Images, représentations de la société

Images-SéminaireImages, représentations de la société

Présentation de la thématique

Programme 2014-15

Cette troisième année du séminaire Images s’ouvre alors que le n°1 de la revue électronique Savoirs en prisme, Rencontres du CIRLEP a été mis en ligne en juin dernier (lien à partir de la page d’accueil du CIRLEP, sous l’onglet Recherche, dans les laboratoires LSH).

Comme le thème choisi pour le n°2 de la revue est le même que celui du séminaire de l’an dernier : « Normes(s), Marge(s), Transgression(s) », il nous a semblé assez vaste pour continuer à nous y consacrer. Pour mémoire, nous rappelons les axes qui ont présidé à la création de ce séminaire.

Il s’agit de travailler sur la diversité de l’image, dans son statut d’image fixe : la peinture, mais aussi cette année la photographie, (sans exclure pour plus tard l’affiche ou la bande dessinée), comme animée : le cinéma (« Image-mouvement », cf. Deleuze), et ceci en articulant la fonction sociale, historique, voire politique, de l’image et ses aspects formels : questionnement sémiologique et esthétique des expressions artistiques à travers les siècles et les pays.

En effet, si l’attention prêtée aux images ne peut faire l’économie de leur historicité (de par leur valeur documentaire, elles sont, selon le truisme, « fenêtre ouverte sur le monde », reflet de celui-ci), celle-ci laisse toute sa place à l’analyse sémiotique qui tente de mettre en exergue les modes de production du/des sens d’œuvres toujours ouvertes dans leurs possibilités interprétatives (U. Eco).

L’ancienne définition de l’image fournie par Platon, comme image naturelle, synonyme d’ombre ou de reflet, origine mythique de la peinture, a été dépassée par la progressive prise de distance entre le signifiant et son référent (voir Merleau Ponty, cité entre autres par Didi-Huberman : « Le mot d’image est mal famé parce qu’on a cru étourdiment qu’un dessin était un décalque… »). Si cette relation d’analogie est plus grande au cinéma, où « l’effet de réel » est produit par l’enregistrement d’une situation saisie sur le vif ou bien inventée ou recomposée, représentation le plus souvent réaliste d’un espace imaginaire contenu à l’intérieur du champ, le septième art évolue progressivement vers une « impureté » accentuée, où documentaire et fiction, abolissant les frontières normatives, s’entremêlent, et où par ailleurs, une fiction apparemment déconnectée du « réel » sociopolitique d’un pays et d’une époque, peut en être la métaphore.

Ainsi, même le dialogisme entre le mouvement du flux séquentiel et l’immobilité du tableau se trouve remis en cause, que ce soit dans l’oxymore du tableau-vivant au cinéma ou dans l’importance du hors-champ d’un tableau (cela est aussi évident pour la photo), où les reflets trompeurs de l’espace conjectural sont démultipliés. Dans le jeu binaire des règles et des transgressions, peintres et cinéastes (de Piero della Francesca à Picasso et de Luis Buñuel à Raoul Ruiz, pour n’évoquer que quelques créateurs) se plaisent à installer le prisme des illusions scénographiques.

Le sujet-spectateur, pensé depuis Freud non plus en clôture, mais en déchirure, n’est plus collé à la représentation, absorbé par elle. La perspective en peinture n’est plus une convention, mais une action, au sens dramaturgique du terme, et c’est ainsi que Bonitzer peut affirmer que « le sujet, en peinture, c’est le point de vue ».

Pour la troisième année de son existence, le séminaire Images souhaite diversifier les approches artistiques considérées et est toujours ouvert à la pluridisciplinarité, appelant de ses vœux des échanges entre séminaires. Quelle que soit la société (espagnole, hispano-américaine ou autre) et l’époque dans laquelle elles s’ancrent, les représentations ne cessent de jouer sur la notion de genre canonique, sans cesse reprise et transgressée.

 

Responsable du séminaire

 

Françoise HEITZ

Membres associés

 

Emmanuel LE VAGUERESSE (PR)

Juan Carlos BAEZA SOTO (MCF)

 

Calendrier des Séminaires « Images » 2014 – 2015

 

17h00 à 19h00 – Bâtiment Recherches –  Salle R 240

Direction : Françoise Heitz 

 

19 novembre 2014 – José Antonio Moreno Carbonell « La construction de l’image transgressive à travers les didascalies dans le théâtre d’Agustín Gómez Arcos »

 

03 décembre 2014 – session conjointe avec le séminaire Res per nomen (dir. Silvia Palma et René Daval), à 16h : Françoise Heitz (sur Les drôles de poissons-chats de la cinéaste mexicaine Claudia Sainte Luce) et Gilliane Laurent (à propos de Stanley Cavell : Hollywood et la comédie du remariage)

 

28 janvier 2015 – Pietsie Feenstra

« La voix filmique des enfants fantômes du cinéma espagnol : interroger les marges de la norme par la transgression ? »

 

18 mars 2015 – Emmanuel Le Vagueresse 

« Les photos de la España Mística » (1943) de José Ortiz Echagüe,
nationale-kitschissime ? »

 

15 avril 2015 – Juan Carlos Baeza Soto (le titre sera communiqué ultérieurement)

 

Une autre session conjointe avec un autre séminaire de l’axe aura probablement lieu en mai ou juin (information ultérieure).

 

_____________________________________________________

 

Calendrier des séminaires 2013-14

Mercredi 23 octobre, 2013 :

 

María Pagès (cinéaste catalane), “Alta política (2013), un documental sobre un ejemplo de transgresión bajo el franquismo: la película de animación marginada Érase una vez (1950)”

 

Mercredi 20 novembre, 2013 :

 

Françoise Heitz : « De l’écrit à l’écran : transgression formelle et discursive. L’exemple de Blancanieves (Pablo Berger, 2013) »

 

Mercredi 4 décembre, 2013 :

 

Emmanuel Le Vagueresse : « Amicalement vôtre / ¡Los persuasores ! en Espagne (1971) : discours normés sur les clichés d’un pays en plein « tardofranquismo » et/ou transgression à la marge du « politiquement correct » touristico-balnéaire ?

 

 

Mercredi 19 mars, 2014, 17-19h, (salle précisée ultérieurement) :

 

Françoise HEITZ : « Carlos Sorín, les jeux transgressifs d’un cinéma à la marge »

 

Mercredi 26 mars, 2014, 17-19h, s. R240 :

 

Magali Dumousseau-Lesquer : « De la révélation à la mise en garde : quand les artistes madrilènes contemporains retrouvent la mémoire historique »

 

Mardi 14 mai, 2014, après-midi exceptionnel interséminaires : « Codes, Marges, Transgressions » (dir. C. Sukic), « Cultures populaires » (dir. S. Mikowski et Y. Philippe) et « Images » (dir. F. Heitz) de 14 à 18h, s. R240. Les intervenants seront :

 

Nadège Marsaleix : « La Sémiotique de Keith Haring, figure du pop art américain » (14h)

et

Juan Carlos Baeza Soto : « Le saint suaire de la souffrance : les blessures du linceul dans les autoportraits de Frida Kahlo »