Archives de catégorie : Journées d’études

Appel à communications: Victoriana contemporaines

Victoriana contemporaines : littérature victorienne, cultures populaires et cultures matérielles

Journée d’études, vendredi 16 mars 2018, Université de Reims Champagne-Ardenne (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
Co-organisée par Yannick Bellenger-Morvan et Xavier Giudicelli

« For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it. » (Ezra Pound, 1918).

« Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. » (Walter Benjamin)


L’objet de cette journée d’études est d’analyser la persistance de la culture et de la littérature victoriennes dans nos sociétés contemporaines. On s’intéressera, bien sûr, à la réinterprétation de textes victoriens maintenant dits « canoniques » dans des médias associés à la culture populaire, tels que la bande dessinée ou le roman graphique, les fan fictions, les films, les séries télévisées, les jeux vidéos, ou les musiques populaires. Mais il s’agira également de travailler sur le recyclage ou la réinscription de pratiques culturelles et d’objets victoriens dans notre société : la fortune de la forme sérielle, avatar du roman-feuilleton victorien, mais également le retour du Victorien dans la mode, les cultures alternatives, l’architecture, ou encore la décoration d’intérieur.
Cette manifestation, résolument interdisciplinaire, se place dans le sillage de la réflexion déjà engagée dans le cadre du séminaire « Cultures populaires » (animé par Sylvie Mikowski et Yann Philippe) du Centre interdisciplinaire sur les langues et la pensée (CIRLEP, EA 4299). Elle permettra d’interroger la notion de canon, de se pencher sur des objets d’étude exclus jusqu’à une date récente de l’Université et, ce faisant, d’éclairer la notion de rupture épistémologique et de redéfinir les « pratiques discursives » universitaires.
Au-delà des idées de nostalgie paralysante, de goût pour le « rétro », ou de celle de la dichotomie nostalgie/engagement critique, il s’agira de montrer ce que cette rémanence du victorien nous dit de nous, de notre ethos contemporain et de mettre en évidence la complexité du rapport au victorien à notre époque.
 
Pistes d’étude possibles (liste non exhaustive) :
Roman graphique et bande dessinée (par exemple, les ouvrages d’Alan Moore, From Hell, The League of Extraordinary Gentlemen…)
Séries télévisées, films (par exemple, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Jeux vidéo
Musique populaire, comédies musicales (par exemple Sweeney Todd).
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Mode, vêtements, tatouage, body art
Mobilier, décoration d’intérieur
Arts décoratifs

Langues de travail : français et anglais.

Merci de faire parvenir vos propositions de communication (300 mots maximum) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique à Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) et Xavier Giudicelli (xgiudicelli@yahoo.fr)

Nouvelle date limite d’envoi des propositions : 20 octobre 2017.


Contemporary Victoriana: Victorian literature and Popular and Material cultures

One-day conference, Friday, March 16th, 2018, University of Reims (Centre universitaire de Troyes), CIRLEP (EA4299)
 
Convenors: Yannick Bellenger-Morvan and Xavier Giudicelli.

« For most of us, the odour of defunct Victoriana is so unpleasant […] that we are content to leave the past where we find it. » (Ezra Pound, 1918).

« It is not that what is past casts its light on what is present, or what is present its light on what is past; rather, image is that wherein what has been comes together in a flash with the now to form a constellation. » (Walter Benjamin).
 
The aim of this one-day conference is to examine the persistence of Victorian culture and literature in our contemporary society. We shall obviously focus on the reinterpretation of Victorian works now deemed « canonical » in popular culture, in such media as comics and graphic novels, fan fictions, films, TV series, video games, and pop music. But our objective is also to work on the recycling of Victorian cultural practices and artefacts in our society: the success of the serial form, a contemporary adaptation—or recreation—of Victorian serialised narratives, also the influence of Victorian culture on today’s fashion industry, on alternative cultures, architecture, and interior decoration.
This one-day conference will encourage interdisciplinary approaches. It is part of the on-going research conducted in the « popular cultures » seminar (hosted by Sylvie Mikowski and Yann Philippe) of the Interdisciplinary Research Centre on Thought and Language (University of Reims). It will enable us to discuss the notion of « canon, » and to work on topics which, until recently, were of little interest in French academia. We hope to shed light on the notion of « epistemological rupture, » as well as to contribute to a redefinition of academic « discursive practices. »
Beyond the idea of a taste for retro, that of a paralysing backward-looking glance—the binary opposition between nostalgia and critical engagement—, our purpose is to show what the persistence of things Victorian tells us about us, about our contemporary society and ethos, and to highlight the complexity of our relationship to the Victorian past.

Possible topics:
Graphic novels and comics (for example, Alan Moore’s From Hell and League of Extraordinary Gentlemen…)
TV series and films (for example, Penny Dreadful, Ripper Street…)
Video games
Pop music, musical (Sweeney Todd, for example)
Fan fiction
Steampunk fantasy
Goths, alternative cultures
Fashion, tattoos, body art
Furniture, interior decoration
Arts and crafts

Languages: French and English

Submission for papers including an abstract (300 words maximum) and a short biographical notice should be sent to both Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims. fr) and Xavier Giudicelli, (xgiudicelli@yahoo.fr)

Extended deadline : October 20th, 2017.

Appel à communications: Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  

JOURNÉE D’ÉTUDES, 13 AVRIL 2018,

UNIVERSITÉ DE REIMS-CHAMPAGNE-ARDENNE (URCA)

Dans le cadre du séminaire « cultures populaires »

Propositions à envoyer avant le 1/12/2017 à sylvie.mikowski@univ-reims.fr et yann.philippe@univ-reims.fr

«  Dissonance, éclectisme et mélange des genres dans la culture anglophone moderne et contemporaine  »

Depuis une vingtaine d’années, les sociologues de la culture de part et d’autre de l’Atlantique, et à partir de positions théoriques fort diverses (Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevarec, Coulangeon), ont mis en évidence que la participation à des registres culturels très divers, de quelque façon qu’on désigne le phénomène (éclectisme, omnivorisme, dissonance selon les auteurs) ne constitue pas un phénomène exceptionnel, mais courant, voire banal. On retrouve chez de très nombreux individus, de groupes sociaux divers, la coexistence ou l’alternance de pratiques, de préférences ou de consommations culturelles relevant de formes de cultures dites légitimes ou populaires. L’effondrement de la hiérarchie entre « haute » culture légitime et « basse » culture de masse et plus encore la disparition de l’association étroite entre hiérarchie culturelle et hiérarchie sociale serait même ce qui caractériserait la société contemporaine, voire la condition post-moderne.

Du fait de la dilution de la légitimité classique, la légitimité culturelle a pris des formes très diverses. Dans les élites culturelles et intellectuelles, il est ainsi devenu plus important d’aimer des objets culturels différents ou différenciés que de se limiter à la seule palette des objets légitimes. Au « snobisme intellectuel » (ou au purisme ascétique) s’opposerait désormais « l’omnivorisme », catégorie inventée par le sociologue Richard A. Peterson[1]. De manière plus large, la culture est appréhendée comme un moyen de se conformer ou de se différencier : vis-à-vis des autres groupes sociaux ou générationnels, mais aussi de ses pairs sociaux voire de soi-même en adoptant des pratiques contradictoires ou « dissonantes » pour reprendre la formule de Bernard Lahire[2]. Tous les genres culturels ou presque ayant désormais acquis leurs « lettres de noblesse » (de la bande dessinée à la chanson pop/rock/rap ou à la télévision) peuvent faire l’objet d’un investissement privilégié, ouvrant ainsi la voie à la re-création de hiérarchies internes aux genres et à de nouvelles formes de distinction entre individus.

L’objet de cette journée d’études est d’interroger les possibilités ainsi ouvertes par les acquis de la sociologie culturelle aux autres disciplines, notamment celles (civilisation, littérature, histoire) traditionnellement attachées à des aires culturelles (anglophone notamment) et plus ouvertes au syncrétisme théorique que la sociologie. La problématique du mélange des genres constitue-elle une approche permettant d’appréhender la culture dans son ensemble ? C’est ce que nous nous proposons de déplier pendant cette journée d’études, en s’attachant à la fois au point de vue des consommateurs, des créateurs et des créations culturelles. Les communications pourront ainsi porter sur trois volets distincts :

– l’évolution des pratiques culturelles et des goûts dans le monde anglophone, à la lumière notamment des travaux sociologiques, mais aussi de l’apparition de nouvelles pratiques culturelles, tout particulièrement celles reposant sur les usages du numérique. L’analyse pourra ainsi porter sur le très contemporain, notamment le rôle du numérique dans la diversification et l’évolution des pratiques culturelles. Mais elle pourra aussi donner une profondeur historique aux phénomènes. Y a-t-il ainsi une histoire longue de l’éclectisme ou des dissonances culturelles ou ceux-ci doivent-ils nécessairement être limités aux pratiques ultra-contemporaines ? Les études comparatives visant à mesurer précisément le caractère précurseur de la culture anglophone dans l’érosion des hiérarchies culturelles sont également bienvenues.

– la dissonance appréhendée du côté des créateurs : est-elle un phénomène récent au même titre que celui des pratiques éclectiques ou est-elle un aspect constitutif de la création artistique ? En quoi les créateurs et artistes participent-ils du brouillage entre culture « high » et « low », « légitime » et « illégitime »? On pourra prendre des exemples en littérature, dans les arts visuels, dans la musique et le cinéma. On pensera par exemple à des auteurs écrivant à la fois pour les adultes et pour la jeunesse, ou passant de l’écriture d’œuvres romanesques à celle de scénarios pour le cinéma ou la télévision ; de musiciens pratiquant à la fois musique « savante » et « musique populaire »; à des cinéastes tournant pour la télévision; à des auteurs prenant un pseudonyme pour s’essayer à un genre « illégitime » (policier, érotique, sentimental, etc), soit de façon sérieuse, soit de façon parodique.

– le troisième volet sera davantage réflexif et concernera les pratiques de l’élite intellectuelle, à laquelle sont rattachés chercheurs et universitaires : en quoi les pratiques « omnivores » de cette catégorie influent-elles sur le brouillage des genres et font-elles passer certains objets culturels du statut d’illégitime à celui de légitime ? Dans quelle mesure les chercheurs, théoriciens et critiques littéraires ou artistiques sont-ils devenus « omnivores »? Comment s’opère le processus de légitimation ? Quels en sont les effets sur les objets culturels et sur leur réception ? N’y-a-t-il pas reconstitution d’une hiérarchie entre les pratiques culturelles selon des critères de goûts qui seraient non pas effacés mais seulement déplacés ? Enfin quelle est la part jouée par l’enseignement dans ces mutations ? Le souci de s‘adapter aux pratiques culturelles réelles des étudiants vient-il modifier les disciplines ? N’est-ce pas souvent la pédagogie qui anticipe sur la recherche ?

 

Call for Papers

ONE-DAY SYMPOSIUM, APRIL 13, 2018 (CIRLEP (EA4291)

UNIVERSITY OF REIMS-CHAMPAGNE ARDENNE (URCA)

 

« Dissonance, eclecticism and the blurring of genres in the modern and contemporary culture of the English-speaking world »

 

Over the past twenty years, sociologists of culture, on both sides of the Atlantic and from different theoretical standpoints, have insisted on the fact that individuals’ engagement with culture, far from being confined to a restricted number of elitist, distinctive, “snobbish” practices, actually span a broad range of registers, ranging from “low” to “high” and from “legitimate” to “illegitimate” culture. Peterson, Di Maggio, Holt, Lahire, Glevare, Coulangeon have thus all written about what they call either eclecticism, omnivorousness, or dissonance. A lot of individuals, belonging to various, diverse social groups, have been observed to practice – alternatively or conjointly – forms of culture which are categorized either as legitimate or popular. The collapse of the hierarchy between high, legitimate culture, and low, mass culture, as well as the dissociation of cultural hierarchy and the dominance of a given social class has even been said to be one of the defining features of contemporary society, and indeed of the postmodern condition itself.

Because of the dilution of traditional forms of legitimacy, cultural legitimacy has assumed various forms and guises.  Among cultural and intellectual elites, it has thus become more important to be seen to like different or differentiated cultural objects than to limit oneself to the sole range of ‘legitimate’ objects. ‘Omnivorousness’, a term coined by sociologist Richard A. Peterson, is now opposed to intellectual ‘snobbishness’.[3] More broadly, culture is now understood as a means to conform or to differentiate oneself: from other social and age groups, but also from one’s own social peers and even sometimes from oneself, as Lahire explains when he speaks of ‘dissonant’ practices.[4] All cultural genres (from comic strips to pop/rock/rap music or television programmes) have now acquired a definite cultural legitimacy and can thus be invested with affective or intellectual value, giving rise to the creation of new hierarchies within the boundaries of one genre and to new forms of distinction among individuals.

The aim of this one-day symposium is to open the investigation of these concepts pioneered in the sociology of culture to other fields, notably those (cultural studies, literature, history) which have traditionally been linked to specific cultural areas (the English-speaking world, for instance) and which are more receptive to the combination of various theoretical standpoints than sociology. Does the notion of the blurring of genres help to define a comprehensive theory of culture?

Papers can focus either on the point of view of consumers, producers or cultural products. Proposals are welcome in the three following topic strands:

– The evolution of cultural tastes and practices in the English-speaking world, taking into consideration the new concepts defined by sociologists, as described above, but also the rise of new practices, particularly those based on the use of digital technology and social networks. Analysis may thus bear on ultracontemporary practices, in particular the role of digital technology in the evolution and transformation of cultural practices. But historical approaches are also welcome: do eclecticism and cultural dissonance have a long history or are they necessarily restricted to hyper-contemporary practices? Is there a ‘long history’ of eclecticism and cultural dissonance or is it a purely contemporaneous phenomenon? Comparative approaches aiming at measuring precisely the ground-breaking role of Anglo- American culture in the process of eroding cultural hierarchies are also welcome.

Dissonance as seen from the point of view of the creators: is it a recent phenomenon or on the contrary is it a natural part of any creative act? To what extent do artists and creators participate in the blurring of the frontiers between « high » and « low », « legitimate » and « illegitimate » culture? Examples may be drawn from the fields of literature, the arts, cinema and music. Possible topics may include authors who write both for adults and children, or experiment with « illegitimate » forms such as romance, detective novels, erotic fiction, or write scripts for Hollywood, television, or Broadway; musicians who move from « classical » to « popular » music; film-makers who shoot both for the big screen or for television; visual artists who mix painting, sculpture and comics strips or digital technology.

– The third strand is more self-reflexive and involves the practices of the intellectual elite, to which academics and researchers belong: in what ways do the ‘omnivorous’ habits of that group exert an influence over the blurring of genres and enable the transition of certain cultural objects from the category of the illegitimate to that of the legitimate? How does this process operate? To what extent have researchers, critics and academics become ‘omnivorous’?   What effect does this process have over cultural objects and their reception?  Isn’t it the case that a certain kind of hierarchy is reinstated between the said objects, based on standards of taste that, rather than being erased, might simply be displaced? What part does teaching play in those evolutions? Does the wish to adapt to the students’ cultural practices shift the boundaries of the various fields of study? Are educational methods not often a step ahead of academic research?

[1] R. A. Peterson, R. Kern, « Changing highbrow taste: From snob to omnivore », American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[2] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

[3] R. A. Peterson, R. Kern, “Changing highbrow taste: From snob to omnivore”, American Sociological Review, 1996, 61, n° 5, p. 900-907.

[4] Lahire B., La culture des individus. Dissonances culturelles et distinctions de soi, Paris, La Découverte, 2004.

Stratégies d’écriture en Histoire des idées. L’histoire du républicanisme – 9 et 10 juin 2017

Affiche Stratégies d'écriture en Histoire des idées

Journée d’étude internationale organisée par Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) et Christian E. Roques (Université de Reims)

Programme:

 

Vendredi 9 juin 2017 14h-17h30
Centre universitaire Malesherbes – Salle 322

 

  1. Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne)
    Republikanische Ideengeschichte.
  2. Daniel Schulz (Universität München)
    Ideengeschichtliches Archiv oder politiktheoretisches Arsenal? Die Rekonstruktion des Republikanismus in der Cambridge School.
  3. Christopher Hamel (Université de Rouen)
    Le républicanisme entre histoire des idées politiques et philosophie normative. Deux visées compatibles?

Samedi 10 juin 2017 9h30-12h
Centre universitaire Malesherbes – Salle 322

 

  1. Marcus Llanque (Universität Augsburg)
    Vernunftrepublikaner und Herzensrepublikaner: Republikanismus in der Weimarer Republik
  2. Alexandre Escudier (Sciences Po)
    D’une histoire des idées politiques idéologique : Philippe Nemo aux PUF sur les temps modernes et contemporains.

 

 

 

Journée des Doctorants du CIRLEP, 4 avril 2017

La 5e journée des doctorants du CIRLEP, co-organisée par Tim Heron et Marine Galiné, se tiendra le 4 avril 2017 à la Maison de la Recherche (campus Croix Rouge).

Programme

8h30 – accueil des participants

9h00 – mot d’accueil

9h15 – Panel 1 : Corps et Stéréotypes 

Alice Morin (Paris) : « Entre mannequins et modèles : Espaces et moments de tension sur papier glacé, 1960-1980»

Tim Heron (Reims) : « Le corps punk en Irlande du Nord (1976-1981)»

Sara Legrandjacques (Paris 1) : « Le corps étudiant à l’épreuve de l’Empire – Impacts corporels des mobilités étudiants indiennes et indochinoises »

Remedios Ponce (Reims) : « Corps malades et affamés : l’influence de Terre sans pain (Luis Buñuel, 1933) sur l’image de l’Estrémadure et ses re-significations identitaires postérieures »

10h45 – pause café 

11h00 – Panel 2 : Le Corps Féminin 

Laura Benoît (Toulouse) : « L’intime à l’écran : images du corps féminin dans les séries télévisées britanniques et américaines »

Fleur Vidament (Maine) : « Corps, féminité et identité dans les romans d’Anita Brookner »

Marine Galiné (Reims) : « Le corps hystérique : déconstructions et confinement du corps féminin dans le gothique irlandais »

12h30 – pause déjeuner 

14h00 – Panel 3 : Le Corps qui Lutte 

Thomas Foehrlé (Reims) « L’investissement sur le corps ou l’absence des autres : le paradoxe d’une nouvelle corporéité »

Géraldine Letz (Lorraine) « L’usage de la prothèse dans le sport de haut niveau : ambigüité corporelle et fracture catégorielle »

Lauren Ndoutoume (Caen) « ‘No Pain, no gain’ : la psychodynamique de la douleur chez le sportif »

15h30 – pause café 

16h00 – Panel 4 : Expériences corporelles et sensorielles 

Julien Ferre (Reims) : « Spinoza et la crise contemporaine de l’union du corps et de l’esprit »

Fanny Monnier (Perpignan) : « Lire La Route de la faim de Ben Okri : expérience du corps »

Anne-Catherine Bascoul (Lorraine) : « De la (re)présentation du corps en crise identitaire à l’identité du corps (re)présenté dans The Time of Our Singing de Richard Powers »

17h30 – clôture de la journée 

D’Alembert, Langue et savoir 1717-2017 (21 mars 2017)

Journée scientifique organisée par Véronique Le Ru (CIRLEP)

10h00 – Présentation de la journée scientifique par Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP

Présidence de séance : Véronique Le Ru

10h15 – Marie Lec a-Tsiomi s (Université de Paris Ouest), L’Avertissement de D’Alembert dans le tome III de l’Encyclopédie (1753)

11h00 – Christophe Schmit (Observatoire de Paris), L’apport de D’Alembert dans la dynamique : contexte et originalité de sa démarche.

11h45 – Pause

12h00 – Irène Passeron (Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche), La correspondance de D’Alembert : D’Alembert, un écrivain sans plume ni ancre ?

12h45 – Discussion générale

13h15 – Déjeuner

Présidence de séance : Marie Leca-Tsiomis

14h45 – Dominique Quéro (Université de Reims), D’Alembert et le théâtre de son temps à travers les éloges académiques

15h30 – Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), L’épistémologie de D’Alembert ou l’influence d’une grande Dame.

16h15 – Discussion générale et conclusion de la journée.

16h45 – Fin de la journée scientifique.

 

Renseignements et inscription

Patricia OUDINET

patricia.oudinet@univ-reims.fr – 33(0)3 26 91 36 19

L’imagination efficace (XVe et XVIe siècles)

Le 29 mars 2017Saverio Ansaldi (département de Philosophie CIRLEP EA 4299 ) organisera une journée d’étude à l’Université de Reims consacrée à L’imagination efficace (XVe et XVIe siècles).

Quelles sont la matière et la place propres à l’imagination ? Se réduit-elle à un simple fait de nature ou pouvons-nous en faire plusieurs usages et  en avoir une certaine maîtrise ?  Joue-t-elle un rôle dans le gouvernement des hommes ? Loin de se borner à la vie intérieure, l’imagination renaissante se révèle un véritable trait d’union entre les mots et les choses, l’individu et la communauté. La philosophie, l’art, la littérature, mais aussi les pratiques politiques au XVIe et XVIIe ont fourni des véritables théories de l’imagination. L’imitatio Christi , les Excercices spirituels de Ignace de Loyola ou  l’art de la mémoire de Giordano Bruno constituent les exemples de ces pratiques consacrées à la mise en forme de la faculté imaginative. Pour l’homme renaissant,  l’imagination représente un  analogue de la création divine, puisqu’elle ouvre sur l’infinité des mondes possibles.

L’imagination situe l’homme dans un espace liminaire : entre réalité et fiction, visible et invisible, individu et communauté. L’imagination est efficace lorsqu’elle transforme le sujet, artiste du monde et de son propre destin. Elle est par conséquent au centre de la vie fantastique et désirante, puisqu’elle est la faculté qui nous permet de construire des mondes, des  utopies ou même des dystopies du présent, mais aussi des mondes qui prolifèrent sans cesse en défiant notre logique. La Renaissance a su se poser avec une grande pertinence la question de l’imagination efficace, de celle du génie à celle de la folie, de celle du furieux à celle du mélancolique.  Des personnages comme Don Quichotte ou les héros de Rabelais sont les chevaliers d’un nouveau cycle épique qui chante un monde qui s’écoule sous les variations  d’un imaginaire hypertrophique.

Participants :

Fabio Raimondi, Université de Salerne
Alberto Fabris, ENS-Lyon
Yves Hersant, EHESS
Florence Dumora, Université de Reims Champagne-Ardenne
Christine Sukic, Université de Reims Champagne-Ardenne
Saverio Ansaldi, Université de Reims Champagne-Ardenne

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Salle polyvalente)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

La Question sociale à l’ordre du jour. Sociétés et économie entre représentations et conceptualisation : France / Allemagne 1830-1848

Dans le cadre d’un programme de formation-recherche du CIERA intitulé L’héritage des Lumières à l’époque du Vormärz : conflits, stratégies, réseaux et matérialité (1830-1848), le CIRLEP EA 4299 organisera des journées d’études, les 25 et 26 novembre 2016, à l’Université de Reims.

La manifestation portera sur

La Question sociale à l’ordre du jour. Sociétés et économie entre représentations et conceptualisation : France / Allemagne 1830-1848.

PROGRAMME

Vendredi 25 novembre 2016

13h30Accueil

14h00-18h30Heinrich Heine, Georg Büchner, Franz Gräffer

François Genton (Université Grenoble Alpes) : Les Tisserands de Silésie (1844) de Heinrich Heine et le Chant des ouvriers (1846) de Pierre Dupont. Chanter la lutte des classes avant 1848, une perspective comparée.

Bernd Füllner (Bergische Universität Wuppertal) : Genese und Rezeption von Heines Weberlied.

Camille Jenn-Gastal (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Georg Büchner et la question sociale.

Laure Gallouet (Université Toulouse Jean-Jaurès) : Franz Gräffer et la question sociale du Vormärz en Autriche.

Samedi 26 novembre 2016

9h00-10h30Louise Otto-Peters, Karl Gutzkow

Wolfgang Fink (Université Lyon 2) : ‚Schloss und Fabrik‘. Sozialer Roman am Beispiel Louise Otto-Peters’.

Thomas Bremer Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg) : Frühsozialisten bei Gutzkow.

11h00-12h30 Penser le changement I : regards croisés franco-allemands

Françoise Knopper (Université Toulouse Jean-Jaurès) : La relation de voyage entre tourisme et enquête sociale : sur les traces de quelques voyageurs allemands en France à l’époque du Vormärz.

Ludolf Pelizaeus (Université de Picardie Jules Verne) : Unruhen, Rebellionen und Antworten in Südwestdeutschland von der Französischen Revolution bis Georg Büchner.

14 h00-15 h 30Penser le changement II : philosophie / politique / histoire

Norbert Waszek (Université Paris 8) : Die ‚soziale Frage‘ von Hegel zu Lorenz von Stein.

Thomas Nicklas (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Karl von Rotteck et le syntagme ‚denkender Geschichtsfreund‘. Réflexion historique et action politique à l’ombre des Lumières en Allemagne du Sud (1830-1848).

15h30 – Bilan et clôture de la journée d’études

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 13 – Salle R240
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

DATES

vendredi 25 et samedi 26 novembre 2016

La Pratique du Texte. Théories et Enjeux

afficheJDEQuatrième Journée d’Etudes des Doctorants du CIRLEP, organisée le 24 février 2016 par Justine Wary et consacrée au thème “La Pratique du Texte. Théories et enjeux”.

PROGRAMME

9h30 – Accueil des participants et ouverture de la journée

10h00Audrey LOUYER, Docteur en Littérature d’Amérique latine, « Approche interdisciplinaire de l’écriture fantastique au Pérou »

10h30 Vanessa CHAISE-BRUN, Doctorante en Civilisation britannique, « Quand Histoire et Littérature travaillent ensemble : les enjeux d’une approche pluridisciplinaire »

11h00 Isabelle WEIS, Doctorante en Études germaniques, « Les approches textuelles des Mietskasernen berlinoises »

11h30 – Table ronde : Le texte en contexte

Pause Déjeuner – Buffet

14h00 – Enseignant-chercheur invité : Alain TROUVÉ, Maître de Conférence HDR en Littérature française du vingtième siècle (CRIMEL), « La notion de « texte » en littérature : théorie et contextes énonciatifs »

15h00 – Anaïs OLÉRON, Doctorante en Littérature française contemporaine et du vingtième siècle (CRIMEL), « Le repérage de la non-fiabilité narrative : un dilemme théorique »

15h30Marine GALINÉ, Doctorante en Études irlandaises, « Enjeux autour des Genres : le gothique féminin à l’épreuve de l’Irlande »

16h00 – Justine WARY, Doctorante en Études irlandaises, « Promenade dans les bois de la théorie : Réflexion méthodologique pour l’étude d’une oeuvre romanesque moderniste »

16h30 – Table ronde animée par Christine Chollier, Professeur des Universités en Littérature nord-américaine (CIRLEP)

17h00 – Pôt de clôture

DATE

24 février 2016

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
Maison de la Recherche (Bât. 13) – Salle polyvalente
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENTS

| Affiche de la 4e journée des doctorants
Programme de la 4e journée des doctorants

Les Habsbourg : Images, Lettres, Arts 

Affiche_HabsbourgJeudi 26 novembre 2015

13h30 – Accueil des participants

14h00 – Introduction à la journée d’études et à la thématique : Alexandra Merle (ERLIS-Caen), Éric Leroy du Cardonnoy (ERLIS-Caen) & Thomas Nicklas (CIRLEP-Reims)

14h30

Karl Vocelka (Vienne) : Dynastiegeschichte – Geschichte der Habsburgermonarchie – Regionalgeschichte. Zur Historiographie in und über Österreich in den letzten Jahrzehnten [Les Habsbourg en Autriche. Bilan et perspectives de recherche]

Steffen Höhne (Weimar) : Die Habsburgermonarchie als postmodernes Imperium? Überlegungen zu Rezeptionsblockaden und Rezeptionskonjunkturen [La Monarchie des Habsbourg – un empire postmoderne ? Réflexions sur l’herméneutique de ses représentations]

Friedrich Polleroß (Vienne) : Serie, Paraphrase, Kopie: Diego Velázquez und Frans Luycx als Porträtisten der Casa de Austria [Diego Velázquez et Frans Luycx comme portraitistes de la Maison d’Autriche]

18h00 – Premier bilan

Vendredi 27 novembre 2015

09h15

Guido Braun (Bonn) : Les Habsbourg de Vienne et le Saint-Empire au XVIIe siècle

Ludolf Pelizaeus (Amiens) : Die Habsburger : Städte, Stadtraum und Repräsentation [Les Habsbourg : Villes, espace urbain et représentation]

Rubén González Cuerva (Madrid) : La Maison d’Autriche : Comment lier la politique de deux branches d’une dynastie grâce à l’activité des courtisans (1548-1648)

14h15 – Réunion de travail : Lancement de projet « Habsbourg »

15h45 – Réjouissances rémoises

LIEU

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT

| Affiche des journées d’étude
| Programme des journées d’étude

Regard(s) de l’autre, regard(s) sur l’autre

Troisième Journée d’Etudes des Doctorants du CIRLEP

Affiche_RegardsOrganisée par Mona Parra et Tim A. Heron

PROGRAMME

9h00-9h30Accueil

9h30-9h45Mot d’accueil

9h45h-11h15 – Lettres et regards

Susanne Geiling-Hassnaoui (Université de Reims Champagne Ardenne) : Changer le regard sur l’autre – le potentiel interculturel de la littérature dans l’enseignement d’une langue étrangère.

Coralie Pressacco (Université de Reims Champagne Ardenne) : La question du regard dans Trabajos del reino de Yuri Herrera.

Paul Giffard-Foret (Monash University) : Postcolonial aesthete: from artisan to artist.

11h15-11h30 – Pause-café

11h30-12 h15 – Keynote

Yannick Bellenger (Université de Reims Champagne Ardenne) : “All the world’s a zoo, and all men and women merely apes” : décentrement du regard dans les albums pour enfants d’Anthony Browne.

12h15-14h00Déjeuner-Buffet

14h00-15 h30 – Regards et cultures

Tim Heron (Université de Reims Champagne Ardenne) : “We’re Only Monsters”: a punk perspective of the Northern Ireland conflict.

Isabelle Weiss (Université de Reims Champagne Ardenne) : Le regard de l’Autre, le regard sur l’Autre : regards entrecroisés.

Abdeslam Ziou Ziou (Université Lille 3) : La fête, ce liant : réflexion sur la disparition de l’autre comme technique d’appropriation des fêtes et festivités populaires au Maroc.

15h30-15h45 – Pause-café

15h45-17h15 – Politiques du regard

Mona Parra (Université de Reims Champagne Ardenne/Université Lille 3) : La coopération entre les services secrets britanniques et français pendant la Seconde Guerre mondiale, entre défiance et interdépendance.

Solveig Marois (Université Paris Sorbonne-Nouvelle) : Opinion publique et stratégies de construction identitaire des Chypriotes grecs.

Anne Cousson (Université Paris Diderot) : Regards sur la vie privée au Royaume-Uni : entre protection accrue et limites sécuritaires.

17h15 – Clôture de la journée

INFORMATIONS PRATIQUES

Contacts
Mona PARRA – mona.parra@outlook.fr
Tim A. HERON – tim.a.heron@gmail.com

Contact administratif
Secrétariat du CIRLEP – Monique FROSSARD
monique.frossard@univ-reims.fr – 03.26.91.36.31

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Maison de la Recherche (Bât. 13) – Salle polyvalente
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

TÉLÉCHARGEMENTS

 

Regards croisés sur l’EMILE et l’Intercompréhension Intégrée

Affiche_EMILEÀ l’heure de la diversification linguistique et culturelle des sociétés et de la mobilité croissante des apprenants et des enseignants, le monde de l’éducation s’interroge sur son évolution, qui pourrait se révéler être une mutation. En France, comme dans d’autres pays européens, les méthodes de la didactique du plurilinguisme, qui chacune ont désormais fait leurs preuves à l’international, peinent encore à s’intégrer à l’enseignement. Dans la conviction que cette prudence politique et institutionnelle n’est pas forcément injustifiée, cette journée d’études souhaite mettre à profit ce délai de réflexion en se penchant sur deux « approches plurielles » articulant enseignement disciplinaire et linguistique, à savoir l’EMILE (Enseignement d’une Matière Intégrant une Langue Etrangère) et l’Intercompréhension Intégrée (apprentissage de savoirs disciplinaires à travers des documents plurilingues). Quels sont leurs atouts et contraintes respectifs ? Quelles sont les conditions à remplir pour optimiser leurs efficience pédagogique et réussite ? Est-il préférable de présenter ces deux pratiques de façon parallèle, en complémentarité ou en fusion ? Quelles modalités sont à prévoir en fonction des différents contextes et niveaux d’enseignement visés ? Existe-t-il des réticences politiques, sociétales, institutionnelles ou professionnelles face à de telles approches et à leur intégration curriculaire ? Si oui, quelles sont-elles ? Pourquoi existent-elles et comment peut-on les réduire ?
 

Cette journée d’études aura lieu les 2 et 3 avril 2015 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

| Campus Croix Rouge | UFR Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment Recherche.

Pour consulter le programme ou entrer en contacte avec les organisateurs du colloque, cliquer sur le lien suivant approprié

Journée d’étude « 250 ans de l’Encyclopédie – 1765-2015 »

Enyclopedie

ZZUÉNÉ ou ZZEUENE, (Géog. anc.) ville située sur la rive orientale du Nil, dans la haute Egypte, au voisinage de l’Ethiopie. Voyez Syéné.

C’est ici le dernier mot geographique de cet Ouvrage, & en même tems sans doute celui qui fera la clôture de l’Encyclopédie.

« Pour étendre l’empire des Sciences & des Arts, dit Bacon, il seroit à souhaiter qu’il y eût une correspondance entre d’habiles gens de chaque classe;& leur assemblage jetteroit un jour lumineux sur le globe des Sciences & des Arts. O l’admirable conspiration! Un tems viendra, que des philosophes animés d’un si beau projet, oseront prendre cet essor! Alors il s’élevera de la basse région des sophistes & des jaloux, un essain nébuleux, qui voyant ces aigles planer dans les airs, & ne pouvant ni suivre ni arrêter leur vol rapide, s’efforcera par de vains croassemens, de décrier leur entreprise & leur triomphe ». (Le Chevalier de Jaucourt.)

Fin du dix – septieme et dernier Volume 1765

Journée scientifique sous la direction de Véronique Le Ru (CIRLEP-EA 4299).

PROGRAMME

 

10h00 – Introduction du Directeur du centre de recherches (CIRLEP), Thomas Nicklas

10h15-12h45 – Présidence René Daval

10h15 Marie Leca-Tsiomis   : L’Encyclopédie recommencée : Diderot et le projet russe

11h00Stéphane Pujol : La morale : l’Arlésienne de l’Encyclopédie ?

11h45 – Pause

12h00Véronique Le Ru : La fin de l’Encyclopédie, c’est sa fin

12h45Pause déjeuner

14h00-17h15 – Présidence Marie Leca-Tsiomis

14h00Irène Passeron : Pour une Encyclopédie sans fin : le projet ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie)

14h45Odile Pauchet-Richard : L’Encyclopédie au quotidien : incidences du réel, échos d’une tâche ingrate dans la correspondance de Diderot

15h30Pause

15h45François Pépin : Le savoir expérimental en images. Autour des planches de chimie, d’anatomie et d’horlogerie.

16h30Machteld Meulleman : Les traductions de l’Encyclopédie : l’in(ter)compréhension manquée ?

Conclusion de la journée

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Maison de la Recherche (Bât. 13) – Salle polyvalente
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Conférence du Prof. Dr. Michael Stolleis

Écrire l’hAffiche_Stolleisistoire du droit : reconstruction, récit, fiction ?
26 mars 2015 – Bât. 17 – Salle du Conseil – 11h30

« …L’histoire du droit fait partie de la science historique. Même si son implantation académique la situe normalement dans les facultés de droit, ses questions centrales sont celles de l’histoire. L’histoire du droit veut savoir comment fonctionnait un ordre juridique passé. Elle pose la question de l’établissement de normes juridiques par la coutume ou par la législation, celle de la transmission des normes aux juristes et aux citoyens ainsi que celle de l’imposition des normes juridiques au quotidien, que ce soit par l’administration ou par les jugements rendus par les tribunaux. Dans un sens plus large, l’histoire du droit est la discipline qui s’intéresse au contexte historique des ordres juridiques dans leur ensemble et à l’enracinement culturel des normes juridiques… ».

Dans un dialogue vivant et décidé avec les auteurs du linguistic turn et de l’histoire conceptuelle (Koselleck), Michael Stolleis s’interroge, en historien, sur l’utilité présente des « concepts » pour le travail historique, essaye d’analyser la pertinence de la perpétuelle recherche des « faits » et entreprend de déterminer à quelle « vérité » les historiens peuvent encore prétendre aujourd’hui.

L’auteur

Michael Stolleis a enseigné jusqu’en 2006 le droit public et l’histoire du droit à l’université de Francfort/Main. Il fut également, de 1992 à 2006, directeur de l’Institut Max Planck d’histoire européenne du droit de Francfort/Main.

Par ses nombreuses publications sur l’histoire du droit moderne et contemporain, Michael Stolleis a acquis une renommée mondiale. Il a publié des ouvrages sur l’histoire du droit du national-socialisme (Recht im Unrecht), sur l’histoire des idées et de la science juridique du XVIe au XIXe siècle (Staat und Staatsräson in der frühen Neuzeit, 1990 ; Konstitution und Intervention, 2001), sur l’histoire du droit social (Geschichte des Sozialrechts in Deutschland, 2003) et plus récemment sur l’histoire du droit public en RDA (Sozialistische Gesetzgebung. Staats und Verwaltungswissenschaft in der DDR, 2009) ou sur l’enracinement populaire de la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe (Herzkammern der Republik. Die deutschen und das Verfassungsgericht, 2011).

Il est surtout l’auteur d’une monumentale Histoire du droit public en Allemagne de 1600 à 1990 en 4 tomes, publiés entre 1988 et 2012. Les deux premiers tomes de cet ouvrage de référence ont été traduits en français en 1998 (Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la police, P.U.F.) et en 2014 (Histoire du droit public en Allemagne. 1800-1914, Dalloz).

La qualité des travaux de Michael Stolleis a été reconnue et récompensée à de nombreuses occasions : en 1991, il a reçu la plus haute distinction scientifique allemande, le Prix Leibniz décerné par la Deutsche Forschungsgemeinschaft ; en 1995, il fut récompensé par le Prix pour la recherche scientifique de la Fondation du jubilé de la Banque de Suède ; en 2000, il fut le récipiendaire du Prix de la fondation Balzan et en 2010, il a été décoré de la Croix fédérale du Mérite, la récompense allemande la plus élevée destinée à honorer des mérites acquis au service du pays et de la collectivité. Enfin, depuis 2014, il est membre du prestigieux Ordre « Pour le Mérite pour les Sciences et les Arts ».

Il est docteur honoris causa des Universités de Lund, Toulouse, Padoue, Helsinki et il est membre de l’Académie des Sciences de Mainz, Berlin-Brandebourg et de Göttingen, de Académie nationale Leopoldina de Halle/Saale, de l’Académie pour la Langue et la Poésie de Darmstadt, de l’Académie de Finlande ainsi que de l’Académie royale des Sciences et de la Littérature du Danemark.

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Journée d’étude « Écrire l’histoire : reconstruction, récit, fiction ? »

Affiche_EcrireHistoireANNONCE

Les questions de méthodologie sont souvent considérées comme arides et ne suscitent que rarement l’enthousiasme, mais elles sont un élément sine qua non de la recherche scientifique et le manque de conscience méthodologique est une tare pour toute science. Pour la recherche historique, l’interrogation méthodologique est par essence interdisciplinaire et doit porter aussi bien sur les objets d’étude et les modalités de leur construction que sur la nature linguistique des outils mobilisés pour les aborder et les disséquer. Depuis le linguistic turn, les réflexions post-modernes sur le statut de la parole historienne et les analyses de Foucault sur l’« ordre du discours », l’horizon d’une telle interrogation est donc toujours nécessairement le langage et la nature textuelle de la réalité abordée par les sciences historiques.

Autour de la réflexion méthodologique de l’historien du droit Michael Stolleis et en présence de ce dernier, la journée d’étude « Écrire l’histoire. Reconstruction, récit, fiction ? » entreprend d’explorer différentes pistes sur les manières contemporaines d’écrire l’histoire dans une perspective résolument interdisciplinaire (regroupant des spécialistes d’histoire, d’histoire du droit, d’histoire des idées) et internationale (avec un horizon ouvert sur l’Allemagne, la France, la Grèce antique, les États-Unis).

Organisation : Christian E. Roques (CIRLEP-EA 4299)

PROGRAMME

09h00Accueil des participants

09h15 – Ouverture de la journée par M. Jean-François Boulanger, Doyen de l’UFR Lettres et sciences humaines et M. Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP.

9h30 – Gérard Raulet (Université Paris – Sorbonne, Paris) : Considérations méthodologiques sur l’histoire des idées

10h25 – Benjamin Pinhas (ENS, Paris) : La science historique au-delà de l’historisme? Le débat autour de l’historisme en République fédérale

11h20 – Pause café

11h30 – Michael Stolleis (Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte, Francfort/Main): Écrire l’histoire du droit: reconstruction, récit, fiction ?

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – Ernst Müller (Zentrum für Literatur- und Kulturforschung, Berlin) : Methodische Überlegungen zu einer interdisziplinären Begriffsgeschichte

14h55Tanja Itgenhorst (URCA, CERHiC) : Reconstruire le politique en Grèce archaïque: les enjeux de la poésie

15h50 Pause café

16h05 – Yann Phillipe (URCA, CIRLEP) : Que fait la culture populaire à l’historien et que fait l’historien à la culture populaire ?

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

 

Texte de cadrage pour « Regards croisés sur l’EMILE et l’intercompréhension intégrée »

Affiche_EMILEFace aux multiples défis socio-économiques et identitaires engendrés par la mobilité croissante des individus et la diversification linguistico-culturelle de notre environnement, la façon monolingue et cloisonnée d’envisager les pratiques d’enseignement et l’apprentissage des langues est aujourd’hui largement contestée. A partir des années 90, ce « tournant multilingue » donne le jour à plusieurs innovations pédagogiques visant la construction de « répertoires plurilingues » (CECRL). Parmi ces différentes innovations, appelées parfois « approches plurielles », on trouve notamment l’enseignement bilingue « immersif », appelé aujourd’hui EMILE (Enseignement d’une Matière Intégrant une Langue Etrangère), et l’intercompréhension (développement simultané des compétences partielles productives en langue maternelle et réceptives de plusieurs langues étrangères présentées en réseau (i.a. Doyé 2005)). Depuis des recherches internationales ont montré les bénéfices acquisitionnels individuels de l’enseignement bilingue (i.a. Van de Craen 2007) et de l’intercompréhension dite intégrée, qui constituent un réel atout non seulement pour le développement de compétences communicatives en langue(s) étrangère(s) et maternelle(s), mais aussi pour une compréhension approfondie des notions disciplinaires et même pour « un meilleur épanouissement des élèves dans le système éducatif » (Escudé 2013: 42). Mais si la plus-value de ces méthodes pour la réussite scolaire et la préparation à la vie professionnelle (où il s’agira sans cesse d’intégrer des connaissances à partir de contacts et documents multilingues) est aujourd’hui incontestée, force est de constater que ces approches plurielles peinent à se mettre en place dans l’enseignement scolaire (primaire et secondaire) et même universitaire, en partie sans doute à cause d’une certaine inertie institutionnelle et d’un désaccord dans les rangs des professionnels, et cela malgré les incitations de la Commission Européenne qui insiste sur le rôle des écoles dans la valorisation et la construction du plurilinguisme. Il paraît aujourd’hui étonnant que ces pratiques soient encore présentées comme des « innovations pédagogiques ». Comment expliquer l’intégration curriculaire relativement réduite d’EMILE, qui malgré le succès des sections européennes, reste absente au niveau de l’école primaire et n’est que partiellement acceptée même au niveau universitaire ? L’IC pour sa part semble connaître une progression annuelle constante, notamment auprès d’un public universitaire, même s’il s’agit en général d’initiatives individuelles (Degache et al. 2012). Malgré l’existence d’un matériel pédagogique intégrant programme scolaire et IC (Euro-mania), son utilisation reste malheureusement en marge des systèmes éducatifs scolaires. Depuis la publication du CARAP, Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures, en 2007, dont un des objectifs est « d’articuler ces différentes démarches entre elles » (Candelier et al., 2007: p.12), Escudé (2010) et Gajo (2009) soulignent l’intérêt du couplage de l’enseignement d’une Discipline dite Non Linguistique (DdNL) en L2 et de l’intercompréhension entre langues parentes. En effet, tant dans le cas d’EMILE comme de l’IC intégrée, il s’agit de l’enseignement d’une DdNL en langue(s) étrangère(s), ou bien « de ne plus cloisonner les langues et les matières scolaires dans des espaces séparés, mais de profiter des enseignements disciplinaires (qui pour être communiqués doivent être verbalisés et sont donc aussi linguistiques) pour développer aussi des compétences interlinguistiques » (Degache et al. 2012). Néanmoins, Fonseca (2012) relève le manque d’études sur la synergie qui peut émerger lors de la combinaison de ces deux méthodologies. Les questions que cette synergie soulève sont nombreuses :

 

  • En quoi consistent les apports cognitifs d’EMILE et de l’IC intégrée pour la construction des savoirs disciplinaires d’une part et pour celle des savoirs-faire linguistiques et (inter)culturels de l’autre? Quels sont les objectifs et modalités de transposition des compétences réceptives aux compétences productives dans la pratique pédagogique ?
  • Qu’est-ce qui oppose EMILE et IC ? Ces différences sont-elles essentielles ou secondaires ? Quel est le rôle de la réception orale et écrite respectivement ? Vaut-il mieux adopter une application mixte ou offrir les deux méthodologies séparément ?
  • Quelles langues stimulent le plus la négociation du sens (équilibre plaisir de l’effort-décrochage) ? Dans quel ordre les présenter ? Il semble en effet que les langues moins « transparentes », présentant une plus grande résistance, déclencheraient un travail de négociation du sens plus important et obligeraient l’élève à travailler avec plus d’attention, ce qui bénéficierait ainsi à une meilleure conceptualisation des savoirs disciplinaires. (Duverger 2009 : p. 64, Gajo 2011 : 56) Quel est le rôle dans ce choix du contexte sociolinguistique (langues régionales, voisines, etc.) ?
  • Quelles sont les motivations des réticences institutionnelles, politiques, professionnelles et sociétales face à l’intégration curriculaire au niveau scolaire et universitaire de ces pratiques ? Comment y faire face ?

 

 

Bibliographie

Beacco, J.-C., Byram, M. & alii, 2010. Guide pour le développement et la mise en œuvre de curriculums pour une éducation plurilingue et interculturelle, Conseil de l’Europe, Strasbourg, Division des politiques linguistiques. Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/default_fr.asp

Candelier, M. et al. (2007). Carap – Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures, Graz : Centre européen pour les langues vivantes – Conseil de l’Europe.

Castagne, Eric (2009) “ Multilinguisme européen et enseignement supérieur : l’expérience du programme InterCompréhension Européenne (ICE) ”, in Actes de la journée internationale d’études Multilinguisme européen et enseignement supérieur, communication présentée le 20 février 2009 à Paris (organisée par l’observatoire européen du plurilinguisme et l’ambassade de Roumanie). Disponible sur : http://www.observatoireplurilinguisme.eu/images/Colloques/20fevrier2009/me%26es%20-%20castagne_3.pdf

Castagne, E. (2012) « Intercompréhension et dynamique des inférences : des langues voisines aux langues non voisines ». In Intercompreensão n°3, Chamusca : Edicões Cosmos, pp. 81-93. Disponible sur : https://sites.google.com/site/intercompreensaoredinter/numeros-publies/numero-3

Castagne, Eric (2013) « L’enseignement de l’intercompréhension, une autre manière de promouvoir le français au XXI siècle ». Volume II. In D. Spita (ed.) Actes du 2e Congrès Européen de la FIPF Prague 2011 Vers l’éducation plurilingue en Europe avec le français – De la diversité à la synergie. Paris : FIPF en collaboration avec le GERFLINT, pp. 515-524. Disponible sur : http://prague2011.fipf.org/sites/prague2011.fipf.org/files/actes__prague_2._net.pdf

Carrasco Perea, E. (2010). Los planteamientos intercomprensivos en la enseñanza reglada o la importancia de introducirlos desde la primaria: aportaciones, retos y requisitos. In P. Doyé & F.-J. Meiβner (Ed), Lernerautonomie durch Interkomprehension. Projekte und Perspektiven, (pp.117-127). Tübingen : Narr. Giessener Beiträge zur Fremdsprachendidaktik.

Conteh, Jean & Meier, Gabriela (eds.). 2014. The Multilingual Turn in Languages Education: opportunities & challenges.

Degache, Christian, Carrasco, Encarni, Chevalier, Claire, Da Silva Régina, Dalençon, Agnès & Fonseca, Mariana. Caractéristiques et formats de l’intégration curriculaire de l’intercompréhension. In : Degache, C. & Garbarino, S. (Ed.) (2012). Actes du colloque IC2012. Intercompréhension : compétences plurielles, corpus, intégration. Université Stendhal Grenoble 3 (France), 21-22-23 juin 2012. Disponible sur : http://ic2012.u-grenoble3.fr/OpenConf/papers/40.pdf

Doyé, Peter. 2005. L’intercompréhension, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue. Étude de référence. Division des politiques linguistiques. Conseil de l’Europe Strasbourg, Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/source/doyefr.pdf

Duverger, J. (2009). L’enseignement en classe bilingue. Paris: Hachette

Escudé, Pierre, Manuel euro-mania. J’apprends par les langues, SCEREN-CRDP Midi-Pyrénées / Commission Européenne, www.euro-mania.eu, 2008.

Escudé, Pierre & Janin, P., « L’école, la langue unique et l’intercompréhension : obstacles et enjeux de l’intégration », Synergies Europe n°5 / Année 2010, sous la direction d’Encarni Carrasco Pereira, 115-126. Disponible sur : http://gerflint.fr/Base/Europe5/pierre.pdf

Escudé, Pierre. (2011). Apprendre des contenus disciplinaires en intercompréhension des langues romanes : quelques résultats d’une première expérimentation scolaire. In C. Degache & C. Ferrão Tavares, C. (coord.), Redinter-Intercompreensão, Revista da rede europeia sobre intercompreensão, n°2. Disponible sur: http://redinter.eu/web/files/revistas/43intercompreensao2.pdf

Fonseca, Mariana. Apprendre par le plurilinguisme : exploration du carrefour entre intercompréhension en langues romanes et enseignement bilingue. In : Degache, C. & Garbarino, S. (Ed.) (2012). Actes du colloque IC2012. Intercompréhension : compétences plurielles, corpus, intégration. Université Stendhal Grenoble 3 (France), 21-22-23 juin 2012. Disponible sur : http://ic2012.u-grenoble3.fr/Contenu/Resumes/Fonseca.pdf

Gajo, Laurent. 2007. “Linguistic Knowledge and Subject Knowledge: How Does Bilingualism Contribute to Subject Development?”, The International Journal of Bilingual Education and Bilingualism 10(5): 563-581.

Gajo, L. (2009). « De la DNL à la DdNL : principes de classe et formation des enseignants ». Les Langues modernes 4, 15-24.

Gajo, Laurent. 2011. “Didactique intégrée, didactique du plurilinguisme et enseignement bilingue : hiérarchie ou alternatives ? » In J. Dolz & I. Idiazabel (éds), Hacia una ensenanza integrada de lenguas.

Geiger-Jaillet, A., Schlemminger, G. ; Le Pape-Racine, C. 2011. Enseigner une discipline dans une autre langue : méthodologie et pratiques professionnelles. CELV, Peter-Lang.

Grin, François. (2002). L’Économie de la langue et de l’éducation dans la politique d’enseignement des langues. Division des politiques linguistiques, direction de l’éducation scolaire, extra-scolaire et de l’enseignement supérieur, Conseil de l’Europe. Strasbourg.

Hélot, Christine & Ó Laoire, Muiris. 2011. Language Policy for the Multilingual Classroom: Pedagogy of the Possible. Multilingual Matters.

Taillefer, Gaïl. « CLIL in Higher Education: the (perfect?) crossroads of ESP and Didactic Reflection »,  ASp N° 63 | 2013.

Taillefer, Gaïl. « Emile et la politique linguistique: du contexte français aux modèles internationaux », Les Cahiers du GERES, N° 1 | 2008.

Tost, M. (2012). Les perspectives multimodales de l’intercompréhension aujourd’hui, ou différentes manières de « [partir] de sa langue [et de sa culture] pour aller vers celle[s] des autres ». Redinter-Intercompreensão, 3, Attraverso le lingue. L’Intercomprensione in ricordo di Claire Blanche-Benveniste. Chamusca, Edições Cosmos / REDINTER, pp. 51-62. [Page web]. Disponible sur : http://www.redinter-intercompreensao.eu/numeros-publies/numero-3

Van De Craen, Pierre, Ceuleers, Evy & Mondt Katrien. 2007. Cognitive Development and Bilingualism in Primary Schools: Teaching Maths in a CLIL Environment. In : Gerhard Bach, Stephan Breidbach & Dieter Wolff (eds.) Diverse Contexts – Converging Goals. CLIL in Europe, from Mehrsprachigkeit in Schule und Unterricht, vol.6, pp.185 – 200, Peter Lang.

van der Yeught, Michel. « Développer les langues de spécialité dans le secteur LANSAD – Scenarios possibles et parcours recommandé pour contribuer à la professionnalisation des formations », Cahier d’APLUIT, Vol. XXXIII N° | 2014: Langues de spécialité et professionnalisation.