Archives de catégorie : Manifestations scientifiques

JE De la pertinence de la formule en linguistique

Journée d’étude organisée par le séminaire Res per Nomen du CIRLEP EA 4299, Université de Reims Champagne–Ardenne &
la Chaire Sciences du langage de l’Institut d’études avancées (USIAS), Université de Strasbourg

22/23 novembre 2019
Maison de la Recherche, Salle R240
Campus Croix-Rouge, Reims

 

VENDREDI 22.11.2019

15-15.30 : Georges KLEIBER (USIAS – Université de Strasbourg) :
« Le marqueur formulaire comme on dit »

15.30-16 : Charlotte SCHAPIRA (Technion – Institut de Technologie d’Israël) : « Le proverbe dans l’argumentation »

16-16.30 : Martin RIEGEL (Université de Strasbourg) :
« Qui a bu boira, Qui vivra verra, etc. Une formulation parémique revisitée »

16.30-16.45 : pause café

16.45-17.15 : Marc BONHOMME (Université de Berne, Suisse) :
« L’euphémisme redéfini comme une formule discursive »

17-15-17.45 : Pierre FRATH (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Formules et lexicalisation »

 

SAMEDI 23.11.2019

9.30-10 : Elise LOUVIOT (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « La formule médiévale au croisement des frontières disciplinaires »

10-10.30 : Pascale MASSÉ-ARKAN (Université de Bordeaux) :
« Présentation de quelques constructions formulaires en français médiéval »

10.30-11 : Daciana VLAD (Université d’Oradea, Roumanie) :
« Tours formulaires dialogiques à orientation discursive polémique »

11-11.15 : pause café

11.15-11.45 : Emilia HILGERT (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Forme et formule : le linguistique et le non linguistique »

11.45-12.15 : Silvia PALMA (Université de Reims Champagne – Ardenne) : « Synthèse des contributions »

 

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant ici.

JE Appropriations et pratiques de la diversité linguistique et culturelle en Europe

Journée d’Etudes Internationale sur le plurilinguisme et l’intercompréhension
29 novembre 2019 – 08h30-16h45

Appropriations et pratiques de la diversité linguistique et culturelle en Europe
Erwerb und Praxis sprachlicher und kultureller Vielfalt in Europa

Eric Castagne – Université de Reims Champagne-Ardenne
& Johannes Müller-Lancé – Universität Mannheim

Pendant des siècles, l’individu n’a connu que deux espaces : la Terre au niveau macro et le territoire au niveau micro. Mais au cours du XXe siècle, et tout particulièrement après la seconde guerre mondiale, va se développer ce que Lévy (1997) appelle le “troisième espace anthropologique”, l’« espace des marchandises », qui va mener jusqu’à la mondialisation. À la fin du XXe siècle, l’Européen type vit dans l’espace élargi des marchandises à la vitesse de l’avion : le monde est devenu un village et l’urgence est devenue le régime normal de fonctionnement (Nicole Aubert et Christophe Roux-Dufort : 2003). L’une des conséquences et non la moindre fut que l’espace de l’individu va passer d’un espace monolingue et monoculturel à un espace multilingue et multiculturel. L’apparition ici ou là de zones internationales et multilingues sur les territoires nationaux (aéroports, gares ferroviaires, routières ou maritimes, universités, laboratoires de recherche, entreprises multinationales, hôtels, restaurants, campings, etc.) a multiplié les interactions entre les individus, entre les langues et entre les cultures. Les flux migratoires pour ne pas dire les déplacements de population ne cessent de croître dans le monde. En Europe par exemple, la chute du mur de Berlin et du rideau de fer ainsi que la création de l’espace Schengen ont transformé depuis bientôt trente ans les échanges transfrontaliers et tout particulièrement certains pays en nouvelles zones de mobilité. Dans son dernier rapport publié en 2018 sur la population internationale de migrants dans le monde, l’OIM annonce 244 millions de migrants, soit 3,3% de la population mondiale. Dans son dernier rapport publié en 2018, Eurostat dénombre 36,9 millions de personnes nées en dehors de l’UE et vivant dans un État membre de l’Union, et 21,6 millions de personnes résidant dans un État membre de l’Union et ayant la nationalité d’un pays tiers, soit 4,2 % de la population de l’UE.
Dans un tel environnement complexe, au centre des préoccupations humaines se situent des enjeux plurilingues et interculturels en termes d’appropriation naturelle ou encadrée par les institutions, de pratiques opérationnelles ou stratégiques, de représentation individuelle ou collective, d’intercompréhension ou d’interaction, de mobilité privée ou professionnelle, d’inclusion sociale ou professionnelle. Ces enjeux se manifestent par des besoins de formation et de professionnalisation et par une nécessité de production de connaissances au service du monde l’éducation et de l’entreprise.

Programme prévisionnel

08h30 – Accueil

08h45-09h00 – Inauguration par un membre de l’institution

09h00-09h15 – Eric Castagne (CIRLEP EA4299 – Université de Reims Champagne-Ardenne – France) & Johannes Müller-Lancé (Universität Mannheim – Allemagne) : Présentation et perspectives de l’axe de recherche collaboratif Reims-Mannheim Multilinguisme, Plurilinguisme et Intercompréhension – Mehrsprachigkeit und Interkomprehension (MPIMI)

09h15-10h00 – Clémentine Abel (Universität Freiburg – Allemagne) :
Les cursus scolaires plurilingues – garants du développement d’« identités plurales » et de « multilittéracies » ?

10h00-10h45 – Séverine Behra (Université de Lorraine – ATILF UMR 7118 – France) : Diversités et mobilité : quels enjeux pour l’école ?

10h45-11h00 – Pause café

11h00-11h45 – Claudia Polzin & Christina Reissner (Universität des Saarlands – Allemagne) : Formation en intercompréhension en Sarre : dix ans de transfert du savoir

12h00-14h00 – Pause méridienne

14h00-14h45 – Stavros Kamaroudis (Université de la Macédoine Occidentale – Grèce): La lecture, toujours la lecture! En “glissant” vers une autre langue…

14h45-15h30 – Michaël Oustinoff (LIRCES, Université Nice-Sophia Antipolis, Membre d’Université Côte d’Azur – France) :
Du monolinguisme du village global à la rebabélisation du monde : la place centrale de l’intercompréhension à l’heure de l’Intelligence Artificielle (IA)

15h30-15h45 – Pause café

15h45-16h30 – Lukas Eibensteiner (Universität Mannheim – Allemagne) : Le paysage linguistique de Strasbourg : l’intercompréhension de l’Alsacien dans le domaine de la gastronomie

16h30-16h45 – Débat général et clôture de la journée

Informations générales
Lieu : Campus Croix Rouge – UFR Lettres et Sciences Humaines
57 rue Pierre Taittinger – 51100 Reims
Bâtiment 17 – salle du conseil (susceptible de changement)
Renseignements : Contacter Patricia Oudinet

Cultures numériques & cultures populaires

PROGRAMME JOURNÉE D’ETUDES

17 MAI 2019

Université de Reims-Champagne-Ardenne

 

CIRLEP E.A. 4299

Axe « Représentations de la Société : Codes, Cultures, Images »

Dans le cadre du projet Action Spécifique Rennes 2

INTERCIRC – « The circulation of popular and digital cultures in Ireland » (EA 4451, CRBC Rennes)

 

DIGITAL AND POPULAR CULTURES

 

Contact :  sylvie.mikowski@univ-reims.fr

 

Maison de la Recherche, Salle polyvalente, Bâtiment 13

UFR Lettres SHS, Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, 5100 Reims.

Plan d’accès https://www.univ-reims.fr/plan-d-acces/plan-d-acces,17639,30808.html

Tramway lignes A ou B arrêt « Campus Croix Rouge ».

 

9.45-10.00 Welcome

CHAIR: Pr. Anne Goarzin, Université Rennes 2.

10.-10.45: Dr Maria Parsons: (Institute of Art, Design and Technology, Dublin): “Stranger Things – Menstrual Psi War Machines and Disruptive Technologies”

10.45-11.30: Dr Yannick Bellenger-Morvan (Université de Reims): Retro-gaming and Interactive Storytelling in BandersnatchBlack Mirror’s Technophobic Dystopia (Dec. 2018)”

11.30-12.15: Dr Anne Karhio: (National University of Ireland, Galway, and University of Bergen): “Digital platforms and Irish literature: revisiting ‘popular’ culture”?

12.15-13.00: Aoife

13h-14h30 : LUNCH, Salle Polyvalente Bâtiment 13

CHAIR: Pr. Sylvie Mikowski, Université de Reims.

14.30-15.15: Pierre-Olivier Lombarteix (CRBC, Université Rennes 2) :  « Created, Marketed or Curated: an Insight into the Irish Literary Scene Online ».

15.15-16.00: Dr Paula Gilligan (Institute of Art, Design and Technology, Dublin): “Visualising Data Centres’- ‘Apple to Athenry’ and the neganthropocene in Ireland”.

16.00-16.45 : Rachel Williams : (CRBC, Université Rennes 2): ‘Migration, Art, and Digital Archives’.

 

Partenaires

 

JE Claude Cahun et son héritage dans la pensée et la création contemporaines

20 mars 2019, Amphi 10, Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims

Claude Cahun, nom d’artiste de Lucy Schwob, est née le 25 octobre 1894 à Nantes et meurt le 8 décembre 1954 à Jersey. Son œuvre est protéiforme : écrivaine, photographe, plasticienne, performeuse, metteuse en scène. Sa vie est étroitement liée à celle d’une autre artiste d’origine nantaise, Suzanne Malherbe (aussi connue sous le nom de Marcel Moore), sa compagne. Liée au mouvement surréaliste, Claude Cahun s’est aussi engagée dans la vie politique de l’entre-deux-guerres et dans la Résistance pendant l’occupation allemande de Jersey. L’œuvre de Claude Cahun, qui s’étale sur une vaste période allant de 1910 à 1954, échappe aux tentatives de classification ou de rapprochement. Ce sont ses autoportraits qui sont le plus connus car elle y soulève un questionnement sur l’identité qui a une très forte résonance aujourd’hui. Elle y interroge notamment les stéréotypes de sexe et les questions de genre. Claude Cahun s’est inventée et réinventée à travers la photographie comme à travers l’écriture, en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la performance, habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Longtemps méconnue, l’œuvre photographique de Claude Cahun s’est imposée ces dernières années comme l’une des plus originales et des plus fortes de la première moitié du XXe siècle. Elle marque rétrospectivement un jalon capital dans l’histoire du surréalisme tout en faisant écho à l’esthétique contemporaine, entre art et philosophie.

Direction scientifique :

Véronique Le Ru, philosophe, professeure à l’URCA, et Fabrice Bourlez, philosophe et psychanalyste, enseignant à l’ESAD de Reims.

20 mars 2019, Amphi 10 Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims

MATIN

9h Accueil des participants

Introduction par Thomas Nicklas, président du CIRLEP, et Raphaël Cuir, directeur de l’ESAD de Reims

9h30 Anne-Elisabeth Halpern, Autoportraits doubles, autoportrait du double : le miroir des genres

Maîtresse de conférences en lettres modernes à l’université de Reims, elle a consacré une thèse de doctorat à Henri Michaux : Le Laboratoire du poète (Seli Arslan) et publié Michaux et le cinéma (JM Place). Ses travaux portent sur la littérature moderne et contemporaine, les rapports entre poésie et science, le cinéma et les arts visuels. Elle est aussi directrice littéraire des Éditions L’improviste.

10h Joy Weber, Claude Cahun et la maïeutique du visage

Professeur d’arts plastiques et doctorante en Esthétique, sciences et technologies des arts à l’université Paris 8 (Labo Art des Images et Art Contemporain), elle travaille sous la direction de François Soulages sur une thèse intitulée « Visage et temps en photographie. Approche esthétique ». 

10h30 Projection d’une vidéo de la série « Body Double » de Brice Dellsperger

Brice Dellsperger développe depuis 1995 le cycle des Body Double, présentés dans de nombreux festivals de cinéma internationaux. De film en film, de remake en remake il explore le processus de doublage : les personnages étant performés par un seul acteur, les acteurs étant souvent transformés en actrice.

11h15 Désiré Calanni Rindina,Le féminisme de Claude Cahun : de la subversion des genres à la déstructuration de la mystique du féminin

Après un Master en Langues et Littératures Comparées à l’Université des Études de Catane (Italie), elle est actuellement doctorante en Sciences de l’Interprétation au sein de la même Université. Elle s’occupe de littérature française et études de genre.

11h45 Béatrice Cussol

Béatrice Cussol vit et écrit, peint, dessine, donne forme à des mots cousus, découpe et colle à Malakoff ou ailleurs. Elle a également publié quatre textes : “Merci” (2000) et Pompon (2001) aux éditions Balland, Sinon (2007) et Les Souffleuses (2009) aux éditions Léo Scheer. Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis de 2009 à 2010 et enseigne actuellement à l’École des Beaux-Arts de Rouen.

12h30-14h Déjeuner

APRES-MIDI

14h Lecture performée « L’artiste n’est pas » par Lise Terdjman

Lise Terdjman travaille avec différents supports et processus : installation, dessin, texte, performance. Elle interroge les lieux, les formes, les stéréotypes et le genre, en articulant documents et fictions. Elle a récemment participé à l’exposition collective Sang rose aligné.e.s, Galerie Laboratoire BX, Bordeaux (2018) et au Nouveau Festival : Langues imaginaires et inventées auCentre Georges Pompidou (2013).

14h15 Raphaëlle Herout, La langue de Claude Cahun et l’affirmation de la subjectivité

Après une thèse sur l’imaginaire linguistique du Surréalisme, elle est aujourd’hui ATER à l’Université de Caen. Elle a récemment publié « “Cache-toi, guerre !” Le silence surréaliste comme conjuration poétique » dans « Il est pas facile de raconter à présent » : Crise de l’expérience et création artistique après la Grande Guerre, Mimesis (Luca Salza dir.).

14h45 Mélodie Marull, « l’e pris dans l’o »: la multiplicité en soi dans l’œuvre de Claude Cahun et ses échos dans la création contemporaine

Après une thèse en arts plastiques sur l’œuvre de Pierre Molinier, elle enseigne aujourd’hui en tant qu’ATER à l’Université de Lorraine. L’implication du corps de l’artiste dans le processus créatif ainsi que les bouleversements, sensibles ou fantasmées qu’il induit constituent les thèmes essentiels de sa recherche. Elle a contribué aux actes du colloque « Représentations des pratiques sexuelles ; de la modernité à la post-modernité » dans la revue Voix Plurielles.

15h15 Laura Bottereau et Marine Fiquet

Le duo Bottereau & Fiquet est né en 2013 à l’ESBA d’Angers. En 2018, elles participent à Traversées ren@rde, exposition collective au Transpalette de Bourges, et à J’ai léché l’entour de vos yeux, exposition personnelle à la Maison des arts (Malakoff). Interrogeant les normes et les rapports de dominations, leurs dessins, sculptures, installations et vidéos puisent dans l’enfance pour ce qu’elle a de divertissant en apparence, mais aussi pour ses troubles, ses cruautés, ses désirs et ses tabous.

15h45 Sonia Recasens, Performer l’identité – Décoloniser les corps

Après diverses missions d’assistante d’exposition dans des institutions culturelles (« elles@centrepompidou » ; « Maroc contemporain », Institut  du  Monde Arabe), elle développe des projets personnels en tant que commissaire indépendante : Sept démons, 2016 ; Ailleurs est ce rêve proche, 2018 ; Citoyennes Paradoxales, 2018. Depuis 2010, elle mène des projets sur les artistes femmes et les artistes afrodescendant.es du XXe au XXIe siècle.

16h15-16h30 Discussion et conclusion

Res per nomen VII: Lexique et référence

Le Centre interdisciplinaire de recherche sur les langues et la pensée (CIRLEP / URCA), EA 4299

&

La Chaire Sciences du langage de l’Institut d’Etudes Avancées de l’Université de Strasbourg (USIAS)

organisent

Le 7e Colloque InternationalRes per nomen : Lexique et référence

Reims, 25-27 avril 2019

Les inscription sont ouvertes. Les personnes extérieures à l’URCA sont priées de s’inscrire via les sites suivants en français ou en anglais. Pour les personnes de l’URCA, veuillez utiliser les liens suivants en français ou en anglais.

Appel à communication

La septième édition du Colloque international Res per nomen s’intéressera, comme les précédentes, aux processus  linguistiques référentiels, c’est-à-dire à la langue dans son rapport au monde. Après une sixième édition centrée sur les catégories abstraites, nous nous proposons, pour Res per nomen 7, d’élargir la réflexion à l’ensemble du lexique. Il nous semble, en effet, intéressant de proposer au débat linguistique et philosophique une confrontation entre des modèles plus anciens ou plus récents, souvent opposés, d’analyse du sens et de la référence, avec les résultats les plus probants sur le rôle de la dénomination dans la catégorisation, du lien entre sens et concept ou entre sens, référence et catégorie, ou sur la construction dynamique du sens dans le processus énonciatif et discursif.

Comment opèrent, par exemple, des outils comme la notion de dénomination proposée par Georges Kleiber, ou ceux apportés par le modèle instructionnel pour la sémantique de Gilles Col, plaidant pour la reconnaissance d’une construction dynamique du sens, ou la notion d’un stéréotype lexical construit à l’aide de phrases majoritairement génériques, préconisée par Jean-Claude Anscombre, pour ne mentionner qu’eux ? Qu’est-ce qui fait qu’on peut percevoir le sens des mots comme stable ou pas stable et comment définir la stabilité (ou l’instabilité) sémantique ? Dans le sillage de rencontres linguistiques récentes qui ont abordé la problématique du sens commun, peut-on encore apporter des précisions sur son statut et sur les mécanismes de sa stabilisation ? Existe-t-il vraiment et, si oui, comment se stabilise-t-il ? Et quel est le rôle de la lexicalisation et des conditions de lexicalisation dans la stabilisation ou, au contraire, dans la mouvance du sens ? Par quels moyens peut-on définir la part du lexique et la part du contexte dans le domaine du sens et de la référence ?

Toutes ces questions concernent aussi bien la linguistique que la philosophie. En effet, cette dernière a largement contribué à la compréhension du langage, que ce soit à travers l’étude des catégories, la nature des universaux ou l’analyse logique du langage, pour ne citer que quelques grands apports.

Comme lors des éditions précédentes, Res per Nomen 7 sera l’occasion d’aborder le lexique à travers des approches très diverses : du point de vue grammatical, par le biais de la sémantique lexicale, de l’analyse du discours, de la philosophie. Les contributions pourront porter sur une seule langue ou proposer une approche comparative, se centrer sur une étape de la langue ou privilégier une approche diachronique.

Conférenciers

Jean-Claude Anscombre

María Luisa Donaire

Pierre Frath

Georges Kleiber

Dates à retenir

Prolongation de la date de réception des propositions de communication jusqu’au 10 décembre 2018

Notification d’acceptation ou de refus : le 10 janvier 2019

Publication du programme : le 20 février 2019

Dates du colloque : les 25, 26 et 27 avril 2019.

Lieu du colloque : Maison de la Recherche (bât. 13), Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims.

Droits d’inscription : 100 € pour les enseignants-chercheurs, 60 € pour les doctorants.

Soumettre une proposition de communication

Les participants sont invités à soumettre une proposition en anglais ou en français, qui ne dépassera pas 500 mots, bibliographie minimale comprise (6 titres). Elle sera rédigée en Times New Roman 12, interligne simple. Merci d’indiquer sur une page séparée le titre de la proposition, le nom de l’auteur (ou des auteurs) et les coordonnées professionnelles. Les présentations dureront 30 minutes, dont 10 minutes pour les questions. Une sélection sera faite par le comité de lecture parmi les présentations après le colloque, et leurs auteurs seront ensuite invités à rédiger un article pour un ouvrage de la collection Res per nomen

Envoyer à : emilia.hilgert@univ-reims.fr et silvia.palma@univ-reims.fr

JE Cultures numériques / Cultures populaires aujourd’hui ?

One-Day Symposium : « Digital/Popular Cultures Today ? »

En partenariat avec/in collaboration with : Université Rennes 2, Institute of Art Design and Technology (Dublin), National University of Ireland (Galway).

17 mai 2019

CIRLEP-E.A. 4299, UFR Lettres, Université de Reims Champagne-Ardenne

C’est désormais une évidence : la circulation des cultures populaires se fait largement par le biais des outils et réseaux numériques.

Comme le soulignent Sinatra et Sinclair, « Le numérique provoque un réagencement des dispositifs de production et de diffusion de la connaissance et des contenus en littérature, en communication, en histoire de l’art, et ce, en s’appuyant sur une expertise de haut niveau dans les sciences de l’information et l’informatique. » (Sinclair et Sinatra, « Repenser le numérique au 21e siècle », in Sens Public, 2015). Le rapport aux choses matérielles s’en trouve modifié ; les temps sociaux également.

On interrogera ici les productions immatérielles et virtuelles issues de cette nouvelle donne toujours en mouvement : qu’en est-il de l’accès aux moteurs de recherche, quelle culture populaire circule en ligne, et sous quelles formes (réseaux, discussions, création de ‘memes’ et répétition), et quelle est la part laissée à la création dans ce processus ?

Outre ces enjeux esthétiques ou créatifs, quels sont les enjeux éthiques soulevés par l’accès à ces nouveaux médias ?

Sinclair et Sinatra soulignent également que l’ubiquité du numérique interroge nécessairement « des mécanismes de visibilité, d’accessibilité à l’information et de circulation des contenus […] et notre rapport au savoir qui se retrouve remis en question. » (ibid) Au travers de cette collaboration, nous souhaitons donc proposer une réflexion qui prenne en compte la place du numérique en Irlande et en France, comme objet d’étude théorique, comme outil incontournable de la création, comme outil de sociabilité, mais aussi plus largement, sur la manière dont le numérique peut ouvrir des perspectives à la fois patrimoniales (cf. le projet de carte virtuelle / Mount Street de IADT), et sociales (cf. des projets artistiques en ligne, comme « Leaving Ireland », ou « Aftermath. ie ») et permettre de repenser l’importance du geste, d’une pratique artistique ou d’un contenu « stable ».

Il s’agira ici d’échanger les pratiques : qu’avons-nous à apprendre des méthodologies mises en place par nos collègues irlandais dans le domaine de l’étude et de l’esneignement des cultures numériques et populaires ? Comment pouvons-nous envisager un transfert de leurs compétences pour les mettre en œuvre dans nos propres pratiques, et inversement, pouvons-nous apporter aussi un point de vue scientifique français à ce champ d’études ? Tandis que nous souhaitons apprendre des pratiques d’interdisciplinarité et de l’avancée des Irlandais dans le décloisonnement entre haute et basse culture, entre culture numérique et culture traditionnelle, nous pensons que le formalisme français et son attachement à l’étude des formes et des structures, pourrait contribuer à enrichir ces domaines d’études relativement nouveaux en France.

It is undeniable that  popular cultures today mainly circulate through social media, websites, Facebook, Twitter, Reddit, etc. This has transformed our relationship with material objects, as well as our perception of time. The aim of this symposium is to examine some examples of  these new immaterial and virtual objects in circulation : to survey the kind of popular culture thus created, and under what new forms: memes, repetitions, etc. What are the ethical questions raised by these new forms of production of cultural objects? What new artistic, literary, social, political, patrimonial possibilities have been opened up by the new media?

Central to this symposium is the aim of exchanging ideas and practices with our colleagues from Ireland: what new objects have they chosen to explore in their individual research? What aspects of their research do they apply to their teaching practices? What part do they give to digital practices in their teaching of popular cultures? And in return, what aspects of  French theory (Baudrillard, Guy Debord, Michel Serres, Bruno Latour) may bring to the study of  popular and digital cultures ? What can we French academics learn from the Irish who have been long involved in digital culture, if only because of the presence of some of the biggest digital companies in the world on their soil (Facebook, Twitter Google etc).

JE Erreur(s) et Invention(s)

Organisée par Christine Sukic (CIRLEP EA 4299) avec le soutien de PRISMES (EA 4398)

Lundi 21 janvier 2019

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, bâtiment Recherche, salle E14

10h00-10h30 : Christine Sukic : Introduction

10h30-11h00 : Andy Auckbur : « Ondes et reflets : l’erreur maniériste comme processus d’invention dans Arcadia de Philip Sidney ».

11h00-11h30 : Chantal Schütz : « Faits divers et véracité dans les Broadside Ballads anglaises ».

11h30-12h00 : Discussion.

12h00-13h30 : Déjeuner.

13h30-14h00 : Lynn S. Meskill : « Fortune’s errors : Shakespeare’s invention of new codes ».

14h30-15h00 : Laetitia Coussement-Boillot : « Erreur et invention linguistique dans l’œuvre de Shakespeare ».

15h30-16h00 : Anne-Marie Miller-Blaise : « Shakespeare poète: au-delà de l’invention et de l’erreur ».

16h00-16h30 : Discussion et conclusions.

JE Dire le corps du footballeur

29 juin 2018, URCA, Campus Croix Rouge, Bâtiment 13 – Recherche, salle R240

Journée d’étude organisée par Eva Lavric (Université d’Innsbruck) & Machteld Meulleman (URCA)

Cette journée d’étude, co-organisée par le CIRLEP et le Pôle interdisciplinaire d’études françaises de l’Université d’Innsbruck, aura lieu à l’Université de Reims à l’issue de la phase de poules de la Coupe du Monde 2018. Si dans le football tout semble tourner autour du ballon, ce sont bien les joueurs qui créent le jeu et ce à travers les mouvements de leurs corps. Comment ce corps est-il présenté et représenté  en discours et en image, dans les arts, la littérature, mais aussi dans la presse sportive et dans les conversations de foot ? Comment les joueurs et autres professionnels du football vivent-ils leurs corps et comment en parlent-ils ? Quelles sont les parties du corps et leurs qualités qui sont mises en avant ou au contraire dissimulées ? L’on peut penser d’abord au rôle des jambes, des muscles ou des articulations, mais qu’en est-il des doigts, des yeux ou encore de la langue ? Quelle est leur importance sur le terrain, dans la vie des clubs ou dans la culture populaire ? Quelles différences culturelles et interculturelles pourrait-il exister à cet égard et comment se révèlent-elles par exemple dans le contexte d’équipes plurilingues ? La journée d’étude s’intéressera à toutes ces questions dans leurs aspects philosophiques, linguistiques et civilisationnels.

PROGRAMME

09h00 – Accueil

09h30 – Introduction du Directeur du centre de recherches (CIRLEP), Thomas Nicklas

09h45 – Emilia Hilgert (URCA) : Corps blessé, corps adulé

10h30 – Kristof Vanhoutte (Université pontificale Antonianum & University of the Free State, Bloemfontein) : Le corps Chrétien du footballeur

11h15 – Pause

11h30 – Silvia Palma (URCA) : Donnez -moi un point d’appui,  et je marquerai un but

12h15 – Fabrice Bourlez (Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims) : Pasolini, droit au but

13h00 – Pause déjeuner

14h15 – Eva Lavric (Université d’Innsbruck) : Le footballeur et sa langue / ses langues – du plurilinguisme sur le terrain

15h00 – Véronique Le Ru (URCA) : Dire ou interdire le corps dans le foot féminin

15h45 – Machteld Meulleman (URCA) : Quand les footballeuses sont des footballeurs

16h30 – Discussion rémoise

JE Dissonance, éclectisme et mélange des genres

Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine

13 avril 2018, Université Reims Champagne Ardenne- CIRLEP

Journée d’étude organisée par Sylvie Mikowski et Yann Philippe

 

PROGRAMME

10h : Accueil des participants et mots de bienvenue – Café

10h15-10h30 : « Dissonance, éclectisme et mélange des genres: introduction », Yann PHILIPPE, Université de Reims

10h30- 11h 15 : Alison OFFE, Université Catholique de Lille : “Déclassifier le roman historique : Dans l’Ombre des Tudors et ses adaptations”

11h15-12h 00 : Kristina STANKEVICIUTE, Université technologique de Vilnius, Lithuania : “Embracing the dissonance: the challenge of blending for a university teacher”

12h15: Déjeuner sur place (offert aux intervenants)

13h30-14h15 : Isabelle LE PAPE, Chargée de collection en littérature anglophone, Bibliothèque nationale de France : “Conserver les littératures anglophones contemporaines dans leur diversité”

14h15-15h : Jason JULLIOT : “Nightwish et Imaginaerum : quand le métal bricole avec la musique de film”

15h-15h15 : Pause café

15h15-16h00 : Valérie MORISSON, Maître de Conférences en anglais à l’Université de Bourgogne, Dijon : “David Godbold : dissonance, iconoclasme… blasphème ?”

16h00-16h45 : Françoise CANON-ROGER, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne : « De la métafiction au polar. John Banville et son “dark twin brother”».

16h 45 : Conclusion de la Journée d’études

JE SEDLEX : Sens – Discours – Lexique

Première journée d’étude du Projet SEDLEX : Sens – Discours – Lexique

Le 16 février 2018

à l’URCA, bâtiment Enseignement & Recherche, salle R-240

Organisée par la Chaire Sciences du langage de l’Institut d’études
Avancées de l’Université de Strasbourg (USIAS)

en collaboration avec l’axe Res per nomen du Centre Interdisciplinaire d’Etudes sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) Université de Reims Champagne-Ardenne

avec une participation par visioconférence de l’Institut
d’Études du Langage, Université de Campinas (Brésil)

Programme

10h-10h30. Accueil des participants

10h30-11h15. Pierre Frath: La sémantique événementielle d’Eduardo Guimarães.

11h15- 12h. Silvia Palma : Définir ce qui n’est pas défini : ni chair ni poisson et autres « ni…ni… ».

12h-14h. Pause déjeuner

14h-14h45. Georges Kleiber: L’opposition massif /comptable et les déterminants non sélectifs.

14h45-15h30. Emilia Hilgert: La structure partitive détachée: “pour la plupart de SN” et sa réduction “pour la plupart”.

15h30 – 16h15. Table ronde : Pierre Frath, Emilia Hilgert, Georges
Kleiber, Annie Kuyumcuyan, Machteld Meulleman, Silvia Palma, Anne Theissen.

16h15-17h. Organisation et planification des prochaines rencontres et manifestations liées au projet SEDLEX : journée d’études du 19 avril à Strasbourg, journée d’études de septembre à Campinas (Participation par visio-conférence des collègues de Campinas à confirmer).

Programme JE SEDLEX

Colloque: Logiques du discours philosophique en Allemagne, 17-18 novembre 2017

Logiques du discours philosophique en Allemagne: de Kant à Nietzsche

Colloque, 17-18 novembre 2017, Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge

17 novembre, Salle 140, Bibliothèque Robert de Sorbon                             18 novembre, Amphithéâtre Recherche, Bâtiment 13

Téléchargez le programme

Ce colloque a pour objectif de rassembler des spécialistes de philosophie allemande, en France et à l’étranger, autour d’un problème peu abordé dans sa spécificité : celui des logiques du discours philosophiques en Allemagne au XIXe siècle. Partant du constat d’une grande richesse de cette période en innovations philosophiques et en renversements, il s’agit d’engager une étude approfondie du problème du discours philosophique, qui se fixerait pour tâche de dégager les tendances et ruptures profondes qui marquent son histoire. Fruit d’une collaboration scientifique entre le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie-Archives Poincaré (UMR 7117) de l’Université de Lorraine, et le Centre de Recherche en Philosophie Allemande et Contemporaine (CREPHAC – EA 2326) de l’Université de Strasbourg, il aura lieu les 17 et 18 novembre 2017 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Présentation

Le problème des « langues philosophes » et du statut du discours philosophique se présente comme un fil conducteur extrêmement structurant de Kant à Nietzsche. En effet, la rupture fondamentale qui intervient avec Kant et la révolution criticiste se manifeste notamment par la prise de conscience de la discursivité de l’activité philosophique ainsi que par une prise de distance vis-à-vis du rapport idéalisant au langage sur lequel reposait le dogmatisme critiqué par Kant. L’interrogation transcendantale sur les conditions de possibilité du discours de la philosophie marque un tournant essentiel en érigeant clairement en problème philosophique la question du statut du discours de la philosophie. Le postkantisme et l’idéalisme allemand en un sens très large héritent ensuite de ce problème, qui se trouve alors formulé dans les termes de celui de la fondation de la philosophie. La conscience de la discursivité et des conditions d’énonciation de la philosophie est indispensable dès lors que l’on considère que la première tâche de la philosophie réside précisément dans son auto-fondation. De façon plus générale, ce questionnement se présente, quoiqu’en des termes et avec des enjeux chaque fois spécifiques, à tous les grands mouvements philosophiques du XIXe siècle allemand : central dans le kantisme et le néokantisme ainsi que dans l’idéalisme, il constitue également un problème majeur pour la critique de l’idéalisme allemand développée par Marx et les jeunes-hégéliens, mais encore pour l’œuvre de philosophes plus singuliers comme Schopenhauer et Nietzsche. Il fournit enfin un prisme nous permettant de lier et de mettre en perspective les grands mouvements influents du dix-neuvième siècle allemand que sont le romantisme, l’herméneutique et la philologie.

Motivée par cette analyse liminaire, l’organisation de ce colloque répond au souhait d’engager une étude approfondie du problème des logiques du discours philosophique en suivant l’hypothèse d’après laquelle ce problème, par son importance historique majeure, nous fournit un angle d’approche de la philosophie allemande susceptible d’enrichir la représentation que nous en avons. Ce problème s’est présenté historiquement sous la forme de trois objets majeurs, qui se déploient dans des dimensions distinctes quoique très souvent articulées, et qui donnent à ce colloque ses trois axes principaux : celui des « langues philosophes » à proprement parler, celui des théories du langage, et enfin celui du statut du discours philosophique.

Axes du colloque

Axe 1 : les « langues philosophes »

Approcher la philosophie comme discours implique en un premier sens de mettre l’accent sur son langage spécifique. Il s’agit d’étudier le corpus textuel qui constitue la tradition philosophique, pour en éclairer la cohérence, tout en s’attachant à décrire les évolutions, bouleversements et singularités linguistiques qui le tissent. Quelle(s) tradition(s) de l’allemand philosophique s’impose(nt) à cette période, et quelles en sont les normes, les références et les influences ? Saisir l’intérêt d’un tel questionnement implique de considérer que la question du « style » des philosophes, et plus généralement celle de leur expression, n’est en rien adventice ou réductible à l’effet contingent de leur activité théorique. L’étude des « langues philosophes », loin d’être un point de vue extérieur et réductionniste, consiste au contraire à examiner comment tout discours philosophique émerge d’une langue, de ses usages, et comment il la transforme en retour par son développement.

Axe 2 : Théories du langage

La question des spécificités linguistiques et stylistiques des discours philosophiques nous conduit également à étudier le rapport entre philosophies et théories du langage. Il s’agit ici de s’interroger sur la façon dont ce rapport peut structurer et fonder, implicitement ou explicitement, les logiques des « langues philosophes ». Quelles sont les théories et les conceptions du langage engagées par ces discours ? Quelles compréhensions des rapports entre le langage et la pensée conditionnent l’expression du philosopher et son rapport complexe au langage ? Dans quelle mesure y a-t-il une cohérence entre la théorie du langage élaborée par un philosophe et l’usage du langage sur lequel repose sa propre pratique philosophique ?

Axe 3 : le statut du discours philosophique

Les questions de la spécificité de « langues philosophes » ainsi que du rapport complexe entre théories du langage et pratiques philosophiques nous conduisent enfin à un troisième problème majeur, dès lors qu’elles engagent chaque fois une compréhension réflexive sur ce que c’est que philosopher. Prendre conscience de la discursivité de la philosophie et de ses conditions d’énonciation, n’est-ce pas un geste théorique nécessaire pour « fonder » celle-ci, ou du  moins pour l’interroger dans son exercice ? Au-delà du geste de fondation, quel statut le discours philosophique se confère-t-il, notamment en relation avec d’autres discours dominants comme ceux des sciences, de la religion ou de la littérature ? Quelle place entend-il occuper dans les champs de la réalité humaine ? Il s’agit notamment de s’interroger sur la façon dont l’attribution au discours philosophique d’un rôle ou d’un statut spécifiques peut fonder ou au contraire requérir une certaine réponse à la question d’une spécificité des « langues philosophes » ainsi qu’à celle du rapport entre théories du langage et pratique philosophiques.

Comité scientifique

Alix Bouffard, doctorante du CREPHAC, Université de Strasbourg ; Christophe Bouriau, Professeur à l’Université de Lorraine ; Alexandre Fillon, doctorant du CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne ; Franck Fischbach, Professeur à l’Université de Strasbourg ; Patrick Wotling, Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Téléchargez le programme

 

Appel à communications: Victoriana contemporaines

Victoriana contemporaines : littérature victorienne, cultures populaires et cultures matérielles

Journée d’études, vendredi 16 mars 2018, Université de Reims Champagne-Ardenne (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
Co-organisée par Yannick Bellenger-Morvan et Xavier Giudicelli

“For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it.” (Ezra Pound, 1918).

« Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. » (Walter Benjamin)

L’objet de cette journée d’études est d’analyser la persistance de la culture et de la littérature victoriennes dans nos sociétés contemporaines. On s’intéressera, bien sûr, à la réinterprétation de textes victoriens maintenant dits « canoniques » dans des médias associés à la culture populaire, tels que la bande dessinée ou le roman graphique, les fan fictions, les films, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou les musiques populaires. Mais il s’agira également de travailler sur le recyclage ou la réinscription de pratiques culturelles et d’objets victoriens dans notre société : la fortune de la forme sérielle, avatar du roman-feuilleton victorien, mais également le retour du Victorien dans la mode, les cultures alternatives, l’architecture, ou encore la décoration d’intérieur.
Cette manifestation, résolument interdisciplinaire, se place dans le sillage de la réflexion déjà engagée dans le cadre du séminaire « Cultures populaires » (animé par Sylvie Mikowski et Yann Philippe) du Centre interdisciplinaire sur les langues et la pensée (CIRLEP, EA 4299). Elle permettra d’interroger la notion de canon, de se pencher sur des objets d’étude exclus jusqu’à une date récente de l’Université et, ce faisant, d’éclairer la notion de rupture épistémologique et de redéfinir les « pratiques discursives » universitaires.
Au-delà des idées de nostalgie paralysante, de goût pour le « rétro », ou de celle de la dichotomie nostalgie/engagement critique, il s’agira de montrer ce que cette rémanence du victorien nous dit de nous, de notre ethos contemporain et de mettre en évidence la complexité du rapport au victorien à notre époque.
 
Pistes d’étude possibles (liste non exhaustive) :
Roman graphique et bande dessinée (par exemple, les ouvrages d’Alan Moore, From Hell, The League of Extraordinary Gentlemen…)
Séries télévisées, films (par exemple, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Jeux vidéo
Musique populaire, comédies musicales (par exemple Sweeney Todd).
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Mode, vêtements, tatouage, body art
Mobilier, décoration d’intérieur
Arts décoratifs

Langues de travail : français et anglais.

Merci de faire parvenir vos propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique à Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) et Xavier Giudicelli (xgiudicelli@yahoo.fr)

Nouvelle date limite d’envoi des propositions : 20 octobre 2017.


Contemporary Victoriana: Victorian literature and Popular and Material cultures

One-day conference, Friday, March 16th, 2018, University of Reims (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
 
Convenors: Yannick Bellenger-Morvan and Xavier Giudicelli.

“For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it.” (Ezra Pound, 1918).

“It is not that what is past casts its light on what is present, or what is present its light on what is past; rather, image is that wherein what has been comes together in a flash with the now to form a constellation.” (Walter Benjamin).
 
The aim of this one-day conference is to examine the persistence of Victorian culture and literature in our contemporary society. We shall obviously focus on the reinterpretation of Victorian works now deemed “canonical” in popular culture, in such media as comics and graphic novels, fan fictions, films, TV series, video games, and pop music. But our objective is also to work on the recycling of Victorian cultural practices and artefacts in our society: the success of the serial form, a contemporary adaptation—or recreation—of Victorian serialised narratives, also the influence of Victorian culture on today’s fashion industry, on alternative cultures, architecture, and interior decoration.
This one-day conference will encourage interdisciplinary approaches. It is part of the on-going research conducted in the “popular cultures” seminar (hosted by Sylvie Mikowski and Yann Philippe) of the Interdisciplinary Research Centre on Thought and Language (University of Reims). It will enable us to discuss the notion of “canon,” and to work on topics which, until recently, were of little interest in French academia. We hope to shed light on the notion of “epistemological rupture,” as well as to contribute to a redefinition of academic “discursive practices.”
Beyond the idea of a taste for retro, that of a paralysing backward-looking glance—the binary opposition between nostalgia and critical engagement—, our purpose is to show what the persistence of things Victorian tells us about us, about our contemporary society and ethos, and to highlight the complexity of our relationship to the Victorian past.

Possible topics:
Graphic novels and comics (for example, Alan Moore’s From Hell and League of Extraordinary Gentlemen…)
TV series and films (for example, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Video games
Pop music, musical (Sweeney Todd, for example)
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Fashion, tattoos, body art
Furniture, interior decoration
Arts and crafts

Languages: French and English

Submission for papers including an abstract (300 words maximum) and a short biographical notice should be sent to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) and Xavier Giudicelli, (xgiudicelli@yahoo.fr)

Extended deadline : October 20th, 2017.

Appel à communications: Portraits & Autoportraits d’Auteurs, L’écrivain mis en images

Université Paris VIII/Université de Reims Champagne-Ardenne

12 et 13 octobre 2018

Organisateurs: Caroline Marie (Université Paris VIII), Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne)
 
Conférences plénières :
Patrick Chambon, artiste plasticien
Valérie Mangin, scénariste de bande dessinée
 
La figure de l’écrivain est omniprésente aujourd’hui. Cette « manie des portraits », qui s’est développée en même temps que se popularisait l’art de la photographie, fixe et dissémine une image de l’auteur à l’exclusion d’autres représentations et perceptions possibles. Cette image est paradoxalement souvent plus connue que son œuvre même ; du moins est-elle souvent visible avant le texte, au seuil du livre, sur telle affiche publicitaire ou telle photographie en quatrième de couverture. Si bien que la question : « Un auteur serait-il désormais son visage plus que son texte ? » (Jean-François Louette et Roger-Yves Roche, « Portraits de l’écrivain contemporain », Les Cahiers de médiologie, 1/2003 (n° 15), p. 59-66) occupe désormais une place légitime dans la recherche littéraire. Parallèlement, la recherche littéraire s’est récemment tournée vers un phénomène narratif nouveau, le devenir personnage de l’écrivain dans la littérature contemporaine, ou « l’auteur déplacé dans la fiction » (Charline Pluvinet). À la croisée de ces deux phénomènes, la prolifération des mises en images des écrivains et leur mise en fiction, ce colloque s’intéressera à la fictionnalisation des auteurs par les arts visuels : peinture, sculpture, photographie, dessin, caricature, bande dessinée, comics, album illustré — à l’exclusion des arts de l’image en mouvement (théâtre, cinéma, série télévisée) pour lesquels les enjeux théoriques sont différents. Certes, l’art a créé de nombreux écrivains imaginaires, mais nous préférerons observer les transferts et les enjeux de la recréation par les arts visuels d’écrivains réels, en Europe de la première modernité à nos jours.
L’écrivain n’est plus simplement un visage immortalisé dans une pose photographique ; il est devenu l’objet de représentations visuelles dont la multimodalité même fait sens. Aussi pourra-t-on aborder ce transfert du réel à l’imaginaire, voire au légendaire, dans toute sa diversité, d’un point de vue historique, diachronique ou comparatiste, autant qu’analyser l’exemple d’un écrivain particulier ou d’une œuvre spécifique. On pourra se demander comment la mise en images de l’auteur dans le paratexte – affiches, quatrièmes de couverture, frontispices, sites internet – fait récit. On pourra choisir de s’attacher à la mise en livres de l’auteur historique, beau livre, biographie dessinée, album de jeunesse, ou encore exposition dans un musée. L’auteur peut aussi se mettre en images lui-même : qu’advient-il lorsqu’il se met en scène dans une autofiction visuelle ? Les modalités et les enjeux du transfert du réel à l’imaginaire visuel sont-ils comparables lorsque la figure de l’écrivain occupe une place centrale dans l’œuvre et lorsqu’il tient un rôle secondaire aux côté de personnages fictifs, lorsqu’il s’agit d’un biopic ou d’une aventure imaginaire ? Quelle est la portée éditoriale, poétique, esthétique, culturelle ou médiatique de cette mise en images ?
Ce colloque interdisciplinaire invite à considérer la nature protéiforme des portraits et autoportraits d’écrivains selon les perspectives de la poétique et de l’esthétique, mais également de l’histoire des idées, de l’histoire de l’édition, de l’histoire de l’art, de la muséologie, ou encore de la culture et de la communication.
 
Comité scientifique :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
 
Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.
Merci d’envoyer vos propositions (300 mots) avec une brève notice bio-bibliographique à : xgiudicelli@yahoo.fr et caroline.marie@univ-paris8.fr avant le 15 novembre 2017.
 
 
 
Portraits and self-portraits of authors:
picturing writers
Université Paris VIII/Université de Reims Champagne-Ardenne
October 2018
Convenors: Caroline Marie (Université Paris VIII), Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne)
 
Keynote speakers :
Patrick Chambon, artist  
Valérie Mangin, author of the Abymes trilogy
 
 The figure of the writer is increasingly conspicuous nowadays. The “mania for portraits,” which has flourished along with the development of the art of photography, is undeniably a way of both freezing and disseminating a particular image of a writer—thereby excluding other possible representations and perceptions. That image of the writer is paradoxically often better known than his/her own works; at least, a portrait of the writer is often visible before the text itself, on the very threshold of books, on advertising posters or photographs on the back covers, for instance. Thus, the question: “Is an author a face rather than a text?” has become legitimate in literary studies. At the same time, research in literature has recently turned to a new narrative phenomenon, namely the “becoming-character” (as Deleuze and Guattari would have calle it) of the writer in contemporary literature, or “the author displaced into fiction.”
At the intersection between these two phenomena—the proliferation of images of writers and the “becoming characters” of writers—this conference will focus on the fictionalisation of authors in and through the visual arts: painting, sculpture, photography, drawing, caricature, comics, picture story books—excluding moving images (theatre, cinema, TV series), whose theoretical stakes are arguably different. Art has certainly created many imaginary writers, but we propose to focus on the questions raised by the recreation of real writers in the visual arts, in Europe, from the early modern period to the present day.
The writer is no longer merely a face immortalized in a photographic pose, but s/he has become the object of visual representations whose multimodal dimension itself makes sense. The participants may examine this transfer from the real to the imaginary—or even the legendary—in all its diversity, from a historical, diachronic, or comparative point of view; monographic approaches (analysing the example of a particular writer or of a specific work) are also welcome. Participants may wonder how the picturing of an author in the (visual) paratext—posters, book covers, frontispices, websites—is turned into a form of narrative. They may choose to focus on the ways historical authors become book material in art books, graphic biographies, picture story books, or exhibitions in museums. The author can also picture him/herself: what happens when s/he plays his/her own role in a visual autobiofiction? Are the modalities and the stakes of the transfer of the real to the (visual) imaginary comparable when the figure of the writer holds a central place in the work, or when s/he plays a secondary role alongside other fictitious characters, in the case of biopics or imaginary adventures, for instance? What is the editorial, poetic, aesthetic, cultural or media impact of those images of authors?
This interdisciplinary conference seeks to approach the protean nature of portraits and self-portraits of writers from a poetic and aesthetic point of view, but also from the perspectives of the history of ideas, the history of publishing, art history, museum studies, and media studies.
 
Scientific board :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
 
The conference will be held in French and English.
 

Please send proposals (300 words) and short bio-bibliographies to : xgiudicelli@yahoo.fr and caroline.marie@univ-paris8.fr no later than November 15th 2017.