Archives de catégorie : Colloques

Regards croisés sur l’EMILE et l’Intercompréhension Intégrée

Affiche_EMILEÀ l’heure de la diversification linguistique et culturelle des sociétés et de la mobilité croissante des apprenants et des enseignants, le monde de l’éducation s’interroge sur son évolution, qui pourrait se révéler être une mutation. En France, comme dans d’autres pays européens, les méthodes de la didactique du plurilinguisme, qui chacune ont désormais fait leurs preuves à l’international, peinent encore à s’intégrer à l’enseignement. Dans la conviction que cette prudence politique et institutionnelle n’est pas forcément injustifiée, cette journée d’études souhaite mettre à profit ce délai de réflexion en se penchant sur deux « approches plurielles » articulant enseignement disciplinaire et linguistique, à savoir l’EMILE (Enseignement d’une Matière Intégrant une Langue Etrangère) et l’Intercompréhension Intégrée (apprentissage de savoirs disciplinaires à travers des documents plurilingues). Quels sont leurs atouts et contraintes respectifs ? Quelles sont les conditions à remplir pour optimiser leurs efficience pédagogique et réussite ? Est-il préférable de présenter ces deux pratiques de façon parallèle, en complémentarité ou en fusion ? Quelles modalités sont à prévoir en fonction des différents contextes et niveaux d’enseignement visés ? Existe-t-il des réticences politiques, sociétales, institutionnelles ou professionnelles face à de telles approches et à leur intégration curriculaire ? Si oui, quelles sont-elles ? Pourquoi existent-elles et comment peut-on les réduire ?
 

Cette journée d’études aura lieu les 2 et 3 avril 2015 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

| Campus Croix Rouge | UFR Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment Recherche.

Pour consulter le programme ou entrer en contacte avec les organisateurs du colloque, cliquer sur le lien suivant approprié

Journée d’étude « Parures et corps ornés dans l’Europe de la première modernité »

JE_ParureAppel à contribution

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet « Représentations du corps héroïque » (Reims) et « Les Objets de la littérature baroque » (Epistémè), et fait suite aux premières journées qui ont eu lieu à Reims en novembre 2014. Elle sera suivie d’une seconde journée d’étude intitulée « Transformer le corps masculin : armes, armures et objets personnels gravés dans l’Europe moderne » qui se tiendra au Musée de l’Armée, à Paris, le 16 octobre 2015. Au cours de cette première journée, on se concentrera sur les accessoires et les ornements du corps. Loin d’être une simple décoration ou un simple embellissement dans l’esprit des premiers modernes, l’ornement est synonyme également d’investissement identitaire (marquage social, question de genres) ou de sacralisation du corps (ornements royaux, plaies mystiques). Le corps orné suggère donc le passage d’un corps naturel à un corps artificiel, mais aussi d’un corps neutre à un corps singularisé, d’un corps de chair à un corps symbolique.

Différentes pistes de réflexion peuvent être envisagées autour de cette question de la parure et de l’ornement. En grec, le kosmon, c’est à la fois la parure et l’équipement guerrier ; en latin, le verbe ornare évoque à la fois la décoration et l’équipement. À l’origine, la parure n’est donc pas seulement un accessoire mais se réfère d’abord aux armes et à l’armure du soldat et, en tant que telle, se trouve valorisée comme marqueur héroïque. À l’époque moderne, l’ornement peut être perçu en outre comme un marqueur social, un signe d’appartenance de classe ou d’idéologie : la parure parle pour l’être, elle peut traduire une intériorité, dans une cohérence assumée entre corps visible orné et tempérament, « humeurs » ou mentalités. Dans cette perspective s’ajoutent à l’armure les ornements de cour (bijoux, accessoires) souvent considérés comme des objets typiquement féminins mais qui peuvent, aux XVIe et XVIIe siècles, constituer les marqueurs d’une certaine identité masculine. On peut donc se poser la question du lien entre parure et gender puisque l’on trouve dans des textes de l’époque une condamnation de la parure comme symptôme de dévirilisation : d’Aubigné dans ses Tragiques fustige ainsi en la personne d’Henri III un « Roi femme » devenu « putain fardée ». Le corps orné devient corps artificiel donc antinaturel. Cette idée d’une décoration du corps qui serait antinaturelle se situe dans une tradition ancienne, depuis les Problèmes d’Aristote jusqu’au Livre du courtisan de Castiglione en passant par Tertullien. En Angleterre Thomas Tuke et son fameux Traité contre le maquillage et le fardage des hommes et des femmes (1616) préfigure La Bruyère qui, dans ses Caractères (1688), dénonce la parure féminine comme une « mascarade » où « l’on cherche vouloir paraître selon l’extérieur contre la vérité ». La parure pose donc la question de la nature et de l’artifice, de même que celle de l’être et du paraître, alimentant une critique plus générale de l’ostentation, de la vanité ou de la « parade » (définie par l’Académie comme la « montre d’une chose qui est moins pour l’usage que pour l’ornement »). Enfin, cette pratique ornementale peut être considérée comme l’élément « barbare » d’une pratique associée à une altérité des peuples dits « sauvages », comme dans l’ouvrage de John Bulwer, Anthropometamorphosis: Man Transformed, or the Artificial Changeling (1650). L’auteur y condamne toute déviance par rapport à une « nature » originelle : le marquage excessif du corps (peintures rituelles, tatouages, maquillages) est une dénaturation, une perversion identitaire : l’homme civilisé se perd en voulant imiter les pratiques d’autrui. Cette question peut également être étudiée à travers les arts visuels et les représentations des corps (ornés de parures ou tatoués) dans les récits de voyage.

Pourtant, ce passage du corps naturel au corps orné n’est pas toujours déprécié puisque l’ornementation peut également assurer le passage d’un corps naturel à un corps mystique, faire quitter la seule chair au profit d’un état d’élection ou de sacralité. Ainsi les plaies sanctifiantes que s’infligent les mystiques dans un processus d’imitation du corps christique sont-elles célébrées comme des « livrées » héroïques assurant à leur corps un « lustre » incomparable rappelant la beauté sanglante du Christ. Par ailleurs, la remise des insignes royaux lors des cérémonies de sacre (tunique, chape, anneau, sceptre, couronne…) permet la manifestation conjointe de deux corps du roi et dote le corps naturel d’un pouvoir thaumaturgique, l’ornement royal étant dès lors perçu, y compris juridiquement, comme le garant de cette sacralité. L’ornement est ainsi indissociable de la fonction puisque, à rebours, « ornements royaux méprisés font mépriser les rois », souligne André Du Chesne dans son ouvrage Les Antiquitez et Recherches de la grandeur et majesté des roys de France (1609).

La question de la parure et de l’ornement comprend aussi des enjeux esthétiques. Les arts poétiques sont nombreux à traiter des ornements du texte, à les condamner ou au contraire, à encourager la copia voire une certaine obscurité. Ce débat peut aussi s’inscrire dans un cadre religieux, notamment en France : le style dépouillé prôné par certains protestants (la « langue de Canaan » évoqué par d’Aubigné par exemple) s’oppose à une rhétorique catholique vue comme trop fleurie et donc éloignée de la pureté originelle du texte biblique. En revanche, pour les prédicateurs catholiques, le discours orné est perçu comme une langue qui convainc en provoquant des émotions. À partir du XVIIe siècle, ce débat se déplace sur la question du sublime, qui n’est pas du côté de l’ornement excessif mais d’un dépouillement produisant paradoxalement un effet extraordinaire. Enfin, cette question esthétique peut aussi concerner les ornements du livre — frontispices ou illustrations venant s’ajouter au texte, reliures précieuses — de même que les arts visuels en général, par exemple les ornements peints dans les miniatures ou les bijoux qui leur servent de cadre.

Modalités de soumission des propositions
Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à envoyer par mail à Christine Sukic (c.sukic@orange.fr) et Antoinette Gimaret (antoinettegimaret@yahoo.fr) pour le vendredi 15 mai 2015.

Organisatrices
Christine Sukic (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP EA4299)
Antoinette Gimaret (Université de Limoges, EHIC EA 1087)

Partenaires du projet
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (PRISMES – EA 4398)
Projet « Les Objets de la littérature baroque (c. 1550-1660) », équipe Epistémè.
Université de Limoges, Faculté des lettres et sciences humaines (EHIC – EA 1087)

Langue de la conférence : français.

Colloque “Res Per Nomen 5”

Affiche_RPN5Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à la question de la référence en langue, abordée du point de vue de la philosophie et de la linguistique. Après un premier bilan de la question, en 2007, la référence a été abordée du point de vue de l’anthropologie, en 2009, du point de vue de la conscience et du sujet énonciateur, en 2011, et sous l’angle, en 2013, de la dénomination, c’est-à-dire de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner , depuis les années 1980, une sémantique référentielle.

Cette cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?

Dans le domaine de la philosophie, et tout au long de son histoire, la négation a joué et joue encore un rôle fondamental. Un balayage historique permet de le vérifier aisément : les premières recherches concernant les concepts négatifs étaient étroitement associées au statut du non-être en métaphysique et en ontologie et dès l’œuvre de Platon est présente l’idée que la négation peut être définie positivement en termes de différence ou d’opposition. Avec Aristote, l’attention portée à la négation s’est déplacée vers le terrain du langage et de la logique. La négation constitue l’un des éléments en jeu dans le carré des oppositions et joue un rôle fondamental dans l’opposition entre les notions de contraire et contradictoire.

Par ailleurs, la question de l’asymétrie entre affirmation et négation a opposé les philosophes de périodes très diverses. Si pour certains (Kant, Hegel, Bergson, Strawson, parmi d’autres) les énoncés (ou jugements)  négatifs sont moins primitifs, moins informatifs, moins valables somme toute que leurs contreparties affirmatives, pour d’autres auteurs (par exemple Frege, Ayer, Geach, Quine, Austin) cette opposition n’a pas lieu d’être. Pour les partisans de l’asymétrie, la négation constitue une affirmation de second ordre, au sens où les énoncés négatifs renvoient à des énoncés affirmatifs, alors que les énoncés  affirmatifs concernent la réalité.

Mais la négation intervient également dans de nombreux autres questionnements philosophiques: pendant l’Antiquité, les philosophes se sont avisés que l’on ne peut parler du principe sinon par négations. Le néo-platonisme a développé cette philosophie de la négation: Plotin, Proclos, Damascius. Au Moyen Age, en occident sous l’influence de Denys l’Aréopagite, la théologie négative va se développer avec Jean Scot Erigène et Maître Eckhart notamment. Et si l’on considère des époques moins éloignées, Wittgenstein a, pour sa part, mis l’accent sur les limites du langage, outil ne permettant pas à l’homme d’exprimer certains contenus ; Hegel a bâti le mouvement dialectique sur le caractère négatif de la raison… Il nous semble légitime de dire que la négation est partout…ou plutôt que rien n’échappe à la négation.

Du côté des linguistes, les nombreux travaux consacrés au domaine de la négation ont tenté de répondre à des interrogations relevant aussi bien de la morphosyntaxe que de la lexicologie, la sémantique ou la pragmatique. Comment construit-on un énoncé négatif ? Comment peut-on déterminer la référence de mots négatifs tels que aucun, jamais, rien ? Sur quel(s) élément(s) de la phrase porte la négation ? Quel est le rôle de la négation dite explétive ? Combien de types de négation existe-t-il ? Comment les identifier ? Est-ce que la polarité négative est un phénomène syntaxique ou sémantique ? Comment opère la règle de montée de la négation (neg-raising) ? De quelle manière se sert-on de la négation comme stratégie discursive ? Est-ce que le point de vue affirmatif auquel s’oppose le locuteur d’un énoncé négatif est systématiquement présent et si oui, à quel niveau ? Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive et son seul objectif est de rappeler un certain nombre de questions-clés.

Même en se limitant aux études contemporaines – nous pensons notamment aux travaux de C. Muller, D. Gaatone, O. Ducrot, J. Moeschler, M. Arrivé, P. Attal, J.-C. Anscombre, B. Callebaut ou R. Martin pour le français, à ceux d’O. Jespersen, T. Givón, C.L. Baker, J. Hoeksema ou L. Horn pour l’anglais ou aux travaux d’I. Bosque, F. Hernández Paricio ou C. Sánchez López sur l’espagnol et à ceux de J.-M. Zemb pour l’allemand− le travail accompli, ainsi que les pistes à explorer témoignent de la richesse du domaine auquel nous consacrerons notre prochain colloque et de l’intérêt que certains aspects de la négation peuvent encore susciter, particulièrement son rapport (possible ? Impossible?) avec la référence.

Si nous avons surtout évoqué jusqu’ici l’importance de la négation en linguistique et en philosophie, nous rappelons également le rôle qu’ont joué en psychologie et en psychanalyse les notions de refus, d’interdit, d’étape du non… Ce volet viendra sans doute enrichir nos réflexions.

Conférenciers invités :
Claude Muller (Professeur Emérite à l’Université Bordeaux Montaigne3)
Jesús Vázquez Molina (Université d’Oviedo, Espagne)
Layla Raïd (Université de Picardie Jules Verne)
Anne-Gabrielle Wersinger (Université de Reims-Champagne Ardenne)

Comité organisateur : René Daval, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Silvia Palma.

INSCRIPTIONS EN LIGNE
Frais d’inscription : 100 euros
Repas de gala du vendredi soir : 50 euros (inscription obligatoire)
Une attestation de frais d’inscription et de frais de repas vous sera délivrée à la fin du colloque.

Membres de l’URCA (gratuit)
Extérieurs | Visitors

INFORMATIONS

Informations
www.res-per-nomen.org

Contacts
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

TÉLÉCHARGEMENT
Programme du colloque
Affiche du colloque

Journée d’étude « 250 ans de l’Encyclopédie – 1765-2015 »

Enyclopedie

ZZUÉNÉ ou ZZEUENE, (Géog. anc.) ville située sur la rive orientale du Nil, dans la haute Egypte, au voisinage de l’Ethiopie. Voyez Syéné.

C’est ici le dernier mot geographique de cet Ouvrage, & en même tems sans doute celui qui fera la clôture de l’Encyclopédie.

« Pour étendre l’empire des Sciences & des Arts, dit Bacon, il seroit à souhaiter qu’il y eût une correspondance entre d’habiles gens de chaque classe;& leur assemblage jetteroit un jour lumineux sur le globe des Sciences & des Arts. O l’admirable conspiration! Un tems viendra, que des philosophes animés d’un si beau projet, oseront prendre cet essor! Alors il s’élevera de la basse région des sophistes & des jaloux, un essain nébuleux, qui voyant ces aigles planer dans les airs, & ne pouvant ni suivre ni arrêter leur vol rapide, s’efforcera par de vains croassemens, de décrier leur entreprise & leur triomphe ». (Le Chevalier de Jaucourt.)

Fin du dix – septieme et dernier Volume 1765

Journée scientifique sous la direction de Véronique Le Ru (CIRLEP-EA 4299).

PROGRAMME

 

10h00 – Introduction du Directeur du centre de recherches (CIRLEP), Thomas Nicklas

10h15-12h45 – Présidence René Daval

10h15 Marie Leca-Tsiomis   : L’Encyclopédie recommencée : Diderot et le projet russe

11h00Stéphane Pujol : La morale : l’Arlésienne de l’Encyclopédie ?

11h45 – Pause

12h00Véronique Le Ru : La fin de l’Encyclopédie, c’est sa fin

12h45Pause déjeuner

14h00-17h15 – Présidence Marie Leca-Tsiomis

14h00Irène Passeron : Pour une Encyclopédie sans fin : le projet ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie)

14h45Odile Pauchet-Richard : L’Encyclopédie au quotidien : incidences du réel, échos d’une tâche ingrate dans la correspondance de Diderot

15h30Pause

15h45François Pépin : Le savoir expérimental en images. Autour des planches de chimie, d’anatomie et d’horlogerie.

16h30Machteld Meulleman : Les traductions de l’Encyclopédie : l’in(ter)compréhension manquée ?

Conclusion de la journée

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Maison de la Recherche (Bât. 13) – Salle polyvalente
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Conférence du Prof. Dr. Michael Stolleis

Écrire l’hAffiche_Stolleisistoire du droit : reconstruction, récit, fiction ?
26 mars 2015 – Bât. 17 – Salle du Conseil – 11h30

« …L’histoire du droit fait partie de la science historique. Même si son implantation académique la situe normalement dans les facultés de droit, ses questions centrales sont celles de l’histoire. L’histoire du droit veut savoir comment fonctionnait un ordre juridique passé. Elle pose la question de l’établissement de normes juridiques par la coutume ou par la législation, celle de la transmission des normes aux juristes et aux citoyens ainsi que celle de l’imposition des normes juridiques au quotidien, que ce soit par l’administration ou par les jugements rendus par les tribunaux. Dans un sens plus large, l’histoire du droit est la discipline qui s’intéresse au contexte historique des ordres juridiques dans leur ensemble et à l’enracinement culturel des normes juridiques… ».

Dans un dialogue vivant et décidé avec les auteurs du linguistic turn et de l’histoire conceptuelle (Koselleck), Michael Stolleis s’interroge, en historien, sur l’utilité présente des « concepts » pour le travail historique, essaye d’analyser la pertinence de la perpétuelle recherche des « faits » et entreprend de déterminer à quelle « vérité » les historiens peuvent encore prétendre aujourd’hui.

L’auteur

Michael Stolleis a enseigné jusqu’en 2006 le droit public et l’histoire du droit à l’université de Francfort/Main. Il fut également, de 1992 à 2006, directeur de l’Institut Max Planck d’histoire européenne du droit de Francfort/Main.

Par ses nombreuses publications sur l’histoire du droit moderne et contemporain, Michael Stolleis a acquis une renommée mondiale. Il a publié des ouvrages sur l’histoire du droit du national-socialisme (Recht im Unrecht), sur l’histoire des idées et de la science juridique du XVIe au XIXe siècle (Staat und Staatsräson in der frühen Neuzeit, 1990 ; Konstitution und Intervention, 2001), sur l’histoire du droit social (Geschichte des Sozialrechts in Deutschland, 2003) et plus récemment sur l’histoire du droit public en RDA (Sozialistische Gesetzgebung. Staats und Verwaltungswissenschaft in der DDR, 2009) ou sur l’enracinement populaire de la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe (Herzkammern der Republik. Die deutschen und das Verfassungsgericht, 2011).

Il est surtout l’auteur d’une monumentale Histoire du droit public en Allemagne de 1600 à 1990 en 4 tomes, publiés entre 1988 et 2012. Les deux premiers tomes de cet ouvrage de référence ont été traduits en français en 1998 (Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la police, P.U.F.) et en 2014 (Histoire du droit public en Allemagne. 1800-1914, Dalloz).

La qualité des travaux de Michael Stolleis a été reconnue et récompensée à de nombreuses occasions : en 1991, il a reçu la plus haute distinction scientifique allemande, le Prix Leibniz décerné par la Deutsche Forschungsgemeinschaft ; en 1995, il fut récompensé par le Prix pour la recherche scientifique de la Fondation du jubilé de la Banque de Suède ; en 2000, il fut le récipiendaire du Prix de la fondation Balzan et en 2010, il a été décoré de la Croix fédérale du Mérite, la récompense allemande la plus élevée destinée à honorer des mérites acquis au service du pays et de la collectivité. Enfin, depuis 2014, il est membre du prestigieux Ordre « Pour le Mérite pour les Sciences et les Arts ».

Il est docteur honoris causa des Universités de Lund, Toulouse, Padoue, Helsinki et il est membre de l’Académie des Sciences de Mainz, Berlin-Brandebourg et de Göttingen, de Académie nationale Leopoldina de Halle/Saale, de l’Académie pour la Langue et la Poésie de Darmstadt, de l’Académie de Finlande ainsi que de l’Académie royale des Sciences et de la Littérature du Danemark.

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Journée d’étude « Écrire l’histoire : reconstruction, récit, fiction ? »

Affiche_EcrireHistoireANNONCE

Les questions de méthodologie sont souvent considérées comme arides et ne suscitent que rarement l’enthousiasme, mais elles sont un élément sine qua non de la recherche scientifique et le manque de conscience méthodologique est une tare pour toute science. Pour la recherche historique, l’interrogation méthodologique est par essence interdisciplinaire et doit porter aussi bien sur les objets d’étude et les modalités de leur construction que sur la nature linguistique des outils mobilisés pour les aborder et les disséquer. Depuis le linguistic turn, les réflexions post-modernes sur le statut de la parole historienne et les analyses de Foucault sur l’« ordre du discours », l’horizon d’une telle interrogation est donc toujours nécessairement le langage et la nature textuelle de la réalité abordée par les sciences historiques.

Autour de la réflexion méthodologique de l’historien du droit Michael Stolleis et en présence de ce dernier, la journée d’étude « Écrire l’histoire. Reconstruction, récit, fiction ? » entreprend d’explorer différentes pistes sur les manières contemporaines d’écrire l’histoire dans une perspective résolument interdisciplinaire (regroupant des spécialistes d’histoire, d’histoire du droit, d’histoire des idées) et internationale (avec un horizon ouvert sur l’Allemagne, la France, la Grèce antique, les États-Unis).

Organisation : Christian E. Roques (CIRLEP-EA 4299)

PROGRAMME

09h00Accueil des participants

09h15 – Ouverture de la journée par M. Jean-François Boulanger, Doyen de l’UFR Lettres et sciences humaines et M. Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP.

9h30 – Gérard Raulet (Université Paris – Sorbonne, Paris) : Considérations méthodologiques sur l’histoire des idées

10h25 – Benjamin Pinhas (ENS, Paris) : La science historique au-delà de l’historisme? Le débat autour de l’historisme en République fédérale

11h20 – Pause café

11h30 – Michael Stolleis (Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte, Francfort/Main): Écrire l’histoire du droit: reconstruction, récit, fiction ?

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – Ernst Müller (Zentrum für Literatur- und Kulturforschung, Berlin) : Methodische Überlegungen zu einer interdisziplinären Begriffsgeschichte

14h55Tanja Itgenhorst (URCA, CERHiC) : Reconstruire le politique en Grèce archaïque: les enjeux de la poésie

15h50 Pause café

16h05 – Yann Phillipe (URCA, CIRLEP) : Que fait la culture populaire à l’historien et que fait l’historien à la culture populaire ?

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

 

La fantaisie dans les arts visuels

InvitationPROGRAMME

09h00Accueil des participants

09h15 – ouverture de la Journée d’étude par Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP

09h30Xavier Giudicelli (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Des penny dreadfuls à Penny Dreadful (2014) : hybridité générique et fantaisie néo-victorienne

10h00Yannick Bellenger-Morvan (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Muppets, Gelflings et Goblins dans The Dark Crystal (1982) et Labyrinth (1986) de Jim Henson et Brian Foud : une féerie conceptuelle et désincarnée ?

10h30débat et pause-café

11h00Caroline Julliot (Université du Maine) : Peau d’Âne de Jacques Demy, ou la fantaisie par l’hétérogamie

11h30Magali Dumousseau-Lesquer (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) : Ágatha Ruiz de la Prada : la fantaisie selon les règles de l’art

12h00débat et pause-déjeuner (salle polyvalente)

14h00Emmanuel Le Vagueresse (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Les Charlots font l’Espagne (1972) : sous la plage, les pavés ?

14h30Françoise Heitz (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Chronique d’une joie programmée : No de Pablo Larraín (2012)

15h00débat et pause-café

15h30Juan Carlos Baeza Soto (Université de Cergy-Pontoise) : Remedios Varo, Leonora Carrington, ou la fantaisie comme asile

16h00débat & conclusions

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Contacts
francoise.rabanie-heitz@univ-reims.fr
emmanuel.le-vagueresse@univ-reims.fr

Lieu du colloque

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Maison de la recherche (Bât. 13) – Amphithéâtre
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Télécharger le programme
Télécharger l’affiche

IIe colloque international « Images de la France dans la littérature latino-américaine »

Affiche_AmeriqueLatineLa France est considérée, dans les pays d’Amérique latine, comme la patrie des Lettres et des Arts, ainsi que comme le modèle d’accès à la démocratie. Si Paris, en sa qualité de capitale, de ville-lumière, est la ville le plus souvent citée, tout événement festif est associé au champagne, et le renouvellement de l’écriture, à Rimbaud, l’Ardennais. « C’est à Paris que je suis devenu écrivain », a souvent affirmé Mario Vargas Llosa. Quant à un personnage du Colombien Alvaro Mutis, il identifie « l’accent de Reims », impossible à confondre… Mais « la vie n’est pas une bouteille de champagne », écrit Luis Fernando Vidal.

Ces quelques exemples montrent la perception et la représentation de notre région et de notre capitale, l’attachement culturel et affectif à nos terres dans l’imaginaire latino-américain. Beaucoup d’autres sont présents dans les textes littéraires, les essais, les chroniques et l’historiographie dans l’Amérique de langue espagnole et portugaise.

Les communications privilégieront dans le domaine de la prose narrative incluant roman, nouvelle, essai, chronique historique, mais aussi la poésie, dans le domaine latino-américain, les thématiques liées à la perception réelle ou imaginaire, de la France.

Organisé par Marie-Madeleine Gladieu

INSCRIPTIONS
Personnes extérieures :

– en français : http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=IFLLA15
– en espagnol : http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=es&semId=IFLLA15

Personnes URCA (gratuit)http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=IFLLA15-U

Soldats et civils au XVIIIe siècle : échanges épistolaires et culturels

Affiche_SoldatsProgramme

Vendredi 12 décembre 2014 – Maison de la Recherche

13h30Accueil des participants

14h00 – Introduction thématique de François GENTON (Université Stendhal-Grenoble 3) et Thomas NICKLAS (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Première séance

14h15 – Holger GRÄF (Philipps-Universität Marburg) : Militär- und Zivilgesellschaft in Hessen-Kassel am Beispiel des Gilsa-Briefwechsels

14h45 – Ludolf PELIZAEUS (Université de Picardie Jules Verne) : Der Krieg aus der Sicht der “Generalin”. Die Briefe der Friederike von Riedesel im Amerikanischen Unabhängigkeitskrieg und ihre Rezeption

15h15 – Jörn MÜNKNER (Universität Kassel) : Johann von Ewald : Berufssoldat, Kriegskundler, Diarist und Liebesbriefschreiber

15h45 – Isabelle DEFLERS (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) : Preußen als Modell in Frankreich nach dem Siebenjährigen Krieg

16h15Discussion

16h45Pause

Deuxième séance

17h10 – Pierrick ORLAREY (LAHRA-Grenoble) : Les relations entre les garnisons de la Haute Vallée de la Durance (Briançon, Mont-Dauphin) et les populations locales, au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle

17h40 – Anne MARLE-KOLLE (Université Paris-Sorbonne) : Soldats et civils au XVIIIe siècle : échanges épistolaires et culturels : l’exemple d’une ville de garnison lorraine : Epinal

18h10Discussion

20h00Dîner

Samedi 13 décembre 2014 – Maison de la Recherche

Troisième séance

09h45 – Johannes BIRGFELD (Universität des Saarlandes) : Erregte Netzwerke – Briefe, Medaillons und bürgerliche (und) militärische Gedenken

10h15Discussion

10h45Pause

11h00 – François GENTON (Université Stendhal-Grenoble 3) : Soldats et société civile : une thématique du drame de langue allemande dans la France du XVIIIe siècle

11h30 – Helga MEISE (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « …das Gespenst der Ehre ». Militär- und Zivilgesellschaft in Lessings ‚Minna von Barnhelm‘

12h00 – Vera VIEHÖVER (Université de Liège) : Soldaten und Militärgesellschaft im weiblichen Blick. Anmerkungen zu einigen autobiographischen Texten aus dem späten 18. Jahrhundert

12h30Discussion

13h00Déjeuner

Quatrième séance

14h15 – Françoise KNOPPER (Université Toulouse – Jean Jaurès) : La correspondance du prince Henri de Prusse

14h45 – Wolfgang FINK (Université Lumière Lyon 2) : Aumônier ou précepteur ? C. F. Gellert et la guerre de Sept Ans

15h15Discussion

15h45 – Clôture de la journée d’études, départ des participants

 

Information pratiques

Contact et informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu du colloque
Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Maison de la Recherche (Bât. 17) – Salle R.240
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Télécharger le programme
Télécharger l’affiche

La littérature pour la jeunesse: vecteur pour une identité culturelle populaire?

 

Colloque international et pluridisciplinaire

Université de Reims-Champagne Ardenne

CIRLEP

Axe de recherche RSTI

21-22 novembre 2014

 

La littérature pour la jeunesse:

vecteur d’une identité culturelle populaire ?

 

 

jessie-willcox-smith-_jeune_enfant_lisant_livre_animalierL’objet de ce colloque, volontairement pluridisciplinaire, est d’interroger la notion d’identité culturelle. Comment un peuple définit-il et élabore-t-il son identité? Il s’agit de déterminer les signes qui permettent l’identification à une culture populaire, qu’elle soit locale, nationale ou transnationale. La culture de caste et celle du genre sexuel relèvent pleinement de cette thématique.

Nous avons choisi de centrer notre réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, dans ses différentes manifestations, en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. Les communications s’articuleront autour des deux volets de la dialectique « instruire/divertir », dans un rapport non exclusif permettant les combinaisons les plus fécondes.

Le premier axe didactique s’appuiera sur une sélection non exhaustive de supports : récits moraux, miroirs, manuels et récits documentaires, comptines et chansons à visée éducative. À titre d’exemples, nous pensons au Tour de la France par deux enfants de G. Bruno ou aux Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrées par Louis-Maurice Boutet de Monvel, dans le domaine francophone ; aux Lessons to Children d’Anna Laetitia Barbauld ou à la pédagogie de Maria Edgeworth dans le domaine anglophone ; à Das Glück der guten Erziehung du chanoine Schmid dans le domaine germanophone. Outre les œuvres classiques, les interventions pourront également porter sur la littérature pour la jeunesse d’aujourd’hui.

Le second axe récréatif s’intéressera aux récits d’aventures, aux robinsonnades et aux littératures de l’imaginaire. Quel est le rôle des romans de Jules Verne et de Joachim Heinrich Campe dans la construction d’une identité culturelle populaire ? Quelle part de subversion attribuer aux contes de George McDonald ? La littérature pour la jeunesse contemporaine, mondialisée et consommée en masse, offre-t-elle encore un terrain sur lequel bâtir une culture identitaire ?

La littérature patrimoniale, à la confluence des deux axes, occupera une place signifiante dans nos réflexions. Il s’agit bien de questionner les dispositifs idéologiques qui président à la construction et à l’affirmation du sentiment d’appartenance à une culture. Le corpus pourra être écrit, oral et/ou iconographique. Nous nous intéresserons autant à la norme qu’à sa subversion. On portera une attention particulière à la traduction intersémiotique et à la poly-exploitation de certaines œuvres pour la jeunesse : le passage de l’oralité à l’écriture, puis de l’écriture à l’image préserve-t-il ou aliène-t-il leur essence populaire (Volkstümlichkeit) ?

Nous refusons délibérément de restreindre notre problématique à une aire géographique et à des bornes temporelles prédéfinies afin de garantir la plus grande ouverture et amplitude possibles à nos travaux. Toutes les méthodes de recherche sont les bienvenues (linguistiques, littéraires, civilisationnelles, historiographiques).

Chaque intervention de 20 minutes sera suivie de 10 minutes de discussion. Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’allemand, afin de permettre aux chercheurs d’Europe de l’Est de prendre part à notre réflexion.

Comité d’organisation : Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP).

 

Pour consulter le Texte de cadrage, le programme, s’inscrire, obtenir des informations utiles ou entrer en contact avec les organisateurs du colloque, cliquer sur le lien suivant approprié

 

Le texte de cadrage du colloque / Presentation of the Conference theme

Le programme / The Conference Programme

Pour s’inscirire / To Register

Informations utiles / Useful Information

 

 

« Literature for Children and Popular Cultural Identity »

Rheims University – 21-22 November 2014

 

jessie-willcox-smith-_jeune_enfant_lisant_livre_animalierThe purpose of this international and interdisciplinary conference is to question the notion of cultural identity. How does a people define and design its identity? Our ambition is to determine what signs make identification to a local, national and transnational culture possible. In that respect, focusing on gender and caste cultures may also be relevant.

We have deliberately centred our questioning on children’s literature, which, in its multifarious forms, is a privileged space for representing and recognising collective and individual identity. Papers will embrace both aspects of the dialectic of instruction and entertainment, in a non-exclusive approach allowing the most innovative combinations.

The didactic axis will focus on a non-exhaustive selection of texts: moral tales, mirrors for princes, textbooks and documentaries, nursery rhymes and educational songs. The following works might be cited as examples: G. Bruno’s Tour de la France par deux enfants as well as Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrated by Louis-Maurice Boutet de Monvel, in France; Anna Laetitia Barbauld’s Lessons to Children in Great Britain; Das Glück der guten Erziehung by Canon Schmid in Germany. Besides classical novels, proposals may also bear on today’s literature for children.

The recreational axis will deal with tales of adventures and fantasy stories. What part is played by Jules Verne’s and Joachim von Campe’s novels in the making of a national cultural identity? To what extent are George McDonald’s fairy tales subversive? Is today’s globalised and mass-consumed children’s literature still offering the fertile ground on which some form of common popular culture can be built?

Merging both axes, national or « legacy » literature will be granted significant weight in our considerations. The aim is to examine the ideological mechanisms presiding over the construction and assertion of some sense of belonging to one particular culture. The corpus may refer to oral, written and/or visual documents. The papers may focus on norms as much as on their subversion. Close attention will be paid to the inter-semiotic translation and poly-exploitation of stories for children: does the shift from the oral tale to the written text and, later, from the written text to the picture book preserve or alienate their popular essence (Volkstümlichkeit)?

We have deliberately refused to restrict our research to one specific geographical area or one specific period so the papers may tackle a wide range of topics. All methods of research are welcome and may cover fields as varied as linguistics, literature, civilisation, historiography.

Each 20-minute paper will be followed by a ten-minute discussion. The languages spoken are French, English and German, to allow Eastern European researchers to fully take part in the event.

 

Die Jugendliteratur:

Vehikel einer volkstümlichen kulturellen Identität

Universität Reims-Champagne Ardenne

21. und 22. November 2014

 

jessie-willcox-smith-_jeune_enfant_lisant_livre_animalierZiel dieses Kolloquiums, welches bewusst multidisziplinär gestaltet ist, wird es sein, den Begriff kulturelle Identität zu hinterfragen. Auf welche Weise definiert und entwickelt ein Volk seine Identität ? Dabei gilt es, die Merkmale zu bestimmen, welche eine Identifizierung mit einer lokalen, nationalen oder aber transnationalen volkstümlichen Kultur ermöglichen. Die Kultur der Kasten und die des biologischen und sozialen Geschlechts lassen sich vollumfänglich dieser Thematik zuordnen.

 

Wir haben uns entschieden, unsere Fragestellungen auf die vielgestaltige Jugendliteratur zu beschränken, welche in ihren unterschiedlichen Ausprägungen ein bevorzugtes Feld der Darstellung und Wiedererkennung individueller und kollektiver Identität ist. Die zu untersuchenden Texte lassen sich um die zwei dialektischen Aspekte „Belehren und Unterhalten“ anordnen, welche in einem nicht ausschließlichen Verhältnis möglichst fruchtbare Kombinationen zulassen sollten.

 

Der erste, didaktische Aspekt wird auf einer nicht abschließende Auswahl an Texten stützen: moralisch geprägte Berichte, Spiegel, dokumentarische Berichte und Handbücher, Kinder- sowie erzieherische Lieder. Als Beispiele für den französischen Sprachraum seien genannt „Tour de la France par deux enfants“ von G. Bruno oder „Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants“ herausgegeben von Louis Maurice Boutet de Monvel; für den angelsächsischen Sprachraum „Lessons to Children“ von Anna Laetitia Barbauld oder aber die Pädagogik von Maria Edgeworth, sowie für den deutschen Sprachraum „Das Glück der guten Erziehung“ des Domherrn Schmidt. Neben den klassischen Werken wird ebenfalls auch zeitgenössische Literatur verwendet werden.

Der zweite, unterhaltende Aspekt wird sich mit Abenteuergeschichten, Robinsonaden und Fantasiegeschichten befassen. Welche Rolle spielen die Romane von Jules Verne und von Joachim Heinrich Campe in der Konstruktion einer volkstümlichen kulturellen Identität ? Welchen Beitrag leisten die Erzählungen von George McDonald zur Subversion? Bietet die zeitgenössische Jugendliteratur, welche weltweit verbreitet und von Massen gelesen wird, noch eine Grundlage, auf welcher eine kulturelle Identität aufgebaut werden kann ?

Im Schnittpunkt der beiden Aspekte werden die literarischen Überlieferungen in ihren vielfältigen Ausdrücken – Sagen- und Märchenschatz, mündliche Literaturformen, Bilderbogen … ; das Korpus  kann nämlich schriftlich, mündlich oder ikonographisch sein – einen wesentlichen Platz in unseren Überlegungen einnehmen. Es geht darum, die ideologischen Mittel zu hinterfragen, die den Aufbau und die Bestätigung eines kulturellen Zugehörigkeitsgefühls leiten.  Wir interessieren uns gleichermaßen für die Norm wie auch für ihre Subversion. Unser besonderes Augenmerk liegt auf der intersemiotischen Übersetzung und der mehrfach Nutzung einiger dieser Werke : Bewahrt der Übergang vom Gesprochenen zum Geschriebenen, und vom Schriftlichen zum Bild die Volkstümlichkeit oder führt er zu deren Verlust ?

Wir verzichten bewusst auf eine geographische oder zeitliche Beschränkung unserer Problemstellung, um eine größtmögliche Offenheit und Weite unserer Arbeit zu erreichen und begrüßen alle Forschungsansätze (linguistisch, literarisch, kulturwissenschaftlich, historisch).

Jedem 20 minütigen Vortrag folgt eine 10 minütige Diskussion. Die Sprachen des Kolloquiums sind Französisch, Deutsch und Englisch, um sicherzustellen, dass auch mittel- und osteuropäische Forscher an unseren Überlegungen teilnehmen können.

 

Wissenschaftlicher Ausschuss: Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger (CIRLEP)

 

Wir würden Sie bitten, uns Ihre Themenvorschläge von maximal 300 Worten mit einem kurzen biographischen Abriss bis zum 15. März 2014 bei Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr) UND Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr) einzureichen.

Appel à communications: Res per Nomen N°5

Université de Reims Champagne-Ardenne, 28 au 30 mai 2015

Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à la question de la référence en langue, abordée du point de vue de la philosophie et de la linguistique.  Après un premier bilan de la question, en 2007, la référence a été abordée du point de vue de l’anthropologie, en 2009, du point de vue de la conscience et du sujet énonciateur, en 2011, et sous l’angle, en 2013, de la dénomination, c’est-à-dire de la relation entre sens et monde extralinguistique, qui a permis à Georges Kleiber de prôner , depuis les années 1980, une sémantique référentielle.

Cette cinquième édition de Res per nomen est consacrée à la négation, une notion qui pourrait surprendre dans le cadre de la référence. En effet, comment articuler les deux notions? La négation nie-t-elle ce que les faits de langue référentiels présupposent comme existant ?

Dans le domaine de la philosophie, et tout au long de son histoire, la négation a joué  et joue encore un rôle fondamental. Un balayage historique permet de le vérifier aisément : les premières recherches concernant les concepts négatifs étaient étroitement associées au statut du non-être en métaphysique et en ontologie et dès l’œuvre de Platon est présente l’idée que la négation peut être définie positivement en termes de différence ou d’opposition. Avec Aristote, l’attention portée à la négation s’est déplacée vers le terrain du langage et de la logique. La négation constitue l’un des éléments en jeu dans le carré des oppositions et joue un rôle fondamental dans l’opposition entre les notions de contraire et contradictoire.

Par ailleurs, la question de l’asymétrie entre affirmation et négation a opposé les philosophes de périodes très diverses. Si pour certains (Kant, Hegel, Bergson, Strawson, parmi d’autres) les énoncés (ou jugements)  négatifs sont moins primitifs, moins informatifs, moins valables somme toute que leurs contreparties affirmatives, pour d’autres auteurs (par exemple Frege, Ayer, Geach, Quine, Austin) cette opposition n’a pas lieu d’être. Pour les partisans de l’asymétrie, la négation constitue une affirmation de second ordre, au sens où les énoncés négatifs renvoient à des énoncés affirmatifs, alors que les énoncés  affirmatifs concernent la réalité.

Mais la négation intervient également dans de nombreux autres questionnements philosophiques: pendant l’Antiquité, les philosophes se sont avisés que l’on ne peut parler du principe sinon par négations. Le néo-platonisme a développé cette philosophie de la négation: Plotin, Proclos, Damascius. Au Moyen Age, en occident sous l’influence de Denys l’Aréopagite, la théologie négative va se développer avec Jean Scot Erigène et Maître Eckhart notamment. Et si l’on considère des époques moins éloignées,  Wittgenstein a, pour sa part, mis l’accent sur les limites du langage, outil ne permettant pas à l’homme d’exprimer certains contenus ; Hegel a bâti le mouvement dialectique sur le caractère négatif de la raison… Il nous semble légitime de dire que la négation est partout…ou plutôt que rien n’échappe à la négation.

Du côté des linguistes, les nombreux travaux consacrés au domaine de la négation ont tenté de répondre à des interrogations relevant aussi bien de la morphosyntaxe que de la lexicologie, la sémantique ou la pragmatique. Comment construit-on un énoncé négatif ? Comment peut-on déterminer la référence de mots négatifs tels que aucun, jamaisrien ? Sur quel(s) élément(s) de la phrase porte la négation ? Quel est le rôle de la négation dite explétive ? Combien de types de négation existe-t-il ? Comment les identifier ? Est-ce que la polarité négative est un phénomène syntaxique ou sémantique ? Comment opère la règle de montée de la négation (neg-raising) ? De quelle manière se sert-on de la négation comme stratégie discursive ? Est-ce que le point de vue affirmatif auquel s’oppose le locuteur d’un énoncé négatif est systématiquement présent et si oui, à quel niveau ? Bien entendu, cette liste est loin d’être exhaustive et son seul objectif est de rappeler un certain nombre de questions-clés.

Même en se limitant aux études contemporaines – nous pensons notamment aux travaux de C. Muller, D. Gaatone, O. Ducrot, J. Moeschler, M. Arrivé, P. Attal, J.-C. Anscombre,  B. Callebaut ou R. Martin pour le français, à ceux d’O. Jespersen, T. Givón, C.L. Baker, J. Hoeksema ou L. Horn pour l’anglais ou aux travaux d’I. Bosque, F. Hernández Paricio  ou C. Sánchez López sur l’espagnol et à ceux de J.-M. Zemb pour l’allemand− le travail accompli, ainsi que les pistes à explorer témoignent de la richesse du domaine auquel nous consacrerons notre prochain colloque et de l’intérêt que certains aspects de la négation peuvent encore susciter, particulièrement son rapport (possible ? Impossible?) avec la référence.

Si nous avons surtout évoqué jusqu’ici l’importance de la négation en linguistique et en philosophie, nous rappelons également le rôle qu’ont joué en psychologie et en psychanalyse les notions de refus, d’interdit, d’étape du non… Ce volet viendra sans doute enrichir nos réflexions.

Langues du colloque : français, anglais.

Les études linguistiques devront porter sur le français ou sur une comparaison entre le français et une (d’) autre(s) langue(s), quelle que soit la langue choisie pour communiquer.

Comité organisateur : René Daval, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Silvia Palma.

Les propositions de contribution sont à transmettre à Emilia Hilgert et Silvia Palma: emilia.hilgert@univ-reims.fr ; silvia.palma@univ-reims.fr

Dates à retenir :

  • réception des propositions de communication: le 15 novembre 2014
  • notification d’acceptation ou de refus: le 15 janvier 2015
  • publication du programme: le 15 mars 2015

Tarifs :

  • Frais d’inscription : 100 euros
  • Repas : 15 euros par repas (inscription obligatoire)
  • Repas de gala du vendredi soir : 50 euros (inscription obligatoire)
  • Une attestation de frais d’inscription et de frais de repas vous sera délivrée à la fin du colloque.

Informations pratiques sur :www.res-per-nomen.org

Appel à communications: CBDA 4

Colloque Bisannuel
sur la Diachronie de l’Anglais

4e édition: Troyes, 6-8 juillet 2015

 

rueemilezoladétourélite
« Rue Emile Zola » PHOTO : D. Le Nevé / OT Troyes

 

Appel à communications

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la 4ème édition du Colloque international Bisannuel sur la Diachronie de l’Anglais (CBDA-4) se tiendra à Troyes (France), du 6 au 8 juillet 2015, hébergé par l’Université de Reims Champagne-Ardenne et organisé en collaboration avec l’Université François Rabelais (Tours) et l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens).

Le principal objectif du colloque est de fournir aux linguistes travaillant sur la diachronie de l’anglais une occasion de présenter leurs travaux et un forum où discuter des dernières avancées dans le domaine de la linguistique diachronique de l’anglais.

Nous vous invitons donc à soumettre des propositions de communication sur tous les sujets touchant au changement et à la variation dans l’histoire de l’anglais (notamment dans les domaines de la syntaxe, de la sémantique, de la phonétique, de la phonologie, de la morphologie, de la pragmatique, de la sociolinguistique, des contacts entre langues, du changement linguistique, de la lexicologie) et sur toutes les périodes de l’histoire de l’anglais ainsi que sur les autres langues directement pertinentes pour l’étude de l’anglais. Les communicants disposeront de 30 minutes au total, dont 10 minutes pour la discussion.

Si vous souhaitez présenter une communication, envoyez un résumé (environ 300 à 400 mots), en format word ou pdf, à Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr) et à Brian Lowrey (brian.lowrey@u-picardie.fr) avant le 31 mars 2015. Le document où figure le résumé doit être laissé anonyme tandis que le titre de la communication, le nom du communicant et son affiliation doivent figurer clairement dans le corps du courriel.

Il est également possible de proposer un atelier. Si vous souhaitez organiser un atelier sur un thème spécifique, envoyez une proposition détaillée (thème, noms des communicants envisagés, etc.) à Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr) et à Brian Lowrey (brian.lowrey@u-picardie.fr) avant le 15 janvier 2015. Idéalement, un atelier devrait comprendre 4 à 5 communications et obéir au même format que les autres (30 minutes par intervenant, dont 10 minutes pour la discussion) afin de faciliter l’organisation d’ensemble.

Conférence plénière: David Denison, professeur à l’Université de Manchester, ‘Pushing the Boundaries of Word Classes’

Vous pouvez également consulter ces informations sur le site du colloque: http://www.cbdaconference.org/

 

Nous nous réjouissons d’avance de pouvoir vous accueillir dans la très jolie ville médiévale de Troyes.

Organisation sur place:

Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr)

Céline Roméro (celine.romero@univ-reims.fr)

Comité scientifique:

Dominique Boulonnais (dominique.boulonnais@univ-paris3.fr)

Catherine Delesse (catherine.delesse@univ-lorraine.fr)

Sylvain Gatelais (sylvain.gatelais@univ-tours.fr)

Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr)

Brian Lowrey (brian.lowrey@u-picardie.fr)

Olivier Simonin (olivier.simonin@univ-perp.fr)

Fabienne Toupin (fabienne.toupin@univ-tours.fr)

 

logo reimslogo univ Tours

 

CORPUS EA 4295                       CIRLEP EA 4299             Laboratoire Ligérien de Linguistique UMR 7270

Appel à communications: CBDA 4

Biennial Conference
on the Diachrony of English

4th edition: Troyes (France), 6-8 July 2015

Update: New deadline for abstracts April 15

rueemilezoladétourélite
« Rue Emile Zola » PHOTO : D. Le Nevé / OT Troyes

 

Call for papers

We are pleased to announce that the 4th edition of the international Biennial Conference on the Diachrony of English (CBDA-4) will take place in Troyes, France, from July 6th to July 8th 2015, hosted by the Université de Reims Champagne-Ardenne and organised in collaboration with the Université François-Rabelais (Tours) and Université de Picardie Jules Verne (Amiens). We are pleased to announce that the 4th edition of the international Biennial Conference on the Diachrony of English (CBDA-4) will take place in Troyes, France, from July 6th to July 8th 2015, hosted by the Université de Reims Champagne-Ardenne and organised in collaboration with the Université François-Rabelais (Tours) and Université de Picardie Jules-Verne (Amiens).

The main objective of the conference is to provide linguists working on the history of English with an opportunity to present their work and a forum within which to discuss current issues in English diachronic linguistics. We invite contributors, therefore, to submit session papers on all topics concerned with change and variation in the history of English (including syntax, semantics, phonetics, phonology, morphology, pragmatics, sociolinguistics, language contact, language change, lexicology), and on all periods in the history of English, and even on other languages directly relevant to the study of English.

Full papers will be allowed 30 minutes, including 10 minutes for discussion. If you would like to present a paper, please send an abstract (approximately 300 – 400 words), in Word or pdf format, to both Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr) and Brian Lowrey (brian.lowrey@u-picardie.fr). Abstracts should reach us no later than March 31st, 2015. We would ask you to leave the abstract anonymous, but to cite your name and affiliation as well as the title of your paper in the e-mail.

We also welcome workshop proposals. If you wish to organise a workshop on a specific theme, please send details of your proposal (topic, provisional list of speakers, etc.) to Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr) and to Brian Lowrey (brian.lowrey@u-picardie.fr) by January 15th, 2015  at the latest. Workshops, ideally, should contain at least 4 or 5 slots, and need to be compatible with the main conference schedule. The general format (30 minute presentations, allowing 10 minutes for discussion) should therefore be adopted.

Keynote: Pr. David Denison (University of Manchester), ‘Pushing the Boundaries of Word Classes’

Further information is available on the meeting website: http://www.cbdaconference.org/

 

We look forward to having the opportunity to welcome you to the beautiful medieval city of Troyes.

The local organizers:

Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr)

Céline Roméro (celine.romero@univ-reims.fr)

The scientific committee

Dominique Boulonnais (dominique.boulonnais@univ-paris3.fr)

Catherine Delesse (catherine.delesse@univ-lorraine.fr)

Sylvain Gatelais (sylvain.gatelais@univ-tours.fr)

Elise Louviot (elise.louviot@univ-reims.fr)

Brian Lowrey (brian.lowrey@u-picardie.fr)

Olivier Simonin (olivier.simonin@univ-perp.fr)

Fabienne Toupin (fabienne.toupin@univ-tours.fr)

 

logo reimslogo univ Tours

 

CORPUS EA 4295                         CIRLEP EA 4299                         Laboratoire Ligérien de Linguistique UMR 7270