Les théories du sens et de la référence. Hommage à Georges Kleiber

Dir. Emilia Hilgert, Sylvia Palma, Pierre Frath, René Daval, Reims, EPURE,  collection Res per nomen, vol. 4septembre 2014 [ISBN 978-2-915271-80-5]

Couv-RPN4Cet ouvrage est le quatrième dans la collection Res per nomen. Ce nom est repris d’un des axes de recherche du Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée (CIRLEP), un laboratoire de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (France). Il regroupe des linguistes et des philosophes qui explorent ensemble la problématique de la référence en langue, c’est-à-dire le lien nécessaire entre ce que nous disons et notre expérience. Le 1er colloque Res per nomen, en 2007, a fait Le point sur la référence en langue et a tenté d’ouvrir de nouvelles pistes. Le 2e colloque Res per nomen, en 2009, a porté sur La référence, le langage et l’anthropologie et a exploré une approche plus anthropologique de la langue, inspirée de Ludwig Wittgenstein. Le 3e colloque Res per nomen, en 2011, a poursuivi l’étude de ces thèmes, avec un accent particulier sur des questions portant sur La référence, la conscience et le sujet énonciateur. Qu’est-ce que la conscience ? Comment réfère-t-on au moi ? Comment intervient-il dans le discours ? Comment apparaît-il en langue ? En 2013, le colloque a porté sur Les théories du sens et de la référence, et il a été l’occasion de  rendre hommage à Georges Kleiber, qui a introduit la question de la référence dans la pensée linguistique francophone à partir, environ, de 1980, en mettant l’accent sur la forme linguistique de la référence, c’est-à-dire la dénomination. On trouvera ici une riche sélection des articles présentés lors de ce colloque, regroupés en six chapitres, mettant chacun la dénomination en rapport avec la référence, le sens, l’évolution lexicale, les noms propres, les proverbes et l’anaphore.

Nous sommes heureux de proposer au public intéressé les derniers développements d’une problématique qui devrait permettre in fine de dépasser la dichotomie saussurienne du signifiant / signifié en réintroduisant la référence dans la théorie linguistique, c’est-à-dire le monde nommé tel qu’il existe pour nous en rapport avec notre expérience individuelle et collective.

Sommaire « Res per nomen IV »