Soutenance Julien Ferre

Le CIRLEP a la plaisir de vous annoncer que M. Julien FERRE a soutenu une soutenance de thèse de doctorat en philosophie intitulée “Dialectique de la philosophie et des sciences. La noble voie du spinozisme” et préparée au Centre interdisciplinaire de recherche sur les langues et la pensée (Cirlep) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Urca) sous la direction de M. René DAVAL et la codirection de M. Lorenzo VINCIGUERRA. La soutenance a eu lieu le mercredi 8 décembre 2021 à 15h (UTC+1) en salle R418 du bâtiment Recherche du campus Croix-Rouge de l’Université Reims Champagne-Ardenne.

Le jury était composé de :
M. René DAVAL, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne, directeur
M. Lorenzo VINCIGUERRA, Professeur, Université de Picardie Jules Verne, codirecteur
Mme Chantal JAQUET, Professeur, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
M. Jean SEIDENGART, Professeur, Université Paris X Nanterre
M. Henri ATLAN, Professeur, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Résumé de la thèse :
Alors que le fossé entre sciences et philosophie semblait devoir se creuser toujours plus, certains scientifiques n’hésitent plus à se tourner vers la philosophie pour tenter de surmonter divers obstacles. Une pratique dialectique interdisciplinaire plus soutenue s’impose donc. Dans cette optique, un premier pas vers les sciences consiste, après une étude précise de la connaissance et des discours, à montrer que le dialogue est indispensable ; le rôle central de la philosophie durant toute l’histoire du concept de gravitation en témoigne avec force. Partant alors du constat qu’un des défis majeurs de notre époque est celui de la complexité, un second pas est accompli en montrant la pertinence du spinozisme pour dépasser les apories de l’émergentisme. Cette pertinence, renforcée par l’actualité du spinozisme dans bien des disciplines, permet donc de l’envisager comme cadre discursif commun, et il devient alors possible, à partir des travaux de Lee Smolin et Carlo Rovelli (physique théorique) et de ceux de Michel Siffre (expériences hors du temps), de repenser en profondeur la nature de la causalité, de l’espace et du temps, puis de proposer des principes d’inspiration spinoziste comme base d’une nouvelle physique unifiée, relativiste et quantique. Enfin, dans un mouvement dialectique inverse, la psychologie de Paul Diel, centrée sur l’esprit surconscient et proche du spinozisme, permet de réinterroger d’abord les grands idéaux humains (contemplation, justice, amour et amitié, vrai, bien, beau, harmonie), puis la finalité du spinozisme (trouver la béatitude par l’entendement) ; la dialectique initiale se déploie alors vers la mystique et les spiritualités de la non-dualité.



Citer ce billet
Machteld Meulleman (2021, 14 décembre). Soutenance Julien Ferre. Les Cahiers du CIRLEP. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mu49