Archives de catégorie : Séminaires

Colloque: Logiques du discours philosophique en Allemagne, 17-18 novembre 2017

Logiques du discours philosophique en Allemagne: de Kant à Nietzsche

Colloque, 17-18 novembre 2017, Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge

17 novembre, Salle 140, Bibliothèque Robert de Sorbon                             18 novembre, Amphithéâtre Recherche, Bâtiment 13

Téléchargez le programme

Ce colloque a pour objectif de rassembler des spécialistes de philosophie allemande, en France et à l’étranger, autour d’un problème peu abordé dans sa spécificité : celui des logiques du discours philosophiques en Allemagne au XIXe siècle. Partant du constat d’une grande richesse de cette période en innovations philosophiques et en renversements, il s’agit d’engager une étude approfondie du problème du discours philosophique, qui se fixerait pour tâche de dégager les tendances et ruptures profondes qui marquent son histoire. Fruit d’une collaboration scientifique entre le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie-Archives Poincaré (UMR 7117) de l’Université de Lorraine, et le Centre de Recherche en Philosophie Allemande et Contemporaine (CREPHAC – EA 2326) de l’Université de Strasbourg, il aura lieu les 17 et 18 novembre 2017 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Présentation

Le problème des « langues philosophes » et du statut du discours philosophique se présente comme un fil conducteur extrêmement structurant de Kant à Nietzsche. En effet, la rupture fondamentale qui intervient avec Kant et la révolution criticiste se manifeste notamment par la prise de conscience de la discursivité de l’activité philosophique ainsi que par une prise de distance vis-à-vis du rapport idéalisant au langage sur lequel reposait le dogmatisme critiqué par Kant. L’interrogation transcendantale sur les conditions de possibilité du discours de la philosophie marque un tournant essentiel en érigeant clairement en problème philosophique la question du statut du discours de la philosophie. Le postkantisme et l’idéalisme allemand en un sens très large héritent ensuite de ce problème, qui se trouve alors formulé dans les termes de celui de la fondation de la philosophie. La conscience de la discursivité et des conditions d’énonciation de la philosophie est indispensable dès lors que l’on considère que la première tâche de la philosophie réside précisément dans son auto-fondation. De façon plus générale, ce questionnement se présente, quoiqu’en des termes et avec des enjeux chaque fois spécifiques, à tous les grands mouvements philosophiques du XIXe siècle allemand : central dans le kantisme et le néokantisme ainsi que dans l’idéalisme, il constitue également un problème majeur pour la critique de l’idéalisme allemand développée par Marx et les jeunes-hégéliens, mais encore pour l’œuvre de philosophes plus singuliers comme Schopenhauer et Nietzsche. Il fournit enfin un prisme nous permettant de lier et de mettre en perspective les grands mouvements influents du dix-neuvième siècle allemand que sont le romantisme, l’herméneutique et la philologie.

Motivée par cette analyse liminaire, l’organisation de ce colloque répond au souhait d’engager une étude approfondie du problème des logiques du discours philosophique en suivant l’hypothèse d’après laquelle ce problème, par son importance historique majeure, nous fournit un angle d’approche de la philosophie allemande susceptible d’enrichir la représentation que nous en avons. Ce problème s’est présenté historiquement sous la forme de trois objets majeurs, qui se déploient dans des dimensions distinctes quoique très souvent articulées, et qui donnent à ce colloque ses trois axes principaux : celui des « langues philosophes » à proprement parler, celui des théories du langage, et enfin celui du statut du discours philosophique.

Axes du colloque

Axe 1 : les « langues philosophes »

Approcher la philosophie comme discours implique en un premier sens de mettre l’accent sur son langage spécifique. Il s’agit d’étudier le corpus textuel qui constitue la tradition philosophique, pour en éclairer la cohérence, tout en s’attachant à décrire les évolutions, bouleversements et singularités linguistiques qui le tissent. Quelle(s) tradition(s) de l’allemand philosophique s’impose(nt) à cette période, et quelles en sont les normes, les références et les influences ? Saisir l’intérêt d’un tel questionnement implique de considérer que la question du « style » des philosophes, et plus généralement celle de leur expression, n’est en rien adventice ou réductible à l’effet contingent de leur activité théorique. L’étude des « langues philosophes », loin d’être un point de vue extérieur et réductionniste, consiste au contraire à examiner comment tout discours philosophique émerge d’une langue, de ses usages, et comment il la transforme en retour par son développement.

Axe 2 : Théories du langage

La question des spécificités linguistiques et stylistiques des discours philosophiques nous conduit également à étudier le rapport entre philosophies et théories du langage. Il s’agit ici de s’interroger sur la façon dont ce rapport peut structurer et fonder, implicitement ou explicitement, les logiques des « langues philosophes ». Quelles sont les théories et les conceptions du langage engagées par ces discours ? Quelles compréhensions des rapports entre le langage et la pensée conditionnent l’expression du philosopher et son rapport complexe au langage ? Dans quelle mesure y a-t-il une cohérence entre la théorie du langage élaborée par un philosophe et l’usage du langage sur lequel repose sa propre pratique philosophique ?

Axe 3 : le statut du discours philosophique

Les questions de la spécificité de « langues philosophes » ainsi que du rapport complexe entre théories du langage et pratiques philosophiques nous conduisent enfin à un troisième problème majeur, dès lors qu’elles engagent chaque fois une compréhension réflexive sur ce que c’est que philosopher. Prendre conscience de la discursivité de la philosophie et de ses conditions d’énonciation, n’est-ce pas un geste théorique nécessaire pour « fonder » celle-ci, ou du  moins pour l’interroger dans son exercice ? Au-delà du geste de fondation, quel statut le discours philosophique se confère-t-il, notamment en relation avec d’autres discours dominants comme ceux des sciences, de la religion ou de la littérature ? Quelle place entend-il occuper dans les champs de la réalité humaine ? Il s’agit notamment de s’interroger sur la façon dont l’attribution au discours philosophique d’un rôle ou d’un statut spécifiques peut fonder ou au contraire requérir une certaine réponse à la question d’une spécificité des « langues philosophes » ainsi qu’à celle du rapport entre théories du langage et pratique philosophiques.

Comité scientifique

Alix Bouffard, doctorante du CREPHAC, Université de Strasbourg ; Christophe Bouriau, Professeur à l’Université de Lorraine ; Alexandre Fillon, doctorant du CIRLEP, Université de Reims Champagne-Ardenne ; Franck Fischbach, Professeur à l’Université de Strasbourg ; Patrick Wotling, Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Téléchargez le programme

 

Appel à communications: Victoriana contemporaines

Victoriana contemporaines : littérature victorienne, cultures populaires et cultures matérielles

Journée d’études, vendredi 16 mars 2018, Université de Reims Champagne-Ardenne (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
Co-organisée par Yannick Bellenger-Morvan et Xavier Giudicelli

« For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it. » (Ezra Pound, 1918).

« Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. » (Walter Benjamin)

L’objet de cette journée d’études est d’analyser la persistance de la culture et de la littérature victoriennes dans nos sociétés contemporaines. On s’intéressera, bien sûr, à la réinterprétation de textes victoriens maintenant dits « canoniques » dans des médias associés à la culture populaire, tels que la bande dessinée ou le roman graphique, les fan fictions, les films, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou les musiques populaires. Mais il s’agira également de travailler sur le recyclage ou la réinscription de pratiques culturelles et d’objets victoriens dans notre société : la fortune de la forme sérielle, avatar du roman-feuilleton victorien, mais également le retour du Victorien dans la mode, les cultures alternatives, l’architecture, ou encore la décoration d’intérieur.
Cette manifestation, résolument interdisciplinaire, se place dans le sillage de la réflexion déjà engagée dans le cadre du séminaire « Cultures populaires » (animé par Sylvie Mikowski et Yann Philippe) du Centre interdisciplinaire sur les langues et la pensée (CIRLEP, EA 4299). Elle permettra d’interroger la notion de canon, de se pencher sur des objets d’étude exclus jusqu’à une date récente de l’Université et, ce faisant, d’éclairer la notion de rupture épistémologique et de redéfinir les « pratiques discursives » universitaires.
Au-delà des idées de nostalgie paralysante, de goût pour le « rétro », ou de celle de la dichotomie nostalgie/engagement critique, il s’agira de montrer ce que cette rémanence du victorien nous dit de nous, de notre ethos contemporain et de mettre en évidence la complexité du rapport au victorien à notre époque.
 
Pistes d’étude possibles (liste non exhaustive) :
Roman graphique et bande dessinée (par exemple, les ouvrages d’Alan Moore, From Hell, The League of Extraordinary Gentlemen…)
Séries télévisées, films (par exemple, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Jeux vidéo
Musique populaire, comédies musicales (par exemple Sweeney Todd).
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Mode, vêtements, tatouage, body art
Mobilier, décoration d’intérieur
Arts décoratifs

Langues de travail : français et anglais.

Merci de faire parvenir vos propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique à Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) et Xavier Giudicelli (xgiudicelli@yahoo.fr)

Nouvelle date limite d’envoi des propositions : 20 octobre 2017.


Contemporary Victoriana: Victorian literature and Popular and Material cultures

One-day conference, Friday, March 16th, 2018, University of Reims (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
 
Convenors: Yannick Bellenger-Morvan and Xavier Giudicelli.

« For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it. » (Ezra Pound, 1918).

« It is not that what is past casts its light on what is present, or what is present its light on what is past; rather, image is that wherein what has been comes together in a flash with the now to form a constellation. » (Walter Benjamin).
 
The aim of this one-day conference is to examine the persistence of Victorian culture and literature in our contemporary society. We shall obviously focus on the reinterpretation of Victorian works now deemed « canonical » in popular culture, in such media as comics and graphic novels, fan fictions, films, TV series, video games, and pop music. But our objective is also to work on the recycling of Victorian cultural practices and artefacts in our society: the success of the serial form, a contemporary adaptation—or recreation—of Victorian serialised narratives, also the influence of Victorian culture on today’s fashion industry, on alternative cultures, architecture, and interior decoration.
This one-day conference will encourage interdisciplinary approaches. It is part of the on-going research conducted in the « popular cultures » seminar (hosted by Sylvie Mikowski and Yann Philippe) of the Interdisciplinary Research Centre on Thought and Language (University of Reims). It will enable us to discuss the notion of « canon, » and to work on topics which, until recently, were of little interest in French academia. We hope to shed light on the notion of « epistemological rupture, » as well as to contribute to a redefinition of academic « discursive practices. »
Beyond the idea of a taste for retro, that of a paralysing backward-looking glance—the binary opposition between nostalgia and critical engagement—, our purpose is to show what the persistence of things Victorian tells us about us, about our contemporary society and ethos, and to highlight the complexity of our relationship to the Victorian past.

Possible topics:
Graphic novels and comics (for example, Alan Moore’s From Hell and League of Extraordinary Gentlemen…)
TV series and films (for example, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Video games
Pop music, musical (Sweeney Todd, for example)
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Fashion, tattoos, body art
Furniture, interior decoration
Arts and crafts

Languages: French and English

Submission for papers including an abstract (300 words maximum) and a short biographical notice should be sent to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) and Xavier Giudicelli, (xgiudicelli@yahoo.fr)

Extended deadline : October 20th, 2017.

Appel à communications: Portraits & Autoportraits d’Auteurs, L’écrivain mis en images

Université Paris VIII/Université de Reims Champagne-Ardenne

12 et 13 octobre 2018

Organisateurs: Caroline Marie (Université Paris VIII), Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne)
 
Conférences plénières :
Patrick Chambon, artiste plasticien
Valérie Mangin, scénariste de bande dessinée
 
La figure de l’écrivain est omniprésente aujourd’hui. Cette « manie des portraits », qui s’est développée en même temps que se popularisait l’art de la photographie, fixe et dissémine une image de l’auteur à l’exclusion d’autres représentations et perceptions possibles. Cette image est paradoxalement souvent plus connue que son œuvre même ; du moins est-elle souvent visible avant le texte, au seuil du livre, sur telle affiche publicitaire ou telle photographie en quatrième de couverture. Si bien que la question : « Un auteur serait-il désormais son visage plus que son texte ? » (Jean-François Louette et Roger-Yves Roche, « Portraits de l’écrivain contemporain », Les Cahiers de médiologie, 1/2003 (n° 15), p. 59-66) occupe désormais une place légitime dans la recherche littéraire. Parallèlement, la recherche littéraire s’est récemment tournée vers un phénomène narratif nouveau, le devenir personnage de l’écrivain dans la littérature contemporaine, ou « l’auteur déplacé dans la fiction » (Charline Pluvinet). À la croisée de ces deux phénomènes, la prolifération des mises en images des écrivains et leur mise en fiction, ce colloque s’intéressera à la fictionnalisation des auteurs par les arts visuels : peinture, sculpture, photographie, dessin, caricature, bande dessinée, comics, album illustré — à l’exclusion des arts de l’image en mouvement (théâtre, cinéma, série télévisée) pour lesquels les enjeux théoriques sont différents. Certes, l’art a créé de nombreux écrivains imaginaires, mais nous préférerons observer les transferts et les enjeux de la recréation par les arts visuels d’écrivains réels, en Europe de la première modernité à nos jours.
L’écrivain n’est plus simplement un visage immortalisé dans une pose photographique ; il est devenu l’objet de représentations visuelles dont la multimodalité même fait sens. Aussi pourra-t-on aborder ce transfert du réel à l’imaginaire, voire au légendaire, dans toute sa diversité, d’un point de vue historique, diachronique ou comparatiste, autant qu’analyser l’exemple d’un écrivain particulier ou d’une œuvre spécifique. On pourra se demander comment la mise en images de l’auteur dans le paratexte – affiches, quatrièmes de couverture, frontispices, sites internet – fait récit. On pourra choisir de s’attacher à la mise en livres de l’auteur historique, beau livre, biographie dessinée, album de jeunesse, ou encore exposition dans un musée. L’auteur peut aussi se mettre en images lui-même : qu’advient-il lorsqu’il se met en scène dans une autofiction visuelle ? Les modalités et les enjeux du transfert du réel à l’imaginaire visuel sont-ils comparables lorsque la figure de l’écrivain occupe une place centrale dans l’œuvre et lorsqu’il tient un rôle secondaire aux côté de personnages fictifs, lorsqu’il s’agit d’un biopic ou d’une aventure imaginaire ? Quelle est la portée éditoriale, poétique, esthétique, culturelle ou médiatique de cette mise en images ?
Ce colloque interdisciplinaire invite à considérer la nature protéiforme des portraits et autoportraits d’écrivains selon les perspectives de la poétique et de l’esthétique, mais également de l’histoire des idées, de l’histoire de l’édition, de l’histoire de l’art, de la muséologie, ou encore de la culture et de la communication.
 
Comité scientifique :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
 
Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.
Merci d’envoyer vos propositions (300 mots) avec une brève notice bio-bibliographique à : xgiudicelli@yahoo.fr et caroline.marie@univ-paris8.fr avant le 15 novembre 2017.
 
 
 
Portraits and self-portraits of authors:
picturing writers
Université Paris VIII/Université de Reims Champagne-Ardenne
October 2018
Convenors: Caroline Marie (Université Paris VIII), Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne)
 
Keynote speakers :
Patrick Chambon, artist  
Valérie Mangin, author of the Abymes trilogy
 
 The figure of the writer is increasingly conspicuous nowadays. The “mania for portraits,” which has flourished along with the development of the art of photography, is undeniably a way of both freezing and disseminating a particular image of a writer—thereby excluding other possible representations and perceptions. That image of the writer is paradoxically often better known than his/her own works; at least, a portrait of the writer is often visible before the text itself, on the very threshold of books, on advertising posters or photographs on the back covers, for instance. Thus, the question: “Is an author a face rather than a text?” has become legitimate in literary studies. At the same time, research in literature has recently turned to a new narrative phenomenon, namely the “becoming-character” (as Deleuze and Guattari would have calle it) of the writer in contemporary literature, or “the author displaced into fiction.”
At the intersection between these two phenomena—the proliferation of images of writers and the “becoming characters” of writers—this conference will focus on the fictionalisation of authors in and through the visual arts: painting, sculpture, photography, drawing, caricature, comics, picture story books—excluding moving images (theatre, cinema, TV series), whose theoretical stakes are arguably different. Art has certainly created many imaginary writers, but we propose to focus on the questions raised by the recreation of real writers in the visual arts, in Europe, from the early modern period to the present day.
The writer is no longer merely a face immortalized in a photographic pose, but s/he has become the object of visual representations whose multimodal dimension itself makes sense. The participants may examine this transfer from the real to the imaginary—or even the legendary—in all its diversity, from a historical, diachronic, or comparative point of view; monographic approaches (analysing the example of a particular writer or of a specific work) are also welcome. Participants may wonder how the picturing of an author in the (visual) paratext—posters, book covers, frontispices, websites—is turned into a form of narrative. They may choose to focus on the ways historical authors become book material in art books, graphic biographies, picture story books, or exhibitions in museums. The author can also picture him/herself: what happens when s/he plays his/her own role in a visual autobiofiction? Are the modalities and the stakes of the transfer of the real to the (visual) imaginary comparable when the figure of the writer holds a central place in the work, or when s/he plays a secondary role alongside other fictitious characters, in the case of biopics or imaginary adventures, for instance? What is the editorial, poetic, aesthetic, cultural or media impact of those images of authors?
This interdisciplinary conference seeks to approach the protean nature of portraits and self-portraits of writers from a poetic and aesthetic point of view, but also from the perspectives of the history of ideas, the history of publishing, art history, museum studies, and media studies.
 
Scientific board :
Catherine Bernard (Université Paris-Diderot)
Marie-Françoise Cachin (Université Paris-Diderot)
Florence Dumora (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Emily Eells (Université Paris-Nanterre)
Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mireille Séguy (Université Paris 8)
Adeline Wrona (Celsa, Université Paris-Sorbonne)
 
The conference will be held in French and English.
 

Please send proposals (300 words) and short bio-bibliographies to : xgiudicelli@yahoo.fr and caroline.marie@univ-paris8.fr no later than November 15th 2017.

Appel à communications: Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  

JOURNÉE D’ÉTUDES, 13 AVRIL 2018,

UNIVERSITÉ DE REIMS-CHAMPAGNE-ARDENNE (URCA)

Dans le cadre du séminaire « cultures populaires »

Propositions à envoyer avant le 1/12/2017 à sylvie.mikowski@univ-reims.fr et yann.philippe@univ-reims.fr

«  Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  »

Depuis une vingtaine d’années, les sociologues de la culture de part et d’autre de l’Atlantique, et à partir de positions théoriques fort diverses (Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevarec, Coulangeon), ont mis en évidence que la participation à des registres culturels très divers, de quelque façon qu’on désigne le phénomène (éclectisme, omnivorisme, dissonance selon les auteurs) ne constitue pas un phénomène exceptionnel, mais courant, voire banal. On retrouve chez de très nombreux individus, de groupes sociaux divers, la coexistence ou l’alternance de pratiques, de préférences ou de consommations culturelles relevant de formes de cultures dites légitimes ou populaires. L’effondrement de la hiérarchie entre « haute » culture légitime et « basse » culture de masse et plus encore la disparition de l’association étroite entre hiérarchie culturelle et hiérarchie sociale serait même ce qui caractériserait la société contemporaine, voire la condition post-moderne.

Du fait de la dilution de la légitimité classique, la légitimité culturelle a pris des formes très diverses. Dans les élites culturelles et intellectuelles, il est ainsi devenu plus important d’aimer des objets culturels différents ou différenciés que de se limiter à la seule palette des objets légitimes. Au « snobisme intellectuel » (ou au purisme ascétique) s’opposerait désormais « l’omnivorisme », catégorie inventée par le sociologue Richard A. Peterson[1]. De manière plus large, la culture est appréhendée comme un moyen de se conformer ou de se différencier : vis-à-vis des autres groupes sociaux ou générationnels, mais aussi de ses pairs sociaux voire de soi-même en adoptant des pratiques contradictoires ou « dissonantes » pour reprendre la formule de Bernard Lahire[2]. Tous les genres culturels ou presque ayant désormais acquis leurs « lettres de noblesse » (de la bande dessinée à la chanson pop/rock/rap ou à la télévision) peuvent faire l’objet d’un investissement privilégié, ouvrant ainsi la voie à la re-création de hiérarchies internes aux genres et à de nouvelles formes de distinction entre individus.

L’objet de cette journée d’études est d’interroger les possibilités ainsi ouvertes par les acquis de la sociologie culturelle aux autres disciplines, notamment celles (civilisation, littérature, histoire) traditionnellement attachées à des aires culturelles (anglophone notamment) et plus ouvertes au syncrétisme théorique que la sociologie. La problématique du mélange des genres constitue-elle une approche permettant d’appréhender la culture dans son ensemble ? C’est ce que nous nous proposons de déplier pendant cette journée d’études, en s’attachant à la fois au point de vue des consommateurs, des créateurs et des créations culturelles. Les communications pourront ainsi porter sur trois volets distincts :

– l’évolution des pratiques culturelles et des goûts dans le monde anglophone, à la lumière notamment des travaux sociologiques, mais aussi de l’apparition de nouvelles pratiques culturelles, tout particulièrement celles reposant sur les usages du numérique. L’analyse pourra ainsi porter sur le très contemporain, notamment le rôle du numérique dans la diversification et l’évolution des pratiques culturelles. Mais elle pourra aussi donner une profondeur historique aux phénomènes. Y a-t-il ainsi une histoire longue de l’éclectisme ou des dissonances culturelles ou ceux-ci doivent-ils nécessairement être limités aux pratiques ultra-contemporaines ? Les études comparatives visant à mesurer précisément le caractère précurseur de la culture anglophone dans l’érosion des hiérarchies culturelles sont également bienvenues.

– la dissonance appréhendée du côté des créateurs : est-elle un phénomène récent au même titre que celui des pratiques éclectiques ou est-elle un aspect constitutif de la création artistique ? En quoi les créateurs et artistes participent-ils du brouillage entre culture « high » et « low », « légitime » et « illégitime »? On pourra prendre des exemples en littérature, dans les arts visuels, dans la musique et le cinéma. On pensera par exemple à des auteurs écrivant à la fois pour les adultes et pour la jeunesse, ou passant de l’écriture d’œuvres romanesques à celle de scénarios pour le cinéma ou la télévision ; de musiciens pratiquant à la fois musique « savante » et « musique populaire »; à des cinéastes tournant pour la télévision; à des auteurs prenant un pseudonyme pour s’essayer à un genre « illégitime » (policier, érotique, sentimental, etc), soit de façon sérieuse, soit de façon parodique.

– le troisième volet sera davantage réflexif et concernera les pratiques de l’élite intellectuelle, à laquelle sont rattachés chercheurs et universitaires : en quoi les pratiques « omnivores » de cette catégorie influent-elles sur le brouillage des genres et font-elles passer certains objets culturels du statut d’illégitime à celui de légitime ? Dans quelle mesure les chercheurs, théoriciens et critiques littéraires ou artistiques sont-ils devenus « omnivores »? Comment s’opère le processus de légitimation ? Quels en sont les effets sur les objets culturels et sur leur réception ? N’y-a-t-il pas reconstitution d’une hiérarchie entre les pratiques culturelles selon des critères de goûts qui seraient non pas effacés mais seulement déplacés ? Enfin quelle est la part jouée par l’enseignement dans ces mutations ? Le souci de s‘adapter aux pratiques culturelles réelles des étudiants vient-il modifier les disciplines ? N’est-ce pas souvent la pédagogie qui anticipe sur la recherche ?

 

Call for Papers

ONE-DAY SYMPOSIUM, APRIL 13, 2018 (CIRLEP (EA4291)

UNIVERSITY OF REIMS-CHAMPAGNE ARDENNE (URCA)

 

« Dissonance, eclecticism and the blurring of genres in the modern and contemporary culture of the English-speaking world »

 

Over the past twenty years, sociologists of culture, on both sides of the Atlantic and from different theoretical standpoints, have insisted on the fact that individuals’ engagement with culture, far from being confined to a restricted number of elitist, distinctive, “snobbish” practices, actually span a broad range of registers, ranging from “low” to “high” and from “legitimate” to “illegitimate” culture. Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevare, Coulangeon have thus all written about what they call either eclecticism, omnivorousness, or dissonance. A lot of individuals, belonging to various, diverse social groups, have been observed to practice – alternatively or conjointly – forms of culture which are categorized either as legitimate or popular. The collapse of the hierarchy between high, legitimate culture, and low, mass culture, as well as the dissociation of cultural hierarchy and the dominance of a given social class has even been said to be one of the defining features of contemporary society, and indeed of the postmodern condition itself.

Because of the dilution of traditional forms of legitimacy, cultural legitimacy has assumed various forms and guises.  Among cultural and intellectual elites, it has thus become more important to be seen to like different or differentiated cultural objects than to limit oneself to the sole range of ‘legitimate’ objects. ‘Omnivorousness’, a term coined by sociologist Richard A. Peterson, is now opposed to intellectual ‘snobbishness’.[3] More broadly, culture is now understood as a means to conform or to differentiate oneself: from other social and age groups, but also from one’s own social peers and even sometimes from oneself, as Lahire explains when he speaks of ‘dissonant’ practices.[4] All cultural genres (from comic strips to pop/rock/rap music or television programmes) have now acquired a definite cultural legitimacy and can thus be invested with affective or intellectual value, giving rise to the creation of new hierarchies within the boundaries of one genre and to new forms of distinction among individuals.

The aim of this one-day symposium is to open the investigation of these concepts pioneered in the sociology of culture to other fields, notably those (cultural studies, literature, history) which have traditionally been linked to specific cultural areas (the English-speaking world, for instance) and which are more receptive to the combination of various theoretical standpoints than sociology. Does the notion of the blurring of genres help to define a comprehensive theory of culture?

Papers can focus either on the point of view of consumers, producers or cultural products. Proposals are welcome in the three following topic strands:

– The evolution of cultural tastes and practices in the English-speaking world, taking into consideration the new concepts defined by sociologists, as described above, but also the rise of new practices, particularly those based on the use of digital technology and social networks. Analysis may thus bear on ultracontemporary practices, in particular the role of digital technology in the evolution and transformation of cultural practices. But historical approaches are also welcome: do eclecticism and cultural dissonance have a long history or are they necessarily restricted to hyper-contemporary practices? Is there a ‘long history’ of eclecticism and cultural dissonance or is it a purely contemporaneous phenomenon? Comparative approaches aiming at measuring precisely the ground-breaking role of Anglo- American culture in the process of eroding cultural hierarchies are also welcome.

Dissonance as seen from the point of view of the creators: is it a recent phenomenon or on the contrary is it a natural part of any creative act? To what extent do artists and creators participate in the blurring of the frontiers between « high » and « low », « legitimate » and « illegitimate » culture? Examples may be drawn from the fields of literature, the arts, cinema and music. Possible topics may include authors who write both for adults and children, or experiment with « illegitimate » forms such as romance, detective novels, erotic fiction, or write scripts for Hollywood, television, or Broadway; musicians who move from « classical » to « popular » music; film-makers who shoot both for the big screen or for television; visual artists who mix painting, sculpture and comics strips or digital technology.

– The third strand is more self-reflexive and involves the practices of the intellectual elite, to which academics and researchers belong: in what ways do the ‘omnivorous’ habits of that group exert an influence over the blurring of genres and enable the transition of certain cultural objects from the category of the illegitimate to that of the legitimate? How does this process operate? To what extent have researchers, critics and academics become ‘omnivorous’?   What effect does this process have over cultural objects and their reception?  Isn’t it the case that a certain kind of hierarchy is reinstated between the said objects, based on standards of taste that, rather than being erased, might simply be displaced? What part does teaching play in those evolutions? Does the wish to adapt to the students’ cultural practices shift the boundaries of the various fields of study? Are educational methods not often a step ahead of academic research?

[1] R. A. Peterson, R. Kern, « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[2] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

[3] R. A. Peterson, R. Kern, “Changing highbrow taste: From snob to omnivore”, American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[4] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Séminaire Images 2017-2018

PROGRAMME

8 novembre : Emmanuel Le Vagueresse (professeur des universités URCA), « ‘108. Cuchillo de palo’ (2010) de Renate Costa : violence de la Nation, Violence contre le genre »

14 décembre : Nadia Vargaftig (MCF URCA), « Foires d’histoire? : la place du passé dans les expositions portugaises de 1940 et 1998 »

10 janvier : Fanny Robles (MCF Aix-Marseille Université), « Des images fixes aux images vivantes: imagologie des spectacles ethnographiques »

24 janvier : Fernando Curopos (MCF Université Paris-Sorbonne), « Portugal, 1880-1930 : Ecce homo(sexuel) »

21 février : Brice Castanon (MCF Université Paris 13), « Engagements. Sur les photographies de Jean-Marie del Moral ».

14 mars : Mélanie Tulhoat (doctorante IHEAL), « L’humour graphique publié dans la presse indépendante sous le régime militaire brésilien (1964-1985) : une histoire à partir des images »

16 mai :  Camille Rouquet (Docteur en études anglophones), « Le photojournalisme pendant la guerre du Viêt-Nam » (titre à confirmer)

 

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Informations complémentaires sur le séminaire

Consulter notre page sur le site du CIRLEP.