Cultures populaires

Qu’appelle-t-on « culture populaire » aujourd’hui ? La recherche universitaire doit-elle en rester à la conception de la culture définie en 1869 par Matthew Arnold  comme la somme de « tout ce qui a  été pensé et dit de meilleur dans le monde »? Ou doit-elle s’intéresser au contraire à ces objets fluctuants qui, comme l’ont reconnu Walter Benjamin, Antonio Gramsci ou  Raymond Williams sont à la fois des productions culturelles de masse, une représentation de la pensée hégémonique qui s’impose au peuple, mais aussi une expression des aspirations du peuple ? Et que dire de l’influence grandissante des  « cultures  populaires » dans l’univers contemporain ? Films, séries, publicités et affiches, jeux vidéos, chansons et clips, produits dérivés, etc : qu’elles soient associées ou non à des formats nouveaux et au medium de l’internet, les productions culturelles envahissent à l’évidence notre environnement quotidien… et celui des étudiants. Difficile désormais d’évoquer Dracula sans que les étudiants ne pensent à Twilight…. Ou la banlieue américaine sans penser à Mad Men…. Le premier objet du séminaire sera ainsi de prendre au sérieux la prolifération des objets culturels et de l’interroger dans son histoire, dans ses effets et dans son fonctionnement.
L’opposition entre « culture savante » et « culture populaire » ne date en effet pas d’aujourd’hui, pas plus que les passages d’une catégorie à  l’autre (le théâtre de Shakespeare n’était à l’origine pas réservé à l’élite,  le film noir, genre populaire par excellence, est devenu un cinéma pour amateurs éclairés, et les séries télévisées sont en passe de devenir un sujet favori de thèses et de colloques). On pourrait aussi mettre au jour les effets de myopie propre à un univers contemporain semblant constamment hésiter entre « panique morale » (l’inquiétude face à l’envahissement des produits culturels de masse), récupération consumériste de toutes les formes de culture (y compris celles dites transgressives ) et légitimation par l’élite des produits culturels à succès.
Démultipliée par les nouvelles formes de diffusion à distance, la « culture populaire » semble en effet à l’origine de multiples effets de « savoir », de connaissances et méconnaissances qui entrent en relation, parfois en convergence mais souvent en conflit avec le savoir universitaire ou du moins y font partiellement écran.
Une partie non négligeable de la connaissance – ou de la méconnaissance en de nombreuses occurrences – que les étudiants et le public en général ont des sociétés et cultures étrangères vient d’une culture populaire très largement américaine et à caractère souvent mythologique. L’ouverture sur plusieurs mondes culturels du CIRLEP tant du point de vue historique que géographique, en fait un lieu adapté pour interroger les effets différenciés de cette hégémonie culturelle quelquefois désignée comme « l’américanisation » de la culture. Bref, il s’agit d’examiner ces « effets de savoir » opérés à distance à travers l’image fantasmée qu’une société renvoie d’elle-même. Parallèlement, le succès des œuvres de la culture populaire conjugué à la légitimité grandissante que celles-ci reçoivent dans le champ du discours universitaire, vient également bousculer toujours plus la définition, déjà fort contestée, d’un canon académique des œuvres à étudier et du type de savoir à transmettre.
La montée en puissance des analyses culturelles dans les départements universitaires à travers le monde a ouvert depuis désormais bien longtemps les portes du temple académique aux objets de la culture populaire. On pense évidemment au succès des cultural studies, qui, même accompagné de nombreuses controverses et de critiques puissantes, a valu à la nouvelle discipline une audience toujours croissante. On pense également à la proposition d’une nouvelle histoire culturelle (« New Cultural History »)  ou au « tournant culturel » que l’histoire américaine aurait connu dans les années 1980 . En littérature, on peut penser aux approches historicistes, ou culturalistes qui ont succédé au structuralisme des années 1960.
Cet investissement intellectuel dans la culture a eu pour effet de mettre à disposition de l’analyste de la culture populaire une imposante bibliographie théorique, anthologique et synthétique , et une palette conceptuelle riche : que l’on songe aux réflexions déjà opérées sur les notions d’hégémonie, de distinction, d’authenticité, d’idéologie, d’identité, d’altérité, de pouvoir, ou sur les « couples » conceptuels que sont culture savante/ culture populaire/ culture de masse, culture/contre-culture etc.
De façon pragmatique, l’objet, résolument interdisciplinaire, du séminaire sera de faire dialoguer les réflexions théoriques et méthodologiques élaborées dans différentes disciplines depuis une quarantaine d’années afin d’engager de nouvelles recherches. De ce point de vue, que le terme de « culture populaire » n’ait jamais reçu de définition claire et cohérente, qu’il ait été l’objet de vives remises en question, ou même qu’il se voit couramment dénué de sens véritable du fait de ses acceptions contraires , nous apparaît moins un frein à la recherche que le signe que la culture, notamment dans ses acceptions les plus populaires, constitue précisément un terrain privilégié de jeu, de confrontations et d’échanges. Que la « culture populaire » soit aussi difficile à définir que le « peuple » auquel elle est associée et qu’en même temps elle constitue le cadre « évident » et envahissant de nos vies, nous semble constituer une tension et un objet d’investigation décisifs. Comme le dit Nan Enstad, les paradoxes et les réticences qui accompagnent encore le terme de culture populaire confèrent à celui-ci un potentiel créatif et constituent une invitation à examiner des thèmes et des sources longtemps négligés .
Partant du principe général que la culture populaire ne saurait de toute façon être étudiée de façon isolée d’autres formes de culture plus « canoniques » ou du contexte politique, social et économique dans lequel elle s’inscrit, ce séminaire pourra prendre plusieurs orientations. Une piste pourra consister à faire de la culture populaire un lieu d’observation de « la construction de la vie quotidienne », au sens où l’entend par exemple Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien.

Calendrier des séminaires 2013-14

 

Programme Séminaire « Culture(s) Populaire(s) 2013-2014 : (salles et horaires à préciser)

 

-11 décembre 2013: Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP): « Winnie-the-Pooh »: la littérarité à l’épreuve de la popularité »

-29 janvier 2014 : Peter Marquis (Université de Rouen): « Le Baseball dans la culture populaire américaine: une approche transversale »

-12 février 2014 : Timothy Heron (CIRLEP): « Alternative Ulster: Punk et subversion dans l’Irlande du Nord des années 1970-1980 »

-12 mars 2014 : Madolyn Nichols (doctorante Université de Warwick): « Keeping the Fire on the Hearth: Katherine Tynan, popular culture, and the Irish Short Story »

-16 avril 2014 : Xavier Giudicelli (CIRLEP) : »The Picture of Dorian Gray en BD ou/et dans le roman graphique »

-7 mai 2014 : Nadège Marsaleix (CIRLEP) : »La sémiologie de Keith Haring »

-Juin 2014 : Présentation par les étudiants du M2 Monde anglophone d’une enquête sur les pratiques culturelles des étudiants de l’URCA »