¡Parada cine! 1ère semaine du cinéma latino-américain à Reims

AFFICHE PARADA CINE 2016Depuis plusieurs années, des universitaires du Département de langues romanes, grâce au soutien des Cinémas Opéra et de Stéphane Rezki ainsi que du Service d’Action Culturelle (SUAC) animé par le dynamisme de Françoise Mittelette, organisent régulièrement des projections de films hispaniques précédés d’une brève présentation et suivis d’un débat. Cette année, dans un élan commun, nous avons décidé de formaliser ces efforts en créant la première édition de « ¡Parada cine! », ayant reçu en outre l’appui de l’Institut Cervantes qui nous fait l’honneur de son partenariat. C’est donc une invitation lancée au public rémois à faire escale pendant une semaine, du 24 février au 1er mars 2016, pour explorer les cinémas d’Amérique latine. Pas toutes les cinématographies (certaines, indiscutablement marquantes, manquent à l’appel, comme la cinématographie argentine, mais les éditions des années suivantes lui donneront la place qu’elle mérite). Le hasard des sorties nationales nous a permis d’élaborer une programmation riche et variée. Elle s’ouvrira par le documentaire poétique et politique de Patricio Guzmán, Le bouton de nacre, qui mêle histoire passée et récente du Chili à la vie de l’océan.

Ixcanul, premier long métrage multiprimé de Jayro Bustamante, nous plonge dans l’univers d’Indiens du Guatemala, descendants des Mayas, fable sobre et maîtrisée sur le drame de la jeune María en quête d’émancipation.

La terre et l’ombre, film colombien de César Augusto Acevedo, a pour cadre également un univers rural, celui-là dévasté par la main de l’homme.

Deux films brésiliens qui ont connu un grand succès, abordent des problèmes plus intimes, Une seconde mère, d’Anna Muyalert et Au premier regard, de Daniel Ribeiro, sans négliger l’arrière-plan social, surtout pour le premier.

Entrant en résonance avec les prises de conscience actuelles de la fragilisation des espaces naturels ainsi que des populations traditionnelles qui l’habitent, vient un deuxième film chilien, L’été des poissons volants, de Marcela Said.

Le film de clôture, Un monstre à mille têtes, est comme le film d’ouverture, celui d’un réalisateur déjà connu, le Mexicain Rodrigo Plá et, s’il explore comme les autres les failles des sociétés dites « périphériques » dans un monde désormais globalisé, tranche avec les films précédents par son style de thriller haletant.

Toute l’équipe de « ¡Parada cine! » vous invite à venir nombreux, gageant sur la cinéphilie qui n’est plus à démontrer des publics qu’intéressent les mondes de l’aire hispanique.

TÉLÉCHARGEMENTS

Programme de ¡Parada cine!
Affiche de ¡Parada cine!