Archives de catégorie : [Axe 3] Cultures populaires

Appel à communications: Victoriana contemporaines

Victoriana contemporaines : littérature victorienne, cultures populaires et cultures matérielles

Journée d’études, vendredi 16 mars 2018, Université de Reims Champagne-Ardenne (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
Co-organisée par Yannick Bellenger-Morvan et Xavier Giudicelli

« For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it. » (Ezra Pound, 1918).

« Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. » (Walter Benjamin)

L’objet de cette journée d’études est d’analyser la persistance de la culture et de la littérature victoriennes dans nos sociétés contemporaines. On s’intéressera, bien sûr, à la réinterprétation de textes victoriens maintenant dits « canoniques » dans des médias associés à la culture populaire, tels que la bande dessinée ou le roman graphique, les fan fictions, les films, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou les musiques populaires. Mais il s’agira également de travailler sur le recyclage ou la réinscription de pratiques culturelles et d’objets victoriens dans notre société : la fortune de la forme sérielle, avatar du roman-feuilleton victorien, mais également le retour du Victorien dans la mode, les cultures alternatives, l’architecture, ou encore la décoration d’intérieur.
Cette manifestation, résolument interdisciplinaire, se place dans le sillage de la réflexion déjà engagée dans le cadre du séminaire « Cultures populaires » (animé par Sylvie Mikowski et Yann Philippe) du Centre interdisciplinaire sur les langues et la pensée (CIRLEP, EA 4299). Elle permettra d’interroger la notion de canon, de se pencher sur des objets d’étude exclus jusqu’à une date récente de l’Université et, ce faisant, d’éclairer la notion de rupture épistémologique et de redéfinir les « pratiques discursives » universitaires.
Au-delà des idées de nostalgie paralysante, de goût pour le « rétro », ou de celle de la dichotomie nostalgie/engagement critique, il s’agira de montrer ce que cette rémanence du victorien nous dit de nous, de notre ethos contemporain et de mettre en évidence la complexité du rapport au victorien à notre époque.
 
Pistes d’étude possibles (liste non exhaustive) :
Roman graphique et bande dessinée (par exemple, les ouvrages d’Alan Moore, From Hell, The League of Extraordinary Gentlemen…)
Séries télévisées, films (par exemple, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Jeux vidéo
Musique populaire, comédies musicales (par exemple Sweeney Todd).
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Mode, vêtements, tatouage, body art
Mobilier, décoration d’intérieur
Arts décoratifs

Langues de travail : français et anglais.

Merci de faire parvenir vos propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique à Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) et Xavier Giudicelli (xgiudicelli@yahoo.fr)

Nouvelle date limite d’envoi des propositions : 20 octobre 2017.


Contemporary Victoriana: Victorian literature and Popular and Material cultures

One-day conference, Friday, March 16th, 2018, University of Reims (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
 
Convenors: Yannick Bellenger-Morvan and Xavier Giudicelli.

« For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it. » (Ezra Pound, 1918).

« It is not that what is past casts its light on what is present, or what is present its light on what is past; rather, image is that wherein what has been comes together in a flash with the now to form a constellation. » (Walter Benjamin).
 
The aim of this one-day conference is to examine the persistence of Victorian culture and literature in our contemporary society. We shall obviously focus on the reinterpretation of Victorian works now deemed « canonical » in popular culture, in such media as comics and graphic novels, fan fictions, films, TV series, video games, and pop music. But our objective is also to work on the recycling of Victorian cultural practices and artefacts in our society: the success of the serial form, a contemporary adaptation—or recreation—of Victorian serialised narratives, also the influence of Victorian culture on today’s fashion industry, on alternative cultures, architecture, and interior decoration.
This one-day conference will encourage interdisciplinary approaches. It is part of the on-going research conducted in the « popular cultures » seminar (hosted by Sylvie Mikowski and Yann Philippe) of the Interdisciplinary Research Centre on Thought and Language (University of Reims). It will enable us to discuss the notion of « canon, » and to work on topics which, until recently, were of little interest in French academia. We hope to shed light on the notion of « epistemological rupture, » as well as to contribute to a redefinition of academic « discursive practices. »
Beyond the idea of a taste for retro, that of a paralysing backward-looking glance—the binary opposition between nostalgia and critical engagement—, our purpose is to show what the persistence of things Victorian tells us about us, about our contemporary society and ethos, and to highlight the complexity of our relationship to the Victorian past.

Possible topics:
Graphic novels and comics (for example, Alan Moore’s From Hell and League of Extraordinary Gentlemen…)
TV series and films (for example, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Video games
Pop music, musical (Sweeney Todd, for example)
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Fashion, tattoos, body art
Furniture, interior decoration
Arts and crafts

Languages: French and English

Submission for papers including an abstract (300 words maximum) and a short biographical notice should be sent to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) and Xavier Giudicelli, (xgiudicelli@yahoo.fr)

Extended deadline : October 20th, 2017.

Appel à communications: Portraits & Autoportraits d’Auteurs, L’écrivain mis en images

Université Paris VIII/Université de Reims Champagne-Ardenne

12 et 13 octobre 2018

Organisateurs: Caroline Marie (Université Paris VIII), Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne)
 
Conférences plénières :
Patrick Chambon, artiste plasticien
Valérie Mangin, scénariste de bande dessinée
 
La figure de l’écrivain est omniprésente aujourd’hui. Cette « manie des portraits », qui s’est développée en même temps que se popularisait l’art de la photographie, fixe et dissémine une image de l’auteur à l’exclusion d’autres représentations et perceptions possibles. Cette image est paradoxalement souvent plus connue que son œuvre même ; du moins est-elle souvent visible avant le texte, au seuil du livre, sur telle affiche publicitaire ou telle photographie en quatrième de couverture. Si bien que la question : « Un auteur serait-il désormais son visage plus que son texte ? » (Jean-François Louette et Roger-Yves Roche, « Portraits de l’écrivain contemporain », Les Cahiers de médiologie, 1/2003 (n° 15), p. 59-66) occupe désormais une place légitime dans la recherche littéraire. Parallèlement, la recherche littéraire s’est récemment tournée vers un phénomène narratif nouveau, le devenir personnage de l’écrivain dans la littérature contemporaine, ou « l’auteur déplacé dans la fiction » (Charline Pluvinet). À la croisée de ces deux phénomènes, la prolifération des mises en images des écrivains et leur mise en fiction, ce colloque s’intéressera à la fictionnalisation des auteurs par les arts visuels : peinture, sculpture, photographie, dessin, caricature, bande dessinée, comics, album illustré — à l’exclusion des arts de l’image en mouvement (théâtre, cinéma, série télévisée) pour lesquels les enjeux théoriques sont différents. Certes, l’art a créé de nombreux écrivains imaginaires, mais nous préférerons observer les transferts et les enjeux de la recréation par les arts visuels d’écrivains réels, en Europe de la première modernité à nos jours.
L’écrivain n’est plus simplement un visage immortalisé dans une pose photographique ; il est devenu l’objet de représentations visuelles dont la multimodalité même fait sens. Aussi pourra-t-on aborder ce transfert du réel à l’imaginaire, voire au légendaire, dans toute sa diversité, d’un point de vue historique, diachronique ou comparatiste, autant qu’analyser l’exemple d’un écrivain particulier ou d’une œuvre spécifique. On pourra se demander comment la mise en images de l’auteur dans le paratexte – affiches, quatrièmes de couverture, frontispices, sites internet – fait récit. On pourra choisir de s’attacher à la mise en livres de l’auteur historique, beau livre, biographie dessinée, album de jeunesse, ou encore exposition dans un musée. L’auteur peut aussi se mettre en images lui-même : qu’advient-il lorsqu’il se met en scène dans une autofiction visuelle ? Les modalités et les enjeux du transfert du réel à l’imaginaire visuel sont-ils comparables lorsque la figure de l’écrivain occupe une place centrale dans l’œuvre et lorsqu’il tient un rôle secondaire aux côté de personnages fictifs, lorsqu’il s’agit d’un biopic ou d’une aventure imaginaire ? Quelle est la portée éditoriale, poétique, esthétique, culturelle ou médiatique de cette mise en images ?
Ce colloque interdisciplinaire invite à considérer la nature protéiforme des portraits et autoportraits d’écrivains selon les perspectives de la poétique et de l’esthétique, mais également de l’histoire des idées, de l’histoire de l’édition, de l’histoire de l’art, de la muséologie, ou encore de la culture et de la communication.
 
Comité scientifique :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
 
Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.
Merci d’envoyer vos propositions (300 mots) avec une brève notice bio-bibliographique à : xgiudicelli@yahoo.fr et caroline.marie@univ-paris8.fr avant le 15 novembre 2017.
 
 
 
Portraits and self-portraits of authors:
picturing writers
Université Paris VIII/Université de Reims Champagne-Ardenne
October 2018
Convenors: Caroline Marie (Université Paris VIII), Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne)
 
Keynote speakers :
Patrick Chambon, artist  
Valérie Mangin, author of the Abymes trilogy
 
 The figure of the writer is increasingly conspicuous nowadays. The “mania for portraits,” which has flourished along with the development of the art of photography, is undeniably a way of both freezing and disseminating a particular image of a writer—thereby excluding other possible representations and perceptions. That image of the writer is paradoxically often better known than his/her own works; at least, a portrait of the writer is often visible before the text itself, on the very threshold of books, on advertising posters or photographs on the back covers, for instance. Thus, the question: “Is an author a face rather than a text?” has become legitimate in literary studies. At the same time, research in literature has recently turned to a new narrative phenomenon, namely the “becoming-character” (as Deleuze and Guattari would have calle it) of the writer in contemporary literature, or “the author displaced into fiction.”
At the intersection between these two phenomena—the proliferation of images of writers and the “becoming characters” of writers—this conference will focus on the fictionalisation of authors in and through the visual arts: painting, sculpture, photography, drawing, caricature, comics, picture story books—excluding moving images (theatre, cinema, TV series), whose theoretical stakes are arguably different. Art has certainly created many imaginary writers, but we propose to focus on the questions raised by the recreation of real writers in the visual arts, in Europe, from the early modern period to the present day.
The writer is no longer merely a face immortalized in a photographic pose, but s/he has become the object of visual representations whose multimodal dimension itself makes sense. The participants may examine this transfer from the real to the imaginary—or even the legendary—in all its diversity, from a historical, diachronic, or comparative point of view; monographic approaches (analysing the example of a particular writer or of a specific work) are also welcome. Participants may wonder how the picturing of an author in the (visual) paratext—posters, book covers, frontispices, websites—is turned into a form of narrative. They may choose to focus on the ways historical authors become book material in art books, graphic biographies, picture story books, or exhibitions in museums. The author can also picture him/herself: what happens when s/he plays his/her own role in a visual autobiofiction? Are the modalities and the stakes of the transfer of the real to the (visual) imaginary comparable when the figure of the writer holds a central place in the work, or when s/he plays a secondary role alongside other fictitious characters, in the case of biopics or imaginary adventures, for instance? What is the editorial, poetic, aesthetic, cultural or media impact of those images of authors?
This interdisciplinary conference seeks to approach the protean nature of portraits and self-portraits of writers from a poetic and aesthetic point of view, but also from the perspectives of the history of ideas, the history of publishing, art history, museum studies, and media studies.
 
Scientific board :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
 
The conference will be held in French and English.
 

Please send proposals (300 words) and short bio-bibliographies to : xgiudicelli@yahoo.fr and caroline.marie@univ-paris8.fr no later than November 15th 2017.

Appel à communications: Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  

JOURNÉE D’ÉTUDES, 13 AVRIL 2018,

UNIVERSITÉ DE REIMS-CHAMPAGNE-ARDENNE (URCA)

Dans le cadre du séminaire « cultures populaires »

Propositions à envoyer avant le 1/12/2017 à sylvie.mikowski@univ-reims.fr et yann.philippe@univ-reims.fr

«  Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  »

Depuis une vingtaine d’années, les sociologues de la culture de part et d’autre de l’Atlantique, et à partir de positions théoriques fort diverses (Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevarec, Coulangeon), ont mis en évidence que la participation à des registres culturels très divers, de quelque façon qu’on désigne le phénomène (éclectisme, omnivorisme, dissonance selon les auteurs) ne constitue pas un phénomène exceptionnel, mais courant, voire banal. On retrouve chez de très nombreux individus, de groupes sociaux divers, la coexistence ou l’alternance de pratiques, de préférences ou de consommations culturelles relevant de formes de cultures dites légitimes ou populaires. L’effondrement de la hiérarchie entre « haute » culture légitime et « basse » culture de masse et plus encore la disparition de l’association étroite entre hiérarchie culturelle et hiérarchie sociale serait même ce qui caractériserait la société contemporaine, voire la condition post-moderne.

Du fait de la dilution de la légitimité classique, la légitimité culturelle a pris des formes très diverses. Dans les élites culturelles et intellectuelles, il est ainsi devenu plus important d’aimer des objets culturels différents ou différenciés que de se limiter à la seule palette des objets légitimes. Au « snobisme intellectuel » (ou au purisme ascétique) s’opposerait désormais « l’omnivorisme », catégorie inventée par le sociologue Richard A. Peterson[1]. De manière plus large, la culture est appréhendée comme un moyen de se conformer ou de se différencier : vis-à-vis des autres groupes sociaux ou générationnels, mais aussi de ses pairs sociaux voire de soi-même en adoptant des pratiques contradictoires ou « dissonantes » pour reprendre la formule de Bernard Lahire[2]. Tous les genres culturels ou presque ayant désormais acquis leurs « lettres de noblesse » (de la bande dessinée à la chanson pop/rock/rap ou à la télévision) peuvent faire l’objet d’un investissement privilégié, ouvrant ainsi la voie à la re-création de hiérarchies internes aux genres et à de nouvelles formes de distinction entre individus.

L’objet de cette journée d’études est d’interroger les possibilités ainsi ouvertes par les acquis de la sociologie culturelle aux autres disciplines, notamment celles (civilisation, littérature, histoire) traditionnellement attachées à des aires culturelles (anglophone notamment) et plus ouvertes au syncrétisme théorique que la sociologie. La problématique du mélange des genres constitue-elle une approche permettant d’appréhender la culture dans son ensemble ? C’est ce que nous nous proposons de déplier pendant cette journée d’études, en s’attachant à la fois au point de vue des consommateurs, des créateurs et des créations culturelles. Les communications pourront ainsi porter sur trois volets distincts :

– l’évolution des pratiques culturelles et des goûts dans le monde anglophone, à la lumière notamment des travaux sociologiques, mais aussi de l’apparition de nouvelles pratiques culturelles, tout particulièrement celles reposant sur les usages du numérique. L’analyse pourra ainsi porter sur le très contemporain, notamment le rôle du numérique dans la diversification et l’évolution des pratiques culturelles. Mais elle pourra aussi donner une profondeur historique aux phénomènes. Y a-t-il ainsi une histoire longue de l’éclectisme ou des dissonances culturelles ou ceux-ci doivent-ils nécessairement être limités aux pratiques ultra-contemporaines ? Les études comparatives visant à mesurer précisément le caractère précurseur de la culture anglophone dans l’érosion des hiérarchies culturelles sont également bienvenues.

– la dissonance appréhendée du côté des créateurs : est-elle un phénomène récent au même titre que celui des pratiques éclectiques ou est-elle un aspect constitutif de la création artistique ? En quoi les créateurs et artistes participent-ils du brouillage entre culture « high » et « low », « légitime » et « illégitime »? On pourra prendre des exemples en littérature, dans les arts visuels, dans la musique et le cinéma. On pensera par exemple à des auteurs écrivant à la fois pour les adultes et pour la jeunesse, ou passant de l’écriture d’œuvres romanesques à celle de scénarios pour le cinéma ou la télévision ; de musiciens pratiquant à la fois musique « savante » et « musique populaire »; à des cinéastes tournant pour la télévision; à des auteurs prenant un pseudonyme pour s’essayer à un genre « illégitime » (policier, érotique, sentimental, etc), soit de façon sérieuse, soit de façon parodique.

– le troisième volet sera davantage réflexif et concernera les pratiques de l’élite intellectuelle, à laquelle sont rattachés chercheurs et universitaires : en quoi les pratiques « omnivores » de cette catégorie influent-elles sur le brouillage des genres et font-elles passer certains objets culturels du statut d’illégitime à celui de légitime ? Dans quelle mesure les chercheurs, théoriciens et critiques littéraires ou artistiques sont-ils devenus « omnivores »? Comment s’opère le processus de légitimation ? Quels en sont les effets sur les objets culturels et sur leur réception ? N’y-a-t-il pas reconstitution d’une hiérarchie entre les pratiques culturelles selon des critères de goûts qui seraient non pas effacés mais seulement déplacés ? Enfin quelle est la part jouée par l’enseignement dans ces mutations ? Le souci de s‘adapter aux pratiques culturelles réelles des étudiants vient-il modifier les disciplines ? N’est-ce pas souvent la pédagogie qui anticipe sur la recherche ?

 

Call for Papers

ONE-DAY SYMPOSIUM, APRIL 13, 2018 (CIRLEP (EA4291)

UNIVERSITY OF REIMS-CHAMPAGNE ARDENNE (URCA)

 

« Dissonance, eclecticism and the blurring of genres in the modern and contemporary culture of the English-speaking world »

 

Over the past twenty years, sociologists of culture, on both sides of the Atlantic and from different theoretical standpoints, have insisted on the fact that individuals’ engagement with culture, far from being confined to a restricted number of elitist, distinctive, “snobbish” practices, actually span a broad range of registers, ranging from “low” to “high” and from “legitimate” to “illegitimate” culture. Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevare, Coulangeon have thus all written about what they call either eclecticism, omnivorousness, or dissonance. A lot of individuals, belonging to various, diverse social groups, have been observed to practice – alternatively or conjointly – forms of culture which are categorized either as legitimate or popular. The collapse of the hierarchy between high, legitimate culture, and low, mass culture, as well as the dissociation of cultural hierarchy and the dominance of a given social class has even been said to be one of the defining features of contemporary society, and indeed of the postmodern condition itself.

Because of the dilution of traditional forms of legitimacy, cultural legitimacy has assumed various forms and guises.  Among cultural and intellectual elites, it has thus become more important to be seen to like different or differentiated cultural objects than to limit oneself to the sole range of ‘legitimate’ objects. ‘Omnivorousness’, a term coined by sociologist Richard A. Peterson, is now opposed to intellectual ‘snobbishness’.[3] More broadly, culture is now understood as a means to conform or to differentiate oneself: from other social and age groups, but also from one’s own social peers and even sometimes from oneself, as Lahire explains when he speaks of ‘dissonant’ practices.[4] All cultural genres (from comic strips to pop/rock/rap music or television programmes) have now acquired a definite cultural legitimacy and can thus be invested with affective or intellectual value, giving rise to the creation of new hierarchies within the boundaries of one genre and to new forms of distinction among individuals.

The aim of this one-day symposium is to open the investigation of these concepts pioneered in the sociology of culture to other fields, notably those (cultural studies, literature, history) which have traditionally been linked to specific cultural areas (the English-speaking world, for instance) and which are more receptive to the combination of various theoretical standpoints than sociology. Does the notion of the blurring of genres help to define a comprehensive theory of culture?

Papers can focus either on the point of view of consumers, producers or cultural products. Proposals are welcome in the three following topic strands:

– The evolution of cultural tastes and practices in the English-speaking world, taking into consideration the new concepts defined by sociologists, as described above, but also the rise of new practices, particularly those based on the use of digital technology and social networks. Analysis may thus bear on ultracontemporary practices, in particular the role of digital technology in the evolution and transformation of cultural practices. But historical approaches are also welcome: do eclecticism and cultural dissonance have a long history or are they necessarily restricted to hyper-contemporary practices? Is there a ‘long history’ of eclecticism and cultural dissonance or is it a purely contemporaneous phenomenon? Comparative approaches aiming at measuring precisely the ground-breaking role of Anglo- American culture in the process of eroding cultural hierarchies are also welcome.

Dissonance as seen from the point of view of the creators: is it a recent phenomenon or on the contrary is it a natural part of any creative act? To what extent do artists and creators participate in the blurring of the frontiers between « high » and « low », « legitimate » and « illegitimate » culture? Examples may be drawn from the fields of literature, the arts, cinema and music. Possible topics may include authors who write both for adults and children, or experiment with « illegitimate » forms such as romance, detective novels, erotic fiction, or write scripts for Hollywood, television, or Broadway; musicians who move from « classical » to « popular » music; film-makers who shoot both for the big screen or for television; visual artists who mix painting, sculpture and comics strips or digital technology.

– The third strand is more self-reflexive and involves the practices of the intellectual elite, to which academics and researchers belong: in what ways do the ‘omnivorous’ habits of that group exert an influence over the blurring of genres and enable the transition of certain cultural objects from the category of the illegitimate to that of the legitimate? How does this process operate? To what extent have researchers, critics and academics become ‘omnivorous’?   What effect does this process have over cultural objects and their reception?  Isn’t it the case that a certain kind of hierarchy is reinstated between the said objects, based on standards of taste that, rather than being erased, might simply be displaced? What part does teaching play in those evolutions? Does the wish to adapt to the students’ cultural practices shift the boundaries of the various fields of study? Are educational methods not often a step ahead of academic research?

[1] R. A. Peterson, R. Kern, « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[2] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

[3] R. A. Peterson, R. Kern, “Changing highbrow taste: From snob to omnivore”, American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[4] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Séminaire cultures populaires 2016-2017

Le séminaire est dirigé par Sylvie Mikowski & Yann Philippe (CIRLEP EA4299)

PROGRAMME

Le séminaire ont lieu de 16h00 à 18h00

Mercredi 9 novembre 2016 – Laury ANDRE (Institut Catholique de Toulouse de Toulouse) : Eïkones contemporaines. Galerie de portraits des tatoués d’antique ou l’antiquité de chair et d’encre, le tatouage : une réception vivante.

Mercredi 23 novembre 2016 – Alexis LÉVRIER (Université Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL) :  (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui.

Mercredi 18 janvier 2017 – Christian E. ROQUES (Université Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP) : Guerres et super-héros (titre à préciser).

Mercredi 1er mars 2017 – Céline ROLLAND (Université Toulouse Jean-Jaurès) : Le genre américain du film de “wilderness survival” à travers The Naked Prey de Cornel Wilde (1965), Man in the Wilderness de Richard C. Sarafian (1971) et The Revenant d’Alejandro Gonzalez-Inarritu de 2016.

Mercredi 29 mars 2017 – Hervé LAGOGUEY (Université Reims Champagne-Ardenne) : J.G. Ballard (titre à préciser).

Mercredi 26 avril 2017 – Yannick BELLENGER-MORVAN (Université Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP) : La culture adolescente dans la série TV Misfits.

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Séminaire Cultures Populaires 2015-2016

Le thème retenu pour l’année est Perspective internationale des cultures populaires.

Le séminaire est dirigé par Sylvie Mikowski & Yann Philippe (CIRLEP EA4299)

PROGRAMME

Le séminaire ont lieu de 16h00 à 18h00

Mercredi 25 novembre 2015 Yannick Bellenger-Morvan : Fraggle Rock de Jim Henson (HBO, 1983-1987): émissions pour la jeunesse et contre-culture à l’ère Reagan.

Mercredi 16 décembre 2015 – Colette Gauthier : Les débuts de la science-fiction en Allemagne. SÉANCE REPORTÉE

Mercredi 20 janvier 2016 (16h-18h – salle 17-23) – Françoise Heitz [séance inter-séminaires « Images » et « Cultures populaires »] : La résistance des humbles : une musique entêtante (El Violín, Francisco Vargas, 2005).

Mercredi 03 février 2016 – Mathilde Bertrand : Le mouvement community arts en Grande Bretagne dans les années 1970 : expression populaire et résistance culturelle.

Mercredi 02 mars 2016 – Morgane Brucelle titre à préciser

Mercredi 23 mars 2016Danièle André : seconde guerre civile aux USA: prémonition de la culture populaire ?

Mercredi 25 mai 2016 – Alexis Lévrier : (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui.

Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.
Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Séminaire « Cultures populaires » 2015

PROGRAMME 2015

21 janvier 2015
Ronan Ludot-Vlasak (Université du Havre) : « Usages et transgressions des modèles antiques dans Star Trek et Battlestar Galactica »

29 janvier 2015 (attention, c’est un jeudi)
Nadège Marsaleix (URCA-CIRLEP) : « Keith Haring (2) »

11 février 2015
Elsa Devienne (Université Paris Ouest Nanterre La Défense-CENA-EHESS) : « La pin-up, le body-builder et le surfeur : l’émergence des « icônes » de la plage sud-californienne »

25 février 2015
Catherine Delesse (Université de Lorraine) : « La bande dessinée entre Europe et États-Unis : aspects culturels »

11 mars 2015
Camille Fort (Université d’Amiens) : « Les avatars de Sherlock Holmes » (titre provisoire)

08 avril 2015
Nicolas Martin (Université Lille III) : « Comprendre l’hostilité entre les races: réflexions sur le préjugé racial dans la culture populaire américaine (v. 1870-v. 1970) »

13 mai 2015 (Séminaire commun « Images » et « Cultures populaires »)
Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise) :
« Beauté noire et marchandisation de la race en France (1970-présent) »
Françoise Heitz (URCA-CIRLEP) :  « Pelo Malo, de Mariana Rondon »

27 mai 2015
Yannick Bellanger-Morvan (URCA-CIRLEP) : « Fraggle rockde Jim Henson »

Informations pratiques

Les séminaires ont lieu le mercredi (sauf exception) de 16h00 à 18h00 à la maison de la recherche (bât. 13) 

Adresse : Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines (Campus Croix-Rouge) – 57 rue Pierre Taittinger – Reims.

Renseignementspatricia.oudinet@univ-reims.fr – +33 (0)3.26.91.36.19

Cultures populaires

Qu’appelle-t-on « culture populaire » aujourd’hui ? La recherche universitaire doit-elle en rester à la conception de la culture définie en 1869 par Matthew Arnold  comme la somme de « tout ce qui a  été pensé et dit de meilleur dans le monde »? Ou doit-elle s’intéresser au contraire à ces objets fluctuants qui, comme l’ont reconnu Walter Benjamin, Antonio Gramsci ou  Raymond Williams sont à la fois des productions culturelles de masse, une représentation de la pensée hégémonique qui s’impose au peuple, mais aussi une expression des aspirations du peuple ? Et que dire de l’influence grandissante des  « cultures  populaires » dans l’univers contemporain ? Films, séries, publicités et affiches, jeux vidéos, chansons et clips, produits dérivés, etc : qu’elles soient associées ou non à des formats nouveaux et au medium de l’internet, les productions culturelles envahissent à l’évidence notre environnement quotidien… et celui des étudiants. Difficile désormais d’évoquer Dracula sans que les étudiants ne pensent à Twilight…. Ou la banlieue américaine sans penser à Mad Men…. Le premier objet du séminaire sera ainsi de prendre au sérieux la prolifération des objets culturels et de l’interroger dans son histoire, dans ses effets et dans son fonctionnement.
L’opposition entre « culture savante » et « culture populaire » ne date en effet pas d’aujourd’hui, pas plus que les passages d’une catégorie à  l’autre (le théâtre de Shakespeare n’était à l’origine pas réservé à l’élite,  le film noir, genre populaire par excellence, est devenu un cinéma pour amateurs éclairés, et les séries télévisées sont en passe de devenir un sujet favori de thèses et de colloques). On pourrait aussi mettre au jour les effets de myopie propre à un univers contemporain semblant constamment hésiter entre « panique morale » (l’inquiétude face à l’envahissement des produits culturels de masse), récupération consumériste de toutes les formes de culture (y compris celles dites transgressives ) et légitimation par l’élite des produits culturels à succès.
Démultipliée par les nouvelles formes de diffusion à distance, la « culture populaire » semble en effet à l’origine de multiples effets de « savoir », de connaissances et méconnaissances qui entrent en relation, parfois en convergence mais souvent en conflit avec le savoir universitaire ou du moins y font partiellement écran.
Une partie non négligeable de la connaissance – ou de la méconnaissance en de nombreuses occurrences – que les étudiants et le public en général ont des sociétés et cultures étrangères vient d’une culture populaire très largement américaine et à caractère souvent mythologique. L’ouverture sur plusieurs mondes culturels du CIRLEP tant du point de vue historique que géographique, en fait un lieu adapté pour interroger les effets différenciés de cette hégémonie culturelle quelquefois désignée comme « l’américanisation » de la culture. Bref, il s’agit d’examiner ces « effets de savoir » opérés à distance à travers l’image fantasmée qu’une société renvoie d’elle-même. Parallèlement, le succès des œuvres de la culture populaire conjugué à la légitimité grandissante que celles-ci reçoivent dans le champ du discours universitaire, vient également bousculer toujours plus la définition, déjà fort contestée, d’un canon académique des œuvres à étudier et du type de savoir à transmettre.
La montée en puissance des analyses culturelles dans les départements universitaires à travers le monde a ouvert depuis désormais bien longtemps les portes du temple académique aux objets de la culture populaire. On pense évidemment au succès des cultural studies, qui, même accompagné de nombreuses controverses et de critiques puissantes, a valu à la nouvelle discipline une audience toujours croissante. On pense également à la proposition d’une nouvelle histoire culturelle (« New Cultural History »)  ou au « tournant culturel » que l’histoire américaine aurait connu dans les années 1980 . En littérature, on peut penser aux approches historicistes, ou culturalistes qui ont succédé au structuralisme des années 1960.
Cet investissement intellectuel dans la culture a eu pour effet de mettre à disposition de l’analyste de la culture populaire une imposante bibliographie théorique, anthologique et synthétique , et une palette conceptuelle riche : que l’on songe aux réflexions déjà opérées sur les notions d’hégémonie, de distinction, d’authenticité, d’idéologie, d’identité, d’altérité, de pouvoir, ou sur les « couples » conceptuels que sont culture savante/ culture populaire/ culture de masse, culture/contre-culture etc.
De façon pragmatique, l’objet, résolument interdisciplinaire, du séminaire sera de faire dialoguer les réflexions théoriques et méthodologiques élaborées dans différentes disciplines depuis une quarantaine d’années afin d’engager de nouvelles recherches. De ce point de vue, que le terme de « culture populaire » n’ait jamais reçu de définition claire et cohérente, qu’il ait été l’objet de vives remises en question, ou même qu’il se voit couramment dénué de sens véritable du fait de ses acceptions contraires , nous apparaît moins un frein à la recherche que le signe que la culture, notamment dans ses acceptions les plus populaires, constitue précisément un terrain privilégié de jeu, de confrontations et d’échanges. Que la « culture populaire » soit aussi difficile à définir que le « peuple » auquel elle est associée et qu’en même temps elle constitue le cadre « évident » et envahissant de nos vies, nous semble constituer une tension et un objet d’investigation décisifs. Comme le dit Nan Enstad, les paradoxes et les réticences qui accompagnent encore le terme de culture populaire confèrent à celui-ci un potentiel créatif et constituent une invitation à examiner des thèmes et des sources longtemps négligés .
Partant du principe général que la culture populaire ne saurait de toute façon être étudiée de façon isolée d’autres formes de culture plus « canoniques » ou du contexte politique, social et économique dans lequel elle s’inscrit, ce séminaire pourra prendre plusieurs orientations. Une piste pourra consister à faire de la culture populaire un lieu d’observation de « la construction de la vie quotidienne », au sens où l’entend par exemple Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien.

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Programme Séminaire « Culture(s) Populaire(s) 2013-2014 : (salles et horaires à préciser)

 

-11 décembre 2013: Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP): « Winnie-the-Pooh »: la littérarité à l’épreuve de la popularité »

-29 janvier 2014 : Peter Marquis (Université de Rouen): « Le Baseball dans la culture populaire américaine: une approche transversale »

-12 février 2014 : Timothy Heron (CIRLEP): « Alternative Ulster: Punk et subversion dans l’Irlande du Nord des années 1970-1980 »

-12 mars 2014 : Madolyn Nichols (doctorante Université de Warwick): « Keeping the Fire on the Hearth: Katherine Tynan, popular culture, and the Irish Short Story »

-16 avril 2014 : Xavier Giudicelli (CIRLEP) : »The Picture of Dorian Gray en BD ou/et dans le roman graphique »

-7 mai 2014 : Nadège Marsaleix (CIRLEP) : »La sémiologie de Keith Haring »

-Juin 2014 : Présentation par les étudiants du M2 Monde anglophone d’une enquête sur les pratiques culturelles des étudiants de l’URCA »