Archives de catégorie : Journées d’études

JE Plurilinguisme et construction de la signification

Journée d’Etudes Interdisciplinaire du programme Langages Interprétations Représentations (LIR)

Reims, 22 mars 24 – 08h30-17h15 – S. 418 (bât. Recherche Campus Croix-Rouge)

Organisateurs : Eric Castagne (URCA) et Christelle Declercq (URCA)

PROGRAMME

08h30 Accueil à l’UFR Lettres et Sciences Humaines

08h45-09h00 Inauguration par la Direction de la Maison des SHS – URCA

09h00-09h45 Conférence inaugurale : Sofia Stratilaki (DILTEC – Sorbonne Nouvelle)
Semer les graines du plurilinguisme : les représentations sociales des langues

09h45-10h30 Eric Castagne & Malika Pedley (CIRLEP – URCA)
Lingua receptiva : de la construction de l’intelligibilité à la compréhension

10h30-10h45 Pause café

10h45-11h30 Patrick Wotling (CIRLEP – URCA)
« Ce que l’on peut faire du langage ». Polyglossie et construction du sens dans le « nouveau langage » de Nietzsche

11h30-12h15 Marta Waldegaray (CIRLEP – URCA)
Espaces de subjectivation : être dans une (autre) langue. Une étude de cas : Vivir entre lenguas de Silvia Molloy

12h30-14h00 Pause méridienne

14h00-14h45 Stéphanie Cailliès (C2S – URCA)
Compréhension du langage : apports de la psychologie

14h45-15h30 Véronique Baltazart (C2S – URCA)
Effet du bi- et plurilinguisme sur le développement et le fonctionnement cognitifs et langagiers : Etat de l’art

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30 Christelle Declercq (C2S – URCA)
Compréhension et communication dans un cadre plurilingue et pluriculturel : Perspectives de recherche

16h30-17h15 Conférence de clôture : Séverine Behra (Atilf – INSPE de Lorraine)
Le plurilinguisme : dynamiques et espaces-temps des sujets en formation
préprofessionnalisante

JE La philosophie allemande et les sciences de l’esprit 05/04

La philosophie allemande et les sciences de l’esprit

Journée d’études organisée par Alexandre Fillon et Patrick Wotling du Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP EA 4299), Université de Reims Champagne-Ardenne

Campus Croix-Rouge, Bâtiment 13, salle R418

Vendredi 5 avril 2024

PROGRAMME

9h15 : Accueil des participants

Session 1 modérée par Patrick Wotling

9h30 : Florian Rada (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Quel objet pour l’anthropologie ? Réflexions entre Kant et Hegel »

10h15 : Victor Béguin (École Normale Supérieure de Paris) : « Comment la philosophie est devenue une science de l’esprit. La philosophie allemande dans les partages universitaires du savoir au XIXe siècle »

11h : Pause

11h15 : Alexandre Fillon (Université de Reims Champagne Ardenne) : « La mythologie du langage : histoire d’une idée entre linguistique et philosophie (1850-1925) »

12h-13h45 : Pause déjeuner

Session 2 modérée par Alexandre Fillon

13h45 : Natalie Depraz (Université Paris-Nanterre) : « Carl Stumpf, la botte secrète de l’empirisme phénoménologique husserlien »

14h30 : Timothée Morel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Nietzsche et Husserl médecins de la culture : diagnostics et remèdes pour une crise européenne »

15h15 : Pause

Session 3 modérée par Florian Rada

15h30 : Avrile Poignant-Le Goff (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Une science de l’esprit “libreˮ ? Signification culturelle de l’enquête psychologique nietzschéenne »

16h15 : Fanny Valeyre (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Sciences de la nature et sciences de l’esprit chez Hannah Arendt : la question des techniques »

17h : Patrick Wotling et Valérie Wampfler, présentation de la nouvelle édition de F. Nietzsche, La vision dionysiaque du monde et autres textes sur la tragédie, Paris, GF Flammarion, 2023.

 

JE Milieux Arctiques

Journée d’études sur les milieux arctiques

13 mars 2024

Campus Croix-Rouge salle R418

Université de Reims Champagne Ardenne

La journée sur les milieux arctiques vise à tester l’hypothèse que c’est par une réflexion sur l’universel qu’on pourra assurer la résilience et la durabilité des milieux vivants. Mais cela engage une nouvelle conception de l’universel décentrée de l’humain et refondée dans les milieux vivants (qui incluent l’espèce humaine). Il s’agit de définir dans une perspective universaliste la notion de milieu vivant. Si l’accent est mis spécifiquement sur les milieux arctiques, c’est en raison de leur caractère paradigmatique. Les milieux arctiques représentent en accéléré et en condensé les mutations relatives au dérèglement climatique qui affecte tous les milieux vivants.

Il importe, dans cette perspective, de prendre en considération la pensée et la cosmologie des Inuits qui ont choisi de représenter le milieu arctique par un puzzle où tous les individus constituent des pièces aussi importantes les unes que les autres et où l’humain, comme l’ours ou le phoque, fait partie du tout. 

Anne Pelouas, journaliste qui séjourne régulièrement parmi les Inuits, nous présentera la spécificité du peuple inuit, leur capacité de résistance et d’adaptation au changement, de quelque nature qu’il soit.

Véronique Le Ru, Professeure de philosophie à l’Université de Reims, proposera de réfléchir sur les îles arctiques : sont-elles en voie de disparition ou d’apparition ?

François Bost, Professeur de géographie à l’Université de Reims, dessinera une cartographie géopolitique des milieux arctiques : quelles sont les frontières du pôle Nord ?

Après la pause déjeuner, Léa Nollot qui est engagée dans une thèse sur la métaphysique des pôles, nous expliquera à quel point la notion de pôle est fondamentale pour comprendre les enjeux actuels du dérèglement climatique qui perturbe les pôles au sens physique mais aussi au sens métaphysique : le dérèglement climatique oblige les humains à changer de représentation du monde, à remettre en question l’anthropocentrisme au profit de nouvelles perspectives holistes.

Le Député de la Marne, Éric Girardin, prendra ensuite la parole pour nous faire comprendre pourquoi les pôles sont devenus un sujet politique de première importance. Éric Girardin nous présentera le rapport sur les pôles qu’il a remis à l’Assemblée Nationale en 2019 et nous expliquera ses enjeux et ses effets.

Amandine Andruchiw, qui vient de soutenir sa thèse intitulée « Le Végétarisme en questions, de la centralité des marges », interviendra ensuite pour interroger les « zones frontières » que sont devenus certains lieux de l’Arctique en raison des courses effrénées aux ressources. Ces zones, en cours de transformation par le changement climatique et le bouleversement des équilibres écosystémiques, nous en apprennent davantage sur ce que l’Anthropocène dit de nous, pour peu que nous acceptions de tendre l’oreille aux voix multispécifiques qui les composent.

Ces interventions feront l’objet de discussions avec les étudiants et collègues présents dans la salle.

 

Programme

10h-10h15 : Accueil

10h15-10h30 : Présentation de la journée (Véronique Le Ru)

10h30-11h : Anne Pelouas, Le peuple Inuit résiste et s’adapte

11h-11h10 : discussion avec la salle

11h10-11h40 : Véronique Le Ru, Les îles arctiques sont-elles en voie de disparition ou d’apparition ?

11h40-11h50 : discussion avec la salle

Pause 11h50-12h10

12h10-12h40 : François Bost, la cartographie géopolitique des milieux arctiques

12h40-12h50 : discussion avec la salle

Pause déjeuner 12h50-14h10

14h10-14h40 : Léa Nollot, La nouvelle métaphysique des pôles 

14h40-14h50 : discussion avec la salle

14h50-15h20 : Éric Girardin, Le rapport des pôles : enjeux et effets politiques

15h20-15h30 : discussion avec la salle

Pause 15h30-15h45 

15h45-16h15 : Amandine Andruchiw, «Écouter les voix issues des « zones frontières » de l’Arctique »

16h15-16h25 : discussion avec la salle

16h25-17h : Discussion générale et conclusions de la journée (Véronique Le Ru)

JE Littérature, traduction et errance(s)

Vendredi 9 février 2024
Université de Reims, BU Robert de Sorbon

Journée organisée par Cécile Gauthier (CRIMEL), Xavier Giudicelli (CIRLEP) et Christine Sukic (CIRLEP)

PRÉSENTATION

Partant du constat qu’un nombre important de chercheurs en littératures étrangères et comparée ont une expérience de la traduction, cette journée d’étude se propose d’ouvrir un espace d’échange autour de cette pratique. Le travail prendra appui sur des travaux de traduction parus ou en cours afin de proposer un retour d’expérience sur les défis lancés par ceux-ci, d’interroger la façon dont ces traductions s’inscrivent dans des parcours de recherche sur les cultures étrangères et nourrissent une réflexion sur la recherche en littérature. Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CIRLEP « Régimes de l’erreur » et de l’axe 3 de la MSH (« Patrimoine, textes, langages, cultures »). Elle s’intéressera plus particulièrement aux relations entre traduction et errance(s).

Errance s’entendra d’abord au sens premier d’« action de marcher, de voyager sans cesse », de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur », comme l’écrit Paul Valéry de sa traduction en vers des Bucoliques de Virgile dans « Variations sur les Bucoliques » (p. 215). Voyages ici d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une époque à une autre : la traduction est, selon Tiphaine Samoyault, l’une des instances « des mouvements par lesquels la littérature circule et se transmet » (Traduction et Violence, p. 12). Contre la conception de l’errance comme errement et vagabondage, Édouard Glissant la réhabilite comme « cela même qui nous permet de nous fixer […], de dériver enfin […] de nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 63). Cela pose la question du lieu de la traduction et de la place du traducteur, entre les langues, entre enracinement et déracinement.

L’errance revêt également le sens d’« hésitations », de « tergiversations » : la traduction est une pratique exploratoire, solitaire ou collective, qui sans cesse confronte les traducteur·rices-voyageur·se·s, à des doutes, des questions, des choix, voire des dilemmes tant linguistiques que culturels. Ainsi, jusqu’à quel point une traduction doit-elle ou peut-elle restituer l’étrangeté et l’« étrangèreté » (Michael Edwards) d’un texte ? Comment rendre au mieux des références culturelles qui, à l’aune d’une époque mais aussi d’une culture autres, menacent d’opacifier le sens et de créer malentendus voire erreurs culturelles ? Quelles sont les contraintes propres à la traduction de genres comme le théâtre et la poésie ?
Dès lors, envisager la traduction au prisme de l’errance conduit à la penser comme mouvement vers l’inconnu et ce, même si la traduction se fait le plus souvent vers la langue dite « maternelle », connue, ou s’il existe des cas d’auto-traduction ? Que signifie alors errer : y a-t-il une direction, un mouvement circulaire, des retours en arrière, etc. ? Combien de versions avant le point final ? de corrections ? de regrets ? d’erreurs, peut-être fructueuses ? Quand finir ? Comment finir ? Quand retraduire ? Comme l’écrit Glissant, « L’étant ni l’errance n’ont de terme, le changement est leur permanence, ho ! – Ils continuent. » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 64).

Cette journée d’études, en français, ouverte à toutes les langues, se déroulera début 2024 (date envisagée : vendredi 9 février 2024). Elle pourra par exemple prendre la forme de 2 ou 3 tables rondes croisant les langues, les cultures et les expériences, suivies d’un temps d’échange ; une conférence plénière peut également être envisagée. Cette journée d’étude impliquera les doctorant·e·s du CRIMEL et du CIRLEP ainsi que les étudiant·e·s du master « Anglais, arts et médias » qui assisteront à l’événement mais surtout présenteront et mettront en voix des travaux de traduction de théâtre réalisés en binômes. Elle pourra se dérouler à la Bibliothèque Robert de Sorbon et en partenariat avec celle-ci : les traductions publiées par les ÉPURE pourront ainsi être présentées et valorisées.

PROGRAMME

9h45 : Accueil et présentation de la journée

10h30-12h30 : Table ronde 1
Yannick Bellenger (URCA, traduction de l’anglais)
Laurence Chamlou (URCA, traduction du persan)
Astrid Muls (ULB, Bruxelles, traduction du tchèque)
Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3, traduction du russe)

12h30-14h : Repas

14h-15h : Présentation et lecture de travaux de traduction réalisés par les étudiants des masters de l’URCA

15h15-17h15 : Table ronde 2
Mathieu Dosse (traduction du portugais brésilien)
Laure Gauthier (URCA, traduction de l’allemand)
Emmanuel Le Vagueresse et Juan Carlos Baeza Soto (URCA et Université Sorbonne Paris Nord, traduction de l’espagnol)
Christine Sukic et Anne-Marie Miller-Blaise (URCA et Université Sorbonne Nouvelle, traduction de l’anglais)

17h15 : Clôture

Programme_LTE

JE “Tiempos sin tiempo”

Dans le cadre des activités du séminaire “Fiction politique: littérature et temporalité historique” (Centre de recherches CIRLEP), et des manifestations de l’axe 1 de la Maison des SHS portant sur “Crise, transition et conflictualité”, Marta Waldegaray (URCA) & Borja Cano Vidal (Usal) organisent deux journées d’études consacrées aux temporalités en crise dans la littérature hispano-américaine de nos jours :
 
Tiempos sin tiempo: escrituras lentas en la literatura en español del siglo XXI
(Un monde sans temps : narrations de la lenteur dans la littérature en espagnol au XXIè siècle)
 

Premier volet, 15/12/2023 : URCA, Site Reims, Campus Croix-Rouge 

Second volet, 19/01/2024 : USal, Facultad de Filología

JE “Literatura en tiempos de crisis: América latina en el nuevo milenio”

Primera jornada, viernes 28 de octubre 2022 sitio URCA Coordinadora: Marta Waldegaray
Segunda jornada, miércoles 23 de noviembre sitio UniCal Coordinadora: Emanuela Jossa

Primera jornada
Universidad de Reims ChampagneArdenne
Viernes 28 de octubre de 2022
Campus Croix Rouge
MSH Edificio 13 Sala R 418
57 Rue Pierre Taittinger, 51100 Reims

PROGRAMA

9h30: Recepción de los participantes Edificio 13 Sala R 418

10h0010h30: Emanuela JOSSA (Università della Calabria)
Crisis y apocalipsis: Mugre rosa de Fernanda Trías

10h3011h00: Sandra NAVARRETE BARRIA (Instituto de Estudios Avanzados Universidad de Santiago de Chile)
Cartografías de la crisis latinoamericana: violencia y despojo en las narrativas recientes de escritoras

11h0011h30: Edoardo BALETTA (Università di Bologna)
El tamaño de nuestra catástrofe: ficción especulativa argentina entre futuro y pasado, trauma y supervivencia

11h3012h00: Debate

12h3014h00: Almuerzo
Brasserie EXCELSIOR
96 Place Drouet d’Erlon, 51100 Reims

14h00 15h00
Visite à la Cathédrale NotreDame de Reims

15h3016h00: Carlos PABON ORTEGA (Universidad de Puerto Rico, Río Piedras)
Intelectuales e izquierda puertorriqueña ante Cuba en el siglo XXI: un discurso fosilizado en la Guerra Fría Comunicación a distancia

16h0016h30: Juana MURILLO RUBIO (Universidad Complutense de Madrid)
Vanguardia y literatura en la obra de Inés Mendoza: reivindicación políticoestética en tiempos de crisis Comunicación a distancia

16h3017h00: María Paz OLIVER (Universidad Adolfo Ibáñez Chile)
Narrativas de la pandemia: dimensiones de la inmovilidad doméstica en Preguntas frecuentes de Nona Fernández y La vida inmueble de Federico Galende

17h0017h30: Debate y cierre de la jornada

Argumentaire et programme

JE “Le Livre comme objet du transfert culturel à la première modernité”

Le vendredi 3 juin aura lieu une journée d’études intitulée “Le Livre comme objet du transfert culturel à la première modernité : acteurs, commerce, pratiques” organisée par Helga MEISE et Jean-Louis Haquette à la Bibliothèque Carnégie.

Veuillez trouver l’affiche et le programme de la journée d’études en cliquant sur le lien suivant : 220603 Programme JE Livre A5.

JE Erreur(s) et invention(s) II

2e Journée d’études Erreur(s) et Invention(s)

Organisée par Christine Sukic (CIRLEP EA 4299) avec le soutien de PRISMES (EA4398)

vendredi 21 janvier 2022

Attention, changement : la journée aura lieu en visioconférence.  Inscription auprès de Christine Sukic pour obtenir le lien Zoom : christine.sukic@univ-reims.fr

 

PROGRAMME

10h00-10h30 : Accueil des participants

Séance présidée par Lynn Sermin Meskill (Université de Paris)

10h30-11h00 : Jean-Jacques Chardin (Université de Strasbourg) : « Erreurs, errances et lectures de l’emblème ».

11h00-11h30 : Rémi Vuillemin (Université de Strasbourg) : « Erreur pétrarquiste et inventio poétique: les ambiguïtés du recueil de sonnets amoureux des années 1590 »

11h30-12h00 : Laetitia Sansonetti (Université Paris Nanterre, IUF) : « Erre-t-on vraiment quand on erre ? The Faerie Queene (Edmund Spenser, 1590), ou  l’interprétation en mouvement »

12h00-12h30 :        Discussion

12h45-14h30 :        Déjeuner

Séance présidée par Laetitia Coussement-Boillot (Université de Paris)

14h30-15h00 : Séverine Reyrolle (Université de Reims Champagne Ardenne) : « Vers les Merveilles par l’erreur : du Retable de Cervantes (1615) au Tableau de Prévert (1949)».

15h00-15h30 : Christine Sukic (Université de Reims Champagne Ardenne) : « The Revenge of Bussy d’Ambois (1613) de George Chapman : pour un théâtre de l’erreur ».

15h30-16h00 : Aurélie Griffin (Université de Paris III Sorbonne Nouvelle) : « Erreur, liberté et invention dans The Tragedy of Mariam de Elizabeth Cary (1613) »

16h00-16h30 :  Discussion et pause

16h30 : Présentation d’ouvrages de la Carnegie.

Inscription obligatoire : christine.sukic@univ-reims.fr

Passe sanitaire obligatoire pour entrer à la Bibliothèque Carnegie.

Journée Paroles retranchées

Programme de la deuxième Journée (Écritures, UL-Metz), organisée par Valentina Litvan (Écritures, Université de Lorraine, Metz) & Marta Waldegaray (CIRLEP, URCA)

Paroles retranchées (écritures du silence)
Jeudi 7 octobre 2021!
Salle Simone Veil, Île du Saulcy, Metz

Participer à la réunion sur Zoom
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/99718772443?pwd=OEEveHdicWRqd01tYVpoSkgxZWJydz09
ID de réunion : 997 1877 2443
Code secret : 923589

PROGRAMME

9h00 Accueil des participants

9h30 – 9h50 Paul-Henri GIRAUD
«La mise en page du silence dans la poésie récente d’Alberto Blanco»

9h50 – 10h10 Claire HENDRICKX (Université de Bretagne Occidentale)
« Claude Vigée : rendre le silence pulsant »

10h10 – 10h30 Edgardo DOBRY (Université de Barcelone, Espagne)
« Escucho con mis ojos a los muertos : la voz silenciada en el poema »

Discussion et pause

11h10 – 11h40 Virginie PODVINE
« Tipologie de la mise en mots de la douleur chez Marguerite Duras »

11h40 – 12h Bruno TRENTINI (Université de Lorraine)
« L’art pris à défaut par l’artiste – la perturbation d’Aníbal López »

12h – 12h20 Virginia DE LA CRUZ (Université de Lorraine)
« Poétiques du silence. Auras anónimas de Beatriz González et Requiem NN de Juan Manuel Echavarría »

Discussion et déjeuner

14h30 – 14h50 Hervé GOERGER (Université de Princeton, États-Unis)
« Le silence de Dieu dans Règne Animal »

14h50 – 15h10 Marys HERTIMAN (Université Paris 8)
« Paroles subalternes et voix communautaires dans la BD française contemporaine »

15h10 – 15h30 Marie GOURGUES (Université de Caen)
« Silencio e ignorancia en Esas vidas de Alfons Cervera »

Discussion et pause

16h10 – 16h30 Daniel CLAVIJO (Université EAFIT de Medellín, Colombie)
« Los silencios del discurso: el decir poético frente a la palabra pública sobre la experiencia del daño en Colombia »

16h30 – 16h50 Solenne MONTIER (ENS de Lyon)
« Ce qui est tu(é) : les déflagrations du mutisme (Hélène Lenoir, Laurent Mauvignier) »

16h50 – 17h10 Moufida SAADI (École Normale Supérieur de Bouzaréah, Alger, Algérie)
« L’Africain : le silence de la dissimulation et de la dénonciation »

Discussion et clôture

Journée Agnès Varda

Journée d’étude co-organisée par Fabrice Bourlez (ESAD), Véronique Le Ru (CIRLEP-URCA) et Brigitte Rollet (Sciences Po Reims) dans le cadre du partenariat CIRLEP-ESAD

La journée sur Agnès Varda était programmée en mars 2020 pour commémorer le premier anniversaire de sa mort. En raison du premier confinement, cette journée a été annulée et reprogrammée le 31 mars 2021, soit deux ans et deux jours après sa mort survenue le 29 mars 2019. Deux ans après donc pour reprendre le titre du film de 2002 réalisé deux ans après Les Glaneurs et la Glaneuse, documentaire sur son documentaire où Varda s’intéresse à ce que sont devenu.e.s les glaneurs et glaneuses rencontrées lors du premier film. Nous aimerions aujourd’hui être les Glaneuses de la Glaneuse et retrouver l’insoutenable légèreté de l’être qu’elle exprime dans chacun de ses films.

Deux ans après sa mort pour nous aujourd’hui, mais aussi deux mois avant sa mort pour la Cinémathèque française qui, dans une intuition sûre, avait proposé de passer quinze jours avec Agnès
Varda du 16 au 28 janvier 2019. La Cinémathèque rendait ainsi hommage/femmage à la réalisatrice proche du mouvement dit de la Rive Gauche, contemporain de la Nouvelle Vague. Agnès Varda a
notamment réalisé La Pointe courte en 1955, Cléo de 5 à 7 en 1962, Ulysse en 1984, (César du meilleur court métrage documentaire), Sans toit ni loi en 1985 (Lion d’or à la Mostra de Venise), Jacquot
de Nantes en 1991, Les Glaneurs et la Glaneuse en 2000, Deux ans après en 2002, Les Plages d’Agnès en 2008 (César du meilleur film documentaire) et Visages, villages en 2017. L’ensemble de son oeuvre cinématographique est récompensé par un César d’honneur en 2001, par le prix René Clair de l’Académie française en 2002, par une Palme d’honneur au Festival de Cannes de 2015, par un Oscar d’honneur reçu en 2017 et par la Caméra de la Berlinale en 2019.

PROGRAMME

10h-10h20 : Accueil
Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP-URCA, et Raphaël Cuir, directeur de l’ESAD de Reims

Modération de la matinée : Véronique Le Ru (CIRLEP-URCA)

10h20-11h : Brigitte Rollet (Sciences Po-Campus de Reims) : «Agnès Varda : une vie en images et en mots»

11h-11h40 : Florence Tissot (Cinémathèque française) : «Postérité d’Agnès Varda»

11h50-12h30 : Florence Colombani (Journaliste écrivaine) : «Figures du couple dans l’oeuvre d’Agnès Varda»

12h30-14h : Pause déjeuner

Modération de l’après-midi : Fabrice Bourlez (ESAD de Reims)

14h-14h40 : Anne-Elisabeth Halpern (MCF en Lettres à l’URCA) :
« À propos du film L’une chante, l’autre pas »

14h40-15h20 : Julia Fabry (Collaboratrice artistique d’Agnès Varda): « Agnès Varda plasticienne »

15h20-15h50 : Fabrice Bourlez, Véronique Le Ru et Brigitte Rollet :
Discussion générale et conclusions de la journée

Compte tenu de la crise sanitaire, cette journée d’étude aura lieu uniquement par visioconférence sur Zoom.
Pour vous inscrire et recevoir les informations de
connexion : kristell.blache-comte@reims.fr

Pour télécharger le programme: Journée Agnès Varda_programme-1

 

JE De la pertinence de la formule en linguistique

Journée d’étude organisée par le séminaire Res per Nomen du CIRLEP EA 4299, Université de Reims Champagne–Ardenne &
la Chaire Sciences du langage de l’Institut d’études avancées (USIAS), Université de Strasbourg

22/23 novembre 2019
Maison de la Recherche, Salle R240
Campus Croix-Rouge, Reims

 

VENDREDI 22.11.2019

15-15.30 : Georges KLEIBER (USIAS – Université de Strasbourg) :
« Le marqueur formulaire comme on dit »

15.30-16 : Charlotte SCHAPIRA (Technion – Institut de Technologie d’Israël) : « Le proverbe dans l’argumentation »

16-16.30 : Martin RIEGEL (Université de Strasbourg) :
« Qui a bu boira, Qui vivra verra, etc. Une formulation parémique revisitée »

16.30-16.45 : pause café

16.45-17.15 : Marc BONHOMME (Université de Berne, Suisse) :
« L’euphémisme redéfini comme une formule discursive »

17-15-17.45 : Pierre FRATH (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Formules et lexicalisation »

 

SAMEDI 23.11.2019

9.30-10 : Elise LOUVIOT (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « La formule médiévale au croisement des frontières disciplinaires »

10-10.30 : Pascale MASSÉ-ARKAN (Université de Bordeaux) :
« Présentation de quelques constructions formulaires en français médiéval »

10.30-11 : Daciana VLAD (Université d’Oradea, Roumanie) :
« Tours formulaires dialogiques à orientation discursive polémique »

11-11.15 : pause café

11.15-11.45 : Emilia HILGERT (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Forme et formule : le linguistique et le non linguistique »

11.45-12.15 : Silvia PALMA (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Synthèse des contributions »

 

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant ici.

JE Appropriations et pratiques de la diversité linguistique et culturelle en Europe

Journée d’Etudes Internationale sur le plurilinguisme et l’intercompréhension
29 novembre 2019 – 08h30-16h45

Appropriations et pratiques de la diversité linguistique et culturelle en Europe
Erwerb und Praxis sprachlicher und kultureller Vielfalt in Europa

Eric Castagne – Université de Reims Champagne-Ardenne
& Johannes Müller-Lancé – Universität Mannheim

Pendant des siècles, l’individu n’a connu que deux espaces : la Terre au niveau macro et le territoire au niveau micro. Mais au cours du XXe siècle, et tout particulièrement après la seconde guerre mondiale, va se développer ce que Lévy (1997) appelle le “troisième espace anthropologique”, l’« espace des marchandises », qui va mener jusqu’à la mondialisation. À la fin du XXe siècle, l’Européen type vit dans l’espace élargi des marchandises à la vitesse de l’avion : le monde est devenu un village et l’urgence est devenue le régime normal de fonctionnement (Nicole Aubert et Christophe Roux-Dufort : 2003). L’une des conséquences et non la moindre fut que l’espace de l’individu va passer d’un espace monolingue et monoculturel à un espace multilingue et multiculturel. L’apparition ici ou là de zones internationales et multilingues sur les territoires nationaux (aéroports, gares ferroviaires, routières ou maritimes, universités, laboratoires de recherche, entreprises multinationales, hôtels, restaurants, campings, etc.) a multiplié les interactions entre les individus, entre les langues et entre les cultures. Les flux migratoires pour ne pas dire les déplacements de population ne cessent de croître dans le monde. En Europe par exemple, la chute du mur de Berlin et du rideau de fer ainsi que la création de l’espace Schengen ont transformé depuis bientôt trente ans les échanges transfrontaliers et tout particulièrement certains pays en nouvelles zones de mobilité. Dans son dernier rapport publié en 2018 sur la population internationale de migrants dans le monde, l’OIM annonce 244 millions de migrants, soit 3,3% de la population mondiale. Dans son dernier rapport publié en 2018, Eurostat dénombre 36,9 millions de personnes nées en dehors de l’UE et vivant dans un État membre de l’Union, et 21,6 millions de personnes résidant dans un État membre de l’Union et ayant la nationalité d’un pays tiers, soit 4,2 % de la population de l’UE.
Dans un tel environnement complexe, au centre des préoccupations humaines se situent des enjeux plurilingues et interculturels en termes d’appropriation naturelle ou encadrée par les institutions, de pratiques opérationnelles ou stratégiques, de représentation individuelle ou collective, d’intercompréhension ou d’interaction, de mobilité privée ou professionnelle, d’inclusion sociale ou professionnelle. Ces enjeux se manifestent par des besoins de formation et de professionnalisation et par une nécessité de production de connaissances au service du monde l’éducation et de l’entreprise.

Programme prévisionnel

08h30 – Accueil

08h45-09h00 – Inauguration par un membre de l’institution

09h00-09h15 – Eric Castagne (CIRLEP EA4299 – Université de Reims Champagne-Ardenne – France) & Johannes Müller-Lancé (Universität Mannheim – Allemagne) : Présentation et perspectives de l’axe de recherche collaboratif Reims-Mannheim Multilinguisme, Plurilinguisme et Intercompréhension – Mehrsprachigkeit und Interkomprehension (MPIMI)

09h15-10h00 – Clémentine Abel (Universität Freiburg – Allemagne) :
Les cursus scolaires plurilingues – garants du développement d’« identités plurales » et de « multilittéracies » ?

10h00-10h45 – Séverine Behra (Université de Lorraine – ATILF UMR 7118 – France) : Diversités et mobilité : quels enjeux pour l’école ?

10h45-11h00 – Pause café

11h00-11h45 – Claudia Polzin & Christina Reissner (Universität des Saarlands – Allemagne) : Formation en intercompréhension en Sarre : dix ans de transfert du savoir

12h00-14h00 – Pause méridienne

14h00-14h45 – Stavros Kamaroudis (Université de la Macédoine Occidentale – Grèce): La lecture, toujours la lecture! En “glissant” vers une autre langue…

14h45-15h30 – Michaël Oustinoff (LIRCES, Université Nice-Sophia Antipolis, Membre d’Université Côte d’Azur – France) :
Du monolinguisme du village global à la rebabélisation du monde : la place centrale de l’intercompréhension à l’heure de l’Intelligence Artificielle (IA)

15h30-15h45 – Pause café

15h45-16h30 – Lukas Eibensteiner (Universität Mannheim – Allemagne) : Le paysage linguistique de Strasbourg : l’intercompréhension de l’Alsacien dans le domaine de la gastronomie

16h30-16h45 – Débat général et clôture de la journée

Informations générales
Lieu : Campus Croix Rouge – UFR Lettres et Sciences Humaines
57 rue Pierre Taittinger – 51100 Reims
Bâtiment 17 – salle du conseil (susceptible de changement)
Renseignements : Contacter Patricia Oudinet

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search