Archives de catégorie : Journées d’études

JE De la pertinence de la formule en linguistique

Journée d’étude organisée par le séminaire Res per Nomen du CIRLEP EA 4299, Université de Reims Champagne–Ardenne &
la Chaire Sciences du langage de l’Institut d’études avancées (USIAS), Université de Strasbourg

22/23 novembre 2019
Maison de la Recherche, Salle R240
Campus Croix-Rouge, Reims

 

VENDREDI 22.11.2019

15-15.30 : Georges KLEIBER (USIAS – Université de Strasbourg) :
« Le marqueur formulaire comme on dit »

15.30-16 : Charlotte SCHAPIRA (Technion – Institut de Technologie d’Israël) : « Le proverbe dans l’argumentation »

16-16.30 : Martin RIEGEL (Université de Strasbourg) :
« Qui a bu boira, Qui vivra verra, etc. Une formulation parémique revisitée »

16.30-16.45 : pause café

16.45-17.15 : Marc BONHOMME (Université de Berne, Suisse) :
« L’euphémisme redéfini comme une formule discursive »

17-15-17.45 : Pierre FRATH (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Formules et lexicalisation »

 

SAMEDI 23.11.2019

9.30-10 : Elise LOUVIOT (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « La formule médiévale au croisement des frontières disciplinaires »

10-10.30 : Pascale MASSÉ-ARKAN (Université de Bordeaux) :
« Présentation de quelques constructions formulaires en français médiéval »

10.30-11 : Daciana VLAD (Université d’Oradea, Roumanie) :
« Tours formulaires dialogiques à orientation discursive polémique »

11-11.15 : pause café

11.15-11.45 : Emilia HILGERT (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Forme et formule : le linguistique et le non linguistique »

11.45-12.15 : Silvia PALMA (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Synthèse des contributions »

 

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant ici.

JE Appropriations et pratiques de la diversité linguistique et culturelle en Europe

Journée d’Etudes Internationale sur le plurilinguisme et l’intercompréhension
29 novembre 2019 – 08h30-16h45

Appropriations et pratiques de la diversité linguistique et culturelle en Europe
Erwerb und Praxis sprachlicher und kultureller Vielfalt in Europa

Eric Castagne – Université de Reims Champagne-Ardenne
& Johannes Müller-Lancé – Universität Mannheim

Pendant des siècles, l’individu n’a connu que deux espaces : la Terre au niveau macro et le territoire au niveau micro. Mais au cours du XXe siècle, et tout particulièrement après la seconde guerre mondiale, va se développer ce que Lévy (1997) appelle le “troisième espace anthropologique”, l’« espace des marchandises », qui va mener jusqu’à la mondialisation. À la fin du XXe siècle, l’Européen type vit dans l’espace élargi des marchandises à la vitesse de l’avion : le monde est devenu un village et l’urgence est devenue le régime normal de fonctionnement (Nicole Aubert et Christophe Roux-Dufort : 2003). L’une des conséquences et non la moindre fut que l’espace de l’individu va passer d’un espace monolingue et monoculturel à un espace multilingue et multiculturel. L’apparition ici ou là de zones internationales et multilingues sur les territoires nationaux (aéroports, gares ferroviaires, routières ou maritimes, universités, laboratoires de recherche, entreprises multinationales, hôtels, restaurants, campings, etc.) a multiplié les interactions entre les individus, entre les langues et entre les cultures. Les flux migratoires pour ne pas dire les déplacements de population ne cessent de croître dans le monde. En Europe par exemple, la chute du mur de Berlin et du rideau de fer ainsi que la création de l’espace Schengen ont transformé depuis bientôt trente ans les échanges transfrontaliers et tout particulièrement certains pays en nouvelles zones de mobilité. Dans son dernier rapport publié en 2018 sur la population internationale de migrants dans le monde, l’OIM annonce 244 millions de migrants, soit 3,3% de la population mondiale. Dans son dernier rapport publié en 2018, Eurostat dénombre 36,9 millions de personnes nées en dehors de l’UE et vivant dans un État membre de l’Union, et 21,6 millions de personnes résidant dans un État membre de l’Union et ayant la nationalité d’un pays tiers, soit 4,2 % de la population de l’UE.
Dans un tel environnement complexe, au centre des préoccupations humaines se situent des enjeux plurilingues et interculturels en termes d’appropriation naturelle ou encadrée par les institutions, de pratiques opérationnelles ou stratégiques, de représentation individuelle ou collective, d’intercompréhension ou d’interaction, de mobilité privée ou professionnelle, d’inclusion sociale ou professionnelle. Ces enjeux se manifestent par des besoins de formation et de professionnalisation et par une nécessité de production de connaissances au service du monde l’éducation et de l’entreprise.

Programme prévisionnel

08h30 – Accueil

08h45-09h00 – Inauguration par un membre de l’institution

09h00-09h15 – Eric Castagne (CIRLEP EA4299 – Université de Reims Champagne-Ardenne – France) & Johannes Müller-Lancé (Universität Mannheim – Allemagne) : Présentation et perspectives de l’axe de recherche collaboratif Reims-Mannheim Multilinguisme, Plurilinguisme et Intercompréhension – Mehrsprachigkeit und Interkomprehension (MPIMI)

09h15-10h00 – Clémentine Abel (Universität Freiburg – Allemagne) :
Les cursus scolaires plurilingues – garants du développement d’« identités plurales » et de « multilittéracies » ?

10h00-10h45 – Séverine Behra (Université de Lorraine – ATILF UMR 7118 – France) : Diversités et mobilité : quels enjeux pour l’école ?

10h45-11h00 – Pause café

11h00-11h45 – Claudia Polzin & Christina Reissner (Universität des Saarlands – Allemagne) : Formation en intercompréhension en Sarre : dix ans de transfert du savoir

12h00-14h00 – Pause méridienne

14h00-14h45 – Stavros Kamaroudis (Université de la Macédoine Occidentale – Grèce): La lecture, toujours la lecture! En “glissant” vers une autre langue…

14h45-15h30 – Michaël Oustinoff (LIRCES, Université Nice-Sophia Antipolis, Membre d’Université Côte d’Azur – France) :
Du monolinguisme du village global à la rebabélisation du monde : la place centrale de l’intercompréhension à l’heure de l’Intelligence Artificielle (IA)

15h30-15h45 – Pause café

15h45-16h30 – Lukas Eibensteiner (Universität Mannheim – Allemagne) : Le paysage linguistique de Strasbourg : l’intercompréhension de l’Alsacien dans le domaine de la gastronomie

16h30-16h45 – Débat général et clôture de la journée

Informations générales
Lieu : Campus Croix Rouge – UFR Lettres et Sciences Humaines
57 rue Pierre Taittinger – 51100 Reims
Bâtiment 17 – salle du conseil (susceptible de changement)
Renseignements : Contacter Patricia Oudinet

Cultures numériques & cultures populaires

PROGRAMME JOURNÉE D’ETUDES

17 MAI 2019

Université de Reims-Champagne-Ardenne

 

CIRLEP E.A. 4299

Axe « Représentations de la Société : Codes, Cultures, Images »

Dans le cadre du projet Action Spécifique Rennes 2

INTERCIRC – « The circulation of popular and digital cultures in Ireland » (EA 4451, CRBC Rennes)

 

DIGITAL AND POPULAR CULTURES

 

Contact :  sylvie.mikowski@univ-reims.fr

 

Maison de la Recherche, Salle polyvalente, Bâtiment 13

UFR Lettres SHS, Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, 5100 Reims.

Plan d’accès https://www.univ-reims.fr/plan-d-acces/plan-d-acces,17639,30808.html

Tramway lignes A ou B arrêt « Campus Croix Rouge ».

 

9.45-10.00 Welcome

CHAIR: Pr. Anne Goarzin, Université Rennes 2.

10.-10.45: Dr Maria Parsons: (Institute of Art, Design and Technology, Dublin): “Stranger Things – Menstrual Psi War Machines and Disruptive Technologies”

10.45-11.30: Dr Yannick Bellenger-Morvan (Université de Reims): Retro-gaming and Interactive Storytelling in BandersnatchBlack Mirror’s Technophobic Dystopia (Dec. 2018)”

11.30-12.15: Dr Anne Karhio: (National University of Ireland, Galway, and University of Bergen): “Digital platforms and Irish literature: revisiting ‘popular’ culture”?

12.15-13.00: Aoife

13h-14h30 : LUNCH, Salle Polyvalente Bâtiment 13

CHAIR: Pr. Sylvie Mikowski, Université de Reims.

14.30-15.15: Pierre-Olivier Lombarteix (CRBC, Université Rennes 2) :  « Created, Marketed or Curated: an Insight into the Irish Literary Scene Online ».

15.15-16.00: Dr Paula Gilligan (Institute of Art, Design and Technology, Dublin): “Visualising Data Centres’- ‘Apple to Athenry’ and the neganthropocene in Ireland”.

16.00-16.45 : Rachel Williams : (CRBC, Université Rennes 2): ‘Migration, Art, and Digital Archives’.

 

Partenaires

 

JE Claude Cahun et son héritage dans la pensée et la création contemporaines

20 mars 2019, Amphi 10, Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims

Claude Cahun, nom d’artiste de Lucy Schwob, est née le 25 octobre 1894 à Nantes et meurt le 8 décembre 1954 à Jersey. Son œuvre est protéiforme : écrivaine, photographe, plasticienne, performeuse, metteuse en scène. Sa vie est étroitement liée à celle d’une autre artiste d’origine nantaise, Suzanne Malherbe (aussi connue sous le nom de Marcel Moore), sa compagne. Liée au mouvement surréaliste, Claude Cahun s’est aussi engagée dans la vie politique de l’entre-deux-guerres et dans la Résistance pendant l’occupation allemande de Jersey. L’œuvre de Claude Cahun, qui s’étale sur une vaste période allant de 1910 à 1954, échappe aux tentatives de classification ou de rapprochement. Ce sont ses autoportraits qui sont le plus connus car elle y soulève un questionnement sur l’identité qui a une très forte résonance aujourd’hui. Elle y interroge notamment les stéréotypes de sexe et les questions de genre. Claude Cahun s’est inventée et réinventée à travers la photographie comme à travers l’écriture, en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la performance, habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Longtemps méconnue, l’œuvre photographique de Claude Cahun s’est imposée ces dernières années comme l’une des plus originales et des plus fortes de la première moitié du XXe siècle. Elle marque rétrospectivement un jalon capital dans l’histoire du surréalisme tout en faisant écho à l’esthétique contemporaine, entre art et philosophie.

Direction scientifique :

Véronique Le Ru, philosophe, professeure à l’URCA, et Fabrice Bourlez, philosophe et psychanalyste, enseignant à l’ESAD de Reims.

20 mars 2019, Amphi 10 Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims

MATIN

9h Accueil des participants

Introduction par Thomas Nicklas, président du CIRLEP, et Raphaël Cuir, directeur de l’ESAD de Reims

9h30 Anne-Elisabeth Halpern, Autoportraits doubles, autoportrait du double : le miroir des genres

Maîtresse de conférences en lettres modernes à l’université de Reims, elle a consacré une thèse de doctorat à Henri Michaux : Le Laboratoire du poète (Seli Arslan) et publié Michaux et le cinéma (JM Place). Ses travaux portent sur la littérature moderne et contemporaine, les rapports entre poésie et science, le cinéma et les arts visuels. Elle est aussi directrice littéraire des Éditions L’improviste.

10h Joy Weber, Claude Cahun et la maïeutique du visage

Professeur d’arts plastiques et doctorante en Esthétique, sciences et technologies des arts à l’université Paris 8 (Labo Art des Images et Art Contemporain), elle travaille sous la direction de François Soulages sur une thèse intitulée « Visage et temps en photographie. Approche esthétique ». 

10h30 Projection d’une vidéo de la série « Body Double » de Brice Dellsperger

Brice Dellsperger développe depuis 1995 le cycle des Body Double, présentés dans de nombreux festivals de cinéma internationaux. De film en film, de remake en remake il explore le processus de doublage : les personnages étant performés par un seul acteur, les acteurs étant souvent transformés en actrice.

11h15 Désiré Calanni Rindina,Le féminisme de Claude Cahun : de la subversion des genres à la déstructuration de la mystique du féminin

Après un Master en Langues et Littératures Comparées à l’Université des Études de Catane (Italie), elle est actuellement doctorante en Sciences de l’Interprétation au sein de la même Université. Elle s’occupe de littérature française et études de genre.

11h45 Béatrice Cussol

Béatrice Cussol vit et écrit, peint, dessine, donne forme à des mots cousus, découpe et colle à Malakoff ou ailleurs. Elle a également publié quatre textes : “Merci” (2000) et Pompon (2001) aux éditions Balland, Sinon (2007) et Les Souffleuses (2009) aux éditions Léo Scheer. Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis de 2009 à 2010 et enseigne actuellement à l’École des Beaux-Arts de Rouen.

12h30-14h Déjeuner

APRES-MIDI

14h Lecture performée « L’artiste n’est pas » par Lise Terdjman

Lise Terdjman travaille avec différents supports et processus : installation, dessin, texte, performance. Elle interroge les lieux, les formes, les stéréotypes et le genre, en articulant documents et fictions. Elle a récemment participé à l’exposition collective Sang rose aligné.e.s, Galerie Laboratoire BX, Bordeaux (2018) et au Nouveau Festival : Langues imaginaires et inventées auCentre Georges Pompidou (2013).

14h15 Raphaëlle Herout, La langue de Claude Cahun et l’affirmation de la subjectivité

Après une thèse sur l’imaginaire linguistique du Surréalisme, elle est aujourd’hui ATER à l’Université de Caen. Elle a récemment publié « “Cache-toi, guerre !” Le silence surréaliste comme conjuration poétique » dans « Il est pas facile de raconter à présent » : Crise de l’expérience et création artistique après la Grande Guerre, Mimesis (Luca Salza dir.).

14h45 Mélodie Marull, « l’e pris dans l’o »: la multiplicité en soi dans l’œuvre de Claude Cahun et ses échos dans la création contemporaine

Après une thèse en arts plastiques sur l’œuvre de Pierre Molinier, elle enseigne aujourd’hui en tant qu’ATER à l’Université de Lorraine. L’implication du corps de l’artiste dans le processus créatif ainsi que les bouleversements, sensibles ou fantasmées qu’il induit constituent les thèmes essentiels de sa recherche. Elle a contribué aux actes du colloque « Représentations des pratiques sexuelles ; de la modernité à la post-modernité » dans la revue Voix Plurielles.

15h15 Laura Bottereau et Marine Fiquet

Le duo Bottereau & Fiquet est né en 2013 à l’ESBA d’Angers. En 2018, elles participent à Traversées ren@rde, exposition collective au Transpalette de Bourges, et à J’ai léché l’entour de vos yeux, exposition personnelle à la Maison des arts (Malakoff). Interrogeant les normes et les rapports de dominations, leurs dessins, sculptures, installations et vidéos puisent dans l’enfance pour ce qu’elle a de divertissant en apparence, mais aussi pour ses troubles, ses cruautés, ses désirs et ses tabous.

15h45 Sonia Recasens, Performer l’identité – Décoloniser les corps

Après diverses missions d’assistante d’exposition dans des institutions culturelles (« elles@centrepompidou » ; « Maroc contemporain », Institut  du  Monde Arabe), elle développe des projets personnels en tant que commissaire indépendante : Sept démons, 2016 ; Ailleurs est ce rêve proche, 2018 ; Citoyennes Paradoxales, 2018. Depuis 2010, elle mène des projets sur les artistes femmes et les artistes afrodescendant.es du XXe au XXIe siècle.

16h15-16h30 Discussion et conclusion

JE Cultures numériques / Cultures populaires aujourd’hui ?

One-Day Symposium : « Digital/Popular Cultures Today ? »

En partenariat avec/in collaboration with : Université Rennes 2, Institute of Art Design and Technology (Dublin), National University of Ireland (Galway).

17 mai 2019

CIRLEP-E.A. 4299, UFR Lettres, Université de Reims Champagne-Ardenne

C’est désormais une évidence : la circulation des cultures populaires se fait largement par le biais des outils et réseaux numériques.

Comme le soulignent Sinatra et Sinclair, « Le numérique provoque un réagencement des dispositifs de production et de diffusion de la connaissance et des contenus en littérature, en communication, en histoire de l’art, et ce, en s’appuyant sur une expertise de haut niveau dans les sciences de l’information et l’informatique. » (Sinclair et Sinatra, « Repenser le numérique au 21e siècle », in Sens Public, 2015). Le rapport aux choses matérielles s’en trouve modifié ; les temps sociaux également.

On interrogera ici les productions immatérielles et virtuelles issues de cette nouvelle donne toujours en mouvement : qu’en est-il de l’accès aux moteurs de recherche, quelle culture populaire circule en ligne, et sous quelles formes (réseaux, discussions, création de ‘memes’ et répétition), et quelle est la part laissée à la création dans ce processus ?

Outre ces enjeux esthétiques ou créatifs, quels sont les enjeux éthiques soulevés par l’accès à ces nouveaux médias ?

Sinclair et Sinatra soulignent également que l’ubiquité du numérique interroge nécessairement « des mécanismes de visibilité, d’accessibilité à l’information et de circulation des contenus […] et notre rapport au savoir qui se retrouve remis en question. » (ibid) Au travers de cette collaboration, nous souhaitons donc proposer une réflexion qui prenne en compte la place du numérique en Irlande et en France, comme objet d’étude théorique, comme outil incontournable de la création, comme outil de sociabilité, mais aussi plus largement, sur la manière dont le numérique peut ouvrir des perspectives à la fois patrimoniales (cf. le projet de carte virtuelle / Mount Street de IADT), et sociales (cf. des projets artistiques en ligne, comme « Leaving Ireland », ou « Aftermath. ie ») et permettre de repenser l’importance du geste, d’une pratique artistique ou d’un contenu « stable ».

Il s’agira ici d’échanger les pratiques : qu’avons-nous à apprendre des méthodologies mises en place par nos collègues irlandais dans le domaine de l’étude et de l’esneignement des cultures numériques et populaires ? Comment pouvons-nous envisager un transfert de leurs compétences pour les mettre en œuvre dans nos propres pratiques, et inversement, pouvons-nous apporter aussi un point de vue scientifique français à ce champ d’études ? Tandis que nous souhaitons apprendre des pratiques d’interdisciplinarité et de l’avancée des Irlandais dans le décloisonnement entre haute et basse culture, entre culture numérique et culture traditionnelle, nous pensons que le formalisme français et son attachement à l’étude des formes et des structures, pourrait contribuer à enrichir ces domaines d’études relativement nouveaux en France.

It is undeniable that  popular cultures today mainly circulate through social media, websites, Facebook, Twitter, Reddit, etc. This has transformed our relationship with material objects, as well as our perception of time. The aim of this symposium is to examine some examples of  these new immaterial and virtual objects in circulation : to survey the kind of popular culture thus created, and under what new forms: memes, repetitions, etc. What are the ethical questions raised by these new forms of production of cultural objects? What new artistic, literary, social, political, patrimonial possibilities have been opened up by the new media?

Central to this symposium is the aim of exchanging ideas and practices with our colleagues from Ireland: what new objects have they chosen to explore in their individual research? What aspects of their research do they apply to their teaching practices? What part do they give to digital practices in their teaching of popular cultures? And in return, what aspects of  French theory (Baudrillard, Guy Debord, Michel Serres, Bruno Latour) may bring to the study of  popular and digital cultures ? What can we French academics learn from the Irish who have been long involved in digital culture, if only because of the presence of some of the biggest digital companies in the world on their soil (Facebook, Twitter Google etc).

JE Erreur(s) et Invention(s)

Organisée par Christine Sukic (CIRLEP EA 4299) avec le soutien de PRISMES (EA 4398)

Lundi 21 janvier 2019

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment Recherche, salle E14

10h00-10h30 : Christine Sukic : Introduction

10h30-11h00 : Andy Auckbur : « Ondes et reflets : l’erreur maniériste comme processus d’invention dans Arcadia de Philip Sidney ».

11h00-11h30 : Chantal Schütz : « Faits divers et véracité dans les Broadside Ballads anglaises ».

11h30-12h00 : Discussion.

12h00-13h30 : Déjeuner.

13h30-14h00 : Lynn S. Meskill : « Fortune’s errors : Shakespeare’s invention of new codes ».

14h30-15h00 : Laetitia Coussement-Boillot : « Erreur et invention linguistique dans l’œuvre de Shakespeare ».

15h30-16h00 : Anne-Marie Miller-Blaise : « Shakespeare poète: au-delà de l’invention et de l’erreur ».

16h00-16h30 : Discussion et conclusions.

JE Dire le corps du footballeur

29 juin 2018, URCA, Campus Croix Rouge, Bâtiment 13 – Recherche, salle R240

Journée d’étude organisée par Eva Lavric (Université d’Innsbruck) & Machteld Meulleman (URCA)

Cette journée d’étude, co-organisée par le CIRLEP et le Pôle interdisciplinaire d’études françaises de l’Université d’Innsbruck, aura lieu à l’Université de Reims à l’issue de la phase de poules de la Coupe du Monde 2018. Si dans le football tout semble tourner autour du ballon, ce sont bien les joueurs qui créent le jeu et ce à travers les mouvements de leurs corps. Comment ce corps est-il présenté et représenté  en discours et en image, dans les arts, la littérature, mais aussi dans la presse sportive et dans les conversations de foot ? Comment les joueurs et autres professionnels du football vivent-ils leurs corps et comment en parlent-ils ? Quelles sont les parties du corps et leurs qualités qui sont mises en avant ou au contraire dissimulées ? L’on peut penser d’abord au rôle des jambes, des muscles ou des articulations, mais qu’en est-il des doigts, des yeux ou encore de la langue ? Quelle est leur importance sur le terrain, dans la vie des clubs ou dans la culture populaire ? Quelles différences culturelles et interculturelles pourrait-il exister à cet égard et comment se révèlent-elles par exemple dans le contexte d’équipes plurilingues ? La journée d’étude s’intéressera à toutes ces questions dans leurs aspects philosophiques, linguistiques et civilisationnels.

PROGRAMME

09h00 – Accueil

09h30 – Introduction du Directeur du centre de recherches (CIRLEP), Thomas Nicklas

09h45 – Emilia Hilgert (URCA) : Corps blessé, corps adulé

10h30 – Kristof Vanhoutte (Université pontificale Antonianum & University of the Free State, Bloemfontein) : Le corps Chrétien du footballeur

11h15 – Pause

11h30 – Silvia Palma (URCA) : Donnez -moi un point d’appui,  et je marquerai un but

12h15 – Fabrice Bourlez (Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims) : Pasolini, droit au but

13h00 – Pause déjeuner

14h15 – Eva Lavric (Université d’Innsbruck) : Le footballeur et sa langue / ses langues – du plurilinguisme sur le terrain

15h00 – Véronique Le Ru (URCA) : Dire ou interdire le corps dans le foot féminin

15h45 – Machteld Meulleman (URCA) : Quand les footballeuses sont des footballeurs

16h30 – Discussion rémoise

JE Dissonance, éclectisme et mélange des genres

Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine

13 avril 2018, Université Reims Champagne Ardenne- CIRLEP

Journée d’étude organisée par Sylvie Mikowski et Yann Philippe

 

PROGRAMME

10h : Accueil des participants et mots de bienvenue – Café

10h15-10h30 : « Dissonance, éclectisme et mélange des genres: introduction », Yann PHILIPPE, Université de Reims

10h30- 11h 15 : Alison OFFE, Université Catholique de Lille : “Déclassifier le roman historique : Dans l’Ombre des Tudors et ses adaptations”

11h15-12h 00 : Kristina STANKEVICIUTE, Université technologique de Vilnius, Lithuania : “Embracing the dissonance: the challenge of blending for a university teacher”

12h15: Déjeuner sur place (offert aux intervenants)

13h30-14h15 : Isabelle LE PAPE, Chargée de collection en littérature anglophone, Bibliothèque nationale de France : “Conserver les littératures anglophones contemporaines dans leur diversité”

14h15-15h : Jason JULLIOT : “Nightwish et Imaginaerum : quand le métal bricole avec la musique de film”

15h-15h15 : Pause café

15h15-16h00 : Valérie MORISSON, Maître de Conférences en anglais à l’Université de Bourgogne, Dijon : “David Godbold : dissonance, iconoclasme… blasphème ?”

16h00-16h45 : Françoise CANON-ROGER, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne : « De la métafiction au polar. John Banville et son “dark twin brother”».

16h 45 : Conclusion de la Journée d’études

JE SEDLEX : Sens – Discours – Lexique

Première journée d’étude du Projet SEDLEX : Sens – Discours – Lexique

Le 16 février 2018

à l’URCA, bâtiment Enseignement & Recherche, salle R-240

Organisée par la Chaire Sciences du langage de l’Institut d’études
Avancées de l’Université de Strasbourg (USIAS)

en collaboration avec l’axe Res per nomen du Centre Interdisciplinaire d’Etudes sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) Université de Reims Champagne-Ardenne

avec une participation par visioconférence de l’Institut
d’Études du Langage, Université de Campinas (Brésil)

Programme

10h-10h30. Accueil des participants

10h30-11h15. Pierre Frath: La sémantique événementielle d’Eduardo Guimarães.

11h15- 12h. Silvia Palma : Définir ce qui n’est pas défini : ni chair ni poisson et autres « ni…ni… ».

12h-14h. Pause déjeuner

14h-14h45. Georges Kleiber: L’opposition massif /comptable et les déterminants non sélectifs.

14h45-15h30. Emilia Hilgert: La structure partitive détachée: “pour la plupart de SN” et sa réduction “pour la plupart”.

15h30 – 16h15. Table ronde : Pierre Frath, Emilia Hilgert, Georges
Kleiber, Annie Kuyumcuyan, Machteld Meulleman, Silvia Palma, Anne Theissen.

16h15-17h. Organisation et planification des prochaines rencontres et manifestations liées au projet SEDLEX : journée d’études du 19 avril à Strasbourg, journée d’études de septembre à Campinas (Participation par visio-conférence des collègues de Campinas à confirmer).

Programme JE SEDLEX

Appel à communications: Victoriana contemporaines

Victoriana contemporaines : littérature victorienne, cultures populaires et cultures matérielles

Journée d’études, vendredi 16 mars 2018, Université de Reims Champagne-Ardenne (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
Co-organisée par Yannick Bellenger-Morvan et Xavier Giudicelli

“For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it.” (Ezra Pound, 1918).

« Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. » (Walter Benjamin)

L’objet de cette journée d’études est d’analyser la persistance de la culture et de la littérature victoriennes dans nos sociétés contemporaines. On s’intéressera, bien sûr, à la réinterprétation de textes victoriens maintenant dits « canoniques » dans des médias associés à la culture populaire, tels que la bande dessinée ou le roman graphique, les fan fictions, les films, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou les musiques populaires. Mais il s’agira également de travailler sur le recyclage ou la réinscription de pratiques culturelles et d’objets victoriens dans notre société : la fortune de la forme sérielle, avatar du roman-feuilleton victorien, mais également le retour du Victorien dans la mode, les cultures alternatives, l’architecture, ou encore la décoration d’intérieur.
Cette manifestation, résolument interdisciplinaire, se place dans le sillage de la réflexion déjà engagée dans le cadre du séminaire « Cultures populaires » (animé par Sylvie Mikowski et Yann Philippe) du Centre interdisciplinaire sur les langues et la pensée (CIRLEP, EA 4299). Elle permettra d’interroger la notion de canon, de se pencher sur des objets d’étude exclus jusqu’à une date récente de l’Université et, ce faisant, d’éclairer la notion de rupture épistémologique et de redéfinir les « pratiques discursives » universitaires.
Au-delà des idées de nostalgie paralysante, de goût pour le « rétro », ou de celle de la dichotomie nostalgie/engagement critique, il s’agira de montrer ce que cette rémanence du victorien nous dit de nous, de notre ethos contemporain et de mettre en évidence la complexité du rapport au victorien à notre époque.
 
Pistes d’étude possibles (liste non exhaustive) :
Roman graphique et bande dessinée (par exemple, les ouvrages d’Alan Moore, From Hell, The League of Extraordinary Gentlemen…)
Séries télévisées, films (par exemple, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Jeux vidéo
Musique populaire, comédies musicales (par exemple Sweeney Todd).
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Mode, vêtements, tatouage, body art
Mobilier, décoration d’intérieur
Arts décoratifs

Langues de travail : français et anglais.

Merci de faire parvenir vos propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique à Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) et Xavier Giudicelli (xgiudicelli@yahoo.fr)

Nouvelle date limite d’envoi des propositions : 20 octobre 2017.


Contemporary Victoriana: Victorian literature and Popular and Material cultures

One-day conference, Friday, March 16th, 2018, University of Reims (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
 
Convenors: Yannick Bellenger-Morvan and Xavier Giudicelli.

“For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it.” (Ezra Pound, 1918).

“It is not that what is past casts its light on what is present, or what is present its light on what is past; rather, image is that wherein what has been comes together in a flash with the now to form a constellation.” (Walter Benjamin).
 
The aim of this one-day conference is to examine the persistence of Victorian culture and literature in our contemporary society. We shall obviously focus on the reinterpretation of Victorian works now deemed “canonical” in popular culture, in such media as comics and graphic novels, fan fictions, films, TV series, video games, and pop music. But our objective is also to work on the recycling of Victorian cultural practices and artefacts in our society: the success of the serial form, a contemporary adaptation—or recreation—of Victorian serialised narratives, also the influence of Victorian culture on today’s fashion industry, on alternative cultures, architecture, and interior decoration.
This one-day conference will encourage interdisciplinary approaches. It is part of the on-going research conducted in the “popular cultures” seminar (hosted by Sylvie Mikowski and Yann Philippe) of the Interdisciplinary Research Centre on Thought and Language (University of Reims). It will enable us to discuss the notion of “canon,” and to work on topics which, until recently, were of little interest in French academia. We hope to shed light on the notion of “epistemological rupture,” as well as to contribute to a redefinition of academic “discursive practices.”
Beyond the idea of a taste for retro, that of a paralysing backward-looking glance—the binary opposition between nostalgia and critical engagement—, our purpose is to show what the persistence of things Victorian tells us about us, about our contemporary society and ethos, and to highlight the complexity of our relationship to the Victorian past.

Possible topics:
Graphic novels and comics (for example, Alan Moore’s From Hell and League of Extraordinary Gentlemen…)
TV series and films (for example, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Video games
Pop music, musical (Sweeney Todd, for example)
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Fashion, tattoos, body art
Furniture, interior decoration
Arts and crafts

Languages: French and English

Submission for papers including an abstract (300 words maximum) and a short biographical notice should be sent to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) and Xavier Giudicelli, (xgiudicelli@yahoo.fr)

Extended deadline : October 20th, 2017.

Appel à communications: Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  

JOURNÉE D’ÉTUDES, 13 AVRIL 2018,

UNIVERSITÉ DE REIMS-CHAMPAGNE-ARDENNE (URCA)

Dans le cadre du séminaire « cultures populaires »

Propositions à envoyer avant le 1/12/2017 à sylvie.mikowski@univ-reims.fr et yann.philippe@univ-reims.fr

«  Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  »

Depuis une vingtaine d’années, les sociologues de la culture de part et d’autre de l’Atlantique, et à partir de positions théoriques fort diverses (Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevarec, Coulangeon), ont mis en évidence que la participation à des registres culturels très divers, de quelque façon qu’on désigne le phénomène (éclectisme, omnivorisme, dissonance selon les auteurs) ne constitue pas un phénomène exceptionnel, mais courant, voire banal. On retrouve chez de très nombreux individus, de groupes sociaux divers, la coexistence ou l’alternance de pratiques, de préférences ou de consommations culturelles relevant de formes de cultures dites légitimes ou populaires. L’effondrement de la hiérarchie entre « haute » culture légitime et « basse » culture de masse et plus encore la disparition de l’association étroite entre hiérarchie culturelle et hiérarchie sociale serait même ce qui caractériserait la société contemporaine, voire la condition post-moderne.

Du fait de la dilution de la légitimité classique, la légitimité culturelle a pris des formes très diverses. Dans les élites culturelles et intellectuelles, il est ainsi devenu plus important d’aimer des objets culturels différents ou différenciés que de se limiter à la seule palette des objets légitimes. Au « snobisme intellectuel » (ou au purisme ascétique) s’opposerait désormais « l’omnivorisme », catégorie inventée par le sociologue Richard A. Peterson[1]. De manière plus large, la culture est appréhendée comme un moyen de se conformer ou de se différencier : vis-à-vis des autres groupes sociaux ou générationnels, mais aussi de ses pairs sociaux voire de soi-même en adoptant des pratiques contradictoires ou « dissonantes » pour reprendre la formule de Bernard Lahire[2]. Tous les genres culturels ou presque ayant désormais acquis leurs « lettres de noblesse » (de la bande dessinée à la chanson pop/rock/rap ou à la télévision) peuvent faire l’objet d’un investissement privilégié, ouvrant ainsi la voie à la re-création de hiérarchies internes aux genres et à de nouvelles formes de distinction entre individus.

L’objet de cette journée d’études est d’interroger les possibilités ainsi ouvertes par les acquis de la sociologie culturelle aux autres disciplines, notamment celles (civilisation, littérature, histoire) traditionnellement attachées à des aires culturelles (anglophone notamment) et plus ouvertes au syncrétisme théorique que la sociologie. La problématique du mélange des genres constitue-elle une approche permettant d’appréhender la culture dans son ensemble ? C’est ce que nous nous proposons de déplier pendant cette journée d’études, en s’attachant à la fois au point de vue des consommateurs, des créateurs et des créations culturelles. Les communications pourront ainsi porter sur trois volets distincts :

– l’évolution des pratiques culturelles et des goûts dans le monde anglophone, à la lumière notamment des travaux sociologiques, mais aussi de l’apparition de nouvelles pratiques culturelles, tout particulièrement celles reposant sur les usages du numérique. L’analyse pourra ainsi porter sur le très contemporain, notamment le rôle du numérique dans la diversification et l’évolution des pratiques culturelles. Mais elle pourra aussi donner une profondeur historique aux phénomènes. Y a-t-il ainsi une histoire longue de l’éclectisme ou des dissonances culturelles ou ceux-ci doivent-ils nécessairement être limités aux pratiques ultra-contemporaines ? Les études comparatives visant à mesurer précisément le caractère précurseur de la culture anglophone dans l’érosion des hiérarchies culturelles sont également bienvenues.

– la dissonance appréhendée du côté des créateurs : est-elle un phénomène récent au même titre que celui des pratiques éclectiques ou est-elle un aspect constitutif de la création artistique ? En quoi les créateurs et artistes participent-ils du brouillage entre culture « high » et « low », « légitime » et « illégitime »? On pourra prendre des exemples en littérature, dans les arts visuels, dans la musique et le cinéma. On pensera par exemple à des auteurs écrivant à la fois pour les adultes et pour la jeunesse, ou passant de l’écriture d’œuvres romanesques à celle de scénarios pour le cinéma ou la télévision ; de musiciens pratiquant à la fois musique « savante » et « musique populaire »; à des cinéastes tournant pour la télévision; à des auteurs prenant un pseudonyme pour s’essayer à un genre « illégitime » (policier, érotique, sentimental, etc), soit de façon sérieuse, soit de façon parodique.

– le troisième volet sera davantage réflexif et concernera les pratiques de l’élite intellectuelle, à laquelle sont rattachés chercheurs et universitaires : en quoi les pratiques « omnivores » de cette catégorie influent-elles sur le brouillage des genres et font-elles passer certains objets culturels du statut d’illégitime à celui de légitime ? Dans quelle mesure les chercheurs, théoriciens et critiques littéraires ou artistiques sont-ils devenus « omnivores »? Comment s’opère le processus de légitimation ? Quels en sont les effets sur les objets culturels et sur leur réception ? N’y-a-t-il pas reconstitution d’une hiérarchie entre les pratiques culturelles selon des critères de goûts qui seraient non pas effacés mais seulement déplacés ? Enfin quelle est la part jouée par l’enseignement dans ces mutations ? Le souci de s‘adapter aux pratiques culturelles réelles des étudiants vient-il modifier les disciplines ? N’est-ce pas souvent la pédagogie qui anticipe sur la recherche ?

 

Call for Papers

ONE-DAY SYMPOSIUM, APRIL 13, 2018 (CIRLEP (EA4291)

UNIVERSITY OF REIMS-CHAMPAGNE ARDENNE (URCA)

 

“Dissonance, eclecticism and the blurring of genres in the modern and contemporary culture of the English-speaking world”

 

Over the past twenty years, sociologists of culture, on both sides of the Atlantic and from different theoretical standpoints, have insisted on the fact that individuals’ engagement with culture, far from being confined to a restricted number of elitist, distinctive, “snobbish” practices, actually span a broad range of registers, ranging from “low” to “high” and from “legitimate” to “illegitimate” culture. Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevare, Coulangeon have thus all written about what they call either eclecticism, omnivorousness, or dissonance. A lot of individuals, belonging to various, diverse social groups, have been observed to practice – alternatively or conjointly – forms of culture which are categorized either as legitimate or popular. The collapse of the hierarchy between high, legitimate culture, and low, mass culture, as well as the dissociation of cultural hierarchy and the dominance of a given social class has even been said to be one of the defining features of contemporary society, and indeed of the postmodern condition itself.

Because of the dilution of traditional forms of legitimacy, cultural legitimacy has assumed various forms and guises.  Among cultural and intellectual elites, it has thus become more important to be seen to like different or differentiated cultural objects than to limit oneself to the sole range of ‘legitimate’ objects. ‘Omnivorousness’, a term coined by sociologist Richard A. Peterson, is now opposed to intellectual ‘snobbishness’.[3] More broadly, culture is now understood as a means to conform or to differentiate oneself: from other social and age groups, but also from one’s own social peers and even sometimes from oneself, as Lahire explains when he speaks of ‘dissonant’ practices.[4] All cultural genres (from comic strips to pop/rock/rap music or television programmes) have now acquired a definite cultural legitimacy and can thus be invested with affective or intellectual value, giving rise to the creation of new hierarchies within the boundaries of one genre and to new forms of distinction among individuals.

The aim of this one-day symposium is to open the investigation of these concepts pioneered in the sociology of culture to other fields, notably those (cultural studies, literature, history) which have traditionally been linked to specific cultural areas (the English-speaking world, for instance) and which are more receptive to the combination of various theoretical standpoints than sociology. Does the notion of the blurring of genres help to define a comprehensive theory of culture?

Papers can focus either on the point of view of consumers, producers or cultural products. Proposals are welcome in the three following topic strands:

– The evolution of cultural tastes and practices in the English-speaking world, taking into consideration the new concepts defined by sociologists, as described above, but also the rise of new practices, particularly those based on the use of digital technology and social networks. Analysis may thus bear on ultracontemporary practices, in particular the role of digital technology in the evolution and transformation of cultural practices. But historical approaches are also welcome: do eclecticism and cultural dissonance have a long history or are they necessarily restricted to hyper-contemporary practices? Is there a ‘long history’ of eclecticism and cultural dissonance or is it a purely contemporaneous phenomenon? Comparative approaches aiming at measuring precisely the ground-breaking role of Anglo- American culture in the process of eroding cultural hierarchies are also welcome.

Dissonance as seen from the point of view of the creators: is it a recent phenomenon or on the contrary is it a natural part of any creative act? To what extent do artists and creators participate in the blurring of the frontiers between “high” and “low”, “legitimate” and “illegitimate” culture? Examples may be drawn from the fields of literature, the arts, cinema and music. Possible topics may include authors who write both for adults and children, or experiment with “illegitimate” forms such as romance, detective novels, erotic fiction, or write scripts for Hollywood, television, or Broadway; musicians who move from “classical” to “popular” music; film-makers who shoot both for the big screen or for television; visual artists who mix painting, sculpture and comics strips or digital technology.

– The third strand is more self-reflexive and involves the practices of the intellectual elite, to which academics and researchers belong: in what ways do the ‘omnivorous’ habits of that group exert an influence over the blurring of genres and enable the transition of certain cultural objects from the category of the illegitimate to that of the legitimate? How does this process operate? To what extent have researchers, critics and academics become ‘omnivorous’?   What effect does this process have over cultural objects and their reception?  Isn’t it the case that a certain kind of hierarchy is reinstated between the said objects, based on standards of taste that, rather than being erased, might simply be displaced? What part does teaching play in those evolutions? Does the wish to adapt to the students’ cultural practices shift the boundaries of the various fields of study? Are educational methods not often a step ahead of academic research?

[1] R. A. Peterson, R. Kern, « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[2] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

[3] R. A. Peterson, R. Kern, “Changing highbrow taste: From snob to omnivore”, American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[4] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Stratégies d’écriture en Histoire des idées. L’histoire du républicanisme – 9 et 10 juin 2017

Affiche Stratégies d'écriture en Histoire des idées

Journée d’étude internationale organisée par Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) et Christian E. Roques (Université de Reims)

Programme:

 

Vendredi 9 juin 2017 14h-17h30
Centre universitaire Malesherbes – Salle 322

 

  1. Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne)
    Republikanische Ideengeschichte.
  2. Daniel Schulz (Universität München)
    Ideengeschichtliches Archiv oder politiktheoretisches Arsenal? Die Rekonstruktion des Republikanismus in der Cambridge School.
  3. Christopher Hamel (Université de Rouen)
    Le républicanisme entre histoire des idées politiques et philosophie normative. Deux visées compatibles?

Samedi 10 juin 2017 9h30-12h
Centre universitaire Malesherbes – Salle 322

 

  1. Marcus Llanque (Universität Augsburg)
    Vernunftrepublikaner und Herzensrepublikaner: Republikanismus in der Weimarer Republik
  2. Alexandre Escudier (Sciences Po)
    D’une histoire des idées politiques idéologique : Philippe Nemo aux PUF sur les temps modernes et contemporains.

 

 

 

Journée des Doctorants du CIRLEP, 4 avril 2017

La 5e journée des doctorants du CIRLEP, co-organisée par Tim Heron et Marine Galiné, se tiendra le 4 avril 2017 à la Maison de la Recherche (campus Croix Rouge).

Programme

8h30 – accueil des participants

9h00 – mot d’accueil

9h15 – Panel 1 : Corps et Stéréotypes 

Alice Morin (Paris) : « Entre mannequins et modèles : Espaces et moments de tension sur papier glacé, 1960-1980»

Tim Heron (Reims) : « Le corps punk en Irlande du Nord (1976-1981)»

Sara Legrandjacques (Paris 1) : « Le corps étudiant à l’épreuve de l’Empire – Impacts corporels des mobilités étudiants indiennes et indochinoises »

Remedios Ponce (Reims) : « Corps malades et affamés : l’influence de Terre sans pain (Luis Buñuel, 1933) sur l’image de l’Estrémadure et ses re-significations identitaires postérieures »

10h45 – pause café 

11h00 – Panel 2 : Le Corps Féminin 

Laura Benoît (Toulouse) : « L’intime à l’écran : images du corps féminin dans les séries télévisées britanniques et américaines »

Fleur Vidament (Maine) : « Corps, féminité et identité dans les romans d’Anita Brookner »

Marine Galiné (Reims) : « Le corps hystérique : déconstructions et confinement du corps féminin dans le gothique irlandais »

12h30 – pause déjeuner 

14h00 – Panel 3 : Le Corps qui Lutte 

Thomas Foehrlé (Reims) « L’investissement sur le corps ou l’absence des autres : le paradoxe d’une nouvelle corporéité »

Géraldine Letz (Lorraine) « L’usage de la prothèse dans le sport de haut niveau : ambigüité corporelle et fracture catégorielle »

Lauren Ndoutoume (Caen) « ‘No Pain, no gain’ : la psychodynamique de la douleur chez le sportif »

15h30 – pause café 

16h00 – Panel 4 : Expériences corporelles et sensorielles 

Julien Ferre (Reims) : « Spinoza et la crise contemporaine de l’union du corps et de l’esprit »

Fanny Monnier (Perpignan) : « Lire La Route de la faim de Ben Okri : expérience du corps »

Anne-Catherine Bascoul (Lorraine) : « De la (re)présentation du corps en crise identitaire à l’identité du corps (re)présenté dans The Time of Our Singing de Richard Powers »

17h30 – clôture de la journée 

D’Alembert, Langue et savoir 1717-2017 (21 mars 2017)

Journée scientifique organisée par Véronique Le Ru (CIRLEP)

10h00 – Présentation de la journée scientifique par Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP

Présidence de séance : Véronique Le Ru

10h15 – Marie Lec a-Tsiomi s (Université de Paris Ouest), L’Avertissement de D’Alembert dans le tome III de l’Encyclopédie (1753)

11h00 – Christophe Schmit (Observatoire de Paris), L’apport de D’Alembert dans la dynamique : contexte et originalité de sa démarche.

11h45 – Pause

12h00 – Irène Passeron (Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche), La correspondance de D’Alembert : D’Alembert, un écrivain sans plume ni ancre ?

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

Présidence de séance : Marie Leca-Tsiomis

14h45 – Dominique Quéro (Université de Reims), D’Alembert et le théâtre de son temps à travers les éloges académiques

15h30 – Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), L’épistémologie de D’Alembert ou l’influence d’une grande Dame.

16h15 – Discussion générale et conclusion de la journée.

16h45 – Fin de la journée scientifique.

 

Renseignements et inscription

Patricia OUDINET

patricia.oudinet@univ-reims.fr – 33(0)3 26 91 36 19

L’imagination efficace (XVe et XVIe siècles)

Le 29 mars 2017Saverio Ansaldi (département de Philosophie CIRLEP EA 4299 ) organisera une journée d’étude à l’Université de Reims consacrée à L’imagination efficace (XVe et XVIe siècles).

Quelles sont la matière et la place propres à l’imagination ? Se réduit-elle à un simple fait de nature ou pouvons-nous en faire plusieurs usages et  en avoir une certaine maîtrise ?  Joue-t-elle un rôle dans le gouvernement des hommes ? Loin de se borner à la vie intérieure, l’imagination renaissante se révèle un véritable trait d’union entre les mots et les choses, l’individu et la communauté. La philosophie, l’art, la littérature, mais aussi les pratiques politiques au XVIe et XVIIe ont fourni des véritables théories de l’imagination. L’imitatio Christi , les Excercices spirituels de Ignace de Loyola ou  l’art de la mémoire de Giordano Bruno constituent les exemples de ces pratiques consacrées à la mise en forme de la faculté imaginative. Pour l’homme renaissant,  l’imagination représente un  analogue de la création divine, puisqu’elle ouvre sur l’infinité des mondes possibles.

L’imagination situe l’homme dans un espace liminaire : entre réalité et fiction, visible et invisible, individu et communauté. L’imagination est efficace lorsqu’elle transforme le sujet, artiste du monde et de son propre destin. Elle est par conséquent au centre de la vie fantastique et désirante, puisqu’elle est la faculté qui nous permet de construire des mondes, des  utopies ou même des dystopies du présent, mais aussi des mondes qui prolifèrent sans cesse en défiant notre logique. La Renaissance a su se poser avec une grande pertinence la question de l’imagination efficace, de celle du génie à celle de la folie, de celle du furieux à celle du mélancolique.  Des personnages comme Don Quichotte ou les héros de Rabelais sont les chevaliers d’un nouveau cycle épique qui chante un monde qui s’écoule sous les variations  d’un imaginaire hypertrophique.

Participants :

Fabio Raimondi, Université de Salerne
Alberto Fabris, ENS-Lyon
Yves Hersant, EHESS
Florence Dumora, Université de Reims Champagne-Ardenne
Christine Sukic, Université de Reims Champagne-Ardenne
Saverio Ansaldi, Université de Reims Champagne-Ardenne

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Salle polyvalente)
57, rue Pierre Taittinger – Reims