JE Cultures numériques / Cultures populaires aujourd’hui ?

One-Day Symposium : « Digital/Popular Cultures Today ? »

En partenariat avec/in collaboration with : Université Rennes 2, Institute of Art Design and Technology (Dublin), National University of Ireland (Galway).

17 mai 2019

CIRLEP-E.A. 4299, UFR Lettres, Université de Reims Champagne-Ardenne

C’est désormais une évidence : la circulation des cultures populaires se fait largement par le biais des outils et réseaux numériques.

Comme le soulignent Sinatra et Sinclair, « Le numérique provoque un réagencement des dispositifs de production et de diffusion de la connaissance et des contenus en littérature, en communication, en histoire de l’art, et ce, en s’appuyant sur une expertise de haut niveau dans les sciences de l’information et l’informatique. » (Sinclair et Sinatra, « Repenser le numérique au 21e siècle », in Sens Public, 2015). Le rapport aux choses matérielles s’en trouve modifié ; les temps sociaux également.

On interrogera ici les productions immatérielles et virtuelles issues de cette nouvelle donne toujours en mouvement : qu’en est-il de l’accès aux moteurs de recherche, quelle culture populaire circule en ligne, et sous quelles formes (réseaux, discussions, création de ‘memes’ et répétition), et quelle est la part laissée à la création dans ce processus ?

Outre ces enjeux esthétiques ou créatifs, quels sont les enjeux éthiques soulevés par l’accès à ces nouveaux médias ?

Sinclair et Sinatra soulignent également que l’ubiquité du numérique interroge nécessairement « des mécanismes de visibilité, d’accessibilité à l’information et de circulation des contenus […] et notre rapport au savoir qui se retrouve remis en question. » (ibid) Au travers de cette collaboration, nous souhaitons donc proposer une réflexion qui prenne en compte la place du numérique en Irlande et en France, comme objet d’étude théorique, comme outil incontournable de la création, comme outil de sociabilité, mais aussi plus largement, sur la manière dont le numérique peut ouvrir des perspectives à la fois patrimoniales (cf. le projet de carte virtuelle / Mount Street de IADT), et sociales (cf. des projets artistiques en ligne, comme « Leaving Ireland », ou « Aftermath. ie ») et permettre de repenser l’importance du geste, d’une pratique artistique ou d’un contenu « stable ».

Il s’agira ici d’échanger les pratiques : qu’avons-nous à apprendre des méthodologies mises en place par nos collègues irlandais dans le domaine de l’étude et de l’esneignement des cultures numériques et populaires ? Comment pouvons-nous envisager un transfert de leurs compétences pour les mettre en œuvre dans nos propres pratiques, et inversement, pouvons-nous apporter aussi un point de vue scientifique français à ce champ d’études ? Tandis que nous souhaitons apprendre des pratiques d’interdisciplinarité et de l’avancée des Irlandais dans le décloisonnement entre haute et basse culture, entre culture numérique et culture traditionnelle, nous pensons que le formalisme français et son attachement à l’étude des formes et des structures, pourrait contribuer à enrichir ces domaines d’études relativement nouveaux en France.

It is undeniable that  popular cultures today mainly circulate through social media, websites, Facebook, Twitter, Reddit, etc. This has transformed our relationship with material objects, as well as our perception of time. The aim of this symposium is to examine some examples of  these new immaterial and virtual objects in circulation : to survey the kind of popular culture thus created, and under what new forms: memes, repetitions, etc. What are the ethical questions raised by these new forms of production of cultural objects? What new artistic, literary, social, political, patrimonial possibilities have been opened up by the new media?

Central to this symposium is the aim of exchanging ideas and practices with our colleagues from Ireland: what new objects have they chosen to explore in their individual research? What aspects of their research do they apply to their teaching practices? What part do they give to digital practices in their teaching of popular cultures? And in return, what aspects of  French theory (Baudrillard, Guy Debord, Michel Serres, Bruno Latour) may bring to the study of  popular and digital cultures ? What can we French academics learn from the Irish who have been long involved in digital culture, if only because of the presence of some of the biggest digital companies in the world on their soil (Facebook, Twitter Google etc).