Texte de cadrage pour « Regards croisés sur l’EMILE et l’intercompréhension intégrée »

Affiche_EMILEFace aux multiples défis socio-économiques et identitaires engendrés par la mobilité croissante des individus et la diversification linguistico-culturelle de notre environnement, la façon monolingue et cloisonnée d’envisager les pratiques d’enseignement et l’apprentissage des langues est aujourd’hui largement contestée. A partir des années 90, ce « tournant multilingue » donne le jour à plusieurs innovations pédagogiques visant la construction de « répertoires plurilingues » (CECRL). Parmi ces différentes innovations, appelées parfois « approches plurielles », on trouve notamment l’enseignement bilingue « immersif », appelé aujourd’hui EMILE (Enseignement d’une Matière Intégrant une Langue Etrangère), et l’intercompréhension (développement simultané des compétences partielles productives en langue maternelle et réceptives de plusieurs langues étrangères présentées en réseau (i.a. Doyé 2005)). Depuis des recherches internationales ont montré les bénéfices acquisitionnels individuels de l’enseignement bilingue (i.a. Van de Craen 2007) et de l’intercompréhension dite intégrée, qui constituent un réel atout non seulement pour le développement de compétences communicatives en langue(s) étrangère(s) et maternelle(s), mais aussi pour une compréhension approfondie des notions disciplinaires et même pour « un meilleur épanouissement des élèves dans le système éducatif » (Escudé 2013: 42). Mais si la plus-value de ces méthodes pour la réussite scolaire et la préparation à la vie professionnelle (où il s’agira sans cesse d’intégrer des connaissances à partir de contacts et documents multilingues) est aujourd’hui incontestée, force est de constater que ces approches plurielles peinent à se mettre en place dans l’enseignement scolaire (primaire et secondaire) et même universitaire, en partie sans doute à cause d’une certaine inertie institutionnelle et d’un désaccord dans les rangs des professionnels, et cela malgré les incitations de la Commission Européenne qui insiste sur le rôle des écoles dans la valorisation et la construction du plurilinguisme. Il paraît aujourd’hui étonnant que ces pratiques soient encore présentées comme des « innovations pédagogiques ». Comment expliquer l’intégration curriculaire relativement réduite d’EMILE, qui malgré le succès des sections européennes, reste absente au niveau de l’école primaire et n’est que partiellement acceptée même au niveau universitaire ? L’IC pour sa part semble connaître une progression annuelle constante, notamment auprès d’un public universitaire, même s’il s’agit en général d’initiatives individuelles (Degache et al. 2012). Malgré l’existence d’un matériel pédagogique intégrant programme scolaire et IC (Euro-mania), son utilisation reste malheureusement en marge des systèmes éducatifs scolaires. Depuis la publication du CARAP, Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures, en 2007, dont un des objectifs est « d’articuler ces différentes démarches entre elles » (Candelier et al., 2007: p.12), Escudé (2010) et Gajo (2009) soulignent l’intérêt du couplage de l’enseignement d’une Discipline dite Non Linguistique (DdNL) en L2 et de l’intercompréhension entre langues parentes. En effet, tant dans le cas d’EMILE comme de l’IC intégrée, il s’agit de l’enseignement d’une DdNL en langue(s) étrangère(s), ou bien « de ne plus cloisonner les langues et les matières scolaires dans des espaces séparés, mais de profiter des enseignements disciplinaires (qui pour être communiqués doivent être verbalisés et sont donc aussi linguistiques) pour développer aussi des compétences interlinguistiques » (Degache et al. 2012). Néanmoins, Fonseca (2012) relève le manque d’études sur la synergie qui peut émerger lors de la combinaison de ces deux méthodologies. Les questions que cette synergie soulève sont nombreuses :

 

  • En quoi consistent les apports cognitifs d’EMILE et de l’IC intégrée pour la construction des savoirs disciplinaires d’une part et pour celle des savoirs-faire linguistiques et (inter)culturels de l’autre? Quels sont les objectifs et modalités de transposition des compétences réceptives aux compétences productives dans la pratique pédagogique ?
  • Qu’est-ce qui oppose EMILE et IC ? Ces différences sont-elles essentielles ou secondaires ? Quel est le rôle de la réception orale et écrite respectivement ? Vaut-il mieux adopter une application mixte ou offrir les deux méthodologies séparément ?
  • Quelles langues stimulent le plus la négociation du sens (équilibre plaisir de l’effort-décrochage) ? Dans quel ordre les présenter ? Il semble en effet que les langues moins « transparentes », présentant une plus grande résistance, déclencheraient un travail de négociation du sens plus important et obligeraient l’élève à travailler avec plus d’attention, ce qui bénéficierait ainsi à une meilleure conceptualisation des savoirs disciplinaires. (Duverger 2009 : p. 64, Gajo 2011 : 56) Quel est le rôle dans ce choix du contexte sociolinguistique (langues régionales, voisines, etc.) ?
  • Quelles sont les motivations des réticences institutionnelles, politiques, professionnelles et sociétales face à l’intégration curriculaire au niveau scolaire et universitaire de ces pratiques ? Comment y faire face ?

 

 

Bibliographie

Beacco, J.-C., Byram, M. & alii, 2010. Guide pour le développement et la mise en œuvre de curriculums pour une éducation plurilingue et interculturelle, Conseil de l’Europe, Strasbourg, Division des politiques linguistiques. Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/default_fr.asp

Candelier, M. et al. (2007). Carap – Cadre de référence pour les approches plurielles des langues et des cultures, Graz : Centre européen pour les langues vivantes – Conseil de l’Europe.

Castagne, Eric (2009) “ Multilinguisme européen et enseignement supérieur : l’expérience du programme InterCompréhension Européenne (ICE) ”, in Actes de la journée internationale d’études Multilinguisme européen et enseignement supérieur, communication présentée le 20 février 2009 à Paris (organisée par l’observatoire européen du plurilinguisme et l’ambassade de Roumanie). Disponible sur : http://www.observatoireplurilinguisme.eu/images/Colloques/20fevrier2009/me%26es%20-%20castagne_3.pdf

Castagne, E. (2012) « Intercompréhension et dynamique des inférences : des langues voisines aux langues non voisines ». In Intercompreensão n°3, Chamusca : Edicões Cosmos, pp. 81-93. Disponible sur : https://sites.google.com/site/intercompreensaoredinter/numeros-publies/numero-3

Castagne, Eric (2013) « L’enseignement de l’intercompréhension, une autre manière de promouvoir le français au XXI siècle ». Volume II. In D. Spita (ed.) Actes du 2e Congrès Européen de la FIPF Prague 2011 Vers l’éducation plurilingue en Europe avec le français – De la diversité à la synergie. Paris : FIPF en collaboration avec le GERFLINT, pp. 515-524. Disponible sur : http://prague2011.fipf.org/sites/prague2011.fipf.org/files/actes__prague_2._net.pdf

Carrasco Perea, E. (2010). Los planteamientos intercomprensivos en la enseñanza reglada o la importancia de introducirlos desde la primaria: aportaciones, retos y requisitos. In P. Doyé & F.-J. Meiβner (Ed), Lernerautonomie durch Interkomprehension. Projekte und Perspektiven, (pp.117-127). Tübingen : Narr. Giessener Beiträge zur Fremdsprachendidaktik.

Conteh, Jean & Meier, Gabriela (eds.). 2014. The Multilingual Turn in Languages Education: opportunities & challenges.

Degache, Christian, Carrasco, Encarni, Chevalier, Claire, Da Silva Régina, Dalençon, Agnès & Fonseca, Mariana. Caractéristiques et formats de l’intégration curriculaire de l’intercompréhension. In : Degache, C. & Garbarino, S. (Ed.) (2012). Actes du colloque IC2012. Intercompréhension : compétences plurielles, corpus, intégration. Université Stendhal Grenoble 3 (France), 21-22-23 juin 2012. Disponible sur : http://ic2012.u-grenoble3.fr/OpenConf/papers/40.pdf

Doyé, Peter. 2005. L’intercompréhension, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue. Étude de référence. Division des politiques linguistiques. Conseil de l’Europe Strasbourg, Disponible sur : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/source/doyefr.pdf

Duverger, J. (2009). L’enseignement en classe bilingue. Paris: Hachette

Escudé, Pierre, Manuel euro-mania. J’apprends par les langues, SCEREN-CRDP Midi-Pyrénées / Commission Européenne, www.euro-mania.eu, 2008.

Escudé, Pierre & Janin, P., « L’école, la langue unique et l’intercompréhension : obstacles et enjeux de l’intégration », Synergies Europe n°5 / Année 2010, sous la direction d’Encarni Carrasco Pereira, 115-126. Disponible sur : http://gerflint.fr/Base/Europe5/pierre.pdf

Escudé, Pierre. (2011). Apprendre des contenus disciplinaires en intercompréhension des langues romanes : quelques résultats d’une première expérimentation scolaire. In C. Degache & C. Ferrão Tavares, C. (coord.), Redinter-Intercompreensão, Revista da rede europeia sobre intercompreensão, n°2. Disponible sur: http://redinter.eu/web/files/revistas/43intercompreensao2.pdf

Fonseca, Mariana. Apprendre par le plurilinguisme : exploration du carrefour entre intercompréhension en langues romanes et enseignement bilingue. In : Degache, C. & Garbarino, S. (Ed.) (2012). Actes du colloque IC2012. Intercompréhension : compétences plurielles, corpus, intégration. Université Stendhal Grenoble 3 (France), 21-22-23 juin 2012. Disponible sur : http://ic2012.u-grenoble3.fr/Contenu/Resumes/Fonseca.pdf

Gajo, Laurent. 2007. “Linguistic Knowledge and Subject Knowledge: How Does Bilingualism Contribute to Subject Development?”, The International Journal of Bilingual Education and Bilingualism 10(5): 563-581.

Gajo, L. (2009). « De la DNL à la DdNL : principes de classe et formation des enseignants ». Les Langues modernes 4, 15-24.

Gajo, Laurent. 2011. “Didactique intégrée, didactique du plurilinguisme et enseignement bilingue : hiérarchie ou alternatives ? » In J. Dolz & I. Idiazabel (éds), Hacia una ensenanza integrada de lenguas.

Geiger-Jaillet, A., Schlemminger, G. ; Le Pape-Racine, C. 2011. Enseigner une discipline dans une autre langue : méthodologie et pratiques professionnelles. CELV, Peter-Lang.

Grin, François. (2002). L’Économie de la langue et de l’éducation dans la politique d’enseignement des langues. Division des politiques linguistiques, direction de l’éducation scolaire, extra-scolaire et de l’enseignement supérieur, Conseil de l’Europe. Strasbourg.

Hélot, Christine & Ó Laoire, Muiris. 2011. Language Policy for the Multilingual Classroom: Pedagogy of the Possible. Multilingual Matters.

Taillefer, Gaïl. « CLIL in Higher Education: the (perfect?) crossroads of ESP and Didactic Reflection »,  ASp N° 63 | 2013.

Taillefer, Gaïl. « Emile et la politique linguistique: du contexte français aux modèles internationaux », Les Cahiers du GERES, N° 1 | 2008.

Tost, M. (2012). Les perspectives multimodales de l’intercompréhension aujourd’hui, ou différentes manières de « [partir] de sa langue [et de sa culture] pour aller vers celle[s] des autres ». Redinter-Intercompreensão, 3, Attraverso le lingue. L’Intercomprensione in ricordo di Claire Blanche-Benveniste. Chamusca, Edições Cosmos / REDINTER, pp. 51-62. [Page web]. Disponible sur : http://www.redinter-intercompreensao.eu/numeros-publies/numero-3

Van De Craen, Pierre, Ceuleers, Evy & Mondt Katrien. 2007. Cognitive Development and Bilingualism in Primary Schools: Teaching Maths in a CLIL Environment. In : Gerhard Bach, Stephan Breidbach & Dieter Wolff (eds.) Diverse Contexts – Converging Goals. CLIL in Europe, from Mehrsprachigkeit in Schule und Unterricht, vol.6, pp.185 – 200, Peter Lang.

van der Yeught, Michel. « Développer les langues de spécialité dans le secteur LANSAD – Scenarios possibles et parcours recommandé pour contribuer à la professionnalisation des formations », Cahier d’APLUIT, Vol. XXXIII N° | 2014: Langues de spécialité et professionnalisation.