Tous les articles par Fionn Bennett

Texte de cadrage pour « Regards croisés sur l’EMILE et l’intercompréhension intégrée »

Affiche_EMILEFace aux multiples défis socio-économiques et identitaires engendrés par la mobilité croissante des individus et la diversification linguistico-culturelle de notre environnement, la façon monolingue et cloisonnée d’envisager les pratiques d’enseignement et l’apprentissage des langues est aujourd’hui largement contestée. A partir des années 90, ce « tournant multilingue » donne le jour à plusieurs innovations pédagogiques visant la construction de « répertoires plurilingues » (CECRL). Parmi ces différentes innovations, appelées parfois « approches plurielles », on trouve notamment l’enseignement bilingue « immersif », appelé aujourd’hui EMILE (Enseignement d’une Matière Intégrant une Langue Etrangère), et l’intercompréhension (développement simultané des compétences partielles productives en langue maternelle et réceptives de plusieurs langues étrangères présentées en réseau (i.a. Doyé 2005)). Depuis des recherches internationales ont montré les bénéfices acquisitionnels individuels de l’enseignement bilingue (i.a. Van de Craen 2007) et de l’intercompréhension dite intégrée, qui constituent un réel atout non seulement pour le développement de compétences communicatives en langue(s) étrangère(s) et maternelle(s), mais aussi pour une compréhension approfondie des notions disciplinaires et même pour « un meilleur épanouissement des élèves dans le système éducatif » (Escudé 2013: 42). Mais si la plus-value de ces méthodes pour la réussite scolaire et la préparation à la vie professionnelle (où il s’agira sans cesse d’intégrer des connaissances à partir de contacts et documents multilingues) est aujourd’hui incontestée, force est de constater que ces approches plurielles peinent à se mettre en place dans l’enseignement scolaire (primaire et secondaire) et même universitaire, en partie sans doute à cause d’une certaine inertie institutionnelle et d’un désaccord dans les rangs des professionnels, et cela malgré les incitations de la Commission Européenne qui insiste sur le rôle des écoles dans la valorisation et la construction du plurilinguisme. Il paraît aujourd’hui étonnant que ces pratiques soient encore présentées comme des « innovations pédagogiques ». Comment expliquer l’intégration curriculaire relativement réduite d’EMILE, qui malgré le succès des sections européennes, reste absente au niveau de l’école primaire et n’est que partiellement acceptée même au niveau universitaire ? L’IC pour sa part semble connaître une progression annuelle constante, notamment auprès d’un public universitaire, même s’il s’agit en général d’initiatives individuelles (Degache et al. 2012). Malgré l’existence d’un matériel pédagogique intégrant programme scolaire et IC (Euro-mania), son utilisation reste malheureusement en marge des systèmes éducatifs scolaires. Depuis la publication du CARAP, Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures, en 2007, dont un des objectifs est « d’articuler ces différentes démarches entre elles » (Candelier et al., 2007: p.12), Escudé (2010) et Gajo (2009) soulignent l’intérêt du couplage de l’enseignement d’une Discipline dite Non Linguistique (DdNL) en L2 et de l’intercompréhension entre langues parentes. En effet, tant dans le cas d’EMILE comme de l’IC intégrée, il s’agit de l’enseignement d’une DdNL en langue(s) étrangère(s), ou bien « de ne plus cloisonner les langues et les matières scolaires dans des espaces séparés, mais de profiter des enseignements disciplinaires (qui pour être communiqués doivent être verbalisés et sont donc aussi linguistiques) pour développer aussi des compétences interlinguistiques » (Degache et al. 2012). Néanmoins, Fonseca (2012) relève le manque d’études sur la synergie qui peut émerger lors de la combinaison de ces deux méthodologies. Les questions que cette synergie soulève sont nombreuses :

 

  • En quoi consistent les apports cognitifs d’EMILE et de l’IC intégrée pour la construction des savoirs disciplinaires d’une part et pour celle des savoirs-faire linguistiques et (inter)culturels de l’autre? Quels sont les objectifs et modalités de transposition des compétences réceptives aux compétences productives dans la pratique pédagogique ?
  • Qu’est-ce qui oppose EMILE et IC ? Ces différences sont-elles essentielles ou secondaires ? Quel est le rôle de la réception orale et écrite respectivement ? Vaut-il mieux adopter une application mixte ou offrir les deux méthodologies séparément ?
  • Quelles langues stimulent le plus la négociation du sens (équilibre plaisir de l’effort-décrochage) ? Dans quel ordre les présenter ? Il semble en effet que les langues moins « transparentes », présentant une plus grande résistance, déclencheraient un travail de négociation du sens plus important et obligeraient l’élève à travailler avec plus d’attention, ce qui bénéficierait ainsi à une meilleure conceptualisation des savoirs disciplinaires. (Duverger 2009 : p. 64, Gajo 2011 : 56) Quel est le rôle dans ce choix du contexte sociolinguistique (langues régionales, voisines, etc.) ?
  • Quelles sont les motivations des réticences institutionnelles, politiques, professionnelles et sociétales face à l’intégration curriculaire au niveau scolaire et universitaire de ces pratiques ? Comment y faire face ?

 

 

Bibliographie

Beacco, J.-C., Byram, M. & alii, 2010. Guide pour le développement et la mise en œuvre de curriculums pour une éducation plurilingue et interculturelle, Conseil de l’Europe, Strasbourg, Division des politiques linguistiques. Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/default_fr.asp

Candelier, M. et al. (2007). Carap – Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures, Graz : Centre européen pour les langues vivantes – Conseil de l’Europe.

Castagne, Eric (2009) “ Multilinguisme européen et enseignement supérieur : l’expérience du programme InterCompréhension Européenne (ICE) ”, in Actes de la journée internationale d’études Multilinguisme européen et enseignement supérieur, communication présentée le 20 février 2009 à Paris (organisée par l’observatoire européen du plurilinguisme et l’ambassade de Roumanie). Disponible sur : http://www.observatoireplurilinguisme.eu/images/Colloques/20fevrier2009/me%26es%20-%20castagne_3.pdf

Castagne, E. (2012) « Intercompréhension et dynamique des inférences : des langues voisines aux langues non voisines ». In Intercompreensão n°3, Chamusca : Edicões Cosmos, pp. 81-93. Disponible sur : https://sites.google.com/site/intercompreensaoredinter/numeros-publies/numero-3

Castagne, Eric (2013) « L’enseignement de l’intercompréhension, une autre manière de promouvoir le français au XXI siècle ». Volume II. In D. Spita (ed.) Actes du 2e Congrès Européen de la FIPF Prague 2011 Vers l’éducation plurilingue en Europe avec le français – De la diversité à la synergie. Paris : FIPF en collaboration avec le GERFLINT, pp. 515-524. Disponible sur : http://prague2011.fipf.org/sites/prague2011.fipf.org/files/actes__prague_2._net.pdf

Carrasco Perea, E. (2010). Los planteamientos intercomprensivos en la enseñanza reglada o la importancia de introducirlos desde la primaria: aportaciones, retos y requisitos. In P. Doyé & F.-J. Meiβner (Ed), Lernerautonomie durch Interkomprehension. Projekte und Perspektiven, (pp.117-127). Tübingen : Narr. Giessener Beiträge zur Fremdsprachendidaktik.

Conteh, Jean & Meier, Gabriela (eds.). 2014. The Multilingual Turn in Languages Education: opportunities & challenges.

Degache, Christian, Carrasco, Encarni, Chevalier, Claire, Da Silva Régina, Dalençon, Agnès & Fonseca, Mariana. Caractéristiques et formats de l’intégration curriculaire de l’intercompréhension. In : Degache, C. & Garbarino, S. (Ed.) (2012). Actes du colloque IC2012. Intercompréhension : compétences plurielles, corpus, intégration. Université Stendhal Grenoble 3 (France), 21-22-23 juin 2012. Disponible sur : http://ic2012.u-grenoble3.fr/OpenConf/papers/40.pdf

Doyé, Peter. 2005. L’intercompréhension, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue. Étude de référence. Division des politiques linguistiques. Conseil de l’Europe Strasbourg, Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/source/doyefr.pdf

Duverger, J. (2009). L’enseignement en classe bilingue. Paris: Hachette

Escudé, Pierre, Manuel euro-mania. J’apprends par les langues, SCEREN-CRDP Midi-Pyrénées / Commission Européenne, www.euro-mania.eu, 2008.

Escudé, Pierre & Janin, P., « L’école, la langue unique et l’intercompréhension : obstacles et enjeux de l’intégration », Synergies Europe n°5 / Année 2010, sous la direction d’Encarni Carrasco Pereira, 115-126. Disponible sur : http://gerflint.fr/Base/Europe5/pierre.pdf

Escudé, Pierre. (2011). Apprendre des contenus disciplinaires en intercompréhension des langues romanes : quelques résultats d’une première expérimentation scolaire. In C. Degache & C. Ferrão Tavares, C. (coord.), Redinter-Intercompreensão, Revista da rede europeia sobre intercompreensão, n°2. Disponible sur: http://redinter.eu/web/files/revistas/43intercompreensao2.pdf

Fonseca, Mariana. Apprendre par le plurilinguisme : exploration du carrefour entre intercompréhension en langues romanes et enseignement bilingue. In : Degache, C. & Garbarino, S. (Ed.) (2012). Actes du colloque IC2012. Intercompréhension : compétences plurielles, corpus, intégration. Université Stendhal Grenoble 3 (France), 21-22-23 juin 2012. Disponible sur : http://ic2012.u-grenoble3.fr/Contenu/Resumes/Fonseca.pdf

Gajo, Laurent. 2007. “Linguistic Knowledge and Subject Knowledge: How Does Bilingualism Contribute to Subject Development?”, The International Journal of Bilingual Education and Bilingualism 10(5): 563-581.

Gajo, L. (2009). « De la DNL à la DdNL : principes de classe et formation des enseignants ». Les Langues modernes 4, 15-24.

Gajo, Laurent. 2011. “Didactique intégrée, didactique du plurilinguisme et enseignement bilingue : hiérarchie ou alternatives ? » In J. Dolz & I. Idiazabel (éds), Hacia una ensenanza integrada de lenguas.

Geiger-Jaillet, A., Schlemminger, G. ; Le Pape-Racine, C. 2011. Enseigner une discipline dans une autre langue : méthodologie et pratiques professionnelles. CELV, Peter-Lang.

Grin, François. (2002). L’Économie de la langue et de l’éducation dans la politique d’enseignement des langues. Division des politiques linguistiques, direction de l’éducation scolaire, extra-scolaire et de l’enseignement supérieur, Conseil de l’Europe. Strasbourg.

Hélot, Christine & Ó Laoire, Muiris. 2011. Language Policy for the Multilingual Classroom: Pedagogy of the Possible. Multilingual Matters.

Taillefer, Gaïl. « CLIL in Higher Education: the (perfect?) crossroads of ESP and Didactic Reflection »,  ASp N° 63 | 2013.

Taillefer, Gaïl. « Emile et la politique linguistique: du contexte français aux modèles internationaux », Les Cahiers du GERES, N° 1 | 2008.

Tost, M. (2012). Les perspectives multimodales de l’intercompréhension aujourd’hui, ou différentes manières de « [partir] de sa langue [et de sa culture] pour aller vers celle[s] des autres ». Redinter-Intercompreensão, 3, Attraverso le lingue. L’Intercomprensione in ricordo di Claire Blanche-Benveniste. Chamusca, Edições Cosmos / REDINTER, pp. 51-62. [Page web]. Disponible sur : http://www.redinter-intercompreensao.eu/numeros-publies/numero-3

Van De Craen, Pierre, Ceuleers, Evy & Mondt Katrien. 2007. Cognitive Development and Bilingualism in Primary Schools: Teaching Maths in a CLIL Environment. In : Gerhard Bach, Stephan Breidbach & Dieter Wolff (eds.) Diverse Contexts – Converging Goals. CLIL in Europe, from Mehrsprachigkeit in Schule und Unterricht, vol.6, pp.185 – 200, Peter Lang.

van der Yeught, Michel. « Développer les langues de spécialité dans le secteur LANSAD – Scenarios possibles et parcours recommandé pour contribuer à la professionnalisation des formations », Cahier d’APLUIT, Vol. XXXIII N° | 2014: Langues de spécialité et professionnalisation.

Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne

Affiche_TaciteColloque International organisé par Alicia Oïffer-Bomsel, Maître de conférences en Civilisation de l’Espagne moderne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CIRLEP, EA4299) et par Alexandra Merle, Professeur de Civilisation et Littérature de l’Espagne moderne à l’Université de Caen-Basse Normandie (ERLIS, EA4254).

1ère partie : Université de Reims, 20-21 mars 2014

2ème partie : Université de Caen, 2-3 octobre 2014

 

Texte de cadrage

Même si Tacite n’était pas totalement inconnu à l’époque médiévale, la publication à Venise de l’édition princeps de ses œuvres vers 1470 puis, en 1515, la première édition des Annales avec les six premiers livres qui venaient d’être retrouvés, marquèrent le début d’un véritable engouement pour l’historien romain, sa manière d’écrire l’histoire et, plus largement, ses enseignements. Dans toute l’Europe se multiplièrent les éditions de son œuvre, les traductions, puis les commentaires critiques et les traités politiques qui, sous des formes diverses, prétendaient s’inspirer des leçons de Tacite, donnant naissance à ce que l’on devait nommer le « tacitisme ».

Or, si parmi les personnages qui jouèrent un rôle éminent dans la diffusion et l’utilisation des œuvres de Tacite et en particulier des Annales, se distinguent aussi bien le Français Muret ou le Flamand Juste Lipse (éditeur de l’œuvre de l’historien romain à Anvers à partir de 1574), que les Italiens Beroaldo, Alciato ou Ammirato, il apparaît que ce processus de diffusion, malgré son caractère général, ne suivit pas le même rythme partout en Europe et n’adopta pas le même cheminement. Un décalage chronologique est sensible en ce qui concerne les premières traductions dans les différentes langues vernaculaires, qui furent produites à des époques très variées. Ainsi, en Espagne, c’est en 1613 seulement que fut publiée la première traduction des Annales (la première édition en latin étant celle de Juan Alfonso de Lancina, en 1687), ce qui ne signifie pas, comme l’a bien montré Beatriz Antón Martínez, que l’Espagne ait vécu auparavant dans l’ignorance des œuvres de Tacite mais témoigne d’un mode d’appropriation différent, par des circuits et des médiations propres.

On peut s’interroger non seulement sur les origines mais aussi sur l’évolution de la lecture de Tacite dans toute l’Europe, sur la durée et les fluctuations d’un intérêt qui a pu être variable. Plusieurs études enregistrent en effet une certaine lassitude ou un déclin de l’admiration pour l’œuvre de Tacite dans la seconde moitié du XVIIe siècle et même dès les années 1620 en France, tandis que l’on signale d’autre part la vigueur du débat qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle par exemple, porte sur la valeur de l’œuvre de l’historien et même sur la pertinence de ses analyses et de ses déductions. Enfin, sur l’appréciation que les penseurs des Lumières firent de Tacite – on sait que l’intérêt pour son œuvre demeure vivace au XVIIIe siècle grâce au labeur des encyclopédistes et des philosophes, et que Giambattista Vico par exemple a fait l’éloge de sa lucidité -, nous disposons aussi d’études récentes qui ont permis de formuler d’audacieuses théories sur la portée et l’impact de l’esprit critique développé dans l’historiographie jusqu’aux Lumières.

Les connaissances sur la pénétration de Tacite, sur l’utilisation de sa méthode historiographique, sur le développement et les nuances du « tacitisme » politique, ou encore sur l’imitation du style de Tacite dans les œuvres historiographiques, qui reposent sur des travaux éminents et nombreux, ont été affinées et renouvelées ces dernières années grâce à de nouvelles recherches, qui ont permis aussi d’étendre le champ littéraire dans lequel est perceptible une influence de Tacite – plusieurs études achevées ou en cours portent sur le tacitisme dans l’œuvre théâtrale des grands dramaturges européens. Il nous a semblé opportun de donner à cette mise à jour des connaissances une plus grande ampleur grâce à un programme de recherche international au sein duquel les spécialistes de plusieurs disciplines et de différents domaines culturels européens pourront croiser leurs méthodes et confronter leurs découvertes récentes.

Ce travail commun seramené en deux colloques organisés respectivement à Reims (Université de Champagne) les 20 et 21 mars 2014 et à Caen (Université de Normandie) les 2 et 3 octobre 2014.

 

Colloque de Reims, 20-21 mars 2014

La méthode tacitéenne : sa contribution au progrès de l’historiographie à l’époque moderne et ses limites

Après avoir relevé des faits significatifs survenus dans la vie de ses contemporains, Tacite s’attelle à l’étude des tendances mentales et des comportements qui semblent caractériser la nature humaine, pour enfin tenter de déceler les causes des actions des hommes. C’est en passant de la causalité particulière à la causalité générale que Tacite conférerait à son récit historique une rigueur scientifique. Cette démarche implique l’analyse des données de l’expérience depuis une position d’indépendance vis-à-vis de toute croyance et de toute autorité préétablies. C’est ainsi que l’autonomie et la liberté de l’analyste devant son objet d’étude –réalités sociopolitiques, structures de pouvoir–s’imposent comme critère principal dans la définition du rôle de l’historien selon Tacite.

Si ces procédés d’investigation ont suscité un vif mouvement d’adhésion chez les modernes, ils ont été remis en cause dans la seconde moitié du XVIIe siècle. À l’origine de ce contre-courant se trouverait l’abandon de la conception circulaire du temps propre aux Anciens. Chez les historiographes gréco-romains, c’est justement en vertu du principe de l’éternel retour que l’identification des causes permet d’anticiper sur l’avenir et de prévoir des mesures capables d’infléchir le cours des événements. Aussi la conception cyclique du temps entraîne-t-elle la signification et la fonction d’exemplarité attribuées aux êtres et aux événements du passé. Cette construction mentale si chère aux humanistes commence à s’effriter dès le XVIe siècle, à cause d’une nouvelle façon d’appréhender le temps, qui implique le « sentiment de l’irréductible singularité de chaque moment de l’histoire », si bien qu’« on fait valoir, après Montaigne, la part de contingence qui entre dans toute action et qui empêche la répétition à l’identique d’un même événement ». Cela amène à se demander si un tel scepticisme quant à l’infaillibilité du savoir historique et la valeur atemporelle des enseignements que l’on peut en déduire préfigure en quelque sorte la position de Schopenhauer pour qui l’histoire, du fait qu’elle est une « connaissance de l’individuel », n’est pas une science mais un savoir. Dans cette ligne de pensée, Paul Veyne soutiendra à son tour le caractère non scientifique de l’histoire en invoquant la contingence de la causalité historique (Comment on écrit l’histoire)

Quel style pour écrire l’histoire ?

Que Tacite soit l’artisan d’une science authentique ou, à plus proprement parler, d’un savoir pratique, il s’efforce d’élever l’œuvre historique à un degré de dignité dont la preuve la plus tangible serait sa faculté de contribuer au perfectionnement individuel et collectif. Pour ce faire, l’historien doit accompagner sa démarche méthodologique d’une utilisation précise de l’outil linguistique.

Dans Le Dialogue des orateurs, en ce qui concerne le bon ou le mauvais usage de la parole, Tacite déplore l’état de dégradation auquel a été réduit sous l’Empire le discours oratoire du fait que la parole, asservie désormais aux passions et aux intérêts privés, a été détournée de sa mission première : exprimer le vrai et la vertu. Comme Aristote et Cicéron, Tacite souligne la nécessaire alliance entre la sagesse philosophique et la parole créatrice. C’est sans doute par ce principe que l’auteur se laisse  guider lorsqu’il écrit l’histoire. À la findu XVIe siècle, Juan de Mariana énonce ce qui constitue à ses yeux les principaux traits distinctifs du style de l’historien latin : « La diction de Tacite est rude et épineuse, mais nerveuse, et pleine de sens. Sous ses paroles est caché un grand trésor de choses, j’entends les maximes des Princes, avec les intrigues et les fourberies de la Cour. Nous pouvons voir comme dans un miroir, l’image de nos propres affaires, sous la figure des aventures qu’ont eues les autres ». Une diction rude et épineuse… on peut rattacher une telle affirmation à cet atticisme typiquement tacitéen qui, d’après Marc Fumaroli, implique un « sentiment du temps tragique, lié à la hantise de la décadence et de la corruption ». Mais on peut avancer outre cela que la concision comme propriété dominante dans l’écriture tacitéenne, qui se révèle pleinement à travers la forme gnomique ou la formule aphoristique, est indissociable du caractère scientifique dont Tacite s’efforce de doter ses explications historiques, lesquelles résultent de l’application d’une méthode expérimentale. C’est dans un bref aphorisme qu’Hippocrate, pionnier dans l’usage de ce type de formulation, résume le fonctionnement propre à l’induction, une démarche qui est au cœur de la science moderne : « Tout art doit son origine aux résultats de l’observation de chaque phénomène, médités et réduits à des principaux généraux ».

Cette première rencontre visera à examiner l’influence de la propagation de l’œuvre de Tacite en Europe sur l’évolution de la conception de l’histoire et sur celle de l’historiographie elle-même, qu’il s’agisse de son contenu ou de ses aspects formels. On s’intéressera ainsi aux mouvements d’adhésion et de rejet suscités par Tacite en tant qu’historien de la fin du Moyen Âge au siècle des Lumières, aux arguments déployés en sa faveur ou contre lui, à l’impact de son œuvre sur la méthode et le style des œuvres historiographiques et d’autres types d’écrits qui prennent pour objet l’histoire, et enfin aux conséquences que purent avoir ces évolutions.

Colloque de Caen, 2-3 octobre 2014

De l’histoire maîtresse de l’art de gouverner au(x) tacitisme(s)

D’après des études désormais classiques (notamment celles d’A. Momigliano, puis de J.A. Fernández-Santamaría), c’est à partir de 1580 que commence une lecture politique de Tacite, donnant lieu à un « tacitisme » le plus souvent examiné dans ses rapports avec le « machiavélisme » – que l’on pourrait définir comme une interprétation ou une reconstruction de la pensée de Machiavel -, et étroitement associé à la notion émergente de raison d’État, à laquelle Giovanni Botero donna une ample diffusion en 1589, à la valorisation de la dissimulation, du secret et d’une prudence vue comme la pièce maîtresse de l’art de gouverner.

Cette nouvelle orientation de la perception de Tacite est liée à la publication de divers commentaires historico-politiques ou de recueils d’aphorismes (dont ceux de Scipione Ammirato, Scotus, Paschal ou encore les Aforismos al Tácito español de Baltasar Álamos de Barrientos) mais est également perceptible dans un nombre considérable de traités et dissertations sur l’art de gouverner qui se multiplient au XVIIe siècle, voire dans des écrits d’une autre nature.

Outre que l’on a pu remettre en cause – comme l’a fait Beatriz Antón Martínez notamment – ce découpage chronologique peut-être trop net, il ne semble pas inutile de revenir sur les circonstances exactes dans lesquelles a commencé l’articulation entre Machiavel et Tacite, et d’examiner également les rapports tissés entre ce dernier et d’autres éminents auteurs de l’Antiquité qui ont été perçus et employés dans la littérature politique à l’aune de Tacite et de l’enseignement qui lui était imputé. Une telle étude devra être menée dans diverses littératures européennes. De la même façon, il importe de savoir si les nuances signalées à plusieurs reprises dans le cas de la pensée espagnole entre adhésion pleine et entière, acceptation par défaut ou rejet sont acceptables dans d’autres littératures politiques, de préciser les chronologies de ces mouvements d’adhésion ou de refus, et de s’interroger sur le contenu même du « tacitisme » dans ces diverses littératures.

Ainsi, les rapports entre les écrits « tacitistes » et la définition de la prudence devront-ils être particulièrement examinés. On sait que, compte tenu de l’objectif pratique premier visé par l’enseignement de l’histoire d’après Tacite (aider le prince à exercer avec efficacité le pouvoir et ses sujets à apprendre à se mouvoir dans une société politique organisée, quand bien même ils devraient vivre sous un mauvais gouvernement), la finalité ultime du savoir historique est l’acquisition de cette sagesse pratique qu’est la prudence. Bien que Tacite prône aussi la revivification d’autres qualités qui contribuèrent jadis à la grandeur et à la libertas du peuple romain (la constance et la tempérance, le courage et le respect des lois), il semble que son nom soit surtout relié à la valorisation d’une prudence faite de secret et de dissimulation.

Sans doute peut-on apporter sur ce point des nuances. De fait, plusieurs travaux sont venus remettre en cause la définition de ce « tacitisme » dont André Stegmann récusait déjà l’unicité, remarquant qu’il y a en fait plusieurs tacitismes différents au point d’être irréconciliables. « Your Tacitism, or mine ? ». Cette interrogation qui est au centre d’une étude récemment publiée nous paraît devoir être reprise et amplifiée.

En dernier lieu, on pourra s’intéresser au rapport existant entre la vogue des conseils adossés à une lecture politique de Tacite et l’art de gouverner prêté aux monarques de leur vivant ou attaché à leur réputation dans les mémoires. Parmi les figures les plus importantes de l’époque moderne, Philippe II, le roi « Prudent », se trouve fréquemment caractérisé par cet art de l’impénétrabilité et de la préservation du secret, voire de la duplicité, que l’on évoque volontiers en songeant à Tacite. Sans doute quelques monarques et certains Etats se prêtent-ils plus aisément que d’autres à être considérés comme l’incarnation d’un ou du tacitisme.

Les communications seront faites de préférence en français sans que ce critère soit exclusif ; en effet, des interventions en espagnol, italien, allemand et anglais pourront être acceptées, et feront l’objet d’une publication en français (traduction à la charge des communicants), après avis favorable du comité scientifique.

Les propositions de communication, d’une quinzaine de lignes, accompagnées d’un bref Curriculum Vitae, sont à envoyer à Alicia Oïffer-Bomsel et à Alexandra Merle, avant le 15 juillet 2013.

alicia.oiffer-bomsel@univ-reims.fr

Alexandra.merle@unicaen.fr

 

L’acceptation des propositions, après examen par le comité scientifique, sera signifiée au plus tard le 16 septembre 2013.

Modalités d’inscription

Colloque à l’Université de Reims :

http:// www.univ-reims.fr/CIRLEP

Colloque à l’Université de Caen :

Savoirs en prisme

RENDU PROJETLa revue électronique Savoirs en Prisme (ISSN 2260-7838), adossée au Centre Interdisciplinaire de Recherches sur la Langue Et la Pensée, équipe d’accueil (EA 4299) du pôle Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) publie son troisième numéro : « La vie des normes », avec lequel elle fait véritablement « peau neuve », inaugurant une nouvelle plate-forme de diffusion et une équipe élargie, dotée d’un Conseil scientifique à dimension internationale.

La revue s’affirme comme résolument pluridisciplinaire, offrant un espace de réflexion aux chercheurs de tous pays et de différentes disciplines : philosophie, linguistique, didactisme des langues et plurilinguisme, langues (anglais, allemand, espagnol) dans leurs différentes spécialités d’aires de recherche : littérature, civilisation, arts visuels, linguistique. La pluralité linguistique s’appréhende d’emblée dans des articles, rédigés majoritairement en français mais aussi en anglais, en allemand et en espagnol. L’énumération ci-dessus, reposant sur la base des différentes composantes du laboratoire, n’est pas exhaustive, puisque la pluridisciplinarité peut convoquer des concepts qui s’associent aisément, comme « Langue et Musique » qui sera le thème du numéro 4 et ne pourra se passer des connaissances et des outils d’analyse des musicologues.

Au rythme actuel d’un numéro par an, une thématique centrale est ainsi choisie par les membres du comité de rédaction et du comité scientifique restreint (membres internes). Les coordinateurs du numéro sont responsables de l’élaboration de l’appel à contributions, diffusé le plus largement possible, en France et à l’étranger. A cette thématique centrale pourront éventuellement s’adjoindre des dossiers hors thématique, en fonction des propositions des enseignants-chercheurs. Une rubrique « Varia » propose comptes-rendus de lecture et entretiens avec des artistes. Chaque thématique centrale est choisie en fonction de sa capacité à fédérer le plus grand nombre de disciplines, chacune s’emparant de l’objet d’étude proposé sous l’angle d’approche qui lui est propre. Sources d’interrogations renouvelées pour la communauté scientifique, les problématiques suscitent un dialogue fécond dans le champ des savoirs, la pluralité des formes de décryptages favorisant l’enrichissement épistémique, dans une démarche à la fois heuristique et dialogique.

Tous les articles sont originaux et font l’objet d’une double expertise anonyme avant publication.