Tous les articles par hincmar

Regards croisés sur l’EMILE et l’Intercompréhension Intégrée

Affiche_EMILEÀ l’heure de la diversification linguistique et culturelle des sociétés et de la mobilité croissante des apprenants et des enseignants, le monde de l’éducation s’interroge sur son évolution, qui pourrait se révéler être une mutation. En France, comme dans d’autres pays européens, les méthodes de la didactique du plurilinguisme, qui chacune ont désormais fait leurs preuves à l’international, peinent encore à s’intégrer à l’enseignement. Dans la conviction que cette prudence politique et institutionnelle n’est pas forcément injustifiée, cette journée d’études souhaite mettre à profit ce délai de réflexion en se penchant sur deux « approches plurielles » articulant enseignement disciplinaire et linguistique, à savoir l’EMILE (Enseignement d’une Matière Intégrant une Langue Etrangère) et l’Intercompréhension Intégrée (apprentissage de savoirs disciplinaires à travers des documents plurilingues). Quels sont leurs atouts et contraintes respectifs ? Quelles sont les conditions à remplir pour optimiser leurs efficience pédagogique et réussite ? Est-il préférable de présenter ces deux pratiques de façon parallèle, en complémentarité ou en fusion ? Quelles modalités sont à prévoir en fonction des différents contextes et niveaux d’enseignement visés ? Existe-t-il des réticences politiques, sociétales, institutionnelles ou professionnelles face à de telles approches et à leur intégration curriculaire ? Si oui, quelles sont-elles ? Pourquoi existent-elles et comment peut-on les réduire ?
 

Cette journée d’études aura lieu les 2 et 3 avril 2015 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

| Campus Croix Rouge | UFR Lettres et Sciences Humaines | Bâtiment Recherche.

Pour consulter le programme ou entrer en contacte avec les organisateurs du colloque, cliquer sur le lien suivant approprié

La littérature pour la jeunesse: vecteur pour une identité culturelle populaire?

 

Colloque international et pluridisciplinaire

Université de Reims-Champagne Ardenne

CIRLEP

Axe de recherche RSTI

21-22 novembre 2014

 

La littérature pour la jeunesse:

vecteur d’une identité culturelle populaire ?

 

 

jessie-willcox-smith-_jeune_enfant_lisant_livre_animalierL’objet de ce colloque, volontairement pluridisciplinaire, est d’interroger la notion d’identité culturelle. Comment un peuple définit-il et élabore-t-il son identité? Il s’agit de déterminer les signes qui permettent l’identification à une culture populaire, qu’elle soit locale, nationale ou transnationale. La culture de caste et celle du genre sexuel relèvent pleinement de cette thématique.

Nous avons choisi de centrer notre réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, dans ses différentes manifestations, en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. Les communications s’articuleront autour des deux volets de la dialectique « instruire/divertir », dans un rapport non exclusif permettant les combinaisons les plus fécondes.

Le premier axe didactique s’appuiera sur une sélection non exhaustive de supports : récits moraux, miroirs, manuels et récits documentaires, comptines et chansons à visée éducative. À titre d’exemples, nous pensons au Tour de la France par deux enfants de G. Bruno ou aux Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrées par Louis-Maurice Boutet de Monvel, dans le domaine francophone ; aux Lessons to Children d’Anna Laetitia Barbauld ou à la pédagogie de Maria Edgeworth dans le domaine anglophone ; à Das Glück der guten Erziehung du chanoine Schmid dans le domaine germanophone. Outre les œuvres classiques, les interventions pourront également porter sur la littérature pour la jeunesse d’aujourd’hui.

Le second axe récréatif s’intéressera aux récits d’aventures, aux robinsonnades et aux littératures de l’imaginaire. Quel est le rôle des romans de Jules Verne et de Joachim Heinrich Campe dans la construction d’une identité culturelle populaire ? Quelle part de subversion attribuer aux contes de George McDonald ? La littérature pour la jeunesse contemporaine, mondialisée et consommée en masse, offre-t-elle encore un terrain sur lequel bâtir une culture identitaire ?

La littérature patrimoniale, à la confluence des deux axes, occupera une place signifiante dans nos réflexions. Il s’agit bien de questionner les dispositifs idéologiques qui président à la construction et à l’affirmation du sentiment d’appartenance à une culture. Le corpus pourra être écrit, oral et/ou iconographique. Nous nous intéresserons autant à la norme qu’à sa subversion. On portera une attention particulière à la traduction intersémiotique et à la poly-exploitation de certaines œuvres pour la jeunesse : le passage de l’oralité à l’écriture, puis de l’écriture à l’image préserve-t-il ou aliène-t-il leur essence populaire (Volkstümlichkeit) ?

Nous refusons délibérément de restreindre notre problématique à une aire géographique et à des bornes temporelles prédéfinies afin de garantir la plus grande ouverture et amplitude possibles à nos travaux. Toutes les méthodes de recherche sont les bienvenues (linguistiques, littéraires, civilisationnelles, historiographiques).

Chaque intervention de 20 minutes sera suivie de 10 minutes de discussion. Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’allemand, afin de permettre aux chercheurs d’Europe de l’Est de prendre part à notre réflexion.

Comité d’organisation : Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP).

 

Pour consulter le Texte de cadrage, le programme, s’inscrire, obtenir des informations utiles ou entrer en contact avec les organisateurs du colloque, cliquer sur le lien suivant approprié

 

Le texte de cadrage du colloque / Presentation of the Conference theme

Le programme / The Conference Programme

Pour s’inscirire / To Register

Informations utiles / Useful Information

 

 

« Literature for Children and Popular Cultural Identity »

Rheims University – 21-22 November 2014

 

jessie-willcox-smith-_jeune_enfant_lisant_livre_animalierThe purpose of this international and interdisciplinary conference is to question the notion of cultural identity. How does a people define and design its identity? Our ambition is to determine what signs make identification to a local, national and transnational culture possible. In that respect, focusing on gender and caste cultures may also be relevant.

We have deliberately centred our questioning on children’s literature, which, in its multifarious forms, is a privileged space for representing and recognising collective and individual identity. Papers will embrace both aspects of the dialectic of instruction and entertainment, in a non-exclusive approach allowing the most innovative combinations.

The didactic axis will focus on a non-exhaustive selection of texts: moral tales, mirrors for princes, textbooks and documentaries, nursery rhymes and educational songs. The following works might be cited as examples: G. Bruno’s Tour de la France par deux enfants as well as Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrated by Louis-Maurice Boutet de Monvel, in France; Anna Laetitia Barbauld’s Lessons to Children in Great Britain; Das Glück der guten Erziehung by Canon Schmid in Germany. Besides classical novels, proposals may also bear on today’s literature for children.

The recreational axis will deal with tales of adventures and fantasy stories. What part is played by Jules Verne’s and Joachim von Campe’s novels in the making of a national cultural identity? To what extent are George McDonald’s fairy tales subversive? Is today’s globalised and mass-consumed children’s literature still offering the fertile ground on which some form of common popular culture can be built?

Merging both axes, national or « legacy » literature will be granted significant weight in our considerations. The aim is to examine the ideological mechanisms presiding over the construction and assertion of some sense of belonging to one particular culture. The corpus may refer to oral, written and/or visual documents. The papers may focus on norms as much as on their subversion. Close attention will be paid to the inter-semiotic translation and poly-exploitation of stories for children: does the shift from the oral tale to the written text and, later, from the written text to the picture book preserve or alienate their popular essence (Volkstümlichkeit)?

We have deliberately refused to restrict our research to one specific geographical area or one specific period so the papers may tackle a wide range of topics. All methods of research are welcome and may cover fields as varied as linguistics, literature, civilisation, historiography.

Each 20-minute paper will be followed by a ten-minute discussion. The languages spoken are French, English and German, to allow Eastern European researchers to fully take part in the event.

 

Die Jugendliteratur:

Vehikel einer volkstümlichen kulturellen Identität

Universität Reims-Champagne Ardenne

21. und 22. November 2014

 

jessie-willcox-smith-_jeune_enfant_lisant_livre_animalierZiel dieses Kolloquiums, welches bewusst multidisziplinär gestaltet ist, wird es sein, den Begriff kulturelle Identität zu hinterfragen. Auf welche Weise definiert und entwickelt ein Volk seine Identität ? Dabei gilt es, die Merkmale zu bestimmen, welche eine Identifizierung mit einer lokalen, nationalen oder aber transnationalen volkstümlichen Kultur ermöglichen. Die Kultur der Kasten und die des biologischen und sozialen Geschlechts lassen sich vollumfänglich dieser Thematik zuordnen.

 

Wir haben uns entschieden, unsere Fragestellungen auf die vielgestaltige Jugendliteratur zu beschränken, welche in ihren unterschiedlichen Ausprägungen ein bevorzugtes Feld der Darstellung und Wiedererkennung individueller und kollektiver Identität ist. Die zu untersuchenden Texte lassen sich um die zwei dialektischen Aspekte „Belehren und Unterhalten“ anordnen, welche in einem nicht ausschließlichen Verhältnis möglichst fruchtbare Kombinationen zulassen sollten.

 

Der erste, didaktische Aspekt wird auf einer nicht abschließende Auswahl an Texten stützen: moralisch geprägte Berichte, Spiegel, dokumentarische Berichte und Handbücher, Kinder- sowie erzieherische Lieder. Als Beispiele für den französischen Sprachraum seien genannt „Tour de la France par deux enfants“ von G. Bruno oder „Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants“ herausgegeben von Louis Maurice Boutet de Monvel; für den angelsächsischen Sprachraum „Lessons to Children“ von Anna Laetitia Barbauld oder aber die Pädagogik von Maria Edgeworth, sowie für den deutschen Sprachraum „Das Glück der guten Erziehung“ des Domherrn Schmidt. Neben den klassischen Werken wird ebenfalls auch zeitgenössische Literatur verwendet werden.

Der zweite, unterhaltende Aspekt wird sich mit Abenteuergeschichten, Robinsonaden und Fantasiegeschichten befassen. Welche Rolle spielen die Romane von Jules Verne und von Joachim Heinrich Campe in der Konstruktion einer volkstümlichen kulturellen Identität ? Welchen Beitrag leisten die Erzählungen von George McDonald zur Subversion? Bietet die zeitgenössische Jugendliteratur, welche weltweit verbreitet und von Massen gelesen wird, noch eine Grundlage, auf welcher eine kulturelle Identität aufgebaut werden kann ?

Im Schnittpunkt der beiden Aspekte werden die literarischen Überlieferungen in ihren vielfältigen Ausdrücken – Sagen- und Märchenschatz, mündliche Literaturformen, Bilderbogen … ; das Korpus  kann nämlich schriftlich, mündlich oder ikonographisch sein – einen wesentlichen Platz in unseren Überlegungen einnehmen. Es geht darum, die ideologischen Mittel zu hinterfragen, die den Aufbau und die Bestätigung eines kulturellen Zugehörigkeitsgefühls leiten.  Wir interessieren uns gleichermaßen für die Norm wie auch für ihre Subversion. Unser besonderes Augenmerk liegt auf der intersemiotischen Übersetzung und der mehrfach Nutzung einiger dieser Werke : Bewahrt der Übergang vom Gesprochenen zum Geschriebenen, und vom Schriftlichen zum Bild die Volkstümlichkeit oder führt er zu deren Verlust ?

Wir verzichten bewusst auf eine geographische oder zeitliche Beschränkung unserer Problemstellung, um eine größtmögliche Offenheit und Weite unserer Arbeit zu erreichen und begrüßen alle Forschungsansätze (linguistisch, literarisch, kulturwissenschaftlich, historisch).

Jedem 20 minütigen Vortrag folgt eine 10 minütige Diskussion. Die Sprachen des Kolloquiums sind Französisch, Deutsch und Englisch, um sicherzustellen, dass auch mittel- und osteuropäische Forscher an unseren Überlegungen teilnehmen können.

 

Wissenschaftlicher Ausschuss: Colette Gauthier (CERHIC) – Yannick Bellenger (CIRLEP)

 

Wir würden Sie bitten, uns Ihre Themenvorschläge von maximal 300 Worten mit einem kurzen biographischen Abriss bis zum 15. März 2014 bei Colette Gauthier (colette.gauthier@univ-reims.fr) UND Yannick Bellenger-Morvan (yannick.bellenger@univ-reims.fr) einzureichen.

Le corps de l’héroïsme dans l’Europe de la première modernité

Affiche_CorpsCes journées d’études, qui auront lieu les 14 et 15 novembre 2014, sont organisées par Christine Sukic, CIRLEP (Centre de Recherche Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 4299), en collaboration avec Anne-Marie Miller-Blaise (Projet jeunes chercheurs 2014/2015 – Les objets de la littérature baroque : littérature et histoire matérielle, Université Sorbonne Nouvelle, Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone, PRISMES, EA 4398) et Line Cottegnies (PRISMES, EA 4398).

 

Présentation

Au cours de ces deux journées d’échanges, nous souhaiterions nous intéresser au corps héroïque comme métaphore d’une mutation épistémologique dans les représentations textuelles ou visuelles du héros, à partir des objets et des attributs qui lui sont associés. Le héros est traditionnellement représenté en association avec certains objets symboliques de son héroïsme : les armes (notamment l’épée ou la lance) ou des éléments de l’armement, comme le bouclier, le casque, voire l’armure, toutes représentations métonymiques de l’aspect martial du héros. Ces représentations trouvent souvent leurs sources dans des textes antiques, notamment de la littérature grecque ancienne, mais aussi du roman médiéval. Dans ces récits et représentations, l’épée est nommée, le bouclier devient ekphrasis, l’armure protège la beauté du corps du guerrier. De même, la description du corps du héros obéit à certaines conventions issues des mêmes sources, même si la beauté du corps héroïque répond à des critères différents selon les périodes, qu’ils concernent la musculature, la pilosité, la gestuelle, les larmes, les blessures ou les cicatrices. Les organes internes sont également utilisés comme métaphores du courage ou de la force (l’estomac, le cœur,…). Les héros de la foi, si nombreux en ces temps de guerres de religion, rejoignent d’ailleurs dans l’exposition des blessures et du corps meurtri, le héros martial. Les deux volets de cette manifestation scientifique sont intimement liés, puisque les attributs et les objets du corps symbolisent sa valeur, l’extériorisent, et la rendent visible aux yeux du spectateur-lecteur.

Quelles mutations nous révèlent les objets du corps et son anatomie, au cours de la première modernité, au moment où l’héroïsme, et donc le corps héroïque, est soumis à une redéfinition radicale ? L’héroïsme est en effet en crise, en cette période où l’aristocratie connaît un certain déclin symbolique, où l’arme à feu prend souvent la place de l’épée, et où les guerres modernes font souvent appel à des mercenaires sans foi ni loi qui ne partagent pas les valeurs aristocratiques liées à l’héroïsme de combat. Quant à l’héroïsme religieux, il s’intériorise, comme si la souffrance physique n’était plus le seul critère du martyr.

Nous aimerions aussi nous poser la question de l’objet et du genre : y a-t-il une spécificité des représentations héroïques selon le genre du héros ? L’héroïne a-t-elle ses objets propres, ou son champ d’action, comme celui de la religion? Quels sont ces objets ? Connaissent-ils eux aussi une évolution ? On peut penser au récit de l’échange des objets symboliques de la féminité domestique et de la masculinité héroïque opéré par Hercule et Omphale, tel qu’Ovide en fait le récit. Quelle signification peut-on donner à la popularité d’un tel mythe à l’époque baroque ? Quels enseignements peut-on en tirer quant à l’évolution des représentations de l’héroïsme à cette période? À partir de cette réflexion, on étudiera la distribution symbolique des objets de l’héroïsme entre masculinité et féminité. Y a-t-il redistribution des objets ? Assiste-t-on (ou non) à une appropriation ou à une forme de transposition de l’héroïsme viril traditionnel de la part de la femme ?

La première journée d’échanges sera consacrée spécifiquement aux objets et attributs du corps masculin et féminin. Lors de la seconde journée d’échanges, nous proposons une anatomie des corps héroïques masculin et féminin. Dans une époque de redéfinition de l’héroïsme, on se demandera de quelles parties du corps dépend la représentation du corps héroïque : pilosité, muscles, organes génitaux, poitrine, gestes, larmes, blessures, cicatrices, tête, jambes, organes internes… On s’intéressera aux sens littéraux et métaphoriques de ces parties du corps et on se posera la question du corps héroïque féminin : le corps héroïque féminin dépend-il d’une mise en scène de certaines parties du corps (comme c’est le cas dans les représentations visuelles ou littéraires de l’héroïsme masculin) ou bien s’il s’agit d’un héroïsme au corps absent ou sublimé, obéissant à d’autres conventions de représentation ?

Programme

Vendredi 14 novembre – Bibliothèque Carnegie

Présidence – Line Cottegnies (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

10h00-11h00 – conférence d’Hervé DREVILLON (Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1), « Armes et corps : anatomie de la guerre et du guerrier »

 

Atelier 1 : De la royauté au martyre : objets et attributs de l’héroïsme féminin

11h00-11h15 – Antoinette GIMARET (Université de Limoges), « ‘Ses gants et son livret pour faire testament’ : le récit de la mort de J. Gray dans l’Histoire des Martyrs de J. Crespin et les Tragiques de d’Aubigné »

11h15-11h30 – Aurélie GRIFFIN (Université Jean Monnet – Saint-Étienne), « L’héroïsme au féminin dans The Countess of Pembroke’s Arcadia de Sir Philip Sidney (1590) et The Countess of Montgomery’s Urania de Lady Mary Wroth (1621) »

11h30-11h45 – Andy AUCKBUR (URCA), « ‘a pure mind in a pure body’ : le corps féminin exemplaire chez Sir Philip Sidney (1554-1586) »

11h45-12h15Discussion

12h30-14h00Déjeuner

14h00-15h15 – Visite de la bibliothèque Carnegie et consultation d’ouvrages

 

Présidence – Christine Sukic (URCA)

Atelier 2 : L’héroïne : constructions de genre

15h15-15h30 – Chantal SCHÜTZ (École Polytechnique), « Héroïne ou martyre ? – approches de la ‘femme à l’épée’ »

15h30-15h45 – Helga MEISE (URCA), « La Vagabonde Courasche : gender et gender crossing »

15h45-16h00 – Eva TILLY (Université Rennes 2), « Des corps héroïques féminins dans les nouvelles de Maria de Zayas – de la possession au martyr »

16h00-16h30Discussion

16h30-16h45 Pause

 

Présidence – Anne-Marie Miller Blaise (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Atelier 3 : Héroïsme religieux.

16h45-17h00 – Laïla GHERMANI (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Le bouclier de Satan dans le Paradis Perdu : objet héroïque, topos, ou nouvelle exploration d’une image céleste sur les pas de Galilée ? »

17h00-17h15 – Juliette ALLIX (École du Louvre, Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1), « La création d’un corps chrétien héroïque : armure et iconographie »

17h15-17h30 – Vanessa CHAISE (URCA), « Charles I : du héros guerrier à sa féminisation ? »

17h30-18h00Discussion

 

Samedi 15 novembre – Université de Reims Champagne-Ardenne – UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche

 

Présidence : Helga Meise (URCA)

Atelier 4 : Corps de reines

 09h30-09h45 – Cécile MAURE (URCA), « Elisabeth I ou la figure d’Hippolyte »

09h45-10h00 – Annette BÄCHSTÄDT, « Marie de Lorraine, l’Amazone écossaise. Les images d’une Guise, entre domination et affirmation »

10h00-10h15 – Yan BRAILOWSKY (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Les joyaux de la reine »

 10h15-10h45Discussion

 10h45-11h00Pause

 

Présidence – Thomas Nicklas (URCA)

Atelier 5 : Histoires de chair sur les scènes de théâtre

11h00-11h15 – Denis LAGAE-DEVOLDERE (Université Paris-Sorbonne – Paris 4), « ‘Va-t-il me manger ?’ » : Nourriture et héros dans Antoine et Cléopâtre »

11h15-11h30 – Diane LARQUETOUX (URCA), « Des composantes à la décomposition du corps héroïque dans Coriolan »

11h30-11h45 – Florence DUMORA (URCA), « Corps dépouillé, corps armé dans deux pièces de Lope de Vega (Peribañez et Fuenteovejuna) »

11h45-12h15Discussion

12h30-14h15Déjeuner

 

Présidence – Laïla Ghermani (Paris Ouest Nanterre)

Atelier 6 : Les armes sans le héros

14h15-14h30 – Anne-Valérie DULAC (Université Paris-Nord – Paris 13), « L’armure, pièce détachée : héroïsme et ornement chez Sir Philip Sidney »

14h30-14h45 – Laetitia SANSONETTI (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Mars désarmé est-il toujours martial ? Enjeux identitaires d’un motif iconographique chez Spenser et Shakespeare »

14h45-15h00 – Gilles SAMBRAS (URCA), « ‘Yet was his sword or armour all his glass.’ — Marvell et l’héroisme narcissique : Villiers et Douglas »

15h00-15h30Discussion

 

15h30-16h45 – Table ronde finale, animée par Line Cottegnies, Anne-Marie Miller-Blaise et Christine Sukic

 

Information pratiques

Contact et informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieux du colloque
Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Opéra”

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bât. 17 – Amphi Recherche
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Télécharger le programme
Télécharger l’affiche

Colloque International – « Transferts Linguistiques, hybridations culturelles »

PrgmeHybridL’univers des langues naturelles présente ces deux caractéristiques conflictuelles que sont la séparation, et simultanément la communicabilité. L’interaction de ces deux traits, parenté et irréductibilité, conditionne la nature même des passages, ouvrant la possibilité d’une transmission de sens tout en lui assignant des limitations et des contraintes. La pratique des locuteurs plurilingues, ou encore celle des auteurs attachés à produire eux-mêmes une de leurs œuvres en deux langues, contribue par exemple à éclairer la nature du processus qui se joue dans le changement de langue. Un ouvrage commencé par Julien Green en français, Quand nous habitions tous ensemble, devient lors de sa reprise et de son développement en anglais, Memories of Happy Days. Transmettre le même contenu implique-t-il parfois, curieusement, une variation de formulation ? Transférer, en effet, n’est pas nécessairement dupliquer. Une stratégie de transposition peut s’avérer requise afin d’assurer le succès de la compréhension.

L’auto-traduction n’est toutefois que l’une des nombreuses situations qui signalent la complexité du dialogue inter-linguistique, et les particularités qu’il révèle valent de manière plus générale : non seulement il suggère que la garantie de la fidélité est parfois une rupture de la stricte correspondance textuelle que l’on aurait attendue, mais il rend également sensible ce fait que passer d’une langue à une autre ne se réduit pas à tout coup à changer d’idiome en laissant intact le contenu transféré. Un philosophe allemand écrivant en latin et en français, confiant dans la possibilité de tout rendre en toute langue, remarquait néanmoins que la traduction constitue un révélateur. S’il n’y a pas d’intraduisible radical, reste que la pratique de l’échange laisse envisager des variations de performance selon les langues, liées à la sédimentation historique de l’usage, qui sélectionne les types de formulation qui font sens et permettent la compréhension au sein de la communauté. Mais la traduction, forme réputée noble entre toutes de l’échange interlinguistique, n’est pas seule concernée par ce problème, tout comme elle n’est pas la seule modalité du passage.

Plus radicalement, le transfert linguistique implique fréquemment un transfert culturel (le doublage de films et de séries télévisées à destination du grand public ou la restitution poétiqueen fournissent deux exemples, dans des contextes aussi différents que possible, de la culture populaire à la culture savante), dont on peut alors interroger la nature et les conséquences. Tout se traduit-il ? Et quel est l’objet du transport qui se réalise effectivement : texte, sens, connotations affectives, implications intellectuelles ? Il arrive en effet que traduire consiste d’abord à s’approprier une forme (littéraire par exemple), voire une conception du monde, à l’acclimater ou à la métisser — en d’autres termes, que la variation d’idiome n’aille pas sans une exportation culturelle — ou, au contraire, que la transposition linguistique se plie à des contraintes réceptives qu’imposent les habitudes de pensée et de perception propres à la population pratiquant la langue vers laquelle s’effectue le passage. Faire comprendre implique-t-il parfois, paradoxalement, d’être approximatif, ou encore de déformer ? Les passages de langue à langue sont aussi faits d’ajustements, plus encore d’hybridations –  culturelles avant tout, mais dans bien des cas aussi, linguistiques. En témoigne par exemple la dialogue en intercompréhension, où les locuteurs reformulent fréquemment dans leur langue et en fonction de leur culture un énoncé proféré dans un autre idiome ; l’approximation participe à cette collaboration plurilingue et interculturelle : respectant les bornes des intervalles de confiance déterminées par les interlocuteurs eux-mêmes, elle permet des ajustements dynamiques de l’interaction humaine jusqu’à l’inclusion sociale.

Traduction, interprétation, transposition, paraphrase, adaptation, imitation, doublage, sous-titrage : quel est le type de circulation, ou plutôt quels sont les types de circulation qui s’opèrent à l’occasion du passage d’un univers linguistique à un autre ? Quelles en sont les logiques ? Ce sont les aspects fondamentaux de ces problèmes que se propose d’explorer et d’inventorier le colloque international « Transferts linguistiques, hybridations culturelles » qu’organise le Cirlep (Université de Reims, EA 4299) en juin 2014, pour inaugurer une perspective de recherche pluridisciplinaire associant linguistes, civilisationnistes et philosophes.

 

Programme du Colloque

Pour consulter le programme, veuillez cliquer sur le lien suivant:

Programme / Conference Program

 

 

Autres manifestations

DD_JJRLe Cirlep aura le plaisir de recevoir Madame Izabella Zatorska de l’Instytut Romanistyki – Uniwersytetu Warszawskiego  pour une conférence sur Rousseau et Diderot. L’intitulé de son intervention est « La Genèse à réécrire, ou comment réinventer une origine (selon Rousseau ou Diderot) ». Cet événement aura lieu le 14 mai à Université de Reims Champagne-Ardenne – Campus Croix-Rouge. Il est ouvert à tous.

L’atelier des doctorants

AUCKBUR Andy « La représentation de la nature dans l’Arcadie de Sir Philip Sidney » Directrice de thèse : Christine SUKIC.   AUJARD Laëtitia « Analyse comparée en sémantique interprétative d’une comédie et d’une tragédie shakespeariennes : A Midsummer Night’s Dream / Romeo and Juliet » Directrice de thèse : Françoise CANON-ROGER – Christine SUKIC.   AVRIL Angélique « Le symbole comme fondement de la nature et du langage de l’âme » Directeur de thèse : René DAVAL.   BIRD Morgane « Le rôle des genres dans un corpus de romans de Margaret Atwood » Directrice de thèse : Christine CHOLLIER.   BREYSSE Maxime « Filmer la délinquance juvénile en Espagne (1977-1987) : l’univers « quinqui » de José Antonio de la Loma, Carlos Saura, Manuel Gutiérrez Aragón et Eloy de la Iglesia » Directrice de thèse : Françoise HEITZ.   CHAISE-BRUN Vanessa « Le livre du Roi : Eikon Basilike (1649) et les mises en récit de l’histoire » Directrice de thèse : Christine SUKIC.   CONSTANTIN Félicia « Aspects théoriques et pratiques de l’accès à la compréhension de langues apparentées » Directeurs de thèse : Eric CASTAGNE – Jean-Emmanuel TYVAERT.   DE WITTE Mona « La protection du renseignement britannique, américain et allemand pendant la Seconde Guerre Mondiale et dans l’immédiat après-guerre » Directeurs de thèse : Claire SANDERSON – Thomas NICKLAS.   DUBÉ Jean-Michel « Imaginaire arthurien et puissance de l’imagination dans les romans de J.C. Powys » Directeur de thèse : Daniel THOMIÈRES.   ESMEZ Laurent « Nietzsche et l’épistémologie : le rôle du principe d’économie dans l’élaboration de l’hypothèse de la volonté de puissance » Directeur de thèse : Patrick WOTLING.   GEILING Susanne « Interculturalité et littérature – Un défi pour l’enseignement des langues vivantes. L’exemple de la section AbiBac en France » Directeurs de thèse : Helga MEISE.- Hans-Jürgen LUSËBRINK.   GONZALES Maria Laura « Naissance et destruction d’une ville imaginaire. Analyse des processus de création de Santa Maria dans La vida breve et des motivations pour sa destruction planifiée dans Dejemos hablar al viento » Directrice de thèse : Marie-Madeleine GLADIEU.   KHATAIZADEH Shahryar « Thomas Mann, lecteur de Nietzsche : Nihilisme, Décadence et Maladie » Directeur de thèse : Patrick WOTLING.   KOUNGNA Tatiana « Représentations et Identités des femmes afro-péruviennes et africaines dans la littérature. Cas du Pérou et du Gabon ». Directrice de thèse : Marie-Madeleine GLADIEU.   LAURENT Gilliane « Jeux de langage, jeux de lecture : l’ubiquité de la pensée wittgensteinienne ou l’horizontalité contre la verticalité » Directeurs de thèse : René DAVAL – Lorenzo VINCIGUERRA.   LEDOUX Mathieu « Poétique de la mort » Directeurs de thèse : René DAVAL – Claude LORIN.   LOLLIOT Rachel « Mécanismes de la fatalité et construction d’un élan vital dans les nouvelles de Theodor Storm et de Guy de Maupassant » Directrice de thèse : Helga MEISE.   LOUYER Audrey « Les espaces du fantastique chez quelques auteurs d’Amérique Latine ». Directrice de thèse : Marie-Madeleine GLADIEU.   MENOUX Sébastien « Le subjonctif en anglais américain contemporain ». Directrice de thèse : Françoise CANON-ROGER.   MEPANGO – MATALA Sonia « Personnages comme bouc émissaire dans les oeuvres de Gabriel García Márquez » Directrice de thèse : Marie-Madeleine GLADIEU.   POMART Mathieu «  La phisosophie pragmatique de George Herbert Mead au contact de l’analyse du langage ordinaire » Directeurs de thèse : René DAVAL – Lorenzo VINCIGUERRA.   WARY Justine « Lectures de Elizabeth Bowen : problèmes d’interprétation d’une œuvre hybride ». Directrice de thèse : Sylvie MIKOWSKI.

________________________________________________________________

Félicitations à Rachel Lolliot et Madame Helga Meise! Rachel Lolliot, doctorante sous la direction de Madame Helga Meise, a gagné le concours régional: ‘Ma thèse en 180 secondes’! Pour avoir des informations sur le « sum’up » de cet événement, cliquer su le lien suivant

http://we.tl/sKwmiLMZIQ

Il est également à noter que l’interview des finalistes de la Finale Régionale est déjà en ligne.

http://blocnotes.blogs.docteo.net/2014/04/03/mt180fr-champagne-ardenne-5-finale-regionale/

 

 

Les théories du sens et de la référence. Hommage à Georges Kleiber

Dir. Emilia Hilgert, Sylvia Palma, Pierre Frath, René Daval, Reims, EPURE,  collection Res per nomen, vol. 4septembre 2014 [ISBN 978-2-915271-80-5]

Couv-RPN4Cet ouvrage est le quatrième dans la collection Res per nomen. Ce nom est repris d’un des axes de recherche du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée (CIRLEP), un laboratoire de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (France). Il regroupe des linguistes et des philosophes qui explorent ensemble la problématique de la référence en langue, c’est-à-dire le lien nécessaire entre ce que nous disons et notre expérience. Le 1er colloque Res per nomen, en 2007, a fait Le point sur la référence en langue et a tenté d’ouvrir de nouvelles pistes. Le 2e colloque Res per nomen, en 2009, a porté sur La référence, le langage et l’anthropologie et a exploré une approche plus anthropologique de la langue, inspirée de Ludwig Wittgenstein. Le 3e colloque Res per nomen, en 2011, a poursuivi l’étude de ces thèmes, avec un accent particulier sur des questions portant sur La référence, la conscience et le sujet énonciateur. Qu’est-ce que la conscience ? Comment réfère-t-on au moi ? Comment intervient-il dans le discours ? Comment apparaît-il en langue ? En 2013, le colloque a porté sur Les théories du sens et de la référence, et il a été l’occasion de  rendre hommage à Georges Kleiber, qui a introduit la question de la référence dans la pensée linguistique francophone à partir, environ, de 1980, en mettant l’accent sur la forme linguistique de la référence, c’est-à-dire la dénomination. On trouvera ici une riche sélection des articles présentés lors de ce colloque, regroupés en six chapitres, mettant chacun la dénomination en rapport avec la référence, le sens, l’évolution lexicale, les noms propres, les proverbes et l’anaphore.

Nous sommes heureux de proposer au public intéressé les derniers développements d’une problématique qui devrait permettre in fine de dépasser la dichotomie saussurienne du signifiant / signifié en réintroduisant la référence dans la théorie linguistique, c’est-à-dire le monde nommé tel qu’il existe pour nous en rapport avec notre expérience individuelle et collective.

Sommaire « Res per nomen IV »

Approches interdisciplinaires de la lecture

couv_AIL8_1reLa réflexion sur « Le corps à l’œuvre » a dû composer avec une difficulté annoncée : on peut concevoir que le corps, entité physique hors langage, interfère dans le processus créateur mais on ne peut en rendre compte que par du langage. Pour autant, il est apparu que ce corps agissant peut-être reconnu et appréhendé moins par le lexique spécialisé, façonné par les différentes disciplines culturelles qui s’occupent de le penser, que par un certain nombre de traces de sa présence : façon d’occuper l’espace, intonation de la voix dans la profération orale, formations mixtes dont jouent les différentes écritures littéraires et dont le nom le plus courant est fantasme. La littérature peut s’attacher à cette volonté d’ex-crire le corps, selon le mot de Jean-Luc Nancy repris par un de nos intervenants. Le théâtre, par la matérialisation de l’espace et des corps des acteurs, rend tangible cet en-deçà du langage qui entre dans le processus de création. A tel point que les romanciers et poètes, comme l’ont montré certaines communications, ont souvent éprouvé le besoin d’en importer l’expression métaphorique dans des genres a priori non conçus pour la scène. C’est dire que le fantasme, cette autre scène rendue accessible par la littérature, en constitue sans doute une face déterminante. Lorsque quelque chose se joue du corps vers la psyché, la parole impossible se traduit en visions, actes, manipulations d’objets. Le propre du romancier, du poète autant que du dramaturge, est de donner à saisir cette projection d’un corps indicible dans l’évocation de scénarios fantasmatiques.  Dans ce processus de réflexion indirecte, nous avons constaté le fort retentissement des cultures et contextes historiques. Tout corps agissant, qu’il soit corps d’auteur, de personnage, ou de lecteur est un corps inséré dans un réseau de circonstances accordant des lieux traversés et des moments vécus. Les tragédies historiques, les dictatures impriment leurs marques sur les corps, l’impossible résonance psychique se résout en traces somatiques.

Dès lors, ce que nous voudrions appréhender est l’articulation du fantasme et de l’histoire dans sa dimension individuelle et collective. Si on a pu définir le fantasme comme « scénario imaginaire où le sujet est présent et qui figure, de façon plus ou moins déformée par les processus défensifs, l’accomplissement d’un désir, et en dernier ressort, d’un désir inconscient » (Laplanche et Pontalis), les recherches de la psychanalyse vivante montrent qu’on ne peut réduire ce désir inconscient à un noyau infantile individuel. L’inconscient n’est peut-être que « l’envers du temps », pour reprendre le mot du poète Aragon qui en faisait la formule de la poésie. Les travaux d’Abraham et de Torok sur le fantôme et la crypte ont souligné que cet inconscient qui nous traverse et nous anime peut aussi venir de générations antérieures. Le mythe dans sa dimension collective sans cesse retravaillée par les imaginaires individuels, joue ici un rôle important. L’histoire, de son côté, qu’on la comprenne comme discipline à part entière ou dans son interférence avec l’activité littéraire, ne laisse pas d’être une notion problématique sans cesse repensée par ceux qui la pratiquent. Exposée aux avatars de la subjectivation et de la falsification, elle demeure, dans sa visée, une science humaine plus directement soumise, peut-être, à un impératif d’objectivité.

L’écriture et la lecture sont le moment où ce matériau disparate – fantasme et histoire –  se condense et s’articule en une forme : « j’ai seul la clef de cette parade sauvage » écrivait Arthur Rimbaud dans une belle intuition réflexive. Jusqu’à quel point, néanmoins, la clef du lecteur peut-elle s’adapter à la serrure du texte, pour en faire tourner la porte sur ses gonds ? Par clef on n’entendra pas cette plate traduction des romans à clefs, mais quelque chose comme la formule permettant de faire jouer ensemble les composants hétérogènes entrant dans l’élaboration du texte afin de leur donner ou redonner vie.

PROGRAMME

24 septembre 2013

Antonia Fonyi (CNRS, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Fantasme et narration littéraire

08 octobre 2013

Marie-Madeleine Gladieu (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Armas Marcelo : Penser l’histoire avec la psychanalyse

22 octobre 2013

Entretien avec Paul Gayot (professeur d’histoire, pataphysicien, écrivain) autour de : Queneau, le fantasme et l’Histoire

05 novembre 2013

Nathalie Roelens (Université du Luxembourg) : Le fantasme de destruction chez Sade et Pasolini

19 novembre 2013

Jean-Michel Pottier (Université de Reims Champagne-Ardenne) : À propos de Jean Rosny Aîné : La Guerre du feu

17 décembre 2013

Alain Trouvé (Université de Reims Champagne-Ardenne) : Croisements rêvés de l’Histoire et des Lettres : lecture du Sermon sur la chute de Rome (Jérôme Ferrari)

Cultures populaires

Qu’appelle-t-on « culture populaire » aujourd’hui ? La recherche universitaire doit-elle en rester à la conception de la culture définie en 1869 par Matthew Arnold  comme la somme de « tout ce qui a  été pensé et dit de meilleur dans le monde »? Ou doit-elle s’intéresser au contraire à ces objets fluctuants qui, comme l’ont reconnu Walter Benjamin, Antonio Gramsci ou  Raymond Williams sont à la fois des productions culturelles de masse, une représentation de la pensée hégémonique qui s’impose au peuple, mais aussi une expression des aspirations du peuple ? Et que dire de l’influence grandissante des  « cultures  populaires » dans l’univers contemporain ? Films, séries, publicités et affiches, jeux vidéos, chansons et clips, produits dérivés, etc : qu’elles soient associées ou non à des formats nouveaux et au medium de l’internet, les productions culturelles envahissent à l’évidence notre environnement quotidien… et celui des étudiants. Difficile désormais d’évoquer Dracula sans que les étudiants ne pensent à Twilight…. Ou la banlieue américaine sans penser à Mad Men…. Le premier objet du séminaire sera ainsi de prendre au sérieux la prolifération des objets culturels et de l’interroger dans son histoire, dans ses effets et dans son fonctionnement.
L’opposition entre « culture savante » et « culture populaire » ne date en effet pas d’aujourd’hui, pas plus que les passages d’une catégorie à  l’autre (le théâtre de Shakespeare n’était à l’origine pas réservé à l’élite,  le film noir, genre populaire par excellence, est devenu un cinéma pour amateurs éclairés, et les séries télévisées sont en passe de devenir un sujet favori de thèses et de colloques). On pourrait aussi mettre au jour les effets de myopie propre à un univers contemporain semblant constamment hésiter entre « panique morale » (l’inquiétude face à l’envahissement des produits culturels de masse), récupération consumériste de toutes les formes de culture (y compris celles dites transgressives ) et légitimation par l’élite des produits culturels à succès.
Démultipliée par les nouvelles formes de diffusion à distance, la « culture populaire » semble en effet à l’origine de multiples effets de « savoir », de connaissances et méconnaissances qui entrent en relation, parfois en convergence mais souvent en conflit avec le savoir universitaire ou du moins y font partiellement écran.
Une partie non négligeable de la connaissance – ou de la méconnaissance en de nombreuses occurrences – que les étudiants et le public en général ont des sociétés et cultures étrangères vient d’une culture populaire très largement américaine et à caractère souvent mythologique. L’ouverture sur plusieurs mondes culturels du CIRLEP tant du point de vue historique que géographique, en fait un lieu adapté pour interroger les effets différenciés de cette hégémonie culturelle quelquefois désignée comme « l’américanisation » de la culture. Bref, il s’agit d’examiner ces « effets de savoir » opérés à distance à travers l’image fantasmée qu’une société renvoie d’elle-même. Parallèlement, le succès des œuvres de la culture populaire conjugué à la légitimité grandissante que celles-ci reçoivent dans le champ du discours universitaire, vient également bousculer toujours plus la définition, déjà fort contestée, d’un canon académique des œuvres à étudier et du type de savoir à transmettre.
La montée en puissance des analyses culturelles dans les départements universitaires à travers le monde a ouvert depuis désormais bien longtemps les portes du temple académique aux objets de la culture populaire. On pense évidemment au succès des cultural studies, qui, même accompagné de nombreuses controverses et de critiques puissantes, a valu à la nouvelle discipline une audience toujours croissante. On pense également à la proposition d’une nouvelle histoire culturelle (« New Cultural History »)  ou au « tournant culturel » que l’histoire américaine aurait connu dans les années 1980 . En littérature, on peut penser aux approches historicistes, ou culturalistes qui ont succédé au structuralisme des années 1960.
Cet investissement intellectuel dans la culture a eu pour effet de mettre à disposition de l’analyste de la culture populaire une imposante bibliographie théorique, anthologique et synthétique , et une palette conceptuelle riche : que l’on songe aux réflexions déjà opérées sur les notions d’hégémonie, de distinction, d’authenticité, d’idéologie, d’identité, d’altérité, de pouvoir, ou sur les « couples » conceptuels que sont culture savante/ culture populaire/ culture de masse, culture/contre-culture etc.
De façon pragmatique, l’objet, résolument interdisciplinaire, du séminaire sera de faire dialoguer les réflexions théoriques et méthodologiques élaborées dans différentes disciplines depuis une quarantaine d’années afin d’engager de nouvelles recherches. De ce point de vue, que le terme de « culture populaire » n’ait jamais reçu de définition claire et cohérente, qu’il ait été l’objet de vives remises en question, ou même qu’il se voit couramment dénué de sens véritable du fait de ses acceptions contraires , nous apparaît moins un frein à la recherche que le signe que la culture, notamment dans ses acceptions les plus populaires, constitue précisément un terrain privilégié de jeu, de confrontations et d’échanges. Que la « culture populaire » soit aussi difficile à définir que le « peuple » auquel elle est associée et qu’en même temps elle constitue le cadre « évident » et envahissant de nos vies, nous semble constituer une tension et un objet d’investigation décisifs. Comme le dit Nan Enstad, les paradoxes et les réticences qui accompagnent encore le terme de culture populaire confèrent à celui-ci un potentiel créatif et constituent une invitation à examiner des thèmes et des sources longtemps négligés .
Partant du principe général que la culture populaire ne saurait de toute façon être étudiée de façon isolée d’autres formes de culture plus « canoniques » ou du contexte politique, social et économique dans lequel elle s’inscrit, ce séminaire pourra prendre plusieurs orientations. Une piste pourra consister à faire de la culture populaire un lieu d’observation de « la construction de la vie quotidienne », au sens où l’entend par exemple Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien.

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Programme Séminaire « Culture(s) Populaire(s) 2013-2014 : (salles et horaires à préciser)

 

-11 décembre 2013: Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP): « Winnie-the-Pooh »: la littérarité à l’épreuve de la popularité »

-29 janvier 2014 : Peter Marquis (Université de Rouen): « Le Baseball dans la culture populaire américaine: une approche transversale »

-12 février 2014 : Timothy Heron (CIRLEP): « Alternative Ulster: Punk et subversion dans l’Irlande du Nord des années 1970-1980 »

-12 mars 2014 : Madolyn Nichols (doctorante Université de Warwick): « Keeping the Fire on the Hearth: Katherine Tynan, popular culture, and the Irish Short Story »

-16 avril 2014 : Xavier Giudicelli (CIRLEP) : »The Picture of Dorian Gray en BD ou/et dans le roman graphique »

-7 mai 2014 : Nadège Marsaleix (CIRLEP) : »La sémiologie de Keith Haring »

-Juin 2014 : Présentation par les étudiants du M2 Monde anglophone d’une enquête sur les pratiques culturelles des étudiants de l’URCA »

Images, représentations de la société

Images-SéminaireImages, représentations de la société

Présentation de la thématique

Programme 2014-15

Cette troisième année du séminaire Images s’ouvre alors que le n°1 de la revue électronique Savoirs en prisme, Rencontres du CIRLEP a été mis en ligne en juin dernier (lien à partir de la page d’accueil du CIRLEP, sous l’onglet Recherche, dans les laboratoires LSH).

Comme le thème choisi pour le n°2 de la revue est le même que celui du séminaire de l’an dernier : « Normes(s), Marge(s), Transgression(s) », il nous a semblé assez vaste pour continuer à nous y consacrer. Pour mémoire, nous rappelons les axes qui ont présidé à la création de ce séminaire.

Il s’agit de travailler sur la diversité de l’image, dans son statut d’image fixe : la peinture, mais aussi cette année la photographie, (sans exclure pour plus tard l’affiche ou la bande dessinée), comme animée : le cinéma (« Image-mouvement », cf. Deleuze), et ceci en articulant la fonction sociale, historique, voire politique, de l’image et ses aspects formels : questionnement sémiologique et esthétique des expressions artistiques à travers les siècles et les pays.

En effet, si l’attention prêtée aux images ne peut faire l’économie de leur historicité (de par leur valeur documentaire, elles sont, selon le truisme, « fenêtre ouverte sur le monde », reflet de celui-ci), celle-ci laisse toute sa place à l’analyse sémiotique qui tente de mettre en exergue les modes de production du/des sens d’œuvres toujours ouvertes dans leurs possibilités interprétatives (U. Eco).

L’ancienne définition de l’image fournie par Platon, comme image naturelle, synonyme d’ombre ou de reflet, origine mythique de la peinture, a été dépassée par la progressive prise de distance entre le signifiant et son référent (voir Merleau Ponty, cité entre autres par Didi-Huberman : « Le mot d’image est mal famé parce qu’on a cru étourdiment qu’un dessin était un décalque… »). Si cette relation d’analogie est plus grande au cinéma, où « l’effet de réel » est produit par l’enregistrement d’une situation saisie sur le vif ou bien inventée ou recomposée, représentation le plus souvent réaliste d’un espace imaginaire contenu à l’intérieur du champ, le septième art évolue progressivement vers une « impureté » accentuée, où documentaire et fiction, abolissant les frontières normatives, s’entremêlent, et où par ailleurs, une fiction apparemment déconnectée du « réel » sociopolitique d’un pays et d’une époque, peut en être la métaphore.

Ainsi, même le dialogisme entre le mouvement du flux séquentiel et l’immobilité du tableau se trouve remis en cause, que ce soit dans l’oxymore du tableau-vivant au cinéma ou dans l’importance du hors-champ d’un tableau (cela est aussi évident pour la photo), où les reflets trompeurs de l’espace conjectural sont démultipliés. Dans le jeu binaire des règles et des transgressions, peintres et cinéastes (de Piero della Francesca à Picasso et de Luis Buñuel à Raoul Ruiz, pour n’évoquer que quelques créateurs) se plaisent à installer le prisme des illusions scénographiques.

Le sujet-spectateur, pensé depuis Freud non plus en clôture, mais en déchirure, n’est plus collé à la représentation, absorbé par elle. La perspective en peinture n’est plus une convention, mais une action, au sens dramaturgique du terme, et c’est ainsi que Bonitzer peut affirmer que « le sujet, en peinture, c’est le point de vue ».

Pour la troisième année de son existence, le séminaire Images souhaite diversifier les approches artistiques considérées et est toujours ouvert à la pluridisciplinarité, appelant de ses vœux des échanges entre séminaires. Quelle que soit la société (espagnole, hispano-américaine ou autre) et l’époque dans laquelle elles s’ancrent, les représentations ne cessent de jouer sur la notion de genre canonique, sans cesse reprise et transgressée.

 

Responsable du séminaire

 

Françoise HEITZ

Membres associés

 

Emmanuel LE VAGUERESSE (PR)

Juan Carlos BAEZA SOTO (MCF)

 

Calendrier des Séminaires « Images » 2014 – 2015

 

17h00 à 19h00 – Bâtiment Recherches –  Salle R 240

Direction : Françoise Heitz 

 

19 novembre 2014 – José Antonio Moreno Carbonell « La construction de l’image transgressive à travers les didascalies dans le théâtre d’Agustín Gómez Arcos »

 

03 décembre 2014 – session conjointe avec le séminaire Res per nomen (dir. Silvia Palma et René Daval), à 16h : Françoise Heitz (sur Les drôles de poissons-chats de la cinéaste mexicaine Claudia Sainte Luce) et Gilliane Laurent (à propos de Stanley Cavell : Hollywood et la comédie du remariage)

 

28 janvier 2015 – Pietsie Feenstra

« La voix filmique des enfants fantômes du cinéma espagnol : interroger les marges de la norme par la transgression ? »

 

18 mars 2015 – Emmanuel Le Vagueresse 

« Les photos de la España Mística » (1943) de José Ortiz Echagüe,
nationale-kitschissime ? »

 

15 avril 2015 – Juan Carlos Baeza Soto (le titre sera communiqué ultérieurement)

 

Une autre session conjointe avec un autre séminaire de l’axe aura probablement lieu en mai ou juin (information ultérieure).

 

_____________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

Mercredi 23 octobre, 2013 :

 

María Pagès (cinéaste catalane), “Alta política (2013), un documental sobre un ejemplo de transgresión bajo el franquismo: la película de animación marginada Érase una vez (1950)”

 

Mercredi 20 novembre, 2013 :

 

Françoise Heitz : « De l’écrit à l’écran : transgression formelle et discursive. L’exemple de Blancanieves (Pablo Berger, 2013) »

 

Mercredi 4 décembre, 2013 :

 

Emmanuel Le Vagueresse : « Amicalement vôtre / ¡Los persuasores ! en Espagne (1971) : discours normés sur les clichés d’un pays en plein « tardofranquismo » et/ou transgression à la marge du « politiquement correct » touristico-balnéaire ?

 

 

Mercredi 19 mars, 2014, 17-19h, (salle précisée ultérieurement) :

 

Françoise HEITZ : « Carlos Sorín, les jeux transgressifs d’un cinéma à la marge »

 

Mercredi 26 mars, 2014, 17-19h, s. R240 :

 

Magali Dumousseau-Lesquer : « De la révélation à la mise en garde : quand les artistes madrilènes contemporains retrouvent la mémoire historique »

 

Mardi 14 mai, 2014, après-midi exceptionnel interséminaires : « Codes, Marges, Transgressions » (dir. C. Sukic), « Cultures populaires » (dir. S. Mikowski et Y. Philippe) et « Images » (dir. F. Heitz) de 14 à 18h, s. R240. Les intervenants seront :

 

Nadège Marsaleix : « La Sémiotique de Keith Haring, figure du pop art américain » (14h)

et

Juan Carlos Baeza Soto : « Le saint suaire de la souffrance : les blessures du linceul dans les autoportraits de Frida Kahlo »

Sens, formes, langage. Contributions en l’honneur de Pierre Frath

Dir. René Daval, Emilia Hilgert, Thomas Nicklas, Daniel Thomières, Reims, EPURE, juin 2014 [ ISBN 978-2-915271-83-6]

Couv-HomageFrathLes enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales à l’Université de Reims Champagne-Ardenne se caractérisent par leur volonté constante de travailler ensemble. L’Unité de recherche CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée) met en pratique cette interdisciplinarité qui permet de voir autrement et de regarder plus loin. Des linguistes, des philosophes, des spécialistes en littératures et civilisations de langues anglaise, espagnole et allemande font partie de cette équipe. Elle a été dirigée de 2008 à 2011 par Pierre Frath, à qui ce volume est dédié. Les contributeurs de l’ouvrage souhaitent que ce livre soit un témoignage d’intérêts partagés, de coopérations durables et d’amitiés profondes.

Le volume réunit des textes issus des domaines de la philosophie, de la linguistique, de la didactique des langues, de la littérature et de l’histoire. Par sa diversité même, il entend rendre hommage à Pierre Frath, ce chercheur interdisciplinaire aux intérêts multiples.

Après quelques années d’activité comme professeur certifié d’anglais dans différents établissements en France et à l’étranger, Pierre Frath fait une thèse de linguistique informatique et exerce une riche activité d’enseignant-chercheur à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, où il combine avec succès ses recherches en linguistique et ses responsabilités dans le cadre de la politique des langues. Il est, de 2005 à 2013, professeur à l’Université de Reims – Champagne Ardenne, où il crée l’axe de recherche sur la référence Res per nomen. Par ailleurs, il a mis en place les centres de langues de l’université rémoise à partir de 2009, et il a dirigé la Maison des Langues jusqu’en 2012.

Sommaire « Hommage à Pierre Frath »

Représentations du corps héroïque : pré-projet ANR

demi armure N10200798_JPEG_1_1DM-1Le projet « Représentations du corps héroïque » fait suite à plusieurs travaux organisés par Christine Sukic, professeur de littérature anglaise et membre du CIRLEP. Ce projet pluridisciplinaire est mené en collaboration avec plusieurs membres de PRISMES (EA 4398, Paris Sorbonne Nouvelle), et vise à explorer les représentations textuelles ou visuelles du corps héroïque aux XVIe et XVIIe siècles afin de déterminer en quoi elles peuvent nous éclairer sur les mutations épistémologiques de la première modernité.

Sur cette page, vous trouverez les détails de ce projet, le texte de cadrage et les événements à venir, notamment les deux Journées d’études qui auront lieu à Reims les 14 et 15 novembre

 

* Journées d’études sur le corps héroïque

* Méthode

* Détails du Projet

* Bibliographie

 

 

Représentations du corps héroïque

Porteur du projet : Christine Sukic (CIRLEP, EA4299)

Ce projet a obtenu un financement URCA Incitatif Amont

 

 

Présentation du projet

Au centre de se projet se situe la question de l’héroïsme, tel qu’il était perçu dans l’Europe de la première modernité, à une période où sa définition évolue grandement, notamment sous l’influence des bouleversements politiques et religieux que connaît l’Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Cette question n’est pas nouvelle, mais ce projet est novateur en ce qu’il se concentre sur le corps héroïque en tant que représentation pouvant éclairer la pensée de la première modernité en Europe. L’autre aspect novateur du projet est l’étude des représentations du corps sous l’angle des études de genre : en effet, les représentations pré-modernes du corps héroïque sont généralement tributaires d’une vision issue de l’Antiquité classique, puis de la chevalerie médiévale, c’est-à-dire un corps héroïque masculin, martial, dont la mort sur le champ de bataille est le signe d’une grandeur porteuse de mythe. Comme l’a bien montré Jean-Pierre Vernant (La Mort héroïque chez les Grecs, 2001), l’héroïsme dépend du corps, puisqu’il doit y avoir absolue correspondance entre le corps et la qualité du héros, entre le beau et le bon, le kalos kagathos. La définition de l’héroïque aboutissant de ce fait à une définition de la virilité, on peut se demander si à l’époque de la première modernité, époque de mutations épistémologiques, se dessine un héroïsme féminin. Dans la littérature du XVIIe siècle, il y a des héroïnes féminines, y compris des héroïnes guerrières, mais tantôt leur corps est masculinisé, tantôt il aboutit à une vision de l’héroïsme féminin répondant aux valeurs attribuées à l’époque aux femmes dans les discours normatifs (chasteté, silence, obéissance). Il y a des exceptions, puisque apparaissent dans la littérature de nombreuses héroïnes hors norme à l’opposé de ce discours moraliste normatif : on pense à Cléopâtre dans l’Antoine et Cléopâtre de Shakespeare, ou à quelques héroïnes cornéliennes, ou encore à quelques héroïnes de la littérature picaresque espagnole ou allemande. Les représentations de l’héroïsme au féminin semblent correspondre tantôt à un héroïsme passif (fortitude stoïque de la douleur, douleur maternelle), c’est-à-dire un héroïsme du corps féminin souffrant, tantôt à un héroïsme actif qui imiterait celui des hommes (Amazones, femmes portant costumes d’hommes et se faisant passer pour des hommes).

Le but premier du projet est donc de considérer que le corps héroïque peut nous permettre de mieux comprendre la pensée de la première modernité : comment les mutations du corps héroïque s’inscrivent-elles dans les bouleversements politiques et religieux de cette période ? On pense en particulier au corps héroïque des grands nobles forcés de repenser leur place dans un espace politique où leur « héroïsme social » (celui de la noblesse) se heurte à un pouvoir souvent absolu (Charles de Gontaut-Biron en France, le comte d’Essex en Angleterre).

Deuxièmement, le projet vise à réexaminer la question de la masculinité et de la féminité dans son rapport avec le corps héroïque, et notamment à tenter de définir un « corps héroïque féminin », qu’il soit littéraire (femmes guerrières dans la littérature ou femmes auteurs) ou historique (« deux corps » des femmes monarques, femmes dans la guerre civile, prise de parole héroïque des femmes dans les guerres/ guerres civiles en Europe).

Les études sur l’héroïsme sont nombreuses, y compris dans un aspect pluridisciplinaire qui est celui de ce projet. On sait en effet depuis Paul Bénichou que la première modernité procède à ce qu’il a appelé une « démolition du héros » (Morales du Grand siècle, 1948), constat fait à propos de la France du XVIIe siècle mais qui s’applique à l’Europe tout entière. En revanche, les études sur héroïsme et études de genre pour l’époque pré-moderne sont surtout le fait des pays anglo-saxons (Jennifer Low, Manhood and the Duel : Masculinity in Early Modern Drama and Culture, Palgrave Macmillan, 2003 ; Mary Beth Rose, Gender and Heroism in Early Modern English Literature, U. of Chicago Press, 2002). Il existe très peu d’études sur le corps héroïque féminin dans une perspective pluridisciplinaire, à savoir à l’échelle européenne, en prenant en compte toutes les aires linguistiques, et dans une perspective historique de la littérature. C’est ce qui caractérise le présent projet : le corps héroïque féminin ou masculin est envisagé comme une « métaphore épistémologique », pour reprendre le terme d’Umberto Eco (L’œuvre ouverte, 1965).

 

Méthode

Le projet n’est envisageable que dans une dimension pluridisciplinaire qui a toujours caractérisé les travaux du porteur du présent projet et qui est également le fondement du CIRLEP, regroupant des hispanistes, germanistes et anglicistes, des historiens, philosophes et linguistes. En ce qui concerne la première modernité, il est impossible d’entamer des travaux sans prendre en compte le contexte européen et la circulation des idées qui caractérise cette période. De plus, le projet vise à étudier la question du corps héroïque à la fois dans l’histoire, la littérature (de fiction ou non) et la culture visuelle afin d’établir des correspondances entre les divers champs épistémologiques.

Au sein du CIRLEP, le projet s’inscrit dans la continuité de travaux déjà menés en 2012 et 2013 et qui constituent un fondement méthodologique nécessaire à l’avancée du projet. En effet, en 2012, un colloque sur « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a été organisé et a donné lieu à une publication du même titre (EPURE, 2013, dir. Christine Sukic). De plus, Christine Sukic dirige un séminaire intitulé « Codes, Marges et Transgressions », au sein de l’axe « Représentations de la société : codes, cultures, images » et la thématique du séminaire en 2012-2013, et 2013-2014 a été « Le corps héroïque féminin ». En 2014, les travaux du séminaire s’intègreront naturellement dans le présent projet.

Enfin, celui-ci constitue une collaboration avec l’équipe Epistémè-PEARL, au sein de PRISMES (EA 4398 : Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), dont la responsable est Line Cottegnies.

 

Détail du projet 

 

1. 2013-14 : un séminaire à Reims : Codes, Marges et Transgressions, « Le corps héroïque féminin »

 

Le séminaire « Codes, Marges et Transgression » consacré au « corps héroïque féminin » constitue un travail préparatoire. Il a permis de définir un texte de cadrage précis, prenant en compte tous les aspects de la question du corps héroïque.

 

Séances 2013 :

 

Mercredi 13 février 2013, 16h : Morgane Bird (URCA), « Le corps héroïque des femmes dans The Penelopiad de Margaret Atwood ».

 

Mercredi 10 avril 2013, 16h : Laetitia Coussement-Boillot (Université Paris 7 – Denis Diderot) : « L’absence du corps héroïque féminin dans Urania de Lady Mary Wroth ».

 

Mercredi 22 mai 2013, 16h : Claire Gheeraert-Grafeuille (Université de Rouen), « Un héroïsme au féminin est-il possible ? Le cas de quelques mémoires féminins de la Restauration anglaise ».

 

Mercredi 5 juin 2013, 16h : Florence Dumora (URCA), « Récit des déchéances infligées au corps féminin dans les nouvelles Desengaños amorosos de Maria de Zayas (1647) ».

 

Mercredi 13 novembre, 16h: Gilles Sambras (URCA) « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

 

Séances 2014 :

 

Mercredi 19 mars à 16h: Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».

Mercredi 9 avril à 16h: Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30: Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin, 10h30 : Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».

 

2. Mars 2014 : session « Heroic Passions » au Congrès annuel de la Renaissance Society of America (New York City, Etats-Unis)

 

La session a été organisée par Christine Sukic en collaboration avec le séminaire Epistémè (PRISMES EA4398). Les communications portent sur les domaines anglais et français et sur les passions héroïques masculines et féminines.

 

Interventions :

Eva Madeleine Martin (Rutgers University) : « The Spectator’s Response and the Rehabilitation of Heroic Passion in Seventeenth-Century French Philosophy, Painting, and Theater ».

 

Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen) : « Heroic Passions in Margaret Cavendish’s Bell in Campo » (1662) ».

 

Christine Sukic (URCA) : « The Ambiguities of Heroic Anger »

 

 

3. Novembre 2014 : Deux journées d’études à Reims « Objets du Corps Héroïque/Anatomie du Corps Héroïque

 

Organisées conjointement par Christine Sukic (CIRLEP), Line Cottegnies (PRISMES), et Anne-Marie Miller Blaise, elles auront pour but de faire le point sur la question du corps héroïque féminin et d’envisager un projet de plus grande envergure. On y collectera les résultats de ce qui peut apparaître comme une « enquête » sur le corps héroïque et on y envisagera des travaux ultérieurs.


Bibliographie

 

Bousquet, Philippe, « L’héroïsme féminin au XVIIe siècle entre admiration païenne et représentations chrétiennes », in Les femmes au Grand Siècle, Gunter Narr, 2003, p. 93-108.

Cottegnies, Line, Mary Astell et le féminisme au 17e siècle, Anthologie de textes en traduction, avec commentaire et appareil critique, ENS Éditions, 2008.

Ferguson, Margaret W., Maureen Quilligan et Nancy Vickers (éds), Rewriting the Renaissance. The Discourses of Sexual Difference in Early Modern Europe, U. of Chicago Press, 1986.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, La Cuisine et le Forum. L’Émergence des femmes sur la scène publique pendant la Révolution anglaise (1640-1660), « Des idées et des femmes », Paris, L’Harmattan, 2005.

Lefkowitz, Mary, Heroines and Hysterics, Duckworth, 1981.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, « Les contradictions de l’héroïsme féminin dans le théâtre de Margaret Cavendish », in La Contradiction, Michel Bandry et Jean-Marie Maguin (éd.), Montpellier, Publications de Montpellier 3, 2003, p. 183-198.

Gheeraert-Graffeuille, Claire,  « La guerre des sexes n’aura pas lieu : les avatars de l’Amazone sur la scène Stuart », in Réalité et représentations des Amazones, Guyonne Leduc (éd.), Paris, L’Harmattan, 2008, p. 163-178.

Leiner, Wolfgang, Onze études de l’image de la femme dans la littérature française du XVIIe siècle, Tübingen, Günter Narr, 1984.

Low, Jennifer, Manhood and the Duel : Masculinity in Early Modern Drama and Culture, Palgrave Macmillan, 2003.

Manning, Roger Burrow, Swordsmen. The Martial Ethos in the Three Kingdoms, OUP, 2003.

Rose, Mary Beth, Gender and Heroism in Early Modern English Literature, U. of Chicago Press, 2002.

Rougier-Blanc, Sylvie, « Héroïsme au féminin chez Homère », Clio. Histoire, femmes et société, 30 (2009).

Ruberg, Willemijn et Kristine Steenbergh (éds.) Sexed Sentiments: Interdisciplinary Perspectives on Gender and Emotion, Amsterdam et New York: Rodopi, 2011.

Sukic, Christine (éd.), Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité, Imaginaires n°16, 2013.

 

Détails du projet ANR Continuer la lecture de Représentations du corps héroïque : pré-projet ANR

Bibliographie

Bibliographie

 

Bousquet, Philippe, « L’héroïsme féminin au XVIIe siècle entre admiration païenne et représentations chrétiennes », in Les femmes au Grand Siècle, Gunter Narr, 2003, p. 93-108.

Cottegnies, Line, Mary Astell et le féminisme au 17e siècle, Anthologie de textes en traduction, avec commentaire et appareil critique, ENS Éditions, 2008.

Ferguson, Margaret W., Maureen Quilligan et Nancy Vickers (éds), Rewriting the Renaissance. The Discourses of Sexual Difference in Early Modern Europe, U. of Chicago Press, 1986.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, La Cuisine et le Forum. L’Émergence des femmes sur la scène publique pendant la Révolution anglaise (1640-1660), « Des idées et des femmes », Paris, L’Harmattan, 2005.

Lefkowitz, Mary, Heroines and Hysterics, Duckworth, 1981.

Gheeraert-Graffeuille, Claire, « Les contradictions de l’héroïsme féminin dans le théâtre de Margaret Cavendish », in La Contradiction, Michel Bandry et Jean-Marie Maguin (éd.), Montpellier, Publications de Montpellier 3, 2003, p. 183-198.

Gheeraert-Graffeuille, Claire,  « La guerre des sexes n’aura pas lieu : les avatars de l’Amazone sur la scène Stuart », in Réalité et représentations des Amazones, Guyonne Leduc (éd.), Paris, L’Harmattan, 2008, p. 163-178.

Leiner, Wolfgang, Onze études de l’image de la femme dans la littérature française du XVIIe siècle, Tübingen, Günter Narr, 1984.

Low, Jennifer, Manhood and the Duel : Masculinity in Early Modern Drama and Culture, Palgrave Macmillan, 2003.

Manning, Roger Burrow, Swordsmen. The Martial Ethos in the Three Kingdoms, OUP, 2003.

Rose, Mary Beth, Gender and Heroism in Early Modern English Literature, U. of Chicago Press, 2002.

Rougier-Blanc, Sylvie, « Héroïsme au féminin chez Homère », Clio. Histoire, femmes et société, 30 (2009).

Ruberg, Willemijn et Kristine Steenbergh (éds.) Sexed Sentiments: Interdisciplinary Perspectives on Gender and Emotion, Amsterdam et New York: Rodopi, 2011.

Sukic, Christine (éd.), Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité, Imaginaires n°16, 2013.

Détails

Détails

 

1. 2013-14 : un séminaire à Reims : Codes, Marges et Transgressions, « Le corps héroïque féminin »

Le séminaire « Codes, Marges et Transgression » consacré au « corps héroïque féminin » constitue un travail préparatoire. Il a permis de définir un texte de cadrage précis, prenant en compte tous les aspects de la question du corps héroïque.

Séances 2013 :

Mercredi 13 février 2013, 16h : Morgane Bird (URCA), « Le corps héroïque des femmes dans The Penelopiad de Margaret Atwood ».

Mercredi 10 avril 2013, 16h : Laetitia Coussement-Boillot (Université Paris 7 – Denis Diderot) : « L’absence du corps héroïque féminin dans Urania de Lady Mary Wroth ».

Mercredi 22 mai 2013, 16h : Claire Gheeraert-Grafeuille (Université de Rouen), « Un héroïsme au féminin est-il possible ? Le cas de quelques mémoires féminins de la Restauration anglaise ».

Mercredi 5 juin 2013, 16h : Florence Dumora (URCA), « Récit des déchéances infligées au corps féminin dans les nouvelles Desengaños amorosos de Maria de Zayas (1647) ».

Mercredi 13 novembre, 16h: Gilles Sambras (URCA) « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

Séances 2014 :

Mercredi 19 mars à 16h: Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».

Mercredi 9 avril à 16h: Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30: Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin, 10h30 : Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».

2. Mars 2014 : session « Heroic Passions » au Congrès annuel de la Renaissance Society of America (New York City, Etats-Unis)

La session a été organisée par Christine Sukic en collaboration avec le séminaire Epistémè (PRISMES EA4398). Les communications portent sur les domaines anglais et français et sur les passions héroïques masculines et féminines.

Interventions :

Eva Madeleine Martin (Rutgers University) : « The Spectator’s Response and the Rehabilitation of Heroic Passion in Seventeenth-Century French Philosophy, Painting, and Theater ».

Claire Gheeraert-Graffeuille (Université de Rouen) : « Heroic Passions in Margaret Cavendish’s Bell in Campo » (1662) ».

Christine Sukic (URCA) : « The Ambiguities of Heroic Anger »

3. Novembre 2014 : Deux journées d’études à Reims « Objets du Corps Héroïque/Anatomie du Corps Héroïque

Organisées conjointement par Christine Sukic (CIRLEP), Line Cottegnies (PRISMES), et Anne-Marie Miller Blaise, elles auront pour but de faire le point sur la question du corps héroïque féminin et d’envisager un projet de plus grande envergure. On y collectera les résultats de ce qui peut apparaître comme une « enquête » sur le corps héroïque et on y envisagera des travaux ultérieurs.

 

Méthode

Méthode

 

Le projet n’est envisageable que dans une dimension pluridisciplinaire qui a toujours caractérisé les travaux du porteur du présent projet et qui est également le fondement du CIRLEP, regroupant des hispanistes, germanistes et anglicistes, des historiens, philosophes et linguistes. En ce qui concerne la première modernité, il est impossible d’entamer des travaux sans prendre en compte le contexte européen et la circulation des idées qui caractérise cette période. De plus, le projet vise à étudier la question du corps héroïque à la fois dans l’histoire, la littérature (de fiction ou non) et la culture visuelle afin d’établir des correspondances entre les divers champs épistémologiques.

Au sein du CIRLEP, le projet s’inscrit dans la continuité de travaux déjà menés en 2012 et 2013 et qui constituent un fondement méthodologique nécessaire à l’avancée du projet. En effet, en 2012, un colloque sur « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a été organisé et a donné lieu à une publication du même titre (EPURE, 2013, dir. Christine Sukic). De plus, Christine Sukic dirige un séminaire intitulé « Codes, Marges et Transgressions », au sein de l’axe « Représentations de la société : codes, cultures, images » et la thématique du séminaire en 2012-2013, et 2013-2014 a été « Le corps héroïque féminin ». En 2014, les travaux du séminaire s’intègreront naturellement dans le présent projet.

Enfin, celui-ci constitue une collaboration avec l’équipe Epistémè-PEARL, au sein de PRISMES (EA 4398 : Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), dont la responsable est Line Cottegnies.