, Marges et Transgressions, « Le corps héroïque féminin »

Le séminaire « Codes, Marges et Transgression » consacré au « corps héroïque féminin » constitue un travail préparatoire. Il a permis de définir un texte de cadrage précis, prenant en compte tous les aspects de la question du corps héroïque.

Séances 2013 :

Mercredi 13 février 2013, 16h : Morgane Bird (URCA), « Le corps héroïque des femmes dans The Penelopiad de Margaret Atwood ».

Mercredi 10 avril 2013, 16h : Laetitia Coussement-Boillot (Université Paris 7 – Denis Diderot) : « L’absence du corps héroïque féminin dans Urania de Lady Mary Wroth ».

Mercredi 22 mai 2013, 16h : Claire Gheeraert-Grafeuille (Université de Rouen), « Un héroïsme au féminin est-il possible ? Le cas de quelques mémoires féminins de la Restauration anglaise ».

Mercredi 5 juin 2013, 16h : Florence Dumora (URCA), « Récit des déchéances infligées au corps féminin dans les nouvelles Desengaños amorosos de Maria de Zayas (1647) ».

Mercredi 13 novembre, 16h: Gilles Sambras (URCA) « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

Séances 2014 :

Mercredi 19 mars à 16h: Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».

Mercredi 9 avril à 16h: Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30: Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin, 10h30 : Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».

2. Mars 2014 : session « Heroic Passions » au Congrès annuel de la Renaissance Society of America (New York City, Etats-Unis)

La session a été organisée par Christine Sukic en collaboration avec le séminaire Epistémè (PRISMES EA4398). Les communications portent sur les domaines anglais et français et sur les passions héroïques masculines et féminines.

Interventions :

Eva Madeleine Martin (Rutgers University) : « The Spectator’s Response and the Rehabilitation of Heroic Passion in Seventeenth-Century French Philosophy, Painting, and Theater ».

Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen) : « Heroic Passions in Margaret Cavendish’s Bell in Campo » (1662) ».

Christine Sukic (URCA) : « The Ambiguities of Heroic Anger »

3. Novembre 2014 : Deux journées d’études à Reims « Objets du Corps Héroïque/Anatomie du Corps Héroïque

Organisées conjointement par Christine Sukic (CIRLEP), Line Cottegnies (PRISMES), et Anne-Marie Miller Blaise, elles auront pour but de faire le point sur la question du corps héroïque féminin et d’envisager un projet de plus grande envergure. On y collectera les résultats de ce qui peut apparaître comme une « enquête » sur le corps héroïque et on y envisagera des travaux ultérieurs.

 

Méthode

Méthode

 

Le projet n’est envisageable que dans une dimension pluridisciplinaire qui a toujours caractérisé les travaux du porteur du présent projet et qui est également le fondement du CIRLEP, regroupant des hispanistes, germanistes et anglicistes, des historiens, philosophes et linguistes. En ce qui concerne la première modernité, il est impossible d’entamer des travaux sans prendre en compte le contexte européen et la circulation des idées qui caractérise cette période. De plus, le projet vise à étudier la question du corps héroïque à la fois dans l’histoire, la littérature (de fiction ou non) et la culture visuelle afin d’établir des correspondances entre les divers champs épistémologiques.

Au sein du CIRLEP, le projet s’inscrit dans la continuité de travaux déjà menés en 2012 et 2013 et qui constituent un fondement méthodologique nécessaire à l’avancée du projet. En effet, en 2012, un colloque sur « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a été organisé et a donné lieu à une publication du même titre (EPURE, 2013, dir. Christine Sukic). De plus, Christine Sukic dirige un séminaire intitulé « Codes, Marges et Transgressions », au sein de l’axe « Représentations de la société : codes, cultures, images » et la thématique du séminaire en 2012-2013, et 2013-2014 a été « Le corps héroïque féminin ». En 2014, les travaux du séminaire s’intègreront naturellement dans le présent projet.

Enfin, celui-ci constitue une collaboration avec l’équipe Epistémè-PEARL, au sein de PRISMES (EA 4398 : Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), dont la responsable est Line Cottegnies.

Publications aux Epure

Langues philosophes copieCollection Langage et pensée

Vol. 1 2012 Les langues philosophes, sous la direction de C. Denat et P. Wotling, Reims, Éditions et presses de l’université de Reims (Épure).

Vol. 2 2013Nietzsche. Un art nouveau du discours, sous la direction de C. Denat et P. Wotling, Reims, Éditions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée.

Vol. 3 2014 (à paraître) – Les hétérodoxies de Nietzsche. Lectures du Crépuscule des idoles, sous la direction de C. Denat et P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée.

 

______________________________________________________________________________

ResperNomen_couvRes per Nomen

• »Le point sur la référence en langue / Taking Stock of Reference in the Study of Language », Res per Nomen I, sous la direction de P. Frath, C. Gledhill, J. Pauchard, 2008
• »Langue, Référence et anthropologie / Language, Reference and Anthropology », Res per Nomen II, sous la direction de P. Frath, L. Lansari, J. Pauchard, 2010
• »Référence, conscience et sujet énonciateur / Reference, Consciousness and the Speaking Subject », Res per nomen III, sous la direction de Pierre Frath et Laure Lansari, à paraître en 2011.

Hors séries Res per Nomen

•L’œil et L’Esprit : Merleau – Ponty entre Art et Philosophie, sous la direction de Lorenzo Vinciguerra et Fabrice Bourlez (E.S.A.D), 2010.

______________________________________________________________________________

Etudes irlandaises

La terre d’Irlande et les écrivains irlandais, sous la direction de Claude Fierobe, 1992
Fantastiques irlandais (neuf nouvelles du XIXe siècle), sous la direction de C. Fierobe, 1996.
Irlande : espoirs, sous la direction de P. Brennan et C. Fierobe, 1996.
L’Irlande : identités et modernités, sous la direction de P. Brennan, 1997.
Irlande: inclusion/exclusion, sous la direction de F. Canon-Roger; Actes du colloque de la Société Française d’Etudes Irlandaises, Reims, 22 et 23 mars 2002;
Histoire et mémoire en France et en Irlande / Histoire and Memory in France and Ireland. Sous la direction de S. Mikowski, 2010

Hors Séries

Jardins et paysages en Angleterre au XVIIIe siècle. Sous la direction de Claire Boulard, introduction, 1998.
Ecritures de l’exil. Etude comparée des œuvres d’Anita Brookner, Salman Rushdie et Kazu Ishiguro de 1981 à 1992, sous la direction de Laurence Chamlou, 2000.
Uncharted Territories / Territoires Inconnus. Textes coordonnés par Christine Chollier, Actes du colloque Cormac Mc Carthy Society, Reims – 19,20 et 21 juin 2002
Au-delà des textes : la question de l’écriture philosophique. Actes de journées d’études, sous la direction de Céline Denat, 2007
New Perspectives on Andrew Marvell. Actes du colloque, sous la direction de Gilles Sambras, 2008.

______________________________________________________________________________

ill_couv_imaginaires16_1eCouvRevue Imaginaires (sous la direction de Daniel Thomières)

• « La fidélité en question », revue Imaginaires n° 1, 1996
• »Prostituées et pécheresses dans l’imaginaire anglo-saxon », revue Imaginaires n°2, 1997
• »La représentation des arts visuels », revue Imaginaires n° 3, 1998
• »La métamorphose dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°4,1999
• »Paysages dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°5, 1999.
• »Apparences dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°6, 2000
• »Lire le détail dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 7, 2001
• »L’Ambiguïté dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 8, 2002
• »La Répétition dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 9, 2003
• »Polyphonies dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 10, 2004
• »Le rythme dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°11, 2005
• »Ordre et Chaos dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°12, 2008
• »L’interprétation au pluriel », revue Imaginaires n°13, 2009
• »Le noyau culturel », revue Imaginaires n° 14, 2010
• »La représentation du peuple 1″, revue Imaginaires n° 15, 2011
• »Corps héroïques, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité », revue Imaginaires n° 16, 2012
• »La représentation du peuple 2″, revue Imaginaires n° 17, 2013
• »Les mots : entre pouvoir et puissance », revue Imaginaires n° 18, 2014.

____________________________________________________________________________

couv_AIL8_1reApproches Interdisciplinaires de la lecture (collaboration Cirlep / Crimel)

• « Parcours de la reconnaissance intertextuelle », AIL n° 1, 2006
• « Lecture et Altérités », AIL n°2, 2007
• « Lire l’Hétérogénéité romanesque », AIL n° 3, 2007/2008
• « Voir et Entendre par le roman », AIL n° 4, 2008/2009
• « Les coulisses du littéraire », AIL n° 5, 2010

 

 

 

______________________________________________________________________________

ICE3_couverture_DEF_1reIntercompréhension des langues européennes

Pour une Modélisation de l’Apprentissage Simultané de plusieurs Langues Apparentées à partir de la méthode EuRom4. Nice: Publications de la Faculté des LASH de Nice, 2002.
L’avenir du patrimoine linguistique et culturel l’Europe. (Epuisé) Disponible sur http://logatom.free.fr/aplce.htm, 2004
• « Intercompréhension et Inférences / Intercomprehension and inferences », collection ICE n°1, sous la direction d’Eric Castagne, 2004
• »Les enjeux de l’intercompréhension / The stakes of intercomprehension », collection ICE n°2, sous la direction d’Eric Castagne, 2007.

________________________________________________________________________________

Collection Studia remensia

Sous la direction de Françoise Heitz, Helga Meise & Sylvie Mikowski

Le polar dans la Transition démocratique espagnole : Le cas de Tatuaje (1974) de Manuel Vázquez Montálban et de Prótesis (1980) de Andreu Martín, par Mélanie Fresne

 

________________________________________________________________________________

Premières séries

 

1) Littérature

•Aspects du sacré dans la littérature anglo-américaine, Dorangeon S., Dufour G., Fierobe C. et al 1979.
•Images de l’ailleurs dans la littérature anglo-américain, Dufour G., Dorangeon S., Vosluisant J.-M., et al. ,1981
•Visages de l’harmonie dans la littérature anglo-américaine, Mathieu D., Dufour G., Dorangeon S., et al., 1982
•L’Autre dans la sensibilité anglo-saxonne, Pauchard J., Dorangeon S., Dufour G., et al, 1983
•Les métamorphes du sujet, Les cahiers du CERLI, n°13, Fierobe C., Sage H., Greven H., et al., 1986
•L’image de la femme dans les littératures de langue anglaise, Dorangeon S., Dufour G., Raimond R., et al., 1988
•La femme et le destin dans les littératures de langue anglaise, Dorangeon S., Dufour G., Fierobe C., et al, 1990
•La femme et ses demeures dans les littératures de langue anglaise, Dardennes J.-J., Cuisset P., Jones-Davies M.-Y., et al. 1991
•La femme entre obéissance et rébellion dans les littératures de langue anglaise, Dardennes J.-J., Dorangeon S., Dufour G., et al, 1992
•L’absence dans les littératures de langue anglaise, Dorangeon S., Fierobe C., Nantet M.-V., et al, 1993
•La mémoire et ses traces dans les littératures de langue anglaise, Teyssandier L., Dorangeon S., Delogu C., et al., 1995

2) Linguistique

•L’organisation lexicale et cognitive des dimensions spatiale et temporelle, sous la direction d’Hiltraud Dupuy–Engelhardt et de Marie-Jeanne Montibus, Actes Eurosem, 1996 / 1997
•La place de l’image dans la cognition – le pronom et son rôle dans la référentiation, sous la direction de Françoise Cordier et de Jean-Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1996, n° 8, 1997
•La variation – La généricité, sous la direction de Jean Pauchard et de Jean–Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1997, n° 9, 1998
•La lexicalisation des structures conceptuelles, sous la direction d’Hiltraud Dupuy-Engelhardt et de Marie-Jeanne Montibus, Actes EUROSEM, 1998, 2000
•Les Langues des sourds – Les prépositions dans la rection des verbes – Le développement du langage avant deux ans, sous la direction de Françoise Cordier et de Jean–Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1998, n° 11,1999
•La modalité et les modaux en diachronie et synchronie (domaine anglais), sous la direction de Jean Pauchard, Actes de journées scientifiques 1998/1999, n° 14, 2000
•L’Imparfait – Philologie électronique et assistance à l’interprétation des textes, sous la direction de Jean – Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1999, n° 15, 2000
•Les phrases dans les textes. Les sons et les mots pour les dire. Les connecteurs du discours. L’opposition verbo-nominale, sous la direction de Hiltraud Dupuy-Engelhardt, Silvia Palma, Jean Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 2000, n°16
•Parties du discours : sémantique, perception, cognition – le domaine de l’audible, sous la direction d’Hiltraud Dupuy-Engelhardt et de Marie-Jeanne Montibus, Actes EUROSEM 2000 / 2002, n° 17
•Nom et Verbe : catégorisation et référence, sous la direction de Cécile Brion et d’Eric Castagne, Actes du Colloque International de Reims 2001 / 2003, n°18
•Les prépositions dans la rection des verbes, sous la direction de Jean Pauchard, Actes des journées scientifiques 2000/2001, n°19
•Sensibilisation aux outils informatiques et statistiques d’aide à l’analyse des textes – Les Langues romanes d’un point de vue contrastif, sous la direction d’Eric Castagne et de Silvia Palma, Actes des journées scientifiques 2001, 2003 n°20
•La sémantique des Textes : de la Théorie à la pratique – La traduction : questions d’équivalences – Le sujet syntaxique, n°21, sous la direction de Jean Pauchard et de Françoise Canon–Roger, Actes des journées scientifiques 2002/2003, 2005.

______________________________________________________________________________

 

Lien vers les dernières nouveautés du CIRLEP :

http://www.univ-reims.fr/site/editions-et-presses-universitaires-de-reims/dernieres-parutions,9057,17051.html?/
Pour commander un ouvrage, prendre contact avec notre diffuseur, Le Comptoir des Presses Universitaires (LCDPU)

Lien vers le diffuseur : http://www.lcdpu.fr/

Adresse postale du diffuseur :

CID/LCDPU/SLU
18 rue Robert Schuman
CS 90003
94227 Charenton-le-Pont Cedex
Standard: 01 53 48 56 30
Télécopie: 01 53 48 20 95

____________________________________________________________________________

 

 

Colloques du Cirlep

PrgmeHybridL’univers des langues naturelles présente ces deux caractéristiques conflictuelles que sont la séparation, et simultanément la communicabilité. L’interaction de ces deux traits, parenté et irréductibilité, conditionne la nature même des passages, ouvrant la possibilité d’une transmission de sens tout en lui assignant des limitations et des contraintes. La pratique des locuteurs plurilingues, ou encore celle des auteurs attachés à produire eux-mêmes une de leurs œuvres en deux langues, contribue par exemple à éclairer la nature du processus qui se joue dans le changement de langue. Un ouvrage commencé par Julien Green en français, Quand nous habitions tous ensemble, devient lors de sa reprise et de son développement en anglais, Memories of Happy Days. Transmettre le même contenu implique-t-il parfois, curieusement, une variation de formulation ? Transférer, en effet, n’est pas nécessairement dupliquer. Une stratégie de transposition peut s’avérer requise afin d’assurer le succès de la compréhension.

L’auto-traduction n’est toutefois que l’une des nombreuses situations qui signalent la complexité du dialogue inter-linguistique, et les particularités qu’il révèle valent de manière plus générale : non seulement il suggère que la garantie de la fidélité est parfois une rupture de la stricte correspondance textuelle que l’on aurait attendue, mais il rend également sensible ce fait que passer d’une langue à une autre ne se réduit pas à tout coup à changer d’idiome en laissant intact le contenu transféré. Un philosophe allemand écrivant en latin et en français, confiant dans la possibilité de tout rendre en toute langue, remarquait néanmoins que la traduction constitue un révélateur. S’il n’y a pas d’intraduisible radical, reste que la pratique de l’échange laisse envisager des variations de performance selon les langues, liées à la sédimentation historique de l’usage, qui sélectionne les types de formulation qui font sens et permettent la compréhension au sein de la communauté. Mais la traduction, forme réputée noble entre toutes de l’échange interlinguistique, n’est pas seule concernée par ce problème, tout comme elle n’est pas la seule modalité du passage.

Plus radicalement, le transfert linguistique implique fréquemment un transfert culturel (le doublage de films et de séries télévisées à destination du grand public ou la restitution poétiqueen fournissent deux exemples, dans des contextes aussi différents que possible, de la culture populaire à la culture savante), dont on peut alors interroger la nature et les conséquences. Tout se traduit-il ? Et quel est l’objet du transport qui se réalise effectivement : texte, sens, connotations affectives, implications intellectuelles ? Il arrive en effet que traduire consiste d’abord à s’approprier une forme (littéraire par exemple), voire une conception du monde, à l’acclimater ou à la métisser — en d’autres termes, que la variation d’idiome n’aille pas sans une exportation culturelle — ou, au contraire, que la transposition linguistique se plie à des contraintes réceptives qu’imposent les habitudes de pensée et de perception propres à la population pratiquant la langue vers laquelle s’effectue le passage. Faire comprendre implique-t-il parfois, paradoxalement, d’être approximatif, ou encore de déformer ? Les passages de langue à langue sont aussi faits d’ajustements, plus encore d’hybridations –  culturelles avant tout, mais dans bien des cas aussi, linguistiques. En témoigne par exemple la dialogue en intercompréhension, où les locuteurs reformulent fréquemment dans leur langue et en fonction de leur culture un énoncé proféré dans un autre idiome ; l’approximation participe à cette collaboration plurilingue et interculturelle : respectant les bornes des intervalles de confiance déterminées par les interlocuteurs eux-mêmes, elle permet des ajustements dynamiques de l’interaction humaine jusqu’à l’inclusion sociale.

Traduction, interprétation, transposition, paraphrase, adaptation, imitation, doublage, sous-titrage : quel est le type de circulation, ou plutôt quels sont les types de circulation qui s’opèrent à l’occasion du passage d’un univers linguistique à un autre ? Quelles en sont les logiques ? Ce sont les aspects fondamentaux de ces problèmes que se propose d’explorer et d’inventorier le colloque international « Transferts linguistiques, hybridations culturelles » qu’organise le Cirlep (Université de Reims, EA 4299) en juin 2014, pour inaugurer une perspective de recherche pluridisciplinaire associant linguistes, civilisationnistes et philosophes.

 

Programme du Colloque

Pour consulter le programme, veuillez cliquer sur le lien suivant:

Programme / Conference Program

 

 

 

Affiche_TaciteMême si Tacite n’était pas totalement inconnu à l’époque médiévale, la publication à Venise de l’édition princeps de ses œuvres vers 1470 puis, en 1515, la première édition des Annales avec les six premiers livres qui venaient d’être retrouvés, marquèrent le début d’un véritable engouement pour l’historien romain,sa manière d’écrire l’histoire et, plus largement, ses enseignements. Dans toute l’Europe se multiplièrent les éditions de son œuvre, les traductions, puis les commentaires critiques et les traités politiques qui, sous des formes diverses, prétendaient s’inspirer des leçons de Tacite, donnant naissance à ce que l’on devait nommer le « tacitisme ».

Or, si parmi les personnages qui jouèrent un rôle éminent dans la diffusion et l’utilisation des œuvres de Tacite et en particulier des Annales, se distinguent aussi bien le Français Muret ou le Flamand Juste Lipse (éditeur de l’œuvre de l’historien romain à Anvers à partir de 1574), que les Italiens Beroaldo, Alciato ou Ammirato, il apparaît que ce processus de diffusion, malgré son caractère général, ne suivit pas le même rythme partout en Europe et n’adopta pas le même cheminement. Un décalage chronologique est sensible en ce qui concerne les premières traductions dans les différentes langues vernaculaires, qui furent produites à des époques très variées. Ainsi, en Espagne, c’est en 1613 seulement que fut publiée la première traduction des Annales (la première édition en latin étant celle de Juan Alfonso de Lancina, en 1687), ce qui ne signifie pas, comme l’a bien montré Beatriz Antón Martínez, que l’Espagne ait vécu auparavant dans l’ignorance des œuvres de Tacite mais témoigne d’un mode d’appropriation différent, par des circuits et des médiations propres.

On peut s’interroger non seulement sur les origines mais aussi sur l’évolution de la lecture de Tacite dans toute l’Europe, sur la durée et les fluctuations d’un intérêt qui a pu être variable. Plusieurs études enregistrent en effet une certaine lassitude ou un déclin de l’admiration pour l’œuvre de Tacite dans la seconde moitié du XVIIe siècle et même dès les années 1620 en France, tandis que l’on signale d’autre part la vigueur du débat qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle par exemple, porte sur la valeur de l’œuvre de l’historien et même sur la pertinence de ses analyses et de ses déductions. Enfin, sur l’appréciation que les penseurs des Lumières firent de Tacite – on sait que l’intérêt pour son œuvre demeure vivace au XVIIIe siècle grâce au labeur des encyclopédistes et des philosophes, et que Giambattista Vico par exemple a fait l’éloge de sa lucidité -, nous disposons aussi d’études récentes qui ont permis de formuler d’audacieuses théories sur la portée et l’impact de l’esprit critique développé dans l’historiographie jusqu’aux Lumières.

Les connaissances sur la pénétration de Tacite, sur l’utilisation de sa méthode historiographique, sur le développement et les nuances du « tacitisme » politique, ou encore sur l’imitation du style de Tacite dans les œuvres historiographiques, qui reposent sur des travaux éminents et nombreux, ont été affinées et renouvelées ces dernières années grâce à de nouvelles recherches, qui ont permis aussi d’étendre le champ littéraire dans lequel est perceptible une influence de Tacite – plusieurs études achevées ou en cours portent sur le tacitisme dans l’œuvre théâtrale des grands dramaturges européens. Il nous a semblé opportun de donner à cette mise à jour des connaissances une plus grande ampleur grâce à un programme de recherche international au sein duquel les spécialistes de plusieurs disciplines et de différents domaines culturels européens pourront croiser leurs méthodes et confronter leurs découvertes récentes.

Ce travail commun seramené en deux colloques organisés respectivement à Reims (Université de Champagne) les 20 et 21 mars 2014 et à Caen (Université de Normandie) les 2 et 3 octobre 2014.

 

 

La réappropriation en art: malheurs du droit d’auteur

EPAD-JDEDepuis une centaine d’années, c’est une évidence, l’œuvre d’art a radicalement changé de visage. Reproductibilité technique, collages surréalistes, ready-made duchampiens,… difficile de savoir ce qui permit au processus de création de se distancier du si long règne de la beauté, de l’unicité et même de la matérialité de l’œuvre. Si la (dé)-matérialisation des œuvres a fait peau neuve, cette transformation s’est accompagnée d’une tendance des artistes à citer, copier, reprendre à leur compte, réactualiser les œuvres ou les démarches de leurs prédécesseurs ou de leurs contemporains et à les faire valoir comme leur. L’enjeu n’est alors plus simplement plastique ou esthétique, il se fait juridique et historique.

Ce genre de complexités, au carrefour de l’art, du droit et de l’histoire occupe régulièrement la scène artistique. Dans le cadre du partenariat mené entre l’URCA (CIRLEP – EA 4299) et l’ESAD de Reims depuis 2009, nous souhaitons nous emparer de cette question. Pourquoi la réappropriation suscite-t-elle, encore et toujours, troubles et de remous ? Comment agit-elle sur l’espace de la création et la sphère de la pensée ?

Artistes, philosophes, juristes et critiques viennent témoigner de leur pratique et de la portée qu’ils accordent à la réappropriation pour mieux saisir son sens, entre art et philosophie.

9h30

Introduction par Claire Peillod, directrice de l’ESAD, et Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP

9h45

Jean-François Gavoty, artiste, et son avocat, … : Titre

Issu de l’école d’architecture de Grenoble, J.F. Gavoty a été restaurateur et mouleur de sculptures et de peintures murales à Rome, Naples, Florence et Paris. Il a enseigné aux Beaux-arts de Lyon, à la faculté d’histoire de l’art de Lyon, et aux Beaux-Arts de Saint-Etienne, avant d’intégrer l’équipe pédagogique de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Son travail a été exposé au Musée d’art contemporain de Lyon, au MAMC de Strasbourg, et dans diverses galeries à Bordeaux, Stockholm, Lyon, Moscou, Bruxelles, Berlin et en Inde.

10h30

Véronique Le Ru, philosophe : Art et vérité, ou la ténacité d’un mythe ?

Philosophe française, agrégée de philosophie et maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’Université de Reims, où elle dirige le département de philosophie (CIRLEP – EA 4299), V. Le Ru est spécialiste de l’âge classique. Elle a fait son doctorat sur d’Alembert et son habilitation à diriger des recherches sur la réception du cartésianisme en France, 1650-1750.

11h15

Pause

11h45

Richard Fauguet, artiste : Pas vu, pas pris

Né en 1962 à La Châtre, Richard Fauguet vit et travaille à Châteauroux. Son travail est présent dans les collections suivantes : Fonds National d’Art Contemporain, Paris ; FRAC Alsace ; FRAC Auvergne ; FRAC Aquitaine ; FRAC Ile-de-France ; FRAC Languedoc-Roussillon ; FRAC Limousin ; FRAC Poitou-Charentes ; FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur ; FRAC Rhône-Alpes ; Fonds Municipal d’Art Contemporain de la ville de Paris ; Fonds Municipal de la ville de Vincennes ; MAC/VAL ; Les Abattoirs, Toulouse ; Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, Sables d’Olonne. Expositions : Vivement demain, Mac Val (2012); Selon Arrivage, Art : Concept, Paris (2011); Ni vu, ni Connu, FRAC Limousin (2011) ; Pas vu, pas pris, FRAC Idf (2009).

Prix Champagne Henriot du Catalogue d’Artiste (2010).

12h30

Déjeuner

14h

Judith Ickowicz, docteur en droit et avocate : Titre

Chercheuse et avocate spécialisée en droit de la propriété intellectuelle, Judith Ickowicz est chargée de cours à l’Université Paris 8 en arts plastiques et enseigne dans différentes écoles d’art. Dans une approche pluridisciplinaire ouverte aux autres champs des sciences humaines, elle étudie des interactions entre le droit et la création artistique et s’intéresse notamment aux économies de l’art, au statut de l’image, aux relations entre l’art et la technique, au statut du corps et aux redéfinitions de l’identité. Auteur de plusieurs articles consacrés aux liens entre le droit et l’art contemporain, elle a publié Le droit après la dématérialisation de l’œuvre d’art en 2013 aux Presses du réel.

14h45

Yohann Gourmel, commissaire et critique d’art : Les Fleurs américaines, du Salon de Fleurus, New York au Museum of American Art, Berlin : une histoire de l’histoire de l’art moderne.

Yoann Gourmel est commissaire d’exposition et critique d’art. Depuis 2006, il travaille régulièrement en collaboration avec Elodie Royer. En 2011 – 2013, ils étaient commissaires associés à la programmation du centre d’art le Plateau, Frac Ile-de-France, Paris et préparent actuellement une trilogie d’expositions au Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines de Strasbourg. Ils ont par ailleurs organisé de nombreuses expositions en France et à l’étranger.

15h30

Brice Dellsperger, artiste (sous réserve) :

Depuis 1995 Brice Dellsperger travaille sur des remakes de séquences de films cultes (Dressed to Kill, Return of the Jedi, La Fièvre du samedi soir (Saturday Night Fever), L’important c’est d’aimer, My Own Private Idaho, Twin Peaks…). Il en a réalisé une quinzaine qu’il rassemble sous le titre générique de Body Double. Il enseigne actuellement à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, à Paris.

16h30

Fin de la journée

Modération : Rozenn Canevet, docteur en art et sciences de l’art, enseignante en histoire de l’art à l’ESAD Fabrice Bourlez, docteur en philosophie, enseignant à l’ESAD de Reims

Les Cahiers du CIRLEP

L’équipe du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) rassemble, dans une perspective transdisciplinaire, les enseignants-chercheurs en linguistique et en philosophie du langage ainsi qu’en littératures et civilisations britanniques et anglo-américaines, hispaniques et germaniques de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (sites de Reims et de Troyes). Ses objets principaux de recherche se situent au croisement de la linguistique et de la philosophie du langage. Un autre domaine de ses activités couvre le champ des littératures et des civilisations de langues anglaise, espagnole et allemande dans les époques moderne et contemporaine. Le centre a défini trois grands axes de recherche comprenant huit séminaires, tous interdisciplinaires et se réunissant régulièrement : Langage et Pensée, Intercompréhension et didactique du plurilinguisme, Représentation de la société par le texte et l’image.
Le CIRLEP élabore des projets de recherche pluriannuels, organise et publie des colloques internationaux ainsi que des journées scientifiques pour les doctorants, dont il favorise l’insertion dans les réseaux de recherche nationaux et internationaux. Il coopère dans le cadre de ses missions avec un nombre important d’établissements scientifiques, notamment en Europe (Grande-Bretagne, République d’Irlande, Espagne, Portugal, Allemagne, Autriche, Russie) et en Amérique du Sud.
Il anime deux revues, « Imaginaires » et « Savoirs en Prisme », qui explorent les différents aspects du travail interdisciplinaire propre à l’équipe, et plusieurs collections d’ouvrages aux Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure).
Les Cahiers du CIRLEP ont pour vocation d’être un espace de diffusion et de partage des projets et des multiples activités de recherche émanant du centre.