Dictionnaire critique de l’anthropocène

Compte rendu du Dictionnaire critique de l’anthropocène, coordonné par Frédéric Alexandre, Fabrice Argounès, Rémi Bénos, David Blanchon, Frédéric Blot, Laine Chanteloup, Emilie Chevalier, Sylvain Guyot, Francis Huguet, Boris Lebeau, Géraud Magrin, Philippe Pelletier, Marie Redon, Fabien Roussel, Alexis Sierra, Didier Soto, Paris, CNRS éditions, mai 2020, 930 Pages.

 

Voici un dictionnaire qui tombe à pic : paru à la sortie du confinement qui a plongé la France entière dans deux mois de retraite forcée à la maison, période vécue plus ou moins positivement mais où tout un.e chacun.e a eu le loisir de réfléchir à la fameuse question malthusienne : le progrès est-il indéfini ou rencontre-t-il des limites dues au principe de population ? Ce principe, pour rappel, affirme que les rythmes de croissance de la population et des subsistances sont très différents, la première augmentant plus rapidement que la seconde. Dès lors, la polémique est lancée : il y aura un avant et un après Malthus. Ce Dictionnaire critique de l’anthropocène fait aussi réfléchir sur le progrès et sur l’avant et l’après : il y a un avant où la Terre était régulée par des rythmes physiques, chimiques, météorologiques et biologiques ; il y a un après où les techniques humaines et les perturbations et pollutions qu’elles entraînent sont tellement présentes qu’elles affectent les rythmes physiques, chimiques, climatiques, météorologiques et biologiques qui régulent la Terre. 

L’Introduction de six pages intitulée – L’anthropocène au défi de la géographie et des sciences sociales – est un modèle de problématisation de la notion d’anthropocène qui repose sur la thèse que l’espèce humaine est un agent géologique majeur, qui a engendré une nouvelle ère et provoqué des changements géologiques majeurs et irréversibles. Créé à l’origine par des spécialistes de sciences physiques et biologiques (Paul Crutzen, chimiste de l’atmosphère, Eugène F. Stoermer, biologiste), le terme d’anthropocène convoque aussi les sciences humaines et sociales : selon les critères retenus, on ne fait pas commencer l’anthropocène à la même période, ce qui implique des différences d’analyse mais ce nouveau concept est à présent acté. Or nommer un nouveau domaine de recherches, c’est le légitimer, c’est inviter la lectrice/ le lecteur à s’y aventurer, à y risquer sa pensée.

Du reste, dès l’introduction, la lectrice, le lecteur est averti.e : il faudra penser par soi-même, le Dictionnaire est critique ; il fournit plus de trois cents entrées, parmi lesquelles des thèmes qui sont au cœur des débats contemporains : biodiversité, changement climatique, développement durable, transition écologique ; d’autres qui se réfèrent à des courants de pensée : biocentrisme, décroissance, écoféminisme, écologie politique, malthusianisme, transhumanisme. Certaines entrées sont très discutées et polémiques : chaos, Gaïa, effondrement de civilisation, catastrophes, zad (zones à défendre), wilderness ; d’autres sont en voie de construction et de reconnaissance : écocide, socio-écosystème. La part est également faite aux textes et groupes fondamentaux qui marquent la prise de conscience de l’entrée dans l’ère de l’anthropocène : Club de Rome, Rapport Meadow, GIEC/ IPCC, UICN et WWF. Bref, on y trouve de quoi faire son miel dès lors qu’on admire le travail des abeilles si bien décrit par le Chancelier Bacon : « Les empiriques, à la manière des fourmis, se contentent d’amasser et de faire usage ; les rationnels, à la manière des araignées, tissent des toiles à partir de leur propre substance ; mais la méthode de l’abeille tient le milieu : elle recueille sa matière des fleurs des jardins et des champs, mais la transforme et la digère par une faculté qui lui est propre »[1]. ABEILLE constitue la première entrée du Dictionnaire critique de l’anthropocène et invite la lectrice /le lecteur à être les butineuses du Dictionnaire : il ne s’agit pas d’être une araignée, pour reprendre le bestiaire de Bacon, on serait bien incapable de tirer les articles de sa propre substance, mais il ne s’agit pas non plus d’être une fourmi, et de se contenter de compiler des connaissances, mais de les agencer et de les ordonner. Du reste, le Dictionnaire qui propose à la fin de grouper les entrées selon huit domaines nous y aide grandement : on y chemine à travers le domaine de Faune emblématique, de Mécanismes bio-géo-physique aussi bien qu’à travers le domaine de Qualifier le vivant. Les entrées sont aussi présentées par ordre alphabétique, table des matières précédée d’une précieuse et riche bibliographie, heureux viatique si l’on veut traverser l’entrée vers des salles plus spacieuses du savoir. Mais ceci est une autre histoire, pour l’instant laissons-nous embarquer sur ce nouvel océan de l’anthropocène avec les cartes et boussoles de ce Dictionnaire critique de l’anthropocène.

Véronique Le Ru (CIRLEP, responsable du projet sur les milieux vivants dans l’axe 1 Développement durable de la MSH).

[1] Bacon, Novum organum, Livre I, § 95, introduction, traduction et notes Michel Malherbe et Jean-Marie Pousseur, Paris, Puf, 1986.

 



Citer ce billet
E. Louviot (2020, 22 septembre). Dictionnaire critique de l’anthropocène. Les Cahiers du CIRLEP. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mu3k