Tous les articles par cirlep

Publications du Cirlep

couverture_langues_et_pensee_1e_COUV_600 Les membres du Cirlep ont décidé de se servir de ces pages pour référencer leurs publications. Pour l’instant, les lecteurs ne trouveront dans ces pages que les publications récentes. Prochainement, nous compléterons la liste en y ajoutant un tableau complet des ouvrages réalisés par nos membres. Pour faciliter votre navigation dans les pages consacrées à nos publications, nous vous invitons à passer par l’onglet « Publications du Cirlep » que vous trouverez dans la barre latérale ci-dessus.

Les langues philosophe

Langues philosophes copieDirigé par Céline Denat et Patrick Wotling, le séminaire « Les langues philosophes » accueille et discute des travaux se proposant d’étudier les logiques spécifiques en fonction desquelles s’organisent et se structurent les modes d’organisation de la réflexion philosophique, ainsi que les crises à l’occasion desquelles émergent ces déplacements.

C’est non seulement, en effet, à la faveur de renouvellements de problématiques, mais tout autant en fonction de révisions, souvent radicales, des schèmes de pensée mêmes gouvernant l’investigation que se constituent, sous forme de systèmes ou non, les types majeurs de positions philosophiques. C’est tout spécialement le cas dans la philosophie allemande du XIXe et du XXe siècles, où se succèdent avec une intensité inégalée, à la suite de la brèche opérée par la perspective transcendantale de Kant, les « révolutions dans la manière de penser ».

Simultanément, le séminaire interroge les rapports réciproques entre langage, langues, et élaboration de ces modes de réflexion repensés. Tout ce qui est pensé peut-il en effet se formuler linguistiquement, particulièrement lorsqu’interviennent des formes de réflexion novatrices ? Mais d’autre part, tout ce qui est formulable peut-il se transmettre indifféremment en toute langue ? Peut-être y aurait-il plus qu’une boutade dans le mot du penseur qui se veut secrétaire de l’absolu —« ces choses-là ne se disent pas en français » ? Les deux questions pourraient bien être liées : quelle langue parlent les philosophes ? Et quel mode de pensée mettent-ils en œuvre ?

Responsables

Patrick Wotling (Patrick.wotling@univ-reims.fr)
Céline Denat (celine.denat@univ-reims.fr)

Membres

Saverio Ansaldi ; Fionn Bennett ; Clément Bertot ; Céline Denat ; Laurent Esmez ; Alexandre Fillon ; Florent Franchette ; Tahir Karakas ; Lucie Lebreton ; Leslie Lecossois ; Véronique Le Ru ; Dominique Mathis ; Laurent Muller ; Emmanuel Salanskis ; Michel Terestchenko ; Anne-Gabrièle Wersinger ; Patrick Wotling

Présentation

| Les langues philosophes

Calendrier des séminaires 2014-15

Jeudi 20 novembre, 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Considérations sur le Discours décisif d’Averroès »

&

Luis Rubira (Université Fédérale de Pelotas, Brésil) : « La réflexion et la langue philosophique de Nietzsche : l’aurore et le crépuscule de la pensée »

Jeudi 12 février, 15h30 :

Clément Bertot (Université de Louvain) : « De l’oubli de la Vie à la mémoire immémoriale : un statut méthodologique de la réminiscence chez Michel Henry ? »

&

Alexandre Fillon (Université de Reims) : « La dynamique de l’expression chez Merleau-Ponty : une approche phénoménologique des rapports entre le langage et la pensée »

Jeudi 26 mars, 15h30 :

Alain Seguy-Duclot (Université François Rabelais, Tours) : « Symbolique des noms propres »

&

Benedetta Zavatta (CNRS, ITEM, Paris) : « Sur l’origine de la théorie conceptuelle de la métaphore dans la sémantique allemande »

 

Calendrier des séminaires 2008-2014

Cliquer ICI pour visualiser le calendrier des séminaires 2008 à 2014

 

______________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Mercredi 27 novembre 2013, 13h30-15h30 (double séance) :

Christophe Bouriau (Université de Nancy II) : « Schopenhauer et les lapsus des philosophes »

Martine Béland (Collège Edouard-Montpetit, Longueil/Centre canadien d’études allemandes et européennes, Université de Montréal) : « Pourquoi lit-on encore ? Réflexions sur l’acte de lecture philosophique »

Mardi 4 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Shize Yu (Université de Strasbourg) : « Le problème de la rationalité dans l’écriture chinoise et son système »

Jean-Baptiste Lucéa  (Université de Strasbourg) : « Heidegger : D’un possible dialogue avec la pensée japonaise »

Mardi 18 février 2014, 15h30-17h30 (séance double) :

Véronique Le Ru (Université de Reims) : « Voltaire interprète de Newton »

Fionn Bennett  (Université de Reims) : « Langage puis pensée, ou plutôt l’inverse ? Mise à l’épreuve de la théorisation par un cas d’étude concret »

Mardi 18 mars 2014, 15h30-17h30 :

André Jacob (professeur émérite, Université de Nanterre) : « Linguistique et axiogenèse »

Mardi  15 avril 2014 (sous réserve), 15h30 :

Mohamed Ben Arous (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : «  Le langage à l’épreuve de la Philosophie et du Mysticisme – Le legs de la pensée islamique »

Res-per-nomen

ResperNomen_couvLe groupe de travail Res per nomen s’est fixé pour tâche d’explorer les relations entre la langue, les choses et la pensée, avec un accent particulier sur la référence et la dénomination, ainsi que sur la manière dont la langue nous fait voir le réel. Ce thème intéresse à la fois les linguistes et les philosophes. Si on accepte que tout signe est signe de quelque chose, alors il faut donner toute sa place aux objets du monde au sein même de la théorie. Nous vivons dans un monde nommé ; nous pensons intuitivement que tout objet possède un nom et que tout nom réfère à un objet. Le nom possède ainsi une valeur ontologique. Par surcroît, le nom n’apparaît jamais tout seul, il est toujours accompagné d’un ensemble de collocations. C’est ce qui explique l’intérêt de notre groupe pour la phraséologie et la grammaire du texte.

Enseignants-chercheurs du Res-per-nomen

Roselis Batista, René Daval, Pierre Frath, Silvia Palma, Françoise Canon-Roger, Aude Rebotier.

Calendrier des séminaires 2013-14

Cette année, les séances auront lieu le mercredi de 16h à 18h, en salle R240 du bâtiment recherche de l’UFR Lettres et Sciences Humaines (57, rue Pierre Taittinger – Reims).

PROGRAMME DU 1er SEMESTRE

24 septembre 2014 René Daval et Silvia Palma : Présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion.

8 octobre 2014 –  Silvia Palma : Octavio Paz : langue, littérature, philosophie.

5 novembre 2014 – Pierre Frath : Cogito vs ubuntu : présentation du livre de P. Frath et R. Daval

26 novembre 20 Jean-Rémi Lapaire : Le parlant et le vivant

3 décembre – Session conjointe avec le séminaire « Images » : Françoise Heitz  sur Les drôles de poissons-chats de la cinéaste mexicaine Claudia Sainte- Luce et Gilliane Laurent à propos de Stanley Cavell et la comédie du remariage.

________________________________________________________________________

Calendrier des séminaires 2013-14

25/09 – René Daval (URCA/CIRLEP) et Silvia Palma (URCA/CIRLEP) : « Présentation du séminaire et échange sur les notions clés de notre réflexion. »

9/10  – Emilia Hilgert (URCA/CIRLEP) : « Typologie des noms abstraits: les noms de relations symétriques. Le cas du nom ‘identité' » »

23/10  Silvia Palma (URCA/CIRLEP): «  La négation en logique et en langue. »

13/11 Gilliane Laurent (URCA/CIRLEP): « Street  Art, Galerie. RERO et les mots barrés. »

27/11 – Pierre Frath (URCA/CIRLEP): « La métaphysique chez Wittgenstein: un problème linguistique? »

11/12  Aude Rebotier  (URCA/CIRLEP): «  Les tendances actuelles de l’accord du participe passé en français : un indice de grammaticalisation ? »

 

Codes, marges, transgressions

Descriptif de la thématique:

ill_couv_imaginaires16_1eCouvNotre jeune séminaire, qui s’inscrit dans l’axe « Représentation de la Société par le Texte et l’Image », s’attache, depuis sa création en juin 2011, à étudier les représentations et leurs modalités. Il s’intéresse en particulier aux moments de passages entre différents systèmes de représentation, lorsque les codes établis ne sont plus adéquats et sont transgressés, ou lorsque leur position centrale se trouve marginalisée. Dans cette optique, plusieurs travaux du séminaire sont notamment, mais non exclusivement, consacrés à la première modernité, moment de passage s’il en est d’un code de représentation à un autre. C’est ainsi que nous avons voulu l’intitulé de ce séminaire lorsque nous avons réfléchi ensemble à ce que nous envisagions pour les années à venir.

Le colloque consacré en mai-juin 2012 au « Corps héroïque, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité » a permis une réflexion sur l’« invention du corps moderne » évoquée par Nadège Laneyrie-Dagen (L’Invention du corps : la représentation de l’homme du Moyen Age à la fin du XIXe siècle, 1997), dans le cadre de récits de vie, genre spécifique en ce qu’il revendique la plupart du temps une forme d’objectivité, voire de vérité historique au moment de la première modernité. Le corps, ainsi, fait preuve dans ce récit, qu’il soit héroïsé ou transfiguré comme dans les textes hagiographiques, ou bien qu’il soit dévoilé pour s’offrir, impudique, à la vue du lecteur. Dans tous les cas, il est lié à la notion de vérité.

Lors de la seconde journée du colloque, il est apparu que le corps féminin obéissait, dans plusieurs récits de vie, à une forme spécifique d’héroïsation, qui reste encore à définir. Nous aimerions donc nous attacher à étudier les modes de représentation du corps héroïque féminin, de la première modernité à la période contemporaine.

Enseignants chercheurs
Cécile Brion, Jaime Céspedes, Laurence Chamlou, Christine Chollier, Pierre de Trégomain, Céline Denat, Florence Dumora, Pierre Frath, François-Xavier Giudicelli, Marie-Madeleine Gladieu, Catherine Heyrendt, Laure Lansari, Ronan Ludot-Vlasak, Nadège Marsaleix, Cécile Mauré, Helga Meise, Sylvie Mikowski, Thomas Nicklas, Adrian Park, Sylvie Perceau, Yann Philippe, Aude Rebotier, Françoise Roger, Mireille Ruppli, Gilles Sambras, Christine Sukic, Daniel Thomières.

Doctorants
Andy Auckbur, Laetitia Aujard, Morgane Bird, Vanessa Chaise, Charlotte Ducros.

 

Calendrier des séminaires 2013-14

Mercredi 13 novembre à 16h:

Gilles Sambras: « Corps érotique et corps héroique : la nymphe de Marvell et l’Eve de Milton ».

Mercredi 19 mars à 16h:

Helga-Marie Meise (URCA) « La Vagabonde Courage de Grimmelshausen ».
(édition utilisée: La Vagabonde Courage, traduction Maurice Colleville, préface Gérard Chaliand, Paris,
Libretto, 2013)

Mercredi 9 avril à 16h:

Andy Auckbur (doctorant, URCA) : « Corps célestes et corps de chair: Sir Philip Sidney et l’idéal féminin de la Renaissance dans l’Arcadie de la Comtesse de Pembroke ».

Jeudi 5 juin à 14h30:

Sylvie Rougier-Blanc (MCF Histoire grecque, Université Toulouse II-Le Mirail, EA PLH-CRATA): « Les représentations du corps héroïque féminin en Grèce ancienne d’Homère aux Tragiques »

Mercredi 18 juin (horaire précisé ultérieurement):

Annie-Paule de Prinsac (Université de Bourgogne): « L’héroïsme du corps féminin dans quelques pièces de Shakespeare ».

Intercompréhension des langues voisines

ICE3_couverture_DEF_1reInterCompréhension Européenne (ICE : http://logatome.eu/ice.htm) est un programme interdisciplinaire, collaboratif et holistique de recherches théoriques et de développements appliqués sur le thème central de l’intercompréhension et plus largement sur des thèmes associés à l’intercompréhension comme ceux du multilinguisme, du plurilinguisme, du dialogue asymétrique, de la dynamique des langues, de la politique linguistique en Europe et dans le monde. Il réunit les compétences de chercheurs en sciences humaines, sociales, cognitives (avec des linguistes, des psychologues, des sociologues, des philosophes, des traductologues, des littéraires, …), issus de plusieurs continents et engagés dans une approche interdisciplinaire et contrastive de plusieurs langues directement ou indirectement en contact, qu’elles soient apparentées ou pas. En plus d’études théoriques originales qui ont été publiées en France et à l’étranger, les recherches menées dans le programme ICE ont permis de produire la méthode ICE d’enseignement simultanée de l’intercompréhension des langues romanes et des langues germaniques, méthode intégrée depuis 2005 dans le Master professionnel Gestion Multilingue de l’Information (GMI) proposé par l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Responsable du séminaire

Eric Castagne (http://logatome.eu/cvec.htm external link)

 

Enseignants-chercheurs (équipe rémoise)

Cécile Brion, Eric Castagne, Mélisandre Caure, Pierre Frath, Emilia Hilgert, Machteld Meulleman, Jean Pauchard, Jean-Emmanuel Tyvaert, Pierre Van Zyl, Fionn Bennett

 

Etudiants

Doctorants : Tilman Chazal, Felicia Constanti

Master 2 : Florent Day, Marieke Gillessen, Nezihe Kara, Yana Melnik, Adina Bizigda

Master 1 : Susana Botelho Pinto, Fabrice Gilles, Isabelle Guérin, Iulia Pashko, Nicolas Trousset

Calendrier des séminaires « Intercompréhension des langues voisines » et « Didactique du plurilinguisme » 2014-15

Pour consulter les séminaires ILV & DDP pour 2014-15, cliquer sur le lien suivant

Séminaires ILV & DDP 2014-15 |

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

Calendrier du séminaire « Intercompréhension des langues voisines » : études théoriques et développements appliqués en 2013-14

06/11/13  E. Castagne: Ouverture officielle des 2 séminaires

27/11/13  E. Castagne: Le programme ICE : origines, concepts théoriques et didactiques, projets

11/12/13  E. Louviot:   Comprendre la poésie vieil-anglaise au XXIe siècle : stratégies « palliatives »

Pause de Noel

22/01/14  K. Sumkova:  Transparence du lexique des médias entre l’anglais, le français et le slovaque (mémoire de M2)

12/02/14   C. Brion:  Atelier ICO anglais

Séminaire Inter-axe : « Les langues Philosophes » / « Intercompréhension des langues voisines » – 18/02/14 –

15h30-16h30 : V. Le Ru : « Voltaire interprète de Newton »

16h30-17h30 : F. Bennett : « Langage puis pensée, ou plutôt l’inverse ? Mise à l’épreuve de la théorisation par un cas d’étude concret »

19/02/14   E. Castagne:   Atelier ICE Langues nordiques

12/03/14   P. Van de Craen (Vrije Universiteit Brussel) : « Pourquoi et comment l’enseignement multilingue produit des élèves plus intelligents que l’enseignement traditionnel »

26/03/14   F. Canon-Roger:  « Touche pas à mon signifié »

 

 

 

Les publications ICE sont disponibles sur http://logatome.eu/ice.htm external link

Hybridité

HybriditéDepuis que Mikhail Bakhtine a constaté en 1975 que le roman du XIXe siècle se sert des « constructions hybrides » pour faire entendre « deux énoncés, deux manières de parler, deux styles, deux ‘langues’ », la notion d’hybridité a été de plus en plus valorisée dans les lettres et les sciences humaines. Le séminaire se propose d’appréhender la portée de la notion aujourd’hui. Il suivra deux pistes : D’une part, il examinera les fondements théoriques de la notion et les discours qui lui sont actuellement consacrés, d’autre part, il retracera l’importance historique, à partir des textes littéraires et des formes esthétiques à partir de la Renaissance. 
 
_____________________________________________________________
 
Félicitations à Rachel Lolliot et Madame Helga Meise! Rachel Lolliot, doctorante sous la direction de Madame Helga Meise, a gagné le concours régional: ‘Ma thèse en 180 secondes’! Pour avoir des informations sur le « sum’up » de cet événement, cliquer su le lien suivanthttp://we.tl/sKwmiLMZIQ

Il est également à noter que l’interview des finalistes de la Finale Régionale est déjà en ligne.

http://blocnotes.blogs.docteo.net/2014/04/03/mt180fr-champagne-ardenne-5-finale-regionale/

 

 

Publications aux Epure

Langues philosophes copieCollection Langage et pensée

Vol. 1 2012 Les langues philosophes, sous la direction de C. Denat et P. Wotling, Reims, Éditions et presses de l’université de Reims (Épure).

Vol. 2 2013Nietzsche. Un art nouveau du discours, sous la direction de C. Denat et P. Wotling, Reims, Éditions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée.

Vol. 3 2014 (à paraître) – Les hétérodoxies de Nietzsche. Lectures du Crépuscule des idoles, sous la direction de C. Denat et P. Wotling, Reims, Editions et presses de l’université de Reims (Épure), coll. Langage et pensée.

 

______________________________________________________________________________

ResperNomen_couvRes per Nomen

• »Le point sur la référence en langue / Taking Stock of Reference in the Study of Language », Res per Nomen I, sous la direction de P. Frath, C. Gledhill, J. Pauchard, 2008
• »Langue, Référence et anthropologie / Language, Reference and Anthropology », Res per Nomen II, sous la direction de P. Frath, L. Lansari, J. Pauchard, 2010
• »Référence, conscience et sujet énonciateur / Reference, Consciousness and the Speaking Subject », Res per nomen III, sous la direction de Pierre Frath et Laure Lansari, à paraître en 2011.

Hors séries Res per Nomen

•L’œil et L’Esprit : Merleau – Ponty entre Art et Philosophie, sous la direction de Lorenzo Vinciguerra et Fabrice Bourlez (E.S.A.D), 2010.

______________________________________________________________________________

Etudes irlandaises

La terre d’Irlande et les écrivains irlandais, sous la direction de Claude Fierobe, 1992
Fantastiques irlandais (neuf nouvelles du XIXe siècle), sous la direction de C. Fierobe, 1996.
Irlande : espoirs, sous la direction de P. Brennan et C. Fierobe, 1996.
L’Irlande : identités et modernités, sous la direction de P. Brennan, 1997.
Irlande: inclusion/exclusion, sous la direction de F. Canon-Roger; Actes du colloque de la Société Française d’Etudes Irlandaises, Reims, 22 et 23 mars 2002;
Histoire et mémoire en France et en Irlande / Histoire and Memory in France and Ireland. Sous la direction de S. Mikowski, 2010

Hors Séries

Jardins et paysages en Angleterre au XVIIIe siècle. Sous la direction de Claire Boulard, introduction, 1998.
Ecritures de l’exil. Etude comparée des œuvres d’Anita Brookner, Salman Rushdie et Kazu Ishiguro de 1981 à 1992, sous la direction de Laurence Chamlou, 2000.
Uncharted Territories / Territoires Inconnus. Textes coordonnés par Christine Chollier, Actes du colloque Cormac Mc Carthy Society, Reims – 19,20 et 21 juin 2002
Au-delà des textes : la question de l’écriture philosophique. Actes de journées d’études, sous la direction de Céline Denat, 2007
New Perspectives on Andrew Marvell. Actes du colloque, sous la direction de Gilles Sambras, 2008.

______________________________________________________________________________

ill_couv_imaginaires16_1eCouvRevue Imaginaires (sous la direction de Daniel Thomières)

• « La fidélité en question », revue Imaginaires n° 1, 1996
• »Prostituées et pécheresses dans l’imaginaire anglo-saxon », revue Imaginaires n°2, 1997
• »La représentation des arts visuels », revue Imaginaires n° 3, 1998
• »La métamorphose dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°4,1999
• »Paysages dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°5, 1999.
• »Apparences dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°6, 2000
• »Lire le détail dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 7, 2001
• »L’Ambiguïté dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 8, 2002
• »La Répétition dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 9, 2003
• »Polyphonies dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n° 10, 2004
• »Le rythme dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°11, 2005
• »Ordre et Chaos dans les littératures de langue anglaise », revue Imaginaires n°12, 2008
• »L’interprétation au pluriel », revue Imaginaires n°13, 2009
• »Le noyau culturel », revue Imaginaires n° 14, 2010
• »La représentation du peuple 1″, revue Imaginaires n° 15, 2011
• »Corps héroïques, corps de chair dans les récits de vie de la première modernité », revue Imaginaires n° 16, 2012
• »La représentation du peuple 2″, revue Imaginaires n° 17, 2013
• »Les mots : entre pouvoir et puissance », revue Imaginaires n° 18, 2014.

____________________________________________________________________________

couv_AIL8_1reApproches Interdisciplinaires de la lecture (collaboration Cirlep / Crimel)

• « Parcours de la reconnaissance intertextuelle », AIL n° 1, 2006
• « Lecture et Altérités », AIL n°2, 2007
• « Lire l’Hétérogénéité romanesque », AIL n° 3, 2007/2008
• « Voir et Entendre par le roman », AIL n° 4, 2008/2009
• « Les coulisses du littéraire », AIL n° 5, 2010

 

 

 

______________________________________________________________________________

ICE3_couverture_DEF_1reIntercompréhension des langues européennes

Pour une Modélisation de l’Apprentissage Simultané de plusieurs Langues Apparentées à partir de la méthode EuRom4. Nice: Publications de la Faculté des LASH de Nice, 2002.
L’avenir du patrimoine linguistique et culturel l’Europe. (Epuisé) Disponible sur http://logatom.free.fr/aplce.htm, 2004
• « Intercompréhension et Inférences / Intercomprehension and inferences », collection ICE n°1, sous la direction d’Eric Castagne, 2004
• »Les enjeux de l’intercompréhension / The stakes of intercomprehension », collection ICE n°2, sous la direction d’Eric Castagne, 2007.

________________________________________________________________________________

Collection Studia remensia

Sous la direction de Françoise Heitz, Helga Meise & Sylvie Mikowski

Le polar dans la Transition démocratique espagnole : Le cas de Tatuaje (1974) de Manuel Vázquez Montálban et de Prótesis (1980) de Andreu Martín, par Mélanie Fresne

 

________________________________________________________________________________

Premières séries

 

1) Littérature

•Aspects du sacré dans la littérature anglo-américaine, Dorangeon S., Dufour G., Fierobe C. et al 1979.
•Images de l’ailleurs dans la littérature anglo-américain, Dufour G., Dorangeon S., Vosluisant J.-M., et al. ,1981
•Visages de l’harmonie dans la littérature anglo-américaine, Mathieu D., Dufour G., Dorangeon S., et al., 1982
•L’Autre dans la sensibilité anglo-saxonne, Pauchard J., Dorangeon S., Dufour G., et al, 1983
•Les métamorphes du sujet, Les cahiers du CERLI, n°13, Fierobe C., Sage H., Greven H., et al., 1986
•L’image de la femme dans les littératures de langue anglaise, Dorangeon S., Dufour G., Raimond R., et al., 1988
•La femme et le destin dans les littératures de langue anglaise, Dorangeon S., Dufour G., Fierobe C., et al, 1990
•La femme et ses demeures dans les littératures de langue anglaise, Dardennes J.-J., Cuisset P., Jones-Davies M.-Y., et al. 1991
•La femme entre obéissance et rébellion dans les littératures de langue anglaise, Dardennes J.-J., Dorangeon S., Dufour G., et al, 1992
•L’absence dans les littératures de langue anglaise, Dorangeon S., Fierobe C., Nantet M.-V., et al, 1993
•La mémoire et ses traces dans les littératures de langue anglaise, Teyssandier L., Dorangeon S., Delogu C., et al., 1995

2) Linguistique

•L’organisation lexicale et cognitive des dimensions spatiale et temporelle, sous la direction d’Hiltraud Dupuy–Engelhardt et de Marie-Jeanne Montibus, Actes Eurosem, 1996 / 1997
•La place de l’image dans la cognition – le pronom et son rôle dans la référentiation, sous la direction de Françoise Cordier et de Jean-Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1996, n° 8, 1997
•La variation – La généricité, sous la direction de Jean Pauchard et de Jean–Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1997, n° 9, 1998
•La lexicalisation des structures conceptuelles, sous la direction d’Hiltraud Dupuy-Engelhardt et de Marie-Jeanne Montibus, Actes EUROSEM, 1998, 2000
•Les Langues des sourds – Les prépositions dans la rection des verbes – Le développement du langage avant deux ans, sous la direction de Françoise Cordier et de Jean–Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1998, n° 11,1999
•La modalité et les modaux en diachronie et synchronie (domaine anglais), sous la direction de Jean Pauchard, Actes de journées scientifiques 1998/1999, n° 14, 2000
•L’Imparfait – Philologie électronique et assistance à l’interprétation des textes, sous la direction de Jean – Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 1999, n° 15, 2000
•Les phrases dans les textes. Les sons et les mots pour les dire. Les connecteurs du discours. L’opposition verbo-nominale, sous la direction de Hiltraud Dupuy-Engelhardt, Silvia Palma, Jean Emmanuel Tyvaert, Actes des journées scientifiques de 2000, n°16
•Parties du discours : sémantique, perception, cognition – le domaine de l’audible, sous la direction d’Hiltraud Dupuy-Engelhardt et de Marie-Jeanne Montibus, Actes EUROSEM 2000 / 2002, n° 17
•Nom et Verbe : catégorisation et référence, sous la direction de Cécile Brion et d’Eric Castagne, Actes du Colloque International de Reims 2001 / 2003, n°18
•Les prépositions dans la rection des verbes, sous la direction de Jean Pauchard, Actes des journées scientifiques 2000/2001, n°19
•Sensibilisation aux outils informatiques et statistiques d’aide à l’analyse des textes – Les Langues romanes d’un point de vue contrastif, sous la direction d’Eric Castagne et de Silvia Palma, Actes des journées scientifiques 2001, 2003 n°20
•La sémantique des Textes : de la Théorie à la pratique – La traduction : questions d’équivalences – Le sujet syntaxique, n°21, sous la direction de Jean Pauchard et de Françoise Canon–Roger, Actes des journées scientifiques 2002/2003, 2005.

______________________________________________________________________________

 

Lien vers les dernières nouveautés du CIRLEP :

http://www.univ-reims.fr/site/editions-et-presses-universitaires-de-reims/dernieres-parutions,9057,17051.html?/
Pour commander un ouvrage, prendre contact avec notre diffuseur, Le Comptoir des Presses Universitaires (LCDPU)

Lien vers le diffuseur : http://www.lcdpu.fr/

Adresse postale du diffuseur :

CID/LCDPU/SLU
18 rue Robert Schuman
CS 90003
94227 Charenton-le-Pont Cedex
Standard: 01 53 48 56 30
Télécopie: 01 53 48 20 95

____________________________________________________________________________

 

 

Colloques du Cirlep

PrgmeHybridL’univers des langues naturelles présente ces deux caractéristiques conflictuelles que sont la séparation, et simultanément la communicabilité. L’interaction de ces deux traits, parenté et irréductibilité, conditionne la nature même des passages, ouvrant la possibilité d’une transmission de sens tout en lui assignant des limitations et des contraintes. La pratique des locuteurs plurilingues, ou encore celle des auteurs attachés à produire eux-mêmes une de leurs œuvres en deux langues, contribue par exemple à éclairer la nature du processus qui se joue dans le changement de langue. Un ouvrage commencé par Julien Green en français, Quand nous habitions tous ensemble, devient lors de sa reprise et de son développement en anglais, Memories of Happy Days. Transmettre le même contenu implique-t-il parfois, curieusement, une variation de formulation ? Transférer, en effet, n’est pas nécessairement dupliquer. Une stratégie de transposition peut s’avérer requise afin d’assurer le succès de la compréhension.

L’auto-traduction n’est toutefois que l’une des nombreuses situations qui signalent la complexité du dialogue inter-linguistique, et les particularités qu’il révèle valent de manière plus générale : non seulement il suggère que la garantie de la fidélité est parfois une rupture de la stricte correspondance textuelle que l’on aurait attendue, mais il rend également sensible ce fait que passer d’une langue à une autre ne se réduit pas à tout coup à changer d’idiome en laissant intact le contenu transféré. Un philosophe allemand écrivant en latin et en français, confiant dans la possibilité de tout rendre en toute langue, remarquait néanmoins que la traduction constitue un révélateur. S’il n’y a pas d’intraduisible radical, reste que la pratique de l’échange laisse envisager des variations de performance selon les langues, liées à la sédimentation historique de l’usage, qui sélectionne les types de formulation qui font sens et permettent la compréhension au sein de la communauté. Mais la traduction, forme réputée noble entre toutes de l’échange interlinguistique, n’est pas seule concernée par ce problème, tout comme elle n’est pas la seule modalité du passage.

Plus radicalement, le transfert linguistique implique fréquemment un transfert culturel (le doublage de films et de séries télévisées à destination du grand public ou la restitution poétiqueen fournissent deux exemples, dans des contextes aussi différents que possible, de la culture populaire à la culture savante), dont on peut alors interroger la nature et les conséquences. Tout se traduit-il ? Et quel est l’objet du transport qui se réalise effectivement : texte, sens, connotations affectives, implications intellectuelles ? Il arrive en effet que traduire consiste d’abord à s’approprier une forme (littéraire par exemple), voire une conception du monde, à l’acclimater ou à la métisser — en d’autres termes, que la variation d’idiome n’aille pas sans une exportation culturelle — ou, au contraire, que la transposition linguistique se plie à des contraintes réceptives qu’imposent les habitudes de pensée et de perception propres à la population pratiquant la langue vers laquelle s’effectue le passage. Faire comprendre implique-t-il parfois, paradoxalement, d’être approximatif, ou encore de déformer ? Les passages de langue à langue sont aussi faits d’ajustements, plus encore d’hybridations –  culturelles avant tout, mais dans bien des cas aussi, linguistiques. En témoigne par exemple la dialogue en intercompréhension, où les locuteurs reformulent fréquemment dans leur langue et en fonction de leur culture un énoncé proféré dans un autre idiome ; l’approximation participe à cette collaboration plurilingue et interculturelle : respectant les bornes des intervalles de confiance déterminées par les interlocuteurs eux-mêmes, elle permet des ajustements dynamiques de l’interaction humaine jusqu’à l’inclusion sociale.

Traduction, interprétation, transposition, paraphrase, adaptation, imitation, doublage, sous-titrage : quel est le type de circulation, ou plutôt quels sont les types de circulation qui s’opèrent à l’occasion du passage d’un univers linguistique à un autre ? Quelles en sont les logiques ? Ce sont les aspects fondamentaux de ces problèmes que se propose d’explorer et d’inventorier le colloque international « Transferts linguistiques, hybridations culturelles » qu’organise le Cirlep (Université de Reims, EA 4299) en juin 2014, pour inaugurer une perspective de recherche pluridisciplinaire associant linguistes, civilisationnistes et philosophes.

 

Programme du Colloque

Pour consulter le programme, veuillez cliquer sur le lien suivant:

Programme / Conference Program

 

 

 

Affiche_TaciteMême si Tacite n’était pas totalement inconnu à l’époque médiévale, la publication à Venise de l’édition princeps de ses œuvres vers 1470 puis, en 1515, la première édition des Annales avec les six premiers livres qui venaient d’être retrouvés, marquèrent le début d’un véritable engouement pour l’historien romain,sa manière d’écrire l’histoire et, plus largement, ses enseignements. Dans toute l’Europe se multiplièrent les éditions de son œuvre, les traductions, puis les commentaires critiques et les traités politiques qui, sous des formes diverses, prétendaient s’inspirer des leçons de Tacite, donnant naissance à ce que l’on devait nommer le « tacitisme ».

Or, si parmi les personnages qui jouèrent un rôle éminent dans la diffusion et l’utilisation des œuvres de Tacite et en particulier des Annales, se distinguent aussi bien le Français Muret ou le Flamand Juste Lipse (éditeur de l’œuvre de l’historien romain à Anvers à partir de 1574), que les Italiens Beroaldo, Alciato ou Ammirato, il apparaît que ce processus de diffusion, malgré son caractère général, ne suivit pas le même rythme partout en Europe et n’adopta pas le même cheminement. Un décalage chronologique est sensible en ce qui concerne les premières traductions dans les différentes langues vernaculaires, qui furent produites à des époques très variées. Ainsi, en Espagne, c’est en 1613 seulement que fut publiée la première traduction des Annales (la première édition en latin étant celle de Juan Alfonso de Lancina, en 1687), ce qui ne signifie pas, comme l’a bien montré Beatriz Antón Martínez, que l’Espagne ait vécu auparavant dans l’ignorance des œuvres de Tacite mais témoigne d’un mode d’appropriation différent, par des circuits et des médiations propres.

On peut s’interroger non seulement sur les origines mais aussi sur l’évolution de la lecture de Tacite dans toute l’Europe, sur la durée et les fluctuations d’un intérêt qui a pu être variable. Plusieurs études enregistrent en effet une certaine lassitude ou un déclin de l’admiration pour l’œuvre de Tacite dans la seconde moitié du XVIIe siècle et même dès les années 1620 en France, tandis que l’on signale d’autre part la vigueur du débat qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle par exemple, porte sur la valeur de l’œuvre de l’historien et même sur la pertinence de ses analyses et de ses déductions. Enfin, sur l’appréciation que les penseurs des Lumières firent de Tacite – on sait que l’intérêt pour son œuvre demeure vivace au XVIIIe siècle grâce au labeur des encyclopédistes et des philosophes, et que Giambattista Vico par exemple a fait l’éloge de sa lucidité -, nous disposons aussi d’études récentes qui ont permis de formuler d’audacieuses théories sur la portée et l’impact de l’esprit critique développé dans l’historiographie jusqu’aux Lumières.

Les connaissances sur la pénétration de Tacite, sur l’utilisation de sa méthode historiographique, sur le développement et les nuances du « tacitisme » politique, ou encore sur l’imitation du style de Tacite dans les œuvres historiographiques, qui reposent sur des travaux éminents et nombreux, ont été affinées et renouvelées ces dernières années grâce à de nouvelles recherches, qui ont permis aussi d’étendre le champ littéraire dans lequel est perceptible une influence de Tacite – plusieurs études achevées ou en cours portent sur le tacitisme dans l’œuvre théâtrale des grands dramaturges européens. Il nous a semblé opportun de donner à cette mise à jour des connaissances une plus grande ampleur grâce à un programme de recherche international au sein duquel les spécialistes de plusieurs disciplines et de différents domaines culturels européens pourront croiser leurs méthodes et confronter leurs découvertes récentes.

Ce travail commun seramené en deux colloques organisés respectivement à Reims (Université de Champagne) les 20 et 21 mars 2014 et à Caen (Université de Normandie) les 2 et 3 octobre 2014.

 

 

Les Cahiers du CIRLEP

L’équipe du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) rassemble, dans une perspective transdisciplinaire, les enseignants-chercheurs en linguistique et en philosophie du langage ainsi qu’en littératures et civilisations britanniques et anglo-américaines, hispaniques et germaniques de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (sites de Reims et de Troyes). Ses objets principaux de recherche se situent au croisement de la linguistique et de la philosophie du langage. Un autre domaine de ses activités couvre le champ des littératures et des civilisations de langues anglaise, espagnole et allemande dans les époques moderne et contemporaine. Le centre a défini trois grands axes de recherche comprenant huit séminaires, tous interdisciplinaires et se réunissant régulièrement : Langage et Pensée, Intercompréhension et didactique du plurilinguisme, Représentation de la société par le texte et l’image.
Le CIRLEP élabore des projets de recherche pluriannuels, organise et publie des colloques internationaux ainsi que des journées scientifiques pour les doctorants, dont il favorise l’insertion dans les réseaux de recherche nationaux et internationaux. Il coopère dans le cadre de ses missions avec un nombre important d’établissements scientifiques, notamment en Europe (Grande-Bretagne, République d’Irlande, Espagne, Portugal, Allemagne, Autriche, Russie) et en Amérique du Sud.
Il anime deux revues, « Imaginaires » et « Savoirs en Prisme », qui explorent les différents aspects du travail interdisciplinaire propre à l’équipe, et plusieurs collections d’ouvrages aux Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure).
Les Cahiers du CIRLEP ont pour vocation d’être un espace de diffusion et de partage des projets et des multiples activités de recherche émanant du centre.