Tous les articles par E. Louviot

Appel à communications: Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  

JOURNÉE D’ÉTUDES, 13 AVRIL 2018,

UNIVERSITÉ DE REIMS-CHAMPAGNE-ARDENNE (URCA)

Dans le cadre du séminaire « cultures populaires »

Propositions à envoyer avant le 1/12/2017 à sylvie.mikowski@univ-reims.fr et yann.philippe@univ-reims.fr

«  Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  »

Depuis une vingtaine d’années, les sociologues de la culture de part et d’autre de l’Atlantique, et à partir de positions théoriques fort diverses (Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevarec, Coulangeon), ont mis en évidence que la participation à des registres culturels très divers, de quelque façon qu’on désigne le phénomène (éclectisme, omnivorisme, dissonance selon les auteurs) ne constitue pas un phénomène exceptionnel, mais courant, voire banal. On retrouve chez de très nombreux individus, de groupes sociaux divers, la coexistence ou l’alternance de pratiques, de préférences ou de consommations culturelles relevant de formes de cultures dites légitimes ou populaires. L’effondrement de la hiérarchie entre « haute » culture légitime et « basse » culture de masse et plus encore la disparition de l’association étroite entre hiérarchie culturelle et hiérarchie sociale serait même ce qui caractériserait la société contemporaine, voire la condition post-moderne.

Du fait de la dilution de la légitimité classique, la légitimité culturelle a pris des formes très diverses. Dans les élites culturelles et intellectuelles, il est ainsi devenu plus important d’aimer des objets culturels différents ou différenciés que de se limiter à la seule palette des objets légitimes. Au « snobisme intellectuel » (ou au purisme ascétique) s’opposerait désormais « l’omnivorisme », catégorie inventée par le sociologue Richard A. Peterson[1]. De manière plus large, la culture est appréhendée comme un moyen de se conformer ou de se différencier : vis-à-vis des autres groupes sociaux ou générationnels, mais aussi de ses pairs sociaux voire de soi-même en adoptant des pratiques contradictoires ou « dissonantes » pour reprendre la formule de Bernard Lahire[2]. Tous les genres culturels ou presque ayant désormais acquis leurs « lettres de noblesse » (de la bande dessinée à la chanson pop/rock/rap ou à la télévision) peuvent faire l’objet d’un investissement privilégié, ouvrant ainsi la voie à la re-création de hiérarchies internes aux genres et à de nouvelles formes de distinction entre individus.

L’objet de cette journée d’études est d’interroger les possibilités ainsi ouvertes par les acquis de la sociologie culturelle aux autres disciplines, notamment celles (civilisation, littérature, histoire) traditionnellement attachées à des aires culturelles (anglophone notamment) et plus ouvertes au syncrétisme théorique que la sociologie. La problématique du mélange des genres constitue-elle une approche permettant d’appréhender la culture dans son ensemble ? C’est ce que nous nous proposons de déplier pendant cette journée d’études, en s’attachant à la fois au point de vue des consommateurs, des créateurs et des créations culturelles. Les communications pourront ainsi porter sur trois volets distincts :

– l’évolution des pratiques culturelles et des goûts dans le monde anglophone, à la lumière notamment des travaux sociologiques, mais aussi de l’apparition de nouvelles pratiques culturelles, tout particulièrement celles reposant sur les usages du numérique. L’analyse pourra ainsi porter sur le très contemporain, notamment le rôle du numérique dans la diversification et l’évolution des pratiques culturelles. Mais elle pourra aussi donner une profondeur historique aux phénomènes. Y a-t-il ainsi une histoire longue de l’éclectisme ou des dissonances culturelles ou ceux-ci doivent-ils nécessairement être limités aux pratiques ultra-contemporaines ? Les études comparatives visant à mesurer précisément le caractère précurseur de la culture anglophone dans l’érosion des hiérarchies culturelles sont également bienvenues.

– la dissonance appréhendée du côté des créateurs : est-elle un phénomène récent au même titre que celui des pratiques éclectiques ou est-elle un aspect constitutif de la création artistique ? En quoi les créateurs et artistes participent-ils du brouillage entre culture « high » et « low », « légitime » et « illégitime »? On pourra prendre des exemples en littérature, dans les arts visuels, dans la musique et le cinéma. On pensera par exemple à des auteurs écrivant à la fois pour les adultes et pour la jeunesse, ou passant de l’écriture d’œuvres romanesques à celle de scénarios pour le cinéma ou la télévision ; de musiciens pratiquant à la fois musique « savante » et « musique populaire »; à des cinéastes tournant pour la télévision; à des auteurs prenant un pseudonyme pour s’essayer à un genre « illégitime » (policier, érotique, sentimental, etc), soit de façon sérieuse, soit de façon parodique.

– le troisième volet sera davantage réflexif et concernera les pratiques de l’élite intellectuelle, à laquelle sont rattachés chercheurs et universitaires : en quoi les pratiques « omnivores » de cette catégorie influent-elles sur le brouillage des genres et font-elles passer certains objets culturels du statut d’illégitime à celui de légitime ? Dans quelle mesure les chercheurs, théoriciens et critiques littéraires ou artistiques sont-ils devenus « omnivores »? Comment s’opère le processus de légitimation ? Quels en sont les effets sur les objets culturels et sur leur réception ? N’y-a-t-il pas reconstitution d’une hiérarchie entre les pratiques culturelles selon des critères de goûts qui seraient non pas effacés mais seulement déplacés ? Enfin quelle est la part jouée par l’enseignement dans ces mutations ? Le souci de s‘adapter aux pratiques culturelles réelles des étudiants vient-il modifier les disciplines ? N’est-ce pas souvent la pédagogie qui anticipe sur la recherche ?

 

Call for Papers

ONE-DAY SYMPOSIUM, APRIL 13, 2018 (CIRLEP (EA4291)

UNIVERSITY OF REIMS-CHAMPAGNE ARDENNE (URCA)

 

« Dissonance, eclecticism and the blurring of genres in the modern and contemporary culture of the English-speaking world »

 

Over the past twenty years, sociologists of culture, on both sides of the Atlantic and from different theoretical standpoints, have insisted on the fact that individuals’ engagement with culture, far from being confined to a restricted number of elitist, distinctive, “snobbish” practices, actually span a broad range of registers, ranging from “low” to “high” and from “legitimate” to “illegitimate” culture. Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevare, Coulangeon have thus all written about what they call either eclecticism, omnivorousness, or dissonance. A lot of individuals, belonging to various, diverse social groups, have been observed to practice – alternatively or conjointly – forms of culture which are categorized either as legitimate or popular. The collapse of the hierarchy between high, legitimate culture, and low, mass culture, as well as the dissociation of cultural hierarchy and the dominance of a given social class has even been said to be one of the defining features of contemporary society, and indeed of the postmodern condition itself.

Because of the dilution of traditional forms of legitimacy, cultural legitimacy has assumed various forms and guises.  Among cultural and intellectual elites, it has thus become more important to be seen to like different or differentiated cultural objects than to limit oneself to the sole range of ‘legitimate’ objects. ‘Omnivorousness’, a term coined by sociologist Richard A. Peterson, is now opposed to intellectual ‘snobbishness’.[3] More broadly, culture is now understood as a means to conform or to differentiate oneself: from other social and age groups, but also from one’s own social peers and even sometimes from oneself, as Lahire explains when he speaks of ‘dissonant’ practices.[4] All cultural genres (from comic strips to pop/rock/rap music or television programmes) have now acquired a definite cultural legitimacy and can thus be invested with affective or intellectual value, giving rise to the creation of new hierarchies within the boundaries of one genre and to new forms of distinction among individuals.

The aim of this one-day symposium is to open the investigation of these concepts pioneered in the sociology of culture to other fields, notably those (cultural studies, literature, history) which have traditionally been linked to specific cultural areas (the English-speaking world, for instance) and which are more receptive to the combination of various theoretical standpoints than sociology. Does the notion of the blurring of genres help to define a comprehensive theory of culture?

Papers can focus either on the point of view of consumers, producers or cultural products. Proposals are welcome in the three following topic strands:

– The evolution of cultural tastes and practices in the English-speaking world, taking into consideration the new concepts defined by sociologists, as described above, but also the rise of new practices, particularly those based on the use of digital technology and social networks. Analysis may thus bear on ultracontemporary practices, in particular the role of digital technology in the evolution and transformation of cultural practices. But historical approaches are also welcome: do eclecticism and cultural dissonance have a long history or are they necessarily restricted to hyper-contemporary practices? Is there a ‘long history’ of eclecticism and cultural dissonance or is it a purely contemporaneous phenomenon? Comparative approaches aiming at measuring precisely the ground-breaking role of Anglo- American culture in the process of eroding cultural hierarchies are also welcome.

Dissonance as seen from the point of view of the creators: is it a recent phenomenon or on the contrary is it a natural part of any creative act? To what extent do artists and creators participate in the blurring of the frontiers between « high » and « low », « legitimate » and « illegitimate » culture? Examples may be drawn from the fields of literature, the arts, cinema and music. Possible topics may include authors who write both for adults and children, or experiment with « illegitimate » forms such as romance, detective novels, erotic fiction, or write scripts for Hollywood, television, or Broadway; musicians who move from « classical » to « popular » music; film-makers who shoot both for the big screen or for television; visual artists who mix painting, sculpture and comics strips or digital technology.

– The third strand is more self-reflexive and involves the practices of the intellectual elite, to which academics and researchers belong: in what ways do the ‘omnivorous’ habits of that group exert an influence over the blurring of genres and enable the transition of certain cultural objects from the category of the illegitimate to that of the legitimate? How does this process operate? To what extent have researchers, critics and academics become ‘omnivorous’?   What effect does this process have over cultural objects and their reception?  Isn’t it the case that a certain kind of hierarchy is reinstated between the said objects, based on standards of taste that, rather than being erased, might simply be displaced? What part does teaching play in those evolutions? Does the wish to adapt to the students’ cultural practices shift the boundaries of the various fields of study? Are educational methods not often a step ahead of academic research?

[1] R. A. Peterson, R. Kern, « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[2] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

[3] R. A. Peterson, R. Kern, “Changing highbrow taste: From snob to omnivore”, American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[4] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Séminaire Images 2017-2018

PROGRAMME

8 novembre : Emmanuel Le Vagueresse (professeur des universités URCA), « ‘108. Cuchillo de palo’ (2010) de Renate Costa : violence de la Nation, Violence contre le genre »

14 décembre : Nadia Vargaftig (MCF URCA), « Foires d’histoire? : la place du passé dans les expositions portugaises de 1940 et 1998 »

10 janvier : Fanny Robles (MCF Aix-Marseille Université), « Des images fixes aux images vivantes: imagologie des spectacles ethnographiques »

24 janvier : Fernando Curopos (MCF Université Paris-Sorbonne), « Portugal, 1880-1930 : Ecce homo(sexuel) »

21 février : Brice Castanon (MCF Université Paris 13), « Engagements. Sur les photographies de Jean-Marie del Moral ».

14 mars : Mélanie Tulhoat (doctorante IHEAL), « L’humour graphique publié dans la presse indépendante sous le régime militaire brésilien (1964-1985) : une histoire à partir des images »

16 mai :  Camille Rouquet (Docteur en études anglophones), « Le photojournalisme pendant la guerre du Viêt-Nam » (titre à confirmer)

 

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Informations complémentaires sur le séminaire

Consulter notre page sur le site du CIRLEP.

Appel à contributions: lieux de rupture

Lieux de rupture
Une œuvre marquante procède souvent d’une rupture ou de plusieurs ruptures avec son époque, ce qui amène son auteur à reconfigurer son regard sur le monde, à ré-inventer son approche de la langue, à modifier un genre, ou même à concevoir une nouvelle théorie. Mais l’œuvre elle-même se constitue aussi autour de flux et de rythmes qui font et défont les existences d’individus ou de communautés, détruisent des structures pour que d’autres prennent forme ou bien s‘anéantissent à jamais. En d’autres termes, l’œuvre d’art ne serait-elle pas un lieu de rupture en soi ?
Au premier regard, le lieu particulier où se déroule la rupture s’identifie comme une « zone de rupture » (selon le terme technique), dont l’esthétique annonce ou dissimule les seuils critiques et les brisures à venir.  Mais ce fond qui donne la forme s’ouvre bientôt à de multiples interprétations : croisée de désirs, antagonismes, structures spatio-temporelles ouvrantes ou fermantes dans un espace psychique, virtuel ou imaginaire traversé par des tensions.
La notion de rupture, — et plus précisément, celles de seuil critique et point de rupture —, offre les apparences les plus diverses allant de la non-rupture au moment ultime de la destruction et de la mort. Entre ces deux extrêmes, quelles sont les autres définitions possibles de ces notions ? L’on peut aussi se demander comment se re-nouvellent les thèmes classiques du suspense, de la peur, de la menace, du risque etc., et quelles questions inattendues, encore informulées, peuvent se poser. Qu’advient-il alors du concept d’identité, parfois galvaudé ? Comment se déploient temporalité et narration dans une œuvre de fiction ou de non-fiction ?  Quelles nou-velles métaphores vont écrire le lieu de la déchirure ?
Les contributions devront faire l’objet d’une méditation théorique approfondie qui s’appuiera sur de nombreux exemples ou bien donner lieu à l’analyse d’une œuvre précise littéraire, picturale ou cinématographique.
Les articles seront rédigés en français ou en anglais et comporteront entre 6000 et 10 000 mots. La date limite de réception est le 1er septembre 2018. Prière d’envoyer vos propositions d’articles à catherine.chauche@sfr.fr et à daniel.thomieres@univ-reims.fr.

Call for papers: Places of rupture

Major works of art are often the result of a break or of several breaks with their time, which leads their authors to reconfigure their worldviews, reinvent their use of language, modify a genre, or conceive a new theory. But a work itself is also made up of flows and rhythms that delineate or destroy the main features of a man’s existence, a community or a territory for others to take form or be wiped out for ever. In other words, could we say that a work is a place of rupture in itself?
At first glance, the particular place where the rupture happens can be identified as a “rupture zone,” in technical terms, whose aesthetics conceals or anticipates critical thresholds or breaks to come. But the play between form and content also gives rise to multiple interpretations: antagonisms at the crossroads of desires, opening or closing spacetime structures, in psychic, imaginary or concrete places full of internal tensions.
The notion of rupture — as well as the notions of critical threshold and breaking-point — takes on diverse appearances ranging from non-rupture and continuity to disruption and death. Between these two extremes, other definitions of these notions may be brought out. We may wonder how the classical themes of suspense, fear, menace, risk, good and evil, etc., are renewed and whether yet unspoken issues are about to be formulated. Then, what becomes of the overused concept of identity? How does temporality unfold in fictional and non-fictional works? What new metaphors will conjure up places of rupture?
Papers of 6 000-10 000 words, written in French or English, are expected  to  develop a theoretical in-depth reflection supported by converging examples or the careful analysis of a literary, cinematographic or pictorial work. The submission deadline for proposals is 1 September 2018. Please send your draft proposals to catherine.chauche@sfr.fr or daniel.thomieres@univ-reims.fr.

Portraits de Dorian Gray: Le texte, le livre, l’image.

Les membres du CIRLEP félicitent chaleureusement leur collègue Xavier Giudicelli, dont l’ouvrage Portraits de Dorian Gray a reçu le prestigieux prix de la recherche SAES/AFEA 2017.

Portraits de Dorian Gray

« Ce portrait en pied, inquiétant, d’un Dorian Gray hantera […] », écrit Stéphane Mallarmé à Oscar Wilde en avril 1891. The Picture of Dorian Gray, unique roman d’Oscar Wilde, conte l’histoire d’un portrait qui touche aux limites de la représentation. Le tableau s’inscrit dans le texte sous le mode de l’allusion, voire de l’absence. Toile trouée, centre vide autour duquel tout le roman s’articule, le portrait de Dorian Gray lance aux artistes un défi qu’ils ont été nombreux à tenter de relever.

Au croisement des études littéraires, de l’histoire du livre et des arts, cet ouvrage rend compte des métamorphoses d’un texte qui s’apparente à un mythe moderne et qui a connu une extraordinaire postérité. L’analyse de ces portraits de Dorian Graypermet également de retracer une histoire de la place de l’image dans le livre depuis la fin du XIXe siècle jusqu’au début du XXIe siècle, du livre de bibliophile des années 1920 au roman graphique contemporain. Peindre un portrait de Dorian Gray ne peut se faire que par références à des codes et des modèles esthétiques, offrant ainsi un aperçu de l’histoire des représentations au XXe siècle, des volutes Art Nouveau aux films expressionnistes, des portraits mondains aux « écorchés » de Bacon.

À travers l’étude d’un cas à la fois atypique et exemplaire, Xavier Giudicelli mène une réflexion sur les rapports qui se tissent entre texte et image au sein du livre. Texte et iconographie s’associent afin de proposer de nouvelles perspectives sur The Picture of Dorian Gray : la réflexion s’incarne dans l’objet même que ce livre constitue.

Consulter le site de l’éditeur pour plus d’informations sur cet ouvrage.

Direct Speech in Beowulf and Other Old English Narrative Poems

A new examination of the little-studied phenomenon of Direct Speech in Old English poetry.

Direct Speech in Beowulf

Some of the most celebrated passages of Old English poetry are speeches: Beowulf and Unferth’s verbal contest, Hrothgar’s words of advice, Satan’s laments, Juliana’s words of defiance, etc. Yet Direct Speech, as a stylistic device, has remained largely under-examined and under-theorized in studies of the corpus. As a consequence, many analyses are unduly influenced by anachronistic conceptions of Direct Speech, leading to problematic interpretations, not least concerning irony and implicit characterisation.

This book uses linguistic theories to reassess the role of Direct Speech in Old English narrative poetry. Beowulf is given a great deal of attention, because it is a major poem and because it is the focus of much of the existing scholarship on this subject, but it is examined in a broader poetic context: the poem belongs to a wider tradition and thus needs to be understood in that context. The texts examined include several major Old English narrative poems, in particular the two Genesis, Christ and Satan, Andreas, Elene, Juliana and Guthlac A.

Elise Louviot is a Lecturer at the University of Reims Champagne-Ardenne (France) and a specialist of Old English poetry. Her research interests include orality, tradition, formulas and the linguistic expression of subjectivity.

An e-book version of this title is available (9781782046547), to libraries through a number of trusted suppliers. See here for a full list of our partners.

A preview of the book is available on Google Books.

Séminaire Res per nomen, 2017-2018 (S1)

Programme

20/9:   René Daval et Silvia Palma : bilan collectif du colloque Res per Nomen 6 : « Les catégories abstraites et la référence » (18-20 mai 2017). Perspectives de collaboration avec les universités de Strasbourg et Campinas (Brésil). Présentation du programme du semestre.

4/10 : Gaston Gross (Université de Paris 13): « La place de la sémantique dans la description linguistique ».

25/10 : René Daval : « La critique de la métaphysique chez Kierkegaard ».

29/11 : Alexandre Boudeville (doctorant CIRLEP): « Quand le jeu vidéo sert un propos ».

13/12 : Pierre Frath : « Victor Klemperer: la vie et l’œuvre d’un linguiste juif sous le nazisme ».

 

Lieu

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Dates

Les mercredis de 16h à 18h.

Liens utiles

La page de Res per Nomen sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire Res per Nomen).

Séminaire Codes, marges et transgressions, 2017-2018 (S1)

Présentation

Notre jeune séminaire, qui s’inscrit dans l’axe Représentation de la Société : Codes, Cultures, Images, s’attache, depuis sa création en juin 2011, à étudier les représentations et leurs modalités. Il s’intéresse en particulier aux moments de passages entre différents systèmes de représentation, lorsque les codes établis ne sont plus adéquats et sont transgressés, ou lorsque leur position centrale se trouve marginalisée. Dans cette optique, plusieurs travaux du séminaire sont notamment, mais non exclusivement, consacrés à la première modernité, moment de passage s’il en est d’un code de représentation à un autre. C’est ainsi que nous avons voulu l’intitulé de ce séminaire lorsque nous avons réfléchi ensemble à ce que nous envisagions pour les années à venir.

Après plusieurs années de travaux sur le corps héroïque féminin, la nouvelle thématique envisagée à partir de septembre 2017 est « Erreur et invention ».

Programme

27/9 de 16h à 17h (salle R240) : réunion de rentrée du séminaire

18/10 de 16h à 18h: Saverio Ansaldi, « Giordano Bruno et la théorie de la connaissance »

22/11 de 16h à 17h30: Véronique Le Ru, « D’Alembert et le droit d’errer »

Lieu et date

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Le mercredi entre 16h et 18h.

Liens utiles

La page du séminaire sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le calendrier du CIRLEP,  présentant toutes les activités de l’équipe, y compris celles de ce séminaire.

Colloque Res per Nomen 6, 18-20 mai 2017

Programme (cliquer pour télécharger)

Jeudi 18 mai 2017 – Matin

8H45 : Accueil et ouverture du colloque

9H à 10H : Georges Kleiber, Université de Strasbourg / USIAS, conférencier invité. « Noms abstraits et occurrences : espace, couleur et odeur »

10H à 10H30 : Pierre Frath, Université de Reims. « La catégorie comme entité métalinguistique »

10H30 à 11H : Jacques François, Université de Caen Basse-Normandie & Rania Samet, Université de Tunis, Tunisie. « L’ambivalence des noms abstraits dynamiques en fonction syntaxique de sujet »

11H à 11H30 : Pause

11H30 à 12H: Emilia Hilgert, Université de Reims. « De l’impossibilité de combiner émotion avec des noms d’émotion »

12H à 12H30 : Jocelyn DUNPHY-BLOM FIELD, Université Monash, Melbourne. « Australie : La mémoire comme catégorie abstraite »

12H30 à 14H : Déjeuner

Jeudi 18 mai 2017 – Après-midi

14H à 15H : Christophe Al-Saleh, Université de Picardie Jules Verne, conférencier invité. « L’action »

15H à 15H30 : Anne-Gabrielle Wersinger, Université de Reims. « A quoi fait référence la Chôra de Platon ? »

15H30 à 16H : Pause

16H à 16H30 : René Daval, Université de Reims. « La critique de l’analyse de G.E. Moore connue sous le nom de critique du « sophisme naturaliste» »

16H30 à 17H : Julien Ferre Doctorant, Université de Reims. « Interprétation diélienne des trois genres de connaissance du spinozisme »

17H à 17H30 : Jean-Pierre Graftieaux, CHU Robert Debré / CIRLEP, Reims. « Le secret médical »

17H30 : Cocktail

Vendredi 19 mai 2017 – Matin

9H à 10H: Monica Zoppi Fontana, Université de Campinas, Brésil, conférencière invitée. « POST-VÉRITÉ/PÓS-VERDADE: Discours, politique, lexique dans un espace transatlantique »

10H à 10H30 : Thomas Nicklas, Université de Reims. « Le passé et son sens. Réflexions sur des catégories en histoire »

10H30 à 11H : Iris Eshkol-Ta ravella, Université d’Orléans & Natalia Grabar, Université de Lille 3. « La reformulation comme moyen de catégorisation »

11H à 11H30 : Pause

11H30 à 12H : Badreddine Hamma, Université d’Orléans. « Emplois spatiaux et emplois métaphoriques des SP en par, une continuité ? »

12H à 12H30 : Morgane Beau manoir-Secq, Université de Cergy-Pontoise. « Nom et verbe : catégories abstraites et référence en abyme »

12H30 à 14H : Déjeuner

Vendredi 19 mai 2017 – Après-midi

14H à 14H30: Sévrine Dagnet, Docteure, Université Paris 3. « Théorisation des noms abstraits aux XVII et XVIIIe siècles »

14H30 à 15H : Sabine Lehman, Université Paris Nanterre. « Les noms abstraits en moyen français : fonctionnement référentiel et discursif »

15H à 15H30 : Sheila Elias De Oliveira, Université de Campinas, Brésil. « «Pudeur» : la grâce de l’âme féminine devenue mot de la médecine »

15H30 à 16H : Pause

16H à 16H30 : Silvia Palma, Université de Reims. « Les absents sont-ils toujours ceux qui manquent ? »

16H30 à 17H : Coralie Pressacco, doctorante, Université de Reims. « La notion de violence : une catégorie abstraite ? »

17H à 17H30 : François Nemo & Antonia Cristinoi, Université d’Orléans. « Catégories linguistiques et catégories biologiques entre perception et attention »

Dîner de gala

Samedi 20 mai 2017

Atelier 1a

9H à 9H30 : Joséphine Rémon, Université Lyon 2. « La subjectivité comme catégorie abstraite de référence »

9H30 à 10H : Mathieu Simard, Doctorant, Université d’Ottawa, Canada. « Les genres littéraires comme représentations sociales »

10H à 10h30 : Stéphanie Béligon, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. « Sense et feeling : émotions et catégories »

Atelier 2a

9H à 9H30 : Siyaves Azeri, Université de Mardin, Turquie. « The Kingdom of Ends »

9H30 à 10H : Stamatia Kremmyda , Docteure, University College. Londres : « «Resistance to Change» : what the analysis of political discourse informs about the stability of concepts »

10H à 10h30 : Fatih Müldür, Mardin, Turquie. « A Marxian-Ilyenkovian Criticism of Saussure’s use of the «Concrete» and the «Abstract» »

10H30 : Pause

Atelier 1b

11H à 11H30 : Ernest Hounhouay enou-Toffa , Doctorant, Centre de Linguistique en Sorbonne: « Le nom WISH renvoie-t-il à une entité abstraite ? »

Atelier 2b

11H à 11H30 : Dilan Tugrul, Mardin, Turquie. « The State, a Marxist criticism »

Séance commune

11H30 à 12H : El Mustapha Lemghari, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc: « Sur le rôle des métaphores conceptuelles dans les relations sémantiques des proverbes »

12H à 14H : Cocktail de départ

Journée des Doctorants du CIRLEP, 4 avril 2017

La 5e journée des doctorants du CIRLEP, co-organisée par Tim Heron et Marine Galiné, se tiendra le 4 avril 2017 à la Maison de la Recherche (campus Croix Rouge).

Programme

8h30 – accueil des participants

9h00 – mot d’accueil

9h15 – Panel 1 : Corps et Stéréotypes 

Alice Morin (Paris) : « Entre mannequins et modèles : Espaces et moments de tension sur papier glacé, 1960-1980»

Tim Heron (Reims) : « Le corps punk en Irlande du Nord (1976-1981)»

Sara Legrandjacques (Paris 1) : « Le corps étudiant à l’épreuve de l’Empire – Impacts corporels des mobilités étudiants indiennes et indochinoises »

Remedios Ponce (Reims) : « Corps malades et affamés : l’influence de Terre sans pain (Luis Buñuel, 1933) sur l’image de l’Estrémadure et ses re-significations identitaires postérieures »

10h45 – pause café 

11h00 – Panel 2 : Le Corps Féminin 

Laura Benoît (Toulouse) : « L’intime à l’écran : images du corps féminin dans les séries télévisées britanniques et américaines »

Fleur Vidament (Maine) : « Corps, féminité et identité dans les romans d’Anita Brookner »

Marine Galiné (Reims) : « Le corps hystérique : déconstructions et confinement du corps féminin dans le gothique irlandais »

12h30 – pause déjeuner 

14h00 – Panel 3 : Le Corps qui Lutte 

Thomas Foehrlé (Reims) « L’investissement sur le corps ou l’absence des autres : le paradoxe d’une nouvelle corporéité »

Géraldine Letz (Lorraine) « L’usage de la prothèse dans le sport de haut niveau : ambigüité corporelle et fracture catégorielle »

Lauren Ndoutoume (Caen) « ‘No Pain, no gain’ : la psychodynamique de la douleur chez le sportif »

15h30 – pause café 

16h00 – Panel 4 : Expériences corporelles et sensorielles 

Julien Ferre (Reims) : « Spinoza et la crise contemporaine de l’union du corps et de l’esprit »

Fanny Monnier (Perpignan) : « Lire La Route de la faim de Ben Okri : expérience du corps »

Anne-Catherine Bascoul (Lorraine) : « De la (re)présentation du corps en crise identitaire à l’identité du corps (re)présenté dans The Time of Our Singing de Richard Powers »

17h30 – clôture de la journée 

Séminaire Intercompréhension des Langues Voisines 2016-2017

14/02/16     Nadia MAKOUAR, docteur en sciences du langage (INALCO) et ingénieur de recherche
Initiation à la sémantique de corpus : théorie et pratique I

A télécharger sur vos ordinateurs portables avant la séance :

Lien TXM (et l’étiqueteur grammatical Treetagger) :

https://groupes.renater.fr/wiki/txm-users/public/preparation_ordinateur

– Lien Lexico 3.6 : http://lexi-co.com/Produits.html

– Lien – Graphcoll (si on a le temps) :

http://corpora.lancs.ac.uk/lancsbox/download.php

Tous les liens contiennent des instructions pour le téléchargement et l’installation. A noter qu’il n’est pas possible d’installer Lexico 3.6 sur le système Mac.

14/03/16     Nadia MAKOUAR, docteur en sciences du langage (INALCO) et ingénieur de recherche
Initiation à la sémantique de corpus : théorie et pratique II

28/03/16     Françoise CANON-ROGER, CIRLEP
Linguistique et humanités numériques

25/04/16     Cécile BRION, CIRLEP
Bilan intermédiaire du projet « Culture et optimisation de la langue en classe de seconde »

Contact

Françoise Canon-Roger (francoise.canon@univ-reims.fr)

Lieu

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Dates

Les mardis de 15h à 17h.

Liens utiles

La page de l’axe Intercompréhension sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles de l’axe Intercompréhension).

Séminaire A2IL 2016-2017 (S2)

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

  • 9 février : Nathalie Roelens (U. du Luxembourg) : « Lire par-dessus l’épaule (Umberto Eco) ». Salle R202
  • 2 mars : Jean-Michel Pottier (U. de Reims, CRIMEL) : « À propos de la « parole piquante » des Goncourt ». Salle R202
  • 9 mars : Isabelle Turcan (U. de Lorraine) : « Sur la polyphonie énonciative, dans les textes des dictionnaires du XVII et XVIIIe siècle ».  Salle R202
  • 23 mars : Laurent Jenny (U. de Genève) : « Réflexions sur la relation esthétique ». Salle R202
  • 30 mars : Charlène Deharbe et Françoise Gevrey (U. de Reims, CRIMEL), « Paroles du lecteur dans les œuvres de jeunesse de Loaisel de Tréogate ». Salle R202
  • 13 Avril : Marie-France Boireau (U. Orléans), « Kamel Daoud, Meursault contre-enquête ». Salle R202
  • 4 mai : Céline Rolland (U. de Reims, CIRLEP) : « L’adaptation du cinéaste et la parole de l’acteur : entre Affliction de Russell Banks (1989) et Affliction de Paul Schrader (1997) ». Salle R202

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Liens utiles

La page d’A2IL sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire A2IL).

Séminaire Res per Nomen 2016-2017 (S2)

Programme

18/1 : Gilliane Laurent (doctorante, CIRLEP):  Wittgenstein et la musique.

1 /2 : Anne Theissen, Université de Strasbourg. « Fois » : de l’itération à la localisation temporelle.

[[15/2 :]]

1/3 : Coralie Pressacco (doctorante, CIRLEP). Titre à confirmer.

22/3 : Alexandre Boudeville (doctorant, CIRLEP) Le jeu vidéo : un vecteur possible pour la philosophie ?

5/4 : Aude Rebotier. Titre à confirmer.

Lieu

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Dates

Les mercredis de 16h à 18h.

Liens utiles

La page de Res per Nomen sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire Res per Nomen).

D’Alembert, Langue et savoir 1717-2017 (21 mars 2017)

Journée scientifique organisée par Véronique Le Ru (CIRLEP)

10h00 – Présentation de la journée scientifique par Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP

Présidence de séance : Véronique Le Ru

10h15 – Marie Lec a-Tsiomi s (Université de Paris Ouest), L’Avertissement de D’Alembert dans le tome III de l’Encyclopédie (1753)

11h00 – Christophe Schmit (Observatoire de Paris), L’apport de D’Alembert dans la dynamique : contexte et originalité de sa démarche.

11h45 – Pause

12h00 – Irène Passeron (Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche), La correspondance de D’Alembert : D’Alembert, un écrivain sans plume ni ancre ?

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

Présidence de séance : Marie Leca-Tsiomis

14h45 – Dominique Quéro (Université de Reims), D’Alembert et le théâtre de son temps à travers les éloges académiques

15h30 – Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), L’épistémologie de D’Alembert ou l’influence d’une grande Dame.

16h15 – Discussion générale et conclusion de la journée.

16h45 – Fin de la journée scientifique.

 

Renseignements et inscription

Patricia OUDINET

patricia.oudinet@univ-reims.fr – 33(0)3 26 91 36 19

Séminaire IMAGES 2016-2017 S1

PROGRAMME

Mercredi 26 octobre (16h30-18h30) : Emmanuel Le Vagueresse : « Le cinéma à Séville dans les années 10 », salle 17-28

Mardi 22 novembre (17h-19h) : Françoise Heitz : « L’analyse filmique, rappel de quelques moyens formels (exemples tirés de No, de Pablo Larraín) », salle 17-25

Mardi 29 novembre (17h-19h) : Rodrigo Nabuco : « Le portrait de la société brésilienne à travers Casa grande et Une seconde mère », salle 17-25

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Informations complémentaires sur le séminaire

Consulter notre page sur le site du CIRLEP.

Séminaire Res per Nomen 2016-2017 (S1)

Programme

28/9:   René Daval et Silvia Palma : présentation du séminaire et du programme.

Réflexion collective sur la notion de catégorie abstraite, thème choisi pour le colloque Res per Nomen 6 (26 au 28 mai 2017).

12/10 : Pierre Frath : Les langues de la Bible et du Coran.

16/11 : René Daval : Le nominalisme, sens de la doctrine et évolution de celle-ci.

7/12 : Stéphane Moreno : Ces langues qui  se délient en guise de tribune politique.

Lieu

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Dates

Les mercredis de 16h à 18h.

Liens utiles

La page de Res per Nomen sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire Res per Nomen).