Soutenance Lucie Lebreton

Le CIRLEP a le plaisir de vous annoncer que

Mme Lucie LEBRETON

a soutenu sa thèse :

« Le seul chrétien logique ».  La figure de Pascal dans l’œuvre de Nietzsche

réalisée sous la direction de M. Patrick WOTLING

le vendredi 10 décembre à 14h en Bâtiment Recherche, salle R 418.

Le jury était composé de :

  •  Mme Chiara Piazzesi, Professeure à l’Université du Québec à Montréal,
  • Mme Delphine Antoine-Mahut, Professeure à l’École Normale Supérieure de Lyon,
  • Mme Céline Denat, Maître de Conférences à l’Université de Reims,
  • M. Antoine Panaïoti, Professeur à la Ryerson University de Toronto,
  • M. Laurent Susini, Professeur à l’Université de Lyon II,
  • M. Patrick Wotling, Professeur à l’Université de Reims et directeur de la thèse.

« LE SEUL CHRÉTIEN LOGIQUE ». LA FIGURE DE PASCAL DANS L’OEUVRE DE NIETZSCHE. 

Cette étude se propose d’examiner la place et le rôle accordés à Pascal dans l’oeuvre de Nietzsche. Contrairement à ce qu’une approche superficielle pourrait laisser penser, Nietzsche est non seulement un lecteur, mais encore un admirateur du penseur français. Pascal offre l’exemple – très rare, à ses yeux, – d’un « chrétien authentique », d’un homme qui s’est efforcé d’incarner jusqu’au bout l’idéal proposé par la religion chrétienne. Pourtant, l’affection de Nietzsche pour ce chrétien parfait ne relève pas selon nous de la sublimation d’un rapport d’hostilité, de l’amour que l’on voue à son « grand ennemi ». En décrivant Pascal comme « le seul chrétien logique », Nietzsche suggère en effet que l’exigence chrétienne de vérité s’est raffinée chez ce savant « en conscience scientifique et en droiture intellectuelle à tout prix ». Sa soumission rigoureuse à la morale chrétienne fait ainsi de lui un penseur plus honnête et plus dangereux au fond que bien des philosophes et métaphysiciens. Loin de le considérer comme un ennemi, donc, Nietzsche reconnaissait en lui un frère, l’ami bien-aimé qui l’avait précédé sur le chemin périlleux d’un christianisme qui se dépasse, et son destin tragique lui apparaissait comme un danger dont il était lui-même menacé. Parce que « l’anti-chrétien même est la logique nécessaire de l’évolution d’un chrétien vrai », cet austère janséniste lui semblait plus proche de son athéisme intransigeant et sans compromission que tous les libres penseurs de son temps. En somme, Pascal est le premier à incarner véritablement cet audacieux « dépassement de soi (…) de l’Europe » dont Nietzsche se disait l’héritier. 

Mots-clés : Nietzsche, Pascal, christianisme, probité intellectuelle, autodépassement, mort de Dieu. 



Citer ce billet
Machteld Meulleman (2021, 14 décembre). Soutenance Lucie Lebreton. Les Cahiers du CIRLEP. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mu48