Archives de catégorie : Manifestations scientifiques

JE Plurilinguisme et construction de la signification

Journée d’Etudes Interdisciplinaire du programme Langages Interprétations Représentations (LIR)

Reims, 22 mars 24 – 08h30-17h15 – S. 418 (bât. Recherche Campus Croix-Rouge)

Organisateurs : Eric Castagne (URCA) et Christelle Declercq (URCA)

PROGRAMME

08h30 Accueil à l’UFR Lettres et Sciences Humaines

08h45-09h00 Inauguration par la Direction de la Maison des SHS – URCA

09h00-09h45 Conférence inaugurale : Sofia Stratilaki (DILTEC – Sorbonne Nouvelle)
Semer les graines du plurilinguisme : les représentations sociales des langues

09h45-10h30 Eric Castagne & Malika Pedley (CIRLEP – URCA)
Lingua receptiva : de la construction de l’intelligibilité à la compréhension

10h30-10h45 Pause café

10h45-11h30 Patrick Wotling (CIRLEP – URCA)
« Ce que l’on peut faire du langage ». Polyglossie et construction du sens dans le « nouveau langage » de Nietzsche

11h30-12h15 Marta Waldegaray (CIRLEP – URCA)
Espaces de subjectivation : être dans une (autre) langue. Une étude de cas : Vivir entre lenguas de Silvia Molloy

12h30-14h00 Pause méridienne

14h00-14h45 Stéphanie Cailliès (C2S – URCA)
Compréhension du langage : apports de la psychologie

14h45-15h30 Véronique Baltazart (C2S – URCA)
Effet du bi- et plurilinguisme sur le développement et le fonctionnement cognitifs et langagiers : Etat de l’art

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30 Christelle Declercq (C2S – URCA)
Compréhension et communication dans un cadre plurilingue et pluriculturel : Perspectives de recherche

16h30-17h15 Conférence de clôture : Séverine Behra (Atilf – INSPE de Lorraine)
Le plurilinguisme : dynamiques et espaces-temps des sujets en formation
préprofessionnalisante

JE La philosophie allemande et les sciences de l’esprit 05/04

La philosophie allemande et les sciences de l’esprit

Journée d’études organisée par Alexandre Fillon et Patrick Wotling du Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP EA 4299), Université de Reims Champagne-Ardenne

Campus Croix-Rouge, Bâtiment 13, salle R418

Vendredi 5 avril 2024

PROGRAMME

9h15 : Accueil des participants

Session 1 modérée par Patrick Wotling

9h30 : Florian Rada (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Quel objet pour l’anthropologie ? Réflexions entre Kant et Hegel »

10h15 : Victor Béguin (École Normale Supérieure de Paris) : « Comment la philosophie est devenue une science de l’esprit. La philosophie allemande dans les partages universitaires du savoir au XIXe siècle »

11h : Pause

11h15 : Alexandre Fillon (Université de Reims Champagne Ardenne) : « La mythologie du langage : histoire d’une idée entre linguistique et philosophie (1850-1925) »

12h-13h45 : Pause déjeuner

Session 2 modérée par Alexandre Fillon

13h45 : Natalie Depraz (Université Paris-Nanterre) : « Carl Stumpf, la botte secrète de l’empirisme phénoménologique husserlien »

14h30 : Timothée Morel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Nietzsche et Husserl médecins de la culture : diagnostics et remèdes pour une crise européenne »

15h15 : Pause

Session 3 modérée par Florian Rada

15h30 : Avrile Poignant-Le Goff (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Une science de l’esprit “libreˮ ? Signification culturelle de l’enquête psychologique nietzschéenne »

16h15 : Fanny Valeyre (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Sciences de la nature et sciences de l’esprit chez Hannah Arendt : la question des techniques »

17h : Patrick Wotling et Valérie Wampfler, présentation de la nouvelle édition de F. Nietzsche, La vision dionysiaque du monde et autres textes sur la tragédie, Paris, GF Flammarion, 2023.

 

JE Milieux Arctiques

Journée d’études sur les milieux arctiques

13 mars 2024

Campus Croix-Rouge salle R418

Université de Reims Champagne Ardenne

La journée sur les milieux arctiques vise à tester l’hypothèse que c’est par une réflexion sur l’universel qu’on pourra assurer la résilience et la durabilité des milieux vivants. Mais cela engage une nouvelle conception de l’universel décentrée de l’humain et refondée dans les milieux vivants (qui incluent l’espèce humaine). Il s’agit de définir dans une perspective universaliste la notion de milieu vivant. Si l’accent est mis spécifiquement sur les milieux arctiques, c’est en raison de leur caractère paradigmatique. Les milieux arctiques représentent en accéléré et en condensé les mutations relatives au dérèglement climatique qui affecte tous les milieux vivants.

Il importe, dans cette perspective, de prendre en considération la pensée et la cosmologie des Inuits qui ont choisi de représenter le milieu arctique par un puzzle où tous les individus constituent des pièces aussi importantes les unes que les autres et où l’humain, comme l’ours ou le phoque, fait partie du tout. 

Anne Pelouas, journaliste qui séjourne régulièrement parmi les Inuits, nous présentera la spécificité du peuple inuit, leur capacité de résistance et d’adaptation au changement, de quelque nature qu’il soit.

Véronique Le Ru, Professeure de philosophie à l’Université de Reims, proposera de réfléchir sur les îles arctiques : sont-elles en voie de disparition ou d’apparition ?

François Bost, Professeur de géographie à l’Université de Reims, dessinera une cartographie géopolitique des milieux arctiques : quelles sont les frontières du pôle Nord ?

Après la pause déjeuner, Léa Nollot qui est engagée dans une thèse sur la métaphysique des pôles, nous expliquera à quel point la notion de pôle est fondamentale pour comprendre les enjeux actuels du dérèglement climatique qui perturbe les pôles au sens physique mais aussi au sens métaphysique : le dérèglement climatique oblige les humains à changer de représentation du monde, à remettre en question l’anthropocentrisme au profit de nouvelles perspectives holistes.

Le Député de la Marne, Éric Girardin, prendra ensuite la parole pour nous faire comprendre pourquoi les pôles sont devenus un sujet politique de première importance. Éric Girardin nous présentera le rapport sur les pôles qu’il a remis à l’Assemblée Nationale en 2019 et nous expliquera ses enjeux et ses effets.

Amandine Andruchiw, qui vient de soutenir sa thèse intitulée « Le Végétarisme en questions, de la centralité des marges », interviendra ensuite pour interroger les « zones frontières » que sont devenus certains lieux de l’Arctique en raison des courses effrénées aux ressources. Ces zones, en cours de transformation par le changement climatique et le bouleversement des équilibres écosystémiques, nous en apprennent davantage sur ce que l’Anthropocène dit de nous, pour peu que nous acceptions de tendre l’oreille aux voix multispécifiques qui les composent.

Ces interventions feront l’objet de discussions avec les étudiants et collègues présents dans la salle.

 

Programme

10h-10h15 : Accueil

10h15-10h30 : Présentation de la journée (Véronique Le Ru)

10h30-11h : Anne Pelouas, Le peuple Inuit résiste et s’adapte

11h-11h10 : discussion avec la salle

11h10-11h40 : Véronique Le Ru, Les îles arctiques sont-elles en voie de disparition ou d’apparition ?

11h40-11h50 : discussion avec la salle

Pause 11h50-12h10

12h10-12h40 : François Bost, la cartographie géopolitique des milieux arctiques

12h40-12h50 : discussion avec la salle

Pause déjeuner 12h50-14h10

14h10-14h40 : Léa Nollot, La nouvelle métaphysique des pôles 

14h40-14h50 : discussion avec la salle

14h50-15h20 : Éric Girardin, Le rapport des pôles : enjeux et effets politiques

15h20-15h30 : discussion avec la salle

Pause 15h30-15h45 

15h45-16h15 : Amandine Andruchiw, «Écouter les voix issues des « zones frontières » de l’Arctique »

16h15-16h25 : discussion avec la salle

16h25-17h : Discussion générale et conclusions de la journée (Véronique Le Ru)

JE Littérature, traduction et errance(s)

Vendredi 9 février 2024
Université de Reims, BU Robert de Sorbon

Journée organisée par Cécile Gauthier (CRIMEL), Xavier Giudicelli (CIRLEP) et Christine Sukic (CIRLEP)

PRÉSENTATION

Partant du constat qu’un nombre important de chercheurs en littératures étrangères et comparée ont une expérience de la traduction, cette journée d’étude se propose d’ouvrir un espace d’échange autour de cette pratique. Le travail prendra appui sur des travaux de traduction parus ou en cours afin de proposer un retour d’expérience sur les défis lancés par ceux-ci, d’interroger la façon dont ces traductions s’inscrivent dans des parcours de recherche sur les cultures étrangères et nourrissent une réflexion sur la recherche en littérature. Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CIRLEP « Régimes de l’erreur » et de l’axe 3 de la MSH (« Patrimoine, textes, langages, cultures »). Elle s’intéressera plus particulièrement aux relations entre traduction et errance(s).

Errance s’entendra d’abord au sens premier d’« action de marcher, de voyager sans cesse », de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur », comme l’écrit Paul Valéry de sa traduction en vers des Bucoliques de Virgile dans « Variations sur les Bucoliques » (p. 215). Voyages ici d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une époque à une autre : la traduction est, selon Tiphaine Samoyault, l’une des instances « des mouvements par lesquels la littérature circule et se transmet » (Traduction et Violence, p. 12). Contre la conception de l’errance comme errement et vagabondage, Édouard Glissant la réhabilite comme « cela même qui nous permet de nous fixer […], de dériver enfin […] de nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 63). Cela pose la question du lieu de la traduction et de la place du traducteur, entre les langues, entre enracinement et déracinement.

L’errance revêt également le sens d’« hésitations », de « tergiversations » : la traduction est une pratique exploratoire, solitaire ou collective, qui sans cesse confronte les traducteur·rices-voyageur·se·s, à des doutes, des questions, des choix, voire des dilemmes tant linguistiques que culturels. Ainsi, jusqu’à quel point une traduction doit-elle ou peut-elle restituer l’étrangeté et l’« étrangèreté » (Michael Edwards) d’un texte ? Comment rendre au mieux des références culturelles qui, à l’aune d’une époque mais aussi d’une culture autres, menacent d’opacifier le sens et de créer malentendus voire erreurs culturelles ? Quelles sont les contraintes propres à la traduction de genres comme le théâtre et la poésie ?
Dès lors, envisager la traduction au prisme de l’errance conduit à la penser comme mouvement vers l’inconnu et ce, même si la traduction se fait le plus souvent vers la langue dite « maternelle », connue, ou s’il existe des cas d’auto-traduction ? Que signifie alors errer : y a-t-il une direction, un mouvement circulaire, des retours en arrière, etc. ? Combien de versions avant le point final ? de corrections ? de regrets ? d’erreurs, peut-être fructueuses ? Quand finir ? Comment finir ? Quand retraduire ? Comme l’écrit Glissant, « L’étant ni l’errance n’ont de terme, le changement est leur permanence, ho ! – Ils continuent. » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 64).

Cette journée d’études, en français, ouverte à toutes les langues, se déroulera début 2024 (date envisagée : vendredi 9 février 2024). Elle pourra par exemple prendre la forme de 2 ou 3 tables rondes croisant les langues, les cultures et les expériences, suivies d’un temps d’échange ; une conférence plénière peut également être envisagée. Cette journée d’étude impliquera les doctorant·e·s du CRIMEL et du CIRLEP ainsi que les étudiant·e·s du master « Anglais, arts et médias » qui assisteront à l’événement mais surtout présenteront et mettront en voix des travaux de traduction de théâtre réalisés en binômes. Elle pourra se dérouler à la Bibliothèque Robert de Sorbon et en partenariat avec celle-ci : les traductions publiées par les ÉPURE pourront ainsi être présentées et valorisées.

PROGRAMME

9h45 : Accueil et présentation de la journée

10h30-12h30 : Table ronde 1
Yannick Bellenger (URCA, traduction de l’anglais)
Laurence Chamlou (URCA, traduction du persan)
Astrid Muls (ULB, Bruxelles, traduction du tchèque)
Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3, traduction du russe)

12h30-14h : Repas

14h-15h : Présentation et lecture de travaux de traduction réalisés par les étudiants des masters de l’URCA

15h15-17h15 : Table ronde 2
Mathieu Dosse (traduction du portugais brésilien)
Laure Gauthier (URCA, traduction de l’allemand)
Emmanuel Le Vagueresse et Juan Carlos Baeza Soto (URCA et Université Sorbonne Paris Nord, traduction de l’espagnol)
Christine Sukic et Anne-Marie Miller-Blaise (URCA et Université Sorbonne Nouvelle, traduction de l’anglais)

17h15 : Clôture

Programme_LTE

JE “Tiempos sin tiempo”

Dans le cadre des activités du séminaire “Fiction politique: littérature et temporalité historique” (Centre de recherches CIRLEP), et des manifestations de l’axe 1 de la Maison des SHS portant sur “Crise, transition et conflictualité”, Marta Waldegaray (URCA) & Borja Cano Vidal (Usal) organisent deux journées d’études consacrées aux temporalités en crise dans la littérature hispano-américaine de nos jours :
 
Tiempos sin tiempo: escrituras lentas en la literatura en español del siglo XXI
(Un monde sans temps : narrations de la lenteur dans la littérature en espagnol au XXIè siècle)
 

Premier volet, 15/12/2023 : URCA, Site Reims, Campus Croix-Rouge 

Second volet, 19/01/2024 : USal, Facultad de Filología

Intervention de Jiří Kubeš, le 21/09 à 17h à la BU

Le CIRLEP a le plaisir d’accueillir M. Jiří Kubeš pour une conférence intitulée “A Typology of travel of the Czech nobility in the 17th and 18th centuries (with special focus on trips to France)”. Celle-ci aura lieu le jeudi 21 septembre 2023 à 17h à la bibliothèque Robert de Sorbon en salles 139-140.

La conférence sera diffiusée sur Zoom en direct. Les personnes souhaitant suivre à distance sont invitées à s’inscrire ici au préalable.
Contact : bu-chercheurs@univ-reims.fr

Colloque “HHH” 14-15/09

Hiéros, Hiérophanie, Hiéroglossie :

Visions, Voix, Signes, Signification

Texte de cadrage

L’Égypte ancienne, l’Inde védique, la Chine de la dynastie Shang, les Hellènes à l’époque d’Homère, les Celtes, les Aztèques et d’autres cultures partout dans le monde croyaient tous que leur langue avait été conçue et forgée pour eux par des actants autres-que-mortel. Inutile de signaler à quel point le contraste est frappant avec la « science du langage » de notre époque moderne religieusement post‑religieuse. Pour nous, il est absurde, voire suspect de prendre au sérieux l’idée que le langage serait autre chose qu’un outil conçu par homo symbolicus afin de pouvoir interagir de manière pragmatique et productive avec d’autres membres de son espèce. Et pourtant cet avis est problématique.

D’abord parce que les « racines » de toutes les langues que l’on utilise pour discréditer les anciens mythes sur la « glottogonie » sont elles-mêmes le produit du genre de mythologies que l’on souhaite exorciser de toute discussion sur le langage. Deuxièmement, le postulat selon lequel il y aurait quelque chose d’« arriéré » ou de « superstitieux » dans ces exemples « exotiques » de spéculation sur l’origine du langage est aujourd’hui, et à juste titre, considéré comme le corollaire « savant » d’une attitude « colonialiste » envers la « mentalité primitive ». Troisièmement, de nombreuses voix faisant autorité dans les domaines de la sémiotique et de la théorie littéraire font régulièrement appel à des agents et actants « supra‑rationnels » pour fournir à leur théorisation ce qui ne peut l’être en se fiant à une analyse « raisonnée » de l’origine de la langue, de son pouvoir signifiant et de ce qu’il est.

Perplexes face à tout cela, les organisateurs du colloque 2023 recherchent des contributions de collègues capables d’élucider pour leurs pairs pourquoi certaines communautés ont cru qu’il était parfaitement logique de soutenir que leur langage était un « don des dieux aux mortels ». Quel sens peut-il y avoir de prendre au sérieux une telle idée ? Quelles techniques divinatoires furent impliquées dans l’appréhension de ce qui était considéré comme « le Sacré » ? Sous quelles formes sa rencontre se révéla-t-elle ? Quelle ingéniosité herméneutique fut utilisée pour interpréter ce que laissait entendre ce Sacré ? Quelle ingénierie sémiotique fut déployée pour forger ces interprétations en signes, en significations et en langage ? Quel fut le raisonnement à l’œuvre dans la présomption selon laquelle le divin lui-même serait une propriété vivante, respirante et résonante du langage et que ses mots constituants encodent, médiatisent et révèlent quelque chose de « sublime » ou « transcendant » à propos de leurs denotata ?

Si nous soulevons ces questions, ce n’est ni pour faire l’éloge des systèmes de croyances « traditionnelles », ni en faire l’apologie. Pas plus qu’il ne l’est d’être une récrimination des points de vue sur la nature, la vocation et la finalité des mots et du langage qui répudient l’idée que « le mystique » ou « le surnaturel » ont droit de cité dans l’analyse. Non, ce qui nous intéresse réellement, c’est d’enrichir et de varier les acceptations et les applications habituelles de la linguistique, la sémiotique et la philosophie du langage en explorant ce qui pourrait être significatif et méritoire dans les théories soutenant que le langage est une « émanation » de puissances autres-que-mortelles – comme, par exemple, de Gaia ou l’un de ses équivalents.

Bien entendu, l’avis des indologues, orientalistes, arabisants, spécialistes des études indigènes sur ce que l’on peut dire de tout cela serait très apprécié. Idem pour les collègues issus de l’ethnolinguistique, la théorie littéraire, l’écosémiotique, la poétique comparée, la philologie et des domaines voisins. Mais ce n’est pas tout. Nous voulons en savoir plus sur la façon dont des doxas obsolètes sur les origines divines de la parole peuvent être repensées à nouveaux frais et renaître sous des formes et dans des endroits où l’on s’attendrait le moins à les trouver. Ce serait notamment le cas pour ce qui est des théories de penseurs avant-gardistes ostensiblement « athées » tels que Blanchot, Foucault, Derrida, Lacan et d’artistes novateurs comme Hölderlin, Mallarmé, Baudelaire, Artaud, Joyce, Eliot, etc.

Nous invitons des articles sur des sujets qui peuvent inclure mais ne sont pas limités à :

  • Des évaluations critiques des raisonnements sémiotiques qui seraient opérants dans l’idée que le langage peut encoder, médiatiser et être « sursignifié » par une signification évocatrice du « sacré », du « transcendant » ou du « sublime »,
  • Des études qui éclairent (a) les techniques divinatoires impliquées dans l’appréhension de ce qui était considéré comme le Sacré, (b) les formes sous lesquelles son effulgence s’est manifestée, (c) l’ingéniosité herméneutique utilisée dans l’interprétation de ce que l’on croyait être le ‘message’ du Sacré et (d) l’ingénierie sémiotique mobilisée pour forger les interprétations de ce ‘message’ en signes, significations, savoirs et langage,
  • Des contributions de spécialistes en ethnolinguistique et en écosémiotique qui expliquent comment les cultures « animistes » supposent que l’environnement naturel a une voix et un langage et comment le sens que communique celui-ci est « traduit » en langage humain,
  • Des travaux originaux à caractère critiques, comparatistes ou historiques sur les théories, mythologies, folklores et traditions « glottogoniques »,
  • Comment les propriétés des signes censés être « hiéroglossiques » diffèrent de celles des signes censés être « démotiques » ou « profanes »,
  • Des études portant sur la dynamique du dialogue qui s’ensuit lorsque des conceptions hétérogènes de l’origine et caractère « sacré » de la parole se rencontrent,
  • Des analyses de ce qui arrive à un modèle établi de parole sacrée lorsqu’il fait face à des défis à son autorité au nom de la « raison » ou de la « science » ou lorsqu’il est confronté à la pression des mutations sociétales, cultuelles ou politiques,
  • Les défis et/ou les opportunités qui se présentent aux artistes littéraires lorsque ceux-ci sont tenus de reconnaître et de respecter le caractère prétendument sacré de leur langue tout en l’utilisant de manière ‘créative’,
  • La « déterritorialisation » des idées admises par la tradition sur les origines et le caractère sacré de la langue et sa « reterritorialisation » dans la pensée des théoriciens littéraires contemporains et dans les œuvres des artistes littéraires avant-gardistes.
  • Des contributions qui se demandent si l’avènement de l’Anthropocène ne plaide pas pour que les ‘scientifiques du langage’ envisagent d’imiter leurs homologues ‘animistes’ en créant un rôle pour le ‘Sacré’ dans leurs théories concernant les pouvoirs apophantiques des mots et du langage.

Cette liste n’est qu’indicative. Chacun peut aborder la thématique comme il l’entend, à condition que le contenu traité et les conclusions tirées des analyses exécutées apportent un éclairage nouveau, fondé sur des preuves et pleinement en prise avec la thématique de la conférence.

Le colloque, organisé par Fionn Bennett (Cirlep) et Karin Ueltschi (Crimel), aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne les 14 et 15 septembre 2023.

Veuillez soumettre une proposition en anglais ou en français (250 mots maximum), ainsi qu’une courte bio-bibliographie, à l’adresse hieroglossia@univ-reims.fr, pour le 1er juin 2023 au plus tard.
À l’issue du colloque, une sélection des communications sera prévue en vue de la publication des actes avec une maison d’édition renommée. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions. Pour plus d’informations, voir notre site web à : https://hieroglossia2023@blogspot.com.

Comité scientifique

Ulrika Mårtensson (Norwegian University of Science & Technology)

James I. Porter (University of California, Berkeley, U.S.A.)

Claude Le Fustec (Université de Rennes II)

Radcliffe G. Edmonds III (Bryn Mawr College, Pennsylvania, U.S.A.)

Ineke Sluiter (Universiteit Leiden, Pays Bas)

Alexis Pinchard (Centre National de la Recherche Scientifique)

Giovanni Manetti (Università di Siena, Italie)

Brian Lowrey (Université de Picardie)

JE “Literatura en tiempos de crisis: América latina en el nuevo milenio”

Primera jornada, viernes 28 de octubre 2022 sitio URCA Coordinadora: Marta Waldegaray
Segunda jornada, miércoles 23 de noviembre sitio UniCal Coordinadora: Emanuela Jossa

Primera jornada
Universidad de Reims ChampagneArdenne
Viernes 28 de octubre de 2022
Campus Croix Rouge
MSH Edificio 13 Sala R 418
57 Rue Pierre Taittinger, 51100 Reims

PROGRAMA

9h30: Recepción de los participantes Edificio 13 Sala R 418

10h0010h30: Emanuela JOSSA (Università della Calabria)
Crisis y apocalipsis: Mugre rosa de Fernanda Trías

10h3011h00: Sandra NAVARRETE BARRIA (Instituto de Estudios Avanzados Universidad de Santiago de Chile)
Cartografías de la crisis latinoamericana: violencia y despojo en las narrativas recientes de escritoras

11h0011h30: Edoardo BALETTA (Università di Bologna)
El tamaño de nuestra catástrofe: ficción especulativa argentina entre futuro y pasado, trauma y supervivencia

11h3012h00: Debate

12h3014h00: Almuerzo
Brasserie EXCELSIOR
96 Place Drouet d’Erlon, 51100 Reims

14h00 15h00
Visite à la Cathédrale NotreDame de Reims

15h3016h00: Carlos PABON ORTEGA (Universidad de Puerto Rico, Río Piedras)
Intelectuales e izquierda puertorriqueña ante Cuba en el siglo XXI: un discurso fosilizado en la Guerra Fría Comunicación a distancia

16h0016h30: Juana MURILLO RUBIO (Universidad Complutense de Madrid)
Vanguardia y literatura en la obra de Inés Mendoza: reivindicación políticoestética en tiempos de crisis Comunicación a distancia

16h3017h00: María Paz OLIVER (Universidad Adolfo Ibáñez Chile)
Narrativas de la pandemia: dimensiones de la inmovilidad doméstica en Preguntas frecuentes de Nona Fernández y La vida inmueble de Federico Galende

17h0017h30: Debate y cierre de la jornada

Argumentaire et programme

Séminaire “Fiction politique” 2022-2023

Le séminaire est dirigé par Marta Waldegaray (CIRLEP EA4299).

PROGRAMME

Vendredi 28 octobre 2022 (9h 18h / MSH Bâtiment 13, salle R 418)
Premier volet du diptyque Literatura en tiempos de crisis: América latina en el nuevo milenio
Argumentaire et programme
 
Mardi 29 novembre 2022 (17h 19h, à distance)
Valentina LITVAN (MCF, Université de Lorraine site Metz), «Escribir la judeidad en América latina… una inquietante identidad»
 
Mercredi 23 novembre 2022 (9h 13h00 / Università della Calabria Dipartimento di Studi Umanistici)
Second volet du diptyque Literatura en tiempos de crisis: América latina en el nuevo milenio
Argumentaire et programme
 
Jeudi 26 janvier 2023 (de 17h-19h, heure française, en distanciel)
Azucena GONZALEZ BLANCO, (Professeure des Universités du département de Linguistique générale et Théorie littéraire à l’Université de Granada), «Tragedia y evento histórico en Michel Foucault»
 
Jeudi 1 juin 2023 (17h 19h, à distance)
Borja CANO VIDAL (doctorant de l’Université de Salamanque), «Contra el tiempo cronológico: ficciones improductivas en la literatura en español del siglo XXI»
Lien : https://univreimsfr.zoom.us/j/96999728352?pwd=bW54RUp4dUZvNWdsS2pVOGY1T1UvUT09
ID de réunion : 969 9972 8352
Code secret : 470410
 

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle E12
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Informations complémentaires sur le séminaire

Consulter notre page sur le site du CIRLEP.

JE “Le Livre comme objet du transfert culturel à la première modernité”

Le vendredi 3 juin aura lieu une journée d’études intitulée “Le Livre comme objet du transfert culturel à la première modernité : acteurs, commerce, pratiques” organisée par Helga MEISE et Jean-Louis Haquette à la Bibliothèque Carnégie.

Veuillez trouver l’affiche et le programme de la journée d’études en cliquant sur le lien suivant : 220603 Programme JE Livre A5.

Festival “Marlowe”

Le projet comprend un colloque et une lecture/mise en espace à La Comédie de Reims avec des retombées à la fois sur le plan culturel et scientifique.

Le « Marlowe Festival/Festival Marlowe » aura lieu à Reims et à Paris du 16 au 21 mai 2022.

Consacré à l’œuvre du poète et dramaturge Christopher Marlowe (1564-1593), ce festival comprendra des lectures-spectacles des œuvres de Marlowe, à la Comédie de Reims et à l’Oratoire du Louvre, des visites, des conférences, ainsi que deux colloques internationaux :

– À Reims : « Marlowe and the Topicality of Textual Encounters »
Du 16 au 18 mai 2022, colloque en anglais.

– À Paris : « Représentations et usages du Massacre de la Saint Barthélemy en Europe et dans le monde » (1572-2022)
Du 19 au 21 mai 2022, colloque bilingue, interdisciplinaire

Le Festival Marlowe/Marlowe Festival est le fruit d’une collaboration entre des chercheurs des universités de Reims Champagne-Ardenne, Sorbonne Nouvelle, Sorbonne Université et University of Kent.

Comité scientifique et artistique du projet pour l’URCA
Christine Sukic, Professeur de littérature anglaise, URCA, CIRLEP
Elen Riot, Maitre de conférences en Sciences de gestion, URCA, REGARDS

Site du festival

Colloque “Res per nomen”

8ème Colloque International Res per nomen 

Polysémie et référence

9 et 10 juin 2022

Lieu

Amphithéâtre de la Maison de la recherche, bât. 13, Campus Croix Rouge, 57 Rue Pierre Taittinger, Reims.

Organisateurs

Emilia Hilgert, Silvia Palma, Georges Kleiber, Pierre Frath, René Daval

Secrétariat : Carole Schmitz / Stéphanie Hatat

carole.schmitz@univ-reims.fr/ stephanie.hatat@univ-reims.fr

Site : http://www.res-per-nomen.org/

Veuillez trouver ci-dessous les détails pratiques ainsi que le programme définitif :

RPN8 précisions pratiques (sans programme)

Programme définitif

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search