Colloques du Cirlep

PrgmeHybridL’univers des langues naturelles présente ces deux caractéristiques conflictuelles que sont la séparation, et simultanément la communicabilité. L’interaction de ces deux traits, parenté et irréductibilité, conditionne la nature même des passages, ouvrant la possibilité d’une transmission de sens tout en lui assignant des limitations et des contraintes. La pratique des locuteurs plurilingues, ou encore celle des auteurs attachés à produire eux-mêmes une de leurs œuvres en deux langues, contribue par exemple à éclairer la nature du processus qui se joue dans le changement de langue. Un ouvrage commencé par Julien Green en français, Quand nous habitions tous ensemble, devient lors de sa reprise et de son développement en anglais, Memories of Happy Days. Transmettre le même contenu implique-t-il parfois, curieusement, une variation de formulation ? Transférer, en effet, n’est pas nécessairement dupliquer. Une stratégie de transposition peut s’avérer requise afin d’assurer le succès de la compréhension.

L’auto-traduction n’est toutefois que l’une des nombreuses situations qui signalent la complexité du dialogue inter-linguistique, et les particularités qu’il révèle valent de manière plus générale : non seulement il suggère que la garantie de la fidélité est parfois une rupture de la stricte correspondance textuelle que l’on aurait attendue, mais il rend également sensible ce fait que passer d’une langue à une autre ne se réduit pas à tout coup à changer d’idiome en laissant intact le contenu transféré. Un philosophe allemand écrivant en latin et en français, confiant dans la possibilité de tout rendre en toute langue, remarquait néanmoins que la traduction constitue un révélateur. S’il n’y a pas d’intraduisible radical, reste que la pratique de l’échange laisse envisager des variations de performance selon les langues, liées à la sédimentation historique de l’usage, qui sélectionne les types de formulation qui font sens et permettent la compréhension au sein de la communauté. Mais la traduction, forme réputée noble entre toutes de l’échange interlinguistique, n’est pas seule concernée par ce problème, tout comme elle n’est pas la seule modalité du passage.

Plus radicalement, le transfert linguistique implique fréquemment un transfert culturel (le doublage de films et de séries télévisées à destination du grand public ou la restitution poétiqueen fournissent deux exemples, dans des contextes aussi différents que possible, de la culture populaire à la culture savante), dont on peut alors interroger la nature et les conséquences. Tout se traduit-il ? Et quel est l’objet du transport qui se réalise effectivement : texte, sens, connotations affectives, implications intellectuelles ? Il arrive en effet que traduire consiste d’abord à s’approprier une forme (littéraire par exemple), voire une conception du monde, à l’acclimater ou à la métisser — en d’autres termes, que la variation d’idiome n’aille pas sans une exportation culturelle — ou, au contraire, que la transposition linguistique se plie à des contraintes réceptives qu’imposent les habitudes de pensée et de perception propres à la population pratiquant la langue vers laquelle s’effectue le passage. Faire comprendre implique-t-il parfois, paradoxalement, d’être approximatif, ou encore de déformer ? Les passages de langue à langue sont aussi faits d’ajustements, plus encore d’hybridations –  culturelles avant tout, mais dans bien des cas aussi, linguistiques. En témoigne par exemple la dialogue en intercompréhension, où les locuteurs reformulent fréquemment dans leur langue et en fonction de leur culture un énoncé proféré dans un autre idiome ; l’approximation participe à cette collaboration plurilingue et interculturelle : respectant les bornes des intervalles de confiance déterminées par les interlocuteurs eux-mêmes, elle permet des ajustements dynamiques de l’interaction humaine jusqu’à l’inclusion sociale.

Traduction, interprétation, transposition, paraphrase, adaptation, imitation, doublage, sous-titrage : quel est le type de circulation, ou plutôt quels sont les types de circulation qui s’opèrent à l’occasion du passage d’un univers linguistique à un autre ? Quelles en sont les logiques ? Ce sont les aspects fondamentaux de ces problèmes que se propose d’explorer et d’inventorier le colloque international « Transferts linguistiques, hybridations culturelles » qu’organise le Cirlep (Université de Reims, EA 4299) en juin 2014, pour inaugurer une perspective de recherche pluridisciplinaire associant linguistes, civilisationnistes et philosophes.

 

Programme du Colloque

Pour consulter le programme, veuillez cliquer sur le lien suivant:

Programme / Conference Program

 

 

 

Affiche_TaciteMême si Tacite n’était pas totalement inconnu à l’époque médiévale, la publication à Venise de l’édition princeps de ses œuvres vers 1470 puis, en 1515, la première édition des Annales avec les six premiers livres qui venaient d’être retrouvés, marquèrent le début d’un véritable engouement pour l’historien romain,sa manière d’écrire l’histoire et, plus largement, ses enseignements. Dans toute l’Europe se multiplièrent les éditions de son œuvre, les traductions, puis les commentaires critiques et les traités politiques qui, sous des formes diverses, prétendaient s’inspirer des leçons de Tacite, donnant naissance à ce que l’on devait nommer le « tacitisme ».

Or, si parmi les personnages qui jouèrent un rôle éminent dans la diffusion et l’utilisation des œuvres de Tacite et en particulier des Annales, se distinguent aussi bien le Français Muret ou le Flamand Juste Lipse (éditeur de l’œuvre de l’historien romain à Anvers à partir de 1574), que les Italiens Beroaldo, Alciato ou Ammirato, il apparaît que ce processus de diffusion, malgré son caractère général, ne suivit pas le même rythme partout en Europe et n’adopta pas le même cheminement. Un décalage chronologique est sensible en ce qui concerne les premières traductions dans les différentes langues vernaculaires, qui furent produites à des époques très variées. Ainsi, en Espagne, c’est en 1613 seulement que fut publiée la première traduction des Annales (la première édition en latin étant celle de Juan Alfonso de Lancina, en 1687), ce qui ne signifie pas, comme l’a bien montré Beatriz Antón Martínez, que l’Espagne ait vécu auparavant dans l’ignorance des œuvres de Tacite mais témoigne d’un mode d’appropriation différent, par des circuits et des médiations propres.

On peut s’interroger non seulement sur les origines mais aussi sur l’évolution de la lecture de Tacite dans toute l’Europe, sur la durée et les fluctuations d’un intérêt qui a pu être variable. Plusieurs études enregistrent en effet une certaine lassitude ou un déclin de l’admiration pour l’œuvre de Tacite dans la seconde moitié du XVIIe siècle et même dès les années 1620 en France, tandis que l’on signale d’autre part la vigueur du débat qui, dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle par exemple, porte sur la valeur de l’œuvre de l’historien et même sur la pertinence de ses analyses et de ses déductions. Enfin, sur l’appréciation que les penseurs des Lumières firent de Tacite – on sait que l’intérêt pour son œuvre demeure vivace au XVIIIe siècle grâce au labeur des encyclopédistes et des philosophes, et que Giambattista Vico par exemple a fait l’éloge de sa lucidité -, nous disposons aussi d’études récentes qui ont permis de formuler d’audacieuses théories sur la portée et l’impact de l’esprit critique développé dans l’historiographie jusqu’aux Lumières.

Les connaissances sur la pénétration de Tacite, sur l’utilisation de sa méthode historiographique, sur le développement et les nuances du « tacitisme » politique, ou encore sur l’imitation du style de Tacite dans les œuvres historiographiques, qui reposent sur des travaux éminents et nombreux, ont été affinées et renouvelées ces dernières années grâce à de nouvelles recherches, qui ont permis aussi d’étendre le champ littéraire dans lequel est perceptible une influence de Tacite – plusieurs études achevées ou en cours portent sur le tacitisme dans l’œuvre théâtrale des grands dramaturges européens. Il nous a semblé opportun de donner à cette mise à jour des connaissances une plus grande ampleur grâce à un programme de recherche international au sein duquel les spécialistes de plusieurs disciplines et de différents domaines culturels européens pourront croiser leurs méthodes et confronter leurs découvertes récentes.

Ce travail commun seramené en deux colloques organisés respectivement à Reims (Université de Champagne) les 20 et 21 mars 2014 et à Caen (Université de Normandie) les 2 et 3 octobre 2014.