Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire Res per Nomen 2016-2017 (S1)

Programme

28/9:   René Daval et Silvia Palma : présentation du séminaire et du programme.

Réflexion collective sur la notion de catégorie abstraite, thème choisi pour le colloque Res per Nomen 6 (26 au 28 mai 2017).

12/10 : Pierre Frath : Les langues de la Bible et du Coran.

16/11 : René Daval : Le nominalisme, sens de la doctrine et évolution de celle-ci.

7/12 : Stéphane Moreno : Ces langues qui  se délient en guise de tribune politique.

Lieu

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Dates

Les mercredis de 16h à 18h.

Liens utiles

La page de Res per Nomen sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire Res per Nomen).

Séminaire Res per Nomen 2015-2016

Programme

16/9:   René Daval et Silvia Palma : présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion. Bilan du colloque Res per Nomen 5 (28 au 30 mai 2015).

30/9 :   Silvia Palma : compte rendu de l’ouvrage La négation. Etudes linguistiques, pragmatiques et didactiques. Goes, J. et M. Pitar (éds), Presses Universitaires d’Artois, 2015.

21/10 : René Daval : Introduction aux principales options philosophiques choisies par Ludwig Wittgenstein.

18/11 : Abbas Echraghi (doctorant) : Zoroastre, éternel retour.

27/1: Vincent Canivé (doctorant) : Heine et la question de la liberté: sans la société ou avec la société.

10/2: Emilia Hilgert : Un révélateur de massivité : l’énigmatique « un peu de ».

24/2: Pierre Frath : Les règles et le langage privé de Wittgenstein et le désespoir de Saul Kripke.

23/3 : Elise Louviot : Le Discours Direct dans la poésie narrative vieil-anglaise: les enjeux de l’oralité.

20/4: Séance des doctorantes : Coralie Pressacco : Le phénomène du narco-langage dans la société mexicaine actuelle et Remedios Ponce : Retour à la terre brûlée.  Réflexions autour des images de l’Estrémadure dans la littérature à partir du roman de Jesús Carrasco, Intempérie (2013).

4/5 : Jean-Pierre Graftieaux : Le malade dont personne ne veut.

Lieu

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (bâtiment 13, Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

Dates

Les mercredis de 16h à 18h.

Liens utiles

La page de Res per Nomen sur le site institutionnel du CIRLEP.

Le Calendrier de toutes les activités du CIRLEP (y compris celles du séminaire Res per Nomen).

Intercompréhension des langues voisines

SEMINAIRE 1 – INTERCOMPRÉHENSION : CONCEPTS, USAGES, EDUCATION, STRATEGIES
Responsable : E. Castagne (eric.castagne@univ-reims.fr)

SEMINAIRE 2 – INTERCOMPRÉHENSION : CORPUS, ANALYSES, PARCOURS, INTERPRETATIONS
Responsable : F. Canon-Roger (francoise.canon@univ-reims.fr)

Un seul horaire (en alternance) : Mardi, 15h00-17h00
Lieu : UFR L & SH – 57 rue Pierre Taittinger 51100 Reims
Bât 13 Recherche, salle R240

Programmes fusionnés 2015 – 2016

10/11/15     E. Castagne
Séance inaugurale des séminaires de l’axe ILV

01/12/15     F. Canon-Roger
Sémantique des textes, sémantique comparée et intercompréhension

15/12/15     P. Ravaux & E. Castagne
Développement des compétences plurilingues : projets de diplômes en formation I et C

19/01/16      A. Fiorentino
Présentation du logiciel NVIVO

02/02/16     S. Behra (ESPE Nancy-Metz CRAPEL)
Quel début de scolarisation à l’école  maternelle pour les enfants dont le français  n’est pas la langue de la maison ?

23/02/16     K. Krimpogianni
Usages métalinguistiques dans l’éducation ICE

01/03/16     F. Canon-Roger
Web sémantique vs lexique contextuel

08/03/16     E. Louviot
« Discourse Markers et Modalpartikeln : réflexion sur la pragmaticalisation dans les langues germaniques anciennes »

15/03/16     F. Constantin (Université d’Oradea)
Usages quotidiens de l’intercompréhension sans le savoir : enquête sur la pratique des retraités

22/03/16     M. Meulleman
CR de H. Adami & V. André (eds.) De l’idéologie monolingue à la doxa plurilingue …

19/04/16     C. Brion
Présentation de  Saussure au futur  de François Rastier, Les Belles Lettres , « A présent », 2015

Séminaire Hybridité 2015-2016

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00

Mercredi 23 septembre 2015 – Vincent Balnat : Le déonomastique de prénom : un cas d’hybridité linguistique ?

Mercredi 7 octobre 2015 – Colette Gauthier : La littérature d’anticipation entre rationalité et imaginaire: le paradoxe de la science-fiction “précoce” (1900-1930 environ).

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Séminaire Images 2015-2016

PROGRAMME

Les séances se dérouleront à 16h ou bien à 17h (précision fournie ultérieurement, ainsi que celle des salles).

Mercredi 23 septembre 2015 – Emmanuel Le Vagueresse : Les photos de la España Mística » (1943) de José Ortiz Echagüe, nationale-kitschissime ?

Mardi 13 octobre 2015 – Thierry Davo : Portraits d’une icône méconnue : Marilyn et la littérature hispanique.

Mardi 20 octobre 2015 – Annick Louis : La construction d’un auteur public : le cas de José Luis Borges.

Mercredi 20 janvier 2016 (16h-18h – salle 17-23) – Françoise Heitz [séance inter-séminaires « Images » et « Cultures populaires »] : La résistance des humbles : une musique entêtante (El violín, Francisco Vargas, 2005).

Mardi 26 janvier 2016 – Rodrigo Nabuco : Violences en images dans le cinéma brésilien contemporain : la mise en scène des forces de l’ordre du documentaire à la fiction.

Mardi 9 février 2016 – Céline Rolland [séance inter-séminaires « Images » et « Cultures populaires »] : Esthétique (du) double : la chasse dans The Deer Hunter (Michael Cimino, 1978), The Missouri Breaks (Arthur Penn, 1975) et La caza (Carlos Saura, 1966).

Mardi 8 mars 2016 – Silvia Palma : La vérité sort de la bouche des enfants… et des chats : Mafalda et Gaturro.

Mardi 19 avril 2016 – Ariela Epstein : A ciel ouvert, une anthropologie des pratiques d’inscriptions murales à Montevideo.

Mardi 26 avril 2016 – Cécile Mauré : Représenter l’invisible à l’image » (exemples empruntés à toutes les époques).

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Séminaire Cultures Populaires 2015-2016

Le thème retenu pour l’année est Perspective internationale des cultures populaires.

Le séminaire est dirigé par Sylvie Mikowski & Yann Philippe (CIRLEP EA4299)

PROGRAMME

Le séminaire ont lieu de 16h00 à 18h00

Mercredi 25 novembre 2015 Yannick Bellenger-Morvan : Fraggle Rock de Jim Henson (HBO, 1983-1987): émissions pour la jeunesse et contre-culture à l’ère Reagan.

Mercredi 16 décembre 2015 – Colette Gauthier : Les débuts de la science-fiction en Allemagne. SÉANCE REPORTÉE

Mercredi 20 janvier 2016 (16h-18h – salle 17-23) – Françoise Heitz [séance inter-séminaires « Images » et « Cultures populaires »] : La résistance des humbles : une musique entêtante (El Violín, Francisco Vargas, 2005).

Mercredi 03 février 2016 – Mathilde Bertrand : Le mouvement community arts en Grande Bretagne dans les années 1970 : expression populaire et résistance culturelle.

Mercredi 02 mars 2016 – Morgane Brucelle titre à préciser

Mercredi 23 mars 2016Danièle André : seconde guerre civile aux USA: prémonition de la culture populaire ?

Mercredi 25 mai 2016 – Alexis Lévrier : (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui.

Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.
Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Séminaire « Le monde des odeurs : perceptions et représentations »

ANNONCE

Affiche_MdeOdeurMême si vue et odorat sont parfois associés, comme dans l’allégorie de Jan Brueghel l’Ancien (1618), la première est toujours valorisée dans les classifications des sens et omniprésente dans 
l’étude des représentations littéraires, alors que le second est souvent laissé à l’arrière-plan, car il n’est pas considéré comme structurant le rapport au monde.

Ainsi, l’objet de ce séminaire est un 
phénomène impalpable et éphémère et pourtant porteur de sens, et que l’on peut d’abord appréhender comme une métaphore. Comme le fait remarquer Holly Dugan dans son histoire du parfum 
dans l’Angleterre de la première modernité, l’odeur a besoin de la métaphore pour être définie. Le vocabulaire des odeurs n’est pas toujours connu du grand public et l’on a tendance à utiliser des 
comparaisons ou des approximations. 
C’est pour cela que le monde des odeurs possède une dimension littéraire intrinsèque, dont la poésie amoureuse est la première à s’être emparée. La poésie pétrarquiste est parsemée de bouquets 
et de parfums à valeur érotique : l’air est parfumé, et les amants se parlent en soupirs et en souffles. La métaphore olfactive est particulièrement pertinente pour cette poésie de l’échec et de 
l’amour ineffable. On retrouve d’ailleurs cette érotisation du parfum et de l’odeur jusque dans la littérature du XIXe siècle, notamment dans le roman. 
Cette poétique de l’odeur peut être rapprochée d’une mode des parfums à l’époque pré-moderne, pommes de senteur, bijoux parfumés, bouquets, qui peuvent s’étudier dans une perspective 
historique, aussi bien à travers les textes que dans une iconographie de l’odeur, qui peut aussi inclure les emblèmes sur l’odorat (chez Ripa, par exemple) et la culture visuelle en général.

Depuis Alain Corbin et son ouvrage fondamental Le Miasme et la jonquille, d’autres historiens ont envisagé une histoire des odeurs, que ce soit dans le contexte des épidémies, notamment de 
peste, dont on pensait qu’elles se transmettaient par l’odeur, ou dans celui d’une histoire religieuse, par exemple dans les récits hagiographiques où domine l’odeur de sainteté. D’ailleurs, cette « 
odeur moralisée » se retrouve dans de nombreuses sources, notamment dans toutes sortes de récits opposant une « bonne odeur » (odeur héroïque d’Alexandre, dont la sueur, selon Plutarque, ne 
sentait pas mauvais, bonne odeur du cadavre de Michel-Ange, sans aucune puanteur selon Vasari…). L’odeur peut d’ailleurs être envisagée comme le signe d’une mutation épistémologique, au 
moment où elle est perçue non plus comme une construction morale et idéologique, mais comme un objet scientifique.

On peut également étudier l’odeur comme un marqueur social ou un indice 
d’exclusion, et se demander quel est le rôle des odeurs dans la psychologie humaine. Le monde des odeurs est ainsi marqué par une forte axiologie, dont il peut être intéressant d’interroger les 
variations. 
On pourra ainsi envisager de recevoir des chercheurs travaillant dans le domaine scientifique des perceptions olfactives et d’avoir leur point de vue, non seulement sur le lexique de l’olfaction, mais 
aussi sur l’olfaction comme phénomène scientifique et comme objet d’étude.

Enfin, nous aimerions également recevoir un « nez » afin d’envisager le parfum comme une science aussi bien qu’un 
phénomène économique et social. 
Ces problématiques ne sauraient bien sûr être limitées à l’époque pré-moderne, et on a tout intérêt à s’y intéresser aussi dans une perspective diachronique.

Ce séminaire est organisé conjointement entre le CRIMEL EA3311 et le CIRLEP EA4299 dans le cadre de la structure fédérative SHS Gaston Bachelard et dirigé par Jean-Louis Haquette et Christine Sukic.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 16h à 18h

Mercredi 14 octobre 2015 (Salle polyvalente) – Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Perceptions et représentations philosophiques des odeurs »

Mercredi 9 décembre 2015 (CHANGEMENT DE SALLE : 17-026) – Antoinette Gimaret (Université de Limoges), « Odeurs et imagination olfactive dans la littérature dévote en France au XVIIe siècle »

Mercredi 9 mars 2016 (R202) – Diane Roussel (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les odeurs de Paris : environnement olfactif et pratiques sociales distinctives au XVIe siècle»

Mercredi 30 mars 2016 (R240) – Cécile Mauré (Université de Reims Champagne-Ardenne), « L’odeur représentée à l’image: traditions iconographiques »

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240 ou Salle polyvalente ou Salle R 202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT

Affiche-Programme du séminaire

Séminaire les langues philosophes 2015-2016

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 15h30 à 17h30

Jeudi 15 octobre 2015

  • Jérôme Laurent (université de Caen) : « Doit-on toujours dire ce que l’on pense ? A partir de Platon, Sénèque et Michel Foucault »
  • Laurent Muller (docteur en philosophie, professeur dans le secondaire) : « La performativité du discours moral dans la philosophie de Jean-Marie Guyau »

Jeudi 12 novembre 2015

  • Laurent Gerbier (université François Rabelais, Tours) : « “Le lingue non possono essere semplici” : l’invention d’une langue politique hybride chez Machiavel »
  • Saverio Ansaldi (URCA) : « Idée et langage à la Renaissance »

Jeudi 3 mars 2015

  • Laurent Esmez (URCA) : « Musique et volonté de puissance »
  • Alexandre Fillon (URCA) : « La question du langage philosophique chez Nietzsche »

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Didactique du plurilinguisme

Le groupe de travail sur la didactique du plurilinguisme s’est fixé pour tâche d’étudier comment les langues peuvent être enseignées/apprises, non une à une dans la situation classique du professeur face à sa classe, mais plusieurs à la fois dans des dispositifs divers et variés. Il pourra s’agir de poursuivre la mise au point de modules de la méthode ICE (après les modules Langues romanes et Langues germaniques développés jusqu’en 2008, l’équipe vise le développement des modules Langues nordiques et Langues slaves) ou de promouvoir l’intégration scolaire et universitaire de l’enseignement plurilingue via des dispositifs comme l’intercompréhension intégrée ou EMILE/CLIL. Les aspects politiques et institutionnels du plurilinguisme seront également traités dans cette problématique, car les décisions politiques en faveur du plurilinguisme prises à divers niveaux (européen, national, régional, local), et les réflexions sur la manière dont l’institution éducative forme les enseignants et conçoit ses dispositifs d’apprentissage sont fondamentales. La question de l’évaluation sera d’une importance cruciale, et sera abordée de diverses manières : Cadre européen commun de référence pour les langues, Portfolio européen des langues, certifications, examens, tests en ligne, C-test, etc. Toutes les recherches seront appliquées, et conduites en relation avec des problématiques et des besoins issus de la mise en place de la Maison des Langues de l’URCA.

Colloque “Res Per Nomen 5”

Affiche_RPN5Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à la question de la référence en langue, abordée du point de vue de la philosophie et de la linguistique. Après un premier bilan de la question, en 2007, la référence a été abordée du point de vue de l’anthropologie, en 2009, du point de vue de la conscience et du sujet énonciateur, en 2011, et sous l’angle, en 2013, de la dénomination, c’est-à-dire de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner , depuis les années 1980, une sémantique référentielle.

Cette cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?

Dans le domaine de la philosophie, et tout au long de son histoire, la négation a joué et joue encore un rôle fondamental. Un balayage historique permet de le vérifier aisément : les premières recherches concernant les concepts négatifs étaient étroitement associées au statut du non-être en métaphysique et en ontologie et dès l’œuvre de Platon est présente l’idée que la négation peut être définie positivement en termes de différence ou d’opposition. Avec Aristote, l’attention portée à la négation s’est déplacée vers le terrain du langage et de la logique. La négation constitue l’un des éléments en jeu dans le carré des oppositions et joue un rôle fondamental dans l’opposition entre les notions de contraire et contradictoire.

Par ailleurs, la question de l’asymétrie entre affirmation et négation a opposé les philosophes de périodes très diverses. Si pour certains (Kant, Hegel, Bergson, Strawson, parmi d’autres) les énoncés (ou jugements)  négatifs sont moins primitifs, moins informatifs, moins valables somme toute que leurs contreparties affirmatives, pour d’autres auteurs (par exemple Frege, Ayer, Geach, Quine, Austin) cette opposition n’a pas lieu d’être. Pour les partisans de l’asymétrie, la négation constitue une affirmation de second ordre, au sens où les énoncés négatifs renvoient à des énoncés affirmatifs, alors que les énoncés  affirmatifs concernent la réalité.

Mais la négation intervient également dans de nombreux autres questionnements philosophiques: pendant l’Antiquité, les philosophes se sont avisés que l’on ne peut parler du principe sinon par négations. Le néo-platonisme a développé cette philosophie de la négation: Plotin, Proclos, Damascius. Au Moyen Age, en occident sous l’influence de Denys l’Aréopagite, la théologie négative va se développer avec Jean Scot Erigène et Maître Eckhart notamment. Et si l’on considère des époques moins éloignées, Wittgenstein a, pour sa part, mis l’accent sur les limites du langage, outil ne permettant pas à l’homme d’exprimer certains contenus ; Hegel a bâti le mouvement dialectique sur le caractère négatif de la raison… Il nous semble légitime de dire que la négation est partout…ou plutôt que rien n’échappe à la négation.

Du côté des linguistes, les nombreux travaux consacrés au domaine de la négation ont tenté de répondre à des interrogations relevant aussi bien de la morphosyntaxe que de la lexicologie, la sémantique ou la pragmatique. Comment construit-on un énoncé négatif ? Comment peut-on déterminer la référence de mots négatifs tels que aucun, jamais, rien ? Sur quel(s) élément(s) de la phrase porte la négation ? Quel est le rôle de la négation dite explétive ? Combien de types de négation existe-t-il ? Comment les identifier ? Est-ce que la polarité négative est un phénomène syntaxique ou sémantique ? Comment opère la règle de montée de la négation (neg-raising) ? De quelle manière se sert-on de la négation comme stratégie discursive ? Est-ce que le point de vue affirmatif auquel s’oppose le locuteur d’un énoncé négatif est systématiquement présent et si oui, à quel niveau ? Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive et son seul objectif est de rappeler un certain nombre de questions-clés.

Même en se limitant aux études contemporaines – nous pensons notamment aux travaux de C. Muller, D. Gaatone, O. Ducrot, J. Moeschler, M. Arrivé, P. Attal, J.-C. Anscombre, B. Callebaut ou R. Martin pour le français, à ceux d’O. Jespersen, T. Givón, C.L. Baker, J. Hoeksema ou L. Horn pour l’anglais ou aux travaux d’I. Bosque, F. Hernández Paricio ou C. Sánchez López sur l’espagnol et à ceux de J.-M. Zemb pour l’allemand− le travail accompli, ainsi que les pistes à explorer témoignent de la richesse du domaine auquel nous consacrerons notre prochain colloque et de l’intérêt que certains aspects de la négation peuvent encore susciter, particulièrement son rapport (possible ? Impossible?) avec la référence.

Si nous avons surtout évoqué jusqu’ici l’importance de la négation en linguistique et en philosophie, nous rappelons également le rôle qu’ont joué en psychologie et en psychanalyse les notions de refus, d’interdit, d’étape du non… Ce volet viendra sans doute enrichir nos réflexions.

Conférenciers invités :
Claude Muller (Professeur Emérite à l’Université Bordeaux Montaigne3)
Jesús Vázquez Molina (Université d’Oviedo, Espagne)
Layla Raïd (Université de Picardie Jules Verne)
Anne-Gabrielle Wersinger (Université de Reims-Champagne Ardenne)

Comité organisateur : René Daval, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Silvia Palma.

INSCRIPTIONS EN LIGNE
Frais d’inscription : 100 euros
Repas de gala du vendredi soir : 50 euros (inscription obligatoire)
Une attestation de frais d’inscription et de frais de repas vous sera délivrée à la fin du colloque.

Membres de l’URCA (gratuit)
Extérieurs | Visitors

INFORMATIONS

Informations
www.res-per-nomen.org

Contacts
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

TÉLÉCHARGEMENT
Programme du colloque
Affiche du colloque

Séminaire Res per Nomen 2014-2015

Semantique
PROGRAMME

04 février 2015 – Jacques François (Université de Caen Basse-Normandie) : Trois dimensions de la sémantique lexicale en perspective : sémasiologie, onomasiologie et diachronie.

11 février 2015 –Mónica Zoppi Fontana (Universidade Estadual de Campinas, São Paulo, Brésil) : NOMMER : une approche discursive.

18 février 2015 – Claude Lorin (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Linguistique pragmatique et psychothérapies.

11 mars 2015 – René Daval (Université de Reims Champagne-Ardenne) : L’analyse selon G. E. Moore : travail linguistique ou philosophique ?

25 mars 2015 – Emilia Hilgert (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Être et la négation des propriétés.

08 avril 2015 – Vincent Canivé : La catégorie de la qualité chez Kant : négation, limitation.

15 avril 2015 – Karine Bréheaux (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La négation du sujet : la réception du sentiment de tristesse chez Descartes et Spinoza.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche (Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – REIMS

DATES
Les mercredis de 16h à 18h

Séminaire « Cultures populaires » 2015

PROGRAMME 2015

21 janvier 2015
Ronan Ludot-Vlasak (Université du Havre) : « Usages et transgressions des modèles antiques dans Star Trek et Battlestar Galactica »

29 janvier 2015 (attention, c’est un jeudi)
Nadège Marsaleix (URCA-CIRLEP) : « Keith Haring (2) »

11 février 2015
Elsa Devienne (Université Paris Ouest Nanterre La Défense-CENA-EHESS) : « La pin-up, le body-builder et le surfeur : l’émergence des « icônes » de la plage sud-californienne »

25 février 2015
Catherine Delesse (Université de Lorraine) : « La bande dessinée entre Europe et États-Unis : aspects culturels »

11 mars 2015
Camille Fort (Université d’Amiens) : « Les avatars de Sherlock Holmes » (titre provisoire)

08 avril 2015
Nicolas Martin (Université Lille III) : « Comprendre l’hostilité entre les races: réflexions sur le préjugé racial dans la culture populaire américaine (v. 1870-v. 1970) »

13 mai 2015 (Séminaire commun « Images » et « Cultures populaires »)
Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise) :
« Beauté noire et marchandisation de la race en France (1970-présent) »
Françoise Heitz (URCA-CIRLEP) :  « Pelo Malo, de Mariana Rondon »

27 mai 2015
Yannick Bellanger-Morvan (URCA-CIRLEP) : « Fraggle rockde Jim Henson »

Informations pratiques

Les séminaires ont lieu le mercredi (sauf exception) de 16h00 à 18h00 à la maison de la recherche (bât. 13) 

Adresse : Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge) – 57 rue Pierre Taittinger – Reims.

Renseignementspatricia.oudinet@univ-reims.fr – +33 (0)3.26.91.36.19

Appel à communications: Res per Nomen N°5

Université de Reims Champagne-Ardenne, 28 au 30 mai 2015

Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à la question de la référence en langue, abordée du point de vue de la philosophie et de la linguistique.  Après un premier bilan de la question, en 2007, la référence a été abordée du point de vue de l’anthropologie, en 2009, du point de vue de la conscience et du sujet énonciateur, en 2011, et sous l’angle, en 2013, de la dénomination, c’est-à-dire de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner , depuis les années 1980, une sémantique référentielle.

Cette cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?

Dans le domaine de la philosophie, et tout au long de son histoire, la négation a joué  et joue encore un rôle fondamental. Un balayage historique permet de le vérifier aisément : les premières recherches concernant les concepts négatifs étaient étroitement associées au statut du non-être en métaphysique et en ontologie et dès l’œuvre de Platon est présente l’idée que la négation peut être définie positivement en termes de différence ou d’opposition. Avec Aristote, l’attention portée à la négation s’est déplacée vers le terrain du langage et de la logique. La négation constitue l’un des éléments en jeu dans le carré des oppositions et joue un rôle fondamental dans l’opposition entre les notions de contraire et contradictoire.

Par ailleurs, la question de l’asymétrie entre affirmation et négation a opposé les philosophes de périodes très diverses. Si pour certains (Kant, Hegel, Bergson, Strawson, parmi d’autres) les énoncés (ou jugements)  négatifs sont moins primitifs, moins informatifs, moins valables somme toute que leurs contreparties affirmatives, pour d’autres auteurs (par exemple Frege, Ayer, Geach, Quine, Austin) cette opposition n’a pas lieu d’être. Pour les partisans de l’asymétrie, la négation constitue une affirmation de second ordre, au sens où les énoncés négatifs renvoient à des énoncés affirmatifs, alors que les énoncés  affirmatifs concernent la réalité.

Mais la négation intervient également dans de nombreux autres questionnements philosophiques: pendant l’Antiquité, les philosophes se sont avisés que l’on ne peut parler du principe sinon par négations. Le néo-platonisme a développé cette philosophie de la négation: Plotin, Proclos, Damascius. Au Moyen Age, en occident sous l’influence de Denys l’Aréopagite, la théologie négative va se développer avec Jean Scot Erigène et Maître Eckhart notamment. Et si l’on considère des époques moins éloignées,  Wittgenstein a, pour sa part, mis l’accent sur les limites du langage, outil ne permettant pas à l’homme d’exprimer certains contenus ; Hegel a bâti le mouvement dialectique sur le caractère négatif de la raison… Il nous semble légitime de dire que la négation est partout…ou plutôt que rien n’échappe à la négation.

Du côté des linguistes, les nombreux travaux consacrés au domaine de la négation ont tenté de répondre à des interrogations relevant aussi bien de la morphosyntaxe que de la lexicologie, la sémantique ou la pragmatique. Comment construit-on un énoncé négatif ? Comment peut-on déterminer la référence de mots négatifs tels que aucun, jamaisrien ? Sur quel(s) élément(s) de la phrase porte la négation ? Quel est le rôle de la négation dite explétive ? Combien de types de négation existe-t-il ? Comment les identifier ? Est-ce que la polarité négative est un phénomène syntaxique ou sémantique ? Comment opère la règle de montée de la négation (neg-raising) ? De quelle manière se sert-on de la négation comme stratégie discursive ? Est-ce que le point de vue affirmatif auquel s’oppose le locuteur d’un énoncé négatif est systématiquement présent et si oui, à quel niveau ? Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive et son seul objectif est de rappeler un certain nombre de questions-clés.

Même en se limitant aux études contemporaines – nous pensons notamment aux travaux de C. Muller, D. Gaatone, O. Ducrot, J. Moeschler, M. Arrivé, P. Attal, J.-C. Anscombre,  B. Callebaut ou R. Martin pour le français, à ceux d’O. Jespersen, T. Givón, C.L. Baker, J. Hoeksema ou L. Horn pour l’anglais ou aux travaux d’I. Bosque, F. Hernández Paricio  ou C. Sánchez López sur l’espagnol et à ceux de J.-M. Zemb pour l’allemand− le travail accompli, ainsi que les pistes à explorer témoignent de la richesse du domaine auquel nous consacrerons notre prochain colloque et de l’intérêt que certains aspects de la négation peuvent encore susciter, particulièrement son rapport (possible ? Impossible?) avec la référence.

Si nous avons surtout évoqué jusqu’ici l’importance de la négation en linguistique et en philosophie, nous rappelons également le rôle qu’ont joué en psychologie et en psychanalyse les notions de refus, d’interdit, d’étape du non… Ce volet viendra sans doute enrichir nos réflexions.

Langues du colloque : français, anglais.

Les études linguistiques devront porter sur le français ou sur une comparaison entre le français et une (d’) autre(s) langue(s), quelle que soit la langue choisie pour communiquer.

Comité organisateur : René Daval, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Silvia Palma.

Les propositions de contribution sont à transmettre à Emilia Hilgert et Silvia Palma: emilia.hilgert@univ-reims.fr ; silvia.palma@univ-reims.fr

Dates à retenir :

  • réception des propositions de communication: le 15 novembre 2014
  • notification d’acceptation ou de refus: le 15 janvier 2015
  • publication du programme: le 15 mars 2015

Tarifs :

  • Frais d’inscription : 100 euros
  • Repas : 15 euros par repas (inscription obligatoire)
  • Repas de gala du vendredi soir : 50 euros (inscription obligatoire)
  • Une attestation de frais d’inscription et de frais de repas vous sera délivrée à la fin du colloque.

Informations pratiques sur :www.res-per-nomen.org

Les langues philosophe

Langues philosophes copieDirigé par Céline Denat et Patrick Wotling, le séminaire « Les langues philosophes » accueille et discute des travaux se proposant d’étudier les logiques spécifiques en fonction desquelles s’organisent et se structurent les modes d’organisation de la réflexion philosophique, ainsi que les crises à l’occasion desquelles émergent ces déplacements.

C’est non seulement, en effet, à la faveur de renouvellements de problématiques, mais tout autant en fonction de révisions, souvent radicales, des schèmes de pensée mêmes gouvernant l’investigation que se constituent, sous forme de systèmes ou non, les types majeurs de positions philosophiques. C’est tout spécialement le cas dans la philosophie allemande du XIXe et du XXe siècles, où se succèdent avec une intensité inégalée, à la suite de la brèche opérée par la perspective transcendantale de Kant, les « révolutions dans la manière de penser ».

Simultanément, le séminaire interroge les rapports réciproques entre langage, langues, et élaboration de ces modes de réflexion repensés. Tout ce qui est pensé peut-il en effet se formuler linguistiquement, particulièrement lorsqu’interviennent des formes de réflexion novatrices ? Mais d’autre part, tout ce qui est formulable peut-il se transmettre indifféremment en toute langue ? Peut-être y aurait-il plus qu’une boutade dans le mot du penseur qui se veut secrétaire de l’absolu —« ces choses-là ne se disent pas en français » ? Les deux questions pourraient bien être liées : quelle langue parlent les philosophes ? Et quel mode de pensée mettent-ils en œuvre ?

Responsables

Patrick Wotling (Patrick.wotling@univ-reims.fr)
Céline Denat (celine.denat@univ-reims.fr)

Membres

Saverio Ansaldi ; Fionn Bennett ; Clément Bertot ; Céline Denat ; Laurent Esmez ; Alexandre Fillon ; Florent Franchette ; Tahir Karakas ; Lucie Lebreton ; Leslie Lecossois ; Véronique Le Ru ; Dominique Mathis ; Laurent Muller ; Emmanuel Salanskis ; Michel Terestchenko ; Anne-Gabrièle Wersinger ; Patrick Wotling

Présentation

| Les langues philosophes

Calendrier des séminaires 2014-15

Jeudi 20 novembre, 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Considérations sur le Discours décisif d’Averroès »

&

Luis Rubira (Université Fédérale de Pelotas, Brésil) : « La réflexion et la langue philosophique de Nietzsche : l’aurore et le crépuscule de la pensée »

Jeudi 12 février, 15h30 :

Clément Bertot (Université de Louvain) : « De l’oubli de la Vie à la mémoire immémoriale : un statut méthodologique de la réminiscence chez Michel Henry ? »

&

Alexandre Fillon (Université de Reims) : « La dynamique de l’expression chez Merleau-Ponty : une approche phénoménologique des rapports entre le langage et la pensée »

Jeudi 26 mars, 15h30 :

Alain Seguy-Duclot (Université François Rabelais, Tours) : « Symbolique des noms propres »

&

Benedetta Zavatta (CNRS, ITEM, Paris) : « Sur l’origine de la théorie conceptuelle de la métaphore dans la sémantique allemande »

 

Calendrier des séminaires 2008-2014

Cliquer ICI pour visualiser le calendrier des séminaires 2008 à 2014

 

______________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Mercredi 27 novembre 2013, 13h30-15h30 (double séance) :

Christophe Bouriau (Université de Nancy II) : « Schopenhauer et les lapsus des philosophes »

Martine Béland (Collège Edouard-Montpetit, Longueil/Centre canadien d’études allemandes et européennes, Université de Montréal) : « Pourquoi lit-on encore ? Réflexions sur l’acte de lecture philosophique »

Mardi 4 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Shize Yu (Université de Strasbourg) : « Le problème de la rationalité dans l’écriture chinoise et son système »

Jean-Baptiste Lucéa  (Université de Strasbourg) : « Heidegger : D’un possible dialogue avec la pensée japonaise »

Mardi 18 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Véronique Le Ru (Université de Reims) : « Voltaire interprète de Newton »

Fionn Bennett  (Université de Reims) : « Langage puis pensée, ou plutôt l’inverse ? Mise à l’épreuve de la théorisation par un cas d’étude concret »

Mardi 18 mars 2014, 15h30-17h30 :

André Jacob (professeur émérite, Université de Nanterre) : « Linguistique et axiogenèse »

Mardi  15 avril 2014 (sous réserve), 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Le langage à l’épreuve de la Philosophie et du Mysticisme – Le legs de la pensée islamique »

Res-per-nomen

ResperNomen_couvLe groupe de travail Res per nomen s’est fixé pour tâche d’explorer les relations entre la langue, les choses et la pensée, avec un accent particulier sur la référence et la dénomination, ainsi que sur la manière dont la langue nous fait voir le réel. Ce thème intéresse à la fois les linguistes et les philosophes. Si on accepte que tout signe est signe de quelque chose, alors il faut donner toute sa place aux objets du monde au sein même de la théorie. Nous vivons dans un monde nommé ; nous pensons intuitivement que tout objet possède un nom et que tout nom réfère à un objet. Le nom possède ainsi une valeur ontologique. Par surcroît, le nom n’apparaît jamais tout seul, il est toujours accompagné d’un ensemble de collocations. C’est ce qui explique l’intérêt de notre groupe pour la phraséologie et la grammaire du texte.

Enseignants-chercheurs du Res-per-nomen

Roselis Batista, René Daval, Pierre Frath, Silvia Palma, Françoise Canon-Roger, Aude Rebotier.

Calendrier des séminaires 2013-14

Cette année, les séances auront lieu le mercredi de 16h à 18h, en salle R240 du bâtiment recherche de l’UFR Lettres et Sciences Humaines (57, rue Pierre Taittinger – Reims).

PROGRAMME DU 1er SEMESTRE

24 septembre 2014 René Daval et Silvia Palma : Présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion.

8 octobre 2014 –  Silvia Palma : Octavio Paz : langue, littérature, philosophie.

5 novembre 2014 – Pierre Frath : Cogito vs ubuntu : présentation du livre de P. Frath et R. Daval

26 novembre 20 Jean-Rémi Lapaire : Le parlant et le vivant

3 décembre – Session conjointe avec le séminaire « Images » : Françoise Heitz  sur Les drôles de poissons-chats de la cinéaste mexicaine Claudia Sainte- Luce et Gilliane Laurent à propos de Stanley Cavell et la comédie du remariage.

________________________________________________________________________

Calendrier des séminaires 2013-14

25/09 – René Daval (URCA/CIRLEP) et Silvia Palma (URCA/CIRLEP) : « Présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion. »

9/10  – Emilia Hilgert (URCA/CIRLEP) : « Typologie des noms abstraits: les noms de relations symétriques. Le cas du nom ‘identité' » »

23/10  Silvia Palma (URCA/CIRLEP): «  La négation en logique et en langue. »

13/11 Gilliane Laurent (URCA/CIRLEP): « Street  Art, Galerie. RERO et les mots barrés. »

27/11 – Pierre Frath (URCA/CIRLEP): « La métaphysique chez Wittgenstein: un problème linguistique? »

11/12  Aude Rebotier  (URCA/CIRLEP): «  Les tendances actuelles de l’accord du participe passé en français : un indice de grammaticalisation ? »