Tous les articles par Machteld Meulleman

Conférence « Jeux Olympiques, Grenoble 1968 : Allemagne contre Allemagne », 06/06

Conférence « Jeux Olympiques, Grenoble 1968 : Allemagne contre Allemagne »
Ulrich Pfeil  (CEGIL, Université de Lorraine)
6 juin 2024 à 17h30
bibliothèque Robert de Sorbon, salles 139-140

Dans le cadre des Journées doctorales des germanistes du Grand Est organisées à Reims les 6 et 7 juin par Mondes germaniques et nord-européens (Université de Strasbourg), CEGIL (Université de Lorraine), ILLE (Université de Haute-Alsace), CIRLEP (Université de Reims Champagne-Ardenne), Ulrich Pfeil, historien, professeur des universités à l’université de Lorraine (CEGIL), prononcera une conférence grand public sur le thème « Jeux Olympiques, Grenoble 1968 : Allemagne contre Allemagne »

Grenoble 1968 : pour la première fois dans l’après-guerre, les équipes des deux États allemands s’affrontent aux Jeux Olympiques d’hiver. Une compétition intense, aux enjeux sportifs et politiques.

La conférence pourra être suivie à distance en visioconférence, sur inscription préalable par courriel auprès de bu-chercheurs@univ-reims.fr

Pour en savoir plus : https://www.univ-reims.fr/bu/accueil/conference-jeux-olympiques-grenoble-1968-allemagne-contre-allemagne,9200,44304.html?&args=NjdNl20Qi2z8lmO47Vta7UAnbQMcK%2AVNWM%2AO6gUqzbUdX9zVNFHTluNepIjNz%2AkWoa9COly%2AWdholW96PeYnopwHNgbsYXMhYQdGxUKF_Yt0yWJ85kMWrw_4CUYhW3a1

JE Plurilinguisme et construction de la signification

Journée d’Etudes Interdisciplinaire du programme Langages Interprétations Représentations (LIR)

Reims, 22 mars 24 – 08h30-17h15 – S. 418 (bât. Recherche Campus Croix-Rouge)

Organisateurs : Eric Castagne (URCA) et Christelle Declercq (URCA)

PROGRAMME

08h30 Accueil à l’UFR Lettres et Sciences Humaines

08h45-09h00 Inauguration par la Direction de la Maison des SHS – URCA

09h00-09h45 Conférence inaugurale : Sofia Stratilaki (DILTEC – Sorbonne Nouvelle)
Semer les graines du plurilinguisme : les représentations sociales des langues

09h45-10h30 Eric Castagne & Malika Pedley (CIRLEP – URCA)
Lingua receptiva : de la construction de l’intelligibilité à la compréhension

10h30-10h45 Pause café

10h45-11h30 Patrick Wotling (CIRLEP – URCA)
« Ce que l’on peut faire du langage ». Polyglossie et construction du sens dans le « nouveau langage » de Nietzsche

11h30-12h15 Marta Waldegaray (CIRLEP – URCA)
Espaces de subjectivation : être dans une (autre) langue. Une étude de cas : Vivir entre lenguas de Silvia Molloy

12h30-14h00 Pause méridienne

14h00-14h45 Stéphanie Cailliès (C2S – URCA)
Compréhension du langage : apports de la psychologie

14h45-15h30 Véronique Baltazart (C2S – URCA)
Effet du bi- et plurilinguisme sur le développement et le fonctionnement cognitifs et langagiers : Etat de l’art

15h30-15h45 Pause café

15h45-16h30 Christelle Declercq (C2S – URCA)
Compréhension et communication dans un cadre plurilingue et pluriculturel : Perspectives de recherche

16h30-17h15 Conférence de clôture : Séverine Behra (Atilf – INSPE de Lorraine)
Le plurilinguisme : dynamiques et espaces-temps des sujets en formation
préprofessionnalisante

JE La philosophie allemande et les sciences de l’esprit 05/04

La philosophie allemande et les sciences de l’esprit

Journée d’études organisée par Alexandre Fillon et Patrick Wotling du Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP EA 4299), Université de Reims Champagne-Ardenne

Campus Croix-Rouge, Bâtiment 13, salle R418

Vendredi 5 avril 2024

PROGRAMME

9h15 : Accueil des participants

Session 1 modérée par Patrick Wotling

9h30 : Florian Rada (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Quel objet pour l’anthropologie ? Réflexions entre Kant et Hegel »

10h15 : Victor Béguin (École Normale Supérieure de Paris) : « Comment la philosophie est devenue une science de l’esprit. La philosophie allemande dans les partages universitaires du savoir au XIXe siècle »

11h : Pause

11h15 : Alexandre Fillon (Université de Reims Champagne Ardenne) : « La mythologie du langage : histoire d’une idée entre linguistique et philosophie (1850-1925) »

12h-13h45 : Pause déjeuner

Session 2 modérée par Alexandre Fillon

13h45 : Natalie Depraz (Université Paris-Nanterre) : « Carl Stumpf, la botte secrète de l’empirisme phénoménologique husserlien »

14h30 : Timothée Morel (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Nietzsche et Husserl médecins de la culture : diagnostics et remèdes pour une crise européenne »

15h15 : Pause

Session 3 modérée par Florian Rada

15h30 : Avrile Poignant-Le Goff (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Une science de l’esprit “libreˮ ? Signification culturelle de l’enquête psychologique nietzschéenne »

16h15 : Fanny Valeyre (Université de Fribourg-en-Brisgau) : « Sciences de la nature et sciences de l’esprit chez Hannah Arendt : la question des techniques »

17h : Patrick Wotling et Valérie Wampfler, présentation de la nouvelle édition de F. Nietzsche, La vision dionysiaque du monde et autres textes sur la tragédie, Paris, GF Flammarion, 2023.

 

Parution : Dictionnaire historique et critique des animaux

Vient de paraître
AUX ÉDITIONS CHAMP VALLON
COLLECTION “L‘ENVIRONNEMENT A UNE HISTOIRE”
Diffusion Harmonia Mundi

PIERRE SERNA, MALIK MELLA, VÉRONIQUE LE RU, BENEDETTA PIAZZESI (dir.)

Dictionnaire historique et critique des animaux

Jamais le monde animal n’a été l’objet d’une si vive attention des scientifiques, des médias et du grand public. Jamais il n’y a eu autant d’animaux tués pour notre consommation et jamais le danger d’extinction d’une partie du monde animal n’a été aussi éminent
à cause du réchauffement climatique, des pratiques de déforestation et autres formes d’emprises humaines et de spoliations de la nature.

Pourtant, il n’existait jusqu’ici aucun dictionnaire proposant une synthèse des connaissances dans le champ en pleine expansion des études animalières. Résultat de quatre ans de séminaire à la Maison des Sciences de l’Homme, ce dictionnaire réunit 41 autrices
et 39 auteurs, historiennes et historiens, historiennes de l’art, philosophes, juristes, anthropologues, vétérinaires, scientifiques qui font le point en 125 notices sur une dimension désormais vitale de notre survie dans l’anthropocène : de quels savoirs disposons-nous sur le monde animal pour envisager un futur avec lui? Comment concevoir
un avenir avec tous les animaux, pour former, dans la multitude des approches du savoir, une communauté de vivants ensemble?

Un ouvrage 14 x 22 de 600 pages ISBN 979-10-267-1233-6. 29,50 €

Intervention Aurore Montébran 26/03

Le séminaire “Langues et corpus” du CIRLEP vous invite à sa prochaine séance qui se tiendra le MARDI 26 mars 16h-17h30, en salle E12 du Bâtiment 13 Recherche, Campus Croix -Rouge.

Nous aurons le plaisir d’accueillir Aurore MONTEBRAN (Lattice-ENS), qui interviendra sur le sujet suivant: “Langues sous-documentées et corpus : l’exemple de la constitution d’une base de données sur le mancagne”.

 

 

Intervention Manuel Bocquier 13/03 à 16h30

Le séminaire “Cultures populaires” du CIRLEP vous invite à sa prochaine séance qui se tiendra le MERCREDI 13 mars 16h30-18h30, en salle E12 du Bâtiment 13 Recherche, Campus Croix -Rouge.

Nous aurons le plaisir d’accueillir Manuel Bocquier, qui interviendra sur le sujet suivant: “Musique, radio et lettres d’auditeurs : Écouter de la old-time music dans les années 1930 aux États-Unis”

Manuel Bocquier est ATER à l’Université Paris et prépare une thèse provisoirement intitulée « Catégoriser et s’approprier la musique jouée dans le Sud : Anthropologie historique et sociale des musiques rurales aux États-Unis (1920-1940) »

La séance peut-être suivie à distance par Zoom: demander le lien à yann.philippe@univ-reims.fr

JE Milieux Arctiques

Journée d’études sur les milieux arctiques

13 mars 2024

Campus Croix-Rouge salle R418

Université de Reims Champagne Ardenne

La journée sur les milieux arctiques vise à tester l’hypothèse que c’est par une réflexion sur l’universel qu’on pourra assurer la résilience et la durabilité des milieux vivants. Mais cela engage une nouvelle conception de l’universel décentrée de l’humain et refondée dans les milieux vivants (qui incluent l’espèce humaine). Il s’agit de définir dans une perspective universaliste la notion de milieu vivant. Si l’accent est mis spécifiquement sur les milieux arctiques, c’est en raison de leur caractère paradigmatique. Les milieux arctiques représentent en accéléré et en condensé les mutations relatives au dérèglement climatique qui affecte tous les milieux vivants.

Il importe, dans cette perspective, de prendre en considération la pensée et la cosmologie des Inuits qui ont choisi de représenter le milieu arctique par un puzzle où tous les individus constituent des pièces aussi importantes les unes que les autres et où l’humain, comme l’ours ou le phoque, fait partie du tout. 

Anne Pelouas, journaliste qui séjourne régulièrement parmi les Inuits, nous présentera la spécificité du peuple inuit, leur capacité de résistance et d’adaptation au changement, de quelque nature qu’il soit.

Véronique Le Ru, Professeure de philosophie à l’Université de Reims, proposera de réfléchir sur les îles arctiques : sont-elles en voie de disparition ou d’apparition ?

François Bost, Professeur de géographie à l’Université de Reims, dessinera une cartographie géopolitique des milieux arctiques : quelles sont les frontières du pôle Nord ?

Après la pause déjeuner, Léa Nollot qui est engagée dans une thèse sur la métaphysique des pôles, nous expliquera à quel point la notion de pôle est fondamentale pour comprendre les enjeux actuels du dérèglement climatique qui perturbe les pôles au sens physique mais aussi au sens métaphysique : le dérèglement climatique oblige les humains à changer de représentation du monde, à remettre en question l’anthropocentrisme au profit de nouvelles perspectives holistes.

Le Député de la Marne, Éric Girardin, prendra ensuite la parole pour nous faire comprendre pourquoi les pôles sont devenus un sujet politique de première importance. Éric Girardin nous présentera le rapport sur les pôles qu’il a remis à l’Assemblée Nationale en 2019 et nous expliquera ses enjeux et ses effets.

Amandine Andruchiw, qui vient de soutenir sa thèse intitulée « Le Végétarisme en questions, de la centralité des marges », interviendra ensuite pour interroger les « zones frontières » que sont devenus certains lieux de l’Arctique en raison des courses effrénées aux ressources. Ces zones, en cours de transformation par le changement climatique et le bouleversement des équilibres écosystémiques, nous en apprennent davantage sur ce que l’Anthropocène dit de nous, pour peu que nous acceptions de tendre l’oreille aux voix multispécifiques qui les composent.

Ces interventions feront l’objet de discussions avec les étudiants et collègues présents dans la salle.

 

Programme

10h-10h15 : Accueil

10h15-10h30 : Présentation de la journée (Véronique Le Ru)

10h30-11h : Anne Pelouas, Le peuple Inuit résiste et s’adapte

11h-11h10 : discussion avec la salle

11h10-11h40 : Véronique Le Ru, Les îles arctiques sont-elles en voie de disparition ou d’apparition ?

11h40-11h50 : discussion avec la salle

Pause 11h50-12h10

12h10-12h40 : François Bost, la cartographie géopolitique des milieux arctiques

12h40-12h50 : discussion avec la salle

Pause déjeuner 12h50-14h10

14h10-14h40 : Léa Nollot, La nouvelle métaphysique des pôles 

14h40-14h50 : discussion avec la salle

14h50-15h20 : Éric Girardin, Le rapport des pôles : enjeux et effets politiques

15h20-15h30 : discussion avec la salle

Pause 15h30-15h45 

15h45-16h15 : Amandine Andruchiw, «Écouter les voix issues des « zones frontières » de l’Arctique »

16h15-16h25 : discussion avec la salle

16h25-17h : Discussion générale et conclusions de la journée (Véronique Le Ru)

In memoriam Anne Gabrielle Wersinger 1952-2024

Hommage à Gabrièle Wersinger Taylor

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de notre collègue Gabrièle Wersinger Taylor, Professeure de philosophie à l’Université de Reims, membre du CIRLEP.

Elue Professeure en philosophie ancienne en 2006, sa présence dans le département de philosophie a été déterminante pour le développement de la réflexion sur la philosophie ancienne dans une perspective contemporaine. Dans le sillage de Pierre Hadot, Gabrièle Wersinger faisait vibrer les textes anciens dans les questionnements les plus actuels. Sa contribution à la Journée consacrée à Pierre Hadot est exemplaire de ce point de vue : en partant de ce que Pierre Hadot en dit, elle propose une lecture expérimentale de Damascius et de Wittegenstein sur les limites du langage. (Voir Pierre Hadot apprendre à lire et à vivre, Reims, Epure, 2015).

Le souvenir que nous garderons de notre collègue et amie est son exigence intellectuelle, sa rigueur dans l’argumentation qu’elle a aussi su mettre au service de luttes importantes (notamment contre la loi LRU en 2009), et son sens de l’humour.

Nous adressons nos condoléances à sa famille et à ses proches.

Véronique Le Ru, collègue de philosophie.    

*

Anne-Gabrielle Wersinger, professeur de philosophie ancienne à l’université de Reims Champagne-Ardenne de 2006 à 2019 et membre du CIRLEP, vient de mourir, le 27 janvier 2024, à l’âge de 71 ans.

Elle était née le 21 décembre 1952. Agrégée de philosophie (rang 1) en 1979, elle avait soutenu une thèse à Sorbonne Université (Paris IV) en 1992 sous la direction de Pierre Aubenque intitulée “L’Usage des Amphibologies dans les dialogues de Platon, l’interprétation pré-philosophique de la différence”. Après avoir été élue en 2004 Maître de Conférences en philosophie ancienne à l’université Paris 1, elle avait soutenu avec succès (avec mention spéciale du jury) son Habilitation à diriger des recherches en 2005, avant d’être élue professeur à Reims.

Parmi ses nombreuses publications, on peut citer Platon et la Dysharmonie, Recherches sur la Forme musicale (Paris, Vrin, 2001); Mousikè et aretè, La Musique et l’Éthique de l’Antiquité à l’âge Moderne, en collaboration avec F. Malhomme (Paris, Vrin, 2007); La Sphère et l’Intervalle. Le Schème de l’Harmonie dans la pensée des anciens Grecs d’Homère à Platon (Grenoble, J. Millon, 2008), ouvrage couronné par le prix de l’Académie Française.

Anne-Gabrielle Wersinger avait été membre du jury de l’agrégation externe de philosophie, membre du CNU, directrice du département de philosophie et du master de philosophie à Reims.

Elle était très active au sein du CIRLEP, y compris après sa retraite en 2019, puisqu’elle avait participé au colloque “Hiéros, Hiérophanie, Hiéroglossie” (organisé par Fionn Bennett et Karin Ueltschi) en septembre 2023.

Elle marqué notre unité de recherche de sa grande culture et de son élégance intellectuelle.

Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Christine Sukic

Soutenance HDR Xavier Giudicelli

Le CIRLEP a le plaisir de vous annoncer que Xavier Giudicelli, membre du CIRLEP, a soutenu son habilitation à diriger des recherches le vendredi 8 décembre 2023 à l’université Paris-Nanterre.

Titre du dossier: Le goût de l’autre : rencontres et échanges intermédiaux, intertextuels et interculturels
Titre de l’inédit: Alan Hollinghurst : le queer à l’oeuvre ? Textes, images, musique

Le jury était composé de Pascal Aquien (Sorbonne Université), Catherine Bernard (rapporteure, université Paris-Cité), Christine Berthin (université Paris Nanterre), Emily Eells (garante, université Paris Nanterre), Georges Letissier (rapporteur, Nantes Université) et Laurent Mellet (université Toulouse-Jean-Jaurès).

JE Littérature, traduction et errance(s)

Vendredi 9 février 2024
Université de Reims, BU Robert de Sorbon

Journée organisée par Cécile Gauthier (CRIMEL), Xavier Giudicelli (CIRLEP) et Christine Sukic (CIRLEP)

PRÉSENTATION

Partant du constat qu’un nombre important de chercheurs en littératures étrangères et comparée ont une expérience de la traduction, cette journée d’étude se propose d’ouvrir un espace d’échange autour de cette pratique. Le travail prendra appui sur des travaux de traduction parus ou en cours afin de proposer un retour d’expérience sur les défis lancés par ceux-ci, d’interroger la façon dont ces traductions s’inscrivent dans des parcours de recherche sur les cultures étrangères et nourrissent une réflexion sur la recherche en littérature. Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CIRLEP « Régimes de l’erreur » et de l’axe 3 de la MSH (« Patrimoine, textes, langages, cultures »). Elle s’intéressera plus particulièrement aux relations entre traduction et errance(s).

Errance s’entendra d’abord au sens premier d’« action de marcher, de voyager sans cesse », de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur », comme l’écrit Paul Valéry de sa traduction en vers des Bucoliques de Virgile dans « Variations sur les Bucoliques » (p. 215). Voyages ici d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une époque à une autre : la traduction est, selon Tiphaine Samoyault, l’une des instances « des mouvements par lesquels la littérature circule et se transmet » (Traduction et Violence, p. 12). Contre la conception de l’errance comme errement et vagabondage, Édouard Glissant la réhabilite comme « cela même qui nous permet de nous fixer […], de dériver enfin […] de nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 63). Cela pose la question du lieu de la traduction et de la place du traducteur, entre les langues, entre enracinement et déracinement.

L’errance revêt également le sens d’« hésitations », de « tergiversations » : la traduction est une pratique exploratoire, solitaire ou collective, qui sans cesse confronte les traducteur·rices-voyageur·se·s, à des doutes, des questions, des choix, voire des dilemmes tant linguistiques que culturels. Ainsi, jusqu’à quel point une traduction doit-elle ou peut-elle restituer l’étrangeté et l’« étrangèreté » (Michael Edwards) d’un texte ? Comment rendre au mieux des références culturelles qui, à l’aune d’une époque mais aussi d’une culture autres, menacent d’opacifier le sens et de créer malentendus voire erreurs culturelles ? Quelles sont les contraintes propres à la traduction de genres comme le théâtre et la poésie ?
Dès lors, envisager la traduction au prisme de l’errance conduit à la penser comme mouvement vers l’inconnu et ce, même si la traduction se fait le plus souvent vers la langue dite « maternelle », connue, ou s’il existe des cas d’auto-traduction ? Que signifie alors errer : y a-t-il une direction, un mouvement circulaire, des retours en arrière, etc. ? Combien de versions avant le point final ? de corrections ? de regrets ? d’erreurs, peut-être fructueuses ? Quand finir ? Comment finir ? Quand retraduire ? Comme l’écrit Glissant, « L’étant ni l’errance n’ont de terme, le changement est leur permanence, ho ! – Ils continuent. » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 64).

Cette journée d’études, en français, ouverte à toutes les langues, se déroulera début 2024 (date envisagée : vendredi 9 février 2024). Elle pourra par exemple prendre la forme de 2 ou 3 tables rondes croisant les langues, les cultures et les expériences, suivies d’un temps d’échange ; une conférence plénière peut également être envisagée. Cette journée d’étude impliquera les doctorant·e·s du CRIMEL et du CIRLEP ainsi que les étudiant·e·s du master « Anglais, arts et médias » qui assisteront à l’événement mais surtout présenteront et mettront en voix des travaux de traduction de théâtre réalisés en binômes. Elle pourra se dérouler à la Bibliothèque Robert de Sorbon et en partenariat avec celle-ci : les traductions publiées par les ÉPURE pourront ainsi être présentées et valorisées.

PROGRAMME

9h45 : Accueil et présentation de la journée

10h30-12h30 : Table ronde 1
Yannick Bellenger (URCA, traduction de l’anglais)
Laurence Chamlou (URCA, traduction du persan)
Astrid Muls (ULB, Bruxelles, traduction du tchèque)
Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3, traduction du russe)

12h30-14h : Repas

14h-15h : Présentation et lecture de travaux de traduction réalisés par les étudiants des masters de l’URCA

15h15-17h15 : Table ronde 2
Mathieu Dosse (traduction du portugais brésilien)
Laure Gauthier (URCA, traduction de l’allemand)
Emmanuel Le Vagueresse et Juan Carlos Baeza Soto (URCA et Université Sorbonne Paris Nord, traduction de l’espagnol)
Christine Sukic et Anne-Marie Miller-Blaise (URCA et Université Sorbonne Nouvelle, traduction de l’anglais)

17h15 : Clôture

Programme_LTE

Séminaire “Images” 2023-2024

Le séminaire est dirigé par Emmanuel Le Vagueresse et Audrey Louyer  (CIRLEP EA4299).  Sauf indication contraire, les séances ont lieu de 16h30 à 18h30 en salle E12 du bâtiment 13 (Recherche).

PROGRAMME

08/11 : Valéria Selinger, « Architecture de l’image au cinéma ».

29/11 : Jordi Macarro Fernández (URCA), « Almodóvar intraduisible ? Le sous-titrage comme source de conflit interculturel dans la réception des films du réalisateur espagnol ».

21/02 : Rafael L. Cabrera Collazo (Professeur des Universités à l’Université Interamericana de Porto Rico), « De Despacito à Bad Bunny : remédiatisant la marginalité à travers la vidéographie du reggaeton ».

10/04 : Samuel Laurent Xu, « La figure de de la religieuse française Odile Loubet (« Soeur Odile ») et des femmes en résistance sous la dictature du Général Pinochet (Chili, 1973-1990) ».

Intervention de Rafael L. Cabrera Collazo (séminaire Images)

Le mercredi 21 février 2024 le CIRLEP accueillera Monsieur Cabrera Collazo dans le cadre du séminaire “Images” (16h30-18h30, en salle E12).

  • Résumé de l’intervention

« De Despacito à Bad Bunny : remédiatisant la marginalité à travers la vidéographie du reggaeton »

La remédiatisation implique la transition d’un support à un autre en intégrant des éléments d’appropriation culturelle. À travers la vidéographie de “Despacito” et de Bad Bunny, nous nous interrogerons sur les symboles nationaux et la géographie culturelle portoricaine afin d’explorer les éléments de la vie quotidienne locale. Il s’agit d’appropriations médiatiques qui tracent les contours d’un domaine perçu à travers les théories du déni et de l’annulation : la marginalité portoricaine. Une marginalité qui, au-delà du “perreo”, peut être interprétée comme une réflexion d’un moi portoricain alternatif, tout aussi complémentaire aux autres définitions déjà canoniques de ce que nous désignons par le terme “portoricainité”.

  • Présentation de l’intervenant

Rafael L. Cabrera Collazo est titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université de Porto Rico. Il a réalisé un post-doctorat dans les universités de Bologne et d’Oxford. Professeur des Universités à l’Université Interamericana de Porto Rico depuis 34 ans, il est membre de la Real Academia de Historia de Porto Rico depuis 2012. Il a été professeur invité dans de nombreuses universités : à Cuba, en Colombie, en Espagne, en France, en Italie, au Portugal. Ses recherches portent sur la façon dont la culturelle visuelle est utilisée dans les récits historiques.

Il est l’auteur des ouvrages Los dibujos del progreso: el mundo caricaturesco de Filardi y la crítica al desarrollismo muñocista, 1950-1960 et de Viajes por el video: narraciones desde lo subjetivo.

Il a écrit de nombreux articles sur l’histoire culturelle du cinéma, ainsi que sur la sociabilité et la manipulation des médias de masse. Ses travaux ont été publiés dans des revues et ouvrages spécialisées au Mexique et en Espagne.

Séminaire “Langues et corpus” 2023-2024

Le séminaire “Langues et corpus” est dirigé par Elise Louviot & Machteld Meulleman (CIRLEP EA4299).

Sauf exception, les séminaires ont lieu le mardi de 16h00 à 17h30 en salle E 12 du Bâtiment 13.

PROGRAMME

vendredi 29/09 (10h-11h30): Yulia BOGOYAVLENSKAYA (Université d’Ekaterinbourg, boursière Metchnikov en séjour scientifique à l’Université de Lille), « Le(s) corpus du russe langue d’héritage en France : analyse des stratégies dans le domaine nominal ».

mardi 17/10 (16h30-18h) : Marlène DONON (ATER à l’INSPE et au CIRLEP, doctorante à l’EPHE), « Le vocabulaire fondamental et ses dynamiques évolutives : enquête dans un corpus lexical latin et français à haute fréquence d’usage ».

mardi 14/11 (16h-17h30) : Sarah HARCHAOUI (MCF à Paris IV), « Analyser les variations régionales et intergénérationnelles – présentation des deux corpus pour les langues nordiques ».

mardi 05/12 (17h30-18h30) : atelier participatif autour du travail sur corpus avec les présentations de 4 étudiantes :

  • Camille MICHAUD et Laurie MICHEL sur un corpus de discours politiques des chefs de partis britanniques (travail réalisé en L3 dans le cadre du cours “numérique appliqué à la linguistique”)
  • Kunxu CUI et Laura DURAND sur la féminisation des noms dans les manuels de FLE édités en Chine, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (travaux réalisés dans le cadre de leurs mémoires de recherche en M1 du master SdL parcours PLF).

mardi 30/01 (16h-17h30) : Elise LOUVIOT (CIRLEP), « Þa / tho en vieil anglais, vieux saxon et vieux haut allemand: constructions à fonctions discursives ».

mardi 13/02 (16h-17h30) : Pascale MASSE-ARKAN (CIRLEP), « Observations sur l’emploi des démonstratifs dans les récits de l’ancien français et de l’espagnol contemporain ».

mardi 05/03 (16h-17h30) : Jan DVORAK (Université de Toulouse), « Comparer les fréquences des emplois adnominaux du démonstratif dans l’oral informel français et tchèque à l’aide de corpus de conversations (CEFC et Corpus national tchèque) ».

mardi 26/03 (16h-17h30) : Aurore MONTEBRAN (Lattice-ENS), « Langues sous-documentées et corpus : l’exemple de la constitution d’une base de données sur le mancagne ».

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Informations complémentaires sur le séminaire

Consulter notre page sur le site du CIRLEP.

Parution: La notion de formule en linguistique

Vient de paraître :

La notion de formule en linguistique

Formule, où es-tu ? Les neuf contributions de ce recueil apportent à la question une réponse à la fois générale, particulière et historique. Générale en ceci qu’elles établissent toute une palette de conceptions métalinguistiques de la notion de formule en sciences du langage, points de vue multiples conduisant à diverses passerelles entre les unes et les autres, pas toujours compatibles. Particulière parce qu’elles analysent des formats et des marqueurs formulaires spécifiques. Historique enfin, parce qu’elles enquêtent sur l’histoire de la notion et du mot formule lui-même.
Un ensemble novateur et attrayant qui permet de mieux comprendre le rôle du prêt-à-dire dans le langage.

Flyer-Formules-Lambert-Lucas

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search