Soutenance de thèse d’Amandine ANDRUCHIW 14/12

Le CIRLEP a le plaisir de vous annoncer que Madame Amandine ANDRUCHIW soutiendra sa thèse de doctorat en philosophie sous la direction de Véronique LE RU le jeudi 14 décembre 2023 à 14 h en salle R418, aile gauche du Bâtiment 13, Campus Croix Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims.

Titre de la thèse : “Le végétarisme en questions, de la centralité des marges”

Le jury sera composé de

  • Mme Marie-Claude MARSOLIER, Directrice de Recherche Musée de l’homme, Paris, Présidente de jury, Rapportrice,
  • Mme Véronique LE RU, Professeure des Universités, URCA, Directrice de thèse,
  • M. Angelo GIAVATTO, Maître de Conférences HDR, Université de Nantes, Rapporteur,
  • M. Saverio ANSALDI, Maître de Conférences HDR, URCA, Examinateur.

La soutenance est publique.

Résumé

Le végétarisme est-il un outil efficace pour faire face aux enjeux qui sont les nôtres ? Après avoir retracé une partie de l’histoire du végétarisme de l’Antiquité à nos jours, en Occident, ce travail vise à expliquer les raisons qui font qu’au XXIème siècle, la question du végétarisme semble devenir une marge qui compte, de plus en plus centrale dans les interrogations politiques, économiques, philosophiques et sociétales des citoyennes et citoyens, et notamment qu’elle est corrélée à un projet politique, économique et sociétal du vivre ensemble : comment décidons-nous de faire société entre vivants? La question engage une réflexion qui ne peut se limiter à la seule éthique animale, tant la thématique du végétarisme est au cœur d’interactions multiples, prise dans un réseau de questionnements pluriquotidiens au travers de divers domaines. Mais que recouvre le végétarisme exactement ? Est-il un ou pluriel ? Est-ce seulement un régime alimentaire marginal et marginalisé ? De nos jours, qu’impliquent nos repas ? Au-delà des seuls rapports production/consommation, qu’interrogent nos choix alimentaires ? Quels sont les rapports de domination mis en lumière ? Sur quels imaginaires prennent-ils racine ? Ces imaginaires sont-ils des freins ou des leviers pour la prise en compte améliorée des enjeux réels auxquels nous devons faire face, collectivement ? Finalement, à l’heure de l’Anthropocène, le végétarisme à la fois pensé et pratiqué est-il le plus à même de nous permettre de faire face à ces enjeux, de nous resituer au cœur du vivant ?



Citer ce billet
Machteld Meulleman (2023, 9 décembre). Soutenance de thèse d’Amandine ANDRUCHIW 14/12. Les Cahiers du CIRLEP. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mu5r